AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya Sam 2 Avr 2011 - 21:02

Tout comme la matinée avait mal commencé, la journée n'avait cessé de s'empirer par la suite. Il y a des jours comme ça où on a hâte d'être le lendemain, simplement pour en finir et partir sur de nouvelles bases. Et Emrys n'attribuait pas ça à une suite d'évènements que provoquait la fatalité, mais à sa bien piètre humeur. Automatiquement, c'est étrange la façon dont on a de tout voir en noir et de provoquer les moindres petites tuiles. Autant dire que ce mardi s'était écoulé bien lentement pour les nerfs de la disquaire, et par conséquent elle montra bien moins de patience face aux clients exigeants ou désagréables. Là aussi on pouvait s'étonner à prendre plaisir à noircir la journée des autres, histoire de se sentir moins seul. Pourtant, celle avec qui elle aurait dû se montrer la plus désagréable était une de ses premières clientes de la matinée, qu'elle connaissait vaguement. Mais c'était surtout celle qui au moment de sortir les billets engagea la conversation, et en une remarque parvint à ruiner le reste de sa journée.

« Alors, j'ai entendu dû dire que vous aviez emménagé chez Arya ? » De toute évidence, t'as raté plus d'un épisode des potins-d'Ocean-Grove toi pensa-t-elle tout en lui adressant un aimable sourire et en saisissant le billet qu'elle lui tendait. « Oui, depuis plusieurs mois en faite, le temps que ma maison soit remise en état. » Elle ne lui mentait pas sur ce point-là, mais omettait simplement de lui préciser les détails de leur relation. Étaler sa vie privée n'était pas forcément son activité favorite, surtout qu'autrement elle aurait pu considérer la suite comme intentionnel de sa part. « C'est une amie en or que vous avez là », elle s'apprêtait à le confirmer mais elle ne lui laissa même pas le temps d'ouvrir la bouche, « d'ailleurs je suis bien heureuse pour Alec et elle, c'était tellement triste de les voir séparés tout les deux. » Emrys se mit aussitôt en mode pause, ne cessant de rembobiner la dernière phrase qu'elle venait de lui dire. « Pardon ? » finit-elle par répondre par automatisme. « Oui, je les ai vu l'autre soir au Parkwest, en même temps avec une telle alchimie, ça ne pouvait être qu'une évidence. » Par la suite, Emrys lui rendit sa monnaie ainsi que son sac de marchandises, et coupa court à toutes autres interventions de sa part. Non pas qu'elle souhaitait perdre toute courtoisie à son égard, mais sa stupéfaction l'empêchait de s'intéresser à ce qui pouvait bien sortir de sa bouche à présent. La concernant, elle en avait déjà bien trop dit.


Alors oui, elle avait bien hâte d'en finir avec cette sale journée, tout autant qu'elle attendait avec impatience les futurs éclaircissements d'Arya sur le sujet. Loin de se monter la tête durant les heures qui suivirent et s'imaginer milles et un scénarios qui pouvaient confirmer le pire, elle s'était contenté de se raisonner et de se dire qu'il y avait une bonne explication à cette confusion. Et c'est ce qu'elle semblait réellement croire en faite. Même si pourtant, par habitude elle avait toujours prit le soin d'envisager le pire pour éviter de tomber de haut au moment venu. Mais dans le cas présent, cela lui semblait tout bonnement paranoïaque de se persuader d'une telle chose. Ce qui ne l'empêchait pas pour autant d'attendre avec impatience qu'Arya le lui confirme, à tel point que son amabilité s'en était ressentit toute le reste de la journée. Et enfin, elle allait obtenir satisfaction puisque l'aiguille de sa montre penchait dangereusement vers les 19h. Elle n'attendit pas une minute de plus pour fermer boutique et prendre la direction d'Ocean Grove. Lorsqu'enfin elle poussa la porte d'entrée de leur maison, elle ne se sentit soudainement plus si impatiente, et au contraire une boule d'appréhension se noua en elle. Elle finit par trouver Arya dans le salon, et se contenta de rester à l'orée en s'appuyant sur le mur. « Salut toi », finit-elle par dire en conservant néanmoins son visage soucieux, « dure journée ? » Et elle se contenta de ces simples mots, s'empêchant d'attaquer de but en blanc. Elle pouvait pourtant enfin avoir ce qu'elle avait désiré tout le long de la journée, mais à cet instant elle voulait simplement voir comment se comportait son amie, comme si de simples détails sur son visage et dans ses paroles pourraient lui confirmer si elle avait vraiment du soucis à se faire.


Dernière édition par Emrys Dolohov le Mer 22 Juin 2011 - 21:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya Dim 3 Avr 2011 - 10:14

Le mardi et le week-end était ses jours de repos. Drôle de jours, mais ses supérieurs avaient justifiés leur choix par le fait que les malfaiteurs étaient plus vigilants en début de semaine, Arya n'avait fait qu'accepter : plus elle avait de repos plus elle pouvait se remettre de sa précédente mission. Elle avait beau se réjouir de son jour de repos, la jeune femme évita cependant d'en informer sa toute nouvelle colocataire qui travaillait ce jour-là. La raison exacte... Elle ne le savait pas elle-même, mais si elle pouvait se réserver une journée rien qu'à elle, alors Arya ne pouvait trouver cela que positif. Ce "free-day" comme elle l'avait appelé durait depuis quelques mois, autrement dit depuis leur rencontre sur le perron d'Emrys.
Aujourd'hui, nous étions mardi et la jeune femme avait passé la journée à se promener dans le quartier. Elle était passé devant son collège et lycée d'autrefois, ainsi que devant la maison des Richardson. De nombreux souvenirs remontèrent à la surface et elle n'eut pas besoin de nombreuses heures pour se rendre compte qu'Alec lui avait manqué et lui manquait toujours. « Vous êtes fait pour être ensemble ! » leur certifiaient leurs amis proches et, ravis, ils repartaient main dans la main, le sourire aux lèvres. Ce ne fut que lorsque le soleil qui avait encore du mal à se montrer qu'elle décida qu'il était temps pour elle de rentrer : elle voulait être présente comme chaque soir pour l'arrivée d'Emrys.
Elle n'avait pas entendue la porter cogner lorsqu'une voix la sorti de ses pensées. Une voix dont elle connaissait désormais tout les détails, une personne dont elle connaissait tout les états. Pourtant, le ton qu'elle employa et le visage qu'elle possédait ne plus pas à Arya, elle comprit que quelque chose se passait notamment par le fait qu'elle ne vienne pas l'embrasser. « Salut toi dure journée ? » Elle appuya sur le bouton d'extinction de la télé puis elle alla rejoindre Emrys. Elle posa rapidement ses lèvres sur les siennes puis, tout en l'enlaçant, elle murmura : « Tu m'as manqué. » Elle lui posa un baiser dans le cou mais voyant le manque d'enthousiasme que lui portait Emrys, elle se décolla d'elle. « J'ai eu une bonne journée, mis à part quelques élèves qui se sont brisés des membres, ça va. » Elle alla leur chercher un verre pour toutes les deux et le tendis à sa correspondante à son retour. « Et toi? Ta journée? Tu m'as l'air fatiguée. » Elle avala une gorgée du liquide qu'elle s'était servie puis elle demanda, inquiète : « Quelque chose s'est passé? » Ce n'était pas dans le genre d'Arya de s'inquiéter, mais avec Emrys elle se sentait une fois de plus différente, comme si elle s'attachait, ce qu'elle n'avait jamais fait, ce qu'elle ne ferait sans doutes jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya Mar 5 Avr 2011 - 20:43

Rester de marbre, une expression qui lui correspondait assez bien à cet instant précis. Et c'est ce qu'elle s'était efforcée de faire durant toute la journée, avec plus ou moins de succès. Mais à cet instant précis c'était bien la seule chose dont elle était capable, demeurer stoïque. Comme elle en avait pourtant eu si souvent le besoin et l'envie ces derniers mois, elle ne s'était pas empressée de retrouver la proximité d'Arya, son contact et ses baisers cette fois-ci. Non, ce poids l'en empêchait, et elle avait besoin que son amie lui démente toute cette histoire pour enfin se sentir libérer. Mais en attendant, elle s'était mise en hiatus, voilà pourquoi elle fut aussi peu réactive face à son baiser puis son étreinte. Elle regrettait d'or et déjà que cette fameuse cliente lui ait adressé la parole ce matin, ou ait même ne serait-ce que mis les pieds dans le magasin. Car à l'heure qu'il est elle se serait déjà perdue dans les bras d'Arya au lieu d'être tourmentée par un esprit qui tergiversait beaucoup trop. Elle ne réagit pas non plus aux premières paroles d'Arya, même si elle aurait pu espéré que ça la soulagerait, il n'en fut rien. Celle-ci finit d'ailleurs par abandonner son étreinte. Elle avait deviné que quelque chose ne tournait pas rond, en même temps il ne fallait pas être Einstein pour le comprendre. De toute évidence, plus tôt elle mettrait le problème à plat, mieux se serait. Emrys parvint néanmoins à esquisser un bref sourire à propos de son commentaire sur sa journée, celui-ci ne l'avait d'ailleurs pas quitté lorsque sa colocataire revint au salon un verre d'eau à la main. « Oh non ça va, une journée comme les autres, instructive néanmoins. » Et c'est sur ces mots qu'elle finit enfin par quitter sa stature de marbre. Ayant retrouvé le verre d'eau en main, elle avança jusqu'à la table pour l'y déposer avant d'entreprendre de s'extirper de son écharpe qu'elle vint déposer sur le dos d'une chaise. Elle fit ensuite de même avec son manteau, et profita de cet instant pour réfléchir à comment lancer le fatidique sujet de la meilleure façon qu'il soit. Mais à vrai dire, elle réalisa qu'il n'y en avait pas vraiment, le mieux aurait été de ne simplement pas avoir à le faire. Néanmoins ce n'était pas une option à cet instant précis, elle avait besoin d'y voir plus clair. Le brouillard opaque de l'ignorance n'était plus pour elle à présent, il fallait qu'elle sache. Si ça se trouve ce n'était rien de bien méchant, juste un ami avec qui elle avait passé une soirée. Seulement pourquoi n'en avait-elle jamais entendu parler ? Surtout qu'il s'agissait apparemment de son ex, 'avec une telle alchimie' pensa-t-elle en roulant des yeux, c'était les qualificatifs mêmes de sa cliente. Maudite soit-elle. Emrys finit par de nouveau se tourner face à son amie lorsqu'elle l'interpella. Un sourire franc se plaça cette fois-ci sur ses lèvres, elle ne pouvait définitivement pas lui occulter le bénéfice du doute. « Rien de spécial non, juste un coup de fil pour ma... la maison sur Lemon Street, j'ai eu la confirmation que ce n'était plus qu'une question de jours maintenant. » Ce qui aurait pu la réjouir, mais il ne s'agissait plus vraiment de son logis à présent, c'est ici qu'elle se sentait chez elle, avec Arya. Et par conséquent elle ne savait pas vraiment de quelle façon prendre cette nouvelle, après tout elle n'avait pas vraiment envie de s'éloigner d'elle, même s'il ne s'agissait que d'une rue. Et puis, elle n'était pas certaine que désormais elle supporterait la solitude qui peut régner au sein de cette grande maison. Elle y avait vécu avant, quand elle était amnésique. Maintenant, elle ne l'était plus. Voilà pourquoi elle comptait sur sa colocataire pour lui dire de quoi il en retournait, sur beaucoup de sujets de toute évidence. Et c'est cet instant qu'elle choisit pour crever l'abcès, elle quitta alors un instant son regard histoire de se donner une certaine contenance, puis retrouva de nouveau ses yeux familiers. Elle fit alors un pas vers elle alors que sa bouche se perdait entre différentes formules oratoires pour trouver la plus adéquate, mais opta finalement pour la plus directe. « Qui est Alec ? » Elle scruta alors chaque traits de son visage comme elle avait pu si souvent le faire, mais cette fois-ci pour y trouver une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya Dim 10 Avr 2011 - 14:51

On dit que l'amour n'a pas de limites, que l'amour est un sentiment qui se doit d'être partagé à deux. Agent secret pour une boîte privé, Arya ne manquait cependant pas à la règle. Elle avait aimé, elle avait aimé très fort un homme qui l'avait demandé un mariage six mois après leur rencontre. Elle avait accepté, en sachant pertinemment qu'il ne lui passerait jamais la bague au doigt. Puis un soir, elle lui annonça son départ. Après huit mois de vie en commun, Arya ,qui se nommait à l'époque Maggie, allait mentir une fois de plus à l'homme qui était censé devenir celui de sa vie, et partir pour une nouvelle mission : ainsi était sa vie, ainsi est sa vie. Emrys était une jeune femme épatante. Souriante, elle possédait une douceur indéfinissable qui fit fondre la jeune Arya en seulement une soirée. Son côté doux et faible n'était rien comparé à son côté dur et déterminé, qui, lorsqu'il prenait surface, se montrait cruel envers les autres, cruels envers Arya ce soir-là. Emrys déposa son manteau ainsi que son écharpe, en prenant soin de poser son verre d'eau auparavant, puis elle revint à sa place initiale. D'une voix molle, elle définit sa journée "comme les autres" et elle ajouta "instructive". Sa compagne -si l'on pouvait l'interpeler ainsi- était ravie de savoir qu'elle avait eu une bonne journée, même si au fond ça ne changeait pas d'habitude : les jours étaient définitivement parfait lorsqu'Arya savait qu'Emrys l'attendait à la maison. La jeune enseignante se leva pour se rapprocher de sa "petite-amie" et, alors qu'elle posa ses lèvres rapidement, elle se détacha aussitôt de cette dernière qui ne semblait pas d'humeur. Elle n'avait pas du passer une si bonne journée que ça, alors. Définitivement inquiète par sa réaction, Arya lui demanda si quelque chose s'était passé. Elle lui répondit que non, rien ne s'était passé, mis à part un coup de fil qui lui avait confirmé que la reconstruction de sa maison était bien achevée, ce qui était une bonne nouvelle en soi. « Mais c'est une excellente nouvelle. T'as-t-il dit lorsque tu pourrais la revendre? Peut-être qu'il faudrait que tu la fasses évaluer, pour en connaître son prix. » Il lui paraissait évident qu'Emrys allait rester vivre ici. Elles n'en avaient pas à proprement parlé du fait qu'elles vivraient toujours ensemble et ceux même après la réparation de la maison d'Emrys, mais c'était pour clair dans son esprit que maintenant qu'elle avait quelqu'un avec qui vivre, se retrouver dans cette grande maison seule n'allait pas être possible. Et puis vendre la maison familiale était tout simplement impossible. Ces parents étaient partis vivre autre part, mais c'était toujours la leur, il était hors de question de la vendre.

Un silence mortuaire s'installa dans cette maison où l'on semblait pouvoir entendre le bruit de la mouche domestique voler. Arya sentit qu'Emrys avait quelque chose à lui dire, à lui avouer et alors que celle-ci se rapprocha d'elle, elle sentit son coeur battre considérablement fort. Alors qu'elle tentait de compter son pouls, Emrys lâcha la bombe. « Qui es Alec? » Paniquée, elle ne montra cependant pas cette agitation intérieure qui semblait lui brûler les organes. Elle releva la tête et dit, de manière aussi neutre que possible. « Alec? Tu veux dire Alec Richardson? C'est un ami. » Arya était prise entre deux chair. Personne n'était censé savoir qu'elle avait déjà vécut ici auparavant, sauf Alec et Loann qui l'avait reconnu. Mais si la question sur Alec pouvait paraître simple, elle l'était moins pour Arya. Elle savait ce qu'elle avait fait et ne le regrettait pas pour autant. Elle savait qu'Emrys n'allait pas apprécier ce qu'elle allait lui dire, c'était évident, mais c'était la vérité. Pour l'instant, regardant Emrys, elle n'avait en aucun cas l'intention de lui dire la vérité. Elle allait lui mentir comme elle l'avait fait de nombreuses fois sans que l'amnésique ne s'en rende-compte, ça allait passer comme une glace. Du moins, elle l'espérait...

Mais ce qui préoccupa Arya mis à part ces deux choses, c'était de savoir d'où Emrys pouvait bien avoir entendu ce nom. Elle se demandait si Alec n'était pas pour quelque chose, s'il n'avait pas prétendu certaines choses pour qu'Emrys s'emmêle les pinceaux. Cette hypothèse était impossible, ou du moins elle n'était pas la meilleure qu'elle avait eu, puisqu'Alec n'avait aucune idée qu'Arya fréquentait quelqu'un, encore moins une femme, encore moins Emrys. Elle pensa alors à sa soeur, peut-être qu'Alec s'était confié à elle qui était tout de suite allée le répéter à cette jeune disquaire, en se moquant d'elle. En fait, Arya se faisait divers plans pour savoir où elle avait pu entendre ce nom et surtout, pourquoi avait-elle prononcé ce prénom avec tant de haine, de dégout. Toujours de manière très neutre, Arya tenta de dire quelque chose malgré sa gorge sèche. « Pourquoi cette question? Tu l'as rencontré? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya Sam 16 Avr 2011 - 23:57

Le temps de quelques instants, une agréable surprise eut le don de chasser de son esprit ses sombres pensées. Piquée au vif, elle releva brusquement la tête et la dévisagea avec un sourire inattendu. La même idée traversait donc leurs esprits, elles n'avaient aucune envie de faire maison à part, ni même chambre à part. Emrys pensa d'un côté qu'elle n'aurait jamais pu espérer une meilleure réaction de sa part, après avoir passé une journée à redouter ce qu'elle aurait pu lui cacher concernant ce mystérieux -et déjà étrangement détestable- Alec, voilà qu'elle se retrouvait avec une surprenante Arya qui en quelques mots était parvenue à lui remémorer pourquoi elle appréciait tant être à ses côtés. Et de toute évidence, elle pourrait encore en passer de très nombreux si elle se débarrassait de cette ex-maison pour définitivement loger ici. Tout s'était peut-être passé à une extrême vitesse entre elles, passant d'inconnues à colocataires en l'espace de quelques semaines et maintenant à cette relation qui avait tout d'inespérée à ses yeux, mais revenir en arrière était difficilement envisageable pour elle. Et savoir que c'était également le cas d'Arya la rassurait quelque part, car après tout elles n'avaient jamais mis de mots sur ce qui pouvait se passer entre elles, même si elle aimait souvent à penser qu'il n'y en avait pas besoin, comme si c'était une simple évidence. Mais entendre Arya le dire n'avait rien de désagréable pour autant, bien au contraire. Prise au dépourvue, elle chercha là aussi ses mots mais pour une raison bien plus plaisante que la questionner sur un éventuel secret qui pourrait avorter tout avenir de leur relation. Son ventre se noua de nouveau à cette idée, et elle perdit quelque peu son sourire en revenant les pieds sur terre. Elle pourrait se réjouir lorsqu'elle aurait l'assurance qu'elle ne s'était inquiétée pour rien, aspirant à se sentir ridicule d'ici quelques instants d'avoir pu songer un seul instant qu'elle ait pu faire ça. Car elle savait qu'à sa place, elle ne le prendrait pas de la meilleure façon qui soit si elle la soupçonnait de voir une autre personne qu'elle, et qu'elle doute d'elle aussi facilement de par une simple remarque d'une cliente quelconque. Oui, elle avait une terrible envie que tout ça soit ridiculement impossible. « Oui tu as raison, je m'occuperais de ça, et le lui demanderait même dès demain. » finit-elle par lui répondre en se réconciliant avec son sourire, luttant contre l'envie de réduire à néant cette distance qu'elle avait pu instaurer entre elles et retrouver ses lèvres si familières. Et elle n'en fit finalement rien, se contentant de demeurer où elle se trouvait, en redoutant ce qu'Arya viendrait à lui dire sur ce mystérieux jeune homme. La boule d'appréhension se noua alors d'avantage face à son visage impassible lorsqu'elle releva la tête, ne sachant réellement de quelle façon l'interpréter. D'un côté, elle avait cette terrible envie de se dire que c'était simplement parce qu'elle n'avait rien à se reprocher et qu'il ne pouvait s'agir que d'un pitoyable ragot, mais d'un autre elle avait ce besoin d'en avoir véritablement le coeur net, et ne pas se contenter de cette réponse. Autrement, si elle n'y faisait pas face dès maintenant, ses soupçons finiraient par la consumer de bout en bout. « Un ami qui est aussi ton ex petit-ami, c'est ça ? J'ai eu le droit au couplet comme quoi vous étiez un couple fusionnel il n'y a pas si longtemps que ça. » Arya ne se trouvant qu'à Ocean Grove depuis quelques mois, leur histoire ne devait être que très récente en effet, et elle ne cessait de se demander pourquoi elle n'en avait jamais entendu parler auparavant. Au risque de passer pour jalouse, et bien elle l'était bel et bien pour le coup. Surtout lorsqu'elle se retrouvait complètement ignorante sur le sujet. Le regard innocemment interrogateur qu'elle lui adressa ne l'était donc pas pour rien. « Non, je ne savais même pas qu'il existait jusqu'ici. Mais une de mes clientes m'a dit qu'elle vous avait vu l'autre soir au Parkwest, et qu'elle était ravie de vous revoir ensemble... » finit-elle par ajouter, en demeurant volontairement évasive. Car si c'était malheureusement vrai, il fallait qu'elle la mette au pied du mur pour obtenir la vérité. Une vérité qui se révèlerait bien cruelle, mais qu'elle n'était pas encore prête à croire, se raccrochant à l'idée d'un malheureux quiproquo ou n'importe quoi d'autre du moment qu'elle avait tort. Et elle ne l'avait jamais autant désiré, d'avoir eu tort d'accorder du crédit à ces paroles, même si elle demeurait bien prête à tout pour s'en assurer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya Mer 20 Avr 2011 - 15:00

Ocean Grove était certainement un mauvais choix, un très mauvais choix. Non seulement il était probable qu'Arya retrouve des amis d'enfance, mais elle se souvenait également de ce quartier. Personne ne pouvait garder un secret bien longtemps puisque le lendemain que la personne l'apprend par elle-même, tout le monde se retourne sur cette dernière en chuchotant, des chuchotements insupportables. Arya en avait été témoin de cette souffrance, de ce pincement au coeur dû aux regards tueurs et accusateurs de ces habitants. On se dit voisins, on se dit amis, mais rien de cela est réel, rien ne l'était et rien ne le sera jamais. Le mensonge et l'hypocrisie étant bien trop présente, comment voulez-vous tenir un couple, une vie de famille dans un quartier pareil ? Arya le savait, depuis toujours, et juste avant ce moment présent, jamais elle n'avait regretté d'être revenue ici. Maintenant, cette question ne cessait de la hanter.

Plus elle regardait Emrys, plus elle se demandait ce qu'elle avait fait, plus elle regrettait. Cette soirée, avec Alec, avait été merveilleuse, elle l'avait retrouvé, elle s'était retrouvé mais elle ne voulait pas que ça aille plus loin et elle l'avait fait comprendre à son ami. Comment aurait-elle pu penser qu'Emrys, sa nouvelle colocataire et petite-amie dirons nous, pourrait en être au courant? Au courant de quoi, direz-vous. Eh bien, au courant de cette soirée. Certes, ils n'avaient pas été des plus vigilants mais ils n'avaient rien à craindre, puisqu'elle n'était en couple avec personne, pas encore du moins. Elle était également au courant qu'Alec était, dans un passé lointain, son petit ami pendant des années et des années. Comment avait-elle pu savoir cela? Emrys lui donna la réponse : une cliente de sa boutique le lui avait dit. Eh voilà. C'est tout. C'est ainsi qu'Arya compris son erreur, ou plutôt ses erreurs. Elle n'aurait jamais dû revenir, jamais dû retrouver ses amis, pourquoi Ocean Grove et pas autre part? Arya ferma les yeux.

Lorsqu'elle les rouvrit, elle eut droit à exactement ce qu'elle avait prévue. Emrys lui conta ce qu'on lui avait précisément dit : « Un ami qui est aussi ton ex petit-ami, c'est ça ? J'ai eu le droit au couplet comme quoi vous étiez un couple fusionnel il n'y a pas si longtemps que ça. » Droite et immobile tel du marbre, elle écoutait, sans plus rien dire. Lorsqu'elle lui demanda si elle l'avait rencontré -à ce moment-là elle n'était pas au courant de la manière dont elle l'avait su- elle lui répondit : « Non, je ne savais même pas qu'il existait jusqu'ici. Mais une de mes clientes m'a dit qu'elle vous avait vu l'autre soir au Parkwest, et qu'elle était ravie de vous revoir ensemble... » Intérieurement, elle maudit la personne qui le lui avait ouvertement dit cela ainsi que le quartier aussi, elle le maudit comme elle ne l'avait jamais fait. Emrys avait prise une attitude qui laissait à désirer. Sa compagne ne savait comment trop l'interpréter, elle ne le dit donc pas. « Petit-ami? Disons que nous l'étions, oui, mais ça n'a pas duré bien longtemps. » Emrys n'était pas au courant qu'Arya avait déjà vécut ici, auparavant, et elle souhaitait garder cela secret le plus longtemps possible. Elle préféra jouer la carte de la femme blasée, une histoire minuscule qui n'avait aboutie à rien, alors que c'était tout le contraire. Elle l'avait aimé si profondément qu'elle avait eut du mal à quitter la ville, elle avait hésité et elle avait pris le mauvais choix. Mais ce n'était pas le moment de regretter quoi que ce soit. « Oh oui, ce soir là? » Sur l'instant, elle regretta ce qu'elle venait de dire. Ce soir là? Pas l'autre ? Alors qu'elle ne l'avait plus revu après, elle se demanda d'ailleurs ce qu'il devenait, elle n'avait plus de nouvelles. « C'était peu de temps après que tu n'emménages chez moi, on a fricoter un peu, rien de bien grave. » Rien de bien grave? Elle avait couché avec lui, mais ça elle ne le lui dirait pas. Pourtant elle ne se reprochait rien puisqu'elle ne l'avait pas trompée, elles n'étaient pas encore ensemble... pas officiellement du moins. Arya glissa un sourire sur ses lèvres et dit, en lui attrapant la main doucement : « Mais, dis-moi, ce ne serait pas de la jalousie ça? » Elle sourit puis dit, en posant un baiser sur sa joue. « Tu sais très bien que c'est toi que j'aime, n'est-ce pas? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya Jeu 12 Mai 2011 - 23:40

L'ignorance était parfois préférable à la vérité, Emrys avait eu l'occasion de le réaliser à l'instant où son passé lui était revenu en mémoire. Pendant tant de mois elle avait pourtant tenté de découvrir qui elle était vraiment, pour finalement se rendre compte que cela n'avait été qu'une erreur lorsque son souhait s'était finalement concrétisé. Et à croire qu'elle n'avait pas compris cette leçon, elle était toujours à la recherche de la vérité. Une vérité qu'on tente d'idéaliser, mais qui ne fait finalement que nous décevoir lorsqu'elle éclate. Malgré tout, elle espérait que sa présente quête de vérité serait une exception, elle avait d'ailleurs bien du mal à imaginer que ça ne soit pas le cas venant d'Arya. Ces derniers mois n'avaient été constitué que de surprises à ses côtés, et ce dans le bon sens du terme. Alors pourquoi en serait-il autrement maintenant ? La plus grande part d'elle même l'en pensait incapable, mais il faut croire que la part minima convoitée par sa paranoïa l'emportait néanmoins au final. Cette dernière ne s'en retrouva d'ailleurs que renforcée face aux yeux clos de sa colocataire, et son rythme cardiaque s'affola pour le moins. Avait-elle réellement des raisons de redouter ce qu'elle trouverait à lui répondre ? Et puis pourquoi elle ne l'avait pas décrit comme son ex petit-ami dès le début au lieu de simple 'ami' ? Ce n'était qu'un détail, mais à cet instant précis le moindre de ces derniers prenait une tout autre ampleur. Et elle se promit d'ailleurs que si finalement elle s'était rongé les sangs pour rien, elle devrait définitivement décidé de faire quelque chose à propos de cette tendance maladive à voir le mal partout. « Pourquoi tu ne m'en as pas parlé malgré tout ? » Bien que son passe temps favori n'était pas d'écouter Arya parler de ses ex, elle aurait néanmoins préféré en savoir un minimum, surtout lorsqu'il habitait toujours les environs. Si on lui octroyait à présent le droit de se méfier des anciens amants comme toute compagne se le devait, où allait le monde ? C'est la pensée dans laquelle elle préféra se réfugier face à la dernière intervention de sa colocataire, ce 'oh oui, ce soir là ?' qui eut néanmoins le don de durcir l'expression de son visage, et de froncer ses sourcils. Surtout ne pas réagir au quart de tour pour mieux le regretter ensuite. Pourquoi elle avait cette impression que tout ne se passait pas aussi bien qu'elle l'aurait souhaité ? Tout du moins, elle avait encore échappé au pire, et espérait que ce pire n'était pas d'actualité. « Ah oui ? Pourtant elle semblait dire que ça ne datait d'il y a pas si longtemps... » A croire qu'elle accordait plus de crédit à une quasi-inconnue qu'à celle avec qui elle partageait son lit, et bien plus que ça. Mais cette situation n'en demeurait pas pour autant moins déroutante, ce qui pouvait bien expliquer sa réaction sans pour autant la justifier. Et dès qu'Arya eut rétabli le contact et saisit sa main pour ensuite lui embrasser la joue, elle fut presque tentée d'en oublier ce pourquoi elle l'était autant, dérouté. C'est bien pour cette raison que jusqu'ici elle avait gardé ses distances, car autrement elle n'était pas certaine de mener à bien cette 'interrogatoire'. « C'est ta responsabilité je te signale, tu n'avais qu'à pas jouer de ton charme avec moi. » finit-elle par lui répondre avec un regard complice. C'était désormais prouvé, elle ne pouvait s'empêcher de conserver un esprit clair à ses côtés, et encore moins à son contact. Quelle cruauté, vraiment. Avoir ce besoin insatiable de parcourir de sa main sa joue pour mieux concrétiser sa proximité, comme elle venait de le faire. « C'est juste que je déteste apprendre ça par d'autres, comme si elle te connaissait mieux. » ajouta-elle avec plus de sérieux, ça en plus qu'elle ait pu être proche d'un autre qu'elle il y a encore peu de toute évidence. En espérant qu'il n'était question de rien d'autre, même si elle avait bien des difficultés et surtout la force d'en douter à cet instant, sachant que sa raison finirait bien par reprendre le dessus la connaissant. Seulement pour le moment elle voulait simplement se contenter de saisir au vol deux petits mots qu'elle prendra très certainement vite goût à entendre. « Oui je sais que j'ai un certain charme aussi » répondit-elle en rejetant ses cheveux en arrière, « mais à vrai dire je ne pense pas que tu fasses le poids face à mes je t'aime. » conclut-t-elle en retrouvant ses lèvres. Enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya Dim 15 Mai 2011 - 10:56

Cette histoire prenait des proportions qui devenaient inquiétantes. Dressée sur ses pieds nus, Arya paraissait insensible aux paroles d'Emrys. Elle ne bougeait que très peu, toute son intention semblait portée sur son amie, son amour. En revenant à Ocean Grove, elle ne se souvenait plus combien les rumeurs pouvaient se transmettre si rapidement. Et aujourd'hui, elle était là, devant Emrys, tentant en vain de se justifier d'un geste qui ne lui était pas interdit, pas totalement. Elle souhaitait qu'Arya se justifie, qu'elle lui dise que tout cela n'était qu'inventé par cette vieille femme, mais comprenait-elle que jamais Arya ne ferait ce qu'elle demandait? Elle avait fuit ses responsabilités sans se justifier, elle était partie aussi vite qu'elle avait pu sans laisser de mot, sans dire au revoir, pensait-elle que ça ne s'appliquerait pas pour elle aussi? Si elle pensait cela, alors elle pensait mal. Combien de fois s'était-elle promise à quelqu'un et, qu'ensuite, elle s'était enfuie sans un bruit? Combien de fois avait-elle mentie face aux regards interrogateurs des gens? Son palmarès était bien plus vaste qu'on ne pouvait le croire et des fois, comme à cet instant, elle aurait aimé n'avoir rien fait de tout cela. Elle aurait aimé être une parfaite citoyenne, au service de son pays. « Tu ne peux pas me demander ça. » dit-elle, sèchement, en s'éloignant d'Emrys. « Ne me demande pas de te justifier mon passé. Oui, j'ai eu une relation avec Alec et d'autres personnes. Si tu veux tout savoir, j'ai été fiancé plus de trois fois. » Arya venait de se livrer et c'était tout à fait volontaire, pourtant c'était dangereux pour elle. Elle reprit, très rapidement. « Je n'ai pas besoin de connaître le nom de tes ex pour savoir que je peux te faire confiance, Emrys. Il n'y a que toi, aujourd'hui, c'est le principal. » Elle finit sa phrase doucement, en caressant la joue de son amie. En même temps, elle comprenait pourquoi Emrys se posait tant de questions sur Arya. En revenant ici, elle n'avait pas pensé à tout ce qu'elle retrouverait. Alec, sa maison, ses anciens voisins. Elle n'avait pas joué sur le plus simple en retrouvant directement le lit de Richardson. « Pardonne-moi. J'ai fait une erreur, je le reconnais. Pour te dire la vérité, j'ai vu Alec alors qu'on se rapprochait, toi et moi. On a... été plus que proche, mais c'était une erreur. » bafouilla-t-elle. Elle perdait les pédales, Emrys lui faisait perdre les pédales.
Voyant ses yeux aussi brillants, Arya aurait pu s'évanouir sur place. L'atmosphère se réchauffait et le moment qu'elle avait tant attendue durant la journée entière était enfin arrivée. Bloquant son visage de ses mains, elle s'apprêtait une fois de plus à promettre quelque chose dont elle connaissait déjà le mensonge. Posant le bout de son nez sur le sien, elle murmura alors : « Personne ne me connait mieux que toi, je te le promets. » Le petit geste tel un film américain eut pour résultat de faire sourire la destinataire de ses paroles. « mais à vrai dire je ne pense pas que tu fasses le poids face à mes je t'aime. » Elle eut un sourire et murmura, peu avant leur rapprochement : « Je ne fais pas le poids, non. » Puis elle retrouva ses lèvres si douces qu'elle avait tant désiré tout au long de la journée. Durant cet instant, tous ses mensonges et son passé disparurent. Collant son corps contre le sien, Arya ressentait un profond désir qui lui était encore inconnu auparavant. Elle caressa son visage, ses cheveux puis le bas de son dos. Elle embrassa le bout de ses lèvres et descendis au creux de son cou. Immédiatement, elle reprit ses lèvres. Tout l'espoir qu'elle avait eu refis surface. Elle n'avait plus peur, maintenant. Elle se sentait invincible, comme si plus rien ne pourrait la heurter. Elle sentait qu'Emrys serait toujours là pour elle tout comme l'inverse, Arya serait toujours présente pour Emrys. Reprenant son souffle, Arya murmura durant cet instant un Je t'aime profond, envoûtant, sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya Mar 17 Mai 2011 - 21:25

Ce fut à son tour d'être étonnée de son comportement, du ton de sa voix qui venait soudainement de changer de registre. De toute évidence, elle avait franchit une limite que seul Arya pouvait voir, pensait-elle en la regardant s'éloigner un temps de sa présence. Et elle avait beau réfléchir à quelle tournure ou quel propos avait pu la faire réagir aussi vivement, elle se retrouvait dans le flou le plus complet. Et c'est Arya elle-même qui finit par lui donner la réponse. Ce qu'elle comprit, après tout elle plus que quiconque n'aimerait pas à se justifier de son passé. Même si aux yeux de tous, elle n'était censé en avoir aucun, ou tout du moins n'en avoir aucun souvenir. Elle savait bien qu'elle n'avait aucun droit à réclamer sur ce qui avait pu être ses antécédents relationnels, excepté si un de ces derniers était entremêlé aujourd'hui avec leur présent. Et c'était bien là où résidaient ses interrogations. Même si néanmoins, elle ne put s'empêcher de trébucher mentalement sur ces trois fiançailles dont elle parlait. Témoignant d'un goût évident pour l'engagement, ou au contraire non vu leur multiplication. Mais elle pouvait être certaine que si elle rebondissait là-dessus, ça n'arrangerait pas la situation dans l'immédiat, et se contenta donc de le garder soigneusement en tête. La confiance. Elle se construit, et n'apparaît pas en un coup de baguette magique, même si jusqu'ici Arya n'avait rien fait pour entraver celle-ci, et elle ne lui rendait pas justice pour ça. Cependant il y avait un paramètre que semblait oublier sa colocataire, c'est qu'elle ne pouvait pas mettre en avant le fait de vouloir ou non connaître ses ex alors qu'Emy était de toute façon incapable de lui donner des noms ; à travers la version qu'elle connaissait tout du moins. Et Arya avait tort de lui accorder sa confiance sur ce point-là, elle l'illustrait parfaitement. Elle voyait ce qu'elle était prête à faire aujourd'hui pour conserver son amnésie aux yeux de tous, et ce qu'elle avait été prête à faire par le passé pour bien d'autres raisons, si bien qu'elle ne pouvait s'empêcher de se demander si son entourage était capable de la même chose. La vérité. C'est ce qu'Arya semblait faire l'effort de partager avec elle à présent. Ce n'était pas la version qu'elle aurait préféré entendre, mais elle avait au moins le don de demeurer compréhensible, malgré qu'elle portait de moins en moins ce Alec dans son coeur. Mais elle ne pouvait pas vraiment reprocher ça à Arya, et s'en sentait presque soulagé à ce titre. C'est pourquoi elle se tût durant cet instant, prenant le temps de peser le pour et le contre. Cependant difficile de garder l'esprit clair face à cette étreinte qui libérait son corps autant qu'il étouffait ses pensées. Mais cette fois-ci, il faut croire qu'elle ne les étouffait pas assez, bien que pourtant jamais elle n'avait autant souhaité s'y abandonner. Mais il fallait se rendre à l'évidence : le sujet n'était pas clos pour elle, et elle n'était pas prête à prétendre qu'il l'était. Après tout, qu'est ce que quelques questions pourraient avoir de mal ? Ce fut néanmoins Arya qui mit fin à leur baiser en premier lieu, probablement sans se douter qu'Emy saisirait cette occasion au vol pour reprendre là où elles en étaient restées. « Mais on peut dire que tu t'améliores... » souffla-t-elle accompagné d'un sourire taquin au coin des lèvres en réponse à son étreinte et à son je t'aime frissonnant. Sourire qui s'atténua quelque peu par la suite. « Quand ? » reprit-elle calmement en replaçant une mèche d'Arya derrière son oreille. Elle voulait savoir à quelle période de leur rapprochement elle s'était réfugiée dans les bras d'Alec. Elle se doutait bien que cela ne datait pas d'une semaine, mais malgré tout peut-être avaient-elles une définition différente de ce que signifiait un rapprochement. Et puis elle avait surtout cette impression qui demeurait, que quelque chose de plus ambigu manquait à sa connaissance. « Et si ça ne signifie plus rien, pourquoi tu ne me l'as pas dit dès le début ? » Toujours parfaitement calme, Emrys caressait à présent sa joue de son pouce. Elle redoutait qu'Arya se braque une nouvelle fois face à ses interrogations, pourtant elle avait besoin d'y trouver réponse. « J'essaye juste de comprendre, tu ne peux pas me reprocher ça. » finit-elle par ajouter pour la rassurer. En finir avec leur histoire était bien la dernière chose qu'elle souhaitait à l'heure qu'il est.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya Jeu 19 Mai 2011 - 21:06

S'enfoncer. Arya tentait en vain de ne pas s'enfoncer dans ce tourbillon qui la menaçait en permanence, depuis des années déjà. Il l'attirait à elle, mais elle s'était toujours sortie saine et sauve, sans avoir à se justifier de quoi que ce soit, ni même à fuir précipitamment. Toutes ses affaires s'étaient passées du plus pacifiquement possible. Certes, elle avait connu des affaires plus dures les unes que les autres mais, au final, jamais elle n'avait dû pleurer la mort d'un être cher, qui deviendrait son passé, quelques semaines plus tard. Seulement la situation semblait différente pour Arya, qui paraissait hésitante quant à ses propos pour lesquelles elle se battait face à ce regard mielleux qui ne cessait de lui faire de l'oeil. Elle luttait contre elle-même, en fait, puisqu'elle aurait pu tout lui avouer : son passé, ses multiples vies, son travail, ses diverses relations et fiançailles, mais elle ne le ferait pas. Car si elle le faisait, alors ça mettait fin à un chapitre de sa vie qu'elle ne souhaitait pas quitter, pas tout de suite. Sa vie actuelle lui suffisait et lui plaisait amplement pour qu'elle n'aille tenter autre chose. Arya ne se sentait pas prête à passer le pas, à stopper sa vie qu'elle menait depuis quelques années déjà. Et même si la peau douce d'Emrys lui suppliait d'y joindre son pouce en faisant des ronds circulaires, prouvant qu'elle pouvait lui faire confiance. Elle aurait voulu se coller à elle, la prendre dans ses bras et lui chuchoter à l'oreille divers mots doux, diverses choses qui lui prouveraient qu'elle ne partirait pas, qu'elle serait toujours présente pour elle, mais elle ne voulait pas mentir. Non, pas cette fois-ci, pas avec elle, pas avec Emrys. Puisque si elle doutait d'elle-même, c'était que la jeune femme remettait en doute son futur, son futur pour lequel elle s'était tant battue. Les choses commençaient à s'embrouiller en son elle intérieur. Comment pouvait-elle résister aux petites fossettes de son amie, si peu visible à vue humaine ?

Liant ses lèvres aux siennes, Arya en aurait presque ruminé le fait que son amie les sépare. S'il n'avait eut qu'elle, elle aurait continué la nuit à l'ensevelir de baisers tous aussi sensuels et sincères les uns que les autres, elle lui aurait symboliquement caressé les cheveux pour qu'elle puisse s'endormir avec un rythme régulier. Elle aurait écouté les battements de son coeur, pour s'assurer qu'elle n'était pas dans un rêve. Un rêve si doux. Un sourire timide apparut sur ses lèvres qui, rapidement, retrouvèrent celles d'Emrys avant que celle-ci ne commence un discours dont Arya prierait d'en voir la fin le plus rapidement possible. Pourquoi Emrys persistait à penser que sa colocataire et, parallèlement, sa copine depuis quelques semaines, lui mentait aussi lamentablement? Tout de même, elle avait de quoi douter puisque ni le sourire ni le regard distrait de son amie ne pouvait lui certifier une vérité totale. Seulement, comme tout être faussement vrai, Arya commençait à s'énerver. Elle ne comprenait pas pourquoi continuer à lui poser autant de questions qui, au final, ne l'emmènerait nulle part. Mais elle se rendait compte également qu'elle avait bien plus de mal à croire ses mensonges, bien que minimes comparés aux siens lui étant propres, à lui faire confiance. Pouvait-elle penser à un futur commun si sa compagne ne lui faisait en aucun cas confiance ? Elle attendit qu'Emrys termine son discours et, se retira brusquement. « Que cherches-tu à me faire dire, Emrys ? » dit-elle, en tenant son regard, sèchement. « Tu veux me faire dire que je t'ai trompé avec Alec, c'est ça? Eh bien si ça peut combler les manques de ton passé en y incluant notre couple, s'il n'y a que ça pour te faire plaisir, eh bien oui ! Je t'ai trompé et j'aime toujours Alec. C'est ce que tu veux savoir également? C'est ce que tu souhaites que je te dise ? » D'un geste froid, elle se retourna violemment et fit les quatre cents pas. Tout cela lui bousillait le cerveau, petit peu par petit peu, mais ça lui faisait horriblement mal. C'était leur toute première dispute, de véritable couple. « J'ai couché avec lui peu après notre rapprochement. Je l'avoue, c'était déplacé compte tenu de mes sentiments nouveaux pour toi, mais Alec fait partie de mon passé et nous avons eu une histoire tous les deux, je ne peux pas le nier. » Se rapprochant alors d'Emrys, elle finit sur une touche plus calme. « C'est ce que tu voulais savoir, ou bien tu doutes encore de moi et de mes sentiments? » Entamant un duel du regard, Arya était partie pour gagner et aller le gagner puisque, pour une fois, jamais elle n'avait été plus vraie. Jamais elle ne pourrait dire qu'elle ne l'aimait pas. Ce petit bout de femme aux cheveux si longs, Arya la voulait à elle et ce, pour toujours.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya Mar 24 Mai 2011 - 20:44

Une nouvelle fois, elle ne pouvait parvenir véritablement à mettre une raison sur ce qui pouvait justifier la réaction d'Arya. Surtout concernant une aussi vive réaction. Elle ne comprenait définitivement pas ce qui pouvait la contrarier autant, même si elle pouvait être cette fois-ci certaine que ce n'était pas lié au ton ou à la tournure de ses phrases, vu qu'elle y avait prêté une grande attention afin qu'il n'y ait pas de malentendu. Ce qui malgré tout ne s'était pas révélé suffisant de toute évidence. Ce devait donc être lié au contenu. Loin d'elle pourtant l'idée de vouloir insister juste pour la faire enrager puisque c'était un sujet qu'elle ne se plaisait pas à aborder de toute évidence, mais elle cherchait juste à comprendre comme elle avait pu le lui dire. Et Arya lui échappa. Elle s'éloigna d'elle, et la main qui auparavant lui caressait la joue retomba dans le vide. Elle se retrouvait dorénavant dans le noir complet la concernant, et n'avait aucune idée de quoi il pouvait en retourner. Qu'est ce qui pouvait donc autant la braquer ? Emrys avait beau tenter de se mettre à la place de son amie, elle ne voyait vraiment pas ce qui avait pu autant lui déplaire, alors comment pouvoir tenter d'arranger la situation ? Car il devait forcément y avoir un malentendu, ou bien autre chose qui échappait à son esprit à l'heure actuelle. Une raison qui justifiait le regard sombre qu'elle pouvait lui adresser à cet instant précis. Emy en eut des frissons, elle redoutait tellement l'idée de se fâcher avec elle, surtout lorsqu'elle n'en savait même pas le pourquoi. « Mais bien sûr que non, pourquoi tu vas imaginer ça ? Et puis pourquoi tu réagis à chaque fois de cette façon Arya ? Je ne t'ai jamais parlé de tromperie ou de triangle amoureux à ce que je sache, non ? Je veux juste savoir quand et pourquoi tu ne me l'as pas dit de but en blanc, qui y'a t-il de mal à ça ? » Et elle, que voulait-elle ? Qu'elle garde ses interrogations pour elle, et invente elle-même leurs réponses ? En tout cas elle se retrouvait vexée qu'Arya puisse penser ça d'elle, comme si les grands drama étaient son registre favori. Et elle était surtout blessée qu'elle parle de son amnésie de cette façon, aussi fausse soit-elle. A quoi donc voulait-elle en venir au final ? « Je n'ai rien mis en question jusqu'ici voyons, ma confiance en toi, nous, bien sûr que non. Pourquoi tu tires de telles conclusions ? » reprit-elle calmement en regardant sa colocataire lui tourner le dos brusquement et faire les cent pas. Elle n'en revenait pas de sa réaction. Jusqu'à présent elles avaient tellement semblé être sur la même longueur d'onde que ça paraissait surréaliste et si soudain, mais de toute évidence il y avait maintenant quelques interférences sur la ligne. Mais ça pouvait toujours se réparer, non ? « Bien, mais je ne te suis plus Arya, qu'est ce qui te pose problème ? Je ne dois plus te poser de questions, c'est ça ? » finit-elle par ajouter d'un ton dénué de tout reproches. Si c'était ça, c'est bien dommage parce qu'elle venait de l'assaillir avec plus de questions qu'elle ne pouvait le dire. Espérons qu'elle n'en fasse pas une syncope, même si elle serait ravie de poser ses lèvres sur les siennes pour lui insuffler de l'air pensa-t-elle alors qu'Arya se retournait pour lui faire face. Et elle retrouva ce regard, qui n'était pas son favori. Et plus que jamais, Emrys avait le besoin d'anéantir la distance qui pouvait les séparer, elle ne voulait pas qu'elle lui échappe. Et elle voulait s'assurer que ce n'était pas le cas. Ne tenant plus, elle prit alors l'initiative d'avancer rapidement jusqu'à elle pour lui saisir ses mains, puis ses joues, plongeant dans son regard. Elle donnerait tout pour retrouver cet air sur son visage qu'elle aimait tant. Et s'assurer par la même occasion qu'elle n'avait aucune raison de s'inquiéter. « Alors c'est vraiment de ça dont il s'agit, tu penses que j'aurais la force de douter de toi de toute façon ? Je te l'ai dit, ton pouvoir de séduction a fonctionné, je serais bien incapable de vouloir me passer de toi maintenant. » Un sourire apparu alors sur ses lèvres, qu'elle espérait bien contagieux pour Arya. Elle souhaitait tellement que ce différend reste derrière elles à présent, pour se tourner vers une activité bien plus intéressante et reposante pour ses pauvres nerfs. « Je suis à tes côtés, ça ne devrait pas être une preuve suffisante ? » finit-elle par ajouter avec un éclat dans le regard. Et elle redoutait sa réponse quelque part, elle ne voulait pas qu'elle lui échappe encore une fois. Elle joignit alors ses lèvres aux siennes pour un bref baiser, puis en déposa un dans son cou, pour finir par l'enlacer et enfouir sa tête dans son encolure au plus près de sa peau. Pourvu qu'elle ne se dérobe pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya Mer 1 Juin 2011 - 17:34

La douceur et la maîtrise de soit d'Emrys impressionnait Arya qui, elle, ne s'interdisait d'aucun geste. Elle marchait, mordait et déballait ce qui lui venait en tête, elle n'avait plus aucun contrôle d'elle-même. Ce qu'elle ressentait, à cet instant précis, jamais plus elle ne souhaitait le vivre. Arya se sentait dénudée, comme si la jeune femme qui se trouvait devant elle pouvait lire dans les profondeurs de ses traits, comme si elle pouvait connaître ses secrets les plus intimes, Arya détestait cela. Le regard innocent que lui portait Emrys la crispait et lui faisait regretter de s'être engagée si vite. Son comportement lui prouvait combien elle ne la méritait pas, ce qui était assez incohérent puisque les deux se complétaient entièrement et formaient un couple des plus beaux selon leurs propres critiques, mais elle ne pensait plus qu'à partir. Elle avait besoin de repos, de réfléchir, mais elle ne souhaitait pas la blesser. Chose qu'elle faisait depuis quelques minutes déjà, son comportement l'effrayait, elle s'interrogeait, ce qui n'était jamais bon selon la soit-disant professeur d'arts martiaux. Et puis, contrairement à Arya, elle ne bougeait que très peu et parlait d'une voix calme et sereine. Pourtant, pourquoi celle qui touchait ses lèvres à l'instant se retrouvait ainsi? A dévoiler des paroles incohérentes? Tout cela resterait un instant d'incompréhension pour toutes les deux mais, pour l'instant, il n'était pas l'heure de faire des conclusions ou des analyses du comportement : elle devait trouver un moyen de s'en tirer de la meilleure façon possible. « Tu me questionnes beaucoup trop. Lorsque j'ai accepté de ta part plus qu'une simple relation de colocataire, cela ne t'autorisait pas à faire de telles choses. Je ne t'ai jamais rien demandé sur ton passé bien que ce soit logique vu ce qui t'es arrivé, mais j'aurais pu te demander si tu tentais de retrouver la mémoire. J'aurais pu traquer tes plus profonds secrets, ta mystérieuse vie passée, mais l'ai-je fait? Non, je n'ai rien fait. » Elle tentait tant bien que mal de s'en sortir par la porte la plus proche d'elle. Le chemin qui devait être le plus court ne lui paraissait pas aussi proche qu'elle l'aurait désiré et ce chemin lui promettait bien trop de paroles inutiles qui blesseraient l'amnésique et tortureraient la personne les prononçant. Arya se retrouvait piégée, ou du moins c'est comme cela qu'elle le ressentait. « Je ne t'ai rien demandé et je souhaite que ce soit réciproque. Voilà tout. » En réfléchissant à ce qu'elle disait -ou plutôt en essayant d'analyser ses paroles- la jeune femme se rendait compte d'une partie d'Emrys qu'elle n'avait pas mise en évidence : son amnésie. Elle en connaissait l'existence à travers cette soirée où elle avait aperçu ses belles bouclettes mouillées, c'était d'ailleurs elle qui l'avait sauvée de cet incident naturel, mais jamais elle ne lui en avait parlé. Certes, peut-être en avaient-elles discuté le temps de quelques minutes mais jamais plus. Elle se demandait bien comment elle réussissait à surmonter tout cela. Arya se sentait étrangement égoïste, mais elle ne dit mot. Si elle venait de lui demander la réciprocité sur l'absence de questions, elle devait être la première à l'appliquer. Et puis, l'ambiance changea soudainement. Sous la férocité de la douceur d'Emrys, sa compagne se laissa aller, elle avait confiance. La jeune femme aux cheveux si blonds posa ses lèvres sur les siennes, Arya semblait profiter du goût sucré de ses deux jumelles parfaitement identiques, comme si elle avait l'impression qu'elle ne pourrait plus jamais les retrouver, ce qu'elle s'interdisait tout bonnement. Emrys se décolla très peu d'Arya et glissa quelques mots. De nouveau, la maîtresse de maison se remit à douter, à réfléchir. Elle se retira de sa bien-aimée de manière violente et alla s'asseoir sur une chaise, près du buffet. « Je ne peux pas. » Elle respira doucement et reprit. « Je ne peux pas te mentir. Ni à tes lèvres, ni à ton parfum, ni à ton âme. Je m'en voudrai bien trop de profiter de toi, ainsi. Il y a quelques mois à peine, tu avais perdu la mémoire. Je suis là, à profiter de toi alors que tu ne l'as toujours pas retrouvée. » Elle plaça sa tête dans ses mains et marqua un silence. Puis, elle reprit la parole, plus doucement. « Cette histoire se terminera comme les autres fois. Je t'abandonnerai, toi aussi. Tôt ou tard je partirai. » Le souffle coupé, on entendait pourtant sa respiration à l'autre bout de la pièce. On entendit, dehors, au loin, une sirène policière puis la pièce retomba dans un silence profond. Arya resta ainsi, les mains sur ses yeux pour cacher ses larmes. Elle l'avait déjà fait, elle était déjà partie et plus d'une fois, mais jamais ça ne lui avait fait aussi mal.


Dernière édition par Arya Ruskin le Ven 17 Juin 2011 - 17:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya Mar 7 Juin 2011 - 19:26

Prolongeant un maximum son étreinte, elle le savait, les prochaines secondes seraient déterminantes. D'ici peu, elle saurait si son premier pas pour une réconciliation avait été vain ou bien fructueux. A cet instant peu lui importait de savoir pourquoi ni comment, elle voulait simplement que tout rentre dans l'ordre. Même si elle se doutait que tôt ou tard, cela reviendrait hanter son esprit. Et que mettre de côté un différend n'était certainement pas la meilleure façon de le résoudre, pour peu qu'il finisse par revenir à la charge quand elle s'y attendrait le moins. Mais lorsqu'elle quitterait ses bras et affronterait de nouveau son regard, elle voulait y trouver celui qu'elle affectionnait tant, celui qui la rassurerait et non l'inverse. Cet enlacement s'éternisa tellement, qu'au final ce fut elle-même qui vint à y mettre fin sans pour autant abandonner sa proximité, car ne tenant plus elle voulait savoir de quoi il en retournait. Elle descendit alors une de ses mains sur sa chute de reins, puis caressa sa joue de l'autre avant de poser son front contre le sien. « C'est étrange, je ne me rappelle pas une quelconque clause dans notre contrat m'interdisant d'employer la forme interrogative à tes côtés. » finit-elle par tenter d'un ton calme et sous forme d'ironie, bien que ce que la jolie brune venait de lui dire lui paraissait bel et bien étrange, et pas vraiment compréhensible. Elle ne pouvait s'empêcher de se demander ce qui pouvait bien motiver cette réaction. Bien que paradoxalement, une part d'elle-même pouvait le comprendre, peut-être que tout comme elle elle souhaitait repartir de zéro et faire table rase de son passé. Elle ne pouvait pas lui reprocher ça, alors qu'elle avait bien pris la liberté de le faire en omettant de le lui dire, et si ce n'était que ça, mais elle lui mentait par la même occasion. Et soudain, son ventre se noua de nouveau : elle avait indirectement remis en cause l'honnêteté d'Arya, alors que c'était la sienne qui pouvait répondre coupable. Si le silence était ce qu'elle lui demandait sur ce sujet, elle le lui devait bien, malgré que son esprit n'en resterait pas pour autant apaisé. « Bien, restons-en là alors. » répondit-elle sans aucune once de reproche ou de ressentiment à son égard. Juste de la sincérité, elle voulait simplement en finir. Qu'elles se réconcilient, et elles en semblaient si proche à cet instant. Mais brusquement, sans qu'elle ne comprenne vraiment pourquoi, Arya lui échappa de nouveau. Au sens propre, elle abandonna ses bras et réinstaura la distance qui avait pu les séparer quelques minutes plus tôt en s'asseyant sur cette chaise. L'incompréhension d'Emrys pouvait se lire dans le regard qu'elle lui adressa, ainsi que le doute et l'appréhension. Tellement de sentiments contradictoires s'étaient succédés depuis qu'elle l'avait retrouvé. Et bien que les mots qui franchirent les lèvres de sa colocataire l'instant d'après auraient pu avoir pour but de l'éclairer, ils ne furent au contraire que la perdre davantage. Elle avait sans aucun doute manquer un chapitre crucial dans leur histoire, car elle ne voyait pas du tout à quoi elle pouvait faire référence. Silencieusement, elle regarda Arya enfouir son visage dans ses mains, avant qu'elle ne l'achève avec ses trois dernières phrases prononcées avec un ton pourtant si doux. Et aussitôt, une certaine colère, qu'elle ne savait justifier ou non, se fit une place aux côtés de l'incertitude sur les traits de son visage. Avait-elle eu tout faux depuis le début, ou bien justement raison comme elle le redoutait tant ? C'est comme si elle en avait eu le souffle coupé, en attendant qu'elle poursuive. Mais elle ne le fit pas, et les secondes s'éternisèrent. Lentement, elle pris alors l'initiative d'avancer jusqu'à elle et redevint immobile lorsqu'elle arriva à sa hauteur. « Qu'est ce que je dois comprendre par là ? » finit-elle par lui répondre d'un ton égal, peut-être parce qu'elle ne savait pas justement de quelle façon réagir puisqu'elle avait toujours des difficultés à comprendre de quoi il en retournait. Le silence reprit ses droits, et ce fut elle qui le rompit une nouvelle fois. « Arya. » Cette situation paraissait si surréaliste, et pourtant tout semblait s'expliquer à présent, les pièces du puzzle se mettaient lentement en place. Ou tout du moins, c'est ce dont était persuadé Emrys. A tort ou à raison, ce n'était pas à elle d'y apporter la réponse. « C'est ce qui explique les trois fiançailles, c'est ça ? L'engagement te pose problème ? » Elle avait la terrible envie qu'elle cesse de se dissimuler derrière ses mains, qu'elle saisisse les siennes et lui assure qu'il n'était pas question de ça, jamais. Mais que pouvait-elle espérer d'autres en même temps ? « Et qu'est ce que tu comptes faire maintenant, dis moi ? » finit-elle par ajouter, en la cherchant du regard. Combien de temps allait-elle encore devoir rester dans ce noir le plus complet ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya Dim 12 Juin 2011 - 17:10

De nombreuses fois, Arya avait pensé avoir trouvé la perle rare. Celle avec laquelle sa vie lui aurait parue plus simple et agréable. La normalitée, voilà ce qu'elle cherchait depuis tout ce temps. La certitude de rentrer chez soi le soir et d'être attendue par quelqu'un, être certaine de pouvoir compter sur un autre, certains soirs elle se plaisait à imaginer une vie de couple, son mari et ses quatre enfants qu'elle espérait tant avoir depuis toute petite. Elle souriait. Son sourire, celui invisible aux yeux de tous, faisait jubiler la jeune femme qui se regardait dans un miroir, rassurée de voir son sourire. Toutefois, l'instant d'après, elle replongeait dans un tourbillon de noirceur qui réduisait en pièce tous ses rêves impossibles à ses yeux. Cette fois-ci, tout semblait différent. Tout lui paraissait si beau et si simple avec Emrys. Il n'y avait pas de règles, c'était à peine si elles avaient discuté au sujet d'être un véritable couple. Pas d'engagement, pas de contrat, pas de corde au cou. Tout ce dont Arya souhaitait, ou pensait souhaiter. « Oui restons en là, comme tu dis. » murmura-t-elle. Faisant le tour de la table, elle finit par prendre place sur une chaise en face de sa chère et tendre qui, à présent, devait probablement être tout aussi perdue qu'elle, si ce n'était plus. Debout, elle la fixait tandis qu'elle restait de marbre, le visage caché par ses mains. On devinait malgré tout un visage rosé, marqué par l'hésitation, la peur de décevoir. L'amour, elle en avait rêvé et, avec cette femme, elle avait comme l'impression d'arriver à toucher un monde encore inexploré. Il ne lui était pas inconnu, non, elle l'avait déjà effleuré plusieurs fois et était entrée dans celui-ci, mais, avec Emrys, c'était un nouveau monde qu'elle créait comme bon elle le souhaitait. Des fleurs, des roses, des pétales. Emrys lui inspirait l'amour, la tendresse et tellement de choses qui l'effrayaient auparavant mais dont, désormais, elle ne pouvait et ne voulait plus se passer. Une fois de plus, Arya allait devoir mettre fin à une histoire, pour cette histoire, elle ne voulait pas voir la fin. Avait-elle seulement pensé trouver une perle de cette valeur? Non et elle était consciente que plus jamais elle n'en trouverait de telle, mais son travail, son faux nom, sa vie, si elle devait la perdre, elle voulait que ce soit de la manière la plus soft, la plus simple. Rester dans son esprit comme étant une menteuse, une traite, c'était tout l'inverse de ce qu'elle voulait. Pendant qu'elle restait bloquée sur l'interdit, Emrys tentait, elle, de comprendre la réaction d'Arya. « Arrête. » dit-elle, en relevant doucement la tête. Elle poussa sa chaise vers l'arrière et se leva. Se rapprochant d'Emrys, elle sentait son souffle s'accentuer et sa gorge s'assécher. « Oui. » Elle fit une pause, lui mentir devenait une tâche de plus en plus compliquée, mais rien ne paraissait faux dans ses propos. « Je n'aime pas me sentir bloquée. J'ai essayé tant de fois, ça paraît irréaliste à dire mais je l'ai fait. J'ai quitté toutes les personnes que j'aimais à cause de ça, de cette peur. Tu ne mérites pas ça, tu ne mérites pas d'avoir le coeur brisé comme les autres, pas toi. » Elle se rapprocha un peu plus et caressa du pouce sa paume. « La simplicité de notre amour rend tout magnifiquement beau. » murmura-t-elle, en appuyant son regard. Elle colla son front contre le sien et dit : « Je suis désolée de te causer tant de peine, si tu savais combien je m'en veux. » La sincérité se lisait sur son visage, ces dernières paroles l'étaient. Elle posa un baiser sur sa joue et se décolla enfin. « Je vais partir, m'en aller le temps des vacances j'ai mes deux mois. Je sais, ce n'est pas ce que tu t'imaginais pour les vacances, mais j'en ai besoin. » Elle fit un petit sourire et enchaîna. « Ne m'en veux pas, je t'en prie. Tu pourras t'occuper de ton centre équestre, avec cette Leister. » Le mot lui brisa l'engouement qui s'était ravivé en elle puisqu'en vérité elle aurait préféré partir avec Emrys plutôt que de la laisser ici, avec toutes ces personnes malhonnête. Arya colla son front contre le sien et murmura, une dernière fois : « Je suis désolée, mais si je le fais c'est parce que je t'aime. Tu comprendras, un jour. » Un jour, peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya Mar 14 Juin 2011 - 19:44

Dire qu'Emrys s'en retrouvait là déboussolée serait un euphémisme. C'est comme si sa chère et tendre venait de lui donner une véritable claque virtuelle, venue de nulle part. Elle s'était attendue à beaucoup de choses ce soir-là en venant lui demander des justifications sur ce mystérieux Alec, mais certainement pas à ça. Était-ce elle qui avait involontairement provoqué cette remise en question de leur couple, ou bien cela couvait-il depuis quelques jours déjà sans qu'elle ne s'en soit rendue compte ? Arya venait en tout cas de lui rendre la vue, et ce de façon pas vraiment douce. Et qui aurait pu penser que ça allait de mal en pis, alors que sa colocataire venait enfin de reprendre la parole et d'affronter son regard. « Faut bien que je trouve les réponses moi-même, puisque tu ne sembles pas décider à me les donner. » lui répondit-elle alors aussitôt, surprise de sa réaction. Puis de ce qu'elle vint à ajouter, alors qu'elle s'était relevée pour lui faire face. Car si elle avait pu un instant espérer que les prochaines paroles qui franchiraient ses lèvres si douces seraient pour la rassurer, elle eut tort. Terriblement tort, puisqu'à la place de ça elles eurent pour but d'enfoncer le clou. Pourtant, elle n'avait jamais autant voulu avoir tort, et ce pour n'importe quel motif. Un prétexte de folie passagère pour sa colocataire, et un malentendu auditif la concernant. Mais l'espoir est traître, elle en avait la preuve sous les yeux. Elle était en colère, frustrée, déçue ; et le pire c'est qu'elle ne savait pas vraiment qui blâmer pour ça. Arya pour lui imposer tout ça ? Ce voisin de pacotille qui s'était imposé entre elles sans même le savoir ? Ou bien elle-même pour avoir douté de celle qui lui avait tant apporté ces derniers mois ? La même qui avait à présent décidé de tout lui reprendre, de le lui arracher sans même lui donner d'autres alternatives. Car à cet instant elle manquait cruellement de solutions à lui proposer pour ne pas en venir à cet extrême qu'Arya avait en tête, et à vrai dire même si elle ne voulait pas se voir séparer d'elle, elle était aussi rageuse qu'elle puisse aussi facilement se résoudre à l'écarter de son chemin. Cela ne signifiait-il donc rien à ses yeux, tout ces mois passés avec elle ? Tout ces mots, des paroles qu'elle semblait à présent faire voler en éclats ? Certes, elle ne lui avait jamais rien promis concrètement, mais son attitude avait parlé pour elle à ses yeux. Emrys demeurait inerte, comme si elle ne voulait pas donner de véritable crédibilité à cette scène en faisant un mouvement. C'est pourquoi elle ne protesta pas à la proximité de son pouce sur sa paume, puis de son front contre le sien, et enfin de ses lèvres contre sa joue avant de revenir à sa position initiale. Pourtant elle ne voulait surtout pas lui rendre la tâche facile, et c'est lorsqu'elle en eut fini avec son beau discours qu'elle réagit enfin, et reprit vie. Elle écarta alors son front du sien pour pouvoir planter ses yeux dans les siens, un regard qui ne se voulait ni hostile ni larmoyant, mais n'en demeurait pas moins dur et lointain. « Comprendre quoi ? Que tu es lâche, et que tu préfères prendre la fuite plutôt que d'affronter ta peur ? » se décida-t-elle à rompre ce silence mortuaire après un long instant. Elle pouvait s'en douter, ce qu'elle s'apprêtait à lui dire allait autant lui plaire que cette explication qu'elle venait de lui concéder. « Tu lui cèdes Arya, tu la laisses gagner du terrain, et tu sais très bien que ce n'est pas de cette façon que ça va s'arranger. » reprit-elle à propos de son appréhension à l'engagement, et elle se demanda d'ailleurs ce qui pouvait bien en être à l'origine. Mais la jeune femme semblait de toute façon ne lui laisser aucune opportunité pour l'aider sur ce terrain là en assemblant les pièces du puzzle et en lui apportant son soutien. « Ce n'est pas pour réfléchir que tu t'en vas, c'est pour te défiler. » insista-t-elle avant d'ajouter : « Et qui aurait pu deviner que 'cette Leister' serait plus fiable que toi, hum ? » C'était peut-être une remarque dont elle aurait pu se passer, mais qui n'en demeurait pas moins vrai. Au bout de quelques instants, elle s'empara alors de ses mains, et radoucit sa voix qui retentissait là comme une plainte. « Ne me... » hasarda-t-elle à commencer avant de se reprendre. « Ne nous laisses pas tomber. » Elle marqua une pause. « Je n'ai pas besoin de tes regrets, ni de tes excuses, juste que tu fasses le bon choix. » La balle se retrouvait à présent dans son camp, et elle espérait bien qu'aucune d'entre elles ne viendrait à perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya

Revenir en haut Aller en bas
 

N°2110 ▪ there's a snake in the grass - pv Arya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-