AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Demon Slayer – Coffret (T19 + Roman N°02) en Précommande sur ...
15.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 I always need you, even behind bars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité




I always need you, even behind bars - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: I always need you, even behind bars I always need you, even behind bars - Page 2 EmptyMer 3 Mar 2010 - 16:43


Dans cette situation, en temps normal, Chris aurait sans doute été mal à l'aise, ou effrayé. Les deux à la fois, en fait. La prison n'était pas le lieu le plus sur qui soit, il fallait bien l'avouer. Pourtant, pendant cette heure qui les liait maintenant, le jeune homme ne pensait plus à tout cela. Pas une seule fois il n'avait repensé au calvaire qu'il allait encore devoir traverser, à la honte qu'il allait ressortir en sentant les regards se poser sur lui, de retour à l'université au juste dans son quartier. Les gens devaient bien être au courant, maintenant. Mais cette heure ci, c'était la leur. L'étudiant ne pensait plus à Duncan ou tous les hommes qui pouvaient bien en vouloir après sa dulcinée, il ne pensait pas non plus à la ménager, à bien se faire voir, ou quoi que ce soit dans ce genre. Non, tout ce que Chris désirait, c'était lui frapper l'esprit, maintenir cette alchimie entre eux malgré la distance qui allait bientôt les séparer sans qu'ils puissent véritablement y remédier. Depuis maintenant plusieurs mois, ils ne s'étaient pas revu, et il fallait que ce soit à cette période de sa vie, celle où il n'était absolument pas disponible, que Panamee devait faire son grand retour. Au fond, le jeune homme s'en voulait que les choses tournent ainsi, de n'avoir aucun moyen d'accélérer le processus et la laisser à nouveau seule dans quelques minutes.

- Je vais vous demander de patienter quelques instants dans cette pièce avant de rejoindre vos cellules pour certains, et l'accueil pour d'autres.

Un frisson parcourut l'échine de l'étudiant. Cette annonce du gardien lui rappelait soudainement que les choses allaient bientôt se terminer. Ce moment, hors du temps, comme éternel, qu'ils étaient en train de passer, prendrait bientôt fin. Chris tenait donc sa tendre chirurgienne dans ses bras, à la fois pour la protéger, la rassurer, et la retenir. L'ambiance était encore à la fois tendue et mouvementée, les gens se remettaient petit à petit de ce qui venait de se passer. La pièce était mal éclairée, sans doute que le personnel de la prison ne se souciait pas tellement du confort des visiteurs et des occupants. Mais l'étudiant s'en fichait éperdument, ne voyant que le blanc des yeux et le sourire radieux de la jeune femme. L'alarme avait cessé depuis peu, et le calme revenait petit à petit parmi les prisonniers et leurs visiteurs.

- C'est un point de vue, je ne lui ferai pas un câlin pour autant.

Chris émit à nouveau un petit rire. Voilà un point qu'ils avaient en commun et qu'ils utilisaient à bon escient : ils avaient toujours le sens de l'humour. Même dans les situations les plus dramatiques, ils ne pouvaient pas s'empêcher de se taquiner, se lancer des petites piques. Certaines femmes, dans la pièce, s'étaient terrées dans le mutisme le plus profond. Mais Panamee; elle, semblait bien moins terrorisée, c'était une dure ! L'homme à coté d'eux semblait maintenant s'être totalement calmé. Peut être avait il une maladie mentale ou quelque chose dans ce genre. Heureusement, il ne le croisait pas souvent, et se méfierait de lui à l'avenir. Le croiser et se faire taper dessus pour l'avoir regardé de travers, c'était digne des plus grands clichés sur la prison. Chris avait eu la chance jusqu'ici d'être épargné, il ne tenait pas particulièrement à être repéré par ce monstre pour ensuite le retrouver pendant le moment de la promenade ou entrer dans des combines de truands. Sa pensée divaguait totalement, mais il en fut très abruptement tiré par la remarquer de sa compagne.

- Alors Chris, que s'est il passé ?

Chris était particulièrement choqué par cette question. Mais il tenta de le cacher tant bien que mal, seulement en arquant un sourcil. Un silence de quelques secondes pesa dans la conversation, tandis que le jeune étudiant cherchait ses mots. Il n'allait sans doute pas tout lui révéler, en quelques secondes, ici dans cette pièce insalubre, devant tout le monde.

- Dans quelques secondes, vous devrez quitter la salle. Faites vos aux revoirs et rejoignez vos cellules.

Chris était totalement pris de court. Évidemment, Panamee aurait bien besoin d'une petit explication, histoire de bien comprendre qu'il n'était pas un grand délinquant. Elle s'imaginait peut être une foule de choses, son incarcération devait être une surprise pour bien des habitants d'Ocean Grove. Néanmoins, Chris savait qu'il n'était pas dangereux et qu'il allait se ranger une fois sorti d'ici, reprendre ses activités serait bien trop dangereux. Les gens commençaient à se presser pour sortir, de peur que les gardiens ne les brutalisent. Dans la panique, Chris avait totalement oublié la question de sa partenaire, ne voulant pas lui lâcher la main, de peur qu'elle ne s'en aille en courant.

- Je vais bientôt sortir. Dis... tu seras là ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I always need you, even behind bars - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: I always need you, even behind bars I always need you, even behind bars - Page 2 EmptyMer 3 Mar 2010 - 17:44

Chahutant tous les deux par de simples regards, elle s'était vue prendre par les bras par Chris - d'un signe presque amical où dans ce milieur carcéral les caresses ne s'y prêtaient pas. Alors sans rechigner elle se prêta au jeu et se laissa fondre dans les muscles de ce dernier ; quelque part, elle n'était pas si mal à l'aise d'être enlacer par le jeune garçon. Panamee zieutait les autres hommes et femmes présents dans la même pièce qu'eux deux : et à son simple avis, seul le jeune Matthews ne semblait pas être à sa place dans cette gêole. Un oeil perdu dans les environs, elle contemplait cette femme enceinte jusqu'à l'os qui parlait à voix basse à son mari - quelque chose qui ne présageait de bonnes choses pour leur couple, oui, elle la trouvait extrêmement louche et c'est ce qui l'incita à se resserrer contre Chris. Elle avait beau resté stoïque et de marbre, l'endroit ne lui donnait guère un bon accueil, le personnel non plus d'ailleurs ; mais la présence de l'homme qui l'entourait la rassurait. Sans même s'en rendre compte, elle venait de comprendre quelque chose : depuis leur connaissance, c'était la première fois qu'ils avaient un contact aussi proche et aussi complexe. Même lors du bal de charité, elle n'avait pas eu ce genre d'approche de la part du jeune Griffith.

Elle l'entendit enfin rire à sa phrase, et finalement il y avait de quoi : tout deux entrelacés tandis qu'elle avouait ne pas vouloir de câlin de la part du monstre. Légérement contradictoire, puisqu'elle enlaçait à son tour Chris, pendant qu'elle contemplait l'homme à présent sous morphine - totalement apaisé et redevenu normal. Un profond silence avait épris le jeune mâle qui l'encerclait, tandis qu'elle murmurrait quelques phrases de temps à autre tout en laissant ses yeux figés sur l'animal. Oui, cet animal n'était autre que le garçon d'une centaine de kilos qui partait enchaîné, se faisant tirer par trois autres gardiens de la même masse. Tout d'un coup, elle se sentit plus légère - moins effrayée qu'à la normale, et se tournant enfin vers le jeune Matthews, elle lui posa la question ultime qui la tracassait depuis sa venue. Un pourquoi. En effet, Panamee souhaitait tout de même son explication principale - elle l'avait réellement vu se faire embarquer par les flics, et malgré la suspicion qu'il était innocent, elle se posait quelques questions à son sujet. Aujourd'hui, et après de nombreuses revendications de la part de son ami Neal ; elle était à ses côtés à lui demander d'éclaircir ses pensées, et peut être même à l'éclaircir sur d'autres choses. Et se déserrant petit à petit du jeune homme en lui posant la question, elle fut prise de court par une voix externe aux deux adultes : ne percutant pas tout de suite, elle se contenta de tourner la tête au moment où elle vit l'un des gardien de la prison entrain de rouspéter.

    « - Dans quelques secondes, vous devrez quitter la salle. Faites vos aux revoirs et rejoignez vos cellules. » Contemplant alors Chris qui n'avait pas changé de position, elle le vit hausser un sourcil durant le long silence pesant - malgré qu'il semblait chercher dans un coin de sa tête les bonnes phrases, elle eut la désagréable impression que le gardien lui avait chipé son moment.


L'annonce était claire : la fin du parloir s'arrêtait dans cette salle obscure. Elle jeta un oeil semi-attristé au jeune garçon qui se grattait la tête, et fit de même ; se demandant comme diable elle pouvait lui dire aurevoir ou adieu. Une foule immense se fit entendre et tournant légérement la tête de côté - elle aperçut l'amas de personnes se mettre à courir, embrasser leurs conjoints, leurs amis, leurs frères ; pour rejoindre l'espace plus éclairci qui les mènerait sans doute à l'accueil et à la sortie de l'immense bâtisse. Jetant des coups de regards à toute cette dizaine de personnes qui se pressait pour exercer leurs adieux, Panamee quand à elle - était totalement bloquée et sous le choc de la prise de parole du gardien. Les bruissements sonores indiquaient véritablement la fin, et alors qu'elle se détachait petit à petit du jeune Chris ; elle sentit la main de ce dernier qui se bloquait contre la sienne. Elle tournait la tête dans tous les sens, reposant ainsi ses pupilles sur le bleu-vert du garçonnet ; elle eut un petit rougissement au contact de sa peau contre la sienne, et totalement perdue par le déroulement et la situation elle l'écouta prendre la parole.

    « - Je vais bientôt sortir. Dis... tu seras là ? »


Cette petite phrase qu'il lui avait lancé sous le coup de la panique - retenant de sa main celle de Panamee qui était troublée par la fin de sa conversation ; elle s'apprêtait à rejoindre l'ensemble des personnes, voyant tout d'un coup l'un des gardiens se mettre à grogner après les retardataires. Approchant alors sa tête de Chris, elle l'aggripa dans ses bras pour l'enlacer ; se jetant presque sur lui en un profond soupir alors qu'elle lui touchait son dos recouvert de coton. La jeune mère effectuait de lents vas et viens dans la courbure de sa colonne, elle entendit soudainement le refrain sonore de l'employé de prison qui reprenait la parole en traversant à grands pas l'enceinte de la pièce.

    « - Allez jeunes gens les adieux sont terminés pour aujourd'hui. Les prisonniers à votre droite en file indienne et dépêchez vous ; et je prierai aux derniers proches de rejoindre la porte de gauche. » marmonnait il d'une voix tout aussi monotone que son voisin, à une exception près ; il zeuzeutait.


Sa tête posée contre l'épaule de Chris, elle émit comme une sorte de soulagement où ses narines ressentirent tout de suite l'odeur de son épiderme - un fin sourire la traversa alors tandis qu'elle se relachait de son étreinte. Jetant un dernier regard à ce dernier comme pour lui dire aurevoir, elle fit une légère moue de désolation remplie de maladresse ; en marchant alors à reculons, les yeux toujours figés sur les deux pupilles du jeune incarcéré.

    « - Je serai là. » Voilà les trois seuls mots qu'il put entendre avant l'enclenchement de la porte des prisonniers qui s'ouvrait à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I always need you, even behind bars - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: I always need you, even behind bars I always need you, even behind bars - Page 2 EmptyDim 21 Mar 2010 - 16:49


Cet épisode avait été bien mouvementé. Le destin semblait vouloir mettre un peu de piment dans la vie de Panamee et Chris. Le jeune homme aurait sans doute beaucoup de choses auxquelles il pourrait penser dans sa cellule. Même s'ils n'avaient pas eu beaucoup l'occasion de parler, même si certaines conversations avec d'autres visiteurs avaient peut être semblé plus fournies, la visite de Panamee serait celle qui lui donnerait le plus à réfléchir. L'étudiant souhaitait maintenant véritablement quitter cette prison et vivre sa vie. Comme dans une série où la fin nous laisse sur notre faim, où le suspens est insoutenable, Chris attendait avec impatience leurs retrouvailles avant même qu'ils ne se quittent. Oui, il imaginait déjà le moment où elle l'attendrait, sous un soleil printanier, près de sa voiture. Des lunettes de soleil délicatement posées sur le bout de son nez, après qu'elle allait sortir de la petite robe des beaux jours. Peut être même allait elle amener Oliver, puisqu'ils seraient sans doute seuls dans le parking de la prison. Oui, Chris imaginait très bien cette femme qu'il désirait tant l'attendre ainsi et rendre sa sortie de prison vraiment particulière.
Les deux jeunes gens ne pouvaient plus reculer. Chris jeta un coup d'œil vers l'homme qu'il rencontrerait sans doute plus tard dans les couloirs de la prison. La bête semblait se détendre, surement sous l'effet d'un sédatif qu'on lui avait administré. Les conditions au parloir allaient sans doute être plus difficiles et réglementées après cet incident. Les prisonniers avaient assez peu de droits dans cet environnement hostile, mais les gardiens pouvaient très bien leur retirer le peu de liberté qu'ils leur octroyaient. Deux gardes restaient tout de même près de lui avant de l'emmener sans ménagement vers le fond de la salle où ils s'en allèrent par une porte, dans l'ombre. Chris ne voulait pas vraiment imaginer ce qu'il ne passerait sans cette pièce et quelle punition lui serait infligée pour avoir remis en cause la sécurité des prisonniers et de leurs visiteurs. La femme, qui semblait choquée et traumatisée, s'en allait sans avoir salué une dernière fois son époux, elle était la première à quitter la salle pour se diriger vers le hall des visiteurs où elle pourrait retrouver une liberté momentanément perdue.

Les gens se saluaient, sentant qu'il était temps de partir. Certains couples semblaient habitués à cette procédure, sachant très bien que seuls quelques jours les séparaient des retrouvailles. Mais Chris sentait bien que de longs moments de solitude étaient à venir, et ne voulait absolument pas quitter sa promise. Panamee posa doucement sa tête contre l'épaule de Chris, comme un tendre au revoir avant de se retrouver. Le jeune homme afficha un sourire qui se voulait rassurant, pour lui donner une dernière image positive avant son départ. Elle fit quelques pas en arrière, comme pour se détacher. La chirurgienne avait l'air désolée de devoir partir, mais Chris ne pouvait tout de même pas lui demander de braver l'autorité des forces de l'ordre pour rester avec lui ! Mais le jeune homme attendait la réponse de son amie avec impatience. Cet instant allait sans doute déterminer en grande partie la suite des évènements. Les choses ne s'étaient peut être pas déroulées comme prévu, peut être allait elle refuser de revoir un homme susceptible de lui attirer autant d'ennuis. Dans l'incertitude, très vite, les pensées du jeune homme se focalisèrent seulement sur cette question, il redoutait qu'elle refuse ou pire, qu'elle ne sache pas quoi dire et que leur moment se passe avant même qu'il ait débuté.

- Je serai là.

Trois mots. Autant que « comment ça va ? ». Mais trois mots libérateurs et salutaires. Ils résonnaient dans la tête de l'étudiant qui ne put cependant rien ajouter. Les gardiens s'impatientaient, tandis qu'ils faisaient signes avec insistance à la jeune femme de les suivre vers le hall des visiteurs, vers cette grand pièce éclairée qui contrastait avec les cellules sombres et étroites des prisonniers. Le portail menant au couloir tant redouté s'ouvrit et les prisonniers s'y engouffrèrent. On pouvait penser qu'ils étaient mornes et tristes, mais en fait, les conversations allaient bon train, avant d'avoir à rester seuls dans les quelques mètres que constituait leur cellule. Mais Chris ne se mêlait pas à cette population carcérale, la tête dans les nuages, il tentait d'inscrire dans sa mémoire la timbre suave de la voix de sa bien aimée avant de repartir pour son quotidien morne et triste.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





I always need you, even behind bars - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: I always need you, even behind bars I always need you, even behind bars - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

I always need you, even behind bars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-