AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Les hommes mettent dans leur voiture autant d''amour-propre que d''essence. [PV Jovan] Mer 20 Mai 2009 - 6:08

    Esteban Carson & Jovan Lennon
    IN THE PARKWEST NIGHTCLUB




    Le vendredi soir était le soir idéal pour aller en boîte. Pour la seule et unique raison que le lendemain était signe de congé pour tous ceux qui ne possédaient pas un emploi bidon du style, à temps partiel où les week-ends étaient les seules journées qu’on avaient à vous offrir. Esteban était bien sur de ceux qui pouvaient avoir la prétention de travailler peu et de subvenir autant à ses besoins que n’importe quel homme d’Ocean Grove… mais en bien moins de jours de travail. Et ça lui plaisait énormément. Effectivement, Esteban en retirait un énorme plaisir à travailler qu’une ou deux fois par mois et en retirer d’énormes avantages. D’abord parce qu’il avait tellement de temps pour profiter de la vie, qu’il n’avait pas à se soucier d’autres choses, que de ce qu’il allait pouvoir mettre ou encore quel parfum allait-il porter en cette soirée là. Dans se bar depuis une demi-heure, Esteban n’avait pas encore repéré de délicieuses victimes qu’il aurait tôt fait de séduire jusque sous ses draps. Même s’il n’aurait tenu qu’à lui, il n’aurait partagé que le lit de ses chères créatures afin de pouvoir au matin partir plus subtilement de la chambre et rejoindre sa maison. Se pousser en douce de sa propre maison ajoutait quelque chose d’étrange à la situation. Et Esteban n’était pas certain d’avoir assez confiance en elles pour ne pas en soupçonner quelques unes de retourner les revers de ses tiroirs afin d’y trouver profit d’un quelconque secret. Ou objet bien entendu. Même si les femmes étaient objets de plaisir, Esteban savait une règle essentielle. Ne jamais leur faire confiance. La facilité avec laquelle, elles avaient de mentir si habilement ne faisait que lui donner davantage raison. Pas d’attachement, il leur offrait que le mystère et la chance que pour une seule nuit elles se confient à lui par l’intimité de la chair. Plutôt poétique pour un tel homme n’est-ce pas? Ne vous inquiétez pas, il a déjà réussi à lire une pièce entière sans la jeter aux poubelles.

    Une foule dense, Esteban affichait un sourire malicieux alors que ses yeux parcouraient la gente féminine. Certaines avaient été à proscrire, alors qu’il en reconnaissait quelques unes. Parce que bien sûr, il ne fallait pas s’attendre à ce qu’elles soient tout sourire en se réveillant au matin dans un lit vide. Ou encore d’espérer de lui des explications à ce qui s’était passé… ou encore venir lui dire qu’elles avaient l’espace d’une soirée trompée leur mari. Non, Esteban en avait absolument rien à faire, tant et aussi longtemps qu’il pouvait user de son arme à sa guise. Et un tel endroit lui offrait la possibilité d’avoir un vaste choix. Ses dents blanches se révélèrent alors qu’il posait les yeux sur cette femme. Une grande brune à la robe rouge et au décolleté plongeant. Il portait déjà à ses lèvres son énième verre d’alcool alors que de l’endroit où il se trouvait un homme aborda la belle. Esteban guettait la situation alors qu’il riait intérieurement. Est-ce que ce mec pensait vraiment avoir une chance à avec elle? Il allait lui montrer qu’il se trompait… et peut-être agrémenter au passage sa soirée. Une femme vaut toujours la peine pour qu’on se battre pour elle. Enfin, c’est ce qu’on dit.

    -Pardonnez-moi mademoiselle, j’ai tout de suite remarqué qu’il était plus convenable pour vous de vous asseoir que de rester debout avec cette poutre.

    Voilà que si l’un de ses amis s’était trouvé dans le coin, il aurait soupiré face à Esteban qui prenait un vilain plaisir à se mettre dans de telles situations. Esteban s’était immiscé entre les deux personnes d’une manière inattendue, espérant amener la surprise par le mec qui allait se faire dépassé dans une voie simple. Pourquoi ne pas lui montrer au passage comment piloté une vraie voiture? Esteban avait usé d’un regard perçant, cherchant à capter chacune des réactions de la jeune demoiselle alors qu’il traitait en s’amusant l’idiot de seconde classe de poutre. Esteban était habillé bien plus chiquement que celui-ci et c’était voulu. N’y avait-il donc pas rien de plus attirant pour une femme qu’un homme ressortant d’une masse par des habits plus classes? Et puis, Esteban était si soucieux de son apparence qu’il lui arrivait de prendre jusqu’à 3 douches par jour. Il évitait ainsi de transpirer la sueur et d’avoir une odeur repoussante. Ajoutons à ça que ça avait sans doute le don d’énerver son coloc. Mais aucune femme n’oserait lui reprocher cette obsession à la propreté de lui-même… Oh, mais regarder avec quelle facilité cette jeune demoiselle semble si soudainement plus intéressée à Esteban qu’à se jeune inexpérimenté. Il semblerait qu’il aille gagner quelques points d’avance.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Mer 20 Mai 2009 - 19:27

Vendredi soir. Un vendredi soir de libre; pas de bar, pas de petit bébé à s'occuper, pas de mamie. Rien, juste une soirée pour s'amuser, pour prendre du temps, rien que pour soi. oui, mais voilà, quand on a toujours quelque chose à faire, et qu'on se retrouve d'un coup seul, sans rien avoir comme obligation, on se sent lasse. Lasse rien qu'à l'idée de ne rien avoir à faire.
Qu'allait-il faire? Regarder la télé? Parler à ses amis de Boston? Faire un tour en moto? Ou tout simplement dormir? Non, il voulait faire quelque chose qui sortait de sa routine habituelle. Il décida donc d'aller faire un tour en ville, et pourquoi pas, d'aller dans cette boite si branchée dont il n'avait entendu que du bien pendant son service. Oui pourquoi pas..

Il s'était donc habillé avec son plus beau jean, et son plus beau T-shirt. Il avait prit soin de bien se coiffer -sans du moins passer 10 minutes devant la glace. Il détestait rester trop longtemps à la même place, au même endroit. Il détestait également passer trop de temps dans la salle de bain: d'un parce qu'il ne voyait pas l'intérêt de se cacher sous moulte tonne de parfum, et de deux, parce qu'il préfèrait rester naturel.
Naturel.. C'était ce qui l'avait séduit chez Eleonor. Sa façon de s'habiller bien, sans en faire une tonne. Sa façon de se coiffer sans mettre une heure dans la salle de bains. Sa façon de se maquiller tout en restant discret. Et cette façon qu'elle avait de ne jamais prendre les autres par le haut. Comme quoi, il ne suffisait pas forcément de sortir en mini-jupe, hauts talons, maquillés comme une star pour trouver un mec..

Enfin, j'en reviens à Jovan. Après s'être préparé, il était parti vers Parkwest Nightclub, la boite de nuit la plus branchée de OG. Celle qui était rempli de filles superficielles.. En arrivant là-bas, après avoir payé l'entrée -exorbitant le prix-, Jojo commençait seulement à s'amuser. Quelques filles vinrent le voir. D'autres se collaient à lui quand il dansait. Rien de terrible en somme. Ce soir, il y avait plus de filles que de gars dans cette boite. Mais Jovan préfèrait faire le premier pas -parce que là, cette rouquine avec des mèches blondes éméchée avec des grosses lunettes noires, même avec son compte en banque bien rempli, ne lui plaisait, et pourtant, elle, semblait bien interessée. D'ailleurs, il fut obligé de faire une esquisce. Il pensa d'abord à faire semblant d'avoir un appel d'urgence lui annonçant qu'un drame venait de se produire. C'était simplement stupide: il avait oublié son portable. Il pensa alors à dire qu'il ne se sentait pas bien, mais encore là, c'était stupide, il n'avait pas envie de partir. Alors il lui annonça simplement qu'il allait se chercher à boire.. Encore une fois..

En allant donc vers le bar, c'est là qu'il vit une charmante créature. Une belle brune, avec un décolleté bien plongeant que Jovan ne put éviter de regarder. Avec une belle robe rouge. Pas mal.. Vraiment pas mal.. Qui lui avait dit que ce nightclub n'était pas un paradis sur terre? Il alla donc chercher à boire, prit une gorgée, et s'approcha d'elle. Lorsqu'il l'accosta, il sentit qu'il avait une chance avec elle. Elle lui souriait, montrant ses dents d'une blancheur éclatante -trop blanche pour être si réelles-, clignant des yeux de temps en temps.. Jovan regarda la créature, tout en lui parlant, paroles auxquels la jeune femme répondait avec ce sourire si charmant.

Pourtant, voilà que quelqu'un vint se glisser entre eux deux. Un gars.. Obélix était tombé dans la marmite de potion, et lui, sans doute dans la bouteille de parfum. Le gars parlait à la fille, et malgré le ton de la musique, Jovan entendait distinctement ce qu'il disait. Il parlait d'une poutre. Il ne fallut pas longtemps avant que le cerveau de Jojo comprenne qui était la poutre dans ce cas précis. Son coeur commença à battre plus vite, l'excitation montait, ce gars l'énervait.
Il regarda alors la jeune fille, se détournant du gars, et répondit alors.

" C'est clair.. Sans doute qu'elle préfèrerait s'asseoir avec Ken, à l'écouter parler de ses heures perdues passées devant un miroir à se contempler.."

Et la jeune fille avait cessé de sourire. Elle voyait qu'ils allaient commencer à s'énerver tout les deux. Et apparemment, ça n'avait pas l'air de lui plaire.


[Fini, l'inspi' m'a manqué sur ce coup-là pour sa réponse '^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Jeu 28 Mai 2009 - 6:51

    S’imiser entre un mâle qui croyais avoir la moindre chance avec une fille exigeait de devoir se heurter à celui-ci. Un combat verbal s'en suivrait peut-être, mais Esteban ne s’en faisait nullement. Au contraire, sentir la jalousie dans la voix de Jovan lui arracha un sourire. C’était le commencement d’une victoire savoureuse. Et ce vendredi soir s’annonçait très bien. Alors qu’il supportait le regard de la jolie demoiselle, il fit l’effort de tourner les yeux vers Jovan qui venait de répliquer une quelconque riposte. Au moins, il se défendait. Pitoyablement certes, mais il se défendait.

    -Ah t’as remarqué? Mais tu sais, l’avantage d’un Ken c’est que c’est le premier type sur lequel toutes les filles ont fantasmé. Je suis le deuxième. Mon avantage? Mon entre-jambe.

    Esteban venait de passer une main dans ses cheveux que déjà il sentait la tension montrer d’un cran. Il usa d’une seconde pour regarder la brune et il décela qu’elle se sentait plutôt mal à l’aise. Peut être que certaines filles n’aimaient pas se retrouver au milieu d’une bataille où deux types viriles se battaient pour la femelle. Quoique, heureusement pour Jovan, on n’était plus dans ses temps anciens où Esteban aurait sans doute gagner le duel au jeu du plus fort. Il pouvait espérer avoir une chance, personne allait lui enlever ses faux espoirs. Ni Esteban. Quand on disait plus fort, on parlait du plus malin. Esteban voulait cette fille et s’il ne pouvait pas l’avoir, Jovan ne l’aurait pas non plus. Question de fierté tout de même. Il n’y avait rien au monde de plus satisfaisant que de provoquer et d’être triomphant au final. Jovan ne semblait pas du tout avoir la ‘’classe’’, ce style bien particulier qui avait un effet surprenant sur les femmes. Même qu’il lui faisait presque pitié. S’ils avaient été amis, sans doute qu’il lui aurait donner quelques précieux conseils afin de ne pas avoir l’air si ridicule face à la gence féminine. Esteban était prêt à parier sa chemise que se type était célibataire. En plus, il lui faisait penser à ses pauvres types qui évaluait chacun de ses mouvements afin de ne pas faire de faux pas, ou en clair… Le genre qui sait pas s’amuser. «Vous me laissez un instant, je vais aller me rafraîchir aux toilettes.» Esteban ni même Jovan n’eut le temps d’ajouter quoique se soit, qu’elle s’éclipsait aussi rapidement qu’Esteban était apparu. Elle se dirigeait bien aux toilettes, mais quelque chose leur disait qu’elle ne reviendrait pas. Voilà qu’il affichait une mine semi déçu. Oui bon, il venait de perdre une victime… mais rien ne lui disait qu’il n’en retrouverait pas une autre un peu plus tard. Au moins, le monde ne venait pas de s’orienter encore vers la catastrophe en laissant Jovan avec se genre de fille. Non, décidément Jovan aurait tôt fait d’être gay. Ça lui aurait éviter l’humiliation perpétuelle qu’il se taperait face aux autres filles.

    -Non mais, tu vois l’effet que t’as? Une chance que je suis arrivé pour la sauver. C’est évident qu’elle cherchait un prétexte pour te fuir.

    Il était d’un plaisir savoureux que de profiter de l’occasion pour en remettre. Il était nullement question d’admettre que si cette fille s’était éclipsé, s’était parce qu’elle sentait la menace éminente causé par les deux hommes. Il était bien plus amusant de réchauffer les esprits en remettant tout sur le nez de Jovan, tout en affichant une attitude, un brin supérieur à celle de son adversaire. Esteban ne s’attendait pas moins à de cinglantes répliques, sans doute.. ressemblant à une gracieuse valse où l’un d’entre les deux finirais par en faire valser un à travers la pièce. Bon, il avait pas tellement prévu de se battre, mais si la situation s’aggravait à se point, il y aurait sans doute de jolies infirmières à draguer à l’urgence. Donc, Esteban engloutit d’un coup se qui lui restait comme alcool dans son verre afin de se préparer à toute éventualité possible face à cet homme nouvellement rencontrer. Ce n’était pas la première fois qu’il s,amusait à provoquer, et malgré qu’il recevait assez de coups de poings il arrivait à en donner tout de même de solides. Mais son secret résidait dans le fait de se faire battre, pour ensuite que les femmes se jettent à ses pieds pour jouer les mères théresa. Enfin, des mères théresa beaucoup plus jeunes, sexy et surtout… prêtes à faire bien des choses que l’église s’indignerait à prononcer. Je vous laisse imaginer.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Jeu 28 Mai 2009 - 14:49

Le fait de s'immiser entre eux avait quelque peu énervé Jovan. Non pas qu'il soit contre que quelqu'un vienne taper la causette, mais celà dit, il aurait préfèré que ce gars -égoîste, pervers et tout- ne vienne pas, et reste dans son coin, là où il aurait sans doute passé une meilleure soirée. Il aurait bavardé, rencontré des filles, se serai bourré la gueule, aurai rigolé pour un rien, aurai ramener une fille dans son lit, et il aurai été content.
Sauf que voilà, au lieu de celà, il avait décidé d'ennuyer un autre gars, et n'allait pas tardé à se retrouver avec des yeux au beurre noir, très sexys. Oui, parce que Jovan faisait parti de ces gars qui savaient se défendre, qui aimait presque les bagarres, et qui savait parfaitement les contrôler, et ce, depuis quelques années maintenant, depuis qu'il avait quitté OG.

Ken était le premier mec sur lequel les filles fantasmaient. Là, il avait fait fort, à tel point que dans d'autres circonstances, Jovan aurait rit. Mais en ce moment, ce gars l'énervait plutôt. Avec son air supérieur de "moi, je", ce petit air narquois qu'il avait de regarder tout les autres gars dans cette salle, et par la même occasion Jovan, toutes ses mimiques l'énervait. Et quoi? Sous prétexte qu'il couchait avec des filles toutes différentes chaque soir il devrait se prendre pour un sur-homme? Jovan ne pensait pas du tout ça. Pour lui, le fait qu'il essayait d'emballer beaucoup de filles comme ça, et d'y changer chaque soir montrait clairement qu'il était perturbé (xD). Après tout, quel type de mec devait prouver qu'il était autant mec?

Oui, l'esprit de Jovan divaguait. Mais que voulez-vous, l'alcool lui montait à la tête. Il avait dû avaler quelques verres déjà. Cependant il était encore pleinement conscience de ce qu'on disait autour de lui -quand la musique lui permettait d'entendre. Il entendit clairement la fille prétextée de devoir aller aux toilettes, et comme Esteban -très perspicaces les deux-, il comprit très bien que la jeune fille n'avait pas décidé de revenir. Et l'autre mec continuait d'insister, en lui faisant remarquer l'effet que Jovan avait eu -soit-disant- sur cette fille.
Le jeune homme but alors une gorgée de sa boisson, et eut un léger sourire aux lèvres. Quel idiot. Il croyait ça? Amusé -plus par l'alcool-, il répondit alors.

" C'est bizarre, j'avais plus l'impression que c'était ton entre-jambe qui l'avait fait fuir.."

Quoi? C'était bien vrai non? Il avait fallut qu'il ouvre la bouche sur son entre-jambe pour que la jeune fille prétexte une envie d'aller aux toilettes. Et ça, c'était véridique.
Pendant qu'il disait ça, Jovan avait regardé le gars devant lui, tout en sirotant son alcool. Puis il avait laissé son verre. Si il fallait en venir aux mains, il ne fallait quand même pas avoir trop bu. Bon sang quel idiot.. L'espace d'un instant, Jovan s'en voulut. Il s'en voulait parce qu'il avait bu, et qu'il s'était interdit de boire. Mais l'alcool aidait. L'alcool permettait de noyer tout ces problèmes dans le fond d'un verre, et d'y échapper pendant quelques heures. Jovan savait que ce n'était pas une raison. Il écarta donc le verre un peu plus loin -de toute façon, il n'était plus qu'un quart plein. Il regarda la direction que prennait la femme -les toilettes- et se retourna alors vers l'autre homme, en disant.

" Bah alors, tu ne cours pas la rattraper?"

Là, il se moquait du gars devant lui. Il avait ce petit sourire moqueur aux coins des lèvres. Il l'avait reconnut. Jovan travaillait au bar, et il faut dire qu'il savait beaucoup de choses sur les gens d'OG. Il savait que ce gars-là était en quelque sorte le Dom Juan de la ville, et que maintenant, il avait presque la moitié de la gente féminine contre lui. D'ailleurs, Jovan aurait presque mis sa main à couper que s'il continuait comme ça, d'ici quelques temps, il ne pourrait plus vivre en paix à OG
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Mar 2 Juin 2009 - 3:17

    Même si Esteban commençait à s’imaginer de se rendre à l’urgence sous les coups de poings de Jovan, il lui donnait de plus envie de répliquer. Et s’il fallait en venir à quelques bons coups de poings… Esteban saurait y faire. Son entraînement quotidien pour son emploi lui avait valu une masse musculaire assez imposante qu’il exploitait qu’en deux seules occasions. Pour impressionner les filles et lever les tonnes d’équipements nécessaires lors de ses plongées. Mais, il valait mieux pour Jovan qu’Esteban ne soit pas porter à répliquer en ce bel vendredi soir. Esteban se trouverait sans doute un compagnon de chambre à l’hosto. Un sourire face aux répliques de Jovan, décidément il l’amusait plus qu’il ne le pensait. Jovan avait peut-être deviné qu’il allait sans doute suivre cette fille, mais elle attendrait. Jovan amusait Esteban et il avait envie de s’amuser un peu plus.

    -Bientôt, bientôt. En fait, j’attendais surtout que tu te mettes à pleurer.

    Esteban regardait Jovan et un sourire s’agrandissait sur ses lèvres alors qu’il observait chacun de ses mouvements. Ce type lui donnait l’impression d’être un de ses loser avec lequel les filles s’accrochaient lorsqu’elles étaient trop désespérées ou encore trop moches pour que des types bien veuillent d’elle. Il semblait être le bouche trou idéal de n’importe quelle situation après qu’Esteban aille fait quelques ravages. Pourquoi abandonnait-il si vite alors qu’il aurait pu saisir toutes ses belles opportunités pour avoir l’air moins d’un naze? Parce qu’il fallait avouer que ça avait été simple comme bonjour de lui ravir la belle qui l’attendait certainement à l’extérieur.

    -Dis moi, t’aurais pas une sœur… Peut-être que je l’ai connu qui sais.

    De la pure provocation. Esteban avait déclaré se discours en souhaitant au fond de lui de trouver quelqu’un qui aurait une sœur. Les familles comportant au moins une fille n’étaient pas très rares… et à voir la tronche de Jovan, il n’avait sans doute pas été élevé par des hommes. Une vraie fillette. Mais apprendre qu’il avait peut-être une sœur le positionnait dans une position avantageuse. S’elle n’allait pas se retrouver avantageuse dans l’immédiat, elle pouvait l’être dans le futur. Et puis la voix utilisé par Esteban laissait sous-entendre maintes choses laissé à l’interprétation de Jovan... bien que des sous-entendus douteux qui ne parlait pas d’avoir été de simples camarades de classe. S’il n’avait pas de sœur, tant pis. Esteban saurait détourner la conversation pour la tirer encore et toujours à son avantage. À moins que la bagarre remplisse les trous offerts par la conversation? Si c’était le cas, il avait presque envie de s’offrir un autre verre. Ses yeux aperçurent le verre de Jovan qu’il venait tout juste de déposer sur la table. Tentant. Si tentant qu’il se demandait dans sa tête si ça valait vraiment le coup de gaspiller une telle quantité d’alcool sur un tel mec pathétique. Et puis pourquoi pas au fond? Jovan n’allait pas être ridicule si l’alcool s’écoulait sur ses vêtements. Sans prendre plus que 5 secondes, Esteban avait étendu son bras et alors que Jovan avait détourné les yeux une seconde… sur autre chose que son verre, il venait de le faire tomber à la renverse ajoutant quelque chose de plus provocateurs à son attitude. «Oupsssss!» Ajouta-il avec un sourire tout en constatant les dégâts du verre sur Jovan. Esteban se préparait déjà à la riposte de Jovan qui s’assurait être exactement comment il le prévoyait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Mar 2 Juin 2009 - 16:56

Il lui avait fallut moins de cinq minutes pour que Jovan commence à s'échauffer. Ce mec faisait décidemment vraiment fort. D'habitude, il fallait plus longtemps que celà pour que la moutarde monte si haut que Jovan ne puisse se contrôler. Et en moins de deux, il vint coller son poing serra dans la mâchoire du type en face de lui.

Il faut dire que quelques instants auparavant, Jovan n'aurait pas cru qu'il serait venu si vite aux mains. Le jeune homme en face de lui l'accrochait. Il attendait qu'il se mette à pleurer. A ce moment-là, Jovan dût retenir un léger rire. Quel idiot. Comme si il allait pleurer pour une fille. Ca se voit que ce gars n'avait rien à faire de ses journées: du coup, chaque soir, il devait se consoler dans les bras d'une nouvelle fille. Oui, mais voilà, Jovan avec quand à lui des journées à charger. Quand il n'entendait pas les clients crier "serveur", il entendait un bébé pleurer. Et quand le bébé ne pleurait pas, c'était mamie qui avait besoin d'aide. Alors Jovan -bien qu'avoir une fille ne lui déplairait pas- n'avait pas vraiment la tête à draguer. Cette fille était juste venue par là, c'était tout. Et comme Jo' croyait un minimum au destin, il lui avait parlé, sans pour autant avoir comme idée précise de finir la nuit avec elle dans son lit.

Mais pour tout vous dire, à la réflexion du grand énervé, Jo' n'eut aucune réaction précise -sauf son rire léger. Qu'est-ce qu'il en avait à faire que l'autre croyait qu'il allait pleurer? Jovan était du genre à ne pas trop se vexer des réflexions des autres. Après tout, il en avait endossé d'autres, et des bien plus grosses. Alors il s'était tu, regardant juste le grand gaillard avec ce petit sourire moqueur réflétant son rire caché.
Sauf que ce gars, plutôt que de se taire avait préféré encore une fois l'ouvrir, et il avait par la même occasion rouvert une blessure.

Jovan avait bel et bien une soeur, une petite soeur qui était née quand Jo' n'avait que huit ans, et qui malheureusement n'aura pas vécut assez longtemps pour connaitre l'école. Elle s'était noyée à l'âge de deux ans, et bien que celà le drame eut lieu il y eut douze ans, la blessure -même après tant d'années- était encore ouverte. Elle avait du mal à cicatriser, surtout après tout ce qu'il s'était passé ces douze années. Alors évidemment, lorsque Carson se mit à engager la conversation sur sa soeur, le sang de Jo' ne fit qu'un tour.
Il eut beau essayer de se calmer, ça ne marchait pas. L'impulsivité était peut-être l'un des pires défauts de Jovan. Il faut dire qu'impulsivité rimait avec bagarre, et que ce n'était jamais bon signe.
Jovan ne put alors s'empêcher de bouger, et ce fut précisément à ce moment-là que l'autre décida de faire couler l'alcool sur Jo'. Il n'eut sans doute pas le temps de prendre le plaisir qu'il aurait dû prendre car Jovan se leva immédiatement et colla son poing serré dans la mâchoire du type.

" Ne parle pas d'elle!"

Jovan n'avait alors qu'une idée en tête: frapper, pour lui faire mal comme lui venait également de le faire. Le gars sous le coup de poing avait été projetté un peu plus loin, et Jovan le regardait. Si jamais il faisait un pas vers lui, il continuerait de frapper, quitte à se prendre également une raclée. Ca changeait quoi de toute façon? Il voulait que lui aussi ait mal, rien d'autre.

Le regard haineux, les poings serrés, Jo' fixait sa proie. Les gens autour d'eux s'étaient poussés. C'était clair qu'en moins de deux, Jovan et Esteban seraient mis à la porte du nightclub. Si encore un peu, ils arrivaient à les séparer, et à les retenir. Parce que Jo' le sentait bien: cette bagarre ne faisait que de commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Lun 8 Juin 2009 - 3:09

    On pouvait sans avoir peur de se tromper qu’Esteban avait le don de se mettre dans les situations les plus incroyables avec seulement quelques paroles lancées en l’air. Bien qu’il était assez organisé pour toujours prévoir d’amples scénarios, on aurait dit que les gens s’amusaient à l’en surprendre alors qu’ils accéléraient les choses. Parce qu’Esteban avait prévu de recevoir un coup de poing, si ce n’étais pas autre chose, mais jamais aussi fort. Il l’avait fait reculer alors que malgré lui, Esteban n’avait rien pu faire d’autre que de se mettre à sourire. Vous auriez imaginé quelle autre réaction de sa part, si justement il avait tout provoqué? Et qu’il s’était bien sur attendu à une telle réaction, bien que ça ait été plus vite que prévu. Donc, Jovan avait une sœur. Fait important à savoir bien qu’Esteban sembla pendant une seconde chercher s’il ne la connaissait pas... ou s’il n’avait pas justement… fait quelque chose. Il était loin du compte, et heureusement? Mais voilà que la situation devait l’amener à penser différemment. Même si ses informations se retrouvaient drôlement amusantes, Esteban venait de recevoir un coup de poing dans la mâchoire, événement qu’il n’appréciait pas tellement. Ça venait de l’énervé. Le goût du sang dans sa bouche, alors qu’il s’était mordu la langue en plus de l’alcool dans son sang qui accentuait son comportement, et le rendrait un peu plus provocateur et agressif. À croire qu’ils se ressemblaient au bout du compte. En moins de deux, Esteban venait de se relever avec le pire des sourires… celui qui montrait à Jovan qu’il avait gagné. Qu’il avait été celui qui n’avait pas céder le premier et qui des deux se ridiculiserait le plus. La musique dans la pièce pouvait continuer à jouer que déjà les gens s’étaient retourné vers eux et retenaient leurs soufflent. Il était presque amusant que les gens croient à la ridicule idée qu’ils se battaient pour une fille. Quelle excuse potable pour voiler les apparences n’est-ce pas?

    -Malheureusement pour toi, je parle de qui je veux.

    Ses paroles avaient été exprimées avec beaucoup de sérieux, même si son sourire amenait la déroute. Esteban ne connaissait pas l’histoire de Jovan et pourquoi celui-ci ne voulait pas qu’il parle de sa sœur… mais pour tout dire, il s’en fichait. Voilà qu’il le percevait comme un mec au stéréotype du frère trop protecteur. Et se genre de personne, Esteban les supportaient pas. Sans compter qu’il avait détruit de beaucoup le petit jeu auquel ils avaient commencé à se livrer bataille. Jovan en était venu aux poings, ce qui devait amener Esteban à une seule et unique réaction… s’adapter et continuer la partie d’une autre façon. Il voulait se battre, il allait être servit. Esteban par compte ne s’occupait pas de ce qu’il pourrait bien briser autour d’eux ou encore s’il allait manger la raclée d sa vie. Ou donner la raclée de sa vie à Jovan. Donc c’était à son tour à lui, à faire le deuxième pas dans cette belle valse bagarreuse. Esteban n’aurait caché à personne que cette bataille lui faisait plaisir, il aimait bien se dégourdir un peu les muscles d’une autre manière que de trainer des tonnes d’équipements ou encore de nager. Et se battre était un plaisir bien plus grand que tout ça. Esteban fonça vers Jovan tel un footballeur qui allait effectuer un plaqué. L’objectif? Le faire tomber à la renverse, qu’il se retrouve sur le dessus et que son coup de poing veuille à valser assez fort dans sa tronche pour que le combat reste équilibré. Il s’exécuta rapidement sous l’œil des spectateurs qui perdaient de précieuses secondes à comprendre ce qui se passait, leur laissant par la même occasion le temps de s’ouvrir quelques blessures. Ils tombèrent à la renverse face au plaqué d’Esteban qui ne perdit pas une seconde et enfonça son poing fermé dans la joue droite de Jovan. Malheureusement pour Jovan, son adversaire n’y était pas allé de main morte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Mar 9 Juin 2009 - 10:33

Alors, c'était ça? Les deux types là-bas sur le bord, près du bar se chamaillaient pour une fille, et en étaient venus aux mains? Les gens les regardaient maintenant avec un regard interrogateur, et avec une pointe d'amertume et d'inquiétude. Il trouvait sans nul doute ça débile de se battre pour une fille, de montrer ses muscles, et de se jouer de leurs gros bras (qui pour Jovan n'était pas si gros -_-). Mais en même temps, ceux qui voyaient la bagarre commençait à avoir un peu peur. Peur qu'ils ne s'arrêtent pas. Peur que personne ne les arrête. Peur que ça dégénère et que plusieurs personnes s'y mettent. Et surtout pour les filles, peur qu'ils se fassent terriblement mal.
Mais les deux jeunes hommes s'en fichaient certainement là. Tout ce qu'ils avaient en tête, c'était faire mal, faire mal le plus possible à celui qui était en face. Enfin du moins, c'était ce que ressentait Jovan.

Il avait envie de lui faire mal, comme lui venait de lui faire en rouvrant une blessure qui n'avait pas vraiment cicatrisée. A partir du moment qu'il avait été blessé, ça avait été une descente aux enfers, et depuis peu il s'en relevait. Il s'en relevait, et ne s'en remettait jamais vraiment. La preuve. Il avait fallut une malheureuse petite phrase pour que ça déclenche un orage.
Et le type en rajoutait. Il parlait de qui il voulait qu'il disait. Oui, mais voilà, pour Jovan, on ne parlait pas d'elle, du moment pas comme ça. Pas comme si elle pouvait coucher avec quelqu'un, pas comme si il aurait pu coucher avec elle. Non.. Elle restait à tout jamais un bébé, et voilà qu'il venait de toute gacher.


Le type s'était remit correctement sur ses jambes après avoir valdinguer. Il fonçait maintenant sur Jovan, tellement vite qu'ils en perdirent l'équilibre, Jovan se retrouvant sous le type. Et en moins de deux, il sentit une violente douleur sur sa joue droite. Il venait de se prendre un coup, assez violent, assez dur. Il avait oublié la douleur qu'on pouvait ressentir. il souffrait, avait peut-être une dent cassée en plus, mais il s'en fichait. Il n'avait qu'une seule idée: continuer à le tabasser. Il réussit alors à récupérer toutes ses forces. Il essaya de se relever mais avec un lourd comme lui dessus, ce n'était pas facile. Alors, il serra fermement son poing, et alla frapper dans le ventre du type. Juste pour qu'il se plie en deux sous la douleur, et juste pour qu'il puisse se dégager.
C'est fou ce que ça faisait du bien de taper. Il s'en sentait presque heureux -bien qu'il se serrait passé de ce coup sur la joue. Il était sûr d'avoir une dent -une molaire sans doute- de casser. Ca faisait trop mal, et il avait un truc dans la bouche qui était trop dur pour être du sang..
il regarda alors le type quand il venait de le taper. Alors qu'il y a quelques secondes il grimaçait, là, il souriait, et grimaça de nouveau. Sourire lui faisait mal. Il était parti pour avoir un bon moment un bleu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Jeu 11 Juin 2009 - 6:30

    Esteban ne souriait plus, concentrer à ce combat qui prenait des proportions de plus en plus violentes. D’abord, il avait sentit tous ses visages silencieux sur eux et pourtant personne ne semblait disposé à faire quelque chose pour les arrêter. Ce qui était presque ridicule c’était de se rendre compte que se combat avait trois motivations différentes et ni Jovan, les témoins ou Esteban, ne partageait la même. Mais il n’y avait plus de raison de reculer. Esteban donnait autant qu’il recevait. Ce n’était pas pour rien que lorsqu’il avait commencé à sentir du sang couler de son nez il avait compris que Jovan n’avait pas simplement heurter sa joue dans son élan. C’était pourquoi il avait visé la mâchoire. Le second coup fut reçu avec violence où Esteban se plia en deux surpris par le coup qu’il n’avait pas prévu et qui venait de lui couper le souffle. Ça commençait à être de moins en moins marrant comme il l’aurait dit et malgré lui, Esteban commençait à devenir un peu plus violent. Jovan ne semblait pas vouloir s’arrêter ou encore se contenter de ce qu’il avait déjà reçu… Esteban ne voulait plus répondre ses prochains coups.

    Il se releva après quelques secondes et chercha des yeux quelque chose. Il ne regardait plus Jovan, mais il était plutôt certain qu’il était entrain de se relever pour mieux le frapper de nouveau et il allait lui donner une petite surprise. Riant presque, les gens semblaient presque d’avoir peur de lui tant il ne semblait pas mieux que l’autre et drôlement idiot pour prendre se combat pour une fille avec autant de sérieux. C’était parce qu’ils ne le connaissaient pas. Esteban s’était mis dans la tête de se battre jusqu’au bout et il ne voyait pas ce qui pourrait bien l’arrêter pour mener au bout cette idée. Et il avait trouvé avec quoi. Il avait vu une bouteille d’alcool vide qu’il empoigna d’un coup. C’était un peu dangereux, mais ce n’était pas dans un moment pareil que vous auriez pu demander à des mecs comme Jovan ou Esteban, d’être raisonnable.

    La bouteille fut fracassée sur la tête de Jovan d’une rapidité surprenante. Esteban jeta par la suite les débris un peu plus loin. Il ne voulait pas tuer Jovan, sinon.. il n’aurait pu que de prendre les restes de la bouteille et l’attaquer avec. Esteban avait surtout voulu étourdir Jovan même si son coup avait été accompagné par quelques hoquets de surprises de la part du «public». Esteban essuya le sang qui coulait de son nez et jeta un œil à sa main qui montrait qu’il saignait abondamment. Si ça pouvait donner l’envie à Jovan de ne plus le chercher de cette manière, alors qu’il n’aurait aucun remord à se rappeler qu’il avait vraiment tabassé se mec violemment. Désolé Jovan, il en valait de l’honneur d’Esteban.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Ven 12 Juin 2009 - 1:41

Un vendredi soir banal pour le jeune Elias. Un tour en bar puis au Parwest pour finir la soirée sur la piste de danse et qui sait ? Faire une connaissance et plus si affinité ?

Ce qu'il ne savait pas c'est que deux de ses amis étaient là ce soir et qu'ils allaient faire connaissance d'une manière bien particulière. Mais bon revenons au présent si vous le voulez bien. Elias s'était préparer comme à son habitude. Une tenue décontracté mais pas trop, une préparation correct, un coup de parfum et il était partit. A pieds pour changer. D'habitude il prenait la voiture mais il avait envie de marcher ce soir-là et puis de toute façon rien ne le pressait aujourd'hui

L'entrée de la boite était bondé ce soir. La queue était longue. Encore une fois, la patience d'Elias fut mise à l'épreuve et d'ailleurs c'était ironique car s'il il avait plus ou moins porter attention a la file d'attente ce soir-là, il aurait pu reconnaître Jovan. Mais il ne bougea pas et Elias finalement au bout d'un certain temps pénétra à l'intérieur de la boîte. La musique envahit peu à peu l'esprit du jeune grec, la soirée peut commencer...

Alors qu'il draguait (appelons ceci comme il faut) plus ou moins, plusieurs expressions étonné et quelques bruit forts au bar. Elias à ce moment précis était sur la piste de danse et il ne porta attention à l'altercation du bar que lorsque sa probable future petite copine s'arrêta subitement de danser et montra du doigt le bar.

"Oh mon dieu ! Ils se battent !" Dit elle avant de filer plus ou moins on ne sait où. Quelque peu déboussolé par cette réaction étrange, Elias tourna donc son attention vers la source. La foule compacte cachait la bataille en cours comme un écran mais les commentaires fusait, les filles plus ou moins choqués, les gars pariait ou commentait le spectacle... Elias dut jouer des coudes pour se faufiler dans cette espèce de ceinture humaine et enfin arrivait à en sortir, il vit que deux de ses amis étaient en train de se taper dessus assez violemment. Il connaissait le tempérament d'Esteban et Elias ne fut guère étonné de le voir ainsi mais Jovan avait paru assez réservé la première fois que Elias l'avait rencontré et il ne le connaissait pas si bagarreur...

Ce fut lorsque Esteban fracassa la bouteille sur Jovan qu'Elias réalisa que si il ne faisait rien dans les prochaines secondes il y allait avoir quelque chose de grave. Jovan paraissait sonné par le coup de la bouteille mais il se relevait prêt a frapper de nouveau. Mais ce fut sans trop compter sur Elias qui vint s'interposer, se plaçant entre ses deux amis, face tourné contre Jovan qu'il repoussait tant bien que mal, les deux mains sur les épaules de celui-ci, il le poussait vers un coin mort de la salle, Esteban quand lui ne pouvait pas porter de coup sans toucher Elias ce qui devrait le calmer...

Enfin les séparer était le plus compliqué et cela fait, les deux allait enfin se calmer. Elias constata les blessures de Jovan tout en marmonnant dans sa barbe ce qui semblait être des reproches. Le visage impassible, il ne s'expliquait même pas. Pourquoi était-il là ? Pourquoi avait-il fait ça ? Elias n'allait pas donner les réponses comme ça. Sans doute à cause du fait que les deux chiffonniers étaient des relations d'Elias, celui-ci souhaitait les mettre sur un pied d'égalité, ne pas montrer de sentiments plus à l'un qu'a l'autre.

"tu devrais aller à l'hôpital" dit Elias d'un ton monotone "et sache que j'en ai pas finit avec toi" rajouta-il avant de faire volte-face et de se diriger vers Esteban cette fois. Même routine, vérifier qu'il était calme, voir les dégâts et pour finir râler. D'ailleurs les reproches aller fuser, connaissant le bonhomme, Elias savait pertinemment que la bagarre avait éclater a cause de lui ou du moins 90% sûr que son sens de la provocation avait le feu aux poudres.

"Alors ? Je te laisse 10 secondes pour me pondre une excuse que je ne vais pas gober avant de commencer à gueuler...attention...go !" les derniers mots s'accompagnèrent d'un regard sur sa montre, Elias allait vraiment décompter 10 secondes...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Sam 13 Juin 2009 - 14:52

Le type en face de lui avait eu mal, ça se voyait, il était plié en deux -le pauvre chou. Jovan fut assez soulagé d'être enfin libéré -c'est qu'il faisait son poids ce type! Il le regarda alors. Qu'est-ce qu'il allait faire maintenant? S'arrêter? Aller pleurer dans les jupons? En tout cas, Jovan avait envie de continuer. Les gens les regardaient se donner en spectacle, mais il s'en fichait. Il avait ça dans le sang Jovan, il aimait se battre. Enfin du moins, ça ne lui dérangeait pas de se battre. Quand il avait l'odeur du sang, quand il voyait le sang, il avait de plus en plus envie de continuer. Il voulait frapper, frapper, jusqu'à ce que son impulsion retombe. On ne le croirait pas comme ça, et pourtant, il l'était.
Il baissa la garde deux secondes, et en deux secondes, il se sentit défaillir. Des morceaux de verre coulèrent sur son visage, et vinrent s'écraser au sol. Il lui avait mis une bouteille sur la tête en frappant. Pendant peut-être quelques secondes, Jovan se dit qu'il avait fini, que c'était le coup de trop. Il était complètement sonné. Pourtant, contre toute attente, il trouva le courage ( si on peut appeler ça comme ça -_-) de se reprendre, se remettre complètement debout, et de vouloir continuer à cogner.

Pourtant, il ne put pas. Quelqu'un vint se mettre devant lui, et avec ses deux bras sur ses épaules repoussèrent le jeune homme le plus loin possible. Jovan essaya bien de continuer, il tenta de s'extraire du type, mais il était à bout de force, avec ce coup porté à la tête. Le type qui était devant lui -pas fatigué par la bataille- était plus fort que lui. Jovan le regarda alors. Il était brun, assez costaud malgré tout, et arrivait à le maitriser. Il le reconnut de suite: c'était Elias un ami, qui semblait ne pas trop apprécier qu'il se bagarre comme ça. De toute façon, il fallait se rendre à l'évidence: ils n'auraient pas pu continuer à se battre comme celà, les vigiles allaient sans doute pas tarder à arriver.
En tout cas, Elias réussit à l'éloigner, et Jovan s'installa sur un fauteuil libre. Il avait encore envie de frapper, et n'attendait qu'une chose: qu'Elias s'en aille pour continuer.

Celui-ci d'ailleurs regarda en vitesse les blessures de Jovan, lui disant qu'il ferait mieux d'aller à l'hôpital. Sûrement pas.. Jovan passa sa main sur sa tête, et regarda: il y avait du sang, mais c'était encore léger (il avait la tête dure Jojo). Pas la peine d'aller à l'hosto pour ça. C'était juste des écratignures, encore heureux. Comme quoi, si on devait se battre, il fallait ne mieux pas le faire près d'un bar xD. C'était sans doute la leçon que retiendrait Jovan sur ce coup-là.
Enfin Elias le libéra, disant qu'il n'en avait pas finit avec lui. Tu parles, il allait aller voir l'autre type qu'il semblait aussi connaitre, et ce serait finit.

Dès qu'il eut le dos tourné, Jovan se releva d'un coup, histoire d'aller continuer la bagarre. Malheureusement pour lui un autre type -bien plus costaud que Jovan, il devait faire du catch ce n'était pas possible- le fit aussitôt rasseoir en utilisant la même technique qu'Elias pour le pousser. Tant pis, il croiserait bien cet Esteban dans la rue à un moment ou à un autre. C'était ce qu'il se disait ce soir-là, mais il était certain que s'il croisait Esteban, il ne dirait rien, n'aurait pas cette nervosité qui remonterait, à moins que celui-ci ne continue à l'énerver, et seulement dans ce cas, le sort d'Esteban serait entre ses mains.
En attendant, il resta tranquillement sur le fauteuil, jettant quand même de temps en temps des coups d'oeil au type qui l'avait fait se rasseoir, et se calma un peu -un peu légèrement. Si il n'avait pas été sonné par ce coup sur la tête, il était évident qu'il foncerait de nouveau sur Esteban. Mais là, il était quelque peu sonné.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Ven 19 Juin 2009 - 18:22

    Esteban était prêt à affirmer qu’il avait peut-être été un peu loin dans se combat. Il ne voyait pas cependant pourquoi on aurait pu lui reprocher de se défendre alors qu’il n’avait posé aucun geste violent. Enfin, en premier du moins. Jovan avait lui-même tout précipité si rapidement, qu’il s’était retrouvé dans un tourbillon de gros bras. Et il s’était battu. Ce n’était pas sa faute si l’alcool dans son sang lui avait donné de bien mauvaises idées comme celle de démolir une bouteille vide sur la tête de Jovan. Jovan venait justement de l’impressionner en restant étourdi quelques secondes. De son coté, il ne sait pas s’il aurait eu la tête aussi dure. Mais c’était qu’il était borné se mec. Alors qu’Esteban regardait Jovan se relever, encore prêt à se battre, il commençait à désespérer. Esteban ne savait plus trop comment s’en débarrasser maintenant. Le sang qui continuait à lui couler sur le visage était dérangeant et il ne savait pas si le prochain coup se serait lui qui le donnerait... ou le recevrait. Un intrus vit tout déranger.

    Esteban fonça les sourcils, alors que devant lui Elias repoussait Jovan afin de l’empêcher de continuer à se battre. Pendant quelques secondes, Esteban se demanda si Elias était devenu bodyguard dans se bar sans le lui dire. Pourtant, si Esteban lui avait porté un coup… il était certain qu’il n’aurait pas tenu aussi longtemps que Jovan. Voilà que c’était le moment idéal pour s’éclipser en douce… même s’il saignait comme un cochon. Mais si son plan semblait parfait, il ne sembla pas plaire aux vigiles de la boîte.

    Deux mains virent l’emprisonner les épaules avant de suivre Elias et Jovan qui s’étaient posés un peu à part. Esteban n’avait nullement envie de se battre contre se type de mec, et suivit la vague avant de se faire écraser dans un fauteuil en diagonale à Jovan. Se débattant toujours contre le robinet, expulsant de son nez beaucoup trop de sang… Esteban ouvrit la bouche puis la referma devant l’injustice qu’Elias lui confrontait. C’était quoi cette histoire au juste?


      -Je lui ai demandé de me parler de sa sœur histoire de savoir si je me l’étais déjà taper. Ensuite, j’ai fait du recyclage de bouteilles en ne faisant que de l’auto-défense. C’est pas moi qui à commencé.


    Ce n’était pas faux. Il n’avait pas commencé à porter le premier geste violent. Esteban n’avait simplement essayé de draguer une fille que Jovan avait eu lui aussi des vues. Son coté provoquant avait un peu pris sur le dessus, mais c’était Jovan qui était devenu d’un seul coup une espèce de bête de Cro-Magnon en lui balançant se coup de poing qui lui faisait encore mal. On pouvait le libérer qu’il trouve une mère Theresa sexy qui voudrait bien trouver un moyen d’arrêter son nez de saigner? Putain. Il espérait que Jovan aurait eu sa leçon sur le fait qu’il avait bien montrer qu’il était plus fort que lui. Parce que s’ils venaient à se revoir de nouveau, il doutait qu’Elias se retrouve à quelques mètres d’eux pour les séparer. Il était clair qu’il ne venait pas de se faire un ami... Au contraire. Ne serais-ce pas justement Elias qui était découragé? Avouons qu’être ami d’Esteban… s’était parfois faire face à des amis qui étaient ses ennemis… ou plutôt, très souvent.


      -Je peux avoir une autre bière? Lança-t-il comme un idiot qui a dans la tête qu’il n’a pas assez bu.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Dim 21 Juin 2009 - 14:02

Pourquoi Elias n'avait-il pas l'air étonné face à une explication telle que celle-ci ? Sans doute parce qu'il connaissait Esteban et que bien qu'il agisse souvent comme un abruti, il était souvent sérieux. Enfin en attendant, comme annoncé, son excuse était pitoyable... Bon sang est-ce qu'un beau jour, Esteban aura appris le sens commun ? Vous savez cette chose qui évite de mettre les pieds dans le plat comme balancer qu'on a peut-être sauté la sœur cadette... Si ce jour arrive, Elias serait heureux de prendre enfin des vacances. Enfin pour le moment, ce jour ne restait qu'un doux rêve.

"C'est pas toi qui a commencé...J'ai l'impression de me retrouver dans la cour de recré quand j'étais un petit gamin. Va falloir songé à passer à autre chose Este..."

Enfin, a bien y réfléchir, Elias au final n'était pas la voix de la conscience d'Esteban, il ne prétendait pas l'être et ne souhaitait à personne acquérir cette place un jour ou l'autre. Elias aurait été capable de lui tenir un discours long, trop long pour Esteban mais le jeune homme doutait de l'efficacité de ces mots. Quitte à parler autant le faire avec quelqu'un qui écoute...

-Je peux avoir une autre bière?
"Oui, mais chez toi car là, les vigiles vont te sortir gentiment de la boite..."

Sur ces mots, Elias tourna les talons pour revenir auprès de jovan, après tout les deux hommes se connaissait et l'heure n'était pas au favoritisme, en tout cas Elias s'y refusait. Jovan était maintenant assis dans un coin. Elias vint se poser juste devant lui, à son niveau. C'était étonnant de voir Jovan dans cet état. Ce trait de personnalité, Elias l'avait totalement ignoré jusqu'à maintenant. Il ne savait pas que Jovan aurait pu être l'espace d'un instant aussi combatif, aussi hargneux ? Ne jamais faire confiance au apparence, elle sont souvent pleines de surprises. Voilà quelque chose que Elias devait pourtant bien saisir mais rien à faire à chaque fois, il tombait littéralement sur le cul.

"Alors dit moi qu'est-ce qui s'est passé avant que j'arrive, me dit pas que vous étiez en train de sympathiser parce que je vais vraiment avoir envie de donner des baffes aux simples d'esprits..."

Elias avait légèrement accentué les deux derniers mots le tout accompagné d'un regard en bias derrière en direction de ce benêt d'Esteban.

[hrp: pas masse d'inspi je suis désolé.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Lun 22 Juin 2009 - 15:05

Jovan était resté dans son coin. Sérieusement, il se demandait encore comment il avait pu résister à cette bouteille écrasée sur sa tête. Il avait sans doute perdu beaucoup de neurones, mais bizarrement, il était encore debout. Il mit ça sur le compte qu'il avait l'habitude de se battre. Mais n'empêche que ce type y avait été fort, et qu'il était forcé de se dire qu'il aurait pu perdre.
Perdre.. C'était ridicule de se battre et de trouver un gagnant et un perdant. Mais dans l'esprit de Jovan, une bagarre avait toujours été là pour désigner un vainqueur. Là, ce soir, il n'y en avait eu aucun, même si, Jo' y croyait toujours. On les avait séparé, et il était bien obligé d'admettre que ce n'était pas plus mal. Ils auraient continué, du moins, il aurait continué, et du coup, l'autre type aurait été obligé de continuer.

Il était encore un peu sonné, et préfèrait rester assis sur la banquette d'où il était. Il sentait bien quelques regards posés sur lui, et sentait aussi qu'on discutait de cette bagarre encore. Les gens n'avaient-il jamais vu deux types se battre? C'était donc si surprenant? On était à Miami au 21ème siècle, alors franchement, ce n'était pas si surprennant. Même à l'époque de Dr Quinn, les gens se battaient.
Il vit alors au loin la silouhette d'Elias parler à l'autre type. Apparemment, ils se connaissaient aussi. D'ailleurs, le voilà qui s'approchait maintenant de lui, laissant l'autre gars tomber. Il s'approcha de lui, et lui demanda clairement ce qu'il s'était passé. Et il refusait l'humour apparemment.

" Pourtant, on faisait bel et bien connaissance."


Il jetta alors un regard sur Elias, et comprit que non, il n'était pas motivé par l'humour. Décidemment, cette soirée était moins drôle que prévu.. Il aimait pourtant ça Elias nan? Toujours est-il qu'en croisant son regard, il ajouta.

" je plaisantais."

Il passa alors sa main sur son front, et sentit un peu le sang. Décidemment, il était bien amoché. Entre un bout de dent, et des ouvertures un peu sur la tête, le type ne l'avait pas raté. Il regarda alors Elias. Il devait être surprit d'avoir vu Jovan dans cet état. Il faut dire que quand il le voyait, Jo' était toujours de bonne humeur, souriant, blaguant, étant aimable.
Mais ce soir, il avait vu aussi qu'il était impulsif, et bagarreur. Deux traits de caractère qu'il ne connaissait encore pas, et qu'il ne soupçonnait peut-être même pas. Il répondit alors.

" Il m'a parlé de ma soeur. Je n'ai pas apprécié. C'est tout."


Il n'ajouta rien d'autre. Elias n'était sans doute pas au courant, que Jo' avait perdu sa petite soeur, et ne pouvait donc peut-être pas comprendre ce qui avait mit Jovan dans un état pareil. Et puis de toute façon, il n'avait pas à expliquer. Il en avait dit assez, et l'autre avait sans doute dit la même chose.

Alors qu'il pensait s'en sortir, Jovan vit deux types s'approcher d'Esteban, et par la même occasion deux autres types s'approcher d'Elias et de lui. Super.. Ces types en costard avaient la carrure d'un gorille, et portait même des oreillettes. Quand ils s'approchèrent d'eux, Jovan murmura un.

" Il ne manquait plus qu'eux.."


[ a toi Este de voir la suite :P ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Sam 27 Juin 2009 - 6:15

    Esteban venait d’être livré à lui-même alors qu’Elias semblait blasé de son comportement. En même temps, Elias avait une certaine idée de l’attitude de son ami … et la lui reprocher était autant efficace que de tenter de partir avec un bout de mur avec une cuillère. Il renversa finalement sa tête par en arrière, dans une tentative légèrement désespérée d’arrêter le sang de couler de son nez. Esteban était de ceux qui avaient du mal à arrêter de saigner lors qu’ils avaient une blessure. Non pas jusqu’en mourir comme ceux qui était hémophiles, mais assez pour se sentir étourdit. Fichu Jovan. Il avait foutrement envie d’une autre bière pour penser à autre chose. Son ivresse n’était pas au point où il pouvait ignorer la douleur et se sentir invincible. Elias l’énervait à lui dire qu’il allait se faire sortir. Non mais, ils les avaient pas arrêté… les vigiles devaient avoir plus important à faire que de…


      -Hé hé, salut les gars.


    Sans qu’il aille pu ajouter quelque chose, deux types baraqués comme des armoires venaient de déposer leurs mains sur chacune des épaules d’Esteban. D’un seul regard, Esteban savait qu’ils n’en avaient réellement rien à faire qu’il soit entrain de saigner à mort ou qu’il veuille se débattre. Parce qu’à deux, ils arrivaient facilement à trainer la carcasse d’Esteban. Le jeune homme fut relever dans le temps de le dire de son fauteuil et bousculé à travers la foule.


      -Lâcher moi sales cons. Nah mais c’est quoi votre problème?! Depuis quand les vigiles sont contre le recyclage de bouteilles!? Ah mais putain…


    Un Esteban qui disait n’importe quoi pour espérer, en vain, de se libérer de l’emprise des gorilles. Avouons qu’en les traitant de cons Esteban commençait à être trimbaler encore plus violemment. Du coté de Jovan, les deux autres avaient fait subir le même sort à celui-ci en le maîtrisant par les épaules. Les gens dans le bar se tassaient, comprenant rapidement qu’ils n’avaient pas tellement le choix s’ils ne voulaient pas être tassés par ses types. À peine arrivé à la porte d’entrée, Esteban fut repoussé violemment dans la rue adjacente où il dut faire quelques pas pour éviter de s’écrouler sur le sol. Inutile de se ridiculiser d’avantage. Quelques secondes après Jovan subissait le même genre de traitement, bien que légèrement moins violent. Elias avait de son coté été laisser tranquille même si un vigile requis de sa part de les surveiller.


      -Dire que tout ça c’est à cause d’un taré comme lui, lança-t-il en désignant avec toute la subtilité du monde, Jovan.



    Tout ça était décidément enrageant pour Esteban, qui avait prévu de finir la soirée avec la jolie brune à la robe rouge. Maintenant il ne lui restait que trois solutions. Attendre. Partir chez lui. Provoquer Jovan. La première était chiante. LA deuxième envisageable. La troisième complètement attirante, surtout qu’il lui en voulait de lui avoir démoli le nez.


      -Et tout ça pour ta taré de sœur. Fais-toi soigné mec.


    C’est à croire qu’il n’apprend rien.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan]

Revenir en haut Aller en bas
 

Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Parkwest nightclub-