AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Jeu 2 Juil 2009 - 17:06

Il n'eut pas le temps de dire quoique ce soit d'autre, pas même une exclamation que bientôt des grosses mains baraqués vinrent se coller sur ses deux épaules. Il se releva d'ailleurs tout seul -pas besoin de ces types pour l'aider-, mais il fut bientôt trimballé vers la sortie, les gens s'écartant sur son passage, histoire de ne pas se faire écraser par ces deux monstres qui, d'après Jovan, devaient avoir beaucoup de mal de trouver des vêtements à leur taille. C'était ce genre de personnes avec qui personne de normalement censé n'aimerait avoir des problèmes avec eux. Ils avaient des mains qui faisaient sans doute deux fois la vôtre, des biceps qui rivalisaient avec ceux des boxeurs pro. Bref, je vous laisse de suite imaginer la force qu'ils pouvaient dégager..
Et Jovan, étant une personne censée, contrairement à certain (je ne vise personne voyons =P), se taisait et se laissait aller là où il le voulait. C'était dans son interêt. D'un, il ne faisait pas le poids. De deux, il était déjà assez ammoché. Et de trois, il était préférable de garder des forces pour contrer ce type qui l'énervait encore. Et puis, se faire pousser n'était déjà pas très agréable, alors imaginer la suite s'il s'énervait.

Il fut donc évacué en vitesse grand V en dehors du Parkwest Nightclub. Là, il fut un peu brusquement projeté, et d'ailleurs, il eut du mal à rester debout sur le trottoir. Il avait faillit trébuché, et finir allongé de tout son corps sur le sol. Mais encore heureux, ça ne l'était pas. Il était bel et bien debout, ayant fait preuve d'un grand état d'équilibre. Il jetta alors un regard autour de lui. Apparemment, Elias était encore à l'intérieur. Il entendit alors de nouveau le voix du mec qui venait de l'énerver. Il se retourna, et le vit alors. Il avait apparemment été projeté plus violemment que lui. Il venait de le traiter de taré. Et il en rajouta une couche, ne serait-ce deux secondes plus tard en disant "Et tout ça pour ta taré de sœur. Fais-toi soigné mec."

Pour ta tarée de soeur. Tarée. Soeur. Deux mots qui allaient encore mettre Jovan dans un état inquiétant: celui de l'énervement. Sans que Jovan s'en rende réellement compte, il avait avancé comme un fou vers Esteban. Il était tellement près de lui maintenant, qu'il ne manqua pas de lui recoller un coup de poing en pleine figure. Il l'avait déjà fait. Raison de plus pour lui refaire: il allait avoir encore plus mal.
Il avait pourtant mal la tête. mal à l'estomac aussi (l'alcool n'aide pas). Mais quand on veut quelque chose, on a une force incroyable qui nous vient. Et cette force est tellement forte, que personne ne peut nous arrêter tant que nous n'avons pas atteint notre but. En l'occurence ici: faire mal à Esteban.
Alors que son poing vint coller sur le nez du jeune homme, Jovan lui répondit.

" Ca, c'est pour ma soeur. "


Sa soeur. A deux ans, quelques temps avant de mourir, elle avait été remonté contre un ami de Jovan, qui l'embêtait. Elle avait alors balancé à un mètre de lui, une balle de tennis qui trainait par là. La balle avait attérit dans l'entrejambe du jeune garçon. Comme quoi, à deux ans, même si elle était adorable, et ressemblait les trois quarts du temps à un ange, elle avait déjà un sacré caractère. Et Jovan était sûr que si elle aurait entendu tout ça, elle aurait aimé qu'il se batte. C'était plus une pensée que Jovan avait d'elle, plutôt que réellement ce qu'elle aurait fait. Mais disons que c'était ce que Jovan aurait aimé qu'elle pense.

Il était fatigué maintenant, lasse. Il avait aggripé Esteban par le col, lui avait flanqué son poing dans le nez, et le regardait avec méchanceté. Cette fois, son souffle était saccadé. Il avait mal la tête, sans doute à cause du mélange entre l'alcool, et la bouteille écrasée. Il avait l'impression que sur son front le sang coulait. Et ce n'était sans doute même pas une impression. Il avait en plus perdu un bout de dent -encore heureux, ça avait l'air d'être un bout d'un pré-molaire. Il le regarda et dit alors.

" J'en reviens pas qu'il existe des sala*ds comme toi."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Jeu 16 Juil 2009 - 15:26

Le problème était enfin réglé, Jovan et Esteban se faisait gentiment entrainer vers la sortie de la boîte. Les clients quant à eux restait encore plus ou moins sous le coup de la bagarre. Certains continuait à commenter les assaut de l'un ou l'autre avec une pointe d'admiration dans la voix, d'autres accusait ce comportement traitant les deux amis d'Elias d'hommes des cavernes qui ne savent que se taper sur le pif. D'autre encore ne semblait même pas avoir vu le problème et continuait calmement leur soirée comme si rien ne s'était jamais passé.

Elias aurait bien fait de même et se remettre dans l'humeur de la soirée mais toute cette histoire n'avait été bon que pour gâcher son moral, l'envie de prendre du bon temps était partit et c'est maussade que Elias entama son retour chez lui. Prenant congé de sa partenaire, il se dirigea au vestiaires pour récupérer sa veste et s'en alla tout en saluant les videurs et les remercia du coup de main donné un peu plus tôt. Ils lui répondirent gentiment en lui souhaitant nue bonne soirée. Finalement, ces brutes épaisses peuvent être sympathique de temps à autre.

Enfin, le réconfort fut de courte durée. Comme quoi, le sort s'acharne sur le pauvre jeune homme. A quelques pas de la boîte, Elias se retrouve face à ses deux amis qui sont de nouveau en train de battre comme des chiffonnier. N'en n'avaient t-ils pas marre a force ? L'espace d'un instant, le jeune homme songea à juste les laisser là, les ignorer et fui ces responsabilités qui commençais franchement à peser sur lui. Esteban est pire qu'un fils, à coté de ça être un père de famille célibataire est une promenade de santé. Mais d'un autre coté, parce que ces deux personnes était des connaissances d'Elias, il se devait de faire quelque chose. Mais quoi ? Apparemment les séparé ne fait que retarder le round suivant. Entrer dans la bagarres serait totalement inutile surtout qu'il n'as pas de quoi être en colère. Enfin pas assez...

Le regard grave, le jeune homme songeait à ce qu'il pouvait faire lorsqu'il eut enfin une idée. S'approchant des deux hommes en train de se frapper , il tenta de les séparer un peu pour finalement se mettre à crier avec une voix forte et pleine de sérieux, très autoritaire en sorte.

"Si jamais vous n'arrêtez pas tout les deux, j'appelle les flics pour qui vous embarque et compter pas sur moi pour vous épargner dans les détails. Une nuit au poste calmera peut-être vos ardeurs !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Jeu 23 Juil 2009 - 5:54


    Définitivement les deux autres options auraient dût être les priorités dans l’esprit d’Esteban. Attendre ou partir il n’y avait aucun mal la dedans. Provoquer d’avantage Jovan était d’une stupidité sans équivoque si on considérait son état actuel pour pouvoir se défendre correctement. Avoir su ce qui l’aurait attendu à sa sortie du bar, Esteban n’aurait sans doute pas bu autant d’alcool. Ses réflexes étaient ralentis et il se sentait fatigué. Sans s’y attendre, Jovan avait foncé sur lui tel un taureau excité par l’appât du rouge. Esteban avait reculé, guettant la réaction excessive de Jovan, espérant intérieurement avoir la chance et les réflexes pour continuer à se battre avec lui. Mais il avait été plus rapide que lui. Plus enragé et fou. Esteban eu le réflexe de fermé les yeux alors que le poing de Jovan l’atteignait au visage. S’en suivit une douleur fulgurante et un bruit sonore. En quelques secondes Jovan venait de lui casser le nez. Se pliant en deux sous la douleur, Esteban était toujours retenu par Jovan et pourtant il ne le voyait plus. Ses yeux étaient brouillés par la douleur et son nez saignait abondamment. N’importe qui l’aurait regardé et compris qu’il n’allait pas bien. N’importe qui d’autre que Jovan, qui était complètement aveugler par la rage. Esteban venait de saisir un détail important : valait mieux éviter de parler de sa sœur face à Jovan. Il souffrait et il était frustré de ne pas pouvoir se défendre face à cet imbécile. On ne s’attaquait pas à un Carson sans le regretter. Et si ce n’était pas à l’instant présent qu’il se vengeait, il y avait assez de jours dans une année pour avoir le temps de rouler sur lui en voiture. C’était des idées démentes qui s’apprêtaient bien à la douleur qui lui fracassait le crâne. «J'en reviens pas qu'il existe des salauds comme toi.» C’était parfaitement ce qu’Esteban aurait aimé lui répondre, au point où sans comprendre un faible sourire s’affichait sur ses lèvres. Un sourire qui disparut aussitôt alors qu’Elias les séparaient finalement en les menaçant de les conduire au poste de police. C’était bien sur une possibilité à écarter, Esteban n’avait pas du tout envie de dormir dans une cellule... surtout dans l’état qu’il était. La meilleure possibilité restait se rendre à l’hôpital, en souhaitant de ne pas avoir à porter un stupide plâtre.


      -Oublie ça, putain de merde africaine!


    Esteban était pas raciste, mais il souffrait assez pour dire n’importe quoi et fortement. Il n’était plus certain de pouvoir compter sur Elias pour se rendre à l’hôpital. Bien franchement il en avait rien à faire si Jovan devait ou pas y aller lui aussi. Son nez saignait tellement qu’il se sentait rapidement étourdis. Ramassant les pans de son chandail, Esteban essayait sans succès d’éponger le sang. Puis il s’adossa à un mur, rageur.


      -Elias, t’a une minute pour me conduire à l’hosto… sinon je te jure que je t’en voudrai toute ma vie. Et t’a pas envie que je t’en veuille.


    Il était complètement épuisé, étourdit et fâché. Qu’Elias ne veuille pas l’aider était bien la dernière chose qu’il avait envie d’apprendre. L’alcool apaisait peut-être un peu la douleur, mais il n’était plus saoul. La douleur l’avait complètement fait revenir sur terre. C’était dans ce genre de situation qu’il aurait préféré être aux cotés de Duncan. Jovan n’aurait eu aucune chance. Esteban allait devoir attendre encore quelques jours avant de reprendre sa vengeance. Jovan ne perdait absolument rien pour attendre.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Sam 25 Juil 2009 - 14:02

Jovan était vraiment fou furieux après ce type. Mais une fois qu'il l'eut frappé, et qu'il lui tenait le col, de le voir ainsi prendre le dessus, il se calmait. Il pissait le sang ce type. Lui-même aussi d'ailleurs. Il avait de plus en plus mal à sa tête. Et il sentait par endroit de la chaleur. C'était bien la preuve que le sang coulait le long de son front. Il regarda le type, et serait sans doute resté comme ça un long moment s'il n'avait pas entendu une voix forte, et pleine d'autorité.
Il entendit parler de flics, de nuit au poste, et etc.. Sur ce, sans doute surprit par le ton qu'avait prit Elias, et aussi par sa proposition qui semblait ne pas gêné pour autant leur ami, Jovan lâcha Esteban. De toute façon, il n'avait guère le choix. Le jeune homme s'était en effet de nouveau interposé entre eux, et tentait de faire lâcher Jovan.

Jovan tituba légèrement après lâché Carson. Il s'éloigna alors de quelques pas, et alla se mettre le dos contre le mur du Parkwest Nightclub. Son souffle était de plus en plus saccadé. Il tenta de se calmer, d'essayer d'oublier tout ce qu'il venait de se passer. Mais il en voulait. Il en voulait à ce type d'avoir parler de sa soeur, alors que justement, il essayait d'oublier tout ça. Il en voulait à Elias de ne pas l'avoir laissé le frapper dessus. Il en voulait à ces deux types costauds de ne pas l'avoir laissé terminé. Et par dessus tout, il s'en voulait à lui même. Il s'en voulait pour avoir de nouveau perdu le contrôle de ses émotions, et pour avoir agit de la sorte. Il aurait aimé rayé tout ça, aurait aimé que ce type ne lui ai jamais parlé de sa soeur. Après tout il n'était même pas au courant. Il ne savait pas tout ce qui s'était passé, il ne savait pas qu'elle était morte, qu'à partir de ce moment-là, ça avait été la descente aux enfers. Il n'en savait rien. Et s'il savait, il n'aurait sûrement rien dit. Mais en même temps, il avait l'air idiot ce Carson, alors peut-être qu'il l'aurait ouvert quand même.

Quand il fut contre le mur, Jo se laissa tomber doucement sur le sol. De là, il irait sûrement mieux. Au moins, il pourrait se calmer. Après tout, c'était de sa faute à lui. Il repensa à tout ce qui s'était passé. Ca avait commencé par un combat de coq. Deux mecs qui se battent pour une fille. Une fille qui n'en valait peut-être même pas la peine, et qui aujourd'hui ne permettrait à aucun d'eux une histoire avec elle.
Carson raconta quelque chose que Jo ne comprenait pas. une merde africaine? Qu'est-ce que c'était? Et d'ailleurs, il n'était même pas sûr d'avoir bien entendu. Si ça se trouve, ce coup sur la tête lui avait été fatal, et depuis il ne comprenait rien à ce qui se disait.
L'autre type demanda alors de l'aide à Elias pour l'amener à l'hôpital.

Il eut un léger sourire. Il n'a qu'à y aller à l'hosto. Il verra bien, on lui posera des questions, on lui demandera comment il s'est fait ça, et il répondra sûrement la vérité. Ou du moins, sa vérité.. Il dirait qu'il essayait de draguer une fille et que Jo ait venu le déranger, qu'il n'a pas aimé, qu'ils se sont battus. Et puis voilà. C'était toujours comme ça, on disait tous sa vérité. Pas la véritable vérité. De même que si Jo y allait il dirait sans doute la même chose afin de ne pas aggraver son cas. Et encore, il dira sans doute qu'il s'était interposé lui-même dans une bagarre. Histoire de passer pour le héros, et pas pour les débiles.
Il posa alors sa main sur sa tête, et passa sa main devant ses yeux. Ah ouais, il saignait. Satané bouteille.. La prochaine fois qu'il verrait ce type, avant de lui en coller un, il irait sans doute l'entrainer ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan] Lun 27 Juil 2009 - 19:00

C'est dans des moments comme ceux-ci qu'on sait si on répond bien à la pression ou non. Pour la peine, Elias lui savait à peu prêt bien y réagir. En effet, la menace qu'il avait proféré un peu avant avait l'air d'avoir fait son effet alors que lui-même s'attendait à parler dans le vide. Mais tout n'était pas réglé pour autant, les deux amis d'Elias n'était pas au top de leur forme, les deux semblait avoir très mal et alors qu'Esteban demandait d'aller à l'hôpital, Jovan ne semblait pas vouloir bouger ce qui embêtait beaucoup Elias. Il ne voulait pas laisser seul Jovan surtout dans cet état.

Elias devait faire une espèce de choix au final, les deux cherchaient soutien dans une personne qu'il avait en commun et cette personne c'était Elias. Il devait plus ou moins faire un choix qui n'était guère agréable pour lui. Prendre parti est une chose qu'il détestait faire. Vous pouvez traiter Elias d'idéaliste mais il n'aime pas les choix il préfère quand tout va bien , un conte de fées vivant mais ce n'est pas ça la vie. Elias de ce fait fit son choix. Il s'approcha d'abord de Jovan qui maintenant était assis contre le mur. Elias s'agenouilla à son niveau et regarda son ami

« Je t'appelle un taxi, je te connais assez pour savoir que tu vas pas faire de connerie, je te téléphone tout à l'heure pour prendre des nouvelles ok? » Ensuite, Elias se leva et partit en direction de sa voiture en faisant signe à Esteban de le rejoindre.

Le trajet vers l'hôpital fut silencieux les deux ne parlaient pas beaucoup. Esteban semblait préoccupé par son nez et Elias était plus ou moins inquiet pour Jovan et Esteban qu'il en avait perdu l'envie de parler. Arrivé aux urgences, on prit en charge Esteban, Bien entendu les questions du personnel de garde furent nombreuses et Elias s'y plia fournissant toutes les infos dont il était au courant. La version d'Esteban , Elias ne l'entendit pas. La fin de la nuit se passa à l'hôpital entre l'attente, les soins et la paperasse, les heures défilèrent. Entre temps, Elias tenu sa promesse et appela Jovan. Une fois rassuré, le jeune homme retourna à son attente, méditant les évènements d'avant. Que ce serait-il passer si par le plus grand des hasard, Elias avait décidé de rester bien au chaud chez lui, devant un film ou même en train de zapper à la télé. Est-ce que quelqu'un aurait pu arrêter ce combat à sa place ? Qui sait...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Message(#) Sujet: Re: Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan]

Revenir en haut Aller en bas
 

Les hommes mettent dans leur voiture autant d'amour-propre que d'essence. [PV Jovan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Parkwest nightclub-