AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Adhérents FNAC : 20€ offerts en ...
Voir le deal

Partagez | 
 

 Like an apparition ♫ You don't seem real at all ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Like an apparition ♫ You don't seem real at all ...  Vide
Message(#) Sujet: Like an apparition ♫ You don't seem real at all ... Like an apparition ♫ You don't seem real at all ...  EmptyJeu 17 Mar 2011 - 5:55

15 MARS 2012


Like an apparition ♫ You don't seem real at all ...  Noahvaiana

Depuis une paire de semaines, Noah n'avait jamais autant aimé son travail. Lui qui d'habitude cumulait les retards et les excuses abracadabrantes pour justifier d'avoir oublié ses rendez-vous professionnels ici et là était soudain devenu un modèle de droiture, de timing et de ponctualité. C'est donc à 14H pile qu'il sortit de chez Goldie, habillé sobrement d'un jean et d'un t-shirt griffés avec - pour seuls bagages - son portefeuille fiché dans une poche et son portable dans l'autre. Les instructions de l'agence avaient été clair : rendez-vous à 14H devant son lieu de résidence, une organisatrice se chargerait de l'attraper au passage avant de l'emmener de-ci de-là dans les endroits que son planning toujours plus chargé avait prévu pour cette journée d'essayages et de shopping. Lorsqu'il avait demandé pourquoi " une organisatrice " et non pas " Karry " (comme c'était le cas d'habitude), on lui avait aimablement répondu que ladite Karry était partie en congés maternité et qu'il avait fallu lui trouver une remplaçante. Perplexe, Noah avait alors raccroché en tentant de se remémorer la dernière image que son cerveau avait imprimé quant à Karry et son profil prétendument arrondi. Là, il s'était rendu compte qu'il ne se souvenait plus, preuve supplémentaire qu'il était tellement pris par ses propres problèmes personnels que ceux des autres lui passaient toujours plus haut par dessus la tête. D'ailleurs, c'était précisément à cause de ses problèmes personnels (problèmes portant le nom de " gang à Goldie " comme il avait pris l'habitude de les appeler ; " les " se résumant à Cléo, Austin et, bien évidemment, Goldie elle-même) qu'il était devenu un exemple de professionnalisme là où il n'était jadis que l'un de ces mannequins jeunes et rebelles, méprisant horaires, promesses et engagements. Contre toute attente, Dickers s'était rendu compte que se noyer dans le travail était libérateur et lui permettait de s'évader de l'ambiance pesante de la maison. Par la même occasion, cela lui permettait de retrouver des visages souriants, attentionnés, chaleureux, bref, aimants. Or c'était précisément ce qui manquait cruellement à sa vie depuis qu'il avait réussi à rattraper la situation catastrophique dans laquelle Narcisse (et, par la suite, Jaelyn) l'avaient mis en le quittant. Blasé, il avait vu ça comme la rançon de la gloire et avait refusé de se plaindre, du moins pas en publique pour ne pas offrir à Goldie le plaisir de se délecter de ses soupires fatigués. La belle image professionnelle contre la tourmente de sa vie privée, quel triste échange, vraiment ... Et même la perspective d'aller faire les boutiques en claquant des centaines de dollars par les fenêtres - le tout sur le compte de l'agence - ne parvenait pas à lui remonter le moral. Mains dans les poches, air fatigué malgré la beauté savamment étudiée de ses traits et de sa coiffure, il attendait - debout devant la maison - qu'on vienne le chercher et qu'on lui permette - peut-être - de se vider l'esprit à grands coups de tickets de caisse.

Enfin, une voiture tourna le coin de la rue et, aux vitres teintées dont elle était équipée, il sut qu'il s'agissait de son " taxi ". Enfilant sa paire de lunettes de soleil, il fit un pas de plus vers la chaussée et attendit que le véhicule s'arrête à sa hauteur pour se pencher, ouvrir la portière et prendre place. « Bonjour. » Lâcha-t-il, distrait, sans même un regard pour le côté chauffeur tandis qu'il attachait sa ceinture de sécurité. Une fois bien installé, il fixa la route droit devant lui mais fut forcé de constater que la voiture n'avait pas encore démarré. Soupirant en s'imaginant déjà que la remplaçante de Karry était une incompétente incapable de comprendre à quel point son temps était précieux, il daigna enfin se tourner vers la conductrice pour finalement se retrouver pantois - estomaqué même - et bien incapable d'articuler quoi que ce soit. Son regard surpris détailla de haut en bas la femme qui lui faisait face et l'air de ne pas y croire se lisait clairement sur son visage stupéfait. Mais que ... qu'est-ce que ... « Ça alors, Vaiana ! » Souffla-t-il, impressionné de voir comme le monde était petit. Qu'est-ce-qu'elle faisait là ? Aux dernières nouvelles (et même s'il était passablement éméché ce soir là) la jeune femme œuvrait dans une boite de striptease à Philadelphie, loin, bien loin des mannequins moqueurs (ça, elle en savait quelque chose !) et de l'organisation de leur journées superficielles au possible. « C'est toi mon organisatrice ? » S'assura-t-il, l'air soudain suspicieux, voir même un peu parano, comme si le racourcis " Vaiana > Stripteaseuse > Goldie " (voyez ici le point commun ...) s'était fait à son insu dans son cerveau et lui disait de se méfier en cas de piège.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Like an apparition ♫ You don't seem real at all ...  Vide
Message(#) Sujet: Re: Like an apparition ♫ You don't seem real at all ... Like an apparition ♫ You don't seem real at all ...  EmptyVen 25 Mar 2011 - 18:59


L’arrivée de Vaiana à Miami fut accompagnée de déboires et de malheurs. Effectivement, son chauffeur, un pauvre inconnu qui avait décidé de l’accompagner jusqu’à la métropole, l’avait délaissé sur le bord de la route, la privant de tout moyen de locomotion. Avec seulement quelques billets en poche, elle avait acheté le nécessaire, mais 46$ ne suffisaient pas à se payer une nuit d’hôtel. Pendant quelques jours, elle avait vécu dans la rue, lorsqu’un homme des plus généreux lui proposa de l’héberger. Vaiana était extrêmement reconnaissante envers Damon, si bien qu’elle se proposa de payer une partie du loyer. Trouver un emploi avec ses qualifications n’était pas une chose aisée, mais son culot lui permit de décrocher un job d’appoint assez rapidement. Effectivement, alors qu’elle sortait d’une agence pour l’emploi, elle croisa une femme visiblement débordée et pressée, qui hurlait avoir besoin d’une assistante pour conduire un jeune mannequin de part et d’autre de la ville. Volontaire et quelque peu sans gêne, la belle sud-africaine n’hésita pas à stopper la bimbo pour lui proposer sa candidature, elle improvisa un entretien sur le pavé qui se termina par un vulgaire «N°1593 Lemon Street, vendredi à 14h, je vous ferez passer les informations par mail. » Conquérante, la jolie blonde lui adressa son plus beau sourire alors que son interlocutrice disparaissait, visiblement soulagée. La timidité de Vaiana n’était plus, victime de la perversité et du voyeurisme masculin, elle avait appris à être sûre d’elle et son assurance paya une nouvelle fois. Lorsqu’elle arriva chez elle, la jolie jeune femme annonça la nouvelle à son ami, celui-ci la félicita et ensemble, ils passèrent une excellente soirée. Le manager du mannequin ne tarda pas à lui envoyer les informations essentielles au bon fonctionnement de la journée. Le vendredi martin, elle dû récupérer une voiture décente à l’agence et signer un contrat de confidentialité concernant la diffusion et l’objet du photoshoot. Assise sur un sofa aux teintes claires, Vaiana suivit de son regard fauve, les allées et venues incessantes des stagiaires et des organisateurs. Poussant un léger soupir, elle attendit, lasse, que son interlocutrice daigne bien lui accorder un peu de temps. Puis, quelque peu intriguée par la beauté d’une étoffe, elle quitta son siège lorsqu’une ombre menaçante se posta devant elle « SHADE ? » Sursautant, son cœur loupa un battement alors que la bimbo la pria de la suivre. « J’ai très peu de temps à t’accorder, voici la liste des endroits ou tu dois accompagner Mr. Dickers. Je ne tolèrerais aucun retard, il doit être ici à 18h pour la séance photo, c’est d’accord ? » Alors qu’elle l’écoutait avec attention, le patronyme du playboy attira son attention. Puis elle hésita. « Noah Dickers ? » Haussant les épaules, la manager maugréa « Qui d’autre ? Allez, dépêche-toi ! » Un sourire se dessina sur ses lèvres délicates, et ne croyant habituellement pas aux affres du destin, la belle sud-africaine s’empressa de raviser son jugement. Avant de quitter l’immeuble, elle s’enferma dans l’incroyable dressing ou elle troqua, en secret, débardeur et short en jean, pour une superbe robe légère et estivale griffée. Satisfaite de sa frêle mais scandaleuse apparence, Vaiana se dirigea par la suite vers le parking.

Par chance, le périphérique de Miami n’était pas encombré et la belle arriva très rapidement et facilement à destination. Décelant une silhouette au loin, elle reconnu Noah Dickers qui l’attendait sagement. Garant le véhicule devant l’imposant portail de sa magnifique demeure, Vaiana l’observa prendre place et attacher sa ceinture. « Bonjour. » Le séduisant mannequin poussa un soupir et visiblement agacé qu’elle ne redémarre pas dans l’instant, il daigna enfin poser ses yeux sombres sur sa silhouette fine. Une surprise sans égal transforma son visage raffiné. « Ça alors, Vaiana ! » Alors qu’elle le toisait, enjoué, un énième sourire se dessina sur ses lèvres. « C'est toi mon organisatrice ? » Hochant la tête, elle démarra prestement et quitta le quartier. « C’est bien moi, il faut bien que je paye mon loyer Dickers ! J’ai eu la chance de tomber sur cette annonce il y a deux jours mais j’ignorais que j’allais être ton chauffeur ! » Malicieuse et effrontée comme à son habitude, elle reprit avec douceur. «Mais … je dois t’avouer que ça ne me déplaît pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Like an apparition ♫ You don't seem real at all ...  Vide
Message(#) Sujet: Re: Like an apparition ♫ You don't seem real at all ... Like an apparition ♫ You don't seem real at all ...  EmptySam 26 Mar 2011 - 5:35

« C’est bien moi, il faut bien que je paye mon loyer Dickers ! J’ai eu la chance de tomber sur cette annonce il y a deux jours mais j’ignorais que j’allais être ton chauffeur ! » Lui répondit-elle avec un naturel désarmant avant de redémarrer et de se mettre en route pour la longue journée qui les attendait. « Mais … je dois t’avouer que ça ne me déplaît pas. »

Encore sous le choc, Noah détailla le sourire malicieux qui étirait ses lèvres fines tout en essayant de se convaincre que sa vie n'était pas un film et qu'il aurait été stupide - voire prétentieux - de sa part de soupçonner le Seigneur de s'amuser avec son cas en particulier en faisant toujours se produire tout un tas de rebondissements inattendus dans le scénario de son existence qu'il estimait par ailleurs être déjà bien assez rempli comme ça. « Je ... Je ... » Bagaya-t-il, rattrapé par ses souvenirs de la dernière fois qu'il s'était retrouvé seul avec elle (à Philadelphie, dans l'un des box privés de ce club de striptease au sein duquel certains de ses collègues l'avaient trainé de force après une journée de shooting) et où sa langue déliée par l'alcool avait été un peu trop bien pendue vis à vis du fait que - contrairement à ses compères qui s'étaient moqués d'elle et de son job durant la soirée - il la comprenait mieux que quiconque pour avoir bon nombre de points communs avec elle, celui d'être un escort plus particulièrement, même si cette vérité tendait à se perdre depuis qu'il s'était sciemment enfermé derrière les barreaux de la cage Stewartienne. « Ça me fait plaisir de te voir, c'est juste que je ne m'y attendais pas ! Alors comme ça tu vis à Miami maintenant ? » Sincèrement curieux (car gardant un bon souvenir d'elle et de l'oreille attentive qu'elle avait su être à l'époque), il reprit contenance en cherchant à en savoir plus sur ce déménagement. « Allez, raconte ! Qu'est ce que tu fais ici ? Je dois t'avouer que jamais je ne t'aurais imaginée en chauffeuse ... » Un sourire taquin naquît au coin de ses lèvres, directement stimulé par cet excellent feeling qui s'était installé entre eux dès leur première rencontre et qu'il était le premier à ne pas savoir expliquer. « Mais ... je dois t’avouer que ça ne me déplaît pas. » Finit-il par conclure, sur le même ton qu'elle avait utilisé précédemment et avec ce même genre de regard à la fois amusé, ravi et complice.

Exit les doutes, les suspicions et les méfiances. Son instinct lui disait qu'il pouvait lui faire confiance et que Vaiana, même avec l'image sulfureuse et provocante qu'elle avait laissé dans sa mémoire, était une fille bien - soit le parfait opposé de Goldie. Or, s'il y avait une chose chez Dickers qui le trompait rarement, c'était bien son instinct en terme de relations avec le sexe opposé. Il avait besoin de croire à ce que la roue tourne et la présence de Vaia' derrière le volant de cette voiture ne put lui apparaître autrement que comme un signe du destin ; cette fille avait le chic pour se manifester dans les moments de sa vie où il avait le plus besoin d'écoute et - là où il avait tout d'abord trouvé la chose suspecte - un dernier coup d'œil à ses traits lisses et doux suffit à transformer sa méfiance en joie de pouvoir se dire que les anges gardiens existaient peut-être bel et bien (même s'il doutait fort que les robes aussi courtes et légères soient réellement homologuées au Paradis x') )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Like an apparition ♫ You don't seem real at all ...  Vide
Message(#) Sujet: Re: Like an apparition ♫ You don't seem real at all ... Like an apparition ♫ You don't seem real at all ...  EmptyMer 6 Avr 2011 - 22:58


Avec détachement, la jolie jeune femme emprunta l’immense périphérique. Les nombreuses voitures garées sur le bas-côté témoignaient de la douceur du soleil, le temps était aux vagues et à la tiédeur du sable fin. En un court instant, la belle sud-africaine regretta de devoir s’enfermer entre studio et boutiques de luxe, mais la présence de Noah Dickers calma ses ardeurs. Vaiana avait pour habitude de prendre la vie avec négligence, ne croyant absolument pas au destin, elle ne réalisa même pas que cet étrange couple se formait lors de situation de crise. La dernière fois qu’elle avait rencontré le mannequin, il l’avait sauvé des griffes de violentes moqueries physiques et verbales de ses co-équipiers. Désireuse de le remercier à sa façon, en s’assurant un bon chiffre, Vaiana fut surprise de constater qu’elle n’abusa pas de ses charmes mais de son talent de confidente. Dickers était un être profondément gentil et bon mais son image demeurait illusoire et fanée. Ses yeux clairs vinrent se poser sur sa carrure athlétique et superbement soignée, l’hésitation de son compagnon lui soutira un rire malicieux. « Ça me fait plaisir de te voir, c'est juste que je ne m'y attendais pas ! Alors comme ça tu vis à Miami maintenant ? » Son compliment la toucha, même si pour elle, les mots tendres de la gent masculine s’avéraient être du poison. Noah semblait sincère, et avec lui, il lui était inutile d’endosser le rôle d’une autre, elle pouvait se permettre d’être seulement elle, libre, fragile mais tout aussi intrépide. Quittant l’immense avenue bordée de palmiers, la jolie blonde bifurqua vers le centre-ville, et avec douceur, elle ajouta « Je ne m’y attendais pas non plus, comme quoi, le monde est petit ! Disons que j’avais besoin d’un peu de soleil, les rues de Philadelphie sont beaucoup trop sombres. » Teintée d’une touche de mystère, Vaiana demeura silencieuse jusqu’à la nouvelle interrogation de son ami. Visiblement très surpris de la voir ainsi, Noah s’exclama, le cœur en liesse. « Allez, raconte ! Qu'est ce que tu fais ici ? Je dois t'avouer que jamais je ne t'aurais imaginée en chauffeuse ... » Haussant les épaules, elle pesa ses mots, puis se remémorant la fameuse nuit qu’ils avaient passé à déblatérer sur leurs misérables conditions, elle s’apaisa. « Je ne voulais pas rester au club. Lorsque tu es parti, j’ai eu quelques soucis et j’ai décidé de quitter la ville en urgence. J’ai sauté dans la première voiture qui a bien voulu me prendre et je suis arrivée ici. Étant donné que j’avais pas d’argent, j’ai vécu dehors puis un gars, adorable, a décidé de m’héberger. Vu que je refuse qu’il paye en totalité le loyer, je cherche des petits boulots pour payer ma part. Et voilà, c’est pourquoi aujourd’hui je veille à ce que tu respectes à la lettre ton planning de ministre ! » Un nouveau sourire se dessina sur son visage de poupée et garant le véhicule près d’une superbe boutique de luxe, elle toisa son compagnon qui renchérit, taquin. « Mais ... je dois t’avouer que ça ne me déplaît pas. »

La jeune sud-africaine se mordit la lèvre avec délice, et alors que ses yeux clairs se perdaient dans la beauté de ses traits masculins, Vaiana le provoqua. « Tu ne devrais pas jouer à ça Dickers ! » Un clin d’œil ponctua cette boutade mielleuse et sans plus attendre, elle quitta l’habitacle avant de poser pied sur le boulevard animé. Le mannequin foula ses pas avant de pénétrer dans la luxueuse échoppe. Deux vendeuses se postèrent devant lui, ébahies, à son arrivée. Harassée par la bêtise de ses femmes survoltées, elle adressa à son compagnon un signe vif, alors que celui-ci se faisait prestement entrainer vers les cabines d’essayage. Résignée, la jolie Vaiana prit place sur un fauteuil onéreux et toisant les vendeuses qui gloussaient avec véhémence, elle soupira. . « Je t’attends … ici … »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Like an apparition ♫ You don't seem real at all ...  Vide
Message(#) Sujet: Re: Like an apparition ♫ You don't seem real at all ... Like an apparition ♫ You don't seem real at all ...  EmptySam 9 Avr 2011 - 4:42

« Quelques soucis ... » Releva-t-il, à la fois évasif et attentif vis à vis des raisons volontairement survolées de ce changement d'adresse. Son regard enjoué s'en assombri quelque peu. Non pas parce qu'il déplorait que Vaiana ne se livre pas corps et âme à lui (après à peine 2 minutes de retrouvailles, même Dickers aurait trouvé ça un peu gros), mais plutôt par rapport au fait que ces non-dits avaient plus de chances de cacher des choses sombres que des choses joyeuses. Après tout, bon nombre de personnes (et lui le premier) avaient tendance à exploser les bonnes choses, alors que les discours plus mystérieux et moins détaillés avaient plutôt tendance à survoler les sujets sensibles et / ou douloureux ... Or, l'idée que Vaia ait pu avoir de nouveaux ennuis ne lui inspirait rien de bon. Bien au contraire, et il en était encore une fois le premier étonné. A croire que son subconscient jadis rendu nébuleux par l'alcool s'était imprégné d'une sympathie plus coriace que prévue à l'encontre de cette femme qu'il ne connaissait pas assez pour la qualifier d'amie véritable mais avec laquelle le courant passait trop bien pour que le terme " connaissance " soit encore approprié. Étrange, très étrange ...

Cela dit, sentant que le véhicule perdait de sa vitesse et voyant que la belle le relançait avec un entrain visiblement pas si affecté que ça (ou alors bien simulé) par ces " quelques soucis ... " évoqués un peu plus tôt, Noah décida de ne pas chercher à voir plus loin pour le moment et de profiter de l'instant présent ; trop content qu'il était de pouvoir sourire, voire même rire, alors que les récents rebondissements de sa vie privée rendaient tout élan de bonne humeur extrêmement rare et précieux. Aussi, enjôleur et taquin, il calqua son attitude en même temps que son pas sur celui de la jeune femme et la laissa le conduire jusqu'à la première boutique qu'il se devait de visiter en ce jour. Là, les hôtesses lui mirent le grappin dessus avec une vélocité peu commune. Agrippé de toute part et croulant sous les minauderies fiévreuses, Dickers perdit le fil et se laissa entrainer vers les cabines d'essayages sans même parvenir à faire un pas de retour vers son acolyte. De loin, il lui rendit son regard affligé et opina du chef comme pour lui certifier en silence qu'il revenait le plus rapidement possible et qu'il s'excusait d'avoir provoqué cette situation gênante de par sa simple présence en ce lieu.

Une fois qu'on l'eut séquestré dans la cabine d'essayage, il fit semblant de ne pas entendre les hôtesses jouer des coudes et se battre pour avoir le privilège d'être celle qui lui passerait ses vêtements. Grand seigneur, il leur fit même le plaisir de mal refermer le rideau de sa cabine, de façon à ce qu'elles puissent se rincer l'œil à l'aise et peut-être même enfin arrêter de glousser assez longtemps pour ne pas lui donner mal au crâne (la perspective de faire envie aux filles sans plus pouvoir les toucher à cause du pacte Stewartien rendant beaucoup moins amusants que d'habitude ces petits gloussements de poule qu'elles émettaient au moindre de ses mouvements pour enfiler un t-shirt ou retirer un pantalon ...) Enfin, dès qu'il eut terminé de revêtir sa première tenue, il sortit de la cabine mais - contre toute attente - ne s'en remit pas aux jugements extasiés des vendeuses. Au lieu de quoi, il s'éloigna du binôme infernal qu'elles formaient pour se rapprocher de son organisatrice et effectuer un tour sur lui-même devant elle.

« Alors ? Qu'est-ce que t'en penses ? De toute évidence le shoot de ce soir sera dandy chic ... Cette veste est hyper cintrée ! » Ronchonna-t-il, pincé, certes, mais très élégant dans son 3 pièces à mi chemin entre le raffinement à l'anglaise et la touche de désinvolture typiquement française.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Like an apparition ♫ You don't seem real at all ...  Vide
Message(#) Sujet: Re: Like an apparition ♫ You don't seem real at all ... Like an apparition ♫ You don't seem real at all ...  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Like an apparition ♫ You don't seem real at all ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-