AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -46%
Yakuza Like a Dragon Jeu PS5
Voir le deal
32.19 €

Partagez | 
 

 1415 | How to trust you ? (ozzie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




1415 | How to trust you ? (ozzie) Vide
Message(#) Sujet: 1415 | How to trust you ? (ozzie) 1415 | How to trust you ? (ozzie) EmptyDim 6 Fév 2011 - 1:38



How to trust you ?


La nuit était calme beaucoup trop pour Brenna qui avait la désagréable sensation de s’être enfermée dans une vie et une routine qu’elle fuyait plus que tout auparavant. Mais elle n’avait pas trop le choix, le stade avancé de sa grossesse lui imposait un congé maternité et après l’ouragan et ses contractions, son gynécologue lui avait recommandé du repos. Si étonnement elle suivait les conseils à la lettre, elle n’en finissait pas moins par déprimer. L’idée de rester entre quatre murs et de fournir le moins d’effort possible la rendait folle. Elle était comme un lion en cage et il n’y avait rien de pire pour une bonne vivante pour elle que de contenir son énergie dans un espace aussi réduit et confiné que sa propre maison. Ignorant quoi faire d’autre, elle n’avait plus tellement le choix et n’avait qu’à subir. Se replongeant dans de vieux bouquins elle ne comprenait pas comment faisait certaine personne pour dévorer des bibliothèques entières. Ça l’ennuyait plus qu’autre chose, au lieu de ça, elle louait des films d’horreurs, d’actions tout ce qui pouvait lui changer les idées et lui offrir une bonne dose d’adrénaline aussi minime fut elle, car en effet, il était difficile de l’impressionner. Se résignant finalement à monter se coucher, elle ne put trouver le sommeil, faisant le triste constat de sa vie comme s’il était impossible de revenir en arrière et de changer ce qui méritait de l’être. Évidemment elle commença par penser à sa mère, cette femme avec qui elle n’avait jamais su arranger les choses, cet oncle qu’elle n’avait jamais empêché de nuire. Puis il y eut ses différentes erreurs de jeunesse, elle ne regrettait pas vraiment, hormis une d’entre elles. Le mariage, rien n’avait plus ruiné sa vie que d’accepter d’unir sa vie à un homme. Tout ce qui se produisit par la suite ne fut qu’une suite sans fin d’erreurs. Bien qu’elle sut comment redresser la bar il avait fallut que tout soit finalement gâché avec l’une des rares personnes dont elle appréciait sincèrement la compagnie. Si tout s’était arrêté brusquement entre Ozzie et elle, dans cette chambre quelques mois auparavant, elle ne pouvait se mentir à elle-même plus longtemps, ce fut dure pour elle de le revoir lors de l’Ouragan. Passer quelques minutes avec lui fut finalement plus difficile à encaisser qu’elle ne se le serait imaginé. Et puis il y avait ce bébé, ce petit être qui lui rappelait sans cesse les sentiments qui l’enchainaient à son père, sentiments qu’elle s’obstinait à refouler comme s’ils représentaient plus une faiblesse qu’autre chose. N’était-ce pas sensé être une bonne chose que d’aimer ? En théorie oui, plus pour Brenna ..
Observant le plafond, n’essayant même plus de fermer les yeux pour s’endormir, ce fut des bruits provenant de l’extérieur qui l’interpelèrent. Enfilant sa robe de chambre et se penchant vers la fenêtre elle reconnut rapidement Ozzie qui était en pleine discussion avec un nain de jardin qu’il venait de percuter. Au début, l’idée de le laisser dans cette situation lui effleura l’esprit, et puis il prononça son prénom de manière un petit peu trop audible pour un quartier résidentiel aussi respecté. En réalité ce n’était qu’une excuse, elle se fichait pas mal qu’il puisse réveillé tout les voisins. Mais il fallait bien préparer le terrain pour ne pas avouer être heureuse de le voir finalement. Descendant au salon pour finalement atteindre la porte d’entrée, elle l’ouvrit et retrouva Ozzie par terre sur la pelouse. « Mais qu’est-ce que tu fiches ici ?! » s’accroupissant pour arriver à sa hauteur, elle remarqua bien vite qu’il ne s’était pas contenté de boire du thé toute la soirée. Lui attrapant le bras pour l’aider à se lever, elle surenchéri. « Te voir parler à un nain de jardin aurait du me mettre la puce à l’oreille ! Entre je vais te faire un café ou n’importe quoi d’autre qui ne soit pas de l’alcool. »



Revenir en haut Aller en bas
Cullen Salander
caught up in a dream, in a technicolour beat.
Cullen Salander

♦ Posts : 4683
Multinicks : rykker, neal (uc).
♦ Credits : ava@queen ivy ~ sign@tumblr.

Status : single.
Address : #1256, apple road, ocean grove.
Job/Studies : vet', owner of a clinic.
Quote : you want me to fix you but it's never enough.
Activité(s) de quartier : yoga master (sort of)


HALL OF FAME
To Do List: pet the raccoon in the backyard, mastering the art of yoga, go out with his dogs, watch the last season of the walking dead.
Contact List:
RP status: (0/2) nora ~ matt.

1415 | How to trust you ? (ozzie) Vide
Message(#) Sujet: Re: 1415 | How to trust you ? (ozzie) 1415 | How to trust you ? (ozzie) EmptyDim 6 Fév 2011 - 16:55


Revoir Brenna lors de l'ouragan n'avait pas été une bonne chose pour Ozzie. D'autant plus que tous les deux s'étaient montrés humain l'un envers l'autre. Ozzie s'était excusé de son comportement, ce qui n'arrivait que très rarement. Bien qu'il avait très rapidement prit la fuite et imposé une certaine distance entre la trentenaire enceinte jusqu'au cou et lui-même, il ne pouvait s'empêcher de repenser à cet instant vécu (ainsi qu'à tous les autres). Si tous les deux ne voulaient pas se mettre ensembles, quelque chose avait bien fait comprendre à Ozzie qu'ils étaient fin l'un pour l'autre. Une force naturelle qui avait enfermé les deux anciens amants dans une cave pendant plusieurs minutes, assez pour que tous les deux puissent s'excuser de leur comportement respectif et de tout le mal qu'ils s'étaient fait. Ozzie et Brenna formaient un couple auto-destructeur. La passion prenait souvent le dessus entre eux et leurs disputes étaient explosifs. Malgré ce mauvais côté, Ozzie avait toujours pris grand plaisir à avoir Brenna dans sa vie. Bien qu'ils n'avaient pas une relation de couple 'normal' puisque Brenna était mariée, Ozzie avait au fur et à mesure du temps éprouvait des sentiments qu'il n'avait pas éprouvé depuis quelques années. Sentiments qu'il essayait d'enfouir au plus profond de lui lorsque Brenna avait mit fin à sa relation avec lui. Le destin s'était pourtant une nouvelle fois imposé lorsque Brenna tomba enceinte d'Ozzie, les obligeant à se voir encore pendant neuf mois dans le but de régler leurs conflits pour le bien de cet enfant. Ils avaient tous les deux décidés d'un commun accord de l'abandonner. Ils ne se sentaient pas prêt à fonder une famille, du moins, pas pour le moment. Quoi qu'il en soit, Ozzie ne pouvait nier qu'il était amoureux de Brenna. Il avait beau coucher avec d'autres filles, aucunes n'égalaient Brenna. Il avait beau noyer sa peine dans l'alcool comme c'était le cas ce soir là, rien ne pouvait enterrer ses sentiments dans un coin de sa corps pour qu'il puisse tenter de passer à autre chose. La nuit était maintenant tombé sur Miami depuis déjà plusieurs heures, mais Ozzie continuait d'écumait les bars en compagnie d'un groupe d'amis. Pour être plus exact, il s'agissait surtout de connaissances dont Ozzie pouvait très bien se passer en temps normal. Mais ayant besoin de sortir, de s'amuser et surtout d'oublier, ces quelques énergumènes suffisaient largement à le distraire ce soir-là. Plusieurs cadavres de bouteilles de bières et autres verres de cocktails alcoolisés jonchaient sur la table lorsqu'Ozzie décida qu'il était grand temps pour lui de disparaitre. L'idée première était de partir à la rencontre d'une jeune fille ou femme seule qui pourrait le satisfaire ce soir mais il finit par abandonner pour prendre la décision de rentrer chez lui. Peut être qu'il finirait pas réveiller Ava ou bien Daisy pour qu'il puisse se plaindre sur sa vie. Oui... C'était une excellente idée. Abandonnant sa voiture, étant persuadé de toute manière qu'il n'arriverait probablement pas à mettre les clés dans le contact, il décida de siffler le premier taxi qu'il vit. « Au 1415, Apple Road... » dit-il, avant de sombrer dans un pseudo sommeil.
Quelques minutes plus tard, il ouvrit les yeux et découvrit qu'il était couché dans la pelouse. Son porte-feuille était à quelques centimètres de lui. Le jeune homme fronça les sourcils en se demandant comment il avait pût attérir ici. Tant bien que mal, il se leva et fit quelques pas en avant. Il cogna dans quelque chose qui lui fit assez mal au tibia, si bien qu'il ne pût s'empêcher de jurer. « Je déteste les nains. Ces putains de pourris qui m'ont toujours traumatisé. » lâcha t-il entre deux grognements. « BREEEEeeeEEEENNNAAAAAaaAAAA » dit-il, avant de tourner sur lui même puis de se laisser tomber sur le sol une nouvelle fois, reprenant une conversation à voix basse avec le nain de jardin. « Mais qu’est-ce que tu fiches ici ?! » dit soudainement la voix de Brenna. Ozzie fit signe au nain de jardin de se taire, et avant qu'il ne puisse répondre, Brenna reprit la parole: « Te voir parler à un nain de jardin aurait du me mettre la puce à l’oreille ! Entre je vais te faire un café ou n’importe quoi d’autre qui ne soit pas de l’alcool. ». Le jeune homme ne pût s'empêcher de glousser avant de se relever tant bien que mal. Il regarda Brenna, la vision légèrement troublée et la tête tournoyante, avant de dire, puis de glousser une nouvelle fois: « Tu es parfaite. »

_________________

i can taste it on your mouth and i can't leave it, you're a freak like me. can't you see? we can work this something out.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13945-og-n1256-apple-road-famille-salander
Invité
Invité




1415 | How to trust you ? (ozzie) Vide
Message(#) Sujet: Re: 1415 | How to trust you ? (ozzie) 1415 | How to trust you ? (ozzie) EmptyLun 14 Fév 2011 - 0:05



Irlandaise pure souche, Brenna était passée bien des fois par le stade complètement déchirée a en oublier parfois son prénom. Elle ne comprenait pas ces personnes riant bêtement après un verre d’alcool et s’arrêtant là. C’était une sensation tellement euphorisante, c’était presque vitale lorsque l’on voulait dignement faire la fête. Et c’était la coutume chez elle, s’éclater, boire des litres à en frôler le coma éthylique. A présent elle avait une résistance à l’alcool bien plus grande et pouvait se permettre plus de choses que lorsqu’elle était adolescente. La St Patrick étant ce qu’elle préférait dans toute l’année, bien avant Noël et Thanksgiving. Alors, lorsqu’elle avait vu Ozzie en bas de chez elle, absorbé par une conversation avec un nain de jardin, criant son prénom d’une voix dirons-nous, approximative, elle n’avait plus vraiment à se poser de question sur son état. Encore qu’elle s’interrogeait sur la raison qui l’avait poussé à se mettre dans un tel état. Mais à son âge a-t-on vraiment besoin de raisons ? Brenna oubliait parfois qu’il était plus jeune qu’elle, et là où elle avait finit par se montrer raisonnable, lui pouvait encore se permettre de vivre dans l’excès. Une autre question la taraudait ceci-dit, que venait-il faire chez elle ? Elle le lui avait bien sur demandé, mais elle ne s’attendait pas à une conversation cohérente avec lui. Espérer avoir une réponse précise et détaillée sur la raison de sa présence ici en vue de son état, revenait à espérer voir la neige tomber dans le désert de Gobi. L’aidant alors à se relever, elle tentait de se souvenir de l’une de ces nombreuses recettes qui se transmettaient de générations en générations dans sa famille. De quoi estomper les effets de l’alcool, en général, elles étaient utilisées dans le seule but de pouvoir continuer à festoyer pendant des heures. La, elle espérait seulement redonner un semblant de normalité à Ozzie et le reconduire chez lui. Encore qu’à la vitesse où il avait détalé une fois l’ouragan passé, elle était certaine qu’une fois ses esprits retrouvés, il n’aurait besoin de personne pour retourner chez lui en pressant le pas. Attrapant sa main pour l’aider à se relever, elle fut surprise de son intervention, « parfaite » ? Elle, parfaite ? Au début, durant les premières secondes, elle pensait à une hallucination auditive, puis ses gloussements et son sourire béat lui indiquaient que peut-être, tout était bien réel. Le voyant tituber, elle finit par passer son bras autour de ses épaules et de le soutenir pour l’aider à rentrer sans se prendre les murs. « Oui je suis parfaite, toi aussi. Aller on rentre ! » Bien qu’enceinte jusqu’au yeux, un état qui la désavantageait pas mal, elle n’eut pourtant que peu de mal à le faire entrer sans trop de casse. Évidement il se prit la petite table dans l’entrée et se mit à rire en baragouinant un « Chuuut ! » certainement adressé à cette pauvre table. Brenna ne put s’empêcher de sourire, avant de lui attraper une seconde fois la main pour l’entrainer vers la cuisine. Espérant qu’il ne se casserait pas la gueule en tentant de s’assoir. Après tout, de la douzaine de chaises qu’il devait voir, seul quatre était bien ici. Filant vers la machine à café -oui c’était plus prudent que l’une de ses recettes de famille, Ozzie n’avait peut être pas l’estomac assez résistant- elle réalisait à quel point quelques malheureuses minutes avec lui étaient douloureuses. C’était éphémère et rien avoir avec les moments qu’elle passait avec lui autrefois, il lui manquait terriblement et elle en prenait pleinement conscience à présent. « Tu ne m’as pas dis ce qui t’amène ici. » Elle pouvait toujours retenté, dos à lui, fixant avec fermeté la machine à café comme pour éviter de le regarder un instant de trop, elle espérait sincèrement qu’il lui dirait juste : tu me manquais. C’était idiot, elle ne saurait même pas comment y réagir et ça ne lui ressemblait pas d’espérer une telle chose, mais elle n’y pouvait pas grand-chose. Servant finalement le café, elle déposa une tasse devant lui et gardant la sienne entre ses mains avant de s’assoir face à lui. « Bois ça, je te raccompagnerais chez toi après, sinon tu vas finir par avoir un autre accident. ». Le souvenir des jours passés à s’inquiéter pour lui se raviva brusquement dans l’esprit de l’Australienne, troublant alors son regard. Sans doute était-ce les hormones qui la rendaient si niaise, mais elle ne pouvait s’empêcher de regretter la nuit où elle avait refuser d’écouter ses sentiments.


Revenir en haut Aller en bas
Cullen Salander
caught up in a dream, in a technicolour beat.
Cullen Salander

♦ Posts : 4683
Multinicks : rykker, neal (uc).
♦ Credits : ava@queen ivy ~ sign@tumblr.

Status : single.
Address : #1256, apple road, ocean grove.
Job/Studies : vet', owner of a clinic.
Quote : you want me to fix you but it's never enough.
Activité(s) de quartier : yoga master (sort of)


HALL OF FAME
To Do List: pet the raccoon in the backyard, mastering the art of yoga, go out with his dogs, watch the last season of the walking dead.
Contact List:
RP status: (0/2) nora ~ matt.

1415 | How to trust you ? (ozzie) Vide
Message(#) Sujet: Re: 1415 | How to trust you ? (ozzie) 1415 | How to trust you ? (ozzie) EmptyJeu 21 Avr 2011 - 23:26


« Oui je suis parfaite, toi aussi. Aller on rentre ! » répondit ironiquement Brenna. Ozzie ne pouvait s'empêcher d'afficher un sourire béat sur le visage tout en ayant les yeux à moitié ouverts. Lui même ne savait pas exactement combien de verres il avait bu mais la dose d'alcool ingurgité était assez élevée pour qu'il comprenne le sarcasme de la jeune femme. Bien qu'elle soit enceinte de huit mois et que l'accouchement était programmé en début du mois de mars, Brenna réussit à attraper Ozzie et l'aida à se relever pour le faire entrer chez elle. Le faire tenir debout se révéla être une épreuve compliquée puisque tout en pénétrant dans la maison de la trentenaire, Ozzie se cogna le tibia contre une petite table à l'entrée, ce qui ne l'empêcha pas de rire comme un dindon. Brenna ne perdit cependant pas sa patience, ce qui était exceptionnel et continua d'entrainer Ozzie vers la cuisine, histoire de l'installer sur une chaise pour lui préparer un café. Le jeune homme continua de ricaner bêtement tout en s'affalant sur la table devant lui, en déblatérant un flot de paroles incompréhensibles. « Tu ne m’as pas dis ce qui t’amène ici. » demanda t-elle une nouvelle fois. Ozzie releva la tête tout en essayant d'ouvrir les yeux pour regarder Brenna mais la lumière de la cuisine l'éblouit si bien qu'il replongea la tête dans ses bras en poussant un petit cri de protestation. Il finit par se remettre à glousser, laissant une fois encore la question de Brenna sans réponse. Il continua de chantonner un air de musique avant de sentir l'odeur du café. Il releva subitement la tête. « Oh.. Trop vite! » s'exclama t-il alors que toute la pièce se mettait à tourner de plus en plus rapidement. Il ferma un instant les yeux pour se reconcentrer, puis, ouvrit les yeux lorsque Brenna déposa une tasse devant lui. Il y jeta un coup d'oeil interrogateur avant de sourire comme un idiot tout en écoutant ce que la jeune femme lui disait: « Bois ça, je te raccompagnerais chez toi après, sinon tu vas finir par avoir un autre accident. ». Il fronça les sourcils en se rappelant vaguement son accident qui l'avait plongé dans le coma pendant un mois entier. Ozzie haussa les épaules avant de répondre à Brenna: « C'est pas grave, tu vois? Je suis un champion de conduite de fauteuil roulant! » dit-il en se remettant à glousser. Pendant plusieurs semaines, Ozzie avait dût, en effet, se déplacer en fauteuil roulant avant de le quitter pour des béquilles. Il s'en était plutôt bien remis malgré les cicatrices qu'il gardait dans le bas du dos ainsi que sur les cuisses et comme d'habitude, il préférait rire de ces événements. « Je crois que Daisy n'est pas là. Et Ava non plus. » finit-il par dire tout en prenant la tasse de café dans les mains, histoire d'en boire une gorgée. Il n'avait absolument aucunes idées concernant la présence de ses colocataires (et soeur pour l'une d'entre elles, accessoirement) et à vrai dire, il s'en fichait pas mal puisqu'il voulait rester chez Brenna. Il attrapa ses clés dans sa poche avant de les glisser délicatement sur le sol, mimant de relancer ses chaussures avant de se redresser et de plonger son regard dans celui de Brenna. « Oups. » commença t-il, tout en se remettant à rire. « J'ai perdu mes clés. » Il haussa les épaules puis porta la tasse à ses lèvres et but pendant quelques secondes le contenu. Il reposa la tasse et se mit à fixer intensément Brenna, silencieusement. Il finit par baisser les yeux pour regarder la poitrine de son ancienne petite-amie qui avait drôlement doublée de volume puis, son ventre qui, bien évidemment, avant doublé de volume aussi. Ozzie avait toujours du mal à réaliser que son bébé se trouvait dans le ventre de Brenna. Il n'arrivait d'ailleurs toujours pas à croire qu'il allait devenir père. Bien qu'ils aient décidé de faire adopter l'enfant, une part de lui serait dans la nature. « On dirait vraiment que tu as fais une augmentation mammaire. » dit-il, en soupirant. Il rigola pendant quelques secondes à la suite de son commentaire, avant de reporter la tasse de café à ses lèvres. « Tu sais, j'ai pensé à pleins de petits prénoms pour le petit humain... » dit-il, en posant un bras sur la table et en l'approchant de la main de Brenna qu'il commença à caresser lentement, tout en la regardant dans les yeux. « Hors de question de prendre une prénom du genre Amanda, Sharon, Gloria, Britney... Pas un truc de dinde quoi. Ou d'abruti comme Brandon, Dawson.. Tu vois ce que je veux dire? » demanda t-il tout en continuant de caresser la main de Brenna. Cette dernière ne répondit pas tout de suite, ce qui laissa ainsi le temps à Ozzie de continuer son monologue. Bien qu'il soit tard, il n'était pas fatigué et le café n'allait pas arranger les choses. « Quelque chose de simple mais accrocheur. Comme Ozzie quoi. » dit-il tout en gloussant.

_________________

i can taste it on your mouth and i can't leave it, you're a freak like me. can't you see? we can work this something out.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13945-og-n1256-apple-road-famille-salander
Invité
Invité




1415 | How to trust you ? (ozzie) Vide
Message(#) Sujet: Re: 1415 | How to trust you ? (ozzie) 1415 | How to trust you ? (ozzie) EmptyDim 8 Mai 2011 - 20:35


Les hormones pouvaient avoir de nombreux effets différents. Le plus courant étant les sautes d’humeurs de nos chères futurs maman. Et bien que l’Irlandaise en fasse les frais régulièrement, elle était plutôt en phase guimauve dirons-nous. Accroissement de sa patience, là où elle aurait probablement déjà baffé Ozzie, elle continuait de l’écouter parler sans broncher et esquissant un sourire par-ci par-là. Il était déjà drôle d’ordinaire, mais bourré c’était un véritable festival. Elle n’avait pas eu la réponse à sa question, mais là encore, elle ne faisait aucun reproche, et avait renoncé à l’idée de lui poser la question encore une fois. Ça ne servait à rien, il était plutôt enclin à tenir la conversation tout seul, et pas sûr que ce qu’elle dirait retiendrait son attention, elle s’attendait presque à ce qu’il se prenne de fascination pour une mouche qui passerait par là. Malgré la fatigue, la trentenaire, qui commençait à avoir des douleurs au dos inconfortablement assise sur cette chaise, persistait à vouloir trouver un sens à sa visite. Peut être s’était-elle prise pour un profileur et que ses journées allongée devant la télé l’avaient influencé. Néanmoins il semblait vouloir passer du temps avec elle, ou peut être était-ce qu’elle voulait croire. « Si tu n’as pas tes clés et que tes colocataires ne sont pas là, tu n’as plus qu’à rester ici. » Dit-elle tout à fait ironiquement comprenant à l’attitude sur jouée du père de son bébé, qu’il n’en était rien. Mais elle ne put s’empêcher de rire à sa remarque concernant sa poitrine, il fallait avouer que c’était un sacré avantage lors d’une grossesse. bien que les hommes n’étaient pas sensés savoir qu’avec l’augmentation mammaire, venait la sensibilité accrue et les douleurs. Évidement, elle ne comptait pas en informer Ozzie, il avait l’air tellement déterminé à parler de leur bébé que ça en était presque étonnant. Elle se souvenait de la vitesse avec laquelle il avait souhaité précipiter tout ça juste avant l’ouragan, et le bébé était passé du stade de fœtus à petit humain, il y avait du progrès. Néanmoins, ils avaient décidé de le faire adopter, discuter prénoms n’était pas vraiment à l’ordre du jour, pourtant, alors qu’il étendait son bras vers elle et caressait doucement sa main, cette flaupé de prénoms qu’il n’aimait pas, rendait la conversation plus touchante qu’amusante. « Ne t’inquiètes pas, il y a peu de chance pour qu’il porte un prénom de dinde, vu qu’il s’agit d’un garçon. » La douceur dans ses mots était inédite, elle semblait presque heureuse de le lui dire, alors qu’elle n’avait que très peu parlé de sa grossesse, et le vivait comme une épreuve à passer avant de pouvoir définitivement tourner la page sur leur histoire, mais face à lui à discuter prénom, lui faisait prendre conscience qu’elle ne voulait pas le perdre. « Ozzie Bowen Jr ? » Dans cette bulle où tout semblait magique et sécurisant, peut être qu’elle aurait envisagé d’être mère, et peut être qu’elle aurait été une bonne mère. Mais il fallait redescendre sur terre, elle n’avait pas le profil de la femme mature et responsable qui saurait transmettre quelque chose à son enfant, Ozzie n’en était pas à ce stade non plus. Pour autant, elle n’était pas sans cœur, et avait apprit à aimer ce bébé durant ces huit mois de grossesses. Il fallait revenir sur terre, ils n’étaient plus ensemble et ce ne serait peut être plus de l’ordre du possible dans l’avenir, et n’étaient pas prêt à avoir un enfant, encore moins ensemble. Si elle devait revenir sur terre, lui aussi. Demain il ne tiendrait plus le même discours, il ne sera plus aussi enthousiaste et serein face à cette perspective. Le lendemain il réaliserait qu’ils avaient prit la bonne décision et qu’il était inutile de revenir en arrière. Elle serra alors sa main et chercha son regard. « Mais on a choisit de le faire adopter tu te souviens, quelque soit le prénom qu’on trouverait ce soir, il ne le portera jamais. Dans un mois, il ne sera plus notre fils. » Sans vraiment y croire, elle se rendit compte que ses paroles, cette atroce réalité, lui firent mal, plus encore que tout ce qu’elle avait vécu jusqu’à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Cullen Salander
caught up in a dream, in a technicolour beat.
Cullen Salander

♦ Posts : 4683
Multinicks : rykker, neal (uc).
♦ Credits : ava@queen ivy ~ sign@tumblr.

Status : single.
Address : #1256, apple road, ocean grove.
Job/Studies : vet', owner of a clinic.
Quote : you want me to fix you but it's never enough.
Activité(s) de quartier : yoga master (sort of)


HALL OF FAME
To Do List: pet the raccoon in the backyard, mastering the art of yoga, go out with his dogs, watch the last season of the walking dead.
Contact List:
RP status: (0/2) nora ~ matt.

1415 | How to trust you ? (ozzie) Vide
Message(#) Sujet: Re: 1415 | How to trust you ? (ozzie) 1415 | How to trust you ? (ozzie) EmptySam 18 Juin 2011 - 15:21


« Si tu n’as pas tes clés et que tes colocataires ne sont pas là, tu n’as plus qu’à rester ici. » dit Brenna. Ozzie n'était pas en état pour détecter l'ironie dont faisait preuve Brenna. En réalité, il était persuadé qu'elle n'avait pas vu son petit manège et que sa proposition venait vraiment d'elle. C'était bien évidemment le cas mais une fois encore, Ozzie pensait avoir très bien réussi son petit plan. Il fit glisser ses clés un peu plus loin encore avant de rassembler le peu de neurones encore disponibles pour continuer de se concentrer sur la conversation qu'ils étaient en train d'avoir. « Ne t’inquiètes pas, il y a peu de chance pour qu’il porte un prénom de dinde, vu qu’il s’agit d’un garçon. » dit-elle, doucement. Ozzie posa son regard sur le visage de Brenna et ne pût s'empêcher de sourire bêtement. Elle était vraiment belle, et pour la première fois depuis un moment, Ozzie ressentit son coeur se serrait. Il aimait Brenna. Il le savait, il pouvait le sentir mais Brenna lui avait clairement fait comprendre qu'elle ne voulait pas de lui. Se retenant de lui dire une nouvelle fois qu'il l'aimait, et de toute manière, n'ayant plus réellement confiance en lui depuis ce jour, Ozzie resta silencieux en écoutant attentivement ce que la trentenaire lui disait. « Ozzie Bowen Jr ? ». Le sourire sur son visage s'élargit. C'était un peu trop long à son goût mais ça sonnait plutôt bien. Ozzie était un prénom tellement classe, se dit-il, avant de reporter son attention sur la tasse de café. Il fit tourner la cuillère dans le liquide avant d'appuyer sa tête à l'aide de sa main pour éviter de tomber une nouvelle et se cogner le crâne sur le bois. Sans perdre du regard Brenna, il remarqua qu'elle sembla perdue dans ses pensées pendant plusieurs minutes. Lorsqu'il allait parler, elle prit finalement la parole: « Mais on a choisit de le faire adopter tu te souviens, quelque soit le prénom qu’on trouverait ce soir, il ne le portera jamais. Dans un mois, il ne sera plus notre fils. » dit-elle. Ozzie ferma les yeux alors que la main de Brenna touchait la sienne. Les mots qu'elle venait de prononcer se frayaient un chemin vers son cerveau, si bien qu'il prit conscience de ce qu'elle venait dire. Il le savait. Ils en avaient parlé plusieurs fois et avaient prit la décision ensembles. Ils avaient même déjà rencontré une assistante sociale pour faire part de leur choix. Ozzie avait été le premier à dire qu'il ne souhaitait pas d'enfant. Brenna et lui n'étaient même plus en couple. Il ne savait même pas s'ils se remettraient ensembles un jour d'ailleurs. Sans savoir si l'alcool en était la cause ou non, Ozzie s'imagina vivre avec Brenna ainsi que leur fils. Ce n'était pas une vision qui lui déplaisait vraiment mais cela l'effrayait plus que tout. Devenir responsable d'une femme et d'un bébé alors qu'il ne pensait même pas à payer ses factures à temps. Il repoussa la main de Brenna avant de la poser sur sa jambe. Il baissa les yeux lorsque l'idée lui vint en tête. Mais oui, pourquoi n'y avait-il pas penser plus tôt? Brenna l'aimait peut être mais elle avait peur aussi. C'était sûrement ça. Ozzie releva la tête alors, les yeux brillants et un sourire qui en disait long sur la mauvaise idée qu'il venait d'avoir. « On peut le faire. » dit-il, sûr de lui. Il reprit la main de Brenna dans la sienne. « Je suis sûr que peut changer d'avis pour l'adoption. On peut s'installer ensembles, et fonder une famille! Je trouverais un boulot, et je pourrais m'occuper de toi et du bébé. » continua t-il, plein d'enthousiaste. « Mais oui! Ca pourrait le faire! » ajouta t-il, avant de se lever brusquement. Les yeux grands ouverts, il continua de déballait pendant plusieurs minutes ce qu'il prévoyait de faire: emménager ici, préparer et décorer la chambre du bébé, se démener pour trouver un boulot (n'importe lequel). Des projets pleins la tête, Ozzie finit par s'approcher de Brenna. Il sourit de plus en plus, avant de s'agenouiller devant elle. « Epouse-moi! » dit-il, en regardant Brenna dans les yeux.

_________________

i can taste it on your mouth and i can't leave it, you're a freak like me. can't you see? we can work this something out.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13945-og-n1256-apple-road-famille-salander
Invité
Invité




1415 | How to trust you ? (ozzie) Vide
Message(#) Sujet: Re: 1415 | How to trust you ? (ozzie) 1415 | How to trust you ? (ozzie) EmptyMer 22 Juin 2011 - 4:25


Plus les minutes défilaient, plus la trentenaire craignait de voir la situation changer. Elle appréciait cette soirée, elle était vraiment ravie d’avoir Ozzie face à elle de discuter avec une version peut être bourrée de lui, mais lui malgré tout. En vertu des apparences qu’elle s’acharnait à garder intacts surtout en sa présence, personne ne lui manquait plus sur cette terre que lui. Se l’avouer à elle-même était difficile et sans doute que le bébé qu’elle portait la rendait trop vulnérable aux émotions qu’elle n’aurait d’ordinaire aucun mal à balayer d’un battement de cils. Mais là, elle ne rêvait que d’une chose, lui prendre la main, l’emmener à l’étage et s’endormir dans ses bras. Si elle aimait sa solitude, si elle était suffisamment égoïste pour désirer conserver tout les avantages qu’elle avait gagné avec les années sans vouloir s’encombrer d’une quelconque présence, avoir Ozzie sous son toit à cet instant lui faisait du bien. Après la disparition puis la mort de son ex-mari, elle n’avait plus souhaité de relation sérieuse, bien que le semblant de quelque chose entre elle et le jeune homme était mille fois plus sérieux que ce qu’il y avait eut entre elle et son défunt mari. Alors à présent qu’elle attendait son enfant, peut être que cela rendait ses sentiments plus vrais et plus forts encore à ses yeux, suffisamment pour qu’elle conçoit durant une fraction de seconde à penser à eux comme à un couple, comme à une famille. Et si ce qu’elle venait de dire sur l’abandon de leur fils lui arrachait le cœur, elle ne s’attendait surement pas à la suite. Plus il parlait, plus la jeune femme restait surprise. Ce serait injuste de dire qu’Ozzie était le plus irresponsable des deux, ils l’étaient tout autant l’un que l’autre, peut être que le fait que la décision vienne initialement de lui prouvait que dans le fond, il était celui qui réfléchissait le plus de façon sensé. Instinctivement elle n’en voulait pas non plus, pourtant, lorsqu’avec les semaines elle avait vu son ventre grossir, elle n’avait put s’empêcher d’imaginer un avenir avec lui et ce bébé. Sous l’influence de l’alcool c’était au tour du jeune homme d’exposer tout les souhaits qu’elle avait elle-même émit dans l’intimité de ses propres pensées. Mais il ne pensait rien de tout ça, il était soul, le monde semblait toujours plus facile avec de l’alcool plein les veines. Pourtant, elle n’avait aucune envie de lui faire la morale, elle n’avait pas envie de le contredire ou d’aller dans son sens, elle avait seulement envie d’imaginer ce qu’il lui proposait sans avoir de décision à prendre. Seulement imaginer sa vie avec lui, s’ils n’avaient pas étaient si .. Eux-mêmes. Bien que secrètement elle n’aurait pas rêvé mieux, elle demeurait lucide et se devait d’être celle qui pourrait le ramener sur terre, ils n’y parviendraient pas ! Cela ne leur ressemblerait pas, ils se détruiraient l’un l’autre, ne parviendraient même à rester zen face à toutes les décisions à prendre pour le sort d’une plante, alors pour un enfant. Et les choses avaient prit un tournant décisif sans qu’elle n’en prenne conscience. En le voyant s’agenouiller, l’Irlandaise avait d’abord pensé à une perte d’équilibre, et puis il planta son regard dans le sien et s’empara de sa main. Sans savoir pourquoi, il n’avait pas encore ouvert la bouche que le cœur de la jeune femme se serra. « Épouse-moi! » Pourquoi venait-il de dire ça ? Pourquoi avait-il dit ça ? Qu’est-ce qui lui prenait ? Il jouait avec elle ? Il était sérieux, c’était réfléchit, qu’est-ce qui était entrain de se passer ? « Quoi ? » peina-t-elle à articuler de manière audible. Bien qu’elle souhaitait garder encore une fois les apparences de cette femme fière et stable en toutes circonstances, les larmes lui montèrent aux yeux. Elle mettait ça sur le compte des hormones mais en réalité ses larmes étaient sincères, la première perla sur sa joue tandis qu’elle tentait de comprendre la situation. « Tu peux pas me demander ça, t’es pas sérieux, t’es même pas sobre ! » Et s’il était sincère ? Elle serait encore celle qui le rejette, il lui manquait pourtant terriblement, elle ne demandait qu’à le retrouver, mais pas comme ça, elle ne pouvait pas. Il savait pourtant mieux que n’importe qui à quel point elle avait étouffé dans un mariage, il savait aussi bien qu’elle, qu’ils ne sauraient peut être jamais ce que signifie le mot fidélité, alors à quoi bon ? L’Irlandaise avait beau essayer d’imaginer la situation, elle ne parvenait pas à croire en la crédibilité d’Ozzie Bowen et Brenna Reid devant l’autel. « Tu nous vois vraiment mariés ? Réfléchis ! tu sais bien que ce n’est pas nous, ça ne nous ressemble pas. » Serrant sa main un peu plus fort, et tentant de ravaler ses larmes qui coulaient pourtant sur ses joues, elle poursuivit. « Je ne peux pas .. »
Revenir en haut Aller en bas
Cullen Salander
caught up in a dream, in a technicolour beat.
Cullen Salander

♦ Posts : 4683
Multinicks : rykker, neal (uc).
♦ Credits : ava@queen ivy ~ sign@tumblr.

Status : single.
Address : #1256, apple road, ocean grove.
Job/Studies : vet', owner of a clinic.
Quote : you want me to fix you but it's never enough.
Activité(s) de quartier : yoga master (sort of)


HALL OF FAME
To Do List: pet the raccoon in the backyard, mastering the art of yoga, go out with his dogs, watch the last season of the walking dead.
Contact List:
RP status: (0/2) nora ~ matt.

1415 | How to trust you ? (ozzie) Vide
Message(#) Sujet: Re: 1415 | How to trust you ? (ozzie) 1415 | How to trust you ? (ozzie) EmptyLun 4 Juil 2011 - 17:01



Ozzie avait beau être saoul, s'il y a bien une chose à laquelle il ne s'attendait pas, c'était de voir sa demande en mariage rejeté de cette manière. Certes, ce n'était pas une demande dès plus traditionnelle mais pourtant, il y croyait dur comme fer. « Tu nous vois vraiment mariés ? Réfléchis ! tu sais bien que ce n’est pas nous, ça ne nous ressemble pas. » répondit Brenna. Bien qu'elle serrait sa main de plus en plus fort, le jeune homme avait l'impression de défaillir. Bizarrement, les effets de l'alcool s'estompèrent rapidement. Il n'avait plus qu'une seule envie: partir le plus loin possible. C'était la seconde fois que Brenna réussissait à lui briser le coeur. La première fois, il avait crû ne jamais s'en relever mais peu à peu, il avait retrouvé confiance en lui et s'était même calmé. Plus d'agressivité envers les autres. Serein, il aspirait à retrouver une vie plus calme et posé mais malgré tout, il ne pouvait oublier Brenna. Vivant à deux pas l'un de l'autre, il était peu aisé de tirer un trait sur elle. Tous les deux n'avaient jamais vraiment eut une histoire à proprement parler mais Ozzie était amoureux d'elle. Il lui avait clairement fait comprendre et elle l'avait repoussé dans toutes les règles de l'art. Un peu comme ce soir. Accusant le coup tant bien que mal, Ozzie retira sa main de celle de Brenna pour la ramener contre son corps. Silencieux, il se redressa avec pour unique envie celle de partir. Les propos de la jeune femme lui revenait en tête et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il était blessé. Blessé qu'elle ne voit qu'une blague dans cette demande en mariage alors qu'il était sincère avec elle pour la seconde fois de sa vie. L'impression qu'elle se fichait totalement de lui pointa le bout de son nez dans son esprit et gagna de plus en plus de terrain. C'était peut être le cas. Pour la seconde fois, elle venait de prendre ses sentiments en main et de les écraser pour n'en faire plus rien. « Je ne peux pas .. » finit-elle par dire. Ozzie haussa les épaules. Elle ne pouvait ou ne voulait pas? Tout était différent. Son esprit lui rappela tout ce qu'elle lui avait dit lorsqu'il lui avait annoncé qu'il voulait se mettre en couple avec elle. « Ooh. » dit-il simplement.
Ozzie fit quelques pas en arrière, évitant de croiser le regard de Brenna. Ne sachant quoi dire, ne sachant quoi faire, il resta pendant un moment immobile, fixant un point sur le mur sans même se tourner vers la jeune femme. Brusquement, il regrettait ce qu'il venait de dire. Non seulement il ne s'attendait pas à un non mais Brenna avait raison. Elle sortait déjà d'un mariage dans lequel elle n'avait pas sût s'épanouir. Ozzie n'était pas du genre à s'engager et la fidélité, ce n'était pas non plus son cheval de bataille. Autrement dit que leur union ne tiendrait pas plus de six mois. Non, leur histoire était bel et bien terminé. Ils n'y avaient plus que l'adoption du bébé à mettre en route et tout serait terminé. Ozzie pourrait passer à autre chose, tout comme Brenna. Ce n'était que la seconde fois qu'il était amoureux, mais cette relation était beaucoup trop destructrice pour s'épanouir. Ozzie aimait Brenna et la haïssait par moment. Se déchirer pouvait peut être plaire à certains mais il ne souhaitait pas baser son histoire ainsi. Brenna ne voulait pas s'engager une nouvelle fois et cela pouvait se comprendre, elle sortait d'un mariage dans lequel elle n'avait jamais été heureuse. Il était bien placé pour le savoir puisqu'il avait été son amant pendant plusieurs mois. Il ne le regrettait absolument pas, mais bien évidemment, il avait toujours esperé que cette relation secrète les mène quelque part. Espoir que Brenna ne semblait pas partager, puisque c'était la seconde fois qu'elle le repoussait. Il soupira et haussa les épaules. Il ne voulait pas s'attarder ici. Ozzie finit par s'agenouiller pour récupérer les clés de sa maison sous la chaise de la jeune femme, qu'il avait au préalable caché pour rester ici. Il continua d'éviter le regard de Brenna. « Oui, tu as raison. ». Il sourit tristement, avant de sortir de la maison sans un regard pour Brenna, sans un mot. Cette fois, c'était la fin, il n'y avait plus de doutes.



the end

_________________

i can taste it on your mouth and i can't leave it, you're a freak like me. can't you see? we can work this something out.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13945-og-n1256-apple-road-famille-salander
Contenu sponsorisé





1415 | How to trust you ? (ozzie) Vide
Message(#) Sujet: Re: 1415 | How to trust you ? (ozzie) 1415 | How to trust you ? (ozzie) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

1415 | How to trust you ? (ozzie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-