AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-62%
Le deal à ne pas rater :
XIAOMI Mi TV Stick – Google Assistant et Chromecast intégré
23.07 € 60.16 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 ❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME Vide
Message(#) Sujet: ❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME ❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME EmptyLun 31 Jan 2011 - 1:36


Secrets are made to be found out with time.


LESLYE GIBSON & ZACKARIA WAYNE

Des gouttes de transpiration perlaient son front. Il était en manque. Pourtant il lui restait peu de doses et il ne pourrait pas en racheter pendant un moment, c’était pour ça qu’il avait décidé d’en prendre de moins en moins pour économiser son stock. Néanmoins cela lui était impossible, tous ses sens étaient en ébullition, il allait exploser, son crâne lui faisait un mal de chien, il faisait les cents pas dans sa chambre, se laissait tomber parfois sur le lit afin de se détendre, puis se rasseyait, se lever et refaisait les cents pas. C’était comme ça depuis une demie heure, depuis qu’il était rentré du boulot, il était, en plus, en ce moment sur une grosse enquête, quelque chose qui pourrait le booster directement à un vrai poste l’année prochaine, du moins s’il faisait ses preuves. Il était stressé. Il se sentait vraiment mal, à la limite de faire une crise de nerfs ou bien quelque chose dans ce genre. Il se mit à fouiller dans son tiroir à chaussette, au fond il attrapa un sachet. Il sortit rapidement de sa chambre, dévalant les escaliers, le son de la télé que regardait son colocataire Mason n’était pas très fort mais il avait l’impression qu’elle était assez forte pour lui exploser le crâne. « Je sors ! » lança-t-il, sans attendre sa réponse, il claqua la porte derrière lui. L’air frais lui gifla le visage mais cela lui fit un bien fou. Il prit une grande respiration avant de se mettre à marcher, sans vraiment savoir où il allait. Il savait qu’à force de paraitre aussi bizarre devant Mason, celui-ci allait se poser des questions et un jour ou l’autre découvrir ce qui le rendait ainsi. Mais d’ici là, Zackaria allait trouver une solution, il le fallait, il ne pouvait plus continuer ainsi. Peu importe. Il marchait sur le trottoir de ce quartier si calme la nuit, le sachet dans sa main, qui parfois serrait un peu plus fort celui-ci. Il fallait qu’il en prenne une dose, tant pis pour l’initiative qu’il avait pris de réduire ses doses afin d’en garder pour plus tard, lorsqu’il n’en aurait plus, il trouverait un moyen de s’en procurer encore. Il passa devant une grande pancarte, qui était accrochée sur un grillage. Il avança fis volteface et revint sur ses pas pour relire ce qu’il y avait écris. ‘Chantier interdit au public’ c’était parfait. Il voulait être seul, que personne ne le voit. A cette heure-ci il n’y avait plus d’ouvriers sur le chantier et qui pourrait bien aller sur un chantier à cette heure-ci, soit dit en passant, interdit au public. Zackaria marcha le long du grillage pour trouver un endroit celui-ci serait un peu ouvert, ou encore moins haut. Il put trouver son bonheur et entrer sans difficultés sur le chantier. Il s’engouffra légèrement entre les machines, marchant dans la boue. Il ne se posa pas une seule fois une question sur ce chantier, il avait beaucoup trop de chose à penser. Zack prenait plusieurs sortes de drogues, mais en ce moment c’état de la poudre. Il s’assit sur un parpaing, en prit un autre pour le mettre sur ses genoux, mit le sachet sur celui-ci ci, coupa un petit bout de sachet, l’étala sur le parpaing, il étala un petit peu de poudre sur le petit bout de sachet, prit soigneusement le petit tube qui lui permettrait d’aspirer la substance dans ses narines, il se mit en position, prêt à accueillir la petite poudre blanche qui allait pouvoir libérer son esprit, quand quelque chose (ou quelqu’un) le surprit derrière lui. Il se leva d’un coup, laissant tomber la petite partie de son stock dans la boue – heureusement la plus grande partie était à l’intérieur du sachet – et se retourna rapidement. Il découvrit devant lui une silhouette féminine qui ne lui était pas étrangère, mais à ce moment-là il s’en foutait vraiment, ce qui lui importait, c’était sa came. Il se retourna vers celle-ci, qui était complètement foutu au sol. « Oh, p… » Il ravala tous les jurons qu’il avait envie de dire avant de se retourner vers la personne qui l’avait surpris. L’effet du manque était toujours là et il n’allait pas laisser cette personne s’en tirer si facilement, même si c’était lui qui était en toute illégalité, autant avec la drogue, que pour le fait qu’il soit sur le chantier. « Vous n'avez pas lu ?! Chantier interdit au public merde ! » Cria-t-il. Ce n’était pas à son habitude de crier ainsi sur les gens, il restait à son habitude poli, mais là, il n’était pas vraiment lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME Vide
Message(#) Sujet: Re: ❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME ❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME EmptyVen 4 Fév 2011 - 22:19

Posée sur sa chaise de bureau, elle travaillait. Du moins, elle tentait. Obnibulée par ses souvenirs, la jeune fille lisait, et relisait la même ligne sur sa feuille de classeur depuis au moins cinq minutes. En pestant contre elle-même, ses doigts filèrent vers sa bouche: d'ici peu, ses ongles ne ressembleraient plus à rien. Elle relut encore une fois la phrase, tout en se mordillant les doigts. Prenant conscience que sa lecture en servait à rien, et que ce n'était pas aujourd'hui qu'elle réussirait à rentrer son cours dans son cerveau, la jeune fille soupira. Son regard se posa sur son sac. La tentation était forte. Bien trop forte. Comment lutter à un peu de bonheur fictif quand on est attristé? Elle se leva directement, attrapant au passage son sac. En descendant les escaliers, Leslye plongea la main dedans et sentit au fond ce qu'elle voulait chercher. Un léger sourire apparut sur son visage. Dans quelques temps, elle serait sur un petit nuage. Elle bénissait déjà ce copain de fac. S'il ne lui avait jamais proposé ça, Leslye n'y aurait jamais touché. Et franchement, vu la sensation de bonheur qui l'envahissait, cette sensation de planer littéralement au-dessus de tout, et surtout, cette joie de ne plus penser noir valaient bien toutes les concessions du monde.
Le visage souriant, la jeune fille sortit de chez elle, claquant la porte derrière elle. Ses beaux discours moralisateurs sur les mauvais effets de la drogue avaient été bien vite oubliés. La main aggrippée sur son sac à main, Leslye marchait, pressée de sortir de ce monde pour quelques instants. Réfléchissant où elle pouvait faire ça, la jeune fille passa devant les grands terrains. Depuis quelques temps, il était commun d'entendre de nombreuses rumeurs sur les terrains là; les habitants d'OG en étaient friands. D'après ce qu'elle avait cru comprendre, personne encore ne savait ce qui se tramait dessus. En jettant un coup d'oeil vers eux, une pancarte attira son attention 'Chantier interdit au public'. Il était tard, personne ne devait y être, non? C'était l'endroit idéal.
Jetant un coup d'oeil autour d'elle, Leslye ne vit personne dans la rue. Elle se faufila alors entre les barrières. Des débuts de construction, des fils de fer, des brouettes,.. Le mot chantier prenait tout son sens. Elle trouva un petit coin tranquille. Plongeant sa main dans son sac à mains, la jeune fille en sortit le joint qu'elle chérissait et haissait tant. Le bout de ses fesses sur des aglots, la jeune fille chercha dans sa poche un briquet. Un bruit attira aussitôt son attention. Des bruits de pas. Prise par tant de surprise, l'étudiante lâcha le briquet et la cigarette. Une chance: la cigarette était tombée à cinq centimètres d'une flaque d'eau. Elle s'agenouilla, attrapa son joint, et le replongea aussitôt dans son sac. Pestant contre sa peur, pestant contre ce bruit, Leslye essaya de ne pas crier. Elle devait se faire discrète, ne pas attirer l'attention vers elle. Ses yeux scrutèrent les moindres recoins, consciente qu'une personne trainait dans le coin. Se faufilant entre les murs, elle tenta d'appercevoir quelqu'un. Elle ne tarda pas à voir une silhouette, assise devant elle. S'approchant doucement, essayant d'être le plus discret possible, son souffle s'accéléra. Elle s'arrêta. Après tout, elle ne le connaissait pas ce type. Elle ferait mieux de retourner. Au moment où elle voulut faire demi-tour, le type devant elle se leva d'un coup, lui aussi surpris par ce dérangement. De l'herbe s'étala au sol. L'homme ravala un « Oh, p… ». Leslye n'ose pas bouger. « Vous n'avez pas lu ?! Chantier interdit au public merde ! » Son cri lui coupa le souffle. Reserrant son sac contre elle, comme pour se protéger, Leslye ouvrit aussitôt la bouche. « Vous... » Ses paroles restaient bloquées dans sa gorge. « vous ne devriez pas être là non plus! Vous l'avez vous même dit 'interdit au public'. ». Ses yeux fixés vers lui, Leslye remarqua alors quelque chose. Plusieurs détails avaient attiré son attention. Elle en fut figée, tétanisée par l'homme en face d'elle. De la sueur perlait sur son front, sa mâchoire semblait crispée, et ses mains tremblaient. Le diagnostic n'était pas dur: de l'herbe était tombé au sol, il était tard, ils étaient dans un endroit où personne n'est censé se trouver. C'était un drogué en manque.
Regrettant de plus en plus ses paroles, la jeune fille serra très fortement son sac contre elle, comme s'il avait la magique propriété de la défendre. Ses grands yeux fixés sur lui, elle n'osait pas regarder ailleurs. Elle ne savait comment il allait réagir, et elle se maudissait d'être venue ici. « Je ne vais pas appeler les flics, vous savez.. » réussit-elle à murmurer, tout en reculant d'un petit pas. Ses mains contre son sac, elle voulut disparaître, prendre ses jambes à son cou. Mais quelque chose l'en empêchait. La curiosité? Certainement pas. La peur? Peut-être. Mais c'était surtout cette drôle de sensation de déjà vu qui l'intriguait. Sa tête lui rappelait quelqu'un. Et elle était convaincue que si elle le connaissait, elle ne risquait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME Vide
Message(#) Sujet: Re: ❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME ❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME EmptyVen 4 Mar 2011 - 23:51

La réaction apeurée de la jeune femme en disait long sur le comportement odieux de l'homme, ce fut un coup de massue pour Zack, il était en manque. Le fait qu’il soit dans cet état le rendait agressif, ce n’était pas dans son habitude, surtout pas avec les femmes. Il était poli, galant. Rien de ce qu’il venait de faire. Il observa l’inconnue resserrer son sac contre elle. Lui, il avait une bonne raison d’être là : il devait se cacher des autres pour prendre sa drogue, mais elle, que venait-elle faire ici pendant la nuit ? C’était aussi dangereux qu’illégal et elle n’avait pas l’air d’une personne qui voulait prendre des risques à ce niveau-là. « Vous (…) vous ne devriez pas être là non plus! Vous l'avez vous-même dit 'interdit au public'. » Elle avait peur, ça se sentait au niveau de sa voix. Qui n’aurait pas peur d’un drogué en manque en plein milieu de la nuit ? Il avait honte de l’image qu’il reflétait à travers les yeux de la jeune femme mais quelque chose de plus intense attirait l’œil du jeune homme à propos de son interlocutrice. Zackaria soupira longuement. Son petit moment de solitude était incontestablement gâché. Il allait rentrer beaucoup plus tard que prévu, manquer de sommeil pour le boulot demain, faire du travail bâclé – ce qu’il détestait – et surtout être sur les nerfs et en vouloir plus, encore plus. Ça allait être un cercle sans fin, pendant sûrement plusieurs jours, mais le problème était qu’il n’avait pas assez de drogue pour survivre à ce cercle vicieux. De nouveau, il observa la jeune femme resserrer son sac contre elle. Il essaya d’adopter une autre posture, un peu moins sur la défensive. Il observait la jeune femme grâce à la lumière d’un projecteur sur le chantier, ce visage lui disait quelque chose, comme s’il avait déjà vécu cette scène. « Je ne vais pas appeler les flics, vous savez... » C’était rassurant. Il n’y avait pas pensé d’ailleurs, trop subjugué par l’adrénaline que lui avaient apportée cette situation et surtout la sensation qu’il avait de connaitre cette inconnue. Il la fixa un long moment avant de tourner son regard vers ce qu’il y avait à terre, sa drogue. Il attrapa le sachet qui était tombé et le referma pour le plonger dans la poche arrière de son jean. Il reporta alors son attention sur la jeune femme qui n’avait pas bougé d’un pouce. « Il n’y a pas de quoi appeler la police, c’est simplement une petite escapade dans un endroit interdit au public… » il avait bien entendu omis de parler de ce qu’il avait ramasser, comme pour faire passer un message à propos de cela. Le visage de Zackaria se détendit, même si les yeux rouges et le teint pâle qu’il affichait le trahirait même devant un petit enfant. Il voulait simplement que la jeune femme et lui se quittent dans une bonne entente pour qu’elle ne soit pas tentée d’aller raconter ce qu’elle avait vu, ni à la police, ni aux voisins. Il fit un petit saut sans décoller du sol, pour montrer son embarras, fuyant pendant quelque secondes le regard de l’inconnue. « Je suis désolé si je vous ai fait peur, ce n’était pas mon intention, j’étais tout simplement… surpris. » dit-il en acquiesçant d’un signe de tête pour appuyer ses propos. Son regard revint alors se poser sur le sien, quand soudainement un souvenir l’assaillit. C’était un soir comme celui-ci, à Miami, il y a déjà quelques années. Pas trop longtemps. Il avait eu quelques problèmes avec deux gars et cela allait presque mal finir quand elle… est arrivée, encore ! Non, ce n’était pas possible. Peut-être était-ce un mirage qui arrivait dans les moments où ça n’allait pas, mais la revoir une seconde fois, dans une ville aussi grande et peuplée que Miami, dans une situation quasiment pareille, était-ce possible ? Il pensait parfois à elle, ou à ce mirage. Il espérait ne plus la revoir pour ne pas ressentir la honte qu’il ressentait en ce moment même. C’était un homme il fallait qu’il reste digne et qu’il prenne soin de son honneur, il s’était fait sauvé la vie par une femme… Il y avait de quoi en prendre pour son honneur, même si par la suite il lui avait sauvé la vie. D’un autre côté, il avait eu envie de la retrouver un jour, pour la remercier du moins, il avait une dette envers elle. Aujourd’hui il l’avait retrouvé et pour l’instant il n’avait pas eu la force d’articuler un seul mot à propos de cela et apparemment elle ne l’avait pas reconnu non plus, sûrement qu’il ne ressemblait pas à la même chose sans blessures, sang, œil au beurre noir etc… Tant mieux ! Il n’allait pas rester ici plus longtemps pour qu’elle se souvienne de lui. Il vit son visage s’illuminer pendant deux secondes et de peur qu’elle se souvienne, il baissa la tête rapidement et se dirigea vers la sortie, qui était loin derrière elle. « Je vous souhaite une bonne soirée… » Marmonna-t-il dans sa barbe en passant près d’elle pour s’en aller mais il fut retenue par la jeune femme qui l’arrêta d’une voix curieuse… et merde.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME Vide
Message(#) Sujet: Re: ❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME ❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME EmptyDim 13 Mar 2011 - 15:01

L'expression de cet homme ne présageait rien de bon. Bien que passer du temps avec des drogués était devenue une habitude chez la jeune fille, se retrouver face à un inconnu en manque ne faisait pas parti de ses plans, et était même l'une des plus mauvaises situations qui pouvait lui arriver. Frissonnant, la jeune fille le regarda s'abaisser, et ramasser ce petit sachet qu'il avait fait tomber. Evitant de poser son regard, sur ce qu'il avait en main, Leslye détourna un instant ses yeux. « Il n’y a pas de quoi appeler la police, c’est simplement une petite escapade dans un endroit interdit au public… » Bien entendu. Faisant mine de comprendre le message, elle hocha la tête, comme pour dire 'd'accord, c'est bon, je n'ai rien vu'. Il ne voulait pas en parler. Par mesure de précaution, elle non plus. Cet homme était un drogué. En repensant à ce mot, et surtout en repensant à son manque, Leslye frissonna : par peur de lui, et par peur de lui ressembler un jour ou l'autre. Relevant la tête vers cet homme, Leslye observa les détails de son visage. Elle en était certaine, cet homme, elle le connaissait. Ses cheveux blonds. Son nez. Ses yeux, et plus particulièrement son regard. C'était surtout ce dernier qui trahissait cette impression de déjà vu.
Après un petit sursaut de sa part, il ouvrit de nouveau la bouche « Je suis désolé si je vous ai fait peur, ce n’était pas mon intention, j’étais tout simplement… surpris. » Surpris. Elle l'avait été aussi, mais elle n'en pipa pas un mot. Cet inconnu -pas si inconnu à ses yeux- ne devait en aucun cas savoir ce qu'elle faisait ici, ce qu'elle avait décidé de faire. Serrant une nouvelle fois son sac contre elle, pour être sûr que ce petit bout de cigarette, enroulée par un ami ne filerait pas ailleurs, la jeune fille hocha la tête en sa direction. « Ca va. » le rassura-t-elle, avant d'ajouter « je n'ai pas peur ». Un petit mensonge. Se retrouver dans le noir, loin des habitations, dans un endroit aussi glauque qu'un chantier face à un inconnu qui ne désirait que se droguer était pour le moins une situation des plus flippantes. Mais juste pour montrer qu'elle était forte, juste pour montrer qu'elle n'était pas inquiète, et ce, même si ces gestes la trahissaient, la jeune fille n'hésitait pas à le clamer haut et fort : elle n'avait pas peur. Prenant conscience que son regard intense plongé sur cet homme pouvait l'énerver, elle préféra le fuir du regard. Et tout d'un coup, en balayant une dernière fois son visage des yeux, elle sut. Elle comprit. Elle se souvient.

Flashback – Septembre 2010
Marchant à petits pas rapides, pressée de rentrer chez elle, la jeune fille entendit des coups. Des coups comme si quelqu'un se faisait battre. S'arrêtant, son regard scruta les moindres détails de la petite ruelle où elle se trouvait. Elle ne tarda pas à apercevoir l'horrible scène qui se déroulait sous ses yeux. Deux types, grands, barraqués, s'acharnaient sur une personne, couchée en travers sur le sol. Le coeur de Leslye fit un bond. Serrant son téléphone portable dans la poche de sa veste, la jeune fille avançait. Elle ne pouvait rester là, à les regarder battre cette personne, user de coups de poing, et de coups de pied. Elle ne pouvait laisser faire ça. Sans prendre conscience du risque qu'elle prenait, elle s'avança vers eux, le plus discrètement possible, les yeux rivés vers la personne au sol. Elle était grande. C'était un homme apparemment. La voix tremblante, et nouée, elle s'écria, hurlant de tout ses poumons « arrêtez! Laissez le tranquille. » Mauvaise idée.
Les deux types en question cessèrent d'user de la force vers l'homme au sol. Un sourire échangé entre eux, et ils se tournèrent vers Leslye. A petits pas, la jeune fille recula. Les battements de son coeur s'écrasant fortement contre sa poitrine, ses genoux flageolant. « s'il vous plait, non ». Tremblant de tout son corps, la peur l'emprisonnait, ne la laissant plus libre de ses mouvements. Quelques pas, c'était tout ce qu'elle était capable de faire, tellement elle tremblait. Les deux hommes arrivèrent à sa hauteur, l'un l'attrapa par le bras, la repoussant violemment contre un mur. Une douleur lancinante dans son dos lui arracha un cri étouffé. Les prunelles de ses yeux s'emplirent de larmes, sa vision devenait floue. D'une petite voix, presque dans un ultime murmure, elle réussit à sortir deux-trois mots « s'il vous plait, non. » Même dans sa vision floue, et dans son angoisse, elle pouvait entendre les hommes se réjouir « tu n'avais qu'à rester dans ton coin, et nous laisser faire. » Voulant s'échapper, la jeune fille fit quelques pas sur le côté. Un autre la rattrapa aussitôt, et la bouscula de nouveau conte ce fichu mur. « ne pars pas si vite ». Et puis, sans qu'elle ne s'apperçoive de rien, tout bascula. Un des types tomba au sol. Des sirènes hurlèrent au loin. Les aggresseurs filèrent en courant, suivi par la police. Et le type agressé se retrouvait couché, à ses pieds, hurlant de douleur. Parce que tout allait mieux pour elle, elle sécha ses larmes, et s'agenouilla auprès de cet inconnu.« Monsieur! Vous allez bien ? Est-ce que vous m'entendez ? »


Cet inconnu, c'était lui. C'était cet homme, présente en face d'elle. C'était lui qui, ce soir de septembre 2010, s'était fait tabassé devant elle. Elle en était certaine, même un an et demi après. L'agression n'était pas une chose que l'on oubliait aussi facilement. Leslye avait passé quelques jours se demandant si cette affaire n'aurait aucune incidence sur sa vie, prenant peur à chaque fois qu'elle appercevait une ombre au détour d'un chemin, et se demandant si cet homme s'en était bien sorti.
Ses yeux se lévèrent vers lui. Scrutant le visage de cet homme, regardant les détails sur son visage, Leslye en aurait mis sa main au feu. La voix de l'homme s'éleva alors. « Je vous souhaite une bonne soirée… » Il passa à côté d'elle, prêt à faire le chemin inverse et à quitter ce chantier interdit au public. Reprenant confiance, Leslye tendit la paume de sa main vers lui, s'arrêtant à quelques centimètres de son ventre, de peur de sa réaction si elle le touchait.« attendez » murmura-t-elle au même moment.
Ses yeux se plongèrent dans celui de cet homme, jusque-là un inconnu. Elle en avait oublié la drogue, et pourquoi elle était venue là. Tout ce qui l'interessait maintenant, c'était lui. Lui, et leur rencontre, il y a un an et demi. D'une voix plus enjouée qu'avant, elle demanda, un petit sourire aux lèvres. « on se connait, non? » Se forçant un peu pour être aimable, alors que l'angoisse d'être face à une personne en manque était toujours présente, Leslye continua, baissant sa main. « C'était en septembre, il y a quasiment un an et demi. » Elle s'arrêta de parler, guettant le moindre geste de la part de l'homme en face d'elle. Oser ressortir ce souvenir n'était pas une chose aisée. Par peur de le froisser, par peur de l'énerver. « Je m'étais interposée quand deux personnes vous étaient tombées dessus..» Elle s'arrêta là, dans ce souvenir. Reposant son regard sur son visage, la jeune fille revu les symptômes de la personne en manque; tremblotte, sueur, yeux rouges, teint pâle. « si vous voulez fumer, allez-y ça ne me dérange pas. » Parce qu'elle pouvait comprendre qu'il en rêvait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME Vide
Message(#) Sujet: Re: ❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME ❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

❀ SECRETS ARE MADE TO BE FOUND OUT WITH TIME

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-