AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-46%
Le deal à ne pas rater :
Yakuza Like a Dragon Jeu PS5
32.19 € 59.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Entre quatre murs | Jed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Entre quatre murs | Jed Vide
Message(#) Sujet: Entre quatre murs | Jed Entre quatre murs | Jed EmptyMer 5 Jan 2011 - 23:06

Le silence est pris entre quatre murs
La douleur danse avec la solitude.

« Hey! Ella! » Se retournant brusquement à l'appel de son nom, elle dut parcourir la foule des lycéens des yeux avant de reconnaître la silhouette qui appartenait à la voix qu'elle avait reconnue. « Y'a une fête ce soir, chez Max! Ça te dit? » ajouta-t-il dès lors qu'il fut à sa hauteur. « Je le connais pas, Max. » « Pas grave! Je t'invite, lui il s'en fout! » « J'ai déjà quelque chose de prévu, je suis désolée! On se reprendra! » Haussant les épaules avec désinvolture, mais tentant toutefois un sourire afin d'éloigner la déception du visage de son ami, la jeune fille s'éloigna sans remords, même d'avoir mentit. Bien sûr qu'elle n'avait rien de prévu ce soir-là! Mais depuis quelques jours, ça allait mieux entre Jed et elle et s'il était déjà couché lorsqu'elle était arrivée le soir d'avant, elle n'aurait jamais imaginé qu'il puisse la fuir.

Ce fut donc de bonne humeur qu'elle quitta le lycée ce soir-là et qu'elle rentra à pieds en fredonnant les chansons qui passaient sur son Ipod. Elle ne signala pas tout de suite sa présence lorsqu'elle pénétra dans la maison de Lawson, alors qu'elle prenait le temps de retirer ses écouteurs et ses chaussures avant de s'approcher du salon, où la tête de Jed dépassait du canapé. Elle se pencha un peu en avant afin de vérifier si Lawson était dans la cuisine et malgré l'absence de voiture dans l'allée, elle posa néanmoins la question en fronçant légèrement les sourcils. « Lawson est pas là? » Curieuse, elle attendit un moment la réponse de Jed avant qu'il ne lève un doigt en direction du réfrigérateur sans dire un mot. Ça commençait bien... Elle se dirigea néanmoins dans la cuisine sans s'offusquer, étant presque habituée aux sautes d'humeur de son ami. Un mot de Lawson, laissé à la va-vite sur le frigo, expliquait qu'il rentrerait un peu plus tard que prévu ce soir-là et Ella soupira avant de se verser un verre d'eau et revenir au salon.

Nonchalant et désintéressé, Jed ne fit même pas attention à elle alors qu'elle venait s'asseoir à côté de lui. Il ne cligna même pas des yeux pour signaler qu'il l'avait vue. Il n'osa même pas lui adresser un mot.

Intriguée, mais également vexée par son attitude, alors qu'elle avait cru que tout était réglé, que tout allait mieux, Ella le poussa légèrement d'un petit coup porté à l'épaule, ses lèvres s'étirant en un sourire amusé alors qu'elle se doutait bien qu'elle attiserait sans doute sa colère en agissant de la sorte. Lorsque Jed était de mauvaise humeur, il ne faisait pas semblant. « Allez! Souris! La vie est belle, les oiseaux chantent, la Terre est ronde! Ça te dit une partie de jeux vidéos? » Évidemment, elle n'était pas sans savoir qu'il y avait un truc qui clochait, qu'il n'agissait pas comme à son habitude. Mais qu'est-ce qu'elle avait encore fait pour qu'il ne cesse de la punir, elle? Elle ne demandait qu'à l'écouter, s'il avait envie de discuter! Elle ne demandait qu'à écrire, si c'est ce dont il avait envie! Elle voulait simplement être avec lui et elle désirait plus que tout au monde qu'il arrête de l'éloigner de sa vie en la laissant de côté alors qu'elle ne voulait que l'aider. Elle ne croyait pas être encombrante et pourtant, il ne cessait pas de lui faire savoir, que ce soit par ses mots ou ses gestes, qu'il ne voulait pas la voir là. Qu'il n'était pas un mec bien.

« Sinon, si t'as pas envie on peut faire autre chose! Ta journée, c'était bien? » demanda-t-elle en tentant de relancer la conversation, en essayant tant bien que mal de l'intégrer dans la discussion - parce que les monologues, ce n'était pas trop son genre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Entre quatre murs | Jed Vide
Message(#) Sujet: Re: Entre quatre murs | Jed Entre quatre murs | Jed EmptyJeu 6 Jan 2011 - 8:52

Assis dans le canapé, face à la télé qu'il regardait sans la voir, Jed broyait - comme à son habitude - du noir. Ce qui, le temps de quelques jours, avait semblait être une rémission plus ou moins concluante de son état d'isolement et de malaise permanent s'est au final conclue (à cause de sa discussion avec Preston près de 24 heures plus tôt) en une rechute tout ce qu'il avait de plus inquiétant puisqu'il était évident qu'en à peine une semaine il était passé d'un point A à un point B pour revenir à son état initial avant de retomber au point C, encore plus pas que B sur l'échelle du malêtre, de l'autodestruction et de toutes ses choses qui faisait de Jed ce qu'il était depuis début décembre : un adolescent torturé, quasi dépressif et de plus en plus enclin à l'isolement.

Lorsque la porte d'entrée signala le retour d'Ella du lycée, il se raidit et maudit en silence le fait de s'être si profondément enfoncé dans ses idées noires qu'il n'avait pas vu le temps passer et qu'il avait oublier de remonter s'enfermer dans sa chambre avant que l'adolescente ne revienne de cours comme il l'avait fait la veille pour éviter d'avoir à lui parler maintenant qu'il savait tout et que Sally avait vendu la mèche. Conscient qu'il ne pouvait pas se lever sans rien dire et lui faire faux bon comme le premier des trous du cul, il se contenta de garder le silence et de feindre un intérêt plus ou moins réaliste pour le documentaire animalier qui retraçait la vie et les mœurs d'il ne savait quel serpent d'Amérique Latine.

« Lawson est pas là ? » Impassible, Jed leva le doigt en direction de la cuisine comme pour l'inciter à vérifier d'elle-même et à prendre connaissance du mot qu'avait laisser l'adulte de la maison à leur intention sur la porte du frigo. En l'entendant se servir un verre d'eau, il se dit que c'était peut-être le moment où jamais de fuir pendant qu'il en était encore temps, mais elle revint vite dans le salon et prit place à ses côtés, ce qui termina de le crisper au possible. Renfermé comme jamais, il ne daigna pas lui accorder le moindre regard, bêtement convaincu que s'il serrait les dents assez fort et que s'il fronçait les sourcils assez ostensiblement elle finirait par capter le signal d'alerte qui raisonnait dans sa tête qui gueulait à tout va : " DÉGAGE, DÉGAGE, DISPUTE IMMINENTE ! ". Évidemment, elle n'en fit rien et - pis - elle se permit même de lui taper l'épaule, ce qui lui électrisa le corps plus efficacement que n'importe quel coup de taser.

« Allez ! Souris ! La vie est belle, les oiseaux chantent, la Terre est ronde ! Ça te dit une partie de jeux vidéos ? » Pas de réponse. En colère contre lui-même de ne pas avoir su prévoir qu'elle rentrerait à cette heure, il se serait volontiers claquer la tête contre le mur pour se punir de ne pas avoir foutu le camp plus tôt. En colère contre Sally, il serra les poings, comme s'il s'apprêtait à la frapper à tout moment si - par hasard - elle avait eu la mauvaise idée de surgir dans le salon comme pour se régaler du spectacle du tourment intérieur que ses révélations exclusives sur les sentiments d'Ella avait fait naître en lui. En colère contre Nielson, il détourna le regard et ravala sa bile en tentant de se dire que tout ceci était sa faute à lui, qu'elle n'y était pour rien et qu'il n'avait en tout et pour tout que le droit de la mettre à l'écart de sa vie, pas de lui hurler dessus comme il se retenait de le faire.

« Sinon, si t'as pas envie on peut faire autre chose ! Ta journée, c'était bien ? » L'insistance inquiète avec laquelle elle s'adressait à lui lui donnait limite envie de vomir. Tout - juste dans la façon dont son bras se collait innocemment au sien - devenait un signe d'agression à ses yeux, comme si les propos de Sally avait fait prendre une autre dimension à sa relation avec Ella et comme si chaque sourire n'était plus que le signe d'un amour caché dont il ne voulait pas, il pensait pourtant avoir été clair là-dessus. « J'ai pas tellement envie de parler là Ella ... » Grinça-t-il avec le plus de courtoisie possible bien qu'on devinait dans les tremblements de sa voix le vent de la tempête qui lui faisait tanguer l'esprit.

Le regard toujours fixé sur l'écran, la mâchoire toujours on ne peut plus crispée et les muscles tendus comme des ressorts, Vargas se faisait la prière intime qu'elle se lève et foute le camp pour lui empêcher d'exploser une bonne fois pour toute.


Dernière édition par Jed Vargas le Jeu 6 Jan 2011 - 23:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Entre quatre murs | Jed Vide
Message(#) Sujet: Re: Entre quatre murs | Jed Entre quatre murs | Jed EmptyJeu 6 Jan 2011 - 16:50

Le silence pesant qui s'installait entre eux dès lors qu'Ella fermait la bouche aurait pu faire fuir n'importe qui, mais pas elle. S'il n'était pas dans un bon jour, il n'avait pas le droit de se poser dans le salon en espérant qu'elle fasse comme si de rien n'était. Elle avait cru qu'il la connaissait suffisamment bien pour comprendre qu'elle ne lâchait pas prise facilement, pas lorsqu'il s'agissait de lui. Si son bras frôlait le sien, ce n'était que par hasard, alors qu'elle avait pris place sur le canapé dans un élan, comme elle le faisait toujours, sans vraiment se préoccuper de la place qu'occupait Jed. Elle s'était rendue compte à quel point son ami était crispé dès lorsqu'elle s'approchait, dès lors qu'elle le touchait par inadvertance, dès lors qu'elle lui parlait et ce ne fut que plus clair dans sa tête; il l'avait délibérément évitée hier soir. « J'ai pas tellement envie de parler là Ella ... » Pas envie de parler? Blessée par son attitude, elle attrapa la télécommande et appuya sur le bouton qui servait à l'éteindre, ne serait-ce que pour le forcer à porter son attention sur elle plutôt que sur le serpent géant qui se trouvait à l'écran. « Tu m'évites depuis hier. Tu ne me parles même pas lorsque je rentre. Tu as l'air de vouloir étrangler quelqu'un, moi la première. Tu ... » Elle fit une légère pause, constatant finalement qu'elle avait assez bien décris la situation depuis le soir d'avant.

Posant pensivement son regard sur le mur d'en face, elle se mordit la lèvre alors qu'elle ne savait pas du tout ce à quoi il voulait en venir en la traitant de la sorte. Il n'avait pas le droit de la punir, elle, alors qu'elle n'avait rien fait! Elle n'avait même laissé échapper quelques mots qui auraient pu le blesser, comme elle le faisait parfois sans s'en rendre compte. Elle n'avait pas commis d'erreur, elle ne pouvait pas savoir ce qui le dérangeait au point de s'enfermer dans sa chambre et de faire comme si elle n'existait pas.

Si Ella avait pris l'habitude, quelques mois auparavant, de rester dans sa chambre et que cette situation lui plaisait bien, depuis qu'elle avait rencontré Jed, c'était différent. Sa solitude s'était transformée en une solitude à deux et elle y avait pris plaisir. Or, encore une fois, Jed coupait court à tout ce qui avait pu les lier ces dernières semaines, et même ces derniers mois, pour une raison qui lui échappait. Elle sentait qu'il manquait quelque chose à sa vie, lorsqu'il agissait comme ça, et elle était en colère contre lui lorsqu'il s'amusait à jouer avec l'attachement qu'Ella avait à son égard dans le seul but de lui faire mal. Contrairement à lui, parce qu'il était désormais assez clair qu'il n'en avait rien à foutre, elle était dans tous ses états lorsqu'il décidait de lui fermer la porte au nez sans explications. « C'est quoi, ton problème? » demanda-t-elle plutôt brusquement en reportant son regard, électrique, sur la silhouette de Jed. Elle voulait savoir, peu importe ce que c'était, quitte à en être blessée. Elle ne pouvait pas rester là à espérer que ce n'était qu'une mauvaise passe, que tout rentrerait bientôt dans l'ordre parce qu'elle savait que ce ne serait jamais le cas. Pas avec Jed. Elle ignorait ce qui le troublait au point de refuser même de lui parler et inquiète, elle ne pouvait qu'imaginer le pire. Voulait-il quitter la maison de Lawson et couper tout lien avec elle, après s'être rendu compte que ça ne servirait à rien? Le poussait-elle tellement dans ses retranchements qu'il en avait assez et qu'il préférait redevenir le Jed drogué et perdu que tout le monde connaissait? En avait-il marre de leurs messages cachés, de leurs discussions nocturnes, des moments qu'ils passaient sans parler, parfois, tous les deux?

Elle secoua violemment la tête, comme pour tenter d'effacer les pensées qui lui meurtrissaient l'âme. Il ne pouvait pas faire ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Entre quatre murs | Jed Vide
Message(#) Sujet: Re: Entre quatre murs | Jed Entre quatre murs | Jed EmptyVen 7 Jan 2011 - 0:16

Les yeux de Jed se fermèrent en même temps que l'image disparut de l'écran. Privé de ce prétexte pour ne pas regarder Ella quand elle lui parlait, il préféra garder les yeux fermés et inspirer profondément comme pour s'inciter au calme même s'il savait pertinemment (et ce depuis des années) qu'une simple inspiration n'avait jamais réussi à le tranquilliser quand il sentait la colère monter en lui. « Tu m'évites depuis hier. Tu ne me parles même pas lorsque je rentre. Tu as l'air de vouloir étrangler quelqu'un, moi la première. Tu ... » Ta gueule Ella, ta gueule ! Les lèvres pincées, le regard orageux, Jed se retenait, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure. Incapable d'ouvrir la bouche sous peine d'aboyer comme un chien enragé, il ne crevait d'envie que d'une chose : qu'elle s'en aille, mais rien - pas même son application à fixer la table de salon plutôt que le regard de la jeune fille - n'aurait pu l'aider à ne pas exploser lorsque cette dernière fit l'erreur de lui demander : « C'est quoi, ton problème? »

Impulsif, il se redressa sans crier gare et se cogna les tibias contre la table sans manifester le moindre signe de douleur apparente. Dans son empressement de mettre de la distance physique entre eux, il marcha à reculons et fit dangereusement tanguer l'un des lampadaires qui servait d'éclairage au canapé lorsque Lawson décidait d'y lire son journal. « J'AI PAS DE PROBLÈME ! » S'emporta-t-il alors en illustrant ce cri du cœur d'un grand moulinet fait avec les bras et qui démontrait clairement que cette affirmation n'était rien d'autre qu'un mensonge éhonté. « J'AI LE DROIT DE PAS AVOIR ENVIE DE PARLER NON ?»

Dans quoi s'enfonçait-il au juste, il n'aurait pas su dire. Pourtant, il avait bien conscience que le problème n'était pas là et que la tension ne venait pas de l'envie ou non de parler avec elle, mais comment être sincère et jouer carte sur table quand son interlocutrice ne savait pas qu'il savait ce qu'elle n'osait pas lui dire (à savoir qu'elle était amoureuse de lui et que Sally avait vendu la mèche ...) ? Dépassé par l'afflux de sentiments contradictoires qui lui meurtrissaient l'esprit, Jed se raccrochait aux branches comme il pouvait sans même se rendre compte qu'il était en train de gâcher tout ce qui ne l'avait pas encore été par les révélations de Preston. S'énerver de la sorte sur une Ella qui n'avait rien fait ne l'aiderait pas à se sentir mieux, il le savait, mais il ne pouvait se résigner à rester calme et à prendre encore et toujours sur lui quand cette dernière s'acharnait à lui tendre perche sur perche pour le faire sortir de ses gonds, car, après tout, si elle n'avait pas été si proche de lui et si elle ne s'était pas entêtée à s'imiscer dans sa vie, rien de tout cela ne serait arrivé. D'accord il avait été stupide de ne pas la repousser assez fort dès le début, mais l'idée de se dire qu'elle avait sa part de responsabilités dans cette affaire n'arrivait pas à s'effacer de son esprit.

Perdu entre déception, colère envers lui même et abattement, il ne pouvait résister à l'envie de crier qui - bien qu'étant une solution de facilité - lui avait toujours permis de se vider de sa rage, même si cela ne durait jamais bien longtemps et qu'il finissait toujours par revenir à son état initialement tragique, à savoir " je suis une bombe qui explose à intervalles réguliers ".


Dernière édition par Jed Vargas le Ven 7 Jan 2011 - 6:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Entre quatre murs | Jed Vide
Message(#) Sujet: Re: Entre quatre murs | Jed Entre quatre murs | Jed EmptyVen 7 Jan 2011 - 4:38

Ella grimaça lorsque Jed se redressa dans un sursaut en se cognant la jambe, consciente que ça avait dû lui faire mal et qu'elle en était principalement la cause. Il semblait au bord de la crise de nerf, fonçant dans la plupart des choses qui se trouvaient sur sa route, comme s'il n'avait plus aucune inhibition. Partagée entre l'envie de lui crier d'arrêter de bouger pour ne pas se faire mal et celle de lui dire d'aller se faire foutre, trop vexée qu'elle était par son comportement, elle resta silencieuse jusqu'à ce que Jed se mette à hurler. « J'AI PAS DE PROBLÈME ! » « C'EST FAUX! » Hurla-t-elle à son tour en fronçant les sourcils et en se redressant rapidement sans faire la même erreur que lui. Elle se planta devant les escaliers sans qu'il n'ait véritablement le temps de réagir, afin de l'empêcher de fuir de quelque manière que ce soit. « J'AI LE DROIT DE PAS AVOIR ENVIE DE PARLER NON ? » Énervée contre lui alors qu'elle ne comprenait pas pourquoi il criait, elle décida finalement de ne pas entrer dans son jeu, même si la déception et la colère menaçaient de la faire flancher. « Non! T'as pas le droit! Parce que c'est pas ça le problème! Tu sais bien que c'est pas ça! » fit-elle en s'approchant de lui, complètement à l'ouest. Elle ne comprenait rien, rien du tout, et surtout pas le ton qui montait entre eux sans même qu'elle ne l'ait deviné. Elle attrapa la première chose qui lui tomba sous la main pour la lui lancer avec vigueur, alors que ce n'était qu'une cravate posée sur la rampe d'escalier. Elle aurait bien saisit le livre sous la lampe de la table de salon et pourquoi pas la lampe - tant qu'à faire! - mais il était trop loin pour qu'elle ne daigne s'avancer et prendre le risque de le voir filer.

Elle préféra donc s'approcher de lui pour le pousser contre le mur, les mains sur ses épaules alors qu'elle le secouait vivement. « Qu'est-ce qui se passe? Qu'est-ce que j'ai fais? » Elle s'était arrêtée, juste devant lui, alors qu'elle secouait la tête de façon à lui faire comprendre qu'elle ne croyait pas être la raison de tout ce remue-ménage. « J'ai pas mérité ça! T'as pas le droit de m'en vouloir! » Sans comprendre, elle avait coupé tout contact physique avec Jed, alors qu'elle aurait presque pu croire que ses mains étaient devenues moites et électrifiées par ce simple contact entre eux, comme si Jed lui avait transmis un choc par le simple fait de fuir autant le moindre rapprochement physique quelconque, même si elle aurait pu tenter de le frapper.

Elle aurait aimé pouvoir lui dire qu'elle comprenait ce qui se passait dans sa tête, que tout était clair et limpide et qu'elle était du même avis que lui. Toutefois, c'était bien impossible. Non seulement parce qu'elle ignorait ce qu'il lui reprochait - parce que c'était bien là tout le problème - mais aussi parce qu'elle ne savait pas ce qu'elle pouvait avoir fait de mal pour qu'il l'évite de cette façon. Il avait décidé, comme ça, qu'elle ne valait soudainement plus la peine qu'il s'y attarde? Qu'elle ne pourrait jamais comprendre ce qu'il ressentait et qu'elle devait continuer à vivre sa vie tranquille et le laisser vivre la sienne, parsemée d'embûches? Mais à quoi pensait-il, bon sang? Ce n'était pas parce qu'elle savait un peu mieux que lui canaliser ses émotions qu'elle ne savait pas comment prendre les révélations qu'il lui faisait! Elle savait se mettre à sa place, sans doute mieux que quiconque et elle savait jusqu'au dernier sentiment qu'il devait ressentir. La culpabilité, la colère, le déni, l'isolement. Tant de sentiments, pour certains contradictoires, qu'elle connaissait pourtant si bien. Pas nécessairement pour les mêmes raisons, mais quand même. « Ça te plaît plus? Les discussions qu'on avait, tout ça? Même le chêne tient encore debout après l'ouragan! Pourquoi tu peux pas voir ça comme un signe? Pourquoi faut toujours que tu gâches tout? » Incapable de fuir son regard, ses prunelles étaient directement plantées dans les siennes, un peu comme si elle désirait le mettre au défi de lui dire qu'il n'avait plus envie de partager des parcelles de sa vie avec elle. Le mettre au défi de lui dire qu'il ne voulait plus jamais la voir et qu'il valait mieux qu'elle l'oublie complètement. Des larmes de colère et d'impuissance glissèrent sur ses joues alors qu'elle reculait d'un pas en les essuyant avec rage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Entre quatre murs | Jed Vide
Message(#) Sujet: Re: Entre quatre murs | Jed Entre quatre murs | Jed EmptyVen 7 Jan 2011 - 6:53

« Non ! T'as pas le droit ! » Plantée devant les escaliers - comme si elle avait eu peur qu'il ne choisisse de fuir, alors qu'il venait clairement de montrer, en criant, qu'il avait décidé d'ouvrir les valves plutôt que de refouler comme il le faisait si souvent depuis plus d'une semaine - Ella venait de commettre l'erreur de dire " non " à un Jed en colère. Un Jed qui - quelque fut son interlocuteur d'ailleurs - n'avait jamais réussi à supporter qu'on le contredise ou qu'on lui impose une limite quelconque là où lui-même ne s'en imposait aucune. « Parce que c'est pas ça le problème ! Tu sais bien que c'est pas ça ! » Raidit par la colère, il ne cilla pas, pas même quand elle lui lança la cravate à la figure comme on aurait lancé un torchon sale au visage d'un commis qui aurait mal fait son travail de larbin. Foncièrement - et avec le sens caché qu'il pouvait voir dans cette réflexion (à savoir " je sais d'où vient le problème, je vais tout t'avouer ") - il aurait peut-être réussi à se calmer en acceptant de la laisser parler et en se disant qu'il fallait que la pilule passe pour que la crise s'apaise, mais c'était sans compter sur le fait qu'elle s'approche de lui et qu'elle se permette de l'agresser une nouvelle fois, pas tant par la violence de sa poussée que par le fait de poser ses mains sur lui d'ailleurs. Braqué et plus renfermé qu'une huitre, Jed recula jusqu'à se retrouver coincé contre le mur tout en essayant de contenir sa colère pour éviter de lui retourner la droite bien serrée qui le démangeait depuis l'instant même ou ses doigts étaient entrés en contact avec la peau nue de ses épaules. « Me touche pas ... » Persifla-t-il alors, comme un avertissement destiné à lui faire savoir qu'elle poussait le bouchon beaucoup trop loin pour que sa volonté de ne pas devenir violent puisse résister à la tentation. « Qu'est-ce qui se passe ? Qu'est-ce que j'ai fais ? » « Me touche pas j'te dis ! » La baffe allait partir, il sentait les muscles de son bras se tendre ... « J'ai pas mérité ça ! T'as pas le droit de m'en vouloir ! »

Un poil relaxé par le fait qu'elle arrête enfin de lui tenir les épaules, Jed ne détournait plus le regard. La colère, la rage, la rancœur, tout ça faisait de lui le lion dont ils avaient parlé quelques soirées auparavant et qui - comme il l'avait prédit (mais elle n'avait pas voulu l'écouler ...) - s'appétait à la blesser profondément, faute de l'avaler toute entière, stupide petite souris téméraire. Encore une fois, tout - jusque dans ses formulations de phrases - semblait fait pour lui écorcher les nerfs. " T'as pas le droit de ... ", si, justement, il avait tous les droits qu'il décidait d'avoir si cela le chantait ! Et même si l'heure n'était pas à la reprendre sur sa façon de s'exprimer, sa mauvaise foi et sa colère semblaient vouloir s'accrocher à tous les prétextes pour le foutre en boule et le faire littéralement exploser de rage.

« Ça te plaît plus ? Les discussions qu'on avait, tout ça ? Même le chêne tient encore debout après l'ouragan ! Pourquoi tu peux pas voir ça comme un signe ? Pourquoi faut toujours que tu gâches tout ? » C'était sûrement l'ironie de trop. Révolté par ce qu'il prenait pour un culot monstrueux de la part de l'adolescente, Jed poussa un véritable grognement de rage avant de lui rendre la monnaie de sa pièce en la poussant elle aussi au niveau des épaules, mais sans se rendre compte de toute la force qu'il mettait dans son geste, ce qui la fit perdre l'équilibre et s'écraser deux bons mètres plus loin, sur le sol. « MOI JE GÂCHE TOUT ? MOI ? TU TE FOUS DE MA GUEULE LA OU QUOI ELLA ? TU CROIS QUE JE SAIS PAS A QUOI TU JOUES ? TU CROIS QUE JE VOIS PAS CLAIR DANS TON JEU !? T'AVAIS PAS LE DROIT DE TOMBER AMOUREUSE PUTAIN, J'TE L'AI DIS EN PLUS ! MAIS NON, MADAME EST TROP TÊTUE ET TROP ENTICHÉE DES CASSOS* DANS MON GENRE POUR RENONCER HEIN ? TU KIFFES C'EST ÇA ? ÇA TE BRANCHE LES CAUSES PERDUES ? QU'EST-CE-QUE T'ESSAYES DE TE PROUVER LA AU JUSTE ? »

Quelque part, le fait qu'il ait été son voisin avant de devenir une sorte de colocataire pour elle et Lawson n'était pas plus mal. Au moins, il n'y aurait que les habitantsa de l'autre maison d'à côté pour s'étonner d'entendre quelqu'un hurler de la sorte à cette heure ci de la soirée ...

* = Cas sociaux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Entre quatre murs | Jed Vide
Message(#) Sujet: Re: Entre quatre murs | Jed Entre quatre murs | Jed EmptyVen 7 Jan 2011 - 19:31

Si la première tentative de Jed pour l'éloigner de lui n'avait pas fonctionné, elle comprit très rapidement qu'il valait mieux ne pas le pousser à bout, pas lorsqu'il était dans cet état; état qu'elle ne saisissait pas encore, d'ailleurs. Elle comprit en reculant que Jed semblait se calmer, même si ses tempes bouillaient encore de la colère qui l'avait rapidement envahi. Elle n'hésita pas à formuler une hypothèse quant à son mal-être soudain, mais le reproche lui échappa sans même qu'elle n'ait pu retenir les mots qui lui brûlèrent les lèvres.

Elle entendit le grognement de contestation de Jed, elle le vit s'avancer vers elle, mais jamais elle n'aurait pu croire qu'il la pousserait aussi fortement. Elle ne le pensait pas capable de lui faire mal volontairement et la jeune fille tomba sur le carrelage en posant ses mains derrière elle pour tenter de se retenir, ce qui eut tôt fait de lui octroyer une vilaine douleur au poignet droit. Reculant sans néanmoins se relever, elle secouait la tête, interdite, laissant de nouvelles larmes de déception couler le long de ses joues sans même prendre la peine de les essuyer, ses prunelles, presque effrayées, posées dans celles de Jed, électriques. « MOI JE GÂCHE TOUT ? MOI ? TU TE FOUS DE MA GUEULE LA OU QUOI ELLA ? TU CROIS QUE JE SAIS PAS A QUOI TU JOUES ? » « Arrête de crier! » supplia-t-elle alors qu'elle se redressait lentement, tremblante, frottant son poignet sous les remarques toujours aussi fortes de Jed. « TU CROIS QUE JE VOIS PAS CLAIR DANS TON JEU !? T'AVAIS PAS LE DROIT DE TOMBER AMOUREUSE PUTAIN, J'TE L'AI DIS EN PLUS ! MAIS NON, MADAME EST TROP TÊTUE ET TROP ENTICHÉE DES CASSOS DANS MON GENRE POUR RENONCER HEIN ? TU KIFFES C'EST ÇA ? ÇA TE BRANCHE LES CAUSES PERDUES ? QU'EST-CE-QUE T'ESSAYES DE TE PROUVER LA AU JUSTE ? » Sous le choc, les bras d'Ella retombèrent mollement contre son corps alors que ses sourcils se fronçaient d'incompréhension. C'était donc ça, le problème? Il la croyait amoureuse de lui? La jeune fille ressassa en un instant les derniers jours en la compagnie de Jed et ne comprit pas d'où cette affirmation pouvait bien venir. Son cerveau tentait en vain de trouver une allusion qu'elle aurait pu faire, sans le vouloir, et qui aurait pu être mal interprétée. C'était donc pour ça, qu'il ne voulait plus qu'elle le touche. C'était donc pour ça qu'il était allé dormir si tôt, le soir d'avant.

Vexée par les mots blessants et cinglants de Jed, la vraie question n'était pas de savoir si oui ou non, ses propos étaient fondés, mais plutôt pourquoi ils instauraient dans sa tête toutes ces interrogations, tous ces « peut-être » et ces sentiments contradictoires qui se bousculaient. « Tu te trompes! » avoua-t-elle en tournant les talons pour grimper les escaliers deux par deux, ne se retournant que lorsqu'elle en fut à la moitié. « T'es PAS une cause perdue, quand est-ce que tu vas t'en rendre compte? La question, c'est pas qu'est-ce que MOI j'essaie de prouver, mais qu'est-ce que TOI, tu veux laisser transparaître en agissant comme ça! » Elle attendit quelques secondes, mais secoua finalement la tête en posant son regard sur la silhouette de Jed.

« Oh et puis... T'as raison. T'es une cause perdue! » Furieuse, triste, blessée, elle se mordit la lèvre sous les remords qui l'affligeaient déjà et elle demeura silencieuse, sans trouver la force nécessaire pour gravir les marches qui restaient. Son poignet lui faisait mal et c'est dans un murmure qu'elle affirma, en secouant la tête légèrement comme pour tenter de remettre ses propres idées en place: « De toute façon, je suis pas amoureuse de toi. » Elle ne sut dire si ces mots venaient du fond de son coeur ou d'une rancoeur passagère qu'elle avait pour Jed, mais tout ce qu'elle savait, c'est qu'ils étaient là. Spécifiques au « Tu n'avais pas le droit de tomber amoureuse » qu'il lui avait dit quelques secondes plus tôt. Lorsqu'elle était vexée, Ella ne pouvait que blesser en retour et elle soutint le regard de Jed, comme pour lui montrer qu'elle n'avait pas peur, alors qu'elle était terrifiée. Non seulement terrifiée à l'idée qu'il s'en prenne de nouveau à elle, mais surtout terrifiée à l'idée qu'il disparaisse soudainement, par sa faute.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Entre quatre murs | Jed Vide
Message(#) Sujet: Re: Entre quatre murs | Jed Entre quatre murs | Jed EmptyVen 7 Jan 2011 - 23:37

Qu'elle supplie, qu'elle pleure ou qu'elle manifeste des signes évidents de douleurs suite à sa chute, rien n'aurait pu empêcher Jed de s'arracher la voix et de gueuler toujours plus fort. Trop de colère, trop de frustration, trop de malêtre : il lui était impossible de se calmer pour se sortir de cet état de crise qui lui donnait envie de tout casser autour de lui. Debout dans le silence pesant qui suivit sa tirade, face à elle et les poings serrés, il garda les sourcils froncés tout en la défiant du regard, bien que l'expression d'incompréhension et de colère froide qu'elle lui rendait lui laissait deviner qu'elle ne se contenterait pas de déguerpir comme il l'aurait souhaité mais qu'elle allait plutôt s'acharner à lui tenir tête, ce qui promettait encore de belles secondes de torture pour ses nerfs à vif. « Tu te trompes ! » Agressif, Jed se serrait bien vu taper du pied sur le carrelage pour la forcer au silence, mais elle lui tourna le dos et se précipita dans les escaliers, le laissant passablement désarmé face à cette réaction à laquelle il ne s'était pas attendu. Contradictoire jusque dans ses désirs les plus simples, il se lança à sa poursuite en décidant que - finalement - elle n'avait pas le droit de le foutre en boule puis de fuir sans lui laisser le temps de déverser toute sa colère sur elle. Il n'était pas un pétard qu'on allume et duquel on s'éloigne avant que ne retentisse la déflagration ; maintenant qu'elle l'avait poussé à s'exprimer il fallait qu'elle accepte de se faire éclabousser par tout ce qu'il avait à dire !

Lancé à sa poursuite dans l'escalier, il ne stoppa sa course qu'en la voyant piler net et se retourner pour lui faire face. « T'es PAS une cause perdue, quand est-ce que tu vas t'en rendre compte ? La question, c'est pas qu'est-ce que MOI j'essaie de prouver, mais qu'est-ce que TOI, tu veux laisser transparaître en agissant comme ça ! » Qu'est ce que ... ? Une main crispée sur la rampe d'escalier, l'autre collée au mur comme pour lui assurer un équilibre le plus stable possible, Jed fulminait en se disant qu'elle n'avait pas le droit de la lui faire à l'envers et que c'était lâche de sa part de retourner ses phrases contre lui. Butté, il ne pipa mot et la dévisagea avec toute l'agressivité dont son regard assassin était capable. S'il avait pu se voir en cet instant, il ne se serait certainement pas reconnu ... « Oh et puis ... T'as raison. T'es une cause perdue ! » Toujours plus irrité par le discours qu'elle lui tenait, Jed s'énervait de ses propres réactions et du propre cheminement de sa pensée. Il ne savait plus ce qu'il voulait l'entendre dire. Qu'elle le contre-dise l'horripilait, mais qu'elle l'approuve l'agaçait encore plus, il se serait donné des baffes pour ne plus ressentir ce sentiment de tiraillement injustifié.

« De toute façon, je suis pas amoureuse de toi. » Déglutissant difficilement à cause de sa gorge nouée par la colère, Vargas gravît les quelques marches qui le séparaient encore de l'adolescente et la domina de toute sa hauteur, allant jusqu'à briser le tabou du contact physique pour coller son torse contre elle de façon à ce quelle ne puisse pas lui mentir plus longtemps quand il lui cracha au visage dans un murmure aussi venimeux que brouillonnant : « Ah ouais ? Eh bah je te conseille de mieux choisir tes amis Ella, parce qu'en plus d'accueillir des trous du cul sous ton toit, saches que tu comptes des balances dans ton répertoire ... Et c'est pas Sally Preston qui se défendra d'en être une ! » Planté à quelques centimètres d'elle, son visage assez proche du sien pour pouvoir compter les larmes qui s'accrochaient à ses cils, il la toisa un long moment avant de se dégager pour de bon, de la tasser contre le mur et de la doubler pour rejoindre sa chambre dont il claqua la porte avec violence. Une fois à l'intérieur, il se laissa tomber de tout son poids sur le lit qui grinça en encaissant le choc et planta sa tête dans l'oreiller pour étouffer un énième cri de rage avant d'enfin reprendre sa respiration et de fouiller à tâtons sous le sommier pour trouver de quoi se détendre. Quand sa main s'empara du shit qu'il planquait là pour les pétards nocturnes, il se releva tant bien que mal, avança jusqu'au bourreau derrière lequel attendait une bouteille de vodka à moitié vide et coinça le tout sous son coude avant de retourner dans le couloir dans l'optique d'aller se déchirer la gueule loin, très loin de cette maudite baraque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Entre quatre murs | Jed Vide
Message(#) Sujet: Re: Entre quatre murs | Jed Entre quatre murs | Jed EmptySam 8 Jan 2011 - 2:09

Figée au beau milieu des escaliers alors que Jed l'avait rejoint, la jeune fille n'avait même pas la force de le fuir, alors qu'il s'était approché d'elle de telle sorte à coller son torse contre son corps à elle, un contact qui la fit frémir et qui aurait voulu la voir courir pour mettre le plus de distance possible entre eux. La frayeur qui s'empara d'elle à cet instant la submergea, alors que Jed était bien plus grand qu'elle et qu'elle se rendait compte qu'elle ne faisait pas le poids. Elle avait cru qu'il saurait la protéger, elle avait cru qu'il n'était pas le méchant lion que racontaient toutes les histoires; elle avait cru en la fable. Il était pareil aux autres. Et pourtant, malgré tout, une petite voix dans sa tête lui disait qu'elle l'avait cherché, qu'elle n'aurait jamais dû aller le trouver dans le jardin le premier fameux jour. Qu'elle n'aurait jamais dû l'énerver autant ce soir-là. Qu'elle n'aurait jamais dû croire qu'il puisse l'apprécier au point de ne pas la blesser. « Ah ouais ? Eh bah je te conseille de mieux choisir tes amis Ella, parce qu'en plus d'accueillir des trous du cul sous ton toit, saches que tu comptes des balances dans ton répertoire ... Et c'est pas Sally Preston qui se défendra d'en être une ! »

Figée. Interloquée. Abasourdie. Sally qui? Elle avait balancé quoi? Sans comprendre, elle demeura plantée devant Jed, ses prunelles plongées dans les siennes sans qu'elle ne le voit vraiment. Elle avait de plus en plus l'impression qu'elle ne comprenait rien à tout ce qui se passait, que depuis son retour du lycée, elle n'était qu'un pantin à qui on décrivait les évènements qui s'étaient passés sans qu'elle ne puisse rien y changer. Aussi molle qu'une guimauve, elle se laissa pousser contre le mur sans opposer aucune résistance, consciente que Jed lui échappait, mais n'ayant aucune intention de le rattraper. Sally qui? Elle appuya sa tête contre le mur en fermant les yeux, alors que son coeur tentait de reprendre un rythme normal. Passant une main dans ses cheveux, elle se mordit la lèvre en prenant appui sur la rampe, poussant un léger gémissement de douleur alors qu'elle n'avait pas pensé à son poignet encore malmené. Elle grimaça en l'attrapant de son autre main et le bougea lentement afin de s'assurer qu'il n'était pas cassé. Elle aurait sans doute une ecchymose, ce n'était pas grand chose.

Elle grimpa l'escalier avec lenteur dès lors qu'elle eut reprit à peu près ses esprits, dans l'intention convaincante de se retrouver face à Jed pour lui demander des explications. Elle cognerait toute la soirée à la porte de sa chambre, s'il le fallait; il finirait bien par lui ouvrir. Elle n'eut toutefois pas à le faire puisque Jed sortait justement, apparemment prêt pour une virée nocturne en ville. « C'est qui, Sally? » demanda-t-elle d'une voix un peu plus calme, alors qu'elle lui bloquait tout de même le passage vers les escaliers, tant qu'il n'aurait pas abandonné ses idées de fuite. « La seule Sally que je connais, c'est la fille qui est passée avec ses parents pour se présenter. Et tu étais avec moi. » Tentant d'expliquer ce qu'elle avait compris du problème et surtout, tentant de le rassurer quant-au fait qu'elle n'avait jamais parlé à cette Sally, Ella parvenait à comprendre l'esprit troublé de Jed, alors qu'il avait cru, à tort, qu'elle l'aimait, mais elle ne voyait pas pourquoi il se mettait dans un tel état pour une simple question de sentiments; les gens s'aimaient et se détestaient depuis la nuit des temps, ce n'était pas quelque chose de nouveau. Il n'était pas un mec bien. Il avait tenté de la mettre en garde! C'est la raison pour laquelle il était en colère! Il avait tenté de la mettre en garde et il avait cru qu'elle n'avait fait, comme toujours, qu'à sa tête. Bien sûr, ça coulait de source, maintenant!

« Je veux pas que tu partes. Donne. » Elle avait tendu la main avec délicatesse, comme si ce simple geste pouvait lui assurer d'obtenir tout ce qu'elle désirait de Jed. Elle voulait la bouteille de vodka et le joint qu'il cachait contre ses côtes et elle ne comptait pas le laisser descendre ou même le laisser fuir sans l'énerver au point qu'il ne les lui remette. « S'il te plaît? » ajouta-t-elle avec un petit sourire qui semblait vouloir instaurer de nouveau la paix entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Entre quatre murs | Jed Vide
Message(#) Sujet: Re: Entre quatre murs | Jed Entre quatre murs | Jed EmptyDim 9 Jan 2011 - 20:59

A peine eut-il passé le pas de la porte qu'il se retrouva nez à nez avec une Ella qu'il avait imaginée être redescendue dans le salon et qu'il aurait préféré éviter en sortant par la porte de derrière. Toujours en colère malgré le hurlement primaire poussé quelques secondes auparavant pour se calmer, il la détailla d'un air interdit lorsqu'elle lui demanda qui était Sally tout en hésitant entre exploser une nouvelle fois (en partant du principe qu'elle se foutait de sa gueule) ou l'ignorer royalement afin de mieux la contourner. « La seule Sally que je connais, c'est la fille qui est passée avec ses parents pour se présenter. Et tu étais avec moi. » Il y eut, l'espace d'un instant, dans l'innocence et l'incompréhension qui habitaient son regard au moment où elle lui avouait ça, quelque chose qui fit douter Jed sur le bien fondé de cette dispute, des accusations portées et de la véracité de ces dernières, mais, lorsqu'elle lui tendit la main en souriant pour l'inciter à lui donner son kit de défonce express', le souvenir des mots de Sally lui revinrent en mémoire et le braquèrent de nouveau. « Elle m’a dit qu’elle attendait le bon moment, quand vous ne serrez que tous les deux. Elle aurait bien voulu par message, mais elle trouve ça pas assez sincère et elle veut voir ta réaction » Par message ... Personne n'aurait pu inviter ça puisque personne n'était sensé être au courant de l'existence d'une quelconque correspondance privée et intime entre Ella et lui. Personne sauf quelqu'un qui aurait été mis au courant, or lui-même savait n'avoir parler des petits mots échangés avec la blonde à personne. La fuite, la trahison, la déception ne pouvait venir que d'elle ; qui d'autre aurait pu mettre Preston au courant ? Ce raisonnement le fit se sentir plus blessé et plus chagriné que jamais derrière le masque de colère froide qui lui figeait le visage. Il avait toujours cru Ella assez mature et respectueuse de sa vie privée pour ne faire part de ces petites confidences écrites à personne. D'ailleurs, s'il avait pu prévoir qu'elle s'empresserait d'aller raconter tout ça à ses amies écervelées et gloussantes comme des dindes, jamais il n'aurait pris le risque de se confier à elle sur la douleur de son deuil, de sa solitude et de ce qui - au fil des jours et d'autant plus depuis qu'il était rentré de la skins party en compagnie de Rose - prenait des airs de dépression avancée. Jamais ...

« Tu me prendras pas pour un con deux fois Ella, laisse-moi passer ou j't'en colle une ! » Menaça-t-il sans trop savoir s'il se voyait effectivement lui coller une claque ou un poing dans la gueule si elle refusait de s'écarter. « Et arrête de faire la biche innocente, elle est venue me parler figure toi cette nana. Les petits mots, les textos, elle sait tout, tu m'dégoutes, dégage ! » A la colère de la savoir amoureuse de lui s'ajoutait désormais la déception de la découvrir sous un jour qu'il ne lui connaissait pas et qu'il aurait préféré ne jamais lui connaitre. Sa confiance était si précieuse et si difficile à donner que voir l'une des rares personnes à qui il avait réussi à l'offrir le trahir lui donner l'impression qu'il ne se sortirait jamais de ce tourbillon infernal qui le tirait toujours plus vers le bas.

Quand il avait entreprit de foutre sa vie en l'air bêtement suite à la disparition de sa sœur, jamais il ne s'était attendu à ce que tout dérape à ce point. Jamais il n'avait imaginé que fuir Paris pour Miami lui apporterait autant de soucis en plus et jamais il n'aurait fait l'erreur de poser le pieds en territoire américain s'il avait pu savoir que ce geste le ferait s'engluer dans une vie truffée de douleurs extérieures à celle de son deuil. Quelque part, dans son délire d'auto-destruction, il avait toujours vu son malheur comme édifié sur une seule et unique base à prendre en compte : la mort de Sally. Seulement, depuis qu'il était ici, plus les jours passaient et moins il avait le temps de se retrouver seul avec le malheur qui l'avait fait fuir la France. Comme s'il avait aimanté les emmerdes plus efficacement que n'importe qui, Jed se retrouvait désormais contraint à jongler avec tout un tas de souffrances qu'il n'avait pas prévu de s'imposer et qui le faisaient se sentir si mal qu'il en arrivait à se demander ce qu'il foutait là, dans ce couloir, dans cette maison qui n'était pas la sienne, avec ces gens qui n'étaient personne et qui le détournaient du but premier de son existence : se laisser crever tranquillement et en marge du monde en hommage stupide et suicidaire à celle qui était morte à sa place lors de ce maudit saut à l'élastique qui aurait du lui être funeste. Cette trahison et la douleur qu'elle provoquait lui faisaient prendre conscience qu'il ne s'était que trop éloigné du but qu'il s'était donné en migrant pour la Floride. Avoir fait confiance à Ella, s'y être attaché, s'être confié à elle, tout ça faisait partie de la longue liste d'erreurs qu'il avait fait en arrivant ici et cette engueulade ne devait être - au final - que le juste retour du bâton pour avoir cru le temps d'un mois ou deux qu'il avait le droit de rire et de passer le temps avec quelqu'un d'autre que le fantôme de sa sœur.

Bien fait pour ta gueule Jed, va boire et vomir maintenant. Va.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Entre quatre murs | Jed Vide
Message(#) Sujet: Re: Entre quatre murs | Jed Entre quatre murs | Jed EmptyLun 10 Jan 2011 - 0:28

« Tu me prendras pas pour un con deux fois Ella, laisse-moi passer ou j't'en colle une ! » Il allait vraiment la frapper? Effrayée, mais toutefois prête à risquer le tout pour le tout, elle croisa les bras sans reculer d'un poil, alors qu'elle refusait délibérément de le laisser passer. « Et arrête de faire la biche innocente, elle est venue me parler figure toi cette nana. Les petits mots, les textos, elle sait tout, tu m'dégoutes, dégage ! » « JE LA CONNAIS PAS, JE TE DIS! » La jeune fille s'était offusquée qu'il ne la croit pas, alors qu'il ne semblait même pas connaître cette Sally. C'était tellement facile, de croire ce qu'on voulait bien croire, sans prendre la peine de savoir si oui ou non, c'était vrai. Ella en vint même à se demander s'il ne prenait pas la fausse révélation de Sally, parce que c'était dorénavant évident, pour elle du moins, que ses propos n'étaient pas fondés, comme une excuse pour s'éloigner d'elle, alors que c'était ce qu'il voulait depuis le début. C'était tellement facile de mettre les gens de côté, au lieu de tenter une approche. Tellement difficile de s'excuser lorsqu'on se savait être en tort. Pourquoi demanderait-il pardon s'il ne voulait que ça, la blesser? S'il désirait qu'elle abandonne, qu'elle baisse les bras, il n'avait pas le droit de s'excuser. Il devait faire en sorte qu'elle le déteste, qu'elle ne veuille plus rien savoir de lui. C'était sans compter sur la ténacité d'Ella.

La jeune fille s'approcha de lui et posa ses mains sur son torse, de nouveau, comme elle l'avait fait un peu plus tôt, à la seule différence près qu'elle semblait désormais s'accrocher au tee-shirt de Jed comme à une bouée. « Je sais pas ce qu'elle t'a dit, mais je te jure que je la connais pas! J'en parlerais jamais, Jed! Jamais! » Ella n'avait d'ailleurs même pas d'amie proche à qui elle aurait pu raconter ce genre de choses, si tant est qu'elle avait envie de les partager, ce qui n'était pas le cas. Ella gardait pour elle tous les détails qui lui donnaient l'impression d'avoir une vie meilleure, comme si elle prenait un compartiment de son cerveau pour y glisser ses petits bonheurs, aussi futiles soient-ils. Jamais elle n'aurait eu l'idée de les partager avec quiconque, mais pour l'instant, elle était la seule à le savoir et Jed semblait croire dur comme fer qu'elle s'était amusée à révéler leurs secrets.

Consciente qu'elle le retenait toujours par le tee-shirt, elle recula de quelques pas, tremblante. « Comment tu peux la croire, elle? Tu sais même pas qui elle est! Tu l'as vue combien de fois, deux? Et t'es prêt à croire ses conneries? Ouvre les yeux, Jed, tu vois bien qu'elle a dit ça pour t'énerver! » Si Ella ne connaissait pas Sally, il y avait au moins une chose dont elle était certaine: elle n'avait jamais parlé des messages qu'elle échangeait avec Jed. Jamais. Et si Jed lui en voulait autant, elle pouvait presque être assurée que ce ne soit pas lui, non plus, qui ait lâché l'info. Alors si ce n'était ni l'un ni l'autre, c'était Sally la seule coupable, qui avait inventé elle ne savait trop quoi, histoire de les blesser tous les deux. Mais comment avait-elle pu savoir que Jed serait choqué d'une telle révélation? Qu'avait-elle bien pu apprendre pour qu'elle puisse lui retourner le bâton pour que ça colle aussi bien? Comment avait-elle pu savoir, pour les messages et les textos? Elle n'avait rien à faire de ses journées, pour oser détruire celles des autres? C'était pathétique et si Ella ne pouvait pas comprendre le raisonnement qui avait ammené Sally à parler à Jed, elle ne voyait pas comment elle avait pu être mise au courant. Elle ne la connaissait pas! En venant presque à douter de son propre état d'esprit, la jeune fille dut secouer violemment la tête pour chasser les idées qui la terrorisaient. Non, bien sûr, jamais elle n'aurait pu lâcher par erreur une telle information. Il y avait maintenant de longues années qu'elle ne racontait plus rien et qu'elle gardait tout ça pour elle; elle devait décidément exclure le fait qu'elle ait pu le dire par inadvertance à quelqu'un qui aurait pu le dire volontairement à Sally qui l'aurait craché au visage de Jed pour l'emmerder.

« Je t'en prie ... » La jeune fille avait fermé les yeux, suppliante, avant de les ouvrir à nouveau. « Tu dois me croire. » Elle savait que ces dernières paroles, empreintes d'une tristesse infinie, ne changeraient rien au résultat final, mais elle n'avait pas pu s'empêcher de tenter une dernière fois. Juste au cas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Entre quatre murs | Jed Vide
Message(#) Sujet: Re: Entre quatre murs | Jed Entre quatre murs | Jed EmptyLun 10 Jan 2011 - 16:38

« JE LA CONNAIS PAS, JE TE DIS ! » Du mensonge, encore et toujours, Jed sentait la colère retomber comme un soufflet pour laisser place à un sentiment certes moins violent mais ô combien plus douloureux : la déception. La, tendit qu'elle osait lui mentir en le regardant droit dans les yeux, il était juste déçu, las, résigné presque, comme s'il avait fallu qu'il monte très haut sur l'échelle de l'énervement pour mieux s'écrouler très bas au niveau la confiance et estime de l'autre. Silencieux, interdit, dépossédé de son envie de frapper tellement la déception était forte, il la laissa lui agripper le t-shirt en se refermant comme l'huitre qu'il était et en se moquant bien que le clapet de sa coquille lui pince les doigts au passage.

« Je sais pas ce qu'elle t'a dit, mais je te jure que je la connais pas! J'en parlerais jamais, Jed ! Jamais ! » ... Pas de réaction, un pantin aurait été plus expressif. « Comment tu peux la croire, elle ? Tu sais même pas qui elle est ! Tu l'as vue combien de fois, deux ? Et t'es prêt à croire ses conneries ? Ouvre les yeux, Jed, tu vois bien qu'elle a dit ça pour t'énerver ! » Peut-être, mais peut-être pas. Quoi qu'elle en dise, Vargas restait intimement persuadé qu'il ne pouvait pas jouer son pardon sur une coïncidence, or le fait que Sally évoque l'existence de leur correspondance par " coïncidence " lui paraissait presque trop beau pour être vrai. Contrairement à Ella, il n'avait plus assez de candeur ou de naïveté pour encore croire au père Noël, c'était même tout l'inverse : à toujours voir le verre à moitié vide, Jed refusait même d'admettre qu'il puisse être rempli au 3/4, le 3/4 représentant ici le poids de la parole d'Ella contre celui - sensé être beaucoup plus léger - de Preston.

De toute façon - et quoiqu'il arrive - le problème n'était même plus là dans son esprit. La prise de conscience qu'il venait d'avoir vis à vis de son but premier, de son deuil et de la façon dont il s'était laisser distraire de tout cela en arrivant ici lui faisait dédramatiser la situation. Qu'importe, au final, qu'elle mente ou pas ; qu'elle ait rapporté ou pas à cette pseudo-copine ... La leçon à en tirer n'était plus tant dans la forme que dans le fond : pour s'épargner ce genre de crises existentielles, Jed aurait mieux fait de ne jamais créer d'affinités avec Ella, point. Comme c'était prévu au départ et comme ça aurait du être s'il n'avait pas eu ces deux mois de faiblesse à se jeter de la poudre aux yeux en croyant que tout irait peut-être mieux ...

Finalement, il était exaspérant de voir comme un si petit mensonge effectué par une si petite garce et provoquant une si petite dispute à l'échelle planétaire pouvait - à son échelle à lui - provoquer une fin de monde en bonne et due forme. 5 minutes ... Pas plus de 5 minutes pour que le premier domino de la file ne s'écroule et n'emporte avec lui tout le travail relationnel entrepris et accumulé sur deux mois de temps. Un mensonge, une dispute, cinq minutes et deux mois de régression : tout ça pour ça, de quoi se tirer une balle.

« Je t'en prie ... Tu dois me croire. » Le regard triste, l'air fatigué et l'esprit uniquement tourné vers cette constatation aberrante qui semblait lui marteler le subconscient de la manière la plus sournoise qui soit, Jed répondit d'une voix blanche et éteinte : « J'te crois. Laisse-moi passer maintenant. » Croire ou ne pas croire, ça n'avait plus d'importance, il devait partir, c'est tout. Calme (trop ?) il contourna l'adolescente sans plus rien ajouter d'autre et descendit l'escalier comme entouré d'une bulle isolante destinée à lui rappeler qu'il ne devait plus faire l'erreur d'inclure quelqu'un de nouveau dans son monde. Arrivé en bas des marches, il soupira et remonta le couloir jusqu'à faire claquer la porte de derrière qu'il emprunta pour se rendre en direction du parc du quartier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Entre quatre murs | Jed Vide
Message(#) Sujet: Re: Entre quatre murs | Jed Entre quatre murs | Jed EmptyLun 10 Jan 2011 - 23:20

« J'te crois. Laisse-moi passer maintenant. » Si Ella n'avait pas eu l'intention de le laisser filer, elle ne put s'opposer au fait qu'il la contourne pour quitter la maison, redressant une main timide pour tenter de le rappeler, sans succès. Son bras retomba mollement contre son corps alors qu'elle fermait les yeux au claquement de la porte de derrière, consciente qu'il n'allait pas s'amuser sur un terrain de basket pour dépenser son trop plein d'énergie. Elle se mordit la lèvre en se laissant tomber au sol, contre le mur, alors qu'elle laissait libre cours à ses larmes maintenant qu'il était partit. Elle redressa ses jambes contre elle en enfouissant sa tête contre ses genoux, sans savoir si le départ de Jed y était pour quelque chose, ou si c'était plus que ça. Évidemment qu'il y avait autre chose. Le fait qu'il ne la croit pas, principalement. Le fait qu'il instaure de nouveau cette bulle de protection autour de lui alors qu'il refusait qu'elle y pénètre, comme avant. Ella pouvait comprendre ce moyen de défense naturel et impulsif, elle l'utilisait également, s'inventant un monde où il n'y avait qu'elle, afin d'échapper à la vérité, mais avec Jed, c'était différent. Il était comme elle. Il se renfermait sur lui-même et en deux mois, elle avait réussit à s'ouvrir à lui, tout comme il l'avait fait avec elle. Mais il avait tout gâché.

Tentant de sécher ses larmes en frottant ses yeux vivement, elle poussa un soupir de découragement avant de se relever et de se rendre dans sa propre chambre, là où elle pouvait s'asseoir pour écrire tranquillement le message qu'elle lui donnerait pour qu'il puisse réellement comprendre qu'elle n'y était pour rien. Ella n'avait toutefois pas suffisamment d'informations pour défaire les arguments qu'avait énoncé Jed, elle ne savait pas les mots exacts qu'avait utilisé Sally contre eux. Elle mit un long moment pour écrire les quelques lignes de son message, ne sachant pas comment tourner ses phrases, ignorant quoi dire de plus qu'elle n'avait pas déjà dit. Tant pis, il comprendrait peut-être, si elle le lui disait deux fois.

Je sais que tu ne me crois pas même si tu as dis le contraire. Je suis vraiment désolée, Jed. Désolée de n'avoir pas su te prouver que je tenais suffisamment à toi pour ne pas te trahir.

Mais je te jure, je n'ai personne à qui je pourrais dire tout ça, même si je le voulais. Mais j'en ai pas envie. C'est notre méthode à nous et personne n'est obligé de savoir. Je ne sais pas comment elle a pu être mise au courant, peut-être que ce n'était qu'une coïncidence? Qu'elle a tenté sans savoir? Tout ce que je sais, c'est que ce n'est pas moi.

Elle a mentit, Jed.

Ella ♥

La jeune fille avait hésité à dessiner le coeur à la suite de son prénom, mais ne voyait pas, à bien y penser, ce qui pouvait l'en empêcher. C'était la seule marque d'affection qu'elle pouvait glisser dans son message et elle ne s'en priva pas, avant de plier en deux le morceau de papier et de le glisser sous la porte de son ami. Si elle ne l'avait pas retenu lorsqu'il avait décidé de s'enfuir, elle n'était toutefois pas prête à abandonner. Elle était prête à glisser un message sous sa porte tous les jours s'il le fallait.

SUJET TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Entre quatre murs | Jed Vide
Message(#) Sujet: Re: Entre quatre murs | Jed Entre quatre murs | Jed Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre quatre murs | Jed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-