AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -41%
Tefal Ingenio Poignée Amovible Noire
Voir le deal
9.95 €

Partagez | 
 

 Le vent de la discorde ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Le vent de la discorde ... Vide
Message(#) Sujet: Le vent de la discorde ... Le vent de la discorde ... EmptyJeu 30 Déc 2010 - 17:20

15 DÉCEMBRE 2011
Il était aux alentours de 18 heures ce soir là lorsque la silhouette de Jed, rapide et discrète, émergea de l'ouverture taillée dans la haie qui séparait le n° 1525 du n° 1527 - Apple Road. Avide de solitude et d'intimité (comme c'était souvent le cas depuis quelques jours), l'adolescent contourna les quelques débris qui recouvraient encore le jardin suite au passage de l'ouragan. En deux semaines de réparations, la façade de la maison n'avait pas beaucoup changée et le premier étage de ce qui avait jadis été la demeure qu'il avait partagée avec Crash, son colocataire, était toujours aux abonnés absents, emporté on-ne-sait-où par les rafales de vent et obligeant les deux habitants des lieux à se séparer pour vivre leur vie chacun de leur côté le temps que le toit soit reconstruit. A l'heure où Crash avait avancé ses vacances universitaires pour retourner vivre chez ses parents le temps des fêtes et des travaux, Jed, lui, avait emménagé chez Lawson et Ella après avoir été victime d'un harcèlement intarissable de la part de cette dernière qui avait absolument tenu à l'empêcher d'aller élire domicile au refuge que l'association de quartier avait mis en place en réponse au désœuvrement de tous ceux n'ayant plus de toit sous lequel dormir.

Assis sur les marches du perron gondolé par le sinistre, il sortit de sa poche briquet, keps, feuilles à rouler et tabac dans l'optique de s'offrir son premier pétard du soir loin du regard potentiellement soupçonneux de Lawson. Ella n'étant pas encore revenue de sa sortie de l'après-midi, il se savait seul et parfaitement tranquille puisqu'il avait aussi pris soin de laisser son téléphone portable au fin fond de la poche de l'un de ses jeans qui reposait alors sur le lit qu'il occupait dans la chambre d'amis du n°1525. Pensif et silencieux - comme c'était de coutume chez lui - il entama la confection de son joint de manière méthodique, sans réellement prêter attention au manège de sa gestuelle parfaitement rodée par l'habitude. Lorsque le consommable fut enfin prêt, Jed décolla ses fesses du perron pour chercher dans sa poche arrière l'i-pod nano et les écouteurs qu'il s'enfonça dans les oreilles avant de presser la touche lecture.




Bercé par la voix torturée de feu Cobain et - à plus forte raison - par l'allumage de son buzz sur lequel il tira une grande latte en guise de préface, il décida de se laisser basculer vers l'arrière et de ne plus soutenir son poids qu'à l'aide de ses coudes repliés. Sa tête, quand à elle, se braqua en direction du ciel dans lequel son regard distant se perdit en contemplation. Les nuages de la fumée que recrachait sa bouche vinrent ternir la couleur orangée du soleil en déclin et c'est sans s'en rendre compte qu'il se mit à dodeliner du chef au rythme de la musique, presque paisiblement, comme si - d'un point de vue extérieur en tout cas - cet ado comme les autres n'était rien de plus qu'un jeune qui se drogue et non pas un jeune qui cherche à oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Le vent de la discorde ... Vide
Message(#) Sujet: Re: Le vent de la discorde ... Le vent de la discorde ... EmptyJeu 30 Déc 2010 - 18:22

Spoiler:
 

    Allongée sur son lit, Sally regardait le plafond, perdue dans ses pensées. Elle venait d’avoir Effy au téléphone et ne comprenait pas pourquoi cette dernière voulait couper les ponts avec elle. Son amie lui devait tout ! C’est grâce à elle qu’elle était devenue ce qu’elle était, et que les garçons posaient enfin leurs regards sur elle. Sans Sally, elle n’était rien. Certes, elles vivaient loin l’une de l’autre à présent mais tout de même, elle ne pouvait pas l’appeler comme ça du jour au lendemain, et lui demander d’effacer son numéro, de l’oublier. C’était insensé. Sally s’humecta les lèvres en l’insultant à voix haute, bien qu’elle ait raccroché depuis un bon moment déjà. Elle ne voyait qu’une personne capable de retourner le cerveau d’Effy en aussi peu de temps ; Sa mère. Sally n’avait jamais aimé madame Santos. Derrière ses faux airs de femme aimante et mère de famille exemplaire, se cachait en réalité une pro de l’adultère ! Sally l’avait déjà vu avec un homme et aujourd’hui, elle se détesté de ne pas avoir révélé l’info au grand jour. De toute façon, il n’était pas trop tard ? Cette petite coincée d’Effy allait regretter de vouloir l’éjecter ainsi de sa vie. Sally se redressa et attrapa son ordinateur portable pour envoyé un mail bien corsé à quelques langues de vipères qui fréquentaient Effy, mais aussi à la mère de cette dernière qui croyait que sa fille était un exemple de pureté. Sally eut un petit sourire démoniaque et cliqua sur la touche ‘entrée’ de son clavier pour envoyer ce torchon infâme, qui contenait pourtant, toute la vérité… Fière d’elle, elle referma son ordinateur et descendit en bas, pour aller prendre l’air. La mère de Sally était dans la cuisine –comme souvent- en train de préparer le repas. Sally ne pouvait pas la supporter ses derniers temps. C’est elle qui avait décidé de venir à Ocean Grove et Sally ne supportait pas ce nouvel endroit. Sa mère lui lança un regard triste, car elle savait que sa vie ne se sentait pas bien et que New York lui manquait. Elle lui adressa enfin la parole pour lui dire « Tu seras là pour le repas ou je dois te mettre une assiette de coté ma chérie ? et Sally répondit au tac o tac « J’t’emmerde toi et ton repas ! ». Elle était odieuse et sa mère n’essayait même plus de la reprendre lorsqu’elle agissait ainsi. Elle était sa seule fille, la petite reine de la maison et c’est parce que ses parents l’avaient trop gâté qu’elle était une peste aujourd’hui ! Sally, sans même jeter un regard à sa mère, sortit, en prenant bien soin de claquer la porte dernière elle et non pas de la fermer, comme tout le monde ! Sally connaissait sa mère par cœur. Elle essayait de lui parlait parce qu’elle se sentait fautive ou un truc du genre, mais elle ne voulait pas entrer dans son petit jeux, elle préférait de loin lorsqu’elles ne se parlaient pas et qu’elles faisaient chacune leurs vie de leurs coté, en prenant soin de s’éviter. Avec cette réponse, elle était au moins certaine qu’elle lui lâcherait la grappe pendant au moins deux semaines. Elle remonta la rue, dans l’espoir de trouver un petit coin tranquille pour fumer sa cigarette tranquillement, sans qu’un voisin vienne lui demander de ramasser son mégot ou un truc du genre. Ils étaient tellement coincés dans ce quartier, que la jeune femme s’attendait vraiment à tout ! La jeune fille sortir son paquet de cigarette de sa poche et c’est a ce moment que son téléphone sonna. Une sourire se dessina sur son visage ravie, lorsqu’elle lu le nom de la personne qui l’appelait. Effy. Sa mère venait surement de recevoir son mail. Elle se mordit la lèvre inferieur et décrocha « Avant que tu ne dises quoi que ce soit, je tiens à te dire que tu l’as cherché. Je ne suis pas un chien qu’on balance au grès de ses envies, sweetie. Je pensais qu’on était amies, mais ce n’était pas le cas. Je crois qu’on à plus rien à se dire et qu’on devrait plus se parler toi et moi. Tu avais raison Effy. Passe le bonjour à ta mère et à son amant, tu sais, le gros pervers de la boutique de chaussures en face de chez Tina … Byyyye Honey ! » et c’est sans perdre une seconde qu’elle raccrocha. Elle n’en revenait toujours pas qu’Effy ait voulu l’éloigner de sa vie parce qu’elle n’était pas ’fréquentable ‘. Même si elle avait entendue son amie protester à l’autre bout du fil, elle ne lui avait pas laissé le temps de parler et d’ailleurs pour être sur de ne plus l’entendre, elle éteignit son téléphone immédiatement, elle allait enfin avoir la paix et pouvoir la fumer sa clope ! Apparemment trop pressée, la jeune fille fit tomber son paquet. Elle s’abaissa pour le ramasser et lorsqu’elle se redressa, elle vit un garçon d’environ son âge, en train de la regarder ; Jed. Elle le connaissait à peine. En fait, ses parents avait tenu à se présenter eux même à tout le voisinage et elle avait été obligé de les accompagner et de se montrer sous son plus beau jour : sourire, politesse, agrémenté d’un brin d’hypocrisie ! Sally arqua un sourcil en voyant que Jed la regardait et lança à voix haute, pour qu’il puisse l’entendre du perron, ou il était complètement avachi « Qu’est-ce que t’as à me regarder comme ça, branleur ?!»Sally dans toute sa splendeur. La jeune fille jeta ses cheveux en arrière et se dirigea d’un pas décidé vers Jed, peut être bien le seul jeune qu’elle avait croisé à l’extérieur d’une maison depuis qu’elle était arrivé dans ce quartier, qu’elle considérait définitivement comme une secte…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Le vent de la discorde ... Vide
Message(#) Sujet: Re: Le vent de la discorde ... Le vent de la discorde ... EmptyJeu 30 Déc 2010 - 19:48

Portant le joint à sa bouche toutes les minutes environ, Jed savourait ce moment de relâche loin de toutes obligations et de toutes responsabilités. Entouré de sa bulle musicale et transporté par la cavale de son esprit, il se sentait libre, presque serein, et son cœur - d'ordinaire alourdi par le remord et la tristesse - semblait s'alléger peu à peu, comme si la drogue avait eu le don magique d'anesthésier la douleur et de brouiller le canal néfaste sur lequel les ondes de sa dépression émettaient sans relâche. Mimant les paroles du bout des lèvres, il se serait bien vu rester là, sur ce perron en ruines, toute la vie s'il l'avait pu. Et pourtant, quand les derniers accords de guitare lui signalèrent la fin de la chanson, il soupira et se résigna à se redresser légèrement pour choisir un autre morceau de sa playlist qui - il l'espérait - réussirait à reproduire l'effet de soulagement éphémère qu'il venait de ressentir.

C'est alors que son regard s'accrocha à celui d'une fille sur le trottoir d'en face. Penchée pour ramasser un je-ne-sais-quoi qui trainait à ses pieds, elle se redressa et l'interpela avec quelque chose d'agressif dans le regard. Rendu sourd par les premiers accords d'un morceau de Bob Marley qu'il avait choisi pour emboiter le pas à Nirvana, Jed retira nonchalamment ses écouteurs mais ne saisit que la fin de sa phrase : « [...] branleur ?! »

Moment de scepticisme ...

Cette fille, là : sa tête lui rappelait vaguement quelque chose, mais il n'arrivait plus du tout à la situer et le pétard à moitié consumé y était certainement pour quelque chose. La voyant approcher d'un pas déterminé qui ne pouvait rien annoncé de bon en terme de paix dans le monde, de sérénité et d'extase transcendantale, il décida de ne pas faire d'efforts et de lui répondre sur le même ton, agacé qu'on puisse venir l'emmerder alors qu'il n'avait 1) rien fait ; 2) rien demandé ; 3) pas envie qu'on le dérange : « Tires-toi, connasse, t'es chez moi ici. » (Il n'était bien évidemment pas nécessaire de préciser que cette propriété portait le nom des Cooper - parents de Crash - et non pas le sien).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Le vent de la discorde ... Vide
Message(#) Sujet: Re: Le vent de la discorde ... Le vent de la discorde ... EmptyJeu 30 Déc 2010 - 20:23

    Sally arriva à la hauteur de Jed qui lui demanda, aussi gentiment qu’elle l’avait interpellé, de se tirer, en la traitant au passage de conasse. Tiens, il y avait-il finalement des gens ‘normaux’ à Ocean Grove. Les insultes n’étaient pas répréhensible de peine de mort ici ? Elle hocha l’épaule en écoutant d’une oreille distraite le jeune homme qui lui dit qu’ici, elle était chez lui. Blague. Deux petit mur qui peinaient encor à tenir droit après le passage de cet ouragan, et il osait appeler ça « chez moi ». Sally jeta un regard rapide autours d’elle et lança, un sourire au bout des lèvres. « Techniquement, je suis juste dans le jardin tu sais. Je suis désolée de m’être emporté. Je m’appelle Sally, j’ai emménagé il y a quelques jours… » Evidement, elle ne pensait pas un mot de ce qu’elle venait de dire. Sally ne s’excusait jamais sincèrement. Lorsqu’elle le faisait, c’est qu’elle avait une idée derrière la tête. Elle allait habiter à Ocean Grove, elle avait donc tout intérêt à se mettre les gens dans la poche en jouant la fille adorable plutôt que de se faire détester tout de suite en montrant son véritable caractère. De toute façon, elle ne le montrait que très rarement. Sally était sournoise, elle préférait agir à la manière d’un serpent, tout à fait perfidement.

    « Tu as du feu ? » Sans qu’il ne l’y ait invité, Sally s’installa sur le perron aux cotés de Jed. Si ce dernier avait choisi de s’isoler, c’était raté. Et encore, il avait de la chance, parce que Sally, même si elle était détestable n’était pas trop chiante ni difficile à supporter. Elle le dévisagea quelques instant, tentant de se rappeler ou elle l’avait vu mais, elle avait beau réfléchir, ses souvenirs restaient bloqué. Sally se demanda même si elle n’avait pas couché avec lui un soir ou elle était totalement défoncée. Elle ferma les yeux quelques seconde pour réfléchir mais rien… Le trou noir. Elle en conclut que se fut durant une soirée un peu trop alcoolisé. Voyant que Jed ne supportait pas trop qu’elle le regarde ainsi, elle sourit en détournant le regard vers la maison en face de celle devant laquelle ils étaient assis.

    Elle resta pensive sans parler une bonne minute puis déclara sans même le regarder. « C’est bizarre mais j’ai l’impression de se connaitre. Enfin, de t’avoir déjà vu plutôt ». Sally pinça ses lèvres. Ses parents l’avait trainé dans tellement de maisons pour dire bonjour et se présenté qu’elle ne savait plus. Soudain, comme un flash, elle se souvint d’une jolie petite blonde. Elle plissa les yeux et se mit à rire doucement, sans discrétion. « Ah mais oui ! Ella. Tu vis avec Ella. Cette fille est adorable, vraiment ! Je l’aime beaucoup ». Je l’aime beaucoup, je ne la connais pas du tout, quelle différence après tout ? Si Sally se souvenait d’Ella, c’est parce que son père l’avait trouvé très sympathique, gentille, accueillante, tout l’inverse de sa fille et qu’il ne s’était pas gêné pour le lui faire remarquer. Elle se tourna vers Jed, en espérant qu’il lui parle de cette dernière, elle venait d’avoir une idée… Finalement, elle allait peut-être s’amuser ici.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Le vent de la discorde ... Vide
Message(#) Sujet: Re: Le vent de la discorde ... Le vent de la discorde ... EmptyJeu 30 Déc 2010 - 21:49

« Techniquement, je suis juste dans le jardin tu sais. Je suis désolée de m’être emporté. Je m’appelle Sally, j’ai emménagé il y a quelques jours … »

Et une grosse baffe dans ta gueule Jed, une !
" Sally ", certainement le prénom le moins susceptible au monde (du moins à ses yeux) d'être victime d'un quelconque rapprochement avec le mot " conasse ", comme quoi le hasard fait parfois mal les choses. Interpellé, il ne pipa mot, trop afféré intérieurement à se rattraper aux branches tandis que ce violent retour à la réalité lui donnait l'impression de tomber de son nuage de paix et de tranquillité comme un poids mort destiné à entrer en collision sanglante avec le sol terrestre. Lui qui s'était toujours moqué des signes avait la soudaine envie de grincer des dents face à cette ironie du sort qui voulait que cette chieuse porte le même prénom que la personne qu'il aimait le plus au monde et qui - par la même occasion - était certainement la seule dont le prénom pouvait le faire passer du niveau +10 au niveau moins -10 de son ascenseur émotionnel.

« Tu as du feu ? » Interdit, Jed lui tendit son briquet sans sourciller et sans même prendre la peine d'éteindre l'i-pod qui continuait de roucouler du Bob Marley en sourdine. Qu'est ce qu'elle avait à le regarder comme ça ? Il y avait dans sa façon de le toiser quelque chose qui relevait de l'indécence. Il n'aurait pas su expliquer pourquoi cette impression désagréable s'emparait de lui. D'aucun auraient pu supposer que la drogue le rendait paranoïaque, mais Jed - qui n'en était pas à son premier joint - pouvait dors et déjà exclure l'idée d'un bad trip ou d'une perception des choses déformée par les effets de l'herbe et ce petit sourire cynique aux coins des lèvres lorsqu'elle détourna le regard n'anesthésia en rien l'impression de menace latente qui lui disait de rester sur ses gardes ...

Le temps que dura le silence qui s'en suivit, il se persuada que cette antipathie naissante n'était rien d'autre que le fruit du " branleur " additionné au fait qu'elle se permettait de porter un prénom que personne d'autre que sa soeur n'avait le droit de porter. D'ailleurs, lorsqu'elle reprit la parole pour lui faire part de l'impression qu'elle avait de déjà se connaitre, il décida qu'elle ne pouvait pas être si mauvaise que ça, puisqu'elle lui prouvait par cette intervention qu'il n'était pas fou et qu'il y avait bien un rapport de " déjà vu " entre eux. « Ah mais oui ! Ella. Tu vis avec Ella. Cette fille est adorable, vraiment ! Je l’aime beaucoup. »

Nouveau moment de scepticisme ...

Il fallut quelques secondes à Vargas pour se remémorer l'épisode " Bonjour chers voisins, nous sommes les Preston, voici notre fille Sally. Ahhh, et qui voilà, ce sont vos enfants ? Que ? ... Sous tutelle et SDF ? Ah ... D'accord ... Bon bah on va y aller alors (chérie, planque les nains de jardin, y'a de la racaille juvénile chez les voisins!) " qui ne s'était bien entendu pas déroulée de la sorte (la réponse de Lawson à la question " qui sont ces deux jeunes qui vivent avec vous ? " ayant été assez vague pour n'éveiller aucun soupçon), mais que le cerveau de Jed avait traduit tel quel dès que le regard de madame Preston s'était posé sur l'un de ses tatouages sans réussir à cacher une surprise qui dépassait le simple intérêt curieux.

« Ouais ... » Répondit-il alors, conscient qu'elle attendait de lui qu'il s'étende sur le sujet. « C'est ma voisine. Tu la connais d'avant le rituel de présentation aux voisins avec bandeau BCBG dans les cheveux et battements de cils ? » Ironie palpable pour méfiance clairement affichée, maintenant c'était clair : le sans gêne de cette nana ne lui donnait pas tant que ça l'envie de faire connaissance.


Dernière édition par Jed Vargas le Jeu 30 Déc 2010 - 22:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Le vent de la discorde ... Vide
Message(#) Sujet: Re: Le vent de la discorde ... Le vent de la discorde ... EmptyJeu 30 Déc 2010 - 22:25

    Sally tira une latte sur sa cigarette en regardant les débris de maison un peu partout dans le jardin. Tous ces petits bouts de vie éparpillée, ça lui faisait presque quelque chose. Si elle avait vu sa maison, sa vie, partir en fumée à cause d’un ouragan, elle ne l’aurait pas supporté et elle était bien contente de ne pas avoir subit ça. Elle aurait bien remercié le ciel pour cette chance, mais elle ne croyait pas en dieu. La seule chose en laquelle elle croyait, c’était elle. Sally ne pouvait compter sur personne. Personne à part elle. Elle recracha la fumée tout en s’amusant avec le briquet de Jed, qu’elle finit par lui tendre. « C'est ma voisine. Tu la connais d'avant le rituel de présentation aux voisins avec bandeau BCBG dans les cheveux et battements de cils ? » Sally laissa échapper un petit rire. Un rire forcé mais tellement pratiqué que ça en était trompeur. Quoi ? Elle devait le trouver drôle à ce moment précis ? Certainement pas ! Et puis, elle savait pertinemment que si elle lui montrait qu’elle riait, qu’elle était sympa et que la première image qu’il avait eut d’elle était fausse, il arrêterait d’être sur la défensive et ça, c’était son but ! Sally passa une main dans ses cheveux et prit quelques secondes avant de répondre, pour que Jed ait le temps de se poser des questions. « Mon bandeau, c’est la classe, je t’interdis de te moquer ! Je l’ai connu un peu avant oui. On s’entend très bien et on parle beaucoup. D’ailleurs, elle m’a beaucoup parlé de toi tu sais. Je trouve ça tellement mignon de… » En voyant le regard de Jed se poser sur elle, Sally se mordit doucement la lèvre inferieur, en feintant de vouloir caché une certaine gêne. Elle bredouilla, persuadé qu’il était en train de tomber dans le panneau « Euh… Oublis ce que je viens de te dire, elle me tuerait si elle savait mon dieu. Je… Je pensais que tu le savais. Enfin, Bref… » Elle grimaça en posant son regard autre part. Elle adorait jouer ainsi, c’était tellement jouissif de voir le regard des victimes se ternir. Jed se posaient des questions, cela se voyait à des kilomètres. Sally savait que son plan prenait forme. Elle venait de lâcher une bombe, Jed ferait tout le reste et elle allait se délecter du spectacle. S’il n’y avait rien à voir à Ocean Grove, elle allait créer ses propres drames elle-même et le spectacle s’annonçait déjà très plaisant. Sally retira une latte sur sa cigarette. A present, elle s’amusait à compter dans sa tête le nombre de secondes que mettrait Jed avant de laisser sa curiosité exploser. 1…2…3…


Dernière édition par Sally Preston le Sam 1 Jan 2011 - 3:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Le vent de la discorde ... Vide
Message(#) Sujet: Re: Le vent de la discorde ... Le vent de la discorde ... EmptyVen 31 Déc 2010 - 7:43

« Mon bandeau, c’est la classe, je t’interdis de te moquer ! Je l’ai connu un peu avant oui. On s’entend très bien et on parle beaucoup. » D'accord. La question a se poser maintenant était de savoir si les choix d'Ella en terme de relations amicales étaient assez fiables pour qu'il oublie que cette fille venait de le traiter de branleur et reparte à zéro sans l'apriori négatif. Dans un premier temps, il eut dans l'idée de faire confiance au choix de sa voisine, puisque - objectivement parlant - il fallait bien reconnaitre que la morale d'Ella était tout ce qu'il y avait de plus normale et de plus raisonnable (ce qui permettait de se dire que ses choix d'ami(e)s étaient eux aussi raisonnés et normaux), mais il réalisa bien vite qu'il était lui aussi ami avec la petite blonde et que - rien pour ça - il valait le peine de douter du bon sens de cette dernière. Concrètement, s'il avait du établir une relation avec lui-même, Jed aurait certainement été le premier à se traiter de sale type, de gros con et de blaireau fini, ce qui - vous l'avouerez - foutait un sacré coup dans l'aile à la théorie selon laquelle les amis d'Ella étaient forcément des gens bien.

Cependant, lorsque Sally embraya sur un « D’ailleurs, elle m’a beaucoup parlé de toi tu sais. Je trouve ça tellement mignon de … » qui se perdit en regards fuyants et en bégaiements gênés ayant tout l'air de ce genre de gargouillements qu'effectuent un ami sur le point de faire une gaffe concernant une connaissance, il dut bien reconnaitre qu'elle n'avait pas l'air aussi vilaine que ça. D'ailleurs, c'était peut-être pour chercher à se rassurer quand à la sacrosainte image du prénom de " Sally " qu'il décida de se détendre un peu et d'accepter l'idée qu'il s'était peut-être trompé sur le compte de cette nana. Une énième taffe sur son pétard aida sa pensée à aller dans ce sens et c'est avec un regard suspicieux mais plus tellement méfiant qu'il la toisa en analysant ce qu'elle venait de lui dire. « Euh … Oublis ce que je viens de te dire, elle me tuerait si elle savait mon dieu. Je … Je pensais que tu le savais. Enfin, Bref … » Voulait-il vraiment en savoir plus ? Oui et non. N'ayant jamais été homme à ragots ou langue de pute, Vargas ne prenait que rarement part aux rumeurs et - les rares fois où il s'en mêlait - c'était bien souvent pour démentir quelque chose qui se disait sur l'un de ses amis. Seulement, là, il ne s'agissait ni de X ni de Y mais bel et bien de lui et de ce qu'Ella avait pu en dire. En temps normal, il n'aurait certainement pas cherché à savoir, trop conscient que les propos, en passant de bouche à oreille, se déformaient et finissaient par ne plus rien à voir avec ce qui avait été dit au départ, mais les choses étant ce qu'elles étaient (déprime, drogue et le fait qu'Ella soit son hôte depuis deux semaines), il décida de creuser un peu :

« Te parler de moi ? » Répéta-t-il, songeur « ... Et bah ça ne devait pas être qu'en bien pour que tu me traite de branleur d'entrée de jeu. » L'art et la manière de tourner autour du pot par Jed Vargas, 18 ans, défoncé et même pas conscient qu'une conasse se fout de sa gueule ... Exemple à ne pas suivre.


Dernière édition par Jed Vargas le Sam 1 Jan 2011 - 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Le vent de la discorde ... Vide
Message(#) Sujet: Re: Le vent de la discorde ... Le vent de la discorde ... EmptySam 1 Jan 2011 - 4:01

    Ce n’était plus qu’une question de secondes à présent. Une petite poignée de seconde. Sally savait comment prendre les gens, elle était parfaitement habituée et elle s’était tellement amusé à en anéantir d’autre, elle s’était tellement entrainé, qu’elle savait d’entrée de jeu que Jed lui demanderait... Qui pouvait résister plus d’une seconde à sa curiosité ? Elle ne parlait pas d’une personne qu’il ne connaissait pas, elle avait utilisé Ella volontairement. Elle savait que Jed voudrait savoir ce que la jolie blonde disait à son sujet. Mais malheureusement, il ne le saurait pas vraiment parce que tout ce qu’aller lui raconter Sally n’était que mensonges et pure invention. Oui… Jed lui demanderait.
    « Te parler de moi ? » Victoire ! « ... Et bah ça ne devait pas être qu'en bien pour que tu me traite de branleur d'entrée de jeu. » Sally dissimula sa joie. Elle soupira doucement juste après que Jed ait terminé sa phrase. « Je t’ai dis que j’étais désolé ! Et Ella t’aime beaucoup, tu devrais le savoir … » Sally était une vrai garce. Elle savait comment implanter le doute dans l’esprit de n’importe qui. Pour la première étape, elle avait divulgué une bombe, en feintant d’avoir commit une erreur, pour cette seconde étape, elle se contentait d’en dire trop, mais pas suffisamment. En laissant sa phrase en suspens, elle était persuadé que Jed se ferrait des films avant même qu’elle n’ait terminé son petit jeu. Ainsi, quand elle en aurait terminé avec lui, ce qu’elle lui aura révéler passera comme une lettre à la poste ! Elle y allait progressivement pour qu’il ne se doute de rien et que son esprit face, petit à petit, le lien. Sally écrasa sa cigarette à coté d’elle et laissa quelque seconde Jed dans sa bulle. C’était tellement facile qu’elle s’ennuyait presque. Elle posa son regard bleuté sur le jeune homme, et finit par prendre la parole, bien décidé a passé à la troisième et dernière étape de son plan, la –pseudo- révélation. « Tu finiras par le savoir de toute façon, mais je t’en prie, ne dis pas à Ella que je t’en ai déjà informé, elle ne me ferait plus confiance et je ne veux pas perdre son amitié !» La jeune femme marqua une pose en plantant son regard dans celui de Jed. « Je… Enfin. Faut pas qu’elle souffre alors soit cool avec elle quand elle t’en parlera. Bientôt je crois. Elle m’a dit qu’elle attendait le bon moment, quand vous ne serrait que tous les deux. Elle aurait bien voulu par message, mais elle trouve ça pas assez sincère et elle veut voir ta réaction». Elle mentait comme elle respirait. Cela venait tout seul à elle, elle n’avait même pas besoin de réfléchir longtemps, c’était inné. Et pourtant, elle touché là à un point tellement vrai. Ella et Jed communiquait souvent par écrit et ça, même si Sally n’en avait pas la moindre idée, cela rendait ses inventions tellement vraies ! « Voila, Ella est folle amoureuse de toi. Elle est raide dingue. Elle n’arrête pas de penser à toi. Elle veut te le dire mais elle a un bloquage. Elle est triste de la situation dans laquelle elle est et je la comprends, ça doit être dur de vivre avec le garçon qu’on aime sans pouvoir le lui dire. Enfin, tu vois le genre quoi ?! » Sally haussa les sourcils en regardant Jed, comme si elle attendait une réponse de sa part. Elle ne serrait pas étonné de le voir partir sans lui adresser un mot, elle venait un peu de bousiller peut être la seule relation stable qu’il avait a Ocean Grove mais bon, vous connaissez déjà le topo ; diviser… pour mieux régner. La belle ne juerait que par ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Le vent de la discorde ... Vide
Message(#) Sujet: Re: Le vent de la discorde ... Le vent de la discorde ... EmptyDim 2 Jan 2011 - 11:21

« Je t’ai dis que j’étais désolé ! Et Ella t’aime beaucoup, tu devrais le savoir … » Silence pesant. Il y avait, dans le choix du verbe et du quantitatif, quelque chose qui fit se raidir la nuque de Jed tandis qu'il figeait son geste, incapable de tirer sur son pétard maintenant que l'image abstraite d'une Ella mal à l'aise en train de se livrer à une Sally attentive se dessinait dans son esprit, vision déformée et approximative de ce qu'il imaginait avoir été l'échange qui permettait aujourd'hui à Sally de lui balancer cette information qu'il n'était plus si sûr d'avoir envie de savoir, au final. Le regard braqué droit devant lui, le visage fermé, Vargas serra les dents, de plus en plus affecté par l'idée qu'Ella puisse " l'aimer beaucoup " et de moins en moins rassuré quand à la suite de la conversation qu'il se serait bien vu fuir, là, maintenant, tout de suite, pendant que ce qui lui restait de bon sens lui criait de courir loin ou de se boucher les oreilles pour ne pas avoir à encaisser un énième choc émotionnel.

« Tu finiras par le savoir de toute façon, mais je t’en prie, ne dis pas à Ella que je t’en ai déjà informé, elle ne me ferait plus confiance et je ne veux pas perdre son amitié ! » Trop tard, Sally avait repris la parole, il ne pouvait plus s'échapper. Le temps d'un instant, son regard dévia du point invisible qu'il fixait devant lui pour se poser sur Sally et finir par lorgner avec intérêt du côté de son i-pod qui émettait encore en sourdine. L'idée de se remettre les écouteurs dans les oreilles était plus que tentante, seulement voilà, il apparut que Preston n'avait pas la subtilité de faire machine arrière en le voyant se braquer de la sorte. « Je … Enfin. Faut pas qu’elle souffre alors soit cool avec elle quand elle t’en parlera. Bientôt je crois. Elle m’a dit qu’elle attendait le bon moment, quand vous ne serrait que tous les deux. Elle aurait bien voulu par message, mais elle trouve ça pas assez sincère et elle veut voir ta réaction ». Là, le regard de Jed jusqu'alors fuyant se braqua droit sur la balance avec un air interdit qui en disait long sur la façon dont il recevait la mise en garde. Comment pouvait-elle savoir qu'Ella préférait lui parler de vive voix plutôt que par messages ? Nielson était-elle allée jusqu'à trahir le secret de leurs petits mots échangés, que ce fut par texto, avion de papiers ou autres supports susceptibles de faire passer des messages personnels ? Que fallait-il comprendre de ce partage qu'il considérait comme une trahison, lui qui s'était toujours imaginé qu'Ella avait assez de respect et de tact pour ne pas crier sur tout les toits son incapacité à communiquer autrement que par écris lorsqu'il s'agissait de sujets sensibles et/ou profonds. « Voila, Ella est folle amoureuse de toi. Elle est raide dingue. Elle n’arrête pas de penser à toi. Elle veut te le dire mais elle a un bloquage. Elle est triste de la situation dans laquelle elle est et je la comprends, ça doit être dur de vivre avec le garçon qu’on aime sans pouvoir le lui dire. Enfin, tu vois le genre quoi ?! » Tout se mélangeait dans sa tête, tout allait beaucoup trop vite. D'abord apprendre qu'Ella avait révélé l'existence de leur moyen de communication privilégié à une fille qu'il ne connaissait pas, puis découvrir qu'elle était amoureuse de lui, alors qu'il s'était donné tellement de mal pour que cela n'arrive jamais, c'en était trop. Dépassé par le cheminement de sa pensée rendu complétement anarchique par la drogue, Jed se redressa un peu plus et attrapa l'i-pod pour éteindre la musique et enrouler le fil de l'écouteur autour du corps de l'appareil, le geste n'étant pas tant pratiqué pour lui donner contenance que pour s'occuper les mains afin de ne pas s'auto-giffler ou de giffler Sally. Certes, cette nana n'y était pour rien, elle pensait même sûrement bien faire, mais Jed la tenait pour principale responsable de l'envie de pleurer / crier qui venait de l'envahir. A fleur de peau, comme toujours, il ressentait le besoin de réagir excessivement et l'idée même de coller une grosse mandale à cette rapporteuse de malheur avait quelque chose de séduisant pour les nerfs ... Voir le pilier de sa vie à OG (car c'était bien ça, il devait le reconnaitre : sa relation avec Ella avait été le point de départ de tout, le squelette de sa survie en ces lieux) se fissurer et menacer de s'effondrer sous l'action verbale de cette pouffiasse lui donnait des envies de meurtre et d'ingratitude (puisqu'il était évident que - à choisir - il aurait préféré ne pas savoir plutôt que d'avoir à la remercier de l'avoir averti). Incapable de prendre le recul nécessaire pour comprendre que cette Sally n'y était pour rien, il réagit égoïstement en se relevant d'un bond et en jetant ce qui restait de son joint dans le jardin d'un geste rageur.

« Tu sais quoi ?! » L'interpela-t-il d'une voix rendue glacée par la colère qu'il s'efforçait de rendre froide plutôt qu'explosive « Ce que je vois surtout, moi, c'est que tu ferais mieux de fermer ta gueule la prochaine fois, ça profitera à tout le monde, Ella en premier. » Il la détestait. Là, comme ça, sur le tas, en la voyant sursauter face à son changement d'humeur soudain, il décida que cette fille était le diable et qu'elle souillait le prénom de sa sœur en plus de saboter le semblant de vie et de relations sociales qu'il avait réussi à reconstruire ici, loin de Paris et supposément loin des fantômes de son passé. Tout - jusque dans le regard apparemment rempli d'incompréhension qu'elle lui lança en réponse à son énervement - lui donnait envie de la frapper. Elle n'avait pas le droit d'arriver comme ça dans sa vie et de le pousser dans le ravin comme pour rire, elle n'avait pas le droit de lui couper l'herbe sous le pied en lui révélant ce genre de vérité qui dérange, elle n'avait pas le droit d'être honnête et bienveillante. A choisir il aurait préféré qu'elle ferme sa gueule comme tous les autres voisins l'auraient certainement fait s'ils avaient su et qu'elle regarde par la fenêtre pour se régaler du spectacle qui - quoiqu'il arrivât - aurait forcément été sanglant, mais qui le serait fatalement plus maintenant qu'il partait avec une longueur d'avance sur Ella et qu'il avait le temps de se torturer l'esprit en attendant qu'elle vienne lui parler.

« Va te faire foutre ! » Lui cracha-t-il alors au visage en tournant les talons et en prenant la direction de la haie qu'il traversa le visage fermé et les sourcils froncés dans l'optique de s'enfermer dans sa chambre et de ne plus en sortir avant que les poules n'aient des dents.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Le vent de la discorde ... Vide
Message(#) Sujet: Re: Le vent de la discorde ... Le vent de la discorde ... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Le vent de la discorde ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-