AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS Vide
Message(#) Sujet: I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS EmptyLun 27 Déc 2010 - 18:45

I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS 9bae1cI'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS 100823103148116615
I'M NOT YOUR TOY.



Paisiblement allongée sur son lit, ses écouteurs dans les oreilles, Novelie chantonnait doucement les airs qui défilaient sans fin dans son Ipod. Ses volets entrouverts ne laissait rentré que peu des rayons du soleil, la berçant paisiblement. Elle voyait la poussière voler au ralentit dans sa chambre, elle avait fait le vide dans son esprit et ne pensait plus à rien. Il n'y a plus que ça, la musique et cette poussière volage. Les jambes croisées, elle agitait doucement celle qui était suspendue, au rythme de ses chansons. Toujours en pyjama, il était pourtant 14h passé déjà. Mais Novelie était en vacance et n'avait pas eu envie de s'habiller après sa douche. Soudain, la chanson se termina et une nouvelle commença : Bad Reputation de Joan Jett. Aussitôt la blondinette bondit de son lit. Impossible de rester en place avec un rythme pareil ! Dansant alors dans sa chambre, elle se mit à chanter à tue-tête. Elle balançait sa tête dans tous les sens, faisant voler ses longs cheveux de part et d'autre. Par moment, elle mimait les gestes d'un guitariste et reprenait sa danse endiablée, se donnant à fond. Son petit moment d'apaisement c'était bien vite envolé. Mais bouger ainsi de tous les côtés lui faisait également un bien fou. Elle se dirigea vers ses volets et les ouvrit précipitamment, submergeant alors sa chambre d'une lumière éblouissante. Le visage radieux, la jeune fille bondissait, ne se rendant pas compte du bruit qu'elle pouvait faire. La chanson n'était même pas terminé qu'elle aperçu son père dans l'entrebâillement de sa chambre et vu la tête qu'il faisait, il n'était pas content. Elle se stoppa immédiatement et retira ses écouteurs, elle avait cessé de sourire. Son père s'écria alors : « Novelie bon sang ! Ça fait dix minutes que ta mère t'appelle ! Enlève ton truc de tes oreilles et descend voir ce qu'elle veut. Et arrête te sauter partout, je suis juste en dessous et je ne peux pas lire tranquillement. » La jeune fille baissa la tête et éteignit son Ipod en répondant : « Désolé. Je vais la voir. » La mine triste, elle quitta sa chambre et descendit à la cuisine.

A peine rentrée que sa mère commença : « Nove ! Tu n'es toujours pas habillée ? » La jeune fille se contenta d'hausser faiblement les épaules, honteuse. A eux deux, ils venaient de lui gâcher son petit moment de bonheur. Elle ne fit aucun commentaire et sa mère en profita pour lui demander ce qu'elle voulait : « Bon, et bien tu vas devoir t'habiller. J'ai besoin que tu me fasses de courses à l'épicerie. J'ai posé la liste là, sur la table avec de l'argent. » Novelie soupira discrètement mais n'opposa aucune résistance. Ce n'était pas son genre de geindre et de vouloir éviter ce genre de corvée. D'une petite voix, elle lâcha : « D'accord... » Sa mère n'ajouta pas un mot de plus, pas même un mince remerciement. Novelie attrapa le bout de papier qui trainait et les billets et remonta dans sa chambre. Elle enfila un jean clair et un chemisier blanc à la hâte. De simples ballerines, un petit sac fin en cuir qu'elle installa en bandoulière et où elle glissa le papier, l'argent ainsi que ses clés et son portable. Puis elle redescendit et sortit de la maison sans demander son reste. Évidemment, elle y alla à pied. Heureusement pour elle, ce n'était vraiment pas loin. Mais il était déjà arrivé qu'elle doive se rendre dans le centre ville pour dépanner ses parents. Arrivée sur place, elle attrapa un petit panier et commença ses emplettes. De la farine, du sucre, quelques légumes et de la sauce tomate. Il ne manquait plus que les yaourts. Elle se retourna précipitamment mais là, elle percuta quelqu'un de plein fouet et sous la surprise lâcha son panier qui se renversa sur le sol. Confuse, elle lâcha aussitôt : « Oh pardon ! Je ne regardais pas où j'allais... » Mais le visage qui se trouvait devant elle, elle le connaissait parfaitement, c'était Abraxàs. Elle se détendit quelque peu. « Abraxàs... Je ne t'ai pas fait mal au moins ? Je suis tellement navrée... » Elle se baissa alors pour ramasser ses affaires. Elle en profita pour reprendre son souffle et se calmer. Elle ne saurait expliquer pourquoi, mais il la mettait terriblement mal à l'aise. Il avait une façon de se comporter avec elle qui n'était pas toujours très claire et Novelie se sentait un peu perdue face à son comportement déroutant. Elle tentait autant que possible d'en faire abstraction, mais ce n'était pas tout le temps évident. Et il fallait dire qu'à force d'être ainsi, Novelie se sentait de plus en plus troublée par le jeune homme. Pauvre Novelie, sa naïveté légendaire l'empêchait de voir la réalité des choses...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS Vide
Message(#) Sujet: Re: I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS EmptyLun 27 Déc 2010 - 19:31

I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS 100823103218402798 I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS Normal_00187
© miss victory & llam
(nul, désolée..)
abraxàs n'est pas vraiment le genre de mec à se faire à manger. le plus souvent possible, il évite cette corvée en se commandant une pizza ou deux, en mangeant des plats déjà préparés, des conserves. à chaque fois, c'était le même refrain. « bordel, c'est dégueulasse! la prochaine fois, je cuisine. » mais à caque fois, il recommençait. à chaque fois il appelait le livreur de pizza pour commander la même chose. à chaque fois il ouvrait une boîte de conserve en faisant la pire grimace qui soit. à chaque fois il prenait les mêmes plats cuisinés qu'il réchauffait en se maudissant de ne pas s'être bougé le derrière pour se préparer quelque chose de potable. mais abraxàs est le genre de type fainéant qui ferait tout pour éviter de ne toucher à une casserole, même cela voulait dire, manger de la merde. les mecs sont tous les mêmes. ils ne toucheront jamais un couteau tant qu'une femme ne partagera pas leur vie. même avec cette option là, ils ne cuisinent pas. bon, j'exagère peut-être un peu. la preuve. aujourd'hui, le mannequin avait décidé de se préparer à manger. d'un autre côté, il n'avait rien d'autre à faire. à part regarder la télé. mais qu'est-ce qu'il y avait au programme? des histoires à l'eau de rose; trop peu pour abraxàs. des dessins animés; ce n'est plus un gamin, arrêtez. des matchs de boxe; trop violent. de rubgy; il ne voyait pas l'intérêt. un match de foot; si c'est son équipe préféré qui joue, le salon ressemblerait à un champs de bataille en moins de deux. alors, il préférait s'atteler à une occupation plus ... calme. certes ennuyeuse aussi, mais calme. après quelques minutes de réflexion, il décida de faire des spaghettis bolognaise. il adorait ça et en avait déjà fait, une fois ou deux. mais il se rappela qu'il n'avait pas de pattes, ni de viande. il soupira avant de mettre sa veste pour se rendre à l'épicerie du coin. il trouverait ce qu'il faut. il prit sa voiture qui était une porsche cayenne. il mit le contact et démarra.
un peu plus de cinq minutes plus tard, il était arrivé. il habitait un peu à l'opposé de l'épicerie et, il fallait l'avouer, avait la flemme de s'y rendre à pied. il avait trop faim. le jeune homme se gara et descendit sa voiture. lorsqu'il entra, un petit son ce produit. il le détestait. chaque fois que quelqu'un entrait ou sortait, ce petit son était produit et cela avait le don de taper sur les nerfs d'abraxàs. il s'éloigna au plus vite et ne prit pas de panier. il n'en avait pas besoin. il n'avait pas grand chose à prendre, ses mains lui suffiraient. « direction les pattes. » il se hâta. il marchait relativement vite. assez vite pour ne pas voir où il allait... paf! il rentra dans quelqu'un. c'était une jeune femme. cette dernière perdit son panier ainsi que le contenu. « oh pardon ! je ne regardais pas où j'allais... » il la reconnu. c'était novelie. un sourire s'afficha sur son visage. ils se connaissaient bien tout les deux. enfin, ils s'étaient souvent croisés. « abraxàs... je ne t'ai pas fait mal au moins ? je suis tellement navrée... » il ria. elle était troublée, semblait-il. c'était marrant. elle l'était presque toujours en présence du jeune homme. ce qui l'amusait beaucoup puisqu'il ne profitait. en effet, il s'amusait à la mettre mal à l'aise. il avait un comportement envers elle juste pour la mettre mal à l'aise. et ça marchait. et lui, il s'en amusait. « novelie... pour me faire mal, il faudrait déjà y aller. » le mannequin lui lança un sourire qui devrait déstabiliser encore plus la demoiselle. il l'observa. les personnes connaissant abraxàs par cœur verrait qu'il n'y avait rien d'autre dans son regard que de l'amusement, du faux. en effet, il n'était pas du tout intéressé par novelie, il aimait quelqu'un d'autre. il prenait juste un malin plaisir à la déstabiliser, et qui sait, lui faire penser des choses, lui faire croire des choses totalement fausse.
« laisse moi deviner. tu fais les courses pour ta mère. c'est pas de chance ça, dis moi. je paris même qu'elle t'a dérangée. tu devais surement être occupée à autre chose. » il lui fit un clin d'œil. à, que c'est bon, n'est-ce pas, hullburry?! elle était naïve, beaucoup trop naïve. et abraxàs en profitait, bien évidement!

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS Vide
Message(#) Sujet: Re: I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS EmptyVen 7 Jan 2011 - 13:01

I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS 9bae1cI'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS 100823103148116615
I'M NOT YOUR TOY.



Abraxàs semblait amusé par tout ça, puisqu'il s'était mit à rire après qu'elle se soit excusée. Ne voyant pas ce qu'il y avait d'amusant, elle préféra garder le silence sur ce passage, légèrement désagréable par ailleurs. Il fallait bien avouer que le rire des autres pouvaient être très blessant par moment. Et là, c'était le cas. Déjà qu'elle était terriblement mal à l'aise, alors si en plus il s'amusait d'elle, ça allait vite devenir insupportable, ingérable même. Une fois qu'elle eu récupéré toutes ses affaires, elle se redressa et recula d'un pas, préférant instaurer un léger espace entre eux. Comme une barrière de sécurité en quelque sorte. « Novelie... pour me faire mal, il faudrait déjà y aller. » Le tout accompagné d'un sourire des plus douteux qui eu le don de la faire virer au rouge. Elle toussota et posa son regard ailleurs que sur lui, avant de répondre d'une petite voix : « Oui c'est vrai... Je suis stupide. » Elle releva les yeux vers lui, et esquissa un petit sourire hésitant, tentant de rire d'elle-même. Même si ce n'était pas vraiment la chose la plus évidente qu'elle ait eu à faire. Sa main serrait hardiment la poignée de son panier, tandis qu'elle ne savait plus quoi faire de l'autre. La tournure que prenait les choses ne l'enchantait que très peu. Ils s'étaient plutôt bien entendu au départ, et Novelie était certaine qu'elle aurait pu faire de lui un ami. Seulement voilà, il avait fallut que tout dérape et qu'il se mette à agir de façon... Déroutante. Depuis ce jour là, tout était partit en vrille pour elle et elle ne parvenait plus à le regarder sans se poser de questions.

« Laisse-moi deviner. tu fais les courses pour ta mère. c'est pas de chance ça, dis moi. je paris même qu'elle t'a dérangée. tu devais surement être occupée à autre chose. » Ça, c'était la honte ultime. La petite fille de 23 ans déjà, qui fait encore les courses pour maman. Elle soupira et roula des yeux avant de fixer ses pieds. Elle passa sa main derrière sa nuque, gênée. Elle haussa discrètement les épaules, avant d'avouer : « Gagné... C'est pathétique hein ? » Elle échappa un petit rire honteux avant d'oser à nouveau poser son regard dans le sien. Mais ce ne fut pas une excellente idée, puisqu'aussitôt elle se sentit déstabilisé, ayant comme l'impression de perdre pied. Ses joues prirent à nouveau une légère teinte rosée, alors qu'elle se déplaçait afin de se mettre plutôt à côté de lui. Il était ainsi plus facile d'échapper à son regard qu'en étant en face. Puis, ressentant le besoin de bouger, de faire quelque chose ou sinon elle allait mourir sur place, elle lança : « Tu n'avais peut-être pas terminé tes courses ? Je t'accompagne, si tu n'y vois pas d'inconvénient bien sûr ! Ça me fera du bien de parler à quelqu'un d'autre qu'à mes parents aujourd'hui. » Ils se mirent en marche, mais dès qu'ils se frôlèrent, Novelie s'écarta d'un pas sur le côté, rétablissant la "barrière" imaginaire qu'elle s'était instaurée. Puis, réalisant qu'elle ne l'avait en vérité même pas salué, ou prit de ses nouvelles, elle s'empressa d'ajouter : « Oh excuse moi, je te rentre dedans mais je ne te dis même pas bonjour ! Décidément. » Elle leva les yeux au ciel, et reprit donc : « Bon alors, comment est-ce que tu vas ? Ça faisait un petit moment qu'on ne s'était pas vu. Depuis l'ouragan je crois d'ailleurs... » Elle cherchait à parler, à faire la conversation afin de se détendre et d'évacuer le stress qui la rongeait. Ma sa simple présence suffisait à la rendre étrange, comme si elle avait des fourmis dans tout le corps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS Vide
Message(#) Sujet: Re: I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS EmptyDim 30 Jan 2011 - 13:18

I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS 100823103218402798 I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS Normal_00187
© miss victory & llam
(milles excuses pour le retard! :-(
en plus c'est nul à crever!)

il remarqua le malaise de la jeune fille. elle vira au rouge au moindre geste du jeune homme. cela l'amusait beaucoup. il s'amusait avec elle. bien que désormais, il ne voulait plus d'elle. enfin, il avait décidé d'arrêter de s'amuser avec elle et de la faire espérer. désormais, il était en couple. et cette personne avait toujours était celle qu'il aimait depuis toujours. depuis plus d'un an maintenant. ça n'avait pas été facile mais maintenant, ça se passait plutôt bien. enfin, pour en revenait à novelie, il s'en fichait. complètement. « non, tu es juste ignorante. » il rit légèrement. il espérait qu'elle n'était pas trop susceptible, sinon, elle serait vraiment blessée par ses paroles. alors que lui, il disait ça, comme ça. ensuite, elle semblait encore plus gênée, débile, lorsqu'il lui demanda si elle faisait les courses pour ses parents. il est vrai qu'à son âge, cela paraissait, improbable. mais bon, c'était comme ça. d'ailleurs, abraxàs ne comprenait pas qu'elle puisse encore habiter avec ses parents. mais elle faisait ce qu'elle voulait. en tout cas, il ne lui demanderait pas, pour l'aider, de venir habiter avec lui. de un, wade n'aimerait pas et de deux, il ne voudrait pas. d'ailleurs, ça ne lui avait jamais effleuré l'esprit ne serait-ce qu'une seconde. elle lui répondit donc que c'était pathétique. il n'allait pas le nier, alors il rit. « non tu aides tes parents, c'est cool. » elle tenta de le regarder mais n'y parvint pas. le genre d'attitude qui donne l'impression à n'importe quel mec, d'être encore plus fort qu'il ne l'ai déjà. « tu n'avais peut-être pas terminé tes courses ? je t'accompagne, si tu n'y vois pas d'inconvénient bien sûr ! ça me fera du bien de parler à quelqu'un d'autre qu'à mes parents aujourd'hui. » il sourit tout en commençant à marcher. ça ne le dérangeait pas qu'elle l'accompagne, ça lui ferait de la compagnie. ensuite, elle s'écarta. alors, il sourit, ne relevant pas ce geste. « oh excuse moi, je te rentre dedans mais je ne te dis même pas bonjour ! décidément. (...) bon alors, comment est-ce que tu vas ? ça faisait un petit moment qu'on ne s'était pas vu. depuis l'ouragan je crois d'ailleurs... » le mannequin sourit, une nouvelle fois. c'est vrai qu'ils ne s'étaient même pas salués. mais ça n'avait guère d'importance, pour lui. du moins avec une personne comme novelie. mais il ne la laissa pas parler toute seule et lui répondit quand même.
« ça va très bien et toi? et oui, au moins depuis l'ouragan. (...) je t'ai tant manqué que ça, donc? » hullburry lui lança un petit sourire narquois. il aimait cette situation mais il devait être le seul. il prit quelques plaques de chocolat dans le rayon et se dirigea ensuite vers les gâteaux. il adorait bouffer n'importe quoi. même avec son métier. de toute façon, quoi qu'il fasse, il était toujours aussi bien fichu.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS Vide
Message(#) Sujet: Re: I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

I'M NOT YOUR TOY || ABRAXAS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Grocer's Shop-