AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -20%
Super Mario 3D-All Stars – Jeu Nintendo Switch
Voir le deal
35.99 €

Partagez | 
 

 N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie Vide
Message(#) Sujet: N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie EmptyMer 8 Déc 2010 - 13:31

N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie 801380asigna23
PETITS MENSONGES ENTRE AMIS.



Nous étions dimanche et Duke était sortit la veille, se saouler un bon coup. Il était rare que Duke boive énormément, pas au point de se trainer par terre et d'avoir envie de vomir en tout cas. Mais là, il y avait une raison : Loreena. La savoir ici, dans le même quartier que lui l'avait complètement déboussolé. Même si ça faisait bien deux ans qu'ils n'étaient plus ensemble, qu'elle était partie comme ça sans lui laisser la moindre chance, il n'était toujours pas parvenu à passer autre chose. Après son départ, il avait sombré à nouveau, redevenant encore pire qu'avant. Il s'était complètement replié sur lui-même, se montrant invivable, odieux et toujours incapable de s'accommoder à la société. Il avait toujours été ainsi Duke, ne réussissant pas à faire comme tout le monde. Toutes ses petites choses qui semblaient bénignes à la majorité de la population était pour lui un véritable calvaire. Et Loreena lui avait fait beaucoup de bien lorsqu'ils étaient sortit ensemble. Ça avait mit du temps, mais elle avait commencé son long travail de re-socialisation et ce n'était pas une mince affaire. Mais elle y était parvenue en partie et c'était bien la seule. Mais en le quittant subitement comme ça -même si au fond elle avait toutes les raisons de le faire- elle avait détruit tout ce qu'elle avait réussie à faire avec lui. Et Duke s'était effondré en même temps. Depuis, ça le rongeait de l'intérieur. Il lui en voulait terriblement de lui avoir infligé une telle souffrance, de ne lui avoir laissé aucune chance de réparer ses erreurs. Mais il n'avait pas cessé de l'aimer quand même. C'était plus fort que lui. C'est donc dans un état psychologique assez troublé et fragile qu'il était sortit la veille et s'était enfilé des verres et des verres. Il ne se rappelait même pas de comment il était rentré chez lui. En tout cas, le réveil fut difficile et violent. Sa tête tournait et il se sentait brassé. Il se souvenait maintenant pourquoi il ne buvait plus autant. La gueule de bois, c'était horrible. Il était déjà 14h quand il se leva et il détestait ça, cette impression de ne pas avoir de journée. C'était horripilant ! C'est donc d'une humeur massacrante qu'il fila sous la douche, espérant pouvoir améliorer son état physique. Et ce ne fut pas une mauvaise idée. Il en sortit plus détendu et son mal de crâne s'était atténué.

Après avoir enfilé un vieux jean foncé -ce qui était extrêmement rare et signe qu'il n'était pas au mieux de sa forme- et un tee-shirt noir il se dirigea dans sa cuisine pour se faire à manger. Il resta près de cinq minutes devant son frigidaire ouvert, sans parvenir à choisir quoi que ce soit. Il finit par attraper des crêpes à la béchamel et au jambon congelés qu'il installa dans le micro-onde. Quelques minutes plus tard, c'était prêt. Il les fit glisser dans une assiette et partit s'avachir dans son canapé. Il alluma la télévision sans trop la regarder. Après avoir finit ses crêpes, il posa son assiette sur sa table basse et continua à ruminer ses pensées. La télé diffusait une vieille série complètement dépassée, mais Duke ne prit même pas la peine de changer, gobant stupidement ce qu'il voyait. Il passa près de 2h ainsi, immobile sur son canapé. Il n'avait pas cessé de penser à Loreena et de tourner et retourner la situation dans tous les sens sans trouver d'issues ou de solutions. Ou presque. Une idée lui traversa subitement l'esprit. Il se redressa sur son canapé, les sens en alertes. Était-ce une bonne ou une mauvaise idée ? Il n'y avait pas 36 mille solutions pour le savoir. Il attrapa son portable, hésitant quelque peu malgré tout. Si son plan échouait, il risquait de perdre Loreena pour de bon et de façon définitive. Mais s'il ne tentait rien, il ne voyait pas non plus comment savoir si elle tenait encore à lui ou non puisque de toute façon elle risquait de l'envoyer balader à chacune de ses approches. Il prit une grande inspiration et commença à taper un message : Abandonne ton bien-aimé quelques heures et vient chez moi, c'est urgent j'ai besoin de toi. La porte sera ouverte, pas la peine de frapper. Duke. Et hop là, le message fut envoyé à Goldie. Bien sûr, quand il parlait de son "bien-aimé" il faisait référence à Sloan chez qui elle se retrouvait coincé par manque de maison. Et il savait combien elle le détestait. Mais lui, ça le faisait rire. Bref. En tout cas, Goldie serait bien la seule à être suffisamment garce pour accepter son idée ou suffisamment franche pour lui dire que son idée était merdique. Enfin, quelque soit sa réponse il avait besoin d'elle. Et ça tombait bien puisque de toute façon, il n'avait pas d'autres amis à part elle. C'était la seule capable de le supporter plus de 5 minutes et également une des rares à ne pas avoir peur de lui et à lui tenir tête sans crainte. Et ça, ça lui plaisait. D'ordinaire ça l'agaçait au plus haut point, mais là, ça l'avait amusé. Allé savoir pourquoi ! Il se souvint de leur rencontre et il eu un petit rire. En réalité, elle était tout aussi insupportable que lui. C'était peut-être pour ça qu'ils s'entendaient bien finalement. Entre chieurs, on se comprend non ?

Il se réinstalla dans son canapé, tel une loque humaine, songeur. Il allait d'abord devoir trouver un moyen d'expliquer la situation à Goldie et lui exposer son idée. Ensuite, il faudrait qu'elle accepte et ça, ce n'était pas encore gagné à vrai dire. Bien que Goldie ne soit pas du genre à faire des chichis et à chercher l'homme idéal pour finir sa vie -en tout cas pas pour le moment aux dernières nouvelles- rien n'était courut d'avance. Il tenta de se calmer un peu et de se rassurer. De toute façon, même si elle n'était pas d'accord avec cette idée là, elle trouvera forcément quelque chose pour l'aider. Il n'y avait plus qu'à attendre qu'elle rapplique maintenant. En espérant qu'elle arrive assez vite, Duke en avait marre de se torturer l'esprit inutilement. Ça ne lui ressemblait pas et il détestait ça. Cette sensation d'être "faible". Il allait devoir se reprendre, rester le Duke qu'il était et Goldie allait l'y aider. Hors de question de s'abaisser face à Loreena. Elle lui avait fait trop mal, il voulait sa vengeance.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie EmptyJeu 9 Déc 2010 - 23:36

N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie 7505068521



Depuis que Goldie Stewart avait eu la chance de devenir la mère d’Austin à plein temps, c’était fini pour elle les grasses matinées le dimanche matin, trainer au lit jusqu’à bon lui semble à s’envoyer des messages avec Casey en essayant de se souvenir de leur samedi soir. Elle avait été réveillée en sursaut par Austin qui avait la fâcheuse idée de la réveiller en lui sautant dessus alors qu’elle dormait encore. Et ne voyez pas là une quelconque marque d’affection, le petit ne trouvait tout bonnement pas la télécommande de la télévision et apparemment Sloan n’était pas dans son lit, c’était pour cela qu’il s’était rabattu sur elle. Elle avait donc dû prendre son courage à deux mains pour s’extirper de sous ses draps, descendre les escaliers et chercher cette maudite télécommande. Il lui fallut plus de dix minutes pour la retrouver au fond d’un affreux vase ; Elle soupçonne Sloan de l’avoir fichu dans ce truc pour que personne ne puisse se puisse fixer comme il le dit, bêtement un écran et s’abrutit. A croire que le bonheur était banni dans cette maison, même celui des autres. Austin voyait dans cet écran son bonheur et pour Goldie s’était une paix royale pendant quelques heures où son fils ne venait pas la fixer sans lui parler. D’accord, elle devait passer du temps avec lui, même le fait qu’il ne parle pas vraiment le faisait légèrement flipper ; Comme si vivre sous le même toit que son pire ennemi n’était pas déjà assez terrifiant. Elle se rendit dans la cuisine où elle versa dans un bol des céréales au chocolat, du lait, y déposa une cuillère et apporta le tout à son fils confortablement installé dans le divan qui prit le bol des mains de Goldie sans même lui jeter un regard, il aurait pu être apporté par la voisine le petit n’aurait même pas remarqué. Elle lui annonça qu’elle allait se doucher et monta à l’étage avant de s’enfermer dans la salle de bain pendant une bonne heure. S’il y avait bien une chose que Goldie Stewart ne supportait pas, en plus de se lever tôt, c’était d’avoir à parler le matin et c’était ce dont elle était victime depuis l’arrivée d’Austin. Quand elle sortit enfin de la pièce, elle redescendit où elle trouva Austin dans la même position dans laquelle elle l’avait laissé et Sloan qui lisait le journal, assit comme à son habitude à l’autre bout du divan, comme si s’approcher de son fils allait faire de lui un vrai père et que c’était ce dont il avait le plus peur. En passant, Austin lui jeta enfin un coup d’œil, elle lui sourit et pour la première fois, le petit le lui rendit. D’accord, elle avait vécu l’un des pires réveils depuis longtemps, mais ce simple sourire l’emplit d’allégresse, une allégresse qui disparut si tôt que Sloan posa les yeux sur elle. Elle lui jeta un regard noir et elle se servir une tasse de café. Depuis qu’ils vivaient sous le même toit, c’était toujours la même chose ; Les deux faisaient tout pour ne pas avoir à s’adresser la parole sauf pour s’insulter, alors le bonjour du matin, fallait vraiment que Goldie se soit cogné la tête très fort pour que cela arrive un jour. Il était convenu que ce matin ce serait Sloan qui s’occuperait du petit puisque Goldie avait prévu d’aller manger chez Tabby qu’elle n’avait pas vu depuis quelques jours. Elle ne savait pas si Presley allait être de la partie pour le repas de ces deux-là et elle ne savait pas si elle était vraiment contre cette idée. Certes, elle détestait Presley, surtout quand celle-ci s’approchait d’un peu trop près d’Austin en voulant jouer les gentilles filles avec lui, mais pour le bien d’Austin, un repas en tête à tête avec l’autre aigri de la vie n’aurait rien d’enrichissant et d’amusant pour un enfant. Il était déjà Onze heure, alors elle déposa sa tasse dans le lave-vaisselle, attrapa son sac à main qui trainait sur la table de la salle à manger et se dirigea vers la porte d’entrée. « J’y vais, Austin veille sur le demeuré en mon absence, je compte sur toi. » Et sur ces mots doux, elle referma la porte et prit le chemin du 1707 Apple Road, l’adresse de la maison de Tabby. Elle avait besoin de faire une pause et la compagnie de Tabby lui ferait le plus grand bien.
Elle venait de terminer son désert en rigolant à une blague que venait de sortit Tabby quand elle entendit son portable sonner. Elle pria de toutes ses forces pour que ce ne soit pas un message de Sloan qui lui annonçait qu’il avait empoisonné leur fils sans le vouloir. Elle fut soulagée quand elle lut que l’expéditeur était en fait Duke. « Abandonne ton bien-aimé quelques heures et vient chez moi, c'est urgent j'ai besoin de toi. La porte sera ouverte, pas la peine de frapper. Duke. » Quand elle avait vu que ce message provenait de son ami, un sourire était apparu sur son visage, mais dès qu’elle lut les mots bien-aimé, il disparut aussi vite qu’il était apparu. Elle s’excusa auprès de son amie et promit de passer dès qu’elle en aurait fini avec Duke et une nouvelle fois, traversa Ocean Grove en direction cette fois, de la maison de Duke sur Lemon Street. Il avait écrit de ne pas frapper alors quand elle arriva devant la porte d’entrée, elle se contenta de tourner la poignée et de pousser la porte. Elle passa d’abord la tête et jeta un coup d’œil autour d’elle. D’accord, elle appréciait Duke, mais elle n’était pas à l’abri d’un coup foireux, surtout après avoir lu que c’était urgent. Il avait peut-être été pris en otage par une furie qui n’aurait pas été contente de leur nuit ensemble et qui le menaçait de lui faire sauter la cervelle. Elle se décida enfin à entrer et à refermer la porte et se dirigea vers le salon puisqu’apparemment la télévision était alluma. Et c’est là qu’elle trouva Duke affalé sur son canapé, une pauvre assiette posée devant sur sa table basse. A en juger par sa tête, il avait trop bu la veille, ce qui n’étonna pas vraiment Goldie. Sa tenue vestimentaire était tout aussi à plaindre que l’expression qu’arborait son ami. Mais elle n’aurait aucune pitié avec lui après l’insulte qu’il avait, elle en était sûre, prit un malin plaisir à écrire. Alors elle lui jeta son sac à main avant d’ajouter « Mon bien-aimé ? Tu te fous de moi c’est ça ? Si je pouvais le tuer, me débarrasser de son corps et le remplacer par un robot qui lui ressemble comme deux gouttes d’eaux et qui obéirait à chacun de mes ordres je le ferais sans pitié. » Elle alla s’assoir à côté de Duke et une nouvelle fois le regarda de plus près de haut en bas pour être vraiment sûre des dégâts qu’elle avait observé juste avant. Elle savait qu’elle était l’une de ses rares amis parce qu’à vrai dire, c’était l’une des rares personnes à pouvoir le supporter. Voyez-vous, monsieur est quelqu’un d’assez spécial, de ronchon, qui se met très vite en colère, lunatique et parfois même violent. Mais Goldie ne s’était jamais laissée faire par lui, dès leur rencontre d’ailleurs elle ne s’était pas laissée marcher sur les pieds par le jeune homme. Alors quand elle avait lu qu’il avait besoin d’elle, elle n’avait pas hésité à abandonner Tabby parce qu’elle le savait, s’il en venait à lui demander son aide, c’était que Duke en avait vraiment besoin. « Je t’écoute, qu’est-ce qui est si urgent ? Que je te rhabille parce que oui, ta tenue est loin de te mettre en valeur. » Elle n’avait aucune idée de ce qui se tramait dans la petite tête du jeune homme, que son ex était de retour en ville et qu’il allait tout faire pour se venger de ce qu’elle lui avait fait subir en rompant avec lui de la façon dont elle avait procédé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie EmptySam 11 Déc 2010 - 12:41

Attendant patiemment que son amie arrive, Duke n'avait pas bougé de son canapé, toujours affalé dessus comme si tout le poids du monde lui était tombé sur les épaules. Il ne cessait de soupirer, retournant le problème dans tous les sens encore et encore, ne parvenant pas à se sortir Loreena de la tête. Bon sang mais pourquoi avait-elle tant d'importance à ses yeux ? Des filles, il y en avait des centaines et il n'avait jamais eu aucun mal à sortir avec. Bon d'accord, il avait peut-être plus de difficulté avec le fait de les garder sur le long terme. En même temps, elles étaient peu nombreuses à la supporter. Et aller savoir pourquoi, les rares qui y arrivaient, c'était lui qui ne pouvait plus se les encadrer au bout d'un certain temps. Oui, c'était trop facile sinon. Mais le jeune homme fut extirpé de ses pensées moroses par un bruit de poignée qui s'enclenchait. Elle arrivait enfin ! Et a vrai dire, il n'avait pas du tout réfléchit à comment il allait lui exposer son problème et ce qu'il attendait d'elle. De toute façon, ça n'aurait pas servit à grand chose puisqu'une fois en face d'elle il était persuadé qu'il ne lui aurait pas dit ce qu'il avait préparé. C'était toujours ainsi. Il fronça les sourcils en ne voyant personne venir. Et bien quoi, qu'est-ce qu'elle fabriquait ? A moins que ce ne soit pas elle ? Il poussa un soupire qui se rapportait plus à un râlement d'ailleurs. Il n'avait absolument pas envie de se lever et d'aller voir ce qu'il se passait. Cependant, son problème fut vite réglé. Il entendit des bruits de talons claquer sur le sol et ce ne fut que lorsqu'il se reçu un sac-à-main en pleine figure qu'il daigna se bouger. Il sursauta et se retourna en posant les yeux sur Goldie, l'air de dire : ça va pas, t'es folle ou quoi ? Mais il n'eut pas le temps d'en placer une que déjà la jolie blonde crachait son venin. « Mon bien-aimé ? Tu te fous de moi c’est ça ? Si je pouvais le tuer, me débarrasser de son corps et le remplacer par un robot qui lui ressemble comme deux gouttes d’eaux et qui obéirait à chacun de mes ordres je le ferais sans pitié. » Duke esquissa un sourire mesquin en l'écoutant, tout à fait satisfait de l'effet qu'avait eu son petit message. Et tandis qu'elle venait s'installer à ses côtés, il répondit d'une voix sournoise et provocatrice : « J'adore quand t'es violente comme ça. » Petit sourire en coin et œillade malicieuse avant de finir par se mettre à rire. C'était vrai qu'il adorait ça. Il n'y avait qu'elle pour être assez folle et sortir ce genre de choses, comme si c'était tout à fait normal. Quoi qu'il trouvait l'idée du robot un peu perverse malgré tout... Mais tant mieux, parce que pour ce qu'il allait lui demander il avait besoin de quelqu'un comme ça.

Il remarqua le regard qu'elle posa sur lui, comme si elle était horrifiée ou désespérée de sa tenue. Il détourna la tête, boudeur. Et elle ne tarda pas à le lui faire remarquer d'ailleurs : « Je t’écoute, qu’est-ce qui est si urgent ? Que je te rhabille parce que oui, ta tenue est loin de te mettre en valeur. » Duke la fusilla du regard. Oui bon d'accord, il était au courant, pas la peine de l'enfoncer encore plus. Retrouvant son regard tendancieux, il finit par répondre : « Si tu préfères, je peux tout enlever... » Petit sourire 100% Duke en mode "j'ai de sales arrières pensées". Mais à force, elle devait bien avoir l'habitude. Retrouvant alors son sérieux, il se redressa sur le canapé et tourna légèrement son buste afin de lui faire face. Parler de tout ça n'était pas évident pour lui. En sachant qu'il allait devoir lui avouer qu'il était encore amoureux de son ex et ça, ça le rendait dingue. Il n'aimait pas que les gens sachent ces petits détails là. Mais il n'avait vraiment le choix, Goldie allait vouloir savoir le fin mot de l'histoire. Il s'éclaircit la gorge en toussotant légèrement. Il se mordit la lèvre inférieure, cherchant ses mots. Puis, il finit par se lancer. Il releva les yeux pour croiser son regard et d'une façon déterminée il commença : « Bon, alors voilà, je t'expose la situation. » Il marqua une légère pause, entretenant le suspens de façon involontaire. « Il se trouve qu'une de mes ex vient de débarquer en ville. Elle s'appelle Loreena et... On est sortit un an ensemble et elle m'a quittée. » Il leva subitement le doigt en signe de prévention, pour l'inciter à se taire et à ne pas faire de remarques désagréables. Il continua, de plus en plus embarrassé. « Et tu comprends que si je suis resté avec elle aussi longtemps... C'était qu'elle avait de l'importance pour moi. » Bon, il ne voulait pas non plus s'éterniser sur la chose. Il en avait suffisamment dit de ce côté là. Après un léger mouvement de main accompagné d'un "bref", il arriva enfin à ce qu'il voulait. « En gros, je veux deux choses : premièrement, me venger. Et deuxièmement, voir si elle tient encore à moi. » Il lui lança alors un petit sourire cynique et ajouta, comme si c'était une évidence : « Et qui d'autre à par toi, la pire garce que j'ai jamais connu, pourrait m'aider dans cette tâche ? » Avant de continuer quoi que ce soit, il se leva et lui fit signe d'attendre quelques secondes. Il marcha jusqu'à son bar, attrapa deux verres, y versa un fond de whisky et des glaçons. Il revint s'asseoir et lui tendit son verre. Puis, après avoir bu une gorgée il finit par déclarer : « Et pour ça, je ne vois qu'une seule solution... Me mettre en couple. » Il posa alors sur elle un regard insistant afin qu'elle comprenne le fond de sa pensée. Restait à voir si elle serait d'accord ou non...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie EmptyDim 12 Déc 2010 - 18:44


« Si tu préfères, je peux tout enlever... » Goldie arqua son sourcil gauche et le regarda lui faire son expression de petit pervers qui rêverait de la culbuter sur son canapé au lieu de lui parler de sa fameuse urgence. Goldie n’avait jamais couché avec Duke, faisait partie de ses rares amis qui si ils avaient eu la chance de la voir nue, ils n’avaient pas eu celle de la faire monter au septième ciel. Elle ne répondit rien à cette remarque et se contenta d’attendre qu’il crache enfin le morceau sur ce qui avait requis un plan d’urgence où elle jouerait très probablement le premier rôle et elle adorait ça. Lorsqu’enfin il daigna ouvrir la bouche, il se contenta de lui dire qu’il allait lui exposer les faits avant de se taire à nouveau. La patience n’était pas un fort pour Goldie, elle aimait que les choses aillent vites et qu’elle n’ait pas à attendre pour qu’elles arrivent. Or Duke faisait tout pour retarder le moment fatidique de sa révélation. La jeune blonde se mit alors à prier assez fort pour qu’il ne lui sorte pas un truc du genre, j’ai des sentiments de plus en plus fort pour toi Goldie, tu es la seule sur cette Terre à me supporter – et Dieu sait quel calvaire elle endure – et je crois que je suis amoureux de toi. Quand le jeune homme rouvrit la bouche, elle laissa échapper un soupir de soulagement quand il lui annonça qu’une de ses ex qui l’avait apparemment quitté était de retour en ville. Elle voulut lui sortir une phrase bien pointue qui lui expliquer que c’était normale qu’elle l’ait quitté, faudrait être dingue pour rester avec lui, mais elle fut stopper dans son élan par le doigt que Duke venait de lever pour la connaissait sans contexte très bien puisqu’il avait anticipé sa réplique. Alors au lieu de prendre un malin plaisir à le taquiner avec ça, elle continua de l’écouter. Lorsqu’il commença son speech comme quoi il avait été amoureux d’elle Goldie se retint de lui rire à la figure. Elle se doutait du mal qu’il devait ressentir à cet instant pour lui faire un tel aveu, mais elle avait tout bonnement du mal à imaginer Duke amoureux de cette fille, mielleux à souhait, la couvrant de cadeau et se pliant en quatre pour que celle qu’il aime puisse vivre comme dans un rêve. Au lieu de rire, elle se contenta de se racler la gorge et se demandait où il voulait en venir. D’accord, cette fille était venue vivre à Miami, elle lui avait brisé la cœur mais qu’est-ce que Goldie pouvait y faire. Elle n’allait tout de même pas aller la tuer elle aussi et la remplacer par un robot programmé à aimer Duke et à lui faire toute les gâteries qu’il souhaitait quand il le voulait ?! Puis elle commença à s’imaginer si un jour un robot était créé et qu’il soit capable de remplacer l’homme dans toutes situations dont une femme aurait besoin de lui. Duke continuait de parler et ses mots retinrent à nouveau toute l’attention de la jeune femme quand il parla de vengeance et qu’il lui fit le plus beau compliment qu’on puisse lui faire, la traiter de la pire garce qu’il n’ait jamais connu. N’importe quelle autre femme normalement constituée aurait pris ça comme une insulte mais pas Goldie Stewart, elle se donnait un tel mal à rendre la vie insupportable pour certaine personne qu’elle détestait alors elle aimait quand on lui reconnaissait ce talent. Venger Duke serait une tâche facile et qui plus est, elle ne connaissait pas cette fameuse ex, elle n’aurait jamais donc aucun problème d’éthique ou de morale. « Et pour ça, je ne vois qu'une seule solution... Me mettre en couple. » Sur le moment, Goldie ne fit pas attention au regard insistant de son ami, alors elle commença à passer en revu dans sa tête toutes les célibataires qu’elle connait capables de jouer le jeu et surtout de supporter Mr Hatfield plus de cinq minutes. Sauf que lorsqu’elle crut avoir trouvé la candidate idéale et qu’elle se reconcentra sur Duke, elle remarqua enfin son regard qui voulait tout dire. Elle n’avait pas besoin de trouver cette fille, s’il l’avait fait venir c’était parce qu’il voulait que ce soit elle cette fille. Goldie pensait ne devoir jouer que le rôle du cerveau machiavélique qui se cacherait derrière ce faux couple, mais apparemment elle devrait aussi jouer l’autre moitié de ce petit mensonge. Elle n’eut pas à réfléchir, la réponse était déjà toute trouvée, elle ne laisserait pas tomber Duke et jouer sa petite amie pourrait être une chose marrante et intéressante. Mais il fallait qu’une condition soit respectée, elle avait encore le droit de voir ses amants pour s’enfermer avec eux dans une chambre d’hôtel pour une séance de sport quotidien. Duke ne serait surement pas contre, après tout, le couple qu’ils allaient former n’était qu’un leurre pour voir si cette fille était encore amoureuse de lui. « J’accepte, on va faire mordre la poussière à cette salope. Je jouerais ta petite amie et tu vas rendre cette fille et tous les mecs verts de jalousie. Quand on la croisera je te couvrirais de compliment et je t’embrasserais à pleine bouche. » Goldie explosa de rire en s’imaginant la scène, elle au bras de Duke en parfaite copine, lui rappelant à quel point il était beau, fort et musclé. Que jamais elle ne le quitterait et qu’ils vivraient ensemble pour toujours. Mais voilà, jouer le parfait petit couple ne suffirait pas à Duke pour se venger. Il faudrait que Goldie rencontre cette fameuse jeune femme et lui en fasse vivre de toutes les couleurs. Et plus elle pensait à cette vengeance et plus une question s’imposait à elle. « Je sais que c’est pas vraiment ce que t’aimerais entendre, mais et si elle n’est pas jalouse, si elle s’en fout ? » D’accord, Duke semblait vraiment perturbé par la situation que lui avait fait vivre cette fille, la rupture et tout ça, mais il ne fallait pas oublier que si elle l’avait quitté c’était pour une raison. Si elle n’était tout bonnement plus amoureuse de lui, s’il avait été avec elle le plus grand connard qui connaisse cette planète ? C’était sûr qu’elle soutiendrait toujours son ami, quel que soit la situation où le degré de faute qu’il pourrait commettre, mais il fallait prendre en compte le fait aussi que son ex peut très bien avoir tourné la page et se ficherait que Goldie sorte avec Duke ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie EmptyMer 5 Jan 2011 - 14:55

On aurait pu croire que le plus dur dans cette révélation, c'était de lui demander de créer un couple monté de toute pièce avec lui dans le simple but de faire enrager Loreena. Mais non, ça c'était venu tout à fait naturellement, ne doutant pas une seconde du plaisir qu'aurait Goldie à se trouver une nouvelle victime à rendre folle. Il était même persuadé qu'elle adorerait ça et qu'elle lui en serait presque reconnaissante. Après tout, Goldie n'était pas son unique amie pour rien non ? Il l'appréciait parce qu'elle était tout aussi givrée que lui, mais dans un autre genre malgré tout. Et il savait à quel point elle était la candidate parfaite pour tenir ce rôle. Non, en fait le plus dur avait bel et bien été de lui avouer qu'il avait eu des sentiments pour une fille. Et encore, elle ne savait pas à quel point il avait été anéantit lors de son départ. Et à vrai dire, il n'avait guère envie qu'elle le sache. La simple idée qu'elle puisse voir en lui la moindre faiblesse le révoltait. Cependant, la réaction de son amie ne lui échappa pas. Ses lèvres avaient tremblées, comme si elle se retenait de rire. Duke se crispa, légèrement contrarié. Il détestait qu'on se fiche de lui, et l'idée qu'elle puisse rire pour cette raison était encore pire à ses yeux. Cependant, il préféra ne pas revenir dessus sinon il était certain qu'il ne pourrait plus la faire taire sur ce sujet et qu'elle ne se gênerait pas pour l'énerver avec ça. Et encore, Duke ignorait les pensées de Goldie. Car s'il avait su qu'à cet instant elle l'imaginait tout mielleux et aux petits soins pour Loreena, il serait devenu fou. Il n'avait jamais été ainsi avec elle. Certes il avait fait des efforts considérables, mais il ne fallait pas non plus pousser les choses trop loin. Disons qu'il avait apprit à être plus... vivable. Et c'était déjà beaucoup pour lui. Mais ne nous méprenons pas, Duke restait Duke. Et même l'amour ne fait pas de miracle. Ça, c'était dans les films à l'eau de rose, ou le "bad boy" tombait amoureux de la gentille fille timide et qu'épris d'amour pour elle, changeait et devenait quelqu'un de bien. Ce n'était que mensonges et fiction. Dans la vrai vie, ça ne se passait jamais comme ça. Et ce n'était pas Duke qui s'en plaignait. Il n'avait nullement l'envie de se transformer en pantin amoureux.

Bref. Il lui exposa alors son plan et il vit le visage de Goldie s'illuminer. Et voilà, il suffisait de lui dire que c'était une garce et qu'on avait besoin d'elle pour un coup foireux et on la rendait heureuse pour la journée. Et après ça, on dit que les filles sont difficiles à satisfaire ? N'importe quoi. Elle mit cependant un petit moment avant de comprendre que c'était de elle qu'il parlait pour son "couple". Commençant légèrement à s'impatienter et à se demander si la couleur de ses cheveux n'avait pas déteint sur son cerveau machiavélique, il fut soulagé de voir qu'elle finit par tilter. Rapide la fille. Mais il oublia bien vite tout ça, car elle n'hésita pas une seconde et répondit comme si c'était une évidence : « J’accepte, on va faire mordre la poussière à cette salope. Je jouerais ta petite amie et tu vas rendre cette fille et tous les mecs verts de jalousie. Quand on la croisera je te couvrirais de compliment et je t’embrasserais à pleine bouche. » Un large sourire cynique se dessina sur les lèvres de Duke. Cette fille était vraiment formidable ! Il ricana légèrement, s'imaginant déjà la scène avec un plaisir malsain. Amusé également par l'égo sur-dimensionner de Goldie lorsqu'elle expliqua qu'il allait rendre jaloux "tous les mecs" il hocha la tête et murmura, plus pour lui même que pour elle : « Tu n'crois pas si bien dire... » A vrai dire, à cet instant il pensait à Gaddièl. Cet espèce de demi-portion qui ne cessait de lui coller aux fesses. Peut-être arrivait-il enfin à s'en débarrasser finalement. Il releva la tête et planta son regard dans celui de son amie, ne cachant pas sa satisfaction. « Je savais que je pouvais compter sur toi sur ce coup là. Je te laisse libre champs sur ce que tu vas pouvoir infliger à Loreena. Fait toi plaisir, surpasse toi, impressionne moi ! » Il savait pertinemment qu'en lui disant "impressionne-moi", elle n'allait pas le décevoir et allait mettre tout en œuvre pour se montrer plus horrible que jamais. Quelle délicieuse femme.

Cependant, la suite de ses paroles ne l'enchanta guère. Retrouvant un air plus sérieux, elle le questionna : « Je sais que c’est pas vraiment ce que t’aimerais entendre, mais et si elle n’est pas jalouse, si elle s’en fout ? » La mine de Duke s'assombrit et il se ferma complètement. Ses poings se serrèrent instinctivement et tout son corps se crispa. Il ne voulait pas penser à cette éventualité, ce n'était pas possible, il refusait catégoriquement cette idée. Il détourna son regard et le posa n'importe où, fixant un point dans le vide. Son souffle s'accéléra alors qu'il envisageait de plus en plus cette possibilité. Peut-être avait-elle refaite sa vie, avec un autre homme... Non, il ne pouvait pas l'accepter. Niant en bloc, il répondit d'une voix sèche : « Impossible. Je sais que lorsqu'elle m'a quitté, elle m'aimait encore. Il n'y a AUCUNE raison que cela ait changé aujourd'hui. » Il se leva précipitamment, ayant subitement besoin de bouger, de faire quelque chose. Ne trouvant rien de mieux à faire, il se dirigea vers son bar où il attrapa un verre et un bon scotch. Il s'en versa un peu, toujours aussi tendu et frustré. Il tourna la tête vers Goldie et demanda sèchement : « T'en veux ? » Au même moment, il réalisa qu'elle tenue il portait. Il roula des yeux et soupira, désespéré. Ça devenait vraiment du grand n'importe quoi tout ça. Voyez comment il s'habillait par la faute de son ex. Il finit par ajouter dans un grincement de dents : « Il faut au moins qu'elle paye. »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

N°1999 ● Petits mensonges entre amis - Goldie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-