AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un dimanche matin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Un dimanche matin Vide
Message(#) Sujet: Un dimanche matin Un dimanche matin EmptyMar 16 Nov 2010 - 22:16

[Tu remarqueras que le stitres et moi, on est vraiment pas copain xD]

    ]Ava avait vu passer une dizaine d’ouvrier chez elle au cours de ces deux dernières semaines. Son père, avait ressentit un besoin de changement et pour lui, des tas de travaux en tout genre s’imposaient. La jeune femme ne comprenait pas réellement pourquoi son père se tuait tant à la tache et pourquoi il désirait à ce point que leur maison change mais bon, elle avait du s’y faire. Seulement voila, les bruits de marteaux qui vous réveille très tôt le matin, c’est supportable une journée, voir deux, mais pas toute une semaine voir plus. Ava était du genre boule de nerfs et lorsqu’elle gardait pour elle un peu trop longtemps ses ressentis, il valait mieux ne pas être à ses cotés lorsqu’elle explosait. Cette semaine, c’était malheureusement arrivé. Elle avait réussit à menacer un ouvrier de mort, tôt le matin, lorsqu’elle le vit faire je ne sais quoi près de la fenêtre de sa chambre. Le pauvre commençait son premier jour dans la résidence des Swinton … Autant vous dire que ce fut également le dernier. Mais bizarrement, ce matin, elle put dormir. Oui, dormir comme une enfant et se réveiller d’elle-même. Ce matin les bruits avaient cessé et pour cause, les travaux étaient finit. Ou du moins presque, il ne manquait que la peinture et bien que cela prenne quelque jour, elle ne risquait pas de se faire réveiller par le bruit d’un coup de pinceau. AMEN… Ce matin là, Ava se sentait heureuse. Les heures de sommeil dont elle manquait n’existaient plus et les affreuse poches qu’on appelle cernes qui avaient prit place sur son visage avaient disparues ! Ava se sentait vraiment bien ! Tellement bien, qu’elle avait prévu de traiter convenablement l’ouvrier qui viendrait s’occuper de la peinture, histoire de se racheter en quelque sorte. Elle s’était tout de même fait remarquer cette semaine et les voisins avaient bien parlé lorsqu’ils l’avaient entendue hurler après l’un des hommes que son père avait embauchés. Elle avait peut être réagit au quart de tour mais, le bruit avait été usant pour ses pauvres petites oreilles. Elle avait raison dans le fond, ils n’étaient obligés de faire tout ce bruit, non ? Quoi qu’il en soit, elle avait perdu toute crédibilité a partir du moment où elle s’était mise à poursuivre l’ouvrier avec le tuyau d’arrosage, alors autant ne plus en parler. Bref, ce matin là Ava avait préparé des petits biscuits ainsi qu’une citronnade pour faire plaisir au travailleur. Si sa conduite avaient été inadmissible la semaine précédente, elle comptait bien se racheter et faire fermer le clapet et certaines langues de vipères dans le quartier. Elle poussa un soupire de soulagement lorsque la sonnerie de la porte retentie. Elle était légèrement impatiente de montrer qu’elle respectait bel et bien les ouvriers. D’autant plus que c’était la vérité. Dans le quartier, on la prenait pour une jeune femme hautaine et bien que parfois, elle ait pu sous entendre quelque petite choses, elle respectait tout le monde. SANS EXEPTION. Enfin si, à part peut être Rhys Blyth qui lui, ne méritait le respect de personne !! C’est un énorme sourire au bout des lèvres qu’Ava ouvrit la porte pour accueillir celui qui travaillerait pour le bien être de son papa durant quelque jours. Jay Machin…wood ? Ava ne le connaissait absolument pas. Elle l’avait peut être croisé une ou deux fois depuis qu’il habitait dans le quartier. D’ailleurs, elle ne saurait dire depuis combien de temps il vivait ici. « Bonjour… C’est pour la peinture, c’est bien ça ? » Ava hocha la tête en lui faisant signe d’entrer et se dirigea droit dans le salon, pensant qu’il la suivait déjà. La porte d’entrée laissé ouverte volontairement ouverte, de toute façon, il n’avait pas vraiment le choix. « Mr Swinton m’a demandé de vous accueillir car il devait se rendre au boulot, un tas de paperasse à régler… Je m’appelle Ava et je suis sa fille.» c’est sur ces mot que la jeune femme arriva dans le salon avec ses biscuits et sa citronnade. Elle voulait se montrer accueillante. Cela n’avait jamais réellement été son fort et elle ne savait pas de quoi parler dans ce genre de situation. Son plateau en mains, elle resta quelque seconde sans parler à regarder le jeune homme qui se trouvait debout face a elle et elle finit par lâcher, en se sentant rougir ; « Heu…Des biscuits ? je les ai fais moi-même ». Ava rougissait de plus en plus, non pas qu’elle ne soit pas habituait a ce genre de situation embarrassante puisqu’il faut dire ce qu’il y ait, la demoiselle avait de mains gauches et que dans le genre maladroite, on pouvait facilement lui accorder la palme d’or. Non, si Ava se sentait rougir, c’était à cause de ce charmant inconnu qui la regardait avec insistance. C’était tellement… bizarre pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Un dimanche matin Vide
Message(#) Sujet: Re: Un dimanche matin Un dimanche matin EmptyVen 19 Nov 2010 - 12:11



Un dimanche

matin.

    AVA SWINTON & JAY MAZELWOOD
    Un dimanche matin Sans_100 Un dimanche matin Sans_101








Depuis son arrivée ici, Jay n'arrêtait pas. Il enchainait les gros chantiers et les maisons du quartier sans un moment de répit. Au départ ça lui avait plu bien sûr, passionné par son métier et détruit par la mort de sa femme, il avait eu besoin de s'occuper tout le temps, sans relâche. Depuis, les gens étaient devenu habitué au fait qu'il bosse tout le temps et il ne savait plus comment ralentir le rythme. Quand il rentrait chez lui le soir il était exténué et n'avait plus le courage de faire quoi que ce soit. Sa maison ressemblait de plus en plus à une porcherie car il n'avait même plus la force de ranger tout ce qu'il utilisait. La vaisselle s'entassait dans la cuisine, ses vêtements sur le sol de sa chambre et la poussière sur les meubles. Souvent quand il rentrait chez lui et qu'il voyait tout ça, il s'imaginait ce qu'aurait dit Marissa. Il imaginait sa voix dans sa tête, ses hurlements, ses reproches et ses critiques. Il l'a voyait s'agiter dans tous les sens, attrapant tout ce qui trainait pour ranger, ou les envoyer sur Jay en le traitant de dégueulasse, de sale fainéant, de bon à rien. Et dans ces moments-là, Jay se mettait à sourire doucement, hésitant. Un peu effrayé de réagir autant face à son imagination. Beaucoup de gens sombraient dans la folie après la perte d'un proche, c'était ce qu'on lui avait dit quand il était été à l'hôpital juste après... la pendaison de Marissa. Depuis, cette idée l'angoissait. Il essayait d'y faire abstraction, de se rattacher à la réalité au maximum et travailler l'aidait beaucoup d'ailleurs.

Mais qu'importe. Nous étions dimanche mais Jay ne connaissait plus la définition du mot weekend et encore moins celui de grasse-matinée. Levé de bonne heure, il se prépara le plus rapidement possible. Il prit à peine le temps de déjeuner, se doucha et enfila sa tenue de travail. Aujourd'hui, il devait travailler chez quelqu'un qui habitait dans la même rue que lui. Un homme l'avait appelé il y avait quelques jours de ça, il voulait refaire les peintures des murs extérieurs de sa maison et avait entendu parler de lui. Jay avait aussitôt accepté, incapable de refuser, comme toujours. Non pas qu'il n'ait pas de caractère, mais voilà, quand il s'agissait du boulot Jay se pliait toujours en quatre pour satisfaire ses clients. Il chargea son matériel dans son 4x4 de travail et se rendit sur le lieu dit. Il jetait un coup d'œil par sa fenêtre de voiture et il réalisait la chance qu'il avait de vivre dans un tel quartier huppé. Sa maison était fantastique, tout était beau et propre. Rien à voir avec les quartiers insalubres qu'il avait pu fréquenter autrefois, quand il se ruinait aux jeux. En vérité il continuait de jouer et de perdre mais il se modérait plus et il fallait dire que maintenant il avait une sacrée fortune sur son compte en banque et qu'il avait en avait placé une partie pour la faire fructifier et être sûr qu'il lui reste toujours quelque chose en cas de coup dur. Alors qu'autrefois, il passait toute sa paye dedans pratiquement.

Une fois arrivé, il se gara devant le portail de la maison et rentra. Il s'occuperait de déballer son matériel après. Avant il voulait ce monsieur Swinton et finir de régler les derniers détails avec lui. Il sonna donc, attendant qu'on vienne lui ouvrir. Mais la suite ne se passa pas vraiment comme prévu. Quand la porte s'ouvrit et qu'il aperçut une jeune femme brune il manqua de tomber en arrière. La stupeur put se lire sur son visage et il eu un mouvement de recul. Il manqua de trébucher sur la marche et de finir les fesses par terre. Cette fille était le portrait craché de Marissa. Une vive douleur lui arracha le cœur et il se sentit se déconnecter de la réalité quelques secondes. Il déglutit, n'arrivant pas encore à réaliser. Il la regardait, méfiant. Il se sentit avoir un coup de chaud et son rythme cardiaque s'était accéléré. « Bonjour… C’est pour la peinture, c’est bien ça ? » Jay ne parvint même pas à hocher la tête. Celle-ci devina toute seule et lui laissa un passage pour qu'il rentre. Toujours muet, Jay rentra en prenant bien soin de ne pas l'approcher. Il ne l'a quittait toujours pas des yeux, comme si tout d'à coup elle allait se mettre à rire, retirer le masque qu'elle portait sur la tête et lui dire que c'était une blague. Mais non. « Mr Swinton m’a demandé de vous accueillir car il devait se rendre au boulot, un tas de paperasse à régler… Je m’appelle Ava et je suis sa fille.» Ava ? C'était beau comme prénom. Original, simple, court. Il aimait beaucoup. Mais il aimait beaucoup moins son visage. Se maintenant toujours à une bonne distance d'elle il finit par répondre : « Sa fille... Oui... d'accord... »

Une fois arrivé au salon elle s'approcha de lui en lui tendant son plateau qui comportait des biscuits et un verre de citronnade et lui proposa d'en prendre, précisant qu'elle les avait fait elle-même. Et là, aller savoir ce qui lui traversa l'esprit, mais prit d'un coup de sang, Jay ne se contrôla pas. Elle était trop près de lui et il avait voulu faire diversion, alors d'un geste rapide et nerveux il donna un coup de poing sous le plateau qui s'envola et vint s'écraser au sol, brisant le verre de citronnade qui s'éparpilla de partout au sol, ainsi que sur les biscuits. Réalisant ce qu'il venait de faire, Jay paniqua. « Oh mon dieu ! Oh je suis terriblement désolé. » Il se mit aussitôt à genoux, ramassant les bouts de verre avec ses mains. Il lui jeta un coup d'œil et lui dit : « Vous allez bien ? Vous n'êtes pas mouillé j'espère ? » Quant à lui, il avait certes reçu pas mal de la citronnade sur son marcel blanc mais il s'en fichait complètement. Ce n'était que son habit de travail, il avait vécu pire ! Il mit les bouts de verre sur le plateau ainsi que les biscuits et se releva. Il voulut lui donner le plateau pour qu'elle aille jeter le tout mais il imaginait déjà leurs mains se frôler. Il tourna la tête à droite et à gauche et remarqua la table basse du salon. Il alla poser le plateau dessus et dit : « Tenez, je vous le rend. Euhh... » Cherchant à faire diversion il demanda, comme si rien ne s'était passé : « Votre père n'aurait pas laissé un papier avec quelques instructions ou à vous peut-être ? Car il me manquait un ou deux détails. » De nouveau à une bonne distance d'elle, il glissa ses mains dans les poches de son jean troué, attendant une réponse de sa part. Et bien, la journée n'allait pas être facile aujourd'hui. La ressemblance était vraiment frappante, ça en était presque effrayant. En tout cas, Jay était troublé et il ne savait pas trop comment réagir.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Un dimanche matin Vide
Message(#) Sujet: Re: Un dimanche matin Un dimanche matin EmptyVen 19 Nov 2010 - 15:42

    En toute circonstance, garder son calme. Voila ce qu’Ava aurait du se mettre dans la tête avant d’aller ouvrir la porte d’entrée. En effet, Jay avait donné un coup au plateau qu’elle portait et c’est tout naturellement qu’il vint terminer sa course sur le magnifique tapis persan de son père. La jeune femme se sentait bouillir. Non, elle n’appréciait pas du tout le comportement bizarre de cet homme intimidant. Elle voulait bien penser que Jay ne l’avait pas fait exprès mais tout de même, elle avait des doutes. Cependant, sa réaction ne montrait en rien que son geste était voulu. La jeune femme ne savait pas trop comment réagir mais en tout cas, on pouvait facilement voir qu’elle était agacée. Elle pinça ses lèvres en passant une main dans ses longs cheveux bruns et planta son regard dans celui de son interlocuteur. Voila qu’il s’excusait à présent. La jeune femme était partagée entre l’envie de lui crier dessus et de le consoler. Ma foi, au final, il ne s’agissait que d’un plateau, elle ne comprenait pas pourquoi il se mettait dans cet état. Elle voyait bien qu’il était complètement paniqué et cela la stressait encore plus. Ne supportant pas de le voir s’agiter pour ramasser tous les bouts de verre, elle s’abaissa à son tour pour l’aider. Et puis c’était quand même embarrassant de le laisser tout ramasser seul. Elle prit un air grave, un air sur joué histoire de détendre l’atmosphère : « Je vous mentirais si je disais que ce n’est pas grave, le tapis n’a pas survécu… Mon père va vous tuer. » Ava releva son visage vers Jay et éclata de rire en voyant sa tête. Elle continuait de ramasser les quelque bouts de verre manquant et lorsqu’il lui demanda si elle n’était pas mouillé, elle répondit : « Non ça va, vous devriez plus vous soucier de votre tee-shirt. Ca risque d’être désagréable pour travailler, non ? Je vais vous en passer un autre mais… Ouchhh. » Ava mit vite le bout de son doigt dans sa bouche. En effet, elle s’était coupée et il faut dire que c’était très prévisible. Tout le monde connaissait Ava pour sa maladresse légendaire. Petite, elle passait son temps à tomber de partout. Aujourd’hui, elle en gardait de beaux souvenirs. Sur son menton, on pouvait voir une petite cicatrice ou encore une autre sur son avant bras droit. Ava tombait et se coupé avec tout, même avec du papier donc… là il s’agissait de verre, c’était inévitable ! Pendant ce temps, Jay se redressa et alla vite poser le plateau sur la table basse du salon. Ava ne savait plus si c’était elle qui était au ralenti ou l’ouvrier qui était tellement stressé que tous ses gestes en devenaient rapides. Ava l’écouta sans le couper et se redressa à son tour. Bon sang, elle avait l’impression que d’une minute à l’autre, le cœur de ce pauvre Jay allait lâcher. Elle n’avait pas été désagréable pourtant, c’était même plutôt surprenant qu’elle se soit montrer si gentille avec lui ! Il n’y avait pas de quoi avoir peur ! A moins qu’il n’ai vu un fantôme… Houhou, Halloween était terminé, il fallait un peu redescendre sur terre ! Ava fronça doucement les sourcils et prit la parole « Wow. Du calme voyons. Je plaisantais pour le tapis quant au plateau ce n’est pas grave, on va oublier et faire comme si de rien n’était, d’accord ? Ah… Oui et pour mon père, il ne m’a rien dit donc je crois que vous allez devoir directement vous adresser à moi si vous avez des questions. Vous avez de la chance, je ne mords pas donc cool, pas la peine de s’énerver Okay ? Si vous avez besoin de quoi que se soit, vous pouvez aussi m’en faire part je vous trouverez ce que vous voulez. A part de la citronnade, j’ai cru comprendre que vous n’aimiez pas ça… ». Elle ponctua sa phrase d’un petit rire adorable. Elle ne voulait pas qu’il soit mal à l’aise. Ce qui était fait, était fait, on ne pouvait pas retourner en arrière alors maintenant, elle ne voulait pas qu’il stresse à chaque fois qu’elle lui adresserait la parole. Elle préférait plaisanter de ça et repartir sur de bonnes bases. « Bon allé, pour la peine, on va recommencer… Bonjour, je m’appelle Ava Swinton. Et vous au faite ? Oh, puis je pense qu’on peut se tutoyer, non ? » Au même moment qu’elle parlait, Ava tendit sa main à Jay pour qu’il la serre mais elle était bien loin de se douter que depuis tout à l’heure, il éviter tout contact avec elle. Elle était à mille lieux de s’imaginer ce qu’elle provoquait en lui. Non Ava n’en savait absolument rien et on ne pouvait pas lui en vouloir de revenir ainsi à la charge. Elle s’était promit d’être accueillante, de ne montrer que le meilleure d’elle-même ce jour là. Jay devait surement la détestait de lui infliger tout cela mais si elle avait su… Si elle avait su jamais elle ne se serrait permis ne serrait-ce que de le contacter pour une quelconque peinture. Ava savait ce que c’était que de manquer atrocement d’une personne…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Un dimanche matin Vide
Message(#) Sujet: Re: Un dimanche matin Un dimanche matin EmptyJeu 25 Nov 2010 - 12:59



Un dimanche

matin.

    AVA SWINTON & JAY MAZELWOOD
    Un dimanche matin Sans_100 Un dimanche matin Sans_101






La jeune femme se baissa alors afin de l'aider. Jay ne releva pas les yeux vers elle, cherchant au contraire à lui échapper. C'est là qu'elle dit : « Je vous mentirais si je disais que ce n’est pas grave, le tapis n’a pas survécu… Mon père va vous tuer. » Jay se stoppa net, relevant soudainement la tête pour la fixer. Une angoisse certaine pouvait se lire sur son visage. Le tuer ? Il resta immobile sentant la panique l'envahir. Bon sang, mais dans quel pétrin était-il encore allé se fourrer ? Il finit par rebaisser la tête et se remettre à ramasser les morceaux, d'une façon beaucoup plus lente et hésitante. Il semblait ailleurs, comme s'il faisait le résumé de sa vie avant de rendre son dernier souffle. Pourquoi avait-il donc donné un coup dans ce plateau bordel ?! Il fallait toujours qu'il fasse n'importe quoi quand il était sous l'emprise du stress. Il se maudissait à cet instant, se disant qu'il venait peut-être de ruiner sa carrière, que monsieur Swinton allait détruire sa réputation afin que plus personne ne le sollicite pour leurs travaux ou pire encore, qu'il téléphone à son patron pour lui faire part de ses petits écarts... Jay s'imaginait le pire et il fallut qu'Ava reprenne la parole pour le sortir de ses sombres pensées. « Non ça va, vous devriez plus vous soucier de votre tee-shirt. Ça risque d’être désagréable pour travailler, non ? Je vais vous en passer un autre mais… Ouchhh. » Il releva à peine la tête lorsqu'elle se coupa. De toute façon qu'est-ce que vous vouliez qu'il fasse ? Il se contenta juste de répondre à sa proposition : « Non ça va aller. Je vais le mettre à sécher dehors, avec ce soleil y en a pas pour longtemps. » Et oui, c'était l'avantage de vivre à Miami, même en "hiver" il faisait aux alentours de 25°. Puis il se redressa, toujours aussi agité et alla donc poser le plateau sur la table basse. Son stress était apparemment largement visible et il voyait bien qu'Ava était assez déboussolée par son comportement avouons le, assez singulier. D'ailleurs, elle ne tarda pas à l'arrêter, reprenant la parole afin de calmer l'ambiance.

« Wow. Du calme voyons. Je plaisantais pour le tapis quant au plateau ce n’est pas grave, on va oublier et faire comme si de rien n’était, d’accord ? Ah… Oui et pour mon père, il ne m’a rien dit donc je crois que vous allez devoir directement vous adresser à moi si vous avez des questions. Vous avez de la chance, je ne mords pas donc cool, pas la peine de s’énerver Okay ? Si vous avez besoin de quoi que se soit, vous pouvez aussi m’en faire part je vous trouverez ce que vous voulez. A part de la citronnade, j’ai cru comprendre que vous n’aimiez pas ça… » Jay s'était immobilisé devant elle, toujours les mains dans les poches de son jean. Bon, un immense soulagement le fit se détendre quelque peu, son père n'allait pas le tuer pour le tapis. Et bien en tout cas lui, il n'avait pas trouvé ça drôle du tout. D'ailleurs, il ne se gêna pas pour le lui faire remarquer, même si ça ressemblait plus à une réflexion personnelle qu'à un reproche. « Étrange humour... » Et d'ailleurs, sa tentative de plaisanterie avec la citronnade n'eut pas l'effet qu'elle aurait certainement aimé. Il resta de marbre, la fixant toujours avec la même intensité. En fait, il avait à peine écouté la fin de son petit speech. Il était trop concentré à regarder son visage. Comment était-ce possible de ressembler autant à quelqu'un ? Elle était là, en train de lui sourire et il avait l'impression de voir Marissa. Ses lèvres tremblèrent l'espace d'un instant, comme s'il allait dire quelque chose et finalement, non. Il referma sa bouche et déglutit, encore chamboulé par cette vision. Depuis deux ans il essayait de faire son deuil, de passer à autre chose et il trouvait ça bien cruel de se retrouver confronté au sosie de son ex femme.

A nouveau, c'est Ava qui le sortit de son état de semi-torpeur. « Bon allé, pour la peine, on va recommencer… Bonjour, je m’appelle Ava Swinton. Et vous au faite ? Oh, puis je pense qu’on peut se tutoyer, non ? » Il vit alors la main qu'elle lui tendait. Aussitôt il eu un mouvement de recul, fixant sa main comme s'il s'agissait du diable. Non, non, il ne pouvait pas la toucher. Il ne voulait pas, s'était trop dur. Il voyait bien que la jeune fille ne comprenait pas pourquoi il ne lui prenait pas la main pour la lui serrer. Il détacha son regard inquiet de sa main pour le reposer sur son visage. Il se tourna à moitié, pointant la porte d'entrée et dit : « Je... Je vais aller faire sécher mon tee-shirt hein. » Il esquissa un bref sourire et retira précipitamment son haut. Une fois fait il ajouta : « Ah et... Moi c'est Jay Mazelwood. » Puis il fit demi tour et quitta la maison pour sortir dehors. Il posa son débardeur sur une chaise qui trainait devant. Puis il resta là quelques secondes, reprenant ses esprits. Il se passa ses mains sur son visage comme s'il voulait se réveiller, se dire que ceci n'était qu'un mauvais rêve. Mais lorsqu'il se retourna et qu'il vit Ava sur le pas de la porte, il réalisa que tout ceci était bien réel. Il baissa les yeux, comme désespéré. Bon, elle lui avait dit de lui poser les questions à elle pour les derniers détails de la peinture. Il prit une grande inspiration et marcha jusqu'à elle, gardant cependant une certaine distance. Il demanda : « Hmm alors juste une question en fait. Vot... Ton père n'avait pas prit sa décision sur l'aspect de la peinture. Plutôt crépis ou plutôt lisse ? » Et a nouveau il se mit à la fixer. Dieu ce qu'elle était belle. C'était étrange, car physiquement elle ressemblait trait pour trait à Marissa, mais elle ne dégageait pas du tout la même chose. Pour sûr qu'elle n'avait pas le même caractère que sa défunte femme. Tant mieux, sinon ça aurait été à la limite de l'insupportable. Ava semblait avoir une personnalité bien plus forte et affirmée. En tout cas, elle était superbe.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Un dimanche matin Vide
Message(#) Sujet: Re: Un dimanche matin Un dimanche matin EmptySam 27 Nov 2010 - 1:40

    Ava ne comprenait pas pourquoi Jay agissait de cette façon. Elle ne comprenait pas, mais ce qui était sur, c’est que sa gentillesse avait des limites. De lui dire qu’elle avait un humour étrange passe encore, de faire tomber son plateau cela pouvait arriver, mais alors, avoir un manque total de respect envers elle en refusant de lui serrer la main, c’était tout simplement intolérable. Ava n’avait aucune idée de pour qu’il se prenait, mais elle avait bien envie de le faire redescendre sur terre, et vite. Après tout, elle n’en avait que faire de sa poignée de main, vraiment, ce qu’elle voulait elle, c’était être agréable ! Cependant, elle avait l’impression que Jay la poussait à être froide et méprisante. Soit, si c’est ce qu’il recherchait, elle pouvait très bien jouer à son petit jeu et il allait être servit. On n’apprend pas au vieux singe à faire la grimace n’est-ce pas ? Et bien, Jay avait tout intérêt à se mettre dans la tête qu’il ne risquait pas de la remettre en place ou de nuire à Ava mais que le contraire était très –très- probable ! Elle pouvait être si adorable mais aussi tellement affreuse. Le juste milieu n’existait pas en sa compagnie. C’était ou tout blanc ou tout noir et pour dire vrai, à se moment précis, cela virait au gris très foncé ! Ava fixa le jeune homme sans dire un mot alors que ce dernier se défilait avec pour excuse, la subite envie de faire sécher son tee-shirt. Ava pinça ses lèvres pour ne pas lui proposer de plutôt l’étrangler avec. La pauvre avait tendance à dire tout ce qu’elle pensait au moment ou elle le pensait dans ce genre de situations. Oui, lorsqu’on énervé Ava, en plus d’avoir à faire face a une véritable tornade, on devait se manger tout un tas de réflexions. Elle était franche, elle ne passait pas par quatre chemins déjà au naturel alors autant vous dire qu’avec les nerfs en plus, cela n’était pas très joli à entendre ni a voir d’ailleurs. Ava ne répondit pas à son bref sourire bien décidé à savoir ce qui cloché avec cet homme ! Mais voila, elle n’eut pas l’occasion de le lui demander tout de suite. En effet, le bel ouvrier avait enlevé précipitamment son tee-shirt et Ava qui jusqu'à présent n’avait pas arrêté de froncer ses sourcils pour bien laisser paraître son mécontentement fut plus que surprise. Alors que le jeune homme avait fait cela tout à fait naturellement, Ava ne savait plus ou se mettre et elle se sentait rougir. Elle était troublée et confuse. Ava n’avait pas du tout l’habitude de ce genre de situation et même si auparavant, elle avait vu des hommes torse nu à la plage ou autre, ce jour là, ce n’était pas pareil et elle ne saurait expliquer pourquoi cela la gênait tellement. Jay était un bel homme, il imposait un charisme certain et face à lui, pour la première fois depuis longtemps, Ava se sentait intimidé. Ava fixa un court instant le sol histoire de reprendre ses esprits et c’est ce moment que choisit Jay pour filer. Tant mieux, elle n’aurait pas su quoi faire de toute façon, il lui épargner de se rendre ridicule. Ava eu tout juste le temps de reprendre ses esprit lorsqu’il revint pour lui poser une question. Il avait beau être torse nu, Ava n’avait pas oublié le manque de respect qu’il avait eut envers elle en refusant de lui serrer la main. En plus, il lui posait une question comme si de rien n’était… La jeune femme le toisa et finit par prendre la parole après un long silence. « Lisse » siffla-t-elle entre ses dents. Elle n’avait pas envie de s’énerver et pourtant, elle ne pouvait se retenir. C’était plus fort qu’elle. Cela avait toujours était plus fort qu’elle… Elle passa une main dans ses cheveux en tournant le dos à Jay pour bien lui montrer qu’elle n’avait plus rien à lui dire. Mais finalement, elle décida qu’au contraire, elle avait tout un tas de chose à lui demander et alors qu’elle l’entendait s’éloigner, elle fit volte face et le rattrapa. « C’est quoi ton problème au juste ? Je n’ai pas la gale, une poignée de main, ça ne tue personne. Je te fais peur ou bien ? Je ne te comprends pas. Non mais vraiment. Ca ne t’engage en rien. Je t’ai pas demandé d’être mon ami ou je ne sais quoi mais c’est la moindre des politesses… Après on s’étonne que je passe mon temps à m’énerver contre les autres ouvriers. A croire que vous n’avez aucun savoir vivre… ». Bon ok, ça réflexion était légèrement bête et injustifié mais il est bien connu que sous le coup des nerfs, on a tendance a dire n’importe quoi, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Un dimanche matin Vide
Message(#) Sujet: Re: Un dimanche matin Un dimanche matin EmptyDim 28 Nov 2010 - 13:49



Un dimanche

matin.

    AVA SWINTON & JAY MAZELWOOD
    Un dimanche matin Sans_100 Un dimanche matin Sans_101






D'abord surprise de son refus de lui serrer la main il remarqua bien vite qu'elle était à la limite de se mettre en colère. Et il y avait de quoi ! En même temps, quand un inconnu fait voler un plateau et prétend ne pas l'avoir fait exprès, vous fixe étrangement et vous parle à peine pour au final se montrer impolis... Personne n'aurait été enchanté d'une telle situation c'était certain. Alors si en plus on était du genre nerveux, c'était encore pire. Mais sa colère sembla se dissiper quelques instants, alors qu'il venait de retirer son tee-shirt. Ava baissa les yeux quelques instants, trahissant sa gêne et sa surprise. Mais Jay, comme à son habitude ne le remarqua pas. Ou très peu. Disons que sa soudaine attitude ne lui avait pas échapper mais qu'il ne devinait pas ce qui en était la cause. Il travaillait souvent torse nue avec ce temps, alors forcément avec le temps il en oublierait presque que ça pouvait troubler les jeunes femmes. Il était donc sortit pour déposer son tee-shirt dehors, prenant bien soin de l'étaler au soleil. Mais en revenant, c'est de nouveau une Ava froide et en colère qui l'accueillit. Il resta impassible, la regardant avec intérêt et méfiance comme à chaque fois. Elle, elle le fusillait du regard. Il captait à peine pourquoi, se disant qu'elle était bien lunatique et susceptible comme fille. Après tout, il n'avait rien fait de mal ! Si ? Ah... Il avait reprit la parole, comme si de rien était, comme si la situation était parfaitement normale et que tout allait bien dans le meilleur des mondes. La jeune fille ouvrit à peine la bouche pour lui répondre, lâchant un « Lisse. » amer. S'il avait été plus doué et plus attentif, il aurait deviné sans mal que lui répondre ça avait été difficile pour elle. Que cette discussion ne l'amusait pas et que tout ceci l'énervait grandement. Mais non, Jay restait tout à fait détendu et naturel ce qui devait d'autant plus l'agacer.

Et puis, elle craqua, ne tenant plus. « C’est quoi ton problème au juste ? Je n’ai pas la gale, une poignée de main, ça ne tue personne. Je te fais peur ou bien ? Je ne te comprends pas. Non mais vraiment. Ça ne t’engage en rien. Je t’ai pas demandé d’être mon ami ou je ne sais quoi mais c’est la moindre des politesses… Après on s’étonne que je passe mon temps à m’énerver contre les autres ouvriers. A croire que vous n’avez aucun savoir vivre… » Jay avait écarquillé les yeux, plus impressionné par sa capacité à débiter autant de choses en si peu de temps que par les paroles en elles-mêmes. Il resta silencieux, perplexe. Il finit par lâcher un petit : « Euuh... » qui signifiait bien qu'il ne comprenait pas toutes ses accusations, accentuant bien le fait que pour lui tout était "normal". Et puis, à nouveau un petit silence. Elle ne le quittait pas des yeux, posant sur lui un regard accusateur. Elle devait très certainement attendre une réponse de sa part, mais pour le moment c'était un Jay muet qui restait bras ballant devant elle. Il posa son regard dans le vide, cherchant à réfléchir à une quelconque chose à dire. Finalement il haussa les épaules et répondit : « Bon... Et bien je ne vais pas te déranger plus longtemps. » Il commença à s'éloigner vers la porte et ajouta : « Tu diras à ton père que je suis passé. Qu'il me rappel et on fixera un jour où il sera là pour que je revienne. » Une fois dehors, il attrapa son tee-shirt encore un peu déconcerté par ce qui venait de lui tomber dessus. Il restait d'un calme presque effrayant donnant vraiment l'impression qu'il vivait sur un autre monde et qu'ici il était complètement décalé. Il réapparut dans l'encadrement de la porte et lança : « Euuh... Bonne journée ? » N'attendant même pas sa réponse il fit demi-tour et repartit à sa voiture. Il rentra dedans, la démarra et repartit chez lui. Cette matinée avait été rapide mais riche en émotions. Il faillit d'ailleurs percuter une dame qui sortait ses poubelles tant il n'était pas concentré sur ce qu'il faisait. Il n'arrivait pas à voir autre chose que le visage d'Ava, complètement obnubilé par cette fille. Le destin était parfois bien étrange... En tout cas il le savait déjà, ils seraient amené à se revoir. Et peut-être même plus tôt que ce qu'il imaginait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Un dimanche matin Vide
Message(#) Sujet: Re: Un dimanche matin Un dimanche matin Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Un dimanche matin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-