AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-11%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable – HP Pavilion Gaming – 17,3″ RTX 3050 (via ODR ...
824 € 927 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 N°4841 - I never thought I'd need you there ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




N°4841 - I never thought I'd need you there ? Vide
Message(#) Sujet: N°4841 - I never thought I'd need you there ? N°4841 - I never thought I'd need you there ? EmptyVen 29 Oct 2010 - 21:56

Maison de Keyah Bowne-Mansfield


**********

La peur. C'était ce sentiment envahissant tout notre corps quand nous sentions un danger proche arriver, ou une situation horrible s'approcher. Cette inquiétude nous ruinait. On se sentait mal, on paniquait. Chaque geste nous inquiétait. Chaque parole nous plongeait dans un gros doute. Ca nous empêchait alors de dormir. On remarquait aisément autour de nous les gens appeurés, par leur teint pâle, leur expression de fatigue, leur regard étrange. C'était une des choses que les étudiants se destinant à une carrière de santé apprenait en sémiologie. On leur apprenait à observer les personnes, à remarquer chaque détail de leur visage, de leurs mains, à les écouter. C'était peut-être pour cette raison qu'un de ses voisins, étudiant en médecine lui avait demandé si tout allait bien quand elle l'avait croisé tout à l'heure.
«  Oui, oui  » avait-elle répondu, un petit sourire accolé aux coins de ses lèvres. Ce sourire ne l'avait pas dupé, mais il n'avait pas insisté, la laissant poursuivre son chemin.
Leslye avait continué de marcher le long de Lemon Street pour rentrer chez elle. La journée avait été particulièrement rude. Ce petit haricot qui poussait lentement dans le creux de son ventre était ce qui la mettait dans tout cet état. Beaucoup de femmes rêvent de tomber enceinte. Parfois, ça marche. Parfois, non. Ces derniers couples allaient alors voir un médecin spécialisé, la peur au ventre, effrayés à l'idée de ne pas pouvoir avoir leur huitième merveille du monde. Mais il y avait aussi des femmes, plus particulièrement des jeunes, qui elles, ne rêvaient pas du tout d'enfant. Elles pensaient plus à leurs vies du présent, leurs partiels qui, peut-être, conditionneront leur métier futur, leurs petits amis qui avaient eu un regard pour une autre. Et il arrivait que certaines d'entre elles tombaient enceintes.
Ce fut le cas de Shouka, quasiment deux ans auparavant. Et maintenant, l'histoire se répétait: c'était au tour de Leslye de se retrouver avec un bébé sur les bras. Andrew était au courant depuis aujourd'hui. Ils avaient été ensemble voir Gabriel, le sénateur, et Romain, son mari secret. L'annonce avait été éprouvante, leurs réactions à la hauteur de tuteurs apprenant une future naissance chez des jeunes.
Leslye avait tenu à rentrer chez elle, toute seule. La solitude semblait être l'un de ses échappatoires à la réalité. Dans huit mois, peut-être moins, elle mettrait au monde un petit être. Cette vision du futur lui faisait peur. Elle ne se sentait pas capable de l'élever; elle ferait sans doute une mère affreuse. Et les gens la regarderaient bizarrement, parce qu'être maman à cet âge, ça ne se faisait pas. Ils avaient réagit de la même façon avec Shouka.
Shouka.. C'était à elle qu'elle avait décidé d'aller parler ce soir. C'était même à elle qu'elle aurait du commencer de parler. Mais Leslye s'était dit que justement, Shouka avait bien d'autres choses à faire. Elle avait un gamin, elle venait de reprendre ses études. Ses journées étaient horriblement chargées.
Un sms, et Leslye sut que Shouka était à la maison.

De Leslye à Shouka a écrit:
T'es où? Je voudrais te parler.

De Shouka à Leslye a écrit:
A la maison! Tu voulais me dire quoi?

Pas par sms, pensa-t-elle. Leslye avait fourré son téléphone portable au fond de sa poche, et avait repris son chemin. Arrivée devant la maison de sa grand-mère, Leslye soupira un léger coup, et pénétra dans la maison. Elle semblait vide. Sa grand-mère devant, à cette heure-ci avoir retrouvé des copines. Shouka devait être à l'étage, en train de travailler.
Arpentant les marches deux à deux, Leslye arriva rapidement devant la porte de la chambre de sa soeur. Elle toqua quelques coups, et passa la tête par la porte. « Salut! » Elle lui lança un petit sourire, et demanda alors « Elliott est au lit? » Elle poussa complètement la porte, et entra dans la chambre de sa soeur. Elle vint alors se poser sur le lit de Shouka, sur le ventre, et posa sa tête sur les paumes de sa main. Elle tentait de cacher son regard triste, fatigué, et horrifié. Ses yeux se détournèrent alors vers une photo de son filleuil, avec sa maman à sa naissance. Bientôt, elle aurait le même. Cette idée cassa tout l'effort qu'elle avait fait jusque-là. Des larmes montèrent dans ses yeux, et encore une fois, Leslye tenta de se reprendre. « Shouka.. Je voudrais te parler. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°4841 - I never thought I'd need you there ? Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4841 - I never thought I'd need you there ? N°4841 - I never thought I'd need you there ? EmptyVen 10 Déc 2010 - 5:49


I NEVER THOUGHT I'D NEED YOU THERE
flashback - sujet se déroulant avant le changement de saison

« ♫ Go to sleep my darling, close your little eyes. Angels are above us, peeping through the skies. God is in heaven, and he watch doth keep. Time for little children to go to sleep ♫. » L’heure était venue pour Shouka de mettre au lit son tendre enfant, Eliott, qui avait d’or et déjà commencer à fermer ses jolies yeux avant même qu’elle ne l’ait prit dans ses bras, alors qu’il s’amusait dans son parc. Elle s’était donc installée dans la chambre de ce dernier et elle l’avait bercé, lui chantant des berceuses pour l’endormir – ce qui s’avérait être l’arme secrète de Shouka à l’heure du coucher, car son fils s’apaisait automatique au son de sa voix. Il ne fallut pas plus d’une dizaine de minutes avant qu’elle ne le dépose dans son berceau, complètement assoupi. Elle resta d’ailleurs quelques minutes supplémentaires à ses côtés, jouant dans ces cheveux bouclés qui avait poussé au cours des derniers mois sur sa tête, puis, elle s’éloigna pour finalement sortir de la pièce, fermant la porte derrière elle en lui jetant un dernier regard attendrit : voir un enfant dormir avait toujours eu cet effet sur elle, encore plus quant il s’agissait de son propre fils. « Bonne nuit, mon trésor. » murmura-t-elle avant de s’éclipser en direction de sa chambre où des choses plus sérieuses l’attendaient…

Endossée le rôle à la fois de mère, d’étudiante et de travailleuse – à temps partiel, ceci dit – donnait à Shouka un emploi du temps relativement chargée, sans compter tout les contretemps et les imprévus qui se mettait sur sa route. Mais elle avait eu la chance – ou pas, en toute franchise, vu les circonstances qui avait amené un tel comportement – d’avoir une discipline exemplaire et où la procrastination n’avait pas sa place. Ainsi donc, elle passait la majeure partie de ces journées à l’école, travaillait parfois à la suite, revenait à la maison juste à temps pour mettre son fils au lit, puis elle passait le plus clair de ces soirées à faire ses travaux et ses études. C’est à peine si elle voyait son fils, ces derniers temps. Mais bon, c’était là les sacrifices qu’elle devait faire si elle voulait un jour graduée et avoir un diplôme qui lui permettrait de faire un métier pour lequel elle avait toujours su être prédestinée. Elle avait d’ailleurs le nez plongé dans un de ses livres de psychologie de l’enfant lorsque son portable se mit à vibrer sur sa table de travail. Y jetant un rapide coup d’œil, elle vit que le message provenait de sa sœur. Aussitôt, elle s’empara de l’appareil afin d’y voir plus clair. Le message qui s’afficha alors se résumait en peu de mots, mais disait l’essentiel.


    Leslye :
    T’es où? Je voudrais te parler.

Lisant entre les lignes, connaissant sa cadette par cœur, elle sut que cette dernière était tracassée par quelques choses et qu’elle avait besoin des avis experts de sa grand sœur adorée. Il ne lui fallut que quelques secondes pour répondre à cette dernière, intriguée de connaître le but de cette requête.

    Shouka :
    À la maison! Tu voulais me dire quoi?

Elle attendit quelques secondes, une minute, puis une autre. Pas de réponse. Étrange, venant de sa cadette qui, comme elle, maîtrisait à perfection l’art d’envoyer des textos. Était-ce plus grave qu’elle ne l’avait imaginé ou êtes-ce seulement un caprice de sa petite sœur d’attendre d’être arrivée à la maison pour lui confier tout ce qui lui passait par la tête, Shouka l’ignorait. Mais pour l’instant, Leslye n’était pas là et elle ne lui répondait pas… il ne lui restait plus qu’à attendre. Se replongeant dans sa lecture, elle ne releva les yeux que lorsque des coups furent frappés à sa porte et que la tête de sa petite sœur passait l’embrassure. «Salut! Eliott est au lit?» lui demanda-t-elle, un léger sourire aux lèvres. « Salut Les'! Oui, il dort comme une buche à l’heure qu’il est, tu peux entrer. » Sa sœur ne se fit pas attendre, et aussitôt l’invitation lancé, elle pénétra dans l’antre de sa sœur ainée, allant rejoindre le lit où elle s’installa confortablement, coucher sur le ventre et la main entre ses paumes. Shouka ne s’était pas vraiment détournée vers elle, terminant de prendre en note un truc important pour son devoir. Ce fut le ton de voix plutôt hésitant de sa frangine qui attira d’abord l’attention de la plus vieille des deux. « Shouka… je voudrais te parler. » Refermant finalement son livre, jugeant que sa petite sœur était plus importante, la jeune fille pivota sur sa chaise pour se retrouver face à sa cadette, dont les yeux ruisselaient de larmes. Aussitôt, la brunette quitta son siège pour aller rejoindre sa sœur sur le lit. « Leslye… est-ce que ça va? Qu’est-ce qui se passe? Pourquoi tu pleures? Est-ce… est-ce qu’il t'as fait mal? Vous avez rompu? » L’harceler de questions n’étaient peut-être pas la chose à faire, mais quand elle voyait Leslye dans un tel état, elle ne pouvait que s’imaginer le pire. Et immédiatement, quelques idées avaient déjà germée dans sa tête quant à la cause de cette détresse, et bien sûr, elle était associée à Andrew, le petit ami de sa sœur. Elle était loin de la vérité, et pourtant pas trop non plus, car en toute chose, il était reliée à ce qui troublait Leslye. Sauf que Shouka, elle, l'ignorait.


Dernière édition par Shouka Naolya Gibson le Mer 29 Déc 2010 - 8:40, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°4841 - I never thought I'd need you there ? Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4841 - I never thought I'd need you there ? N°4841 - I never thought I'd need you there ? EmptyDim 12 Déc 2010 - 17:45

Il était l'heure d'annoncer à son aînée ce qui la tracassait depuis quelques temps. Elle aurait dû même commencer par elle. Mais en réalité, ce n'était pas si facile. Elle savait que ce serait sans doute la seule à comprendre, la seule à ne pas la juger, et qu'elle serait sans doute la seule à pouvoir réellement l'aider. Mais jusqu'à présent, elle voulait la préserver. Sa soeur avait décidé de reprendre les études, et en parallèle, elle travaillait. Ses journées, avec le petit Elliott était des plus mouvementées, et des plus intensives. A tel point que Leslye -entre ses études, et Andrew- ne la voyait plus qu'en coup de vent.
Couchée sur le ventre au-dessus du lit de son aînée, la jeune fille tentait tant bien que mal de résister à son envie grandissante de pleurer. Elle jeta un coup d'oeil à sa soeur qui terminant sans doute d'écrire un mot sur son devoir, profitant des soirées où Elliott dormait pour travailler. Un coup d'oeil sur la photo du petit bout qui à l'heure actuel avait rejoint Morphée dans la chambre d'à côté, et Leslye sentit aussitôt les larmes monter. Shouka après s'être retournée vers elle referma son livre, et pivota sur sa chaise pour se retrouver face à elle. En quelques secondes, l'aîné se retrouvé au côté de sa cadette. « Leslye… est-ce que ça va? Qu’est-ce qui se passe? Pourquoi tu pleures? Est-ce… est-ce qu’il t'a fait mal? Vous avez rompu? » Leslye se releva alors doucement, afin de se mettre assise, et de laisser de la place à sa soeur. Les yeux de sa grande soeur fixée sur elle, Leslye tenta un instant de se calmer. Elle respira un petit coup, et retourna ses grands yeux humides vers sa soeur, pressée de démentir toutes ses questions. « Non, non, il ne m'a pas fait mal. Et on n'a pas rompu non plus. » Les mains liées entre elles, Leslye s'amusait, stressée par la deuxième annonce qu'elle allait faire aujourd'hui. Lâchant finalement ses mains, elle passa un coup sa paume droite contre ses yeux, faisant dégouliner au passage son maquillage. « C'est pas facile à dire Shouk', je ne sais même pas comment toi, tu as fait. » Elle sous-entendait que Shouka l'avait déjà fait, pensant peut-être que sa soeur serait mise sur la piste, et qu'ainsi, le choc sera moins horrible pour elle. Les yeux de Leslye se posèrent sur la photo d'Elliott et de sa maman à sa naissance. Bientôt, elle aurait la même. Rien que cette idée lui faisait froid dans le dos; parce que Leslye le savait, elle n'était pas prête à être une maman. Elle avait toujours rêvé de continuer ses études, de devenir une femme importante en travaillant dans une ambassade à l'étranger. Elle voulait vivre loin des Etats-Unis, tout en continuant de garder un lien avec son pays. Elle voulait trouver le Prince Charmant. Elle voulait se marier avec. Et seulement après, elle voulait avoir des enfants. En dernier.
La jeune fille bougea légèrement, passa une de ses jambes sous ses fesses, et se retourna vers sa soeur. « Je suis.. » Elle s'arrêta un instant, se frottant les mains, comme pour se donner du courage. Du courage, il lui en fallait. Elle était bien moins courageuse que sa soeur. Elle n'aurait jamais pu avouer à ses parents sa grossesse. Sa soeur avait eu un sacré courage. Elle non. Le dire à son copain était une chose, l'annoncer à sa famille en étant une autre. Elle n'osait déjà pas le dire à sa soeur aînée, alors qu'elle était la seule qui ne la jugerait pas, et c'était sans doute la seule qui pourrait lui remonter le moral. Respirant un bon coup, Leslye se lança alors, en fermant momentanément ses yeux. « Je suis enceinte. »
La boule au ventre qui la hantait depuis un moment disparu petit à petit. Ses organes se dénouaient. Ouvrant les yeux, la jeune fille se retourna vers sa soeur, quelques larmes coulant encore. « Je ne sais pas quoi faire Shouka. » Elle s'efforça à rester la plus digne possible, passant encore une fois sa main sous ses yeux pour effacer toutes traces de pleurs. « Andrew est au courant depuis ce matin, mais il ne m'aide pas. » Andrew.. En prononçant son prénom, Leslye ressentit un tortiment au creux de son ventre. Il ne l'avait pas beaucoup aidé. A dire vrai, il n'en avait pas beaucoup parlé, préférant se murer dans son silence plutôt que de discuter avec Leslye. Mais la jeune fille n'était pas dupe. Ce silence en disait long: il réfléchissait sans doute à la façon dont il allait pouvoir mettre un terme à leur relation. Refutant de parler d'avantage de son petit ami – ou futur ex-, Leslye détourna la conversation de lui, parlant plus tôt de ce petit haricot présent dans son ventre.
Hochant la tête de gauche à droite, Leslye rouvrit la bouche. « Tu sais Shouk', je ne veux pas l'enlever de mon ventre ce bébé, mais je n'en veux pas non plus. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°4841 - I never thought I'd need you there ? Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4841 - I never thought I'd need you there ? N°4841 - I never thought I'd need you there ? EmptyMer 29 Déc 2010 - 8:37


I NEVER THOUGHT I'D NEED YOU THERE
flashback - sujet se déroulant avant le changement de saison

Il ne fallut pas un long moment avant que Leslye ne réfute chacune de ces suppositions, au grand soulagement de Shouka, qui poussa un léger soupir en seul guise de réaction. « Non, non, il ne m’a pas fait mal. Et on n’a pas rompu non plus. » C'était au moins ça. Néanmoins, elle s’inquiétait toujours de ce que pouvait bien vouloir lui dire sa cadette. D’ordinaire, la conversation entre les deux filles coulaient très bien, étaient des plus fluides, et ce, peut importe le sujet de discussions. Mais cette fois-ci, c’était différent et l’ainée des sœurs le sentait. L’importance de cette révélation allait atteindre un niveau de plus que ces autres aveux que Leslye avait pu lui faire au cours de sa vie en allant du béguin sur le fils des voisins jusqu'à ces autres choses qui vous n'êtes pas obligés de connaître. Les yeux humides de la jeune fille semblaient en proie à une grande panique et Shouka voulu serrer sa sœur dans ses bras pour lui enlever ce poids sur ces épaules, mais ne sachant pas de quoi il en retournait, elle ne pouvait qu’attendre que sa sœur se livre à elle. « C’est pas facile à dire Shouk’, je ne sais même pas comment toi, tu as fait. » Cette phrase, cette simple phrase, ramena plusieurs souvenirs à l’esprit de Shouka, des images d’un passé pas si lointain qu’elle avait enfoui bien loin dans sa mémoire, mais qui la hantait néanmoins jour après jour, quoiqu’elle y fasse. Leslye, sa chère petite sœur adorée, ne pouvait pas avoir fait la même erreur de parcours qu’elle… c’était impossible! Shouka n’envisageait même pas cette situation possible, même si inévitablement, tout amenait vers… ça. Plongeant son regard dans celui de sa cadette, essayant par tous les moyens d'aller quérir une réponse à son interrogation, cette dernière ouvrit finalement la bouche pour lui confier son terrible secret. « Je suis… je suis enceinte. » Voilà, c’était dit. Et aussitôt, les bras de Shouka se refermèrent autour de sa frangine, la serrant tout contre elle, la berçant presque, sachant quel choc se devrait être de supporter le poids d’une telle nouvelle.

Leslye avait fermé les yeux, comme si elle voulait éviter de voir la vérité en face d’elle, cependant, dès que Shouka se détacha d’elle, afin de la laisser parler, la jeune rouvrit les yeux d’où coulaient désormais des larmes. D’un geste tendre, l’ainée en essuya une ou deux qui trainait sur la joue de la cadette. « Je ne sais pas quoi faire Shouka. » lui confia alors Leslye, et même sans le lui avoir dit, cette dernière l’aurait très bien compris : à cet âge, l’on était loin d’être près à élever un enfant, même si certain le faisait tout de même, comme elle. Cependant, même si le rôle de tante plaisait bien à Leslye, la maman d’Eliott se doutait bien que le rôle de mère, lui, n’était pas fait pour elle. Pas tout de suite.

À son tour, la jeune fille tenta de sécher ses larmes en passant une main sous ses yeux, mais visiblement, rien n’y faisait. « Andrew est au courant depuis ce matin, mais il ne m’aide pas. » À imaginer le choc qu’avait eu Leslye en apprenant la nouvelle, Shouka ne prit qu’une seconde à songer à la réaction qu’avait pu avoir Andrew en découvrant qu’il avait mit sa petite amie enceinte. « Il doit avoir peur, Leslye. Comme toi. Comme moi et Noah, à une autre époque. » lui dit-elle en essayant de la consoler du mieux qu’elle le pouvait. Cet inversement des rôles étaient pour elle très pénible à vivre pour la jeune femme : ayant elle-même souffert atrocement de cette situation, le fait de voir une personne cher à son cœur passé par le même chemin l’attristait. « Tu sais Shouk’, je ne veux pas l’enlever de mon ventre ce bébé, mais je n’en veux pas non plus. » Un véritable cri du coeur que lui lançait sa cadette, et Shouka aurait tant voulu lui éviter cette épreuve. Mais faute de pouvoir prendre sur elle tout le poids de cette nouvelle, Shouka ne pouvait désormais plus que faire une chose, soit jouer son rôle, celui de la grande sœur qu’elle avait toujours été pour Leslye. Sa petite sœur avait besoin d’elle et elle serait là pour elle, peut importe ce qui devait arriver. « Je comprends, Leslye… je te comprends tellement. » lui avoua Shouka en replaçant l’une des mèches rebelles de sa sœur derrière son oreille. Elle avait longtemps hésité avant de prendre la décision de garder Eliott plutôt que de le confier à l’adoption après sa séparation d’avec Noah. « Mais peu importe ce que tu décideras de faire, je serai avec toi. Je t’aiderai, c’est promis. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°4841 - I never thought I'd need you there ? Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4841 - I never thought I'd need you there ? N°4841 - I never thought I'd need you there ? EmptySam 8 Jan 2011 - 21:45

La quiétude, on peut la trouver dans divers endroits. Certains la trouvent en travaillant énormément; afin d'adoucir leur culpabilité, et sympathisé avec leur conscience. D'autres la trouvent en consommant des susbtances plus ou moins illégals, se sentant ainsi tranquilles pour quelques heures, oubliant leurs soucis. Pour d'autres encore, ce sont auprès de leurs proches qu'ils la trouvent. Leslye faisait partie de cette catégorie. Se retrouver dans les bras de sa soeur était l'une des meilleurs choses qu'elle pouvait espérer en arrivant ici, et en lui annonçant cette terrible nouvelle. C'était peut-être même la seule chose qu'elle pouvait faire pour elle en cet instant. Sa soeur était la seule personne capable de la calmer, capable de la rassurer comme elle le faisait à cette heure-ci. Elle se sentait en sécurité, elle se sentait rassurée.

Se déserrant des bras de sa soeur, Leslye continuait de lui parler. De ses peurs, de l'attitude d'Andrew. « Il doit avoir peur, Leslye. Comme toi. Comme moi et Noah, à une autre époque. » Noah. L'ex copain de Shouka, et le papa d'Elliott. Cette épisode de la vie de sa soeur s'était passée il y avait environ deux années, et pourtant Leslye s'en souvenait comme si ça s'était passé hier. Shouka et Noah sortaient ensemble depuis un petit moment, quand l'impensable -aux yeux de son père- s'était produit; elle était tombée enceinte. La suite de leurs vies semblait alors tracée: des fiançailles et un mariage pour réparer cette erreur. Mais finalement, rien de tout cela ne s'était produit. Leur séparation avait été inéluctable. L'angoise qui les rongeait tout les deux à s'engager dans cette vie les avait amené à se séparer. La même angoisse qui se faufilait entre les entrailles de Leslye en 2011.
Quand Leslye mit des mots clairs sur son impensable problème, Shouka replaça une mèche de ses cheveux, tout en ouvrant la bouche. « Je comprends, Leslye… je te comprends tellement. » Ajoutant même: « Mais peu importe ce que tu décideras de faire, je serai avec toi. Je t’aiderai, c’est promis. » La jeune fille jeta son regard embué de larmes en direction de sa soeur. Passant ses bras autour de son cou, elle se serra contre elle, murmurant alors un « merci. »

Elle resta là un moment, sa tête collée contre celle de sa soeur, ses bras l'entourant. Petit à petit, ses larmes cessèrent de couler le long de ses joues. L'apaisement l'evahissait. C'est fou comme un aveu pour nous délivrer. La jeune fille se sentait plus légère. C'était comme si la peur qui l'engloutissait petit à petit depuis quelques temps se retrouvait anéanti. Du moins superficiellement. Mais ça lui enlevait déjà un énorme poids. Décidant de lâcher sa soeur, Leslye se déserra d'elle, et plongea son regard dans le sien.

«  tu sais comment je m'imagine dans quelques temps? » lui demanda-t-elle. Passant sa main sous ses yeux histoire de balayer de ce geste les derniers restes de ses pleurs, elle lui annonça la réponse. « Je m'imagine habitant dans un tout petit appartement. J'aurai le bébé, et pour tout te dire.. Je m'imagine recevant une pension que Gabriel payerait pour Andy. » Elle fit une petite pause, jetant un coup d'oeil à une photo d'Elliott. « Parce qu'évidemment Andrew m'aurait laissé tombé, préférant me fuire. » L'image de ce scénario lui revint en mémoire. Son coeur s'accéléra, des larmes voulurent refaire surface. Fermant les yeux un instant, Leslye tenta de se calmer. Ce n'était que son imagination. Après tout, l'annonce faite au sénateur et à son petit ami s'était plutôt bien déroulé. « Je sais bien que ça ne se passera pas comme ça.. On l'a annoncé tout à l'heure à Gabriel; il a plutôt bien réagit. » Du moins, de la meilleure manière qu'un tuteur peut réagir quand il apprend une nouvelle comme cela. Romain aussi d'ailleurs, mais ça Leslye le gardait pour elle; que le sénateur McAllister soit homosexuel n'avait jamais été révélé. « enfin, je sais bien qu'il ne va pas abandonner le bébé, mais j'ai peur qu'il s'en aille. »
Ses yeux se posèrent de nouveau sur sa soeur. Elle voyait bien que ça n'allait pas très fort de son côté, elle en était gênée. C'était de sa faute. Shouka venait d'être replongée de plein fouet dans des souvenirs qu'elle préférait sans doute garder enfoui au plus profond de son cerveau. Le souvenir de sa dispute avec leur père, celui de la séparation avec Noah devait lui revenir en tête. C'était sans doute l'un de ses souvenirs les plus douloureux, et Leslye s'en voulait terriblement.
« Je ne voulais pas te mettre dans cet état Shouk'. » Elle s'arrêta un petit peu de parler. La gorge sèche, d'une petite voix, elle murmura « je suis désolée. » Ses grands yeux plongés dans ceux de sa soeur, Leslye semblait sincèrement désolée. Désolée de lui faire revivre son passé. Désolée de répéter l'histoire. Désolée de l'avoir déçue. Désolée de le lui avoir cacher. Désolée de lui annoncer ça. Désolée de lui annoncer qu'elle serait tata. Parce que même si devenir tata était sans doute le plus beau rôle de sa vie, elle ne voulait pas l'infliger à sa soeur. Par égoisme. Parce que Leslye ne voulait pas devenir une maman.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





N°4841 - I never thought I'd need you there ? Vide
Message(#) Sujet: Re: N°4841 - I never thought I'd need you there ? N°4841 - I never thought I'd need you there ? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

N°4841 - I never thought I'd need you there ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Apple Road, Lemon Street & Le chantier-