AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-62%
Le deal à ne pas rater :
XIAOMI Mi TV Stick – Google Assistant et Chromecast intégré
23.07 € 60.16 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 DEBORAH ▬ If You Can Afford Me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




DEBORAH ▬ If You Can Afford Me Vide
Message(#) Sujet: DEBORAH ▬ If You Can Afford Me DEBORAH ▬ If You Can Afford Me EmptyDim 10 Mai 2009 - 21:20

DEBORAH ▬ If You Can Afford Me 20068vq && DEBORAH ▬ If You Can Afford Me 2n0vo8k
(c) rehab
« L'hypocrisie est un vice à la mode
Et tous les vices à la mode passent pour vertus. »
_ Molière


    Décidemment, je ne comprendrais jamais toutes ces ménagères qui osent sortir vétues de haillons. Non mais sérieusement, comment ces femmes osaient elles sortir de chez elles pareillement accoutumée. Est ce j'osais sortir avec des guenilles moi? Plutot mourir que de me ridiculiser. Les dernières lunettes Dolce & Gabanna sur le bout de mon nez et, un sac Gucci a bout de bras, je ne pouvais que sortir du lot parmis toutes ces femmes qui avaient surement perdu jusqu'au chemin de chez leur coiffeur. Ou bien alors, elles avaient simplement a faire avec un charlatan. Quoi qu'il en soit, parfois je révais de voir ouvrir une gallerie commerciale uniquement pour les gens qui avaient du gout, j'aurais surement moins l'impression de me promener au zoo lorsque je viendrais faire du shopping.

    Bref, il n'était pas question que je me laisse miner le moral par des broutilles, des choses aussi insignifiantes que le look des autres femmes. C'était un fait que j'étais l'une des rares personnes ayant encore du gout dans cette ville. Tout dans la classe et l'élégance. Bien sur, je n'irais pas jusqu'a dire qu'aucune femme n'égalait ma beauté, ce qui ne serait pas totalement faux, mais tout de mème. Je devais toutefois reconnaitre que j'avais du gout dans le choix de mes amies. Enfin, le terme d'amies est un bien grand mot, la jeune femme se tenant à mes cotés, Deborah Penright, était une jeune femme agréable, jolie et ayant beaucoup de gouts - je dois bien l'avouer - , avec qui je m'entend a merveille il est vrai et, avec qui je passe beaucoup de temps mais, je n'ai pas d'amie au sens ou les gens l'entendent. Je ne conçois pas que l'on puisse appeler quelqu'un a n'importe quelle heure du jour ou de la nuit afin de pleurer pendant des heures a propos de choses futiles. C'était d'ailleurs ce qui me plait chez Deborah, je sait que jamais il ne lui viendrait à l'idée de venir pleurer sur mon épaule telle une serpière détrempée. Elle n'était pas de celles la, de ces filles superficielles qui pleurent et se plaignent pour un oui ou pour un non. Elle est comme moi, elle a du style, elle sait se tenir et encaisser les coups. Je ne la connais pas depuis très longtemps mais, j'ai l'impression de voir en elle mon reflet. Après tout, c'est peut ètre cela. Je suis comme elle, en plus jeune et en mieux.

    Bref quoi qu'il en soit, je fais semblant de l'écouter tout en marchant à ses cotés au beau milieu de la gallerie marchande. C'est dingue ce qu'elle peut ètre bavarde quand elle est lancée. Au moins moi, quand je parle, ce que je dis est interressant. J'acquiese en souriant et en remettant une de mes longues mèches blondes derrière mon oreille droite puis, je la coupe au beau milieu d'une phrase pour lui indiquer un Starbucks sur notre droite. Et bien quoi? Une dure après midi de shopping nous attendait, nous nous devions de prendre quelques forces et en tant qu'accro à la caféine, dans quel autre endroit pourrions nous aller?

    Une foule d'une dizaine de personne est agglutinée derrière le comptoir, attendant docilement que leur tour vienne. Quel bande de prolétaire. J'en pousse un d'un revers du bras et m'avance d'une démarche assurée jusqu'au comptoir sous les huées du public... Enfin, du petit groupe de prolétaires faisant la queue. Je n'écoute pas vraiment leurs revendications, je ne suis pas assistante sociale. Je me contente de sourire au jeune homme derrière le comptoir, celui ci me dévisage avec de grands yeux ronds, comme si je venais de marcher sur l'eau. Enfin, quelque chose dans le genre quoi. Je pourrais vous dire qu'il me regardait comme s'il venait de voir un extra terrestre mais, cela serait faux, je ne ressemble en rien à un petit bonhomme vert. Quoi qu'il en soit, je n'y fais pas vraiment attention, il n'est qu'un servant ici. Je lui adresse mon plus beau sourire colgate puis, je m'adresse a lui sur un ton supérieur.

      « _ Pour moi ce sera un cappuccino frappé saupoudré de copeaux de noisettes caramélisées et pour elle…
      _ Très bien mademoiselle mais, je vous prierez d’aller faire la queue, je vous servirez votre commande une fois que ce sera votre tour.
      _ Excusez moi mais, il semble que l’on se soit mal compris, je vous somme de me servir immédiatement, je ne ferais aucunement la queue comme une personne quelconque.
      _ A moins que vous ne soyez Marilyn Monroe ou Madonna, ce dont je doute, vous êtes une personne quelconque, maintenant excusez moi mais, j’ai du travail ! »


    Offusquée, je fis volte face, comme suppliant Deborah, du regard, de me porter secours face à ce manque de respect flagrant.
Revenir en haut Aller en bas
 

DEBORAH ▬ If You Can Afford Me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: CocoWalk-