AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-43%
Le deal à ne pas rater :
Fire TV Stick 2021 avec télécommande vocale Alexa à 22,99€
22.99 € 39.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 # 1591 || 'Cause she's a part of my life.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




# 1591 || 'Cause she's a part of my life. Vide
Message(#) Sujet: # 1591 || 'Cause she's a part of my life. # 1591 || 'Cause she's a part of my life. EmptyJeu 5 Aoû 2010 - 17:14

# 1591 || 'Cause she's a part of my life. Eqyubn
JAELYN&PRIDE
She's the only one who's ever known
Who I am, who I'm not, who I want to be
No way to know how long she will be next to me.

    Aujourd'hui devait être un grand jour pour les deux amants, qui l'un comme l'autre appréhendaient cette nouvelle vie. Depuis leur escapade à Paris, Pride ayant fait la demande officielle à sa douce de venir vivre avec lui, n'avait eu de cesse de se demander si la demoiselle, au final, avait bien fait d'accepter. Certes elle connaissait déjà son caractère imbuvable, cette manie qu'il avait de ne jamais être de très bonne humeur au petit matin lorsqu'il n'avait pas assez dormi, son café noir quotidien, ces tirades cyniques qui s'échappaient si souvent de ses lèvres... Mais jamais encore, le jeune homme n'avait vécu une idylle qui prenait forme sous un même et seul toit : certes Pride avait déjà vécu ici même avec une femme, amie répondant au prénom de Maddison, mais entre l'amitié aisée et l'amour complexe, un fossé énorme se creusait alors. Pride néanmoins ne souhaitait pas revenir sur sa décision ; souhaitant garder Jaelyn à ses côtés, pour le meilleur comme pour le pire, il estimait que c'était une expérience à vivre, même si elle viendrait à être éphémère. Quand bien même le couple ne parviendrait pas à cohabiter deux mois ensemble, au moins ils auraient essayé. Ce fut donc début Août, à peine rentré de son escapade à Paris, que Pride avait prévenu son colocataire et ami, Clyde, de la venue d'une nouvelle habitante au 1591, Lemon Street. L'avantage d'un garçon comme Clyde résidait dans le fait que ce dernier parlait peu, avait besoin d'un minimum d'espace vital, était doté d'une nature discrète et taciturne, ce qui en somme le rendait pour Pride le colocataire le plus vivable qui soit. L'arrivée d'une touche féminine n'était d'ailleurs pas de refus, bien que Berrington toisa les déménageurs aux larges épaules d'un mauvais oeil. Ces hommes à la carrure proche des armoires massives, avaient tout des bourrus sans délicatesse aucune : or lorsqu'on connaissait le côté maniaque de Pride, et plus encore lorsqu'on savait combien le salon art-déco du jeune homme avait pu lui coûter, on évitait en général de faire des va-et-vient entre la salle à manger et l'entrée, avec tant de désinvolture. Debout dans le couloir depuis quelques instants seulement, ce fut d'un froncement de sourcil presque agacé que Pride toisait les déménageurs dépourvus de toute finesse, jusqu'à ce que la voix harmonieuse et cristalline de Jaelyn vienne résonner à lui. « Pride ! » La belle passa alors la porte d'entrée, sa silhouette gracile se découpant dans la lumière blanche des rayons de soleil de cet après-midi brûlant, un sourire aux lèvres qui vint apaiser l'attitude froide de Berrington. Ce dernier, posant une main sur sa hanche fine, lui vola un baiser en guise de bonjour, avant de relever aussitôt son regard fauve sur le salon, où un bruit sourd se fit entendre. Percevant un des déménageurs maladroits heurter la table de son carton trop lourd, la voix de Pride, tranchante et suave, parvint ainsi jusqu'au fautif. « Hey ! Ne rayez pas ma table, je doute que vous puissiez régler la facture avec votre salaire. » fit-il sèchement, non sans trahir son côté maniaque qui vint amuser la belle Jaelyn. Tournant ainsi son regard noisette vers l'ange de lumière, Pride daigna tout de même esquisser un sourire, malgré l'horreur de voir investir ces badauds maladroits dans son salon. « C'est du bois de palissandre, pas du vulgaire acajou... Arrête de rire, ce n'est pas drôle. » murmura-t-il non sans finalement trouver la situation amusante malgré son angoisse d'une seule rayure sur son mobilier au prix exorbitant. Un bref rire s'échappa de ses lèvres avant qu'il ne toise un autre déménageur passer dans le couloir, quelques magasines féminins à la main, en plus d'un énième carton. « Je sens que je vais devoir changer mes habitudes de lecture. » acheva-t-il non sans passer une main sur sa nuque. Le jeune homme n'avait en effet pas considéré l'ampleur d'une arrivée féminine dans cette maison qui bien longtemps n'avait hérité que du parfum épicé seulement masculin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




# 1591 || 'Cause she's a part of my life. Vide
Message(#) Sujet: Re: # 1591 || 'Cause she's a part of my life. # 1591 || 'Cause she's a part of my life. EmptyJeu 5 Aoû 2010 - 21:57


    Enchainant un nouveau rapport, la jeune architecte engagea son petit véhicule noir sur le périphérique. Il lui avait fallu déposer un dossier auprès de son associé avant de pouvoir s'affairer pleinement au rangement de ses nombreux cartons. Le coeur en liesse, la jeune femme observa les nombreux palmiers qui bordaient l'imposante nationale.Malgré un soleil éclatant, l'âme de la belle demeurait torturée, en effet, voilà plusieurs jours que Pride lui avait demandé de partager son toit et bien trop éprise, elle avait accepté sans réellement réfléchir aux conséquences. Il est vrai que son compagnon n'avait plus aucun secret pour elle, mais elle craignait que son engagement n'eut été trop hâtif. Songeuse, elle réalisa qu'en définitive aucun homme n'avait partagé son espace de vie. Son déménagement annonçait une nouvelle étape au sein de leur couple et craintive, Jaelyn prit peur de ne finalement pas être à la hauteur. Son amour pour le jeune homme était à la fois véritable et profond, mais cette vie commune ne s'avèrerait-elle pas dévastatrice ? Chassant toutes pensées négatives, un sourire léger se dessina sur ses lèvres brillantes lorsqu'elle pénétra dans le quartier charmant mais atypique d'Ocean Grove. Par habitude, Jaelyn glissa vers la rue d'Apple Road mais un large camion interpella ses yeux azurs. Garé près d'une sublime demeure qu'elle connaissait que trop bien, quelques déménageurs s'affairaient à décharger de nombreux cartons. Souriante, son coeur se fit plus léger et emplit d'enthousiasme elle attrapa les deux gobelets de café avant de se diriger prestement vers le hall. « Pride ! » Son amant l'accueillit d'un sourire charmeur et pressa ses lèvres contre les siennes, lui offrant un divin mais preste baiser.« Hey ! Ne rayez pas ma table, je doute que vous puissiez régler la facture avec votre salaire. » gronda t'il avec véhémence, détournant le regard vers le fautif, Jaelyn lui assura un sourire sincère avant d'observer son compagnon avec malice. Pride n'était pas en soi un maniaque, mais selon lui chaque chose avait sa place, partageant ce point de vue, la jolie blonde se dirigea vers un de ses cartons, amusée. « C'est du bois de palissandre, pas du vulgaire acajou... Arrête de rire, ce n'est pas drôle. » Dissimulant un éclat de rire cristallin, Jaelyn lui tendit le gobelet d'un air désinvolte "Je reconnais ne pas avoir choisi les meilleurs ouvriers, j'en suis désolée !" Plongeant ses lèvres fines dans le liquide sombre, l'arôme corsé du café vint délicieusement lui brûler la gorge. L'attitude malicieuse de son compagnon, lui arracha un nouveau rire lorsqu'un salarié pénétra dans le hall les bras chargés de magazines féminins « Je sens que je vais devoir changer mes habitudes de lecture. » Haussant les épaules, la jolie jeune femme termina sa boisson avant de la jeter. " Ces magazines sont assez utiles pour découvrir les nouvelles tendances en matière de déco', mais je suis persuadée que quelques articles sauront te plaire !" Taquine, elle ouvrit la revue avant de lire à haute voix " Jupiter vous rendra visite. Profitez-en : la chance devrait vous aider à améliorer vos revenus. Ce sera le moment ou jamais de négocier une prime quelconque . Et si vous disposez de quelques économies, l'occasion de réorganiser vos placements !... et bien tu vois, c'est peut être une avancée positive pour le club" Ce projet lui tenait vraiment à coeur et qui plus est, travailler de mèche avec Pride pouvait se révéler terriblement excitant. Déposant son sac sur l'onéreuse table basse, elle s'en empara brusquement sous les yeux sauvages du jeune homme. Confuse, Jaelyn baissa les yeux "Oh ... pardon" balbutia t'elle honteuse, par ailleurs, il était impératif d'assimiler certains reflexes pour ne pas nuire aux modes de vie de son compagnon. S'emparant du premier carton venu, elle examina avec attention le vaste salon au style épuré et hésitante, elle paracheva "A défaut de valises, mes vétements se trouvent dans la plupart des cartons, je dois les installer où ? Je m'éfforcerais de ne pas prendre trop de place !" Mutine, elle se posta devant le beau brun, génée de devoir se montrer si envahissante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




# 1591 || 'Cause she's a part of my life. Vide
Message(#) Sujet: Re: # 1591 || 'Cause she's a part of my life. # 1591 || 'Cause she's a part of my life. EmptyJeu 5 Aoû 2010 - 22:53

    Le regard ténébreux et dur du jeune homme, ne daignait pas se détacher de ces déménageurs indélicats, quand bien même il avait un gobelet de café dans la main, fraîchement amené par la pétillante Jaelyn. Ces va-et-vient incessants, ce manque d'espace provoqué par l'invasion des cartons et des hommes indélicats les portant alors, l'appréhension d'une nouvelle vie qu'il craignait quelque peu, semblaient mettre les nerfs à vif du jeune brun. Sans doute était-ce là la dernière attitude à adopter, car loin de mettre à l'aise la future habitante, peut-être la plongerait-il d'avantage dans un malaise profond, alors même que déjà Jaelyn devait peiner à prendre ses marques. Pride néanmoins doté d'un égotisme intense, n'y avait pas même pensé et se contentait de toiser son salon de son regard fauve et inquisiteur : la simple table basse coûtant à elle seule dans les quinze mille dollars pour son unicité et la rareté de son bois, était à elle seule le centre de son attention aguerrie. Finalement, il était fort heureux de se dire que Pride Berrington n'était pas devenu papa, car c'était à se demander comment ce dernier aurait pu faire avec un bambin gambadant dans son salon de luxe, touchant de ses mains sales et maladroites le précieux mobilier et les toiles onéreuses d'art contemporain. Le salon reflétait à lui seul la personnalité de Pride : il aimait l'esthétisme, la rareté et le luxe, ce qui lui insufflait un bon goût non négligeable – même exemplaire – , en matière de décoration, quand bien même il était vrai que parfois le jeune homme abusait sur le prix de certains mobiliers, cent fois trop chers. Sa main puissante épousant toujours le galbe fin de la hanche de Jaelyn, il finit par s'abreuver d'une gorgée de caféine avant de tourner son regard incandescent sur la demoiselle amusée. " Jupiter vous rendra visite. Profitez-en : la chance devrait vous aider à améliorer vos revenus. Ce sera le moment ou jamais de négocier une prime quelconque . Et si vous disposez de quelques économies, l'occasion de réorganiser vos placements !... et bien tu vois, c'est peut être une avancée positive pour le club" Pride fronça légèrement le nez dans une moue méprisante, à l'égard de ces inepties stupides : il n'avait jamais cru en l'horoscope, l'astrologie, et toutes ces histoires stupides de bonne aventure. Il n'aimait guère le terme de destin tout tracé, et restait persuadé qu'un homme faible était celui qui se laissait porter par le courant, mettant tout sur le compte de la fatalité. Après tout le jeune homme, lui-même issu de la brutalité des ghettos, avait su se battre et se faire violence pour en arriver là où il était aujourd'hui. Certes il n'était pas le plus honnêtes des hommes, et son parcours était plombé d'erreurs monumentales, mais au moins il demeurait à l'abri financier, vivant dans une maison de rêve, possédant des biens matériels exorbitants, ainsi qu'une légère influence capable de le sortir de prison. Mais plus encore, le sujet du club venait ajouter à la nervosité du moment : si Pride, comme toujours trop confiant envers lui-même, était persuadé que l'affaire allait fonctionner, il préférait encore ne pas en entendre parler lorsque la nouvelle lui parvenait d'un magasine dont la dernière page était écrite pour gonfler la naïveté des lecteurs. Finalement, tout aurait été plus simple si le jeune homme n'avait pas pour lui un caractère si sombre, et avait simplement pris la taquinerie de la belle comme elle venait : avec le sourire, et avec amusement. Vidant son gobelet qu'il posa sur un carton, ce fut avec soulagement qu'il observa les lieux se vider peu à peu de ces déménageurs bourrus, avant de s'avancer dans le salon, à l'instar de la belle Jaelyn qui posa nonchalamment son sac à main sur la table basse, essuyant un léger regard piqué de la part de son amant. "Oh ... pardon" Un sourire tendre vint se dessiner sur les lèvres désirables du brun ténébreux qui ne dit mot, et qui finit par prendre sur lui : vivre à deux, c'était également faire des concessions, et il se voyait mal avouer à son amante que cette table, laquée à la main et achetée dans une galerie d'art spécialisée dans le mobilier, supportait mal les coups sec et les gestes brusques. « Ce n'est rien, laisse-le là. » souffla-t-il d'un timbre de voix suave, avant de se tourner à son tour vers les cartons envahissants. Dans un froncement de sourcils, il tourna son regard d'acier vers l'un des déménageurs, et, désignant les cartons sur lesquels étaient écrits visiblement 'vêtements', il somma alors d'une voix sèche et glaçante : « Mettez tout ça à l'étage. » Lorsqu'il s'agissait de parler hiérarchie, Pride était rarement avenant et donnait ses ordres d'une froideur à vous glacer les sangs. Aussi ce fut sans oser répliquer que le déménageur s'exécuta, tandis que Pride retrouvait soudainement cette lueur plus douce dans ses yeux ambrés lorsqu'il se tourna vers Jaelyn de nouveau. Plein de prestance, la couleur des parfums vous chamboulant les sens, il se faisait l'effet d'un homme d'affaires à la posture droite et impressionnante. Malgré tout, il la toisait comme on darde le ciel : avec envie et admiration, tant elle avait pour elle la grâce et la beauté. "A défaut de valises, mes vétements se trouvent dans la plupart des cartons, je dois les installer où ? Je m'éfforcerais de ne pas prendre trop de place !" « Hmm... » Un souffle subtil s'échappa de ses lèvres blêmes et désirables, tandis que son regard ébène se détourna de la masse de cartons pour se poser sur la silhouette mutine de Jaelyn. Sans un mot de plus, Pride tourna les talons et se dirigea vers le couloir pour mieux monter les escaliers : une fois sur le seuil de ceux-ci, il avisa son amante toujours à portée de vue, avant d'esquisser un sourire à la fois doucement moqueur et lubriquement joueur. « Au pire, tu t'installeras dans le salon. » fit-il avec taquinerie, alors qu'il était évident que son regard de braise était une invitation à le suivre à l'étage. Néanmoins ce ne fut guère vers sa propre chambre que Pride se dirigea, mais bien vers une pièce jusque là jamais utilisée. Sentant la présence de Jaelyn lorsqu'il en passa le seuil, il alluma la lumière afin de mieux offrir à ses yeux satinés, le spectacle délicieux d'un dressing immense, fait de bois noir et de spots lumineux. « On ne se servait pas de cette pièce, je me suis dit que je pouvais t'aménager un dressing. » souffla-t-il de sa voix suave, son regard ne daignant pas encore se poser sur son amante. « Avec quelques robes déjà, et des chaussures. Chanel, ou Versace... Je ne sais plus vraiment, tu devrais y jeter un coup d'oeil. » Le détachement de sa voix qui se faisait murmure bas et assuré, était d'un naturel déconcertant, tandis que Pride fronça pensivement les sourcils. En avait-il fait trop ? Bien sûr et comme toujours, car Pride Berrington n'avait pas le sens de la mesure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




# 1591 || 'Cause she's a part of my life. Vide
Message(#) Sujet: Re: # 1591 || 'Cause she's a part of my life. # 1591 || 'Cause she's a part of my life. EmptyLun 9 Aoû 2010 - 11:28

    Vivre à deux n’était pas chose aisée, surtout lorsqu’il s’agissait d’un couple tel que Pride et Jaelyn. L’un assoiffé d’une liberté dévorante et l’autre éperdument nostalgique d’un passé révolu, ils devaient apprendre à changer leurs habitudes et ainsi parvenir à une entente commune sans bien évidemment piétiner sur les plates-bandes de l’autre. En tant que couple, Jaelyn, habitante solitaire, se devait de faire quelques concessions pour le bonheur et le bien-être de son compagnon. Embaucher une telle compagnie avait été une erreur, recommandés par son associé, les déménageurs se révélèrent privés de toute délicatesse. Sillonnant la vaste demeure du jeune homme ils se faisaient un malin plaisir à encombrer l’espace des cartons de la demoiselle. Baissant le regard un instant, la jeune femme soupira, lassée par une telle attitude. L’irritabilité de son amant se fit plus pressante, si bien qu’il aboya quelques ordres aux salariés maladroits. Face à tant de véhémence de sa part, la tension se fit plus palpable et Jaelyn n’osa piper mot. Alors que les cartons jonchaient le salon au style épuré, un déménageur s’empara du dernier paquet avant de le monter à l’étage puis dans un signe de tête, il salua le jeune homme avant d’être maigrement payé par la jolie blonde. Désemparée, Jaelyn fit face à son compagnon qui, accompagné d’une boutade, la pria de le suivre. Un sourire franc vint se dessiner sur son visage d’opaline et son cœur se fit plus léger, guéri d’une tension désormais disparue. Amusée, elle le suivit à l’étage, elle demeura interloquée lorsque Pride stoppa sa course devant une porte close. Sans lui prêter regard, il pénétra dans la pièce à l’espace non négligeable. « On ne se servait pas de cette pièce, je me suis dit que je pouvais t'aménager un dressing. » Bouchée bée, Jaelyn observa les lieux alors que son amant reprit la parole d’une voix suave « Avec quelques robes déjà, et des chaussures. Chanel, ou Versace... Je ne sais plus vraiment, tu devrais y jeter un coup d'œil. » Détaillant son compagnon avec un intérêt profond, elle ne pût s’empêcher d’ajouter hilare « Tu dis ça avec une facilité déconcertante ! » Puis, avec douceur elle s’approcha des nombreuses parures, gracieusement rangées. Glissant sur les pièces uniques et inestimables, ses doigts caressèrent la soie, le coton, le satin, la mousseline ou encore la flanelle, lui livrant un spectacle sensuel et coloré. Ses yeux azurs toisèrent les tissus délicats puis silencieuse elle se tourna vers son amant qui, enfiévré l’observait, appuyé sur l’encadrement massif de la porte. « Elles sont magnifiques ! Comment te remercier ? » Touchée par cette délicate attention, Jaelyn posa sa main frêle sur la peau brûlante de son compagnon avant de déposer un baiser d’abord sage puis peu à peu cavalier sur ses lèvres masculines « Mille fois merci » murmura t’elle avec ravissement « Je vais d’abord ranger mes affaires pour ne pas t’encombrer davantage puis je pense que je pourrais en essayer quelques unes ! » Pétillante de malice, Jaelyn se mordit la lèvre, taquine, avant d’ouvrir le premier carton.

    S’affairant à son rangement, Jaelyn se plaisait à ordonner ses affaires et autres babioles, de temps en temps, Pride la rejoignait à l’étage afin de suivre l’avancement de son travail. Bientôt le dressing fût impeccablement harmonisé, méticuleuse, la jolie blonde avait prit soin de ne rien laisser trainer et tous ses objets de valeur avaient pris place dans la pièce que Pride lui avait soigneusement emménagé. Satisfaite d’une telle efficacité, elle se posta devant les précieux cadeaux de son amant, hésitante, ses doigts se resserrèrent pourtant sur une magnifique robe sombre. La détachant de son cintre argenté, Jaelyn en admira la préciosité du tissu et le raffinement d’un travail si soigné. Sans plus attendre, elle quitta ses vêtements basiques avant d’apposer cette robe courte en soie sur sa peau laiteuse. Pride se trouvait dans son bureau, affairé par un business qui ne la concernait pas, la jeune architecte retrouva ses marques au sein de cette magnifique villa. Vaquant dans les diverses pièces de la maison, elle acheva son voyage dans la cuisine, où elle prit deux verres et une bouteille de champagne. Regagnant l’étage, elle frappa sur l’imposante porte boisée du bureau de son compagnon. Sa voix suave l’invita à entrer et furieusement sensuelle, elle lui dévoila ses courbes féminine drapées d’une robe haute couture. Aux allures de femme fatale très sixties, elle s’avança vers lui, dévoilant peu à peu un fourreau de soie doublé de dentelle, souligné d’une ceinture en velours du même ton. Contournant l’imposant bureau, elle lui tendit un verre avant d’ajouter avec malice « J’avais songé à fêter ça ! » Elle lui laissa le soin d’ouvrir la bouteille de champagne avant d’en assurer le service, tintant le verre contre celui de son compagnon, la douce Jaelyn ne pût s’empêcher d’ajouter, hésitante « Pour ne rien te cacher, je suis terrifiée à l’idée de vivre avec toi, j’ai peur de ne pas être à la hauteur, mais au fond je sais que le jeu en vaut la chandelle» D’une douceur infinie, elle plongea ses lèvres dans le luxueux et délicieux élixir avant de l’observer une nouvelle fois « Et toi ? Tu ne regrettes rien ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




# 1591 || 'Cause she's a part of my life. Vide
Message(#) Sujet: Re: # 1591 || 'Cause she's a part of my life. # 1591 || 'Cause she's a part of my life. EmptySam 14 Aoû 2010 - 23:32

    Les déménageurs, enfin, avaient quitté les lieux qui demeuraient délicieusement plus silencieux, et surtout laissaient une sérénité retrouvée au propriétaire. Pride n'avait en effet plus besoin de s'assurer que l'indélicatesse de ces employés massifs ne viendrait pas décrocher un tableau au coût exorbitant, rayer un des meubles au bois rare, ou pire encore, abîmer la robe noire de sa précieuse Aston qui côtoyait le camion des déménageurs de bien trop près à son goût. Ce fut donc non sans avoir aidé Jaelyn à déballer ses affaires, tout en lui laissant le soin de s'occuper par elle-même du rangement de ce qui lui était plus personnel, que le jeune homme finit la journée harassante dans son bureau, afin de remplir de la paperasse plus qu'ennuyeuse pour l'ouverture à venir de son club. Malgré tout, Pride ne parvenait pas à se concentrer, et l'ambre de ses pupilles demeura longuement figée sur un point fixe logé sur ses papiers vierges, non sans se perdre dans une léthargie profondément pensive. S'il était certain de son envie d'avoir Jaelyn à ses côtés, il l'était beaucoup moins en ce qui concernait l'aptitude de la demoiselle à supporter son caractère : le brun ténébreux était en effet assoiffé d'une liberté intarissable, lunatique et même peu sage lorsqu'on le comparait à l'attitude plus chaste et tranquille de sa petite amie, et se comportait finalement encore comme cet adolescent irresponsable et de mauvaise foi qu'il était autrefois, malgré sa carrure imposante. Il redoutait en effet que la jeune femme ne comprenne ni ses envies parfois de se retrouver seul, en tête-à-tête avec lui-même, ni ses élans amoureux voire licencieux qu'il pourrait avoir pour elle : sa capacité à souffler le chaud et le froid, pouvait devenir bien fatigant pour la jeune femme, chose par ailleurs légitime. L'avantage avec un colocataire comme Clyde, était encore que ce dernier parlait peu et avait donc besoin de peu de sociabilisation. Une femme, au contraire, avait toujours besoin d'attention, et il était hors de question que Pride ne commence à négliger la demoiselle sous prétexte qu'il l'avait déjà conquise : Jaelyn, pensait-il, pouvait lui redonner du mordant, ce nouveau souffle qu'il attendait impatiemment afin de redevenir le Pride d'auparavant, et ainsi il souhaitait faire d'elle la plus heureuse des femmes... Mais était-ce vraiment possible avec un homme comme lui, aussi imprévisible, avide d'une indépendance, et craintif devant les chaînes de l'engagement que comportaient fiançailles ou marmots. Le jeune homme frissonna sous cette pensée, et sortit de sa léthargie non sans arquer les sourcils avec appréhension, lorsque quelques coups vinrent résonner à la porte de son bureau. Encore pensif, Pride ne réalisa pas aussitôt qu'il devait s'agir de Jaelyn, et sa voix suave se fit plus sombre qu'elle n'aurait du l'être. A la vision de la jeune femme cependant, délicieuse dans sa robe découpant délicatement ses hanches fines, un sourire en coin ses dessina sur ses lèvres mutines.

    « J’avais songé à fêter ça ! »
    « Et tu as eu raison. » souffla-t-il avant de se lever et d'empoigner doucement la bouteille tendue par son amante, versant ainsi le champagne dans les verres trop vide à son goût. Se redressant avec prestance, il plongea ses yeux fauves dans les yeux satinés de Jaelyn, un sourire en coin et une main dans la poche, quand l'autre tenait fièrement une coupe pleine de la boisson dorée. « Pour ne rien te cacher, je suis terrifiée à l’idée de vivre avec toi, j’ai peur de ne pas être à la hauteur, mais au fond je sais que le jeu en vaut la chandelle. » Surpris, Pride demeura taciturne tandis que son sourire s'effaçait au profit d'un regard étonné. Ce n'était pas tant la crainte que lui avoua son amante, qui le prit au dépourvu, puisque cela était légitime, mais bien cette angoisse de ne pas se penser à la hauteur... Sans doute, très probablement même, surestimait-elle le jeune homme, ou bien le mettait-elle sur un piédestal qui lui faisait se sentir frêle et maladroite... Réflexe plus ou moins courant chez les personnes amoureuses, ou tout du moins prises d'une affection particulière pour l'être aimé : on idéalise son conjoint, au point d'en gommer les fautes ou de les ignorer superbement. Se raclant alors la gorge, Pride détourna un instant le regard, humectant alors rapidement ses lèvres blêmes, il laissa sa voix suave trahir son trouble. « Tu... » Tu quoi ? De toute évidence, Pride n'avait jamais été très doué pour ce genre de conversation, et fort heureusement Jaelyn le coupa dans son élan. « Et toi ? Tu ne regrettes rien ? » « Je ne regrette jamais les décisions que je prends. » D'une assurance écrasante retrouvée, Pride leva son verre à sa belle, et but une gorgée sans daigner quitter sa beauté éthérée de son regard affamé. Seul le temps, finalement, se rendra juge des deux amants.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





# 1591 || 'Cause she's a part of my life. Vide
Message(#) Sujet: Re: # 1591 || 'Cause she's a part of my life. # 1591 || 'Cause she's a part of my life. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

# 1591 || 'Cause she's a part of my life.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-