AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-30%
Le deal à ne pas rater :
Baskets Nike Air Max Genome
119 € 170 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 3139 ★ the time has come to make things right

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




3139 ★ the time has come to make things right Vide
Message(#) Sujet: 3139 ★ the time has come to make things right 3139 ★ the time has come to make things right EmptyJeu 5 Aoû 2010 - 1:38


3139 ★ the time has come to make things right 2cqcvn9 3139 ★ the time has come to make things right 2149gf9
♦ the time has come to make things right
STARRING ABBEY KASSIDY AND TABITHA JOHNSTONE

Tabby était nerveuse. Et cela pouvait se sentir. C’était des mains fébriles et tremblantes qui passaient dans ses cheveux pour les relever dans un chignon serré. Ses yeux fixant le miroir, la jeune fille doutait encore d’elle. Et même si Lincoln lui avait répété que tout se passera bien, elle continuerait à douter. De toute façon, le doute était omniprésente dans son esprit donc ça ne lui changeait pas vraiment de d’habitude. Cependant, là, Tabitha sentait qu’une opportunité unique en son genre se proposait à elle. Elle flairait le bon filon et c’était cela qui la rendait terriblement nerveuse. La peur de tout faire capoter, que quelque chose ne se déroule pas comme prévu ou qu’elle se retrouve sans réponse plausible et convaincante n’avait pas quitté son esprit ni son ventre depuis hier soir. Il était clair que son entretien avec le B&C show avait été beaucoup moins stressant que celui d’aujourd’hui. Peut-être parce qu’elle savait qu’elle allait être reléguée en bas de l’échelle sociale de cette grande compagnie. Après tout, même si elle était une élève brillante, Tabby n’avait que son diplôme de lycéenne dans la poche et aucune expérience de travail quand elle était arrivée chez eux. Elle ne s’était donc pas fait énormément d’idées quant à son rôle dans les studios. Elle avait considéré ce travail comme un passe-temps, un moyen d’occuper utilement ses dix doigts en dehors des cours, d’accentuer sa volonté d’indépendance et aussi de gagner en expérience. Mais maintenant que la fin de ses études approchait, il fallait songer à se montrer plus ambitieuse et commencer à voir son projet d’avenir se concrétiser. Elle n’avait pas tout plaqué pour rien. Et c’est ce qui commençait à arriver. Elle avait d’abord eut la chance d’avoir des cours de la part de Preston Spines. Mais là, elle allait sûrement toucher le sujet d’un peu plus près. Abbey Kassidy était comme un ange descendu du ciel. Tabby se réjouissait d’avoir déménagé à Miami à chaque fois qu’elle voyait l’actrice débarquer dans un de ces cours de théâtre à la faculté. Et c’était aussi là qu’elle l’avait approché pour la première fois. Abbey méritait le respect, rien que par sa filmographie. Mais aussi par a personne qu’elle était. Tabitha et ses camarades avaient eut la chance de l’avoir vu à l’œuvre et l’actrice donnait encore plus envie à la jeune Johnstone de persévérer. Polie, Tabby avait osé l’aborder, une fois le cours fini. Abbey s’était montrée d’une approche assez facile, s’en était presque déstabilisant. Évidemment, Tabby ne rêvait pas non plus ; les habitants peuplant la planète d’Hollywood n’étaient sûrement pas aussi serviables, à l’écoute et abordables qu’Abbey ou Preston. Mais cela ne suffisait pas pour lui faire baisser les bras – et c’était tant mieux dans le monde où elle voulait s’imposer. Quand Abbey lui avait suggéré le poste d’assistante, Tabby n’avait pas énormément hésité pour la rappeler. Elle n’avait pas encore démissionné de son poste à l’émission, préférant ne pas trop brusquer le destin et songeant que ça pouvait peut-être lui porter malheur.

La jeune Johnstone avait rendez-vous dans environ dix minutes dans la demeure d’Abbey. Toujours devant son miroir, elle tenta de garder son calme, ce qui était une porte de temps. Abbey habitait à quelques pas d’ici, mais la jeune fille partit pour tenter de se détendre en marchant. C’était quelque chose qui fonctionnait pas mal, respirer l’air extérieur tout en se promenant. Les mains et le ventre cependant toujours noués, la demoiselle essayait de remonter l’allée le plus tranquillement possible. Mais son abstraction sur ce qui passait aux alentours était un signe qui ne trompait pas énormément. Cependant, elle voulait le poste qu’Abbey lui avait proposé. Tabby n’était pas sotte et les perspectives d’ouverture après ce travail – ou même pendant – n’étaient pas négligeables ; elles étaient carrément alléchantes. Elle avait l’impression de jouer dans un remake du Diable s’habille en prada, à quelques grosses différences près. La jeune Johnstone espérait seulement ne pas devenir ni ingrate ni différente de la personne qu’elle était. Hollywood était un monde impitoyable où deux choses étaient difficiles à garder : la confiance et le naturel. On ne pouvait pas faire confiance à n’importe qui, songeait-elle. Et il devait être très difficile de rester soi-même dans un monde où chaque personnalité devrait se ressembler. Tabby ne négligeait pas ces petites choses ni même le poste qui se proposait à elle. Quand elle arriva devant la bâtisse, tous ses sens étaient en alerte. Tapotant trois fois distinctement à la porte, Tabitha aborda un fin sourire quand la porte s’ouvrit. Nous y voilà. Enfin. « Bonjour, mademoiselle Kassidy. Tabitha Johnstone, on avait rendez-vous. Je ne suis pas en retard, j’espère ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




3139 ★ the time has come to make things right Vide
Message(#) Sujet: Re: 3139 ★ the time has come to make things right 3139 ★ the time has come to make things right EmptyMar 17 Aoû 2010 - 23:02



THE TIME HAS COME
TO MAKE THINGS RIGHT
Certains étaient acteurs dans le simple but d’être célèbre et de faire beaucoup d’argent. D’autres le faisait par passion et par amour du jeu, ou tout simplement parce qu’il avait un don. Abbey était de ceux qui pratiquaient cet art avec respect et amour, ceux qui reflétait bien la profession et qui, bien souvent, méritaient les honneurs et les récompenses, car ils y mettaient beaucoup de cœur. Et quand l’on vit de sa passion, il n’est pas étonnant de vouloir la partager avec les gens qui nous entourent. Pour Abbey, cela représentait une bonne partie de son temps libre. Lorsqu’elle était de passage à Ocean Grove entre deux tournages, elle se rendait au moins une à deux fois par semaine rencontrer les classes d’étudiants en théâtre de l’université où elle avait elle-même étudié. Par ailleurs, certains de ces enseignants s’y trouvait toujours et elle était heureuse de venir prouver à ces étudiants que tout ce travail en valait la peine, qu’il était possible de réussir quand on y mettait les efforts nécessaires. Abbey se livrait à ces étudiants, racontant ses expériences de travail, ses relations avec ces partenaires à l’écran, le nombre incalculable d’auditions qu’elle avait passé afin de décrocher LE rôle qui l’avait mise à l’avant. Parfois même, elle se prêtait au jeu et faisait quelques petites joutes d’improvisation avec ces jeunes qui vibrait de cette même passion. Ces journées étaient, en toute définitivement, inoubliable pour la jeune femme.

C’est durant l’un de ses passages à l’université qu’elle avait été abordée par une jeune fille du nom de Tabitha Johnstone, une étudiante de théâtre qu’elle avait vu à l’action lors de sa visite à la faculté d’arts dramatique. Talentueuse, polie, cette demoiselle avait un avenir prometteur devant elle, si bien sûr, elle y mettait du sien. Et elle le lui avait dit, quand elles s’étaient mises à discuter : Abbey ne s’empêchait jamais de faire des commentaires à leur égard, tant que cela restait constructif. D’ailleurs, elle se montrait toujours disponible pour ces jeunes recrues du métier afin de leur donner tous le bagage possible. Il lui arrivait parfois d’accompagner certains d’entre eux dans le processus d’audition pour les conseiller sur la bonne voix. D’autres souhaitaient avoir des conseils sur les études possibles après le diplôme en théâtre et Abbey les renseignait sans aucun problème. Elle était dévouée envers eux, un peu comme une mère avec ces petits. Si elle aurait pu, elle les aurait surement tous pris sous son aile, mais c’était hélas chose impossible. Si le temps à investir aurait été des plus importants, c’est surtout les conséquences à long terme qu’elle craignait : si l’un de ses protégés se dirigeait dans le mauvais chemin – alcool, drogue et Cie, il en serait de sa responsabilité d’en assumer ces actes, pas officiellement mais officieusement. Sa réputation était en jeu et on ne jouait pas avec cela! Elle avait déjà eu son lot de problèmes pour le moment.

Au cours de leur discussion, Abbey en était venue à aborder la possibilité de prendre une assistante pour l’aider dans ses tâches courantes – le métier d’actrice la tenait si occuper qu’un peu d’aide n’aurait pas été de refus. À voir le regard pétillant que lui lançait la jeune Johnstone, elle avait tout de suite compris c’était une possibilité qu’elle ne pouvait pas laisser passer. « Réfléchis-y un moment et appelle-moi si ça t’intéresse. » lui avait-dit avant de lui tendre l’une de ses cartes d’affaires où elle avait griffonnés au dos le numéro de son téléphone portable. Quelques jours plus tard, c’est sans surprise qu’elle reconnue la voir de Tabitha au bout du fil, lui faisant connaître son intérêt pour le poste. Elles convinrent ensemble d’une date et d’une heure de rencontre, afin de discuter de ce que ce travail impliquant vraiment. Et aujourd’hui, c’était le jour J.

Toujours très professionnel, même lorsqu’elle travaillait à domicile, Abbey avait revêtue un ensemble pantalon noir/chemise beige très classique, le tout accompagné d’un soulier à talons hauts noir. Vivant en colocation avec une autre actrice – cette chère Bluenn, pas question de se laisser surprendre par les gens qui cognaient à sa porte dans une tenue inappropriée. Leur réputation était, encore une fois, en jeu. Bien entendu, lorsqu’elle ouvrit sa porte cet après-midi là, elle n’avait aucun sur l’identité de la personne qu’elle trouverait derrière. Ponctuelle, voir même légèrement d’avance, Tabitha se trouvait sur le seuil de sa porte, visiblement stressée, mais souriante. « Bonjour, mademoiselle Kassidy. Tabitha Johnstone, on avait rendez-vous. Je ne suis pas en retard, j’espère ? » Lui souriant à son tour, elle s’empressa de lui répondre. [color:8a30=#c6b062]« Bonjour Tabitha, je suis heureuse de te revoir. Ne t’inquiète pas, tu es loin d’être en retard, je dirais plutôt que tu es même un peu en avance et j’aime ça. Entre, je t’en pris. » Et elle lui céda le passage pour finalement refermer la porte derrière elle. « Tu n’as pas eu trop de mal à te rendre, à ce que je vois. » lui fit-elle remarquer. Le regard de la jeune femme voguait de droite à gauche, scrutant son environnement immédiat avec curiosité : ce n’était pas tous les jours qu’on entrait chez une célébrité! Interrompant cet examen de sa maison – qui n’avait rien d’exceptionnel, ne serait de la décoration impeccable, Abbey enchaina immédiatement avec le sujet de sa visite. « Alors, désires-tu avoir quelque chose à boire avant que nous allions dans mon bureau? Un verre d’eau, du jus? Des biscuits peut-être? Ils viennent tout juste de sortir du four et ils sont excellents : ma spécialité en fait. » Sur ce, elle se rendit dans la cuisine et s’empara de l’assiette ou ces derniers se trouvant, revenant finalement sur ces pas en tendant le tout à son invitée. « Alléchant, non? » Lorsque Tabitha lui indiqua finalement ce qu’elle désirait avoir et qu’Abbey lui eut servit le tout, elles prirent tout deux la direction du bureau de l’actrice qui se trouvait tout au fond du couloir, avec une vue splendide sur le jardin arrière de la demeure. Indiquant à l’étudiante la place où elle devait s’assoir – un sofa plutôt confortable, Abbey s’empressa d’aller la rejoindre après avoir déposée les breuvages et les pâtisseries sur une table non loin de là. « J’espère que tu n’es pas trop stressée – je ne suis pas un monstre et je ne te mangerai pas, soit sans crainte. Je veux simplement savoir à qui j’ai affaire, c’est tout. Tu sais, j’ai moi-même commencer au bas de l’échelle : en fait, je n’étais même pas destinée à une carrière dans le cinéma avant que l’on me déniche lors d’auditions dans mon école de danse. Ce fut un énorme coup de chance et un merveilleux coup de pouce du destin. Mais assez parlez de moi. Qu’est-ce qui t’as attirée vers le théâtre? »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




3139 ★ the time has come to make things right Vide
Message(#) Sujet: Re: 3139 ★ the time has come to make things right 3139 ★ the time has come to make things right EmptyDim 31 Oct 2010 - 18:56



« Bonjour Tabitha, je suis heureuse de te revoir. Ne t’inquiète pas, tu es loin d’être en retard, je dirais plutôt que tu es même un peu en avance et j’aime ça. Entre, je t’en pris. Tu n’as pas eu trop de mal à te rendre, à ce que je vois. » La jeune Johnstone semblait intimidée et pour cause ; elle était radicalement dans ses petits souliers. Tabby se rappelait du nombre de fois qu’elle avait tournée et retournée la carte de visite avec le numéro griffonné dessus avant d’attraper son téléphone. Peu de personnes n’avaient été mises au courant de sa démarche. Outre Neal et Lincoln, le reste de la planète n’en avait pas un traitre mot. Elle ne préférait pas le crier sur tous les toits. Déjà, parce que ce n’était dans ses habitudes. Et ensuite, parce que ça pourrait lui porter préjudices. Tabitha ne doutait pas de l’empathie qu’Abbey pouvait avoir envers les débutants du métier mais elle ne voulait pas non plus abuser. Et puis, en soi, c’était un travail comme les autres. Enfin, c’était une façon de voir les choses, bien sûr. Si on considérait son travail à B&C show, c’était plus de l’exploitation plutôt qu’autre chose. Mais bon. Tabitha n’était pas une flemmarde de nature et bouger ne lui posait pas tant de problèmes que ça. Tant qu’elle connaissait plus ou moins bien son futur terrain, il n’y avait pas de raison de paniquer. Et là, même si elle essayait de se détendre, le stress qu’elle ressentait montrait bien l’importance de la situation et de cet entretien. Tabitha avait un certain sens des priorités et son subconscient aussi. Aussi, elle n’était pas forcément étonnée de sentir que son sourire était un peu tendu au niveau de sa mâchoire. Mais l’ambiance de la maison et le sourire serein d’Abbey – on sentait qui était en position de force – l’apaisèrent peu à peu. D’ailleurs, Tabby ne put s’empêcher de regarder curieusement la demeure dès qu’elle eut le pied posé dedans. Une maison traditionnel, très charmante et sans étagère de trophées qui vous en mettait pleins la vue dès votre arrivée. Sobriété mais classe en même temps. Assez proche de l’image de la propriétaire des lieux – n’ayant pas prêté attention à la boite aux lettres, Tabby n’avait pas vu la présence d’une colocataire – en fin de compte. « Alors, désires-tu avoir quelque chose à boire avant que nous allions dans mon bureau? Un verre d’eau, du jus? Des biscuits peut-être? Ils viennent tout juste de sortir du four et ils sont excellents : ma spécialité en fait. » La jeune Johnstone s’arracha de sa contemplation pour porter son attention sur Abbey, qui tournait déjà les talons pour s’élancer ailleurs. Tabitha fronça un moment les sourcils ; devait-elle la suivre, ou pas ? Bon sang, Tabby, elle vient de demander ce que tu voulais… Suis là ! Cette petite voix intérieure n’avait rarement tord ; la jolie blonde suivit donc les traces de son aînée, qui s’était donc réfugiée dans la cuisine. Quand elle arriva dans la pièce, l’actrice avait déjà le plateau de biscuits dans les mains. « Alléchant, non? » Effectivement, l’odeur parcourait agréablement la demeure, titillant au passage l’odorat de Tabitha. Elle n’était pas spécialement gourmande mais quand même. Elle demanda un simple verre d’eau – sa mère lui avait toujours appris qu’il n’y avait rien de plus déshydratant que l’eau. Même si elle était américaine, elle n’avait vu que très peu de bouteilles de coca dans son frigo. De toute façon, Tabitha était une fidèle de l’eau plate et ce n’était pas aujourd’hui que cela allait changer.

Enfin, Abbey l’amena vers ce qui semblait être son bureau. Un coup d’œil à droite puis à gauche avant que l’hôte l’invite à s’asseoir sur le sofa présent, où elle l’y rejoignit rapidement après dépasser le plateau qu’elle avait transporté. « J’espère que tu n’es pas trop stressée – je ne suis pas un monstre et je ne te mangerai pas, soit sans crainte. Je veux simplement savoir à qui j’ai affaire, c’est tout. Tu sais, j’ai moi-même commencer au bas de l’échelle : en fait, je n’étais même pas destinée à une carrière dans le cinéma avant que l’on me déniche lors d’auditions dans mon école de danse. Ce fut un énorme coup de chance et un merveilleux coup de pouce du destin. Mais assez parlez de moi. Qu’est-ce qui t’as attirée vers le théâtre? » Tabitha sourit légèrement ; elle avait eut le temps de se renseigner sur Abbey avant de venir. Mais c’était plutôt drôle de voir que l’actrice semblait oublier qu’on pouvait trouver sa biographie complète sur internet. Puis, vient la question. Pas n’importe question. La question. Celle qu’on lui pose souvent. Sous différentes formes mais qui se rapprochaient et dont la réponse n’était jamais très variée. Alors Tabby sentit ses yeux brillés, comme à chaque fois qu’on lui parlait du théâtre, alors qu’elle croisait les jambes et posa ses mains sur son genou. « J’ai envie de faire du théâtre depuis l’âge de quatre ans, j’ai donc assez peu de souvenirs sur ce qui m’a attiré en premier. Mais je crois que pouvoir être quelqu’un d’autre est vraiment incroyable. Il y a un côté thérapeutique, où l’on peut se glisser dans un caractère, dans une démarche, dans des actions sans réelles représailles. Et cela permet aussi d’en apprendre plus sur les relations humaines. En faites, ce que j’aime dans le théâtre, c’est le côté un peu schizophrène du métier. Je ne suis pas d’une naturelle très extravertie alors, la scène est comme une boule pour moi où je peux m’exprimer librement, en oubliant le monde autour. C’est très libérateur, je trouve. » Quand Tabitha se rendit compte de la longueur de son discours, elle se tut avant d’attraper son verre d’eau qui l’attendait sagement. Est-ce qu’elle s’en était bien sortie ? Elle espérait que oui. Si la première réponse n’était pas du goût d’Abbey, elle allait devoir continuer à rapporter le café et classer des dossiers au sein de la B&C show. Et on ne pouvait pas vraiment dire que c’était une perspective qui la comblait de joie.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





3139 ★ the time has come to make things right Vide
Message(#) Sujet: Re: 3139 ★ the time has come to make things right 3139 ★ the time has come to make things right Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

3139 ★ the time has come to make things right

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-