AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-30%
Le deal à ne pas rater :
Maillot domicile du PSG saison 2020 / 2021
62.97 € 89.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Du sport, et ça s'arrête là | Jovan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Du sport, et ça s'arrête là | Jovan Vide
Message(#) Sujet: Du sport, et ça s'arrête là | Jovan Du sport, et ça s'arrête là | Jovan EmptySam 31 Juil 2010 - 12:57

Mary avait mal vécu son départ en retraite. L'école était toute sa vie, cela lui permettait de rencontrer de nouvelles personnes, autant du côté des enfants que du côté des parents. Elle était très ouverte sur le monde, patiente et persévérante, les élèves l'adoraient et eux-mêmes n'avaient pas accepté le fait qu'elle parte. Mais elle n'avait malheureusement pas eu le choix. Elle occupait dorénavant ses journées comme les autres personnes de son âge, elle allait faire les courses tous les matins au supermarché du coin, elle évitait le caddie à roulettes, elle trouvait que ça la vieillissait encore plus. Ensuite, elle préparait le repas, faisait un peu de ménage -quand on disait un peu avec Mary, c'était plutôt radical- et tous les jours c'était la même chose. Cela devenait lassant au fur et à mesure que les années passaient. Elle n'avait aucune famille dans le coin, si bien sûr, son mari et ses neveux, mais cela s'arrêtait là. Aucune nouvelle de ses sœurs, et de son frère encore moins. Certes, elle avait des amis sur qui compter, qu'elle pouvait inviter à dîner le soir pour se sentir moins seule les jours où son époux était parti en bateau. Mais ce n'était pas pareil.

Un jour, elle s'était proposé de travailler à la supérette mais le patron avait refusé. Il ne lui avait pas dit en face mais elle savait bien ce qu'il pensait, qu'elle était trop âgée, qu'une petite jeune serait mieux pour attirer les clients. Elle ne lui en avait pas voulu, c'était presque un ami, depuis le temps qu'elle le voyait. Depuis qu'elle vivait à Ocean Grove plus précisément,et cela faisait un bon moment. A présent, cela faisait quelques années qu'elle donnait de l'argent à des œuvres caritatives, qu'elle faisait du bénévolat à l'église et qu'elle aidait les associations pour les enfants. Si elle ne pouvait plus exercer son métier d'institutrice, c'était la dernière solution pour avoir encore un certain contact avec les enfants. Elle adorait cette fondation, qui aidait les gens en difficulté. Elle aimait les voir sourire, voir leurs yeux briller comme des étoiles, cela lui faisait réellement plaisir de voir qu'elle pouvait rendre des personnes heureuses avec peu. Il faisait beau ce jour-ci, elle décida d'emmener les gamins prendre un premier cours de tennis. La plupart n'avait jamais fait de sport en club, faute de moyens. Elle pensait que c'était une expérience à vivre. Elle s'adressa à un jeune qui semblait être sportif. Elle ne savait pas à qui s'adresser donc elle demanda au premier venu.

« Bonjour, j'aimerais prendre un cours, un seul, pour ces enfants, ils sont huit. Est-ce possible ? » déclara-t-elle en tournant la tête pour montrer les gamins. Ils étaient tous souriants, comme si on allait leur offrir la lune, une lueur de gaité dans le regard. « Je fais partie d'une association qui aide les parents en difficulté, serait-il possible d'avoir un tarif de groupe ? Sinon je paie moi-même, ce n'est pas un problème. » Mary était prête à payer avec son porte-monnaie si le prix était trop élevé par rapport aux fonds de l'association. Quand elle voulait faire plaisir, elle n'y allait jamais à moitié. Et lorsqu'elle avait une idée en tête, peu importe laquelle, c'était très difficile de lui ôter. Quelle bornée ! « Au fait, je suis Madame Braddock. Mais vous pouvez m'appeler Mary. Enchantée..euh..jeune homme. » Les présentations étaient souvent rapides avec elle. Elle n'y allait pas par quatre chemins. Vite fait, bien fait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Du sport, et ça s'arrête là | Jovan Vide
Message(#) Sujet: Re: Du sport, et ça s'arrête là | Jovan Du sport, et ça s'arrête là | Jovan EmptyDim 1 Aoû 2010 - 20:09

Ce ne fut non sans difficulté que Mr Lennon s'était reveillé ce matin-là. Le réveil avait beau avoir sonné plusieurs fois, Laurence avait beau l'avoir secoué, Jovan avait eu un peu de mal. Il faut dire que la veille au soir, il travaillait au San Estephe, et ce ne fut qu'aux alentours d'une heure du matin qu'il était rentré. Parfois, il se demandait si c'était une bonne chose de travailler autant: le San Estephe, le tennis, et la campagne de réprésentant de quartier lui prenaient beaucoup de temps. Trop même. Les nuits étaient courtes, et à chaque réveil c'était la même chose: le lit l'entourait de ses bras invisibles et le séquestrait à son plein grand bonheur. Puis la raison ressurgissait, et balayait le lit, sortant le jeune prof de son sommeil. Même s'il se fatiguait énormément, Jovan continuait: le temps de travail lui donnait l'argent, et l'argent il en avait besoin. Sa grand-mère ne payait qu'une partie de sa maison, il s'occupait de ses médicaments, des impôts, et autres taxes, et devait par la même occasion servir à sa vie de couple -même si Laurence gagnait largement plus que lui.
Ce jour-là donc, Jovan s'était levé aux aurores pour assister un autre professeur de tennis -un dénommé Mikael- dans la rénovation des courts extérieurs de tennis. Il lui avait fait la promesse la veille, et il s'en maudissait déjà. La terre battue avait séché sous le soleil floridien, et ils devaient en plus l'arroser assez souvent, histoire d'avoir un court potable pour les cours de tennis. Accompagnés de leurs pots de peinture, Jovan et Mike avaient refait toutes les lignes du court N°1, celui où se jouaient parfois des petits finales, et qui avait donc -en cette honneur- quelques gradins. Reposant son pinceau au sol, Jovan entendit Mike l'interpeller « On recommence demain? J'ai vu que tu avais des matchs à programmer, et des cours à donner. » Et puis, avec un petit sourire, celui-ci continua « et moi, j'ai mes seniors seniors qui ne vont pas tarder à arriver. » Agenouillé, Jovan releva les yeux vers Mike de l'autre côté du terrain qui se rapprochait de lui, et eut un léger rire. Les seniors seniors comme il le disait étaient des personnes âgées -d'environ 70 ans- qui continuaient à faire du tennis. Ils n'étaient pas nombreux, environ 4 mais ils étaient fidèles à leur rendez-vous, et comparer à d'autres personnes s'amusaient beaucoup. Si Jovan ne travaillait pas, il allait toujours faire un tour pour les voir. La bonne entente et la bonne humeur étaient toujours présentes, et voir des petits vieux jouer au tennis étaient relativement drôle. « Ca marche! » Il redonna un dernier coup de pinceau, et se releva. Au même moment, une mamie s'approchait, et Mike dut partir dans sa direction. « Je range, va! » Il sourit, et alla rechercher les deux pots de peinture tout en admirant la mamie montrer son dentier en souriant.
En revenant d'avoir déposé dans le bureau des pots de peinture, Jovan tomba nez-à-nez avec une hord d'enfants, aussi bruyants qu'impatients. Avec un grand sourire sous sa casquette, Jovan les salua « Bonjour! ». Les bambins le surprirent en répondant à leur tour. Une dame, d'une soixantaine d'années, assez élégante, les cheveux grisonnant s'approcha alors de lui, et commença à lui parler. Elle voulait que ses huits enfants prennent un cours de tennis. Les yeux de Jovan sautèrent de nouveau sur les enfants, et il ne put que constater l'envie de jouer dans leurs yeux. Un petit sourire aux lèvres, il se retourna alors vers la dame. Elle se présenta alors, et Jovan ouvrit de grands yeux en entendant son nom. Mary Braddock. Comme son institutrice et directrice d'école quand il était gamin. Comme celle qui autrefois le punissait pour s'être battu avec des copains pendant la récréation. Comme celle qui autrefois lui avait donné de bonnes notes. Amusé, Jovan se sentait aussi déstabilisé. Se retrouver face à une personne qu'on avait connu gamin n'était pas chose amusante. Il avait bien changé depuis. Il n'était plus le garçon -certes perturbateur et bagarreur- mais ayant de bons résultats. La preuve, il n'était 'que' professeur de tennis. Un sourire toujours aux lèvres, Jovan répondit alors à la femme et plus précisément aux enfants. « Il n'y a pas de problème pour un cours pour vous tous! Ca vous va j'espère? » Les enfants secouèrent la tête positivement. Se retournant alors vers Mary, il dit. « Et pour le tarif de groupe, il n'y a pas de problème non plus. C'est à partir de 6 personnes. » Puis, il se présenta à son tour, espérant passer incognito. « Enchanté madame. Je suis Jovan Lennon. » Il trouvait tellement bizarre d'employer le nom Mary pour une de ses anciennes profs: le madame lui semblait plus approprié.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Du sport, et ça s'arrête là | Jovan Vide
Message(#) Sujet: Re: Du sport, et ça s'arrête là | Jovan Du sport, et ça s'arrête là | Jovan EmptyMar 3 Aoû 2010 - 11:41

Le jeune homme était bien aimable. Mary appréciait sa façon de saluer les enfants. La plupart des gens qu'elle avait rencontré paraissaient hautains et fiers dès qu'on leur parlait des associations pour les personnes ayant des difficultés financières ou relationnelles. Lui, avait l'air plus naturel, plus vrai. Dans le temps, quand elle n'était encore qu'une adolescente, Mary constatait que tout le monde s'entraidait et de cette façon-là, il y avait toujours de l'espoir. Ça avait bien changé depuis, c'était plutôt du genre "je dois écraser les autres pour réussir et peu importe si je leur fais du mal ou non". La société d'aujourd'hui était beaucoup plus individualiste et cela faisait peine à voir. Il restait heureusement, quelques personnes adorables et généreuses mais ce n'était plus comme avant.

« Vous savez, jeune homme, pour eux, un cours est un cours, et puis ils sont là pour s'amuser, ils sont mieux tous ensemble, ils s'entendent si bien. »

Elle fit un grand sourire de remerciement avant de demander. « Vous êtes le professeur de tennis ou vous n'encaissez que les chèques ? » Ou peut-être les deux. Mary le voyait bien derrière le guichet à accueillir les clients mais elle pouvait se tromper. Elle avait toujours aimé analyser très vite les situations. Bon d'accord, son analyse n'était pas très juste et précise, mais il fallait l'excuser, ses problèmes de famille ne l'aidaient pas énormément. Et puis tout le monde a le droit à l'erreur ! Jovan Lennon. Jovan. Ce nom ne lui était pas étranger. En contrepartie, impossible de se souvenir qui c'était. Mary en était certaine, elle le connaissait, l'avait déjà croisé, mais où ? Elle n'était pourtant jamais venu au cours de tennis auparavant. Elle allait retrouver sans lui demander. Sa mémoire lui jouait parfois des tours mais quand elle cherchait, elle trouvait souvent au bout d'un certain moment.

« Je peux assister au cours ou il faut que j'attende à l'extérieur ? »

Bien évidemment qu'elle voulait venir, voir ses enfants apprendre, jouer et s'émerveiller. C'était un beau spectacle de voir des gamins heureux. Ces gosses étaient difficiles à gérer, ils se bagarraient dès que Mary avait le dos tourné. Mais ce jour-là devait être spécial pour eux car aucun n'avait encore bougé le petit doigt. Comme quoi, les enfants comprenaient très vite quand il ne fallait pas faire de bêtises.

« J'espère qu'ils ne vont pas chahuter sur le court de tennis. Vous ne pouvez pas savoir comment je suis fatiguée à la fin de la journée. Épuisée. Ils me font courir dans tous les sens. Ils savent bien que je ne vais pas les punir alors ils en profitent. »

Lorsque Mary était enseignante, elle avait l'habitude de se faire respecter et obéir en claquant des mains. Il était vrai que ce n'était pas le même milieu mais avec ces petits-là, c'était beaucoup plus difficile. Rien que de retenir leur attention pendant dix bonnes minutes était un vrai défi. En pensant à l'école, Mary en fut sûre. « Mais oui ! Jovan. Je vous ai eu comme élève, je m'en souviens parfaitement. Oh le petit garçon qui embêtait tout le monde. Le coin était presque devenu ta deuxième maison. C'est fou comme tu as grandi ! Tu es un beau jeune homme maintenant. » Cela faisait des années qu'elle ne l'avait pas vu, il était normal qu'il ait changé. Il avait l'air plus calme, plus posé. Ce n'était plus le gamin turbulent que tous les autres redoutaient. Quelle bonne surprise de le revoir. Mary se demanda s'il l'avait reconnue avant elle. Elle supposa que non, on oubliait rapidement ses professeurs. Quant à Mary, ses anciens élèves avaient tellement comptés pour elle, qu'elle se souvenait de leur nom, leur visage. Certes, il lui fallait un petit instant de réflexion pour les reconnaitre... « Quel âge avez-vous maintenant ? » C'était étrange de le vouvoyer. Petit, elle lui disait tu comme à tous les autres enfants. Mais c'était un homme à présent, complètement différent. Et lui, continuait de l'appeler Madame. Ce n'était plus le même monde, ils faisaient maintenant tous les deux partie de celui des adultes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Du sport, et ça s'arrête là | Jovan Vide
Message(#) Sujet: Re: Du sport, et ça s'arrête là | Jovan Du sport, et ça s'arrête là | Jovan EmptyMar 10 Aoû 2010 - 10:59

La femme en face de lui semblait prendre du plaisir à s'occuper de ces enfants. Ca se voyait. Certaines personnes étaient faites pour s'occuper d'enfants. Elles avaient la patience qui allait avec, la curiosité de les voir grandir, et l'écoute qu'il fallait leur apporter. Jovan ne faisait pas parti de ses personnes. Il aimait bien les enfants. Mais il trouvait que s'occuper d'eux, c'était usant et fatiguant. S'occuper d'Oliver lui allait bien: il était petit, mignon et trognon. Mais dès qu'ils atteignaient l'âge ingrat des 7-8 ans, ça en devenait des monstres, beaucoup plus difficilement gérables. Une chance que quand il les avait en cours, c'était pour des petites séances. S'occuper d'eux toute la journée, très peu pour lui.
La femme -son ancienne prof il en était certain – demanda alors si il s'occupait seulement d'encaisser les chèques, ou s'il était prof de tennis. A cette question, Jovan eut un petit sourire sur le coin des lèvres. Il était prof. S'il n'encaissait que l'argent, il s'ennuyerait drôlement. « Je suis un des entraineurs oui. » La femme demanda alors si elle pouvait assister au cours ou si il fallait qu'elle attende à côté. Avec un sourire, Jovan lui proposa « vous pouvez même jouer aussi si vous voulez! » Les petits regardèrent cette Mary avec un sourire. Apparemment, eux aussi étaient contents qu'elle puisse venir jouer avec eux. Des bananes énormes sur leurs frimousses, certains même prirent la parole « allez Mary ». Oups.. Mais bon, après tout, elle avait certes un certain âge, mais elle n'en était pas moins assez jeune pour pouvoir taper dans la balle.
La vieille dame -son ancienne prof- fit alors une remarque sur la façon dont pouvaient se tenir les enfants. Elle était fatiguée à la fin de la journée. Jovan pouvait bien le croire, c'était exactement la remarque qu'il s'était faite quelques secondes auparavant. En l'entendant, Jovan ne put s'empêcher de sourire, et d'ajouter, de bonne heure « on était sûrement comme eux avant. » Son 'sûrement' était dû au fait que lui l'était, mais qu'il ne savait pas si c'était le cas de la dame. Certainement. Après tout, quel enfant n'a jamais profité de la gentillesse d'une personne pour faire les quatre cent coups? Laurence, peut-être. Elle était tellement obnibulée à faire plaisir à sa famille que Jovan se doutait que sa première connerie fut de se marier à Vegas -cependant, si c'était bien ça, elle ne s'était pas ratée.
Alors qu'ils avançaient vers le club house, l'entraineur jetait un coup d'oeil aux enfants, tout en pensant qu'elle ne l'avait pas reconnu. Tant mieux. Ca l'arrangeait. Ses années école avaient été formidables. Bon élève, il n'avait jamais au de soucis à ce niveau. Mais gamin, il comprenait difficilement les règles, et les limites à ne pas dépasser. Il pouvait facilement s'énerver, et impulsif comme il était -et est toujours-, il était souvent plus ou moins lié aux bagarres. Et encore, ça, c'était avant que sa vie soit bouleversée l'année de ses dix ans avec la noyade de sa soeur et son déménagement à Boston. Jovan releva la tête, jeta son regard sur le cours des personnes âgés, et fut stoppé par l'exclamation de la dame. Elle se souvenait de lui. La description qu'elle fit de lui n'était pas erronée. Embêter était peut-être un verbe assez fort, mais sur l'identité de sa deuxième maison, elle n'avait pas tord. Il la regarda, et toujours avec son petit sourire lui répondit « oui, vous m'aviez bien reconnu! Je voulais passer incognito, mais c'est raté » rit-il. Elle lui demanda alors quel âge il avait. « 24 ans maintenant. » Il ajouta alors, en ayant remarqué qu'elle avait mélangé vouvoyement et tutoyement, « vous savez, vous pouvez me tutoyer. » . Sa curiosité l'emportant, il demanda par la suite  « vous êtes toujours à l'école? »
Ils étaient maintenant arrivés dans la petite maison où se trouvaient les raquettes, balles et autres ustensiles. S'adressant aux enfants, et ouvrant une armoire, il leur dit « Vous pouvez choisir vos raquettes. » Puis, il ajouta « Ensuite, on pourra aller commencer le cours. Au fait, moi, c'est Jovan. Vous pourrez me poser toutes les questions que vous voudrez! ». Un petit releva alors la tête vers lui et demanda « Mary aussi joue? » Avec un léger rire, Lennon se retourna vers la dame « Pour ça, il faut lui demander. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Du sport, et ça s'arrête là | Jovan Vide
Message(#) Sujet: Re: Du sport, et ça s'arrête là | Jovan Du sport, et ça s'arrête là | Jovan Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Du sport, et ça s'arrête là | Jovan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-