AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -50%
JBL Tune 115 TWS – Écouteurs sans fil ...
Voir le deal
49.99 €

Partagez | 
 

 N°2107, Apple Road - la vérité toute crue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




N°2107, Apple Road - la vérité toute crue Vide
Message(#) Sujet: N°2107, Apple Road - la vérité toute crue N°2107, Apple Road - la vérité toute crue EmptyJeu 29 Juil 2010 - 16:06

la vérité toute crue
romain, maât & gabriel

Le 31 juillet 2011, 14h59
N°2107, Apple Road ~ Chez oncle Alfie


« Arrête de tourner en rond. » demanda Gabriel pour la troisième fois en moins d’une minute. « Tu vas finir pas user le tapis de ta tante. »
Au milieu de salon, Romain se stoppa pour déposer un regard paniqué sur son petit ami assit sur le canapé, une bière à la main et la télécommande de la télévision dans l’autre. Comment pouvait-il paraître si serein ?
« Comment peux-tu être si calme ? Il va arriver d’un instant à l’autre et je ne sais même pas ce que je vais lui dire ! »
« Stresser à l’avance ne serre a rien. Tu auras tout le temps de t’inquiéter quand il sera-là. »
« C’est censé me rassurer ? »
« Je ne vois pas pourquoi tu en fais une montagne, mon ange. Tu arrives toujours très bien à plaider ta cause. Tu vendrais un chat dans un sac. »
« Peut-être. Mais je ne lui vends pas un chat mais notre relation aujourd’hui. »
Gabriel roula les yeux avec amusement, puis il zappa, tombant sur un documentaire animalier. Il tapota la place à côté de lui et tout en regardant Romain qui s’était remit à faire les cents pas, il demanda :
« Allez Romain, viens t’asseoir près de moi pour regarder tes petites copines les baleines. Elles ne se prennent pas la tête, elles. »
Alors qu’il s’apprêtait à prendre place comme demandé, Romain s’arrêta et il s’écria, les yeux posés sur Maât à travers la fenêtre du salon :
« Le voilà ! J'suis mort ! »
Difficilement, Romain chercha au fond de lui le courage d’expliquer à Maât sa présence en ces lieux. Le jeune homme s’efforçait de regarder en face son meilleur ami. Ce qu’il avait à lui dire n’était pas facile. Romain savait combien Maât l’avait eu mauvaise lorsque Gabriel l’avait abruptement quitté pour sa carrière. Comment lui dire qu’aujourd’hui c’était lui qui sortait avec le sénateur depuis plusieurs mois ? Et comment lui expliquer qu’entre eux, ce qui n’était au départ qu’une banale histoire de cul, s’était transformée en quelque chose de bien plus intense et de bien plus sérieux ? Si Romain avait tenu à cesser de lui cacher la vérité plus longtemps, c’était justement parce que les choses évoluaient dans le bon sens. Sa relation avec Gabriel avait passée le stade des amants sulfureux qui se retrouvaient pour une partie de jambes en l’air à la sauvette, pour atteindre celui des amoureux désireux de construire du stable. C’était du sérieux entre eux.

La gorge sèche comme s’il avait avalé un verre de sable, Romain cherchait ses mots. Il se tenait debout, au centre du salon, devant Maât qui était assit sur le fauteuil. Dans son dos, il pouvait sentir la présence de Gabriel qui l’observait sans ciller, toujours confortablement installé sur le canapé. Tout en plongeant son regard noisette dans les yeux verts de son meilleur ami, Romain continua son discours, posant soigneusement une à une les dalles du chemin menant à l’aveu qui lui brûlait les lèvres :

« … Ca fait presque six ans que nous sommes amis et pourtant, je t’ai souvent gardé à l’écart d’une part de ma vie. De mes problèmes avec David principalement. Non pas parce que je n’avais pas confiance en toi, mais parce que je savais que si je te confiais tout le mal qu’il me faisait, j’aurais eu à choisir entre lui et toi. Et à l’époque, ça m’était impossible car tu sais combien je tiens à toi. Tu as toujours été là pour moi. Toujours été l’épaule sur laquelle je venais me reposer lorsque tout allait mal. Tu as accepté notre amitié avec ces non-dits. » Emotif comme à son habitude dans la joie comme dans la peine, la voix de Romain s’enrailla, signe qu’il réprimait un sanglot. « Aujourd’hui, je n’ai plus envie de te laisser en bordure de ma vie. »

D’un pas hésitant, Romain vint s’asseoir sur l’accoudoir du fauteuil, près de Maât. Il échangea un bref regard avec Gabriel, puis il reposa ses yeux gorgés de ses éternelles larmes dans ceux de son meilleur ami. Qu’il annonce ou pas une bonne nouvelle, Romain avait la larme facile. Un rien l’avait toujours fait pleurer.

« Il faut que je te le dise car tu l’apprendras tôt où tard. » Une bouffée d’oxygène pour se donner du courage. « Je sors avec Gabriel. C’est arrivé comme ça, sans que l’on ne l’ait cherchés tous les deux. Je bossais pour lui. Et petit à petit, nous nous sommes rapprochés. Ce n’était pas calculé. Ni contre toi, crois-moi. » Romain reporta son regard sur le sénateur. « Je suis amoureux de lui, Maât. C’est du sérieux. »
Revenir en haut Aller en bas
 

N°2107, Apple Road - la vérité toute crue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-