AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -8%
100€ sur PC Portable Gamer – LENOVO Legion ...
Voir le deal
1099 €

Partagez | 
 

 n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cullen Salander
caught up in a dream, in a technicolour beat.
Cullen Salander

♦ Posts : 4683
Multinicks : rykker, neal (uc).
♦ Credits : ava@queen ivy ~ sign@tumblr.

Status : single.
Address : #1256, apple road, ocean grove.
Job/Studies : vet', owner of a clinic.
Quote : you want me to fix you but it's never enough.
Activité(s) de quartier : yoga master (sort of)


HALL OF FAME
To Do List: pet the raccoon in the backyard, mastering the art of yoga, go out with his dogs, watch the last season of the walking dead.
Contact List:
RP status: (0/2) nora ~ matt.

n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) Vide
Message(#) Sujet: n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) EmptyMer 7 Juil 2010 - 17:06


« Excuse me? Who are you exactly? »
ft Ozzie Bowen and Caleb Varnham

n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) Makeit_501 n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) 01-JD2



Ozzie Bowen se tenait devant le 1590 Lemon Street. Une charmante bâtisse de couleur blanche dont les locataires étaient de sortis ce soir. Du moins, c'est ce que le jeune homme croyait. Et de toute manière, présent ou non, il devait absolument entrer dans cette maison pour récupérer un petit quelque chose qu'il avait malencontreusement donné aux occupants de cette maison. Ou plus exactement, en cadeau de naissance pour la fille que le couple venait d'accueillir.

EARLIER IN THE DAY

« Il y a un petit problème en fait. » dit-Ozzie en souriant bêtement, comme pour montrer qu'il n'était pas la cause du dit problème. Ce qui était en partie vraie. Ce n'était même qu'un simple hasard s'il avait intervertit deux paires de maracas, rapporté tout droit de son séjour au Mexique. Même si ce n'était pas pour un but touristique mais plutôt pour petites affaires commerciales. Et les fameuses maracas avaient été un bon moyen de faire passer de la drogue sur le continent américain. Bien évidemment, Ozzie avait trouvé cette idée brillante, jusqu'à ce qu'il se rende compte, ce matin, que la paire de maracas qu'il avait offert comme cadeau de naissance à la petite Maggie, la fille de Bonnie Whealer et Caleb Varnham contenait la drogue. Et la paire qu'il avait conservé était celle qu'il devait initialement offrir au bébé. « Comment ça un problème? » lâcha le richissime client qui se tenait face à lui, crispé et le front en sueur. Tous les signes étaient présent, il avait vraiment besoin de sa dose et il avait d'ailleurs payé des sommes énormes pour pouvoir être à la hauteur de sa vie d'homme d'affaires et de père de famille dévoué. Si bien qu'il devait forcément s'attendre à de la discrétion de la part d'Ozzie. Et aussi à ne pas être déçu et se retrouvait en manque, comme maintenant. Il s'approcha et pointa un doigt menaçant sur Ozzie: « Si je n'ai pas ma commande dans 24 heures, vous pouvez vous assurez que le procureur sera au courant de votre petite business! ». Ozzie sourit. Qu'est ce que ça pouvait bien lui faire? « Parfait, ne vous gênez pas! Votre femme sera au courant de votre petit penchant pour la poudre blanche. Ainsi que votre patron. » répondit-il, en haussant les épaules, l'air de rien. « Vous n'avez absolument aucunes preuves. Ce sera votre parole contre la mienne. Personne ne croira un petit merdeux de votre genre. » lâcha son client, en postillonnant abondamment. Ozzie grimaça et finit par dire, lassé de cet échange. « Je conserve un petit carnet avec le nom, le prénom et l'adresse de chacun de mes clients. Soyez sûr que si je venais à plonger, je vous entrainerais dans ma chute. ». Ozzie tourna le dos à son client avant de remonter dans sa voiture et de partir en direction de chez lui. Il lui fallait cette drogue. Et il avait déjà une petite idée de son plan pour la récupérer.


C'est ainsi qu'il avait mit en place son plan, qui ne contenait aucunes failles. Avec la série de cambriolages que le quartier subissait depuis quelques temps, il n'allait probablement pas être inquiété par la police. Ainsi, il avait donc attendu que la nuit tombe sur Ocean Grove. Ozzie avait enfilé un pantalon noir ainsi qu'un tee shirt de la même couleur. Il n'avait pas enfilé de masque, étant persuadé que le couple ainsi que le bébé était de sortie. Il allait donc entrer dans la maison par derrière, pour éviter qu'un éventuel passant ne le voit tenter de défoncer la porte d'entrée. Ozzie fit rapidement le tour de la propriété et passa par le jardin. Il donna un coup de coude dans une fenêtre qui se brisa puis, ouvrit le loquet d'une fenêtre par laquelle il entra. Il s'arrêta un moment et tendit l'oreille. Aucuns bruits ne se fit entendre, pas même une télévision. Le couple était donc bien absent. Ozzie ne pût s'empêcher de sourire. Tout se déroulait parfaitement comme il l'avait imaginait. Il reprit son expédition de la maison et prit soin de bouger plusieurs meubles ou objets de décoration pour bien faire croire à un cambriolage. Bien sûr, il ne comptait pas voler la moindre chose dans cette maison. Du moins, pas encore. Il passa rapidement à l'étage et pénétra d'abord dans la salle de bain. Plutôt pas mal. Il fit tomber volontairement deux ou trois bouteilles de parfum sur le sol puis sortit de la pièce, à la recherche de la chambre de Maggie. Enfin, pensa-t-il lorsqu'il poussa une nouvelle porte. Il observa la pièce un instant et la trouvé décorée avec goût. Une belle chambre pour un beau bébé. « Bon, où sont-passées ces foutus maracas? » se dit-il à lui même avant d'ouvrir une armoire. Des vêtements, des vêtements et encore des vêtements. Il leva les yeux au ciel. Évidemment, cela ne pouvait pas être si facile. Il s'approcha alors d'une commode et ouvrit le premier tiroir pour découvrir.. Des vêtements. Agacé, il soupira une fois encore. Il ne pouvait pas prendre le risque d'allumer la lumière et du coup, il devait s'orienter en fonction du lampadaire dans la rue. Autrement dit, ce n'était pas mince affaire. Il se cogna alors à un meuble et lâcha une injure avant d'ouvrir le second tiroir, un peu plus brusquement cette fois-ci. Toujours rien. Il le referma violemment, commençant sérieusement à en avoir marre.


_________________

i can taste it on your mouth and i can't leave it, you're a freak like me. can't you see? we can work this something out.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13945-og-n1256-apple-road-famille-salander
Invité
Invité




n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) Vide
Message(#) Sujet: Re: n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) EmptyLun 19 Juil 2010 - 22:31


Depuis quelques jours, Caleb était très occupé. Après la réception que Bonnie avait organisé pour la fête nationale, elle avait reçut plusieurs invitations à diner chez les gens et évidemment, Caleb aussi était de la partie. Il ne travaillait plus depuis qu’il avait la jambe en mauvais état, mais néanmoins il était épuisé par les nuits blanches qu’il passait à cause de la douleur mais aussi à cause de sa petite fille. Pourtant celle-ci faisait de lui un homme comblé, il aimait tellement la prendre dans ses bras mais il la sentait tellement fragile qu’il ne voulait que personne ne l’approche. De ce fait, ce soir-là il était invité avec sa petite amie et sa fille chez une de leur amie, Presley, qui d’ailleurs avait fêté son anniversaire en même temps que celui de Bonnie. Après avoir passé la soirée à ressasser les souvenirs de cette réception, Caleb était tombé d’épuisement sur le canapé de la jeune femme. Sans hésiter, les deux amies complices conseillèrent à Caleb de s’en aller pour rentrer chez eux mais celui-ci voyait bien dans ce petit jeu qu’elles voulaient se débarrasser de lui pour avoir des discussions plutôt discrètes. Pour sa part, ça ne le dérangeait pas, il ne supportait pas les conversations de pipelettes comme elles « Rentre, je m’occuperai de Maggie. » avait dit Bonnie et le fait qu’elles acceptent de garder Maggie avec elle confirmait son hypothèse : elles ne voulaient plus de lui dans la maison. Caleb rentra doc à pied chez lui, dans la nuit fraiche et sombre. D’un côté ça lui faisait du bien, mais il sentait un certain stress en ce moment avec la douleur de sa jambe et surtout il se sentait vulnérable de l’avoir dans cet état là. Mais il essayait de faire passer cela avec les médicaments qu’il prenait. Arrivé devant la porte de chez lui, il ne remarqua rien d’étrange, il sortit les clés de sa poche et ouvrit la porte, il la poussa de l’épaule et alluma la lumière. Il entra dans la maison grâce à sa béquille et se dirigea vers la cuisine. Il ouvrit le frigidaire et prit une petite bouteille d’eau, il alla vers les tiroirs, en ouvrit un et y sortit une tablette de médicaments, il en prit deux, les avala et laissa tout sur la table. Ce n’était pas le maitre du rangement. Il s’approcha du salon quand il entendit du bruit à l’étage. Il se stoppa net, resta immobile pendant quelques secondes, assez pour se rendre compte que ce n’était pas son imagination et qu’il y avait bien quelqu’un là-haut. Il se dirigea doucement et sans bruit vers les escaliers et les monta aussi silencieusement que possible. A l’étage, il remarqua que les bruits venaient de la chambre de sa fille, il décida de faire un passage dans sa chambre pour aller chercher son arme. Depuis que Pride s’était introduit chez lui, il ne voulait prendre aucuns risques et surtout il se disait que c’était lui qui était revenu pour finir son travail. C’était soit ça, soit des cambrioleurs et c’est simple, si c’était Pride, il ne le laisserait pas s’en aller d’ici vivant, surtout qu’il était dans la chambre de sa petite fille, il ne voulait pas qu’on s’introduise ainsi dans la vie de son bijoux. Après avoir récupéré son arme dans son armoire, il s’approcha de la chambre de sa fille doucement, tout en passant devant la salle de bain, il avait l’air d’être retournée : un cambrioleur donc ? Il s’arrêta avant d’arriver à la porte et écouta un peu ce qu’il se passait. Il retira le cran de sécurité de son arme mais l’inconnu dans la chambre ne l’entendit pas, avec tout le brouhaha qu’il faisait. Il compta jusqu’à trois, au fond de lui, avant de se mettre dans le cadre de la porte et de menacer de son arme le cambrioleur, à première vue ce n’était pas Pride, ce qui rassura Varnham, mais qu’est-ce que ce type cherchait dans la chambre d’une petite fille ? Caleb patienta quelques secondes et lorsqu’il se rendit compte qu’il ne s’était toujours pas rendu compte de sa présence, il décida de se déclarer. « Bouge pas, sinon je t’éclate la cervelle. » dit-il d’une façon menaçante. L’inconnu s’exécuta et se stoppa net, Caleb le fixa de dos, il n’avait pas encore vu son visage, il voulait le voir. « Tourne-toi. » ordonna-t-il, à première vu l’homme ne voulait pas obéir à ses ordres, mais même un idiot aurait su qu’il possédait une arme alors à nouveau il s’exécuta. Caleb découvrit enfin le visage de l’inconnu. Le garagiste s’approcha lentement de quelques pas et plissa des yeux, il ne le connaissait pas, ça n’avait pas l’air d’un professionnel, il l’aurait reconnu mais une question le rongeait. « Qu’est-ce que tu fais ici ? » demanda-t-il, son ton n’était pas vraiment menaçant à présent, juste assez intrigué, mais il garda son arme visant le jeune homme.


Dernière édition par Caleb Varnham le Lun 6 Sep 2010 - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cullen Salander
caught up in a dream, in a technicolour beat.
Cullen Salander

♦ Posts : 4683
Multinicks : rykker, neal (uc).
♦ Credits : ava@queen ivy ~ sign@tumblr.

Status : single.
Address : #1256, apple road, ocean grove.
Job/Studies : vet', owner of a clinic.
Quote : you want me to fix you but it's never enough.
Activité(s) de quartier : yoga master (sort of)


HALL OF FAME
To Do List: pet the raccoon in the backyard, mastering the art of yoga, go out with his dogs, watch the last season of the walking dead.
Contact List:
RP status: (0/2) nora ~ matt.

n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) Vide
Message(#) Sujet: Re: n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) EmptyMer 21 Juil 2010 - 21:49



Ozzie ne faisait preuve d'aucune discrétion, il fallait l'avouer. En même temps, il était persuadé d'être seul dans la maison, persuadé que Bonnie et Caleb étaient de sortis. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'il s'était précipité dans la maison dès qu'il avait sentit que la voie était libre. Bien évidemment, il ne se douta pas une seule seconde que Caleb était dans la maison à cet instant, pendant que lui faisait un bordel monstre dans la chambre de la fille du couple. Fouillant dans chacun des meubles que la pièce contenait, il commençait à perdre patience. Deux maracas, c'était pas compliqué à ranger quand même. A moins que Bonnie est décidée de le jeter. Ce qui signifiait qu'Ozzie allait faire face à de gros, de très gros, de très très gros problèmes. Et il ne se voyait faire les poubelles pour partir à la recherche des fameuses maracas. Malheureusement, il n'aurait pas réellement le choix s'il ne trouvait pas les instruments de musique dans la maison. Il continuait de chercher dans la commode, sans tendre l'oreille et tout en faisant dans la finesse. Oz ouvrit un tiroir et découvrit des dizaines et des dizaines de petites paires de chaussures pour bébé. Il grimaça: mais qu'est ce qu'on pouvait faire avec autant de trucs pareils? Comme si ça importait le gamin de portait des chaussures rouges ou bleus. Il ne faisait même pas la différence entre sa mère et son père alors pour une paire de chaussures, franchement. Ozzie secoua la tête en se disant que jamais, Ô grand jamais, il ne deviendrait aussi gaga d'un bébé. Du moins, c'est ce qu'il se disait maintenant mais les choses avaient toujours tendance à changer lorsqu'on se trouvait dans la situation. Pendant une petite minute, il s'arrêta et se mit à réfléchir à sa vie s'il devenait père. Si Brenna lui annonçait qu'elle était enceinte de lui, qu'elle voulait qu'ils fondent une famille et qu'elle quittait son mari pour s'installer avec Ozzie. Le jeune homme songea à cette idée et s'imagina accueillir neuf mois plus tard un petit être humain: un garçon, de préférence, même s'il n'était pas contre l'idée de devenir le père d'une petite fille, bien qu'il serait protecteur et étouffant envers elle. Il sourit bêtement, puis, secoua brusquement la tête en chassant ses pensées. Cela n'arriverait jamais. Brenna ne quitterait pas son mari et il ne se reproduirait pas. Ce n'était peut être pas mal. Ozzie haussa les épaules et alors qu'il allait se diriger vers un petit coffre, il sentit la présence d'une personne dans son dos. Avant qu'il ne puisse faire le moindre mouvement, la voix de Caleb se fit entendre: « Bouge pas, sinon je t’éclate la cervelle. ». Charmant. Ozzie s'imagina pendant un instant se prendre une balle et avoir vraiment la cervelle explosé. Il ne pût s'empêcher de ricaner, chose stupide à faire lorsque quelqu'un vous avez droit dans son champ de tir. « Tourne-toi. » ordonna Caleb. Ozzie resta immobile pendant un moment, puis finit par écouter le tout nouveau père. Il se tourna pour faire face à Caleb. Ozzie continuait de sourire, pendant que Caleb s'approchait de quelques pas tout en le dévisageant. Agacé par le temps que Caleb mettait, Ozzie soupira et leva les yeux au ciel. « Qu’est-ce que tu fais ici ? » finit-il par dire, tout en continuant de le pointer de son arme. Ozzie n'avait pas vraiment peur, il s'était déjà retrouvé dans ce genre de situation une fois même si c'était un autre contexte. Il n'était pas pour autant à l'aise, bien qu'il se doutait que Caleb ne lui tirerait pas dessus. Du moins, c'était ce qu'il espérait. Il regarda à droite et à gauche en cherchant un moyen de s'enfuir même si, soyons honnête, il n'allait sûrement pas s'enfuir en courant alors qu'il avait une arme pointée sur lui. Réaction qui serait de loin la plus idiote. « Je venais pour … euh.. » commença t-il par dire avant de s'arrêter. Récupérer de la drogue se trouvant dans un jouet pour votre fille qu'il venait de leur offrir? Ozzie ne pût s'empêcher de rire bêtement. C'était tout simplement idiot de dire ça, même s'il s'agissait de la vérité. Il n'avait rien d'autre comme excuse. Il grimaça.. Il aurait au moins pût préparer autre chose à dire au cas où. Il soupira, et regarda Caleb avant de dire, le plus calmement possible: « J'ai offert une paire de maracas à Maggie qui ne lui était pas destinée. Celle-ci était pour... Une autre personne. Et les bonnes se trouvent chez moi en ce moment. Je voulais juste récupérer l'ancienne paire. ». En entrant par effraction chez vous, ce qui était tout à fait crédible. Il s'insulta de tous les noms d'oiseaux possible intérieurement. Ce qu'il venait de dire était idiot de A à Z et il s'en rendait un peu plus compte maintenant qu'il l'avait dit à voix haute. Caleb allait vraiment le prendre pour un psychopathe et finirait finalement par lui tirer dessus. Avant que son interlocuteur reprenne la parole, Ozzie se justifia un peu plus, quitte à s'enfoncer royalement: « Les maracas de Maggie contiennent de la drogue, que j'étais supposé livrer aujourd'hui. J'ai inversé les deux paires quoi. »

_________________

i can taste it on your mouth and i can't leave it, you're a freak like me. can't you see? we can work this something out.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13945-og-n1256-apple-road-famille-salander
Invité
Invité




n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) Vide
Message(#) Sujet: Re: n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) EmptyLun 6 Sep 2010 - 0:53


Même si Caleb observait Ozzie ricaner et paraitre décontracté, il savait – et il en avait fait l’expérience avec Pride, que même si on a toujours eu à faire avec les armes, quand on vous en pointe une sous le nez, on a toujours une boule au ventre, surtout quand c’est quelqu’un dont on ne connait pas les réactions. Caleb n’allait pas tirer, évidemment. Il connaissait le jeune homme, du moins de vu. Quelques uns de ses amis lui en avaient parlé puis il l’avait déjà vu dans les rues d’Ocean Grove, ce n’était pas quelqu’un de dangereux à ses yeux et puis c’était lui qui tenait l’arme, pas Ozzie. Il garda néanmoins l’arme pointé sur l’individu. Caleb voyait bien les réactions agacées d’Ozzie mais n’en prit pas compte. Il attendait toujours une explication qui vint assez tard. Il hocha la tête en fronçant les sourcils quand Ozzie se mit à rire. C’était peut-être un débile qui sortait d’un asile ? Dans ce cas là fallait mieux garder son arme pointée sur lui. « J'ai offert une paire de maracas à Maggie qui ne lui était pas destinée. Celle-ci était pour... Une autre personne. Et les bonnes se trouvent chez moi en ce moment. Je voulais juste récupérer l'ancienne paire. » Caleb prit un moment pour assimiler l’excuse de son interlocuteur. Pour des maracas, il avait dut rentrer par effraction dans sa maison et saccager celle-ci. Oui c’était sûr, c’était un débile. Caleb lâcha un léger soupire d’agacement. Il était fatigué de ces conneries, il ferait sortir cet individu par la peau des fesses après qu’il ait rangé tout ce qu’il avait dérangé. Caleb ouvrit la bouche mais fut couper par Ozzie. « Les maracas de Maggie contiennent de la drogue, que j'étais supposé livrer aujourd'hui. J'ai inversé les deux paires quoi. » Caleb resta immobile la bouche ouverte alors avant de la refermer et d’acquiescer d’un signe de tête. Tout s’expliquait alors. Cela agaça néanmoins le jeune père de savoir que sa fille chérie avait eu entre les mains de la drogue à cette âge là. Il fronça les sourcils, mécontent. Le garagiste essaya néanmoins de se rappeler ce qu’ils avaient fait des maracas et ce n’était pas vraiment fameux. « Qu’est-ce qu’il y avait à l’intérieur ? De la coke ? » demanda-t-il de sa voix roque. Mais finalement savoir ce qu’il y avait à l’intérieur ne l’aiderait pas à se faire à l’idée. Il baissa son arme en se disant qu’il n’y avait plus aucun danger et la mis dans la poche arrière de son jean. « Non laisse tomber je veux pas savoir. » souffla-t-il en soupirant. Il n’allait pas faire des histoires pour quelques grammes et surtout Caleb n’était pas tout rose, il n’allait pas reprocher à Ozzie de ne pas l’être non plus ; surtout qu’il le connaissait à peine. Il balaya la salle du regard, elle était sans dessus dessous. Si Bonnie voyait ça, elle le tuerait, même si ce n’était pas de sa faute. Il soupira à nouveau et reporta son attention sur Ozzie. « Je sais où on a mis les maracas… Ils ne sont pas dans la chambre, à chaque fois que Maggie les voyait elle se mettait à hurler comme une folle… Maintenant je sais pourquoi. » dit-il en levant les yeux au ciel. Il se baissa et prit un nounours, se releva et le jeta sur Ozzie qui l’attrapa habilement. « J’ai l’impression que ces maracas sont importants pour toi, je te les rendrais, seulement… La maison… t’as complètement foutu le bordel ! Je vais avoir besoin d’aide pour ranger… avant que Bonnie ne rentre et elle, elle fait largement plus peur que moi avec mon gun. » dit-il d’un ton légèrement surmené, mais finalement un léger sourire en coin s’afficha sur ses lèvres. Il était tout de même rassuré que ce soit Ozzie et pas un autre cambrioleur, avec une seule jambe il n’était pas réellement à son avantage pour un corps à corps et soit dit en passant il n’était pas à son avantage non plus pour du ménage. Il voyait bien qu’Ozzie était réticent, que ce n’était pas le genre de mecs à faire du ménage, tout comme Caleb, mais il était attaché à ces maracas ou du moins à sa drogue et finalement c’était grâce à ça que Caleb le tenait. Il laissa quelques secondes à Ozzie pour réfléchir avant de le relancer. « Alors, t’es okay mec ? » demanda-t-il sur un ton beaucoup plus décontracté que la première fois qu’il lui avait adressé la parole. Ozzie relança le nounours sur le canadien qui l'attrapa lui aussi. Qu'est-ce que ça voulait dire ? Oui ou non ?

Revenir en haut Aller en bas
Cullen Salander
caught up in a dream, in a technicolour beat.
Cullen Salander

♦ Posts : 4683
Multinicks : rykker, neal (uc).
♦ Credits : ava@queen ivy ~ sign@tumblr.

Status : single.
Address : #1256, apple road, ocean grove.
Job/Studies : vet', owner of a clinic.
Quote : you want me to fix you but it's never enough.
Activité(s) de quartier : yoga master (sort of)


HALL OF FAME
To Do List: pet the raccoon in the backyard, mastering the art of yoga, go out with his dogs, watch the last season of the walking dead.
Contact List:
RP status: (0/2) nora ~ matt.

n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) Vide
Message(#) Sujet: Re: n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) EmptyMar 7 Sep 2010 - 15:49



Ozzie s'en voulait énormément. Il était une personne intelligente, et bien qu'il se cachait derrière un air idiot par moment, Oz était observateur et plutôt débrouillard. Il avait trouvé la parfaite excuse pour pouvoir entrer chez Bonnie et Caleb et récupérer la drogue: grâce aux cambriolages qui sévissaient dans le quartier, son alibi était parfait. Et c'était tranquillement qu'il était entré dans la maison du couple en prenant bien soin de mettre un peu de bazar partout pour pouvoir s'assurer de ne pas être inquiété s'ils portaient plainte ensuite. Malheureusement, la partie où Caleb rentrait chez lui et le découvrait n'était pas dans le plan qu'il avait programmé. « Qu’est-ce qu’il y avait à l’intérieur ? De la coke ? » demanda le père de Maggie, en ne baissant pas son arme. Agacé, Ozzie lâcha un soupir. Il n'était pas une vraie menace et n'étant pas non plus suicidaire, il n'allait sûrement pas sauter sur Caleb pour pouvoir se sauver par la suite, sachant que ce dernier avait vu son visage et qu'il n'aurait aucun mal à trouver où il habite. Et Ozzie n'était pas très tenté pour se faire tirer dessus non plus. Si bien qu'il n'avait plus réellement le choix, et préférait rester les bras croisés à observer l'arme de Caleb. Alors qu'il allait répondre, ce dernier finit par reprendre la parole: « Non laisse tomber je veux pas savoir. ». Ozzie haussa les épaules. Comme il voulait, mais en effet, il avait juste. C'était bien de la cocaïne qu'Oz avait mit dans les maracas et comme un débutant, il avait fait la stupide erreur d'inverser les paires. Se détestant pour avoir commis une telle erreur, il continuait d'observer Caleb face à lui, qui baissa enfin l'arme à feu et la ranger dans son pantalon. Ozzie respira avec un peu de facilité, soulagé de ne plus avoir un canon pointé sur lui. C'était tout de même beaucoup plus facile pour avoir une conversation. Ozzie continua d'observer silencieusement Caleb qui lui, regardait la pièce qu'Ozzie avait mit en bordel. Ce dernier eut envie de rire mais préféra ne rien faire. Après tout, Caleb pouvait très facilement atteindre son arme. « Je sais où on a mis les maracas… Ils ne sont pas dans la chambre, à chaque fois que Maggie les voyait elle se mettait à hurler comme une folle… Maintenant je sais pourquoi. » dit-il. Ozzie ne pût s'empêcher de rire. Comme si un bébé pouvait être extralucide et savoir qu'il y avait quelque chose qu'il n'allait pas avec les maracas. C'était idiot de penser ça se dit-il, alors qu'il prenait un ours en peluche dans ses bras et lui tirait la tête, puis les bras. Ozzie inspecta les lieux une nouvelle fois. C'est vrai qu'il avait vraiment mis la pièce sans dessus dessous. Caleb s'en était d'ailleurs bien rendu compte, d'où la remarque sur la possible crise de Bonnie. Une nouvelle fois, Ozzie sentit que son plan n'était pas le meilleur, surtout lorsque Caleb reprit la parole une nouvelle fois: « J’ai l’impression que ces maracas sont importants pour toi, je te les rendrais, seulement… La maison… t’as complètement foutu le bordel ! Je vais avoir besoin d’aide pour ranger… avant que Bonnie ne rentre et elle, elle fait largement plus peur que moi avec mon gun. » dit Caleb, avant de laisser afficher un sourire en coin. Sourire qui ne plaisait absolument pas à Ozzie, qui avait bien compris ce que le père de famille avait en tête. Et non, cette idée n'était vraiment pas plaisante. Il fronça les sourcils, n'ayant absolument pas envie de jouer à la femme de ménage pour la simple et bonne raison, qu'il détestait faire le ménage. C'était aussi le cas de Caleb, qui en plus avec une jambe en moins n'allait probablement pas se baisser toutes les cinq minutes pour ramasser ce qui jonchait le sol de la chambre de Maggie. Et sachant qu'il savait où se trouvait les drogues, il paraissait évident à Ozzie qu'il n'allait pas les lui donner comme ça et le laisser partir. « Alors, t’es okay mec ? » demanda finalement Caleb. Ozzie ronchonna, mais il n'avait pas d'autres choix. Il jeta la peluche qu'il avait en main vers Caleb. « J'imagine que je n'ai pas le choix. » lâcha t-il, avant de baisser pour ramasser des bibelots qui, heureusement, ne s'étaient pas cassés en tombant sur le sol. « Puisque Bonnie semble diriger cette maison, mieux vaux éviter de te faire émasculer encore un peu plus. » railla Ozzie avant de remettre ce qu'il avait en main à sa place, sur un meuble. Quelques instants plus tard, il ouvrit un tiroir et remit de l'ordre dans les vêtements. Il se tourna vers Caleb avant de demander: « Alors? Qu'est ce que ça fait d'être père? » Non pas qu'il envisageait de se reproduire dans l'immédiat, mais juste par curiosité. Il continua de ramasser ce qui trainait sur le sol, attendant que Caleb lui réponde.

_________________

i can taste it on your mouth and i can't leave it, you're a freak like me. can't you see? we can work this something out.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13945-og-n1256-apple-road-famille-salander
Contenu sponsorisé





n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) Vide
Message(#) Sujet: Re: n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

n°1590 ᴥ excuse me? who are you exactly? (Caleb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-