AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-64%
Le deal à ne pas rater :
Centrale Vapeur PHILIPS GC8735/80 PerfectCare Performer
99.99 € 279.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 (1589) ART & CO'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




(1589) ART & CO'	 Vide
Message(#) Sujet: (1589) ART & CO' (1589) ART & CO'	 EmptyMar 29 Juin 2010 - 15:03



ART & CO'
▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀

JOE ; AMBRE


« L'art est l'organisation d'impressions sensorielles qui exprime la sensibilité de l'artiste et communique à son public un sens des valeurs qui peut changer leur vie. »

Quelle heureuse définition, véritable, profonde. Un artiste ne peut peindre s’il n’est passionné et enthousiaste. Comment arriver à colorer une toile vierge si l’imagination et l’esprit se révèlent caducs ? Tant d’interrogations pour parvenir à un résultat plausible et apprécié de tous.
Assise dans son fauteuil de cuir, Ambre ne quitta pas la toile des yeux. Inutile de se leurrer, l’envie et l’imaginaire demeuraient absents. Poussant un léger soupir agacé, la jeune femme fit tourner habilement le pinceau entre ses doigts fins. Joe devait lui rendre visite aujourd’hui et comment allait-il réagir en apprenant qu’il lui était impossible de peindre ? Cette sombre pensée lui glaça le sang. Le jeune homme s’était montré des plus généreux à son égard, et selon la morale elle se devait d’honorer ce contrat. Sortant d’une certaine léthargie, la jolie jeune femme se redressa brusquement. Inutile de se tourner vers un style ancien, son dernier tableau au genre romantique lui avait rapporté assez d’argent. Apporter un air frais dans ses peintures lui serait des plus bénéfiques. Prise d’un engouement sans pareille, Ambre choisit de se tourner vers un style plus épuré et contemporain. Plongeant son pinceau dans une texture mordorée, elle se laissa tout bonnement guider par son imagination et sa créativité.

Peindre était la seule activité capable d’apaiser maux et tourments. Car malgré un minois des plus charmants, Ambre dissimulait un lourd secret, quelque chose d’inavouable qui pourrait avoir de sérieuses répercussions sur sa vie si banale et ennuyeuse. Ainsi, la jolie blonde cachait avec brio sa culpabilité dans ses tableaux, ceux-ci étaient l’illustration parfaite de ses états d’âmes. Appuyant l e pinceau sur la ligne approximative d’une figure géométrique, la jeune femme sursauta lorsqu’un puissant parfum de musc emplit son atelier. Observant l’heure avec surprise, Ambre en avait même oublié son rendez-vous. La porte s’ouvrit avec douceur et tout en s’approchant d’elle, Joe vint se poster devant l’œuvre inachevée. « L’œuvre n’est pas encore terminée. J’espère ne pas avoir à subir tes remontrances. J’ai pris un peu de retard et j’en suis désolée … »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




(1589) ART & CO'	 Vide
Message(#) Sujet: Re: (1589) ART & CO' (1589) ART & CO'	 EmptyJeu 1 Juil 2010 - 22:38

Au volant de ma voiture clinquante et étincelante (merci à Mina, l'adolescente en chaleur de mes chers voisins qui avait accepté de nettoyer ma voiture en échange d'un bisou sur la joue), je revenais de Miami après une journée agitée et pleine d'accrocs. En quelque sorte : une journée type qui me satisfaisait pleinement. Mon métier n'était sans doute pas le plus turbulent et bosser entre quatre murs limitaient les activités mais je me faisais un point d'honneur à ne pas laisser filer une journée sans que quoique ce soit de mémorable se produise. Aujourd'hui, c'était la chute vertigineuse et inattendue (enfin, pour la plupart de mes associés, moi j'avais prévu la chose depuis un moment …) de Miss Callee dans les escaliers à cause d'un talon défectueux. Inutile de préciser que je n'avais jamais porté cette femme dans mon cœur : trop bavarde, trop prétentieuse et surtout, trop rousse. L'ambulance n'avait pas traîné pour arriver mais nous eûmes tous largement le temps de la prendre en photos avec nos smart phones afin de faire tourner les images via tous les réseaux sociaux les plus fréquentés. Le plus drôle dans tout ça n'était pas les notifications qui bipèrent dans tous les sens dès le méfait accompli mais plutôt de voir Callee hurler sur nous et se tortiller sur le sol, essayant de replacer convenablement sa jupe avec un bras foulé et trois personnes autour d'elle la forçant à rester immobile en attendant les secours. La prochaine fois, elle refusera certainement mes cadeaux, même s'ils sont parfaitement de sa pointure.
D'humeur légère, je m'apprêtais donc à rejoindre mon domicile lorsque je me souvins subitement de mon rendez-vous avec Lochlainn à son atelier. J'aimais bien cette jeune femme : elle était talentueuse et mystérieuse à souhaits, sans oublier agréable à l'œil, lui rendre visite s'annonçait donc relativement plaisant. Je n'avais jamais loué ouvertement son travail mais j'estimais que mes différents chèques la complimentaient assez. Je me garai donc dans l'allée de Lemon Street et parcouru la distance qui me séparait du numéro 1589 à pieds, ma casquette vissée sur le crâne et tenant entre mes doigts mon trousseau de clefs. Je connaissais le chemin par cœur pour être allé là bas à plusieurs reprises mais je n'étais toujours pas décidé à l'avertir d'un appel ou d'un message de mon arrivée imminente. En cinq minutes, je m'introduisis à l'intérieur de l'atelier et fus tout de suite satisfait de la voir à l'œuvre. Après tout, je ne la payais pas pour se tourner les pouces et j'espérais sincèrement qu'elle se démène d'avantage à chacun de ses tableaux. Me faufilant jusqu'à elle, prenant soin de ne pas me tacher avec les différents objets disposés dans la pièce, je finis par me tenir à une distance raisonnable de l'œuvre qu'elle travaillait, y posant des yeux fixes, sans avoir même pris la peine de regarder la jeune peintre avant. Je l'entendis s'excuser pour son retard et ma joue se crispa lorsqu'elle souffla qu'elle espérait ne pas m'avoir contrarié. C'était raté, ma jolie. « Je vois parfaitement qu'elle n'est pas terminée. » Détournant les yeux et la regardant avec sévérité, j'ajoutais. « Et fort heureusement, j'aurais vraiment été en colère si ceci aurait été le résultat final. » Prenant une profonde respiration, je finis par désigner du menton la toile et demander d'un ton moins hargneux mais les traits encore durs. « C'est censé représenter quoi cette fois, d'ailleurs ? »
Évidemment, si Ambre espérait que je la brosse dans le sens du poils et que je la soutienne coûte que coûte parce que je l'avait aidé financièrement dans le passé, elle se mettait le doigt dans l'œil. L'admiration et l'aide de Joe Cotton se méritaient au quotidien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




(1589) ART & CO'	 Vide
Message(#) Sujet: Re: (1589) ART & CO' (1589) ART & CO'	 EmptySam 3 Juil 2010 - 19:52

    « Je vois parfaitement qu'elle n'est pas terminée. » La voix suave mais stricte de son compagnon lui décrocha un sourire amusé. Joe était incorrigible, consciencieux il savait se montrer intraitable lorsqu’il s’agissait de travail et d’argent. Leur relation était le résultat d’un terrible malentendu et au fil du temps, quelque part lié l’un à l’autre, l’architecte était devenu son mécène. Appréciant son talent, Joe la protégeait financièrement contre l’assurance d’un contrat respecté. « Et fort heureusement, j'aurais vraiment été en colère si ceci aurait été le résultat final. » Mimant une attitude déçue, la jolie blonde posa son pinceau. La posture de son compagnon trahit une certaine lassitude et sévère, il dévisagea l’œuvre inachevée. « Ne sois pas si dédaigneux, je suis persuadée que tu seras satisfait du résultat. » Lorsqu’il s’agissait d’art et de peinture, Ambre laissait sa négligence de côté et elle employait toute sa passion pour parvenir à un résultat plaisant et admiré. D’ailleurs, les œuvres de la jeune femme avaient fait mouche, puisque reconnues dans le domaine artistique, les commandes ne cessaient de défiler. Fort heureusement, Joe y avait été pour beaucoup, d'ailleurs, reconnaissante, elle lui devait beaucoup. Malgré un travail passionné, celui-ci ne rapportait pas assez. Les fluctuations demeuraient imprévisibles et il lui arrivait, selon les mois, de gagner une misère. Rester dans une telle situation lui était impossible et malheureusement elle avait du user de son talent et de ses charmes pour devenir guide au musée contemporain. Les fabuleuses sommes livrées par Joe, lui permettaient de subvenir à ses besoins et ainsi de pouvoir vivre correctement. Lui fournir un travail irréprochable était selon elle, la meilleure façon de le remercier.

    « C'est censé représenter quoi cette fois, d'ailleurs ? » Fronçant les sourcils, Ambre prit le temps de nettoyer son ustensile avant d’oser un regard en direction de Joe. Harassée par une telle attitude de sa part, elle ravala cependant sa colère optant pour la nonchalance. Détaillant son visage fermé, elle en apprécia ses courbes masculines. La prestance de Joe en était presque incroyable. « Qu’est ce que tu peux être cinglant Joe’. Pas besoin de représentation concrète pour créer une œuvre artistique. Je me suis lancée dans style épuré et sobre. Je pense que le tableau pourra plaire ! » Un sourire satisfait se dessina sur ses lèvres fines et non sans lui accorder un regard, elle quitta l’atelier pour pénétrer dans le salon. « Quelles sont les nouvelles de Miami ? J’espère que tu n’es simplement pas venu pour jouer le mécène autoritaire, tu es si agréable une fois que mes tableaux sont achevés et vendus. » Lui adressant un clin d’œil mutin et farceur, Ambre prit place sur le canapé en cuir, l’invitant du regard. « Désires-tu boire quelque-chose ? » Sans attendre une quelconque réponse, la jeune artiste se précipita dans la cuisine, lui sortant un verre, elle opta pour une tasse de thé.

    « Au fait, j’ai reçu des invitations pour un vernissage ce soir et j’aimerai vraiment y aller en ta compagnie ! » Hésita-t-elle. Son attirance pour ce charismatique mécène n’avait aucune limite, mais, bien trop timide, la belle ravalait ses ardeurs optant pour une relation strictement professionnelle et amicale. Alors qu’elle se délectait d’une gorgée de thé à la menthe, Ambre revint s’asseoir sur l’imposant canapé, contemplant son compagnon qui demeurait silencieux. « Alors, qu’en penses-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





(1589) ART & CO'	 Vide
Message(#) Sujet: Re: (1589) ART & CO' (1589) ART & CO'	 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

(1589) ART & CO'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-