AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -45%
Logitech MX Keys PLUS – Clavier ...
Voir le deal
59.99 €

Partagez | 
 

 Footing sur Miami River | Jill |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Footing sur Miami River | Jill | Vide
Message(#) Sujet: Footing sur Miami River | Jill | Footing sur Miami River | Jill | EmptyDim 27 Juin 2010 - 15:59

Footing sur Miami River | Jill | Cristiano-babys-3-cristiano-ronaldo-12983446-100-100&Footing sur Miami River | Jill | Iconenvie4
Jérémiah Faraday & Un/Une Inconnu(e)

    Dimanche 27 Juin 2011

    Une nouvelle journée à Miami. Cela faisait maintenant une semaine que le jeune Jérémiah était en ville. Une semaine qu'il avait quitté San Francisco pour une ville un peu plus chaude et plus grande et plus divertissante. La fin de juin pointé son nez et le jeune San-Franciscain ne pensait qu'à sa famille et à la fête du 4 juillet qui approchait à grand pas maintenant. Loin de ceux qu'il aime, le jeune homme se réveilla ce jour-là avec un nœud encré dans la gorge. Il s'étira alors dans son lit et posa son regard sur une photo qui trônait sur la table de chevet. Cette photo représentait toutes les personnes que Jérémiah aimé plus que tout au monde. Ses trois frères ainsi que ses deux soeurs. Une très grande famille dont il est vraiment très fier et dont il donnerait tout pour les revoir. Seulement, cela lui était impossible pour le moment. Le jeune Faraday se leva alors pour prendre une bonne douche froide. Le jour venait à peine de se lever qu'une chaleur étouffante se faisait déjà ressentir. L'eau froide sur son corps, déclencha des frissons au jeune romancier qui devait écrire au moins un chapitre aujourd'hui pour être dans les temps. Seulement l'envie n'était plus là et il voulait autre chose. Profiter de la vie, après tout, il est âgé de 26 ans et il a vraiment besoin de se sentir comme un homme jeune de cet âge. C'est pour cette raison qu'après sa douche, le jeune Jérémiah enfila un short noir, un débardeur blanc et une paire de tennis de la même couleur pour faire un petit footing.

    Après avoir consulté une carte de la ville sur internet, le jeune homme décida de se rendre sur les bords de Miami River pour faire son footing. Il sortit de chez lui et salua quelques personnes sur son chemin avant d'arriver enfin le long de Miami River. L'endroit était magnifique et il y avait que très peu de monde en ce début de journée. Le soleil chauffé déjà beaucoup puisqu'il faisait déjà 21° alors qu'il n'était que 9h00. Le jeune Jérémiah commença alors son footing, saluant les personnes qu'il rencontrait jusqu'à ce que son regard fut attiré par une vitrine de boutique. Il s'arrêta et regarda longuement cette vitrine qui l'intrigué. Il y avait des tonnes de bouquins, il haussa les épaules après avoir vu le nom de son ancien "ennemi" d'écriture. Puis il se remit en route en continuant le long de Miami River.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Footing sur Miami River | Jill | Vide
Message(#) Sujet: Re: Footing sur Miami River | Jill | Footing sur Miami River | Jill | EmptyMar 29 Juin 2010 - 23:21

C’était une belle journée qui se présager à Ocean Grove sous le soleil grossissant qui taper la ville de Miami de ses rayons chauds, couvrant les environs d’une chaleur abrutissante dés la matinée. Une chaleur qu’adore Jill, ne la gênant absolument pas. Aujourd’hui, personne ne l’avait appelé pour aucun contrat, ni rendez vous urgent. Aucune agence ne l’avait réclamé pour une fois ce qui éblouissait l’italienne de joie. Enfin une sortie qu’elle pourra entamer pour se reposer, se balader, profiter plus ou moins des environs. Puis il n’y avait pas qu’elle qui réclamer de prendre l’air. L’être vivant à quatre pattes de Jill n’attendait que ça ; une balade des plus longues, courir sans limite, se rouler dans l’herbe fraiche et humide d’un parc, même plongée ses pattes dans la rivière calme qui bordait Miami. Deuces, le doberman femelle de Jill, âgé d’à peine un an et demi adorait les longues et grandes promenades avec sa maitresse. Disons que plus joueuse qu’elle, il n’y a pas. Quand Jill enfila ses pumas en accord parfait avec son leggings bleu marine et son débardeur blanc stretch, la belle attrapa ses clefs. Le tintement de ces dernières, énerva de bonheur la chienne qui sauta sur les genoux parfait de la belle. « Oui oui tu vas sortir… » Souffla t-elle d’un ton exaspéré. Surtout que le doberman, malgré son jeune âge avait énormément de force et dés que celui-ci se hissait sur ses pattes arrières pour poser celles de devant sur le corps de Jill, c’était plus ou moins douloureux. Elle ouvrit la porte à la volée, et le chien sortit à tout hâte, aboyant et courant le long de la rue Lemon Street. Jill n’avait pas besoin de laisse avec Deuces. Elle obéissait et suivait sa maitresse au pied, sans qu’elle n’est besoin de la rappeler à plusieurs reprises. C’était un soulagement pour l’italienne ; elle, n’aimant pas tenir son chien en laisse, lui restreindre la liberté, la possibilité de courir, de se défouler. La jeune femme ferma la porte de la maison N°7194 et s’avança vers la voiture qui attendait dehors sous le soleil de plomb qui rendait le bolide brulant au toucher. L’intérieur paraissait être un hammam, tant la température y était importante. La porte conducteur s’ouvrit automatiquement de par le signal de la clef entre les mains de Jill et elle ouvrit manuellement celle de derrière afin que Deuces s'y glisse. La circulation était calme : surement le fait qu’il n’était pas plus de 10h et qu’elle n’avait pas emprunté l’autoroute, se dirigeant plus vers de la verdure, de l’eau, de l’espace, le centre ville…

Jill se gara dans un coin près de ce tabac presse où elle pourrait surement acheter un paquet de chewing gum gout cerise et peut être un bouquin de mode comme le dernier vogue hors série. Elle n’avait pas besoin d’acheter la série des Vogue ; elle y était abonnée automatiquement du fait qu’elle y avait fait d’innombrables couvertures. Les hors séries étaient les seules parutions qu’elles ne recevaient pas, et pourtant les plus intéressantes dans la plupart des cas. Elle ouvrit la portière au doberman pour la laisser sortir le temps de ses achats qui ne prendraient pas plus de trois minutes. Elle l’a laissa sachant pertinemment qu’elle resterait dans le coin ; La belle ne voulant juste pas qu’elle reste dans la voiture par cette chaleur presque caniculaire. Jill entra derechef dans la petite boutique qui faisait le coin d’une large librairie. « Deux paquets de chewing gum gout cherry s’il vous plait. Plus ça ! » Tout en posant le magazine devant le commerçant, une moue joyeuse sur le visage. Sortant la monnaie de son portefeuille rempli de tickets de caisse, elle entendit son chien aboyer bruyamment, les hurlements du canin, s’éloignant toujours un peu plus. Jill reposa brusquement ces achats tout en sortant rapidement « je reviens !! ». La jeune femme sortit du magasin, voyant son doberman courir, gronder après un homme qui trottinait sur le trottoir. « DEUUUCEEEESSSSS !!!! iciiiii !!! ». La chienne n’entendant rien des ordres que son maitre lui cria, continua de suivre le jeune homme qui maintenant s’arrêta. Jill courut pour rattraper les mètres qui la séparer de son chien et de l’inconnu à qui l’animal en voulait pour on ne sait pourquoi. « Ici ! Now ! » La jeune chienne grogna mais s’exécuta, restant les yeux rivés vers sa victime, tout en grouillant dans sa gorge des bruits qui ressemblait à des grondements étouffés de peur que sa maitresse ne s’énerve en les entendant. Jill rougit de honte et s’approcha de l’inconnu tout en ordonnant à l’animal de ne pas bouger de sa place. « Je suis désolé pour ce qui vient de se passer… c’est la première fois. Je ne sais pas pourquoi elle vous a suivit.. » Sourit elle un peu amusée par cette situation grotesque. Elle se retourna lançant un regard noir quand elle entendit un aboiement arraché et Deuces couina comme si qu’elle s’était prise des coups de bâtons. Elle regarda une nouvelle fois le jeune homme qui dégoulinant de sueur, encore plus confuse. « Si je peux faire quoi que ce soit pour me faire pardonner … ».

Revenir en haut Aller en bas
 

Footing sur Miami River | Jill |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-