AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -30%
-130€ sur le Moniteur Gaming LG UltraGear ...
Voir le deal
299.99 €

Partagez | 
 

 Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité




Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 EmptySam 12 Juin 2010 - 21:10

    Entendre un père dire de son fils des choses aussi médiocres était franchement quelque chose que Lily ne saurait tolérer plus longtemps. Il fallait que cet homme comprenne que le plus con entre son fils et lui, c'était lui ! Lui et seulement lui !

    « Écoutez-moi bien monsieur Foster, je me fous de savoir ce que vous voulez pour vous et Anton, ça ne me regarde en rien, mais je vous interdis d'essayer de mettre le trouble entre lui et moi. Que vous le vouliez ou nous, j'aime votre fils et je compte bien vivre quelque chose de passionné avec lui ! »

    Le vieil homme ne semblait pas apprécier grandement ce qu'elle lui disait en ce moment, et il y avait de quoi au vu du fait qu'il n'aimait pas son fils, ou tout du moins c'est ce qu'il laissait penser. Maintenant, Lily refusait que John vienne mettre le trouble dans son couple. Elle tenait à Anton et se fichait pas mal de savoir que cela ne convenait pas au père de son compagnon.

    « Vous n'êtes même pas fichu de vous rendre compte de la chance que vous avez d'avoir un fils comme Anton, des petits enfants comme Joy et Alice ainsi qu'une femme comme la vôtre ! Moi je m'en rends compte contrairement à vous ! Et je refuse que vous veniez tout gâcher. Vous ne m'aimez pas ? Peu m'importe, mais ne venez pas vous immiscez pas dans nos vies ! »

    Lily était sacrément remontée contre John, le ton employé par la jeune femme en témoignait sérieusement. Heureusement que les enfants n'entendaient pas cela. Croisant les bras devant elle, la psychologue poussa un soupir de déception.

    « A croire que vous êtes fier de ce que vous avez infligé à votre fils. C'est certainement ça le plus honteux. »

    Esquissant un sourire ironique au coin de ses lèvres, Lily pensa qu'il était temps de mettre un terme à cette “discussion”, cet homme n'était de toute façon pas capable apparemment de tenir une vraie conversation d'adulte.

    « Vous devriez avoir honte. »

    Hochant la tête de droite à gauche, elle se retourna finalement pour rentrer dans la maison mais sentit une main attraper soudainement son bras. Se retournant vers l'homme la retenant, elle n'eut même pas le temps de voir Anton arriver en dehors de la maison et de courir vers eux deux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 EmptySam 12 Juin 2010 - 21:23

    Maman, laisses les parler.
    Je n’ai pas envie qu’il lui fasse quelque chose.
    Alors je vais veiller.

    Se levant, il prit sa tasse de café et regarda par la fenêtre. Entendant sa mère et ses filles parler, Anton voyait que Lily parlait beaucoup. Elle avait beaucoup de choses à dire apparemment et Anton se demandait ce qu’elle pouvait lui dire. Ca devait sans doute être en rapport à ce qu’ils avaient fait tout les deux hier dans la rue. Mais le pédiatre ne sachant pas ce qui s’était passé, ne cherchait pas non plus à savoir. Lily lui avait dit qu’elle était directe, donc si elle voulait lui en parler, elle viendrait sans doute vers lui. Mais il ne préférait pas non plus l’obliger de quelque chose qu’elle ne voudrait pas.

    Oh papa, on a fait un dessin pour Lily.
    Montrez moi ça.

    Laissant les filles aller chercher les dessins, Anton sentit une main sur son bras et sourit.

    Je veille maman.
    Je sais, mais pour la suite, fais attention à elle.

    Tournant la tête vers sa mère, il sourit et l’embrassa sur le front. Puis, il regarda les dessins que ses filles avaient faits sur Lily. Joy avait fait une princesse qui était donc Lily et Alice elle les avait tout les six. Lily, Anton, Colleen, Joy, Nathan et elle. Souriant en fixant donc les deux dessins, il expliqua aux filles qu’elles pourraient les montrer à Lily quand elle reviendrait dans la maison. D’ailleurs ça faisait longtemps qu’elle parlait avec John. Regardant par la fenêtre, il vit Lily qui revenait vers la maison et John qui tendait la main vers elle. Fronçant les sourcils, il n’aimait pas voir cette main de John aller vers Lily. Sortant alors de la maison, il fonça vers son père et prit sa main, se collant à lui et le fixant dans les yeux.

    Ne la touches pas.
    Je veux juste . . .
    Elle t’a parlé, tu n’as pas le droit de répondre et encore moins de la toucher.

    Lâchant ensuite la main de son père, il se tourna vers Lily et baissa la tête. Il était toujours honteux qu’une personne voit ce genre de choses entre eux deux. Avançant alors, il sentit la main de Lily venir se glisser dans la sienne. Levant les yeux vers elle, il esquissa un sourire et entra à nouveau dans la maison avec la jeune femme.

    Ca va aller ?

    Il espérait que ça n’avait pas été trop difficile pour la jeune femme. John pouvait être petit et mesquin parfois et Anton avait peur que cette fois-ci ce fut encore le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 EmptySam 12 Juin 2010 - 23:04

    Lily n'avait même pas eu le temps de réagir qu'Anton l'avait déjà fait pour elle. Ce que Lily n'apprécia pas réellement à vrai dire, mais elle tâche de ne pas le montrer mais plutôt de calmer son compagnon qui semblait une fois de plus en colère contre son père. Entraînée par Anton dans la maison, elle se contenta de se taire jusqu'à ce qu'il vienne lui demander si elle allait bien.

    « Ça va. Mais j'aimerai que tu arrêtes de t'inquièter dès que ton père fait le moindre geste s'il te plait, envers les autres d'accord, mais je sais me défendre. »

    Lui souriant, elle l'embrassa au coin des lèvres pour le détendre mais ce fut vain, il semblait sacrément sur les nerfs maintenant. Cela n'annonçait rien de bon. Voyant soudainement John rentrer, elle soupira et se détacha de son homme sans pour autant oublier de lui attribuer une douce caresse sur la joue, question – toujours – de le rassurer un minimum, même si elle savait que c'était complètement perdu d'avance vu comment il pouvait être sans cesse anxieux.

    « Quel petit con... »
    « Ne commencez pas. »


    Ils quittèrent la maison et retournèrent dans le jardin. De nouveau en face à face, Lily vit que quelque chose semblait avoir changé dans le regard de l'homme. Oh, rien d'énorme, mais pourtant il semblait bel et bien y avoir un petit quelque chose qu'elle ne serait pas en mesure d'expliquer. Peut-être un petit peu plus d'estime envers Lily ? Et puis quoi encore, elle pouvait toujours rêver pour ça.

    « Vous n'êtes peut-être... »
    « Peut-être quoi ? »
    « Pas si mal en fait... »
    « Je prends ça comme un compliment venant de votre part. »


    L'homme se passa une main dans la nuque, signe de nervosité identique chez son fils. Il n'était pas le fils de son père pour rien, pensa Lily. Cela eut pour résultat de lui faire extirper un petit sourire qui se termina bien vite en voyant que l'homme ne semblait subitement plus aussi à l'aise qu'avant.

    « Un problème ? »
    « Il ne vous méri.... »
    « Stop. Je ne veux plus vous entendre dire une chose comme ça. Anton est un homme fantastique. Vous, vous n'en avez que l'image d'un gosse qui ne résistait pas aux coups de son père, vous le verriez aujourd'hui, l'homme qu'il est devenu et vous vous sentiriez totalement autrement et comprendriez que vous n'agissez pas de la bonne manière. »


    Peut-être que ce qu'elle lui disait allait finir par le faire réagir. Enfin, Lily n'espérait pas trop non plus. Les faux espoirs, elle avait assez donné.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 EmptySam 12 Juin 2010 - 23:17

    Voir son père lever la main vers Lily avait fait penser à Anton qu’il voulait la frapper. C’est pour ça qu’il était venu la chercher et affronter son père comme à chaque fois qu’il voyait sa main se lever. Alors une fois dans la maison avec Lily, il voulait savoir si elle allait bien. L’écoutant parler, il serra la mâchoire et fronça les sourcils. Il n’aimait pas qu’on lui dise quoi faire face à John. Il ne le supportait pas et il était toujours tendu. Lily ne savait pas ce qu’il avait vécu, enfin c’est ce que Anton pensait. A vrai dire, elle savait une partie, mais elle ne savait pas toute la vérité et ça Anton ne pouvait pas se résoudre à le lui dire. Alors, restant toujours tendu, il se laissa embrasser et caresser la joue, mais sans réagir. Voyant à nouveau Lily partir voir John, le pédiatre sortit de la maison par la porte d’entrée. Allant marcher dans le quartier, il gardait les sourcils froncés et la mâchoire serrée.

    Anton, tu es un trouillard qui ne fera jamais rien de sa vie.
    Tu es un minable.
    Tu ne sers à rien.
    Tu n’es qu’un meuble.
    Tu n’es pas un bon père.
    Tu ne seras un bon mari, de toute façon tu ne trouveras jamais de femme.
    J’ai honte d’être ton père.


    S’asseyant sur le trottoir, Anton prit sa tête entre ses mains. Toutes ses années, il avait entendu son père lui répéter ça et ça n’était pas les phrases qu’il avait prononcées. Levant la tête, le pédiatre soupira et reprit sa marche pour arriver devant une maison qu’il connaissait bien. Elle était toujours abandonnée depuis des années, depuis qu’il avait huit ans. Avec ses amis, il y allait le plus souvent possible. C’était leur repère et jamais aucun parent ne l’avait sû. C’était leur maison, à ses enfants de militaire qui ne supportait plus leurs vies et surtout leurs pères. Fixant la maison un long moment, il reprit sa route pour rentrer chez parents, mais en prenant son temps.

    Pourquoi j’apprendrais à le connaître ?

    John fixait la jeune femme et c’est alors qu’il vit sa femme et Alice et Joy à la fenêtre.

    Même pour elles je ne ferais pas cet effort. Anton n’a jamais rien fait pour gagner mon respect, je ne vois pas pourquoi je changerais ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 EmptyDim 13 Juin 2010 - 20:40

    Lily partait du principe qu'un père devrait toujours aimer ses enfants. Enfin, elle pensait ça car son frère, sa sœur et elle n'avaient eu que leur père pour grandir, pour s'en sortir ; leur mère les ayant quitté bien trop tôt des causes d'une longue maladie. Voilà pourquoi la brunette voyait toujours le rôle d'un père comme primordial dans la vie de ses enfants, maintenant tout le monde ne semblait avoir la même vision que la psychologue.

    Soudain, elle vit l'homme tourner la tête vers la maison. Par la fenêtre de la cuisine, Colleen et leurs petites-filles les observaient tout deux. Esquissant un petit sourire, elle eut vite fait de se rétracter en écoutant les propos de l'homme toujours aussi glorifiants pour son propre fils.

    « Même si vos relations avec votre fils ne sont pas les meilleures qui soit, vos deux petites-filles n'y sont pour rien, ne les priver pas de l'amour de leur grand-père. Que vous le vouliez ou non, elles vous aiment, et elles ne demandent qu'à se rapprocher de vous. »

    La brunette marchait sur des œufs en ce moment, mais elle aimait prendre des risques, il était temps que dans cette famille les gens comprennent que la vie n'est pas chose aisée mais tout de même une chose qui ne se minimise pas.

    « Je vais vous paraître utopiste mais, j'ai l'espoir qu'un jour vous et Anton déciderez d'arrêter cette confrontation incessante. Parce que autant que vous le sachiez tout de suite, un jour ça va détruire votre famille. »
    « Ma famille est déjà détruite. Le jour où Jodie est morte cette famille a été réduite à néant. »


    Le décès de la cadette de la famille avait jetée un froid incroyable sur l'esprit de famille de celle-ci, et malheureusement Lily n'y pouvait rien, ce n'était pas comme si elle avait le pouvoir de ramener les gens à la vie, sinon ça ferait bien longtemps qu'elle aurait ramené sa mère à qui elle tenait tant.

    « C'est justement ce drame qui fait que vous devriez être plus soudé que jamais. Maintenant, je vous dis ça mais j'ai bien conscience que ça risque de tomber dans l'oreille d'un sourd. Qu'importe, au moins vous l'aurez entendu. »
    « Attendez... »
    « J'ai un avion à prendre Monsieur Foster. »


    Et il n'ajouta rien. Elle entra donc dans la maison et laissa Joy lui sauter dans les bras sans même prendre le temps de comprendre pourquoi.

    « Je crois que papa est triste. »
    « Ne t'en fais pas, il va revenir, il a besoin d'être un peu seul je suppose. »


    L'embrassant dans les cheveux, elle vit que Colleen n'était pas très bien.

    « Je suis sans doute naïve mais j'ai espoir que les choses s'arrangent entre eux. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 EmptyDim 13 Juin 2010 - 21:09

    Marchant sur le trottoir Anton soupirait de temps en temps. Passant devant les différentes maisons, il se souvenait des moments intenses qu’il avait vécu avec ses amis et sa sœur. Ils avaient fait les 400 coups comme ont dit, mais cette époque là était géniale à ses yeux. Etre un enfant, c’est être innocent et ne pas tout comprendre la vie. Ils jouaient, se chamaillaient mais ça ne durant jamais bien longtemps, ils s’offraient des cadeaux aux anniversaires. Tous se connaissaient et s’appréciaient. La belle époque ! Souriant Anton regarda les maisons et tomba sur une qu’il avait oubliée.

    Madame Houbert.

    Souriant encore plus, il fixa la maison. La seule femme du quartier qui soit disant n’aimait pas les enfants. Anton ne savait pas comment ça avait commencé, parce que c’était les élèves plus grands qui lui disaient que cette femme était une sorcière et qu’elle mangeait les enfants. Evidemment lui petit y avait cru et un jour il vit que c’était l’inverse. En effet, avec ses copains ils étaient partit jouer au foot chez un de ses amis qui habitaient la maison à côté. Mais Anton avait shooté trop fort et le ballon partit dans le jardin de madame Houbert. Tous ses amis lui avaient que c’était à lui d’aller chercher le ballon vu que c’était de sa faute s’il était de l’autre côté du grillage. Hésitant, il alla doucement chez la voisine, pensant qu’il était tranquille il avait prit le ballon et en se retournant, il avait hurlé en la voyant. Il avait voulu fuir, mais elle l’avait retenue et l’avait fixé dans les yeux. Anton fut alors étonné de voir ce regard bienveillant. Elle le lâcha et il repartit directement avec le ballon. Mais ce regard l’avait vraiment touché et le soir même, laissant ses amis faire autre chose, il s’était faufilé dans le jardin et avait sonné à la porte. Elle l’avait laissé entré et ils avaient parlés. Le sujet qui revenait toujours était celui de son fils, médecin avec comme spécialité la pédiatrie. C’était un peu donc grâce à lui que Anton avait eu cette envie de devenir lui aussi pédiatre. Puis comme Anton se rendait souvent chez cette femme, les autres voulaient savoir pourquoi et elle fut ensuite la grand-mère que beaucoup de petits garçons et petites filles du quartier voulait avoir.

    Le bon temps.

    Souriant encore plus, il reprit sa marche et vit sa maison. Celle qui renfermait de bons et de mauvais moments. Mais il gardait le sourire parce qu’il savait aussi que depuis quelques années sa mère et ses filles lui apportaient les bons moments. Entrant dans la maison, il vit Alice arriver en courant et la prit dans ses bras.

    Ca va papa ?
    Ca va, ne t’inquiètes pas pour moi.

    Embrassant sa fille sur le front, il avança jusque dans la cuisine et vit Lily avec Joy dans les bras et Colleen qui était là.

    Hey !
    Ca va toi ?
    Ca va maman.
    Tu étais où ?
    J’ai fais un tour dans le quartier et j’ai vu deux maisons dont je vous parle souvent.
    La maison abandonnée et euh . . .
    La maison de madame Houbert.
    Exact !
    Tu sais qu’elle me demande encore de tes nouvelles ?
    Vraiment ?
    Oui, il faudrait que tu ailles la voir, ça lui ferait plaisir.
    J’irais alors.

    Voyant que Lily semblait exclue de la discussion, il sourit et avança vers elle.

    Madame Houbert était considérée comme la sorcière du quartier qui faisait du mal aux enfants, mais un jour où j’ai lancé le ballon chez elle j’ai dû aller le récupérer. A l’époque j’étais un trouillard et quand elle m’a attrapé j’ai hurlé.
    Comme une fille.
    Exact, comme toi avec les araignées.
    Hey ! Ca, ça fait peur !
    Enfin bref, elle m’a attrapée et finalement elle était très gentille et elle a finit par être une grand-mère pour tous les gosses du quartier.

    Maintenant Lily était au courant et elle semblait plus souriante, vu qu’elle savait tout. Anton vit alors son père passer et le regarder. Fronçant les sourcils, il voulait savoir ce qui se passait et il vit John ouvrir la bouche pour parler, mais il ne dit rien et partit à nouveau dans le jardin. Anton fixa Lily qui semblait un peu déçue, mais ne sachant pas pourquoi, il ne chercha pas à comprendre. C’est alors qu’Anton vit le regard triste de Joy.

    Tu dois vraiment partir maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 EmptyDim 13 Juin 2010 - 21:57

    Lily ne tenait pas plus que cela à s'immiscer dans leur petit moment familial. Après tout, elle n'en faisait pas encore réellement partie, ainsi mieux valait-il pour elle qu'elle reste un instant à l'écart en attendant que les Foster aient achevés leur moment à eux. Mais voilà qu'Anton croisa bien vite son regard et ne tarda pas à la rejoindre pour lui expliquer de qui et de quoi ils parlaient en ce moment. Souriant tout en appréciant le fait qu'il soit finalement venu à elle dans le but de la faire participer quelque peu à l'échange, elle cessa bien vite de sourire lorsqu'elle aperçut l'homme de la maison faire son entrée dans celle-ci. Il s'apprêta à dire quelque chose mais recula finalement. Comme on dit “un pas en avant et trois en arrière” John Foster avait encore bien du chemin à parcourir avant une possible réconciliation avec son fils. Déçue qu'il n'ait pas eu le courage de parler, elle pensa bien vite à autre chose cependant lorsqu'elle entendit Joy lui demander si elle devait réellement partir maintenant.

    « Oui, je dois aller à l'aéroport. »

    Joy baissa la tête, voilà les mots qui fâchaient : départ, avion ou encore aéroport. La psychologue tâcherait dorénavant de ne plus les utiliser devant les enfants d'Anton, ni même devant ce dernier qui semblait tout aussi déçu que ses enfants de voir que Lily allait devoir quitter cette maison pour prendre le vol retour tant redouté l'enlevant ainsi à lui.

    « Allez, venez par ici toutes les deux. »

    Elle fit signe aux enfants de venir la voir et les prit dans ses bras ensemble, puis séparément. Alors qu'Alice fut celle qui se détacha finalement assez vite tout en sachant bien qu'elle aurait le bonheur de revoir Lily une fois de retour en Floride, Joy la plus jeune ne quitta plus le cou de Lily qui se trouva bien embêtée de devoir la laisser seule, et triste qui plus est.

    « Joy... »
    « Non ! »


    La petite enfouie son visage dans le cou de la psychologue qui ne sachant plus quoi faire se décida à prendre un petit moment avec la petite fille. Se relevant, elle la porta à bras alors que Joy la tenait toujours fermement autour du cou. Allant au salon, Lily s'assit sur l'un des canapés de la pièce hors de vue des autres voulant un moment privilégié avec Joy, elle semblait avoir grand besoin qu'on la rassure, une fois de plus. Ce ne serait sans doute pas la fois de trop.

    « Joy, il faut que je m'en aille maintenant. »
    « Non ! J'ai déjà perdue ma maman ! »


    Cette simple phrase fut comme un coup de poignard en plein cœur pour Lily qui malgré tout encaissa le coup sans rechigner. Joy était jeune, et le fait qu'elle commence à la prendre pour sa mère était normale. Lily était psychologue pour enfants et en savait donc bien long sur le sujet.

    « Je veux pas que tu partes ! »
    « Je sais Joy, mais ce n'est pas parce que je pars maintenant qu'on ne se reverra pas. Papa et moi on te l'a dit, on va se voir d'ici quelques semaines. Juste le temps que papa et ta sœur se libèrent un peu de certains problèmes. »
    « Promets. »
    « Promis, comme toujours. »


    En deux jours, elle lui avait fait deux fois la promesse, et elle continuerait tant que Joy en aurait besoin. Lily ne voulait pas qu'elle le sente délaissée ou elle ne savait quoi d'autre. Joy lâcha finalement Lily et retournèrent dans la cuisine où les Foster – excepté le père – les attendaient pour un dernier au revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 EmptyDim 13 Juin 2010 - 22:19

    Il avait vu que Lily semblait perdue vu qu’elle ne connaissait rien de tout ce dont ils parlaient. Anton lui expliqua donc les choses tranquillement et la voyant sourire, il en fit autant. Puis, voyant son père arriver, Anton fronça les sourcils, voulant savoir ce qu’il voulait. Seulement John ne semblait pas apte à parler, vu qu’il partit presque aussi vite qu’il était arrivé. C’est alors qu’Anton vit Joy avec son air triste, qui demanda à Lily si elle devait vraiment partir sur le champ. Se mettant à sourire, le pédiatre laissa Lily lui parler. Seulement quand il entendit le mot aéroport, il fut lui aussi déçu. Il aurait pouvoir passer plus de temps avec la jeune femme, mais ça n’était définitivement pas le cas. En tout cas il savait qu’il passerait quelques temps ici et dès qu’ils seraient rentrés ils iraient voir Lily. Laissant Alice descendre de ses bras pour aller faire un câlin à Lily, Anton alla près de sa mère. Laissant sa mère passer son bras autour de sa taille, Anton passa lui son bras autour des épaules de Colleen. Elle voulait la rassurer, il le savait vu qu’elle faisait ça à chaque fois. Puis, voyant Alice venir vers eux ensuite, il assit la petite sur la table de la cuisine et vit Joy qui restait accrochée au cou de la psychologue. Anton savait que Joy aurait vraiment du mal à laisser Lily partir. Les laissant aller dans le salon, Anton parla avec sa mère et Alice.

    Tu crois qu’on pourra aller voir Lily à son travail si jamais elle n’est pas chez elle quand on rentrera ?
    On aura qu’à lui faire la surprise en allant la voir.
    Oh oui !

    Souriant à sa fille, il vit finalement Lily revenir dans la cuisine avec Joy. La petite partit dans les bras de son père et ouvrit les bras. Anton, Alice et Colleen se mirent alors à rire et allèrent vers Lily. Alice et Colleen ouvrirent elles aussi les bras vers Lily et Anton lui sourit.

    Joy adore les « free hugs ».

    Laissant Lily venir avec eux, ils se serrèrent et Joy tenait toujours Lily.

    Joy, il va falloir que j’aille avec Lily à l’aéroport.
    Je peux venir ?
    Il ne vaut mieux pas.
    Pourquoi ?
    Parce que si ici tu as déjà du mal à lui dire au revoir, ça sera encore plus dur à l’aéroport.
    Un dernier câlin alors !

    Regardant Lily, cette dernière accepta un dernier câlin. Puis, Joy resta alors à côté de sa grand-mère et Alice prit elle aussi Lily dans ses bras une nouvelle fois. Colleen alla à son tour vers Lily et la prit dans ses bras. Anton regardait tout ça d’un œil triste. C’est lui qui allait avoir vraiment du mal à la laisser partir une fois à l’aéroport. Mais il essayait de faire bonne figue face à ses filles, même si ça serait difficile dans les minutes à venir.

    A bientôt Lily.
    A plus tard !
    Comme promit !

    Anton vit alors son père arriver et ce dernier les regardait.

    Qu’est-ce qu’il y a ?
    Rentrez bien Lily.

    Toute la famille Foster haussa les sourcils et vit John repartir vers son fauteuil. Alors celle là ils ne s’y attendaient pas. Anton fronça les sourcils et fixa Lily.

    Je ne sais pas ce que tu lui as dit, mais apparemment ça l’a marqué.
    Lily, attends.

    Anton sourit, pensant que Joy allait encore faire des siennes.

    Avec Alice on t’a fait un dessin. Moi je t’ai fais toi en princesse.
    Moi je nous ai fait nous et j’ai mis aussi Nathan.

    Le pédiatre sourit et regarda Lily pour savoir si elle était prêt à partir ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 EmptyDim 13 Juin 2010 - 22:51

    Joy était une petite fille fragile. En même temps, qui ne le serait pas après avoir perdu sa mère au plus jeune âge ? Lily l'avait été mais étant l'aînée, elle avait due se montrer extrêmement forte et faire comme si tout allait bien. Faire son deuil pour elle n'avait pas été évident, elle avait mit du temps, beaucoup de temps à vrai dire pour finalement accepter la disparition de sa mère.

    Le moment des adieux ou plutôt des au revoir n'avait pas été d'une très grande gaiété, cependant Lily ressentait au fond d'elle-même qu'elle avait gagnée une grande, très grande victoire même. John lui avait dit au revoir, pour la première fois il s'était montré agréable, poli, et Lily ne pouvait qu'en être extrêmement fière car ces fameuses paroles dénuées d'ironie et de méchanceté avaient été pour elle.

    Le dessin que lui donnèrent les filles toucha Lily, vraiment, c'était tout à fait adorable. Elle ne tarderait pas à l'accrocher une fois de retour aux États-Unis. Évidemment, elle ne l'accrocherait pas chez elle, elle ne voulait pas attirer les foudres de son fils, mais elle l'accrocherait au moins dans son bureau.

    « Merci les filles. »

    Les embrassant une dernière fois, Lily fut une nouvelle fois accolée de Joy qui lui murmura quelque chose à l'oreille qui la toucha énormément. Cependant, cela ne regardant qu'elles deux, elle se retînt bien d'en faire part à qui que ce soit, même à l'homme près d'elle.

    « A très bientôt. Merci pour tout, Colleen. J'espère vous voir vite à Miami. »

    Elle attribua un sourire à tout le petit monde, vérifia qu'elle avait bien toutes ses affaires pour finalement quitter la maison des Foster accompagnée par Anton pour se rendre à l'aéroport. Il était temps pour elle de rentrer chez elle maintenant.

    ♦️

    “ Les passagers en direction du vol pour Miami sont priés de se rendre à l'embarquement porte douze. ”

    Foutu appel qu'elle redoutait. Déjà que le trajet en voiture d'un peu plus d'une heure avait été long et triste, mais alors là entendre cet appel était en train de la tuer à petit feu. Voilà dix minutes déjà qu'elle l'embrassait à en perdre haleine, elle ne voulait tellement plus le quitter maintenant qu'elle lui avait avoué ses sentiments.
    Les bras d'Anton autour d'elle, Lily posa sa tête contre le torse de l'homme en s'imprégnant autant que possible de l'odeur de son homme. Elle ne voulait pas le laisser seul ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 EmptyDim 13 Juin 2010 - 23:04

    Le pédiatre laissait ses filles et sa mère dire au revoir à Lily. Même John lui avait souhaité un bon retour à la surprise générale. Anton devait avouer que sa curiosité avait été aiguisée et il aurait aimé savoir ce qu’ils s’étaient dits tout les deux, mais il savait aussi que les deux personnes concernées ne lui diraient rien, donc il préférait ne rien demander. Laissant ensuite tout le monde se faire des câlins, Anton demanda finalement à Lily si elle était prête. Faisant au revoir à tout le monde depuis la voiture, Anton lui se demandait comment il allait faire. Il ne parviendrait pas à rester ici longtemps sans Lily. Quelques jours, mais une semaine sera déjà vraiment longue, pour lui comme pour les filles d’ailleurs. Il savait qu’il n’était pas avec Lily depuis longtemps, mais c’était justement ce temps si court qui lui donnait envie de la retrouver au plus vite. Une fois dans la voiture, la parole n’était plus là pour Anton. Il savait que ça allait être dur et il appréhendait vraiment le départ de la jeune femme.

    Arrivant à l’aéroport, il l’avait aidé avec sa valise et ils étaient allés faire enregistrer la valise de Lily, puis montrer le billet au guichet. Tout les deux, ils allèrent au plus près de l’allée que devrait prendre Lily. Se laissant alors embrasser, ils en profitèrent au maximum. Mais une des hôtesses précisa qu’il était tant pour les passagers de se rendre à l’endroit qu’elle indiquait pour partir. Anton avait Lily dans ses bras et il ne voulait pas qu’elle parte. La laissant poser sa tête contre son torse, il embrassa ses cheveux. Il ne voulait vraiment pas quelle parte, mais il savait aussi que plus elle resterait et plus ils auraient mal tout les deux.

    Si tu restes encore, tu ne vas pas partir.

    Il essayait d’être souriant, mais il n’y parvenait pas. Voyant la jeune femme lever la tête vers lui, il l’embrassa une nouvelle fois.

    “ Les passagers en direction du vol pour Miami sont priés de se rendre à l'embarquement porte douze. ”

    Embrassant encore Lily, il prolongea le baiser avec elle. Puis, la fixant dans les yeux, il lui prit la main et avança un peu plus vers l’endroit indiqué. Voyant l’hôtesse qui prenait les billets des passagers déjà prêts, il fixa la jeune femme.

    On rentre au plus vite.

    Laissant la jeune femme se blottir contre lui, il soupira doucement.

    Tu vas me manquer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 EmptyDim 13 Juin 2010 - 23:28

    Elle n'avait vraiment aucune envie de partir maintenant qu'elle était en face de ce foutu terminal, malheureusement pour elle ainsi que pour Anton, ce n'était pas comme si elle avait le choix de rester ou bien de partir. Lily avait du travail qui l'attendait et qui allait certainement lui prendre tout son temps une fois qu'elle serait bien rentrée.

    Embrassant encore et toujours son compagnon, elle fut carrément déçue qu'il la pousse à aller dans l'avion. Mais elle savait qu'il avait raison. Elle devait rentrer, et puis à défaut de quitter les enfants d'Anton, Lily allait avoir le plaisir de revoir son fils à elle ; Nathan. Ca allait sans doute lui faire beaucoup de bien, même si elle appréhendait sa réaction quant à la nouvelle qu'elle aurait à lui apprendre. D'ailleurs, lui dirait-elle de suite ? Rien n'était moins sûr à vrai dire.

    « Toi aussi... »

    Relevant finalement la tête, Lily embrassa amoureusement son compagnon pour finalement s'engouffrer dans le couloir menant à l'appareil qui la conduirait à Miami directement. Pas besoin de faire d'arrêt en France, parfait.

    Pas un “je t'aime”... La raison ? Si elle l'avait entendu lui dire, elle n'aurait pas pu partir, elle se connaissait par cœur. Ces deux jours avaient été trop courts pour Lily et Anton, ils avaient à peine eu le temps de se (re)trouver qu'ils devaient déjà se quitter. Qu'est-ce que la vie pouvait être mal faite dans certain cas.

    « Bienvenue à bord madame. »
    « Merci. »


    Allant s'installer à sa place, Maria se retrouvant côté hublot ne tarda pas à fixer un point invisible à l'extérieur. Qu'aurait-elle donné pour ne serait-ce qu'apercevoir Anton ? Beaucoup, sans aucun doute.

    Quelques minutes plus tard, l'avion décolla éloignant pour un moment Anton et Lily. Jusqu'à ce que celui-ci veuille bien revenir en Floride.

    Sujet terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu. - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Oxford: Juste un au revoir, pas un adieu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-