AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-15%
Le deal à ne pas rater :
Manette Xbox sans fil Édition Limitée 20ème Anniversaire
56.43 € 66.39 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
Jemima Eason

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban Vide
Message(#) Sujet: THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban EmptyMar 1 Juin 2010 - 2:27

THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban Dwb1hz THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban Rabu5f
♠️ THE FIRST TIME I CAN SEE
THE REAL YOU ..
STARRING
♣️ esteban carson and.
billy l. johnson






Assise à cette table, elle observait les autres le regard dubitatif, se demandant encore si elle avait bien fait de venir. Ce n’était sans doute pas sa place, mais comment expliquer ce besoin de venir alors ? Cela faisait déjà deux jours qu’elle n’arrêtait pas d’y penser, elle savait pourtant qu’il préférerait surement voir un autre visage que le sien, après tout il n’était pas vraiment lié, en faite pas du tout d’une certaine façon. Mais c’était plus fort qu’elle, depuis ce jour là, elle l’avait vu autrement .. D’ordinaire, il ne représentait qu’un trouble-fait, un mec s’attardant sur ses quinze ans passés, croyant être au dessus de tout et tout le monde, au point de tout se permettre. N’ayant d’égard que pour sa petite personne, s’aimant suffisamment pour ne laisser personne avoir à le faire pour lui ou presque … Mais elle avait vu une autre facette de sa personnalité, un homme près à tout pour ses amis. Oh il ne s’agissait pas d’elle, elle n’avait été que spectatrice, bon en réalité complice ce n’était pas réellement prévu, mais s’ils n’étaient rien l’un pour l’autre, en revanche Gabriel McAllister représentait beaucoup à leurs yeux, suffisamment pour qu’Esteban face une connerie monumentale dans le seul but de l’aider. Il n’avait pas réfléchit, avait agit dans la précipitation en oubliant peut être de mesurer les conséquences de ses actes, c’était même certain en réalité mais c’était trop urgent pour se permettre de se poser des questions qui au final seraient inutiles. Alors peut être qu’elle venait pour le soutenir, pour apprendre à le connaitre, à le voir vraiment. Parce qu’on ne pouvait pas dire qu’elle s’était beaucoup attardée sur son cas. Il était un séduisant emmerdeur, qui ne l’écoutait absolument jamais, opportuniste, il ne se gênait pas pour débarquer n’importe quand dans le bureau de son meilleur ami, oubliant ainsi que l’homme derrière cette même porte avait un emploi à hautes responsabilités.

Attendant tranquillement, elle en venait à se demander si l’on pouvait se permettre de refuser une visite, peut être était-il déjà au courant et n’avait pas souhaité la voir, après tout elle ne lui en voudrait pas. S’occupant comme elle pouvait, elle fixait son regard sur le couple en face d’elle, la jeune femme ne cessait de pleurer au rythme des paroles de son présumé petit-ami. C’était le genre de situation, dans lesquelles elle tentait parfois d’imaginer l’histoire qui se cachait derrière. Mais cette fois-ci c’était beaucoup trop dure, en voyant l’adolescente qui déversait un flot d’insulte sur un homme d’âge mur -probablement son père- elle avait imaginé un homme violent, n’ayant aucun égard pour sa femme et encore moins pour ses enfants. Mais elle chassa ses pensées aussi vite, choquée d’en être venue à inventer des scénarios aussi tristes et désolants. Observant les alentours, d’un regard vague, sans grande conviction, elle cogitait, se demandant si elle ne ferait pas mieux de partir, persuadée qu’elle n’avait pas à être ici. Se levant, elle montrait tout les signes d’hésitation, faisant un pas vers la sortie, se stoppant, faisant demi tour, puis réitérant son geste, elle semblait complètement confuse et surtout très mal à l’aise. C’était très certainement l’endroit qui lui donnait cette désagréable sensation, après tout, on n’était pas fait pour ressentir une vague d’allégresse en passant les portes d’une prison. Finalement, sous le regard noir d’un gardien, elle finit par se rassoir, intimidé ou peut être juste fatiguée de se poser trop de question elle obtempéra sans broncher, ce qui était quand même assez original venant d’elle. Mais une fois encore, elle se leva d’un bond, en voyant la silhouette d’Esteban face à elle, vraisemblablement surpris de la voir elle à cette table. « Salut, je sais c’est probablement pas moi que tu t’attendais à voir ou que t’espérais voir … » Marquant une pause dans son petit discours d’introduction à croire que nerveuse elle se trouvait en position d’un vocabulaire bien plus important qu’elle ne l’aurait cru. « Je voulais te voir, prendre de tes nouvelles .. Assied-toi, enfin si tu veux bien. » On aura tout vu, mademoiselle qui ordonnait, qui avait tout ce qu’elle voulait et qui se permettait tout et n’importe quoi, se retrouver quelque peut intimidé face à Esteban Carson … le monde à l’envers. Pourtant c’était le cas, elle était véritablement intimidée et même impressionnée en réalité. Elle n’aurait jamais cru le voir ainsi, et pourtant Esteban était bien différent de ce que la plus part des personnes pouvaient le penser. Si pendant des mois elle s’était posé la question, à savoir ce qui accrochait Gabriel au jeune homme n’arrivant qu’à s’attirer inlassablement des ennuies, elle commençait à entrevoir une réponse. Son regard azur se posa sur le visage de cet homme qu’elle avait la sensation de voir pour la première fois en quelque sorte. Regrettant presque d’avoir était aussi naïve et stupide de s’être fiée aux apparences, sachant qu’elle déplorait elle-même le fait que tout le monde la traitait de la même manière. Si elle avait un peu perdu la parole, c’était sans doute parce qu’elle ne savait quoi demander d’autre que « ça va ? » mais c’était idiot, était-il seulement possible d’aller bien ? C’était ridicule, et se sentant impuissante face à la situation, elle se contentait de le regarder malgré le malaise qui tiraillait douloureusement son ventre.





_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
Invité
Invité




THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban Vide
Message(#) Sujet: Re: THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban EmptyMer 2 Juin 2010 - 19:31


    «Allez, debout la dedans!» lança le gardien alors qu’il passait sa matraque sur les barreaux rouillés des cellules que se partageaient les prisonniers deux par deux. Exaspéré par un tel rituel qui semblait donner de la confiance aux gardiens face à ses reclus de la société, Esteban n’envisageait pas de se faire des ‘’amis’’ dans un tel endroit. Peu importe le regard qu’il croisait tout au fond de lui, Esteban se sentait constamment en danger convaincu qu’il pouvait à n’importe quel moment se faire tabasser ou même saigner s’il jouait au plus malin. Et il l’avait vite comprit lorsqu’il était arrivé. Apparemment remballer un mec qui avait décidé de le chercher semblait ne pas être le meilleur moyen pour avoir un beau comité d’accueil. L’arcade sourcilière fendue, ce fut le premier cadeau qu’il reçu. Bien évidement, Esteban avait rendu quelques coups mais rien pour se faire apprécier. Tout ça promettait étant donné qu’il allait devoir passer quelques années en dedans. «Princesse, tu as de la visite.» D’un regard noir qui fit rire le gardien, Esteban ne semblait pas apprécier le petit surnom qu’il avait hérité à son arrivé. Bien qu’il fasse de grands efforts pour changer ses habitudes de vie, il avait encore du mal avec toute la notion de propreté. Il avait bien fait rire quand il avait demandé à combien de douches par jour ils avaient droit. Certains avaient même trouvé ça un peu plus qu’intéressant, au plus grand désarroi d’Esteban. Il haïssait cet endroit. Pas seulement parce que c’était une prison et qu’il était enfermer entre 4 murs avec des criminels de toute sorte. Mais parce qu’il n’avait absolument rien à faire dans ce genre d’endroit. Il avait définitivement touché le fond, et pas qu’un peu. Qui était assez idiot pour jeter tête première dans les problèmes que lui? Les limites ne semblaient qu’être choses du passé. Maintenant qu’il avait perdu tout en ce qu’il croyait, il était en prison. Pour meurtre.

    On l’amena dans les couloirs, mains liés comme si ça pouvait avoir un quelconque impact sur Esteban. Il déambula jusqu’à ce que la porte de la pièce pour les visites ne s’ouvre lui attirant immédiatement le regard vers une petite blonde qui venait de se lever à son arrivée. Billy. Esteban ne sut s’il était content, soulagé, énervé ou tout simplement honteux. « Salut, je sais c’est probablement pas moi que tu t’attendais à voir ou que t’espérais voir … » Qui est-ce qu’Esteban aurait pu espérer de voir dans un tel endroit alors qu’il était si pathétique au simple regard? Beaucoup de noms lui venaient en tête quand à qui se serait amusé de le voir aussi pénible. «Non, je me doutais que tu viendrais me voir…» Après tout, elle avait été sa complice dans un plan que si elle avait compris sur le coup l’idée… sans doute qu’elle aurait voulu lui faire changer d’avis. « Je voulais te voir, prendre de tes nouvelles… Assied-toi, enfin si tu veux bien. » Guettant le moindre geste de Billy, Esteban retira la chaise afin de s’assoir au même rythme que celle-ci. Tout dans ses gestes montrait qu’il commençait à être fatigué. Fatigué de se battre constamment contre le monde entier, fatigué de devoir faire comme si rien ne pouvait l’atteindre. «Écoute…» Esteban s’approcha légèrement d’elle, les mains serrées l’une dans l’autre. «J’étais au courant depuis des années et tu aurais rien pu faire pour m’empêcher de faire ça… » Ses yeux se logèrent dans ceux de Billy alors qu’il ne savait pas comment elle avait assimilé toute cette histoire. «Gab est furieux…» commenta Esteban avec un faible sourire. Comme on disait souvent, valait mieux rire qu’en pleurer. C’était le prix à payer pour faire un tel sacrifice, et même si ça devait faire que Gabriel ne lui parle plus. Au final, le résultat amenait à ce qu’il préserve sa carrière et Esteban y voyait un certain soulagement.
Revenir en haut Aller en bas
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
Jemima Eason

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban Vide
Message(#) Sujet: Re: THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban EmptyJeu 10 Juin 2010 - 17:35



L’ambiance était pesante, jamais elle n’aurait cru qu’elle se retrouverait dans un endroit pareil, pourtant elle avait vu bien pire. C’était peut être de cette façon qu’elle devait penser, se souvenir des moments les plus difficiles. Lorsqu’elle était bénévole en Irak, toutes les horreurs qu’elle avait pu voir là bas l’avaient marqués à vie, elle ne pourrait jamais oublier ce qu’elle avait vu. Ou bien vécu, et en y repensant, ses moments les plus difficiles ne furent même pas ses années de bénévolats, ni ses années galères à vivre au jour le jour sans savoir si le lendemain elle aurait un toit au dessus de sa tête. Peu de gens le savent, parce qu’elle parle de ces années comme de merveilleux souvenirs -et ça l’était d’une certaine façon- mais c’était aussi des temps difficiles. Elle était partie de chez elle, sans rien -ou presque- vagabondait dans des villes à l’étranger, voyageait en stop et se trouvait des petits boulots de temps en temps. Elle n’avait pas eu une vie très stable, elle aurait pu avoir peur si souvent, pourtant non, la blondinette demeurait fidèle à elle-même, une inconsciente. Sa véritable prison ? Ses sentiments, elle aimait se sentir libre et sans attache, mais un pied posé à Miami et la voilà enchainée à des personnes pour qui elle serait prête à tout. La prison était sans doute son pire cauchemar, savoir qu’elle ne contrôlerait rien, enfermée entre quatre murs, les personnes dangereuses autour n’auraient même pas d’importance, tout le reste suffirait à la rendre malade. Mais se retrouver en prison -même en visite- demeurait angoissant. D’autant qu’elle savait qu’elle croiserait le regard d’une personne innocente, accusée, enfermée ici arbitrairement. Mais il l’avait voulu, elle ne pouvait pas vraiment le lui reprocher sachant qu’elle aurait probablement commis la même erreur. A ses yeux Esteban n’avait été qu’un gamin toute sa vie, elle ignorait même l’âge qu’il pouvait avoir tant elle s’était persuadée qu’il trônait toujours fièrement sur ses quinze ans. Mais un vrai gamin n’aurait jamais pris un tel risque pour un ami, ou alors un gamin au cœur plus fort qu’elle ne l’aurait cru. C’était pour cette raison qu’elle s’était rendue ici, malgré la gêne, bien qu’elle ignorait véritablement ce qu’elle pourrait lui dire. Enfin elle avait tout de même quelques questions et comptait tout de même l’engueuler d’une façon ou d’une autre, à moins qu’il lui apparaisse tellement différent qu’elle ne puisse s’y résoudre.

Et il était là, face à elle, il semblait épuisé et ça ne ressemblait pas à une fatigue dite « positive » rien à voir avec celle que l’on ressent après une dure journée de travail. C’était plutôt comme un signe d’abandon, qu’il décrochait totalement, et c’est ce qui commençait à devenir inquiétant. Billy commençait -malheureusement pour elle- à avoir l’habitude de lire ce genre d’expression sur le visage de ses proches. Deux c’étaient déjà trop, mais un troisième ? « Écoute … J’étais au courant depuis des années et tu aurais rien pu faire pour m’empêcher de faire ça… » Voilà qui clarifiait les choses d’entrée, même si elle avait voulu pousser une gueulante monumentale, il venait tout de même de lui rappeler qu’il savait tout de cette histoire -à laquelle on ne lui avait pas expliqué grand-chose- et que de toute évidence elle était impuissante face à tout ça, chose qu’elle détestait. « Tu ne me connais pas beaucoup ça se voit. » Dit-elle d’un ton amusé avant de reprendre. « Tu m’as appelé parce que tu savais que du moment que cela concernait Gabriel j’serais partante pour t’aider quoique tu demandes. Donc tu aurais pu prendre deux minutes de plus pour me laisser réfléchir à une meilleure idée. Okay on réécrira pas l’histoire de toute façon, mais maintenant tu le sauras lorsqu’une idée idiote te traversera l’esprit et surtout lorsque tu la mettras en application. » Effectivement bien qu’elle ait aussi subit les conséquences de cette petite complicité -Gabriel n’était pas toujours très commode non plus- elle regrettait tout de même cette issue plus que dramatique. « Gab est furieux … » Levant les yeux au ciel, elle ne pouvait être qu’entièrement d’accord pour en avoir elle aussi subit les foudres. Elle ne s’effrayait pas pour un rien, mais perdre un ami était une véritable angoisse, alors le voir gueuler sur elle l’avait plus tétanisé qu’elle n’aurait voulu l’admettre. « Rien d’étonnant, son meilleur ami se retrouve en taule un peu, beaucoup ? Par sa faute. Mais si ça peut te rassurer il s’est un peu défoulé sur moi, il sera peut être plus calme au prochain coup. Et puis faut lui laisser le temps je suis sur qu’il va arranger tout ça, et qu’une fois Mr Carson dehors il sourira de nouveau. » Billy avait la sensation de n’être qu’une pièce rapportée dans cette histoire. Un pion de trop dans une partie d’échec, le vilain petit canard au milieu de cette belle amitié. Mais c’était presque toujours la place qu’elle occupait aux yeux des gens qui comptaient pour elle, elle avait fini par s’en accommoder. « Mais je suis impressionnée, j’aurais jamais cru ça de toi Carson … »



_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
Invité
Invité




THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban Vide
Message(#) Sujet: Re: THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban EmptyVen 11 Juin 2010 - 16:40

    La relation d’amitié entre Esteban et Gabriel remontait à tellement d’années qu’il n’aurait pas été capable d’énoncer correctement comment ils s’étaient connus. Leurs parents ne s’étaient jamais réellement connus puisque leurs familles géraient leurs propres crises, préservant les apparences avec de faux sourires. Mais si les choses étaient fausses, Esteban et Gabriel avaient compris bien plus rapidement que ce qu’on voyait était souvent faux. Les enfants sentaient ce genre de choses. Gabriel avait été le premier avec qui Esteban avait été lui-même. Le seul sans doute à être capable de voir plus loin que l’enfant immature qui favorisait le plaisir dans la luxure à tout autre plaisir. De l’autre sens, Esteban avait toujours idolâtré Gabriel qui réussissait bien mieux que lui dans la vie. Après tout, Esteban avait si peu foi en ses compétences qu’il avait choisi la voie de la facilité en s’offrant des spécialisations en soudure et en plongée. Rien d’assez imposant pour prétendre au poste aussi important que sénateur. Pourtant, Esteban tenait autant à son amitié qu’il avait déjà tenu à celle de Duncan Thomas et celle de Neal Rowlands. Mais des événements avaient amené à ce qu’il perde l’amitié de Duncan et celle de Neal. Il regrettait beaucoup plus celle de Duncan. Ils s’étaient toujours bien entendu sans compter qu’ils avaient cette manière de vivre semblable. Aucune prise de tête, que des soirées à séduire des femmes et à s’amuser. Neal Rowlands était devenu un ennemi. Cherchant à tout prix à écraser Esteban, celui-ci n’a jamais encore compris jusqu’à quel point Neal lui en veux pour quelque chose donc il n’a même pas conscience. Mais Esteban n’aurait pas fait ce qu’il avait fait pour Gabriel, si ça n’avait pas été de Gabriel. Tout le monde avait fait des erreurs dans la vie, Esteban le premier qui pouvait sans doute en récolté la palme d’or. « Tu ne me connais pas beaucoup ça se voit. » Un faible sourire s’afficha sur ses lèvres alors qu’il ne put que donner raison à Billy. Avait-il déjà cherché à la connaître plus loin que le pitt bull qu’elle était pour garder précieusement le bureau du sénateur... ou plus loin encore que la superbe nuit qu’ils auraient pu avoir ensemble s’elle n’avait pas arrêter de le rembarrer à chacune de ses avances? Bien sur que non. Esteban se donnait rarement cette peine, n’y voyant pas l’intérêt. Peut-être que les événements l’amenait à le regretter car il fallait avouer qu’il était un peu surpris que Billy vienne le visiter. Elle n’avait jamais eu l’air de l’apprécier beaucoup et avec raison. « Tu m’as appelé parce que tu savais que du moment que cela concernait Gabriel j’serais partante pour t’aider quoique tu demandes. Donc tu aurais pu prendre deux minutes de plus pour me laisser réfléchir à une meilleure idée. Okay on ne réécrira pas l’histoire de toute façon, mais maintenant tu le sauras lorsqu’une idée idiote te traversera l’esprit et surtout lorsque tu la mettras en application. » Esteban rigola faiblement alors qu’il avait bien évidement anticiper qu’elle lui reproche son plan pourri qu’il avait suivit sans se poser de questions. « D’accord, j’ai peut-être pas eu l’idée du siècle… Mais au moment où je l’ai enfermé dans le placard, j’ai compris que je n’avais pas d’autres choix. C’était moi ou lui. Et la question ne se posait pas. Même toi tu ne peux pas le nier.»

    Dans le feu de l’action, il avait jugé qu’il n’y avait pas deux cents solutions afin de résoudre les problèmes dans lequel Gabriel McAllister avait été foutu par la faute de cette Bonnie Whealer. Comment avait-elle dût rager de savoir que son plan avait complètement échoué. Mais les conséquences étaient assez importantes. « Gabriel est furieux…» « Rien d’étonnant, son meilleur ami se retrouve en taule un peu, beaucoup ? Par sa faute. Mais si ça peut te rassurer il s’est un peu défoulé sur moi, il sera peut être plus calme au prochain coup. Et puis faut lui laisser le temps je suis sur qu’il va arranger tout ça, et qu’une fois Mr Carson dehors il sourira de nouveau. » Ses yeux se posèrent dans ceux de Billy alors qu’il regrettait finalement de l’avoir impliqué dans cette histoire. Il était évident que Gabriel lui en voulait infiniment d’avoir voulu l’aider étant donné qu’il comptait bien souvent que sur lui. S’il sortait finalement de cet endroit un jour, Gabriel allait lui arracher la tête. « C’est un connard…putain.. » lança-t-il soudainement plus énerver. « Il t’a pas dit qu’il allait arranger tout ça hein? T’a une idée de comment il peut régler ça sans prendre ma place?» S’il osait, Esteban n’osait même pas imaginer la raclée qu’il lui foutrait. « Mais je suis impressionnée, j’aurais jamais cru ça de toi Carson … » Étonné et pris de cour, Esteban détourna la tête en haussant les épaules. «Y’a pas grand monde qui croyait que je ferais grand-chose de toute manière…» Il n’avait pas fait tout ça pour recevoir des compliments surtout qu’il ne savait pas comment les recevoir, et encore moins les accepter. Habituellement on ne faisait que lui reprocher tout ce qu’il pouvait bien faire car il semblait qu’il ne faisait jamais les choses correctement. Ou comme les gens voudraient qu’il les fasse. Sa main se passa dans ses cheveux visiblement pas à l’aise. «J’suis désolé.» Avait-il déjà été plus sincère qu’à cet instant? Il en doutait. «J’aurais préféré ne pas t’impliquer dans tout ça et qu’il n’aille pas à s’en prendre à toi par ma faute… »

Revenir en haut Aller en bas
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
Jemima Eason

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban Vide
Message(#) Sujet: Re: THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban EmptyVen 2 Juil 2010 - 3:42



Il y a des amis dont on ne saurait soupçonné le dévouement avant d’en être témoin. Plus d’une fois elle avait pu voir Gabriel se démener pour sortir le jeune Carson de situation toujours plus rocambolesques les unes que les autres. Surprise de voir deux hommes si différents, aussi soudés. Mais elle n’avait jamais vu, elle n’avait jamais était concrètement témoin de l’amitié que portait Esteban pour le sénateur. Elle n’en doutait pas pourtant, il n’y avait pas besoin d’aller chercher bien loin, il suffisait simplement de croiser le regard de l’un et de l’autre pour comprendre. Mais ce jour là, ce que fit Esteban renversa les choses. Elle n’avait pas une grande estime pour lui, ne le connaissant pas après tout, mais en une décision complètement folle, elle avait peut être eu l’occasion de voir ce que Gabriel appréciait tant chez son meilleur ami. « D’accord, j’ai peut-être pas eu l’idée du siècle… Mais au moment où je l’ai enfermé dans le placard, j’ai compris que je n’avais pas d’autres choix. C’était moi ou lui. Et la question ne se posait pas. Même toi tu ne peux pas le nier. » Il marquait un point, et elle se sentait même coupable de lui donner raison. Pourquoi ? Dire qu’elle préférait le voir lui en prison plutôt que Gabriel était tout de même assez affreux. Si elle souhaitait la prison pour pas mal de personne qu’elle ne portait pas dans son cœur, pour lui c’était différent. La seule chose qu’elle savait de lui, c’était qu’il était près à passé sa vie ici, pour son meilleur ami. Elle aurait sans aucun doute fait de même pour Sloan, même si elle était consciente qu’elle aurait aussi le droit à des hurlements de protestations. Mais elle n’avait pas pu s’empêcher de baisser son regard tandis qu’elle répondait d’une voix presque inaudible. « Tu as raison .. » pourtant elle avait la solution qui leur aurait épargné à tout les deux un tel sort. Elle s’en voulait de l’avoir laissé faire, mais ne pouvait imaginer de voir Gabriel en prison une fois de plus, c’était trop lui demander. Certes elle avait passé de long mois à s’en prendre à lui pour tout les maux de la terre, et ce parce qu’il l’avait en quelque sorte blessé sans le vouloir. Alors quand elle avait pris conscience de toute l’affection qu’elle ressentait à son égard, il était devenu difficile pour elle de masquer son attachement et surtout son inquiétude. Alors il était évident que lorsque le choix d’aider Esteban à prendre sa place, ou de régler les choses aux risques que Gabriel se trouve à sa place aujourd’hui, ne fut pas si difficile que cela. Mais à présent qu’elle était fasse à lui, elle regrettait. Elle aurait dut être plus ferme, plus autoritaire peut être, s’imposer un peu plus, mais il fallait admettre que ce jour là, Esteban était dans un tel étant, qu’elle en restait clouée au sol, dans l’incapacité de se montrer aussi hargneuse que d’ordinaire.

« C’est un connard…putain.. Il t’a pas dit qu’il allait arranger tout ça hein? T’a une idée de comment il peut régler ça sans prendre ma place? » En réalité, non, elle n’en avait pas la moindre idée. Mais elle se doutait qu’évidemment Gabriel n’allait pas resté les bras croisés à rien faire, s’il pouvait trouver une solution pour le sortir de là. Bien que là dans l’immédiat, elle n’avait aucune idée de ce qu’il pourrait bien faire. Elle se rendait compte que ce qu’elle avait dit pourrait l’inquiéter après l’avoir énervé, il fallait donc qu’elle se reprenne. « Il ne m’a rien dit, je le suppose, c’est-ce que je ferais si j’étais lui. » Marquant une pause, elle reprit finalement, en tentant d’afficher un léger sourire potentiellement rassurant. « Et puis bon on sait toi comme moi, qu’il ne te laissera jamais moisir ici. Mais il prendra pas ta place, t’en fais pas pour ça. Tu sortiras de là, et vous pourrez vous taper dessus tant que vous voulez. » Elle aurait voulu rire à sa propre bêtise, mais peut-être était-ce le lieu, les conditions n’étaient pas vraiment réunis pour un bon fou rire, même pour des raisons idiotes. « Y’a pas grand monde qui croyait que je ferais grand-chose de toute manière… » Bizarrement elle était surprise qu’il le lui avoue, surtout de cette voix lace, mais elle n’était pas surprise qu’on ait pu penser une telle chose de lui. Pas qu’elle adhérait à l’idée, bien que quelque jour auparavant, il fallait l’admettre, elle était probablement de ces personnes. Mais plus aujourd’hui, elle comprenait même, pour être passé par là. « Ma mère voulait que je devienne danseuse, elle me pensait incapable de faire une quoique ce soit d‘intellectuel, alors qu’elle prédestinait ma sœur à une brillante carrière politique. » Un sourire essentiellement nerveux pointa sur ses lèvres. « Lorsque j’ai raté mon premier concours, je me suis entendue dire que je n’étais qu’une incapable. Et dire que c’était la plus intelligente des deux qui a fini mannequin anorexique et suicidaire, pourrissant au fond d’une boite en bois. » Joyeux comme conversation n’est-ce pas ? Difficile aussi de s’imaginer là où elle voulait en venir, pourtant le schéma se dessinait clairement dans sa tête. « Les gens parlent beaucoup, surtout lorsqu’ils ignorent tout, c’est une façon pour eux de remédier à leur ignorance et à se valoriser. T’es pas un Sénateur ambitieux, t’es mieux que ça, t’es la force de ce grand idiot colérique. » Ne perdant pas l’occasion pour autant de taquiner Gabriel quand bien même il était absent, faibles représailles à côté de sa précédente crise de colère. « J’suis désolé .. J’aurais préféré ne pas t’impliquer dans tout ça et qu’il n’aille pas à s’en prendre à toi par ma faute… » « Oh t’en fais pas pour ça, j’ai l’habitude. Avant c’était un peu moi qui cherchait c’est vrai. Ça fait un peu bizarre de se faire engueuler quand on tente de faire bien, mais je le comprends. » Effectivement, elle comprenait, bien que ce fut quelque peu blessant, il avait surtout eut la trouille -du moins c’est-ce qu’elle pensait- pour son meilleur ami, et quoi de plus normal ? « Il a peur pour toi, faut pas lui en vouloir pour ça. »



_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
Invité
Invité




THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban Vide
Message(#) Sujet: Re: THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban EmptyLun 5 Juil 2010 - 17:17

    Visiblement peu à l’aise dans sa peau, Esteban avait du mal à entendre Billy lui dire toutes ses choses. Lui comme elle, connaissait suffisamment Gabriel McAllister pour savoir que les choses ne se termineraient pas ainsi. Malheureusement, Esteban commençait à redouter des manières peu conventionnelles auquel Gabriel pourrait avoir recours. Oui, il ressentait sans doute de la culpabilité à l’égard de la situation et de toutes les charges qu’Esteban encaissait, mais il ne pouvait pas le laisser moisir un peu ? Esteban lui avait amené assez de problèmes au cours de sa vie et il considérait les choses comme une redevance juste. Radicale, mais juste. Après tout, il avait dût entrer une bonne vingtaine de fois dans le bureau de celui-ci avec chaque fois une histoire abracadabrante justifiant parfois son état lamentable, d’autres fois justifiant simplement le fait qu’il avait envie de savoir comment son meilleur ami se portait. Comme cette fois où il s’était battu dans les débris de son ancienne décapotable rouge que Neal avait détruite à coup de bat de baseball et qu’il avait franchi le bureau du sénateur le torse en sang au beau milieu d’une réunion. Un parmi tant d’autres des problèmes qu’il avait apporté à Gabriel. C’était pour l’ex soudeur-plongeur un moyen pour lui de lui rendre tout ce qu’il avait fait pour lui, et de pour une fois prouver qu’il était prêt à beaucoup pour son amitié avec Gabriel. Même s’il devait le lui en vouloir toute sa vie. Esteban s’était refusé de ne pas réagir alors que la situation aurait eu des répercutions telles que le sénateur n’aurait pas été capable de se relever. Gabriel faisait parti de ses personnes qui tenaient à un point tel à leur carrière, que la perdre aurait été tuer à petit feu celui-ci. Et même si Esteban était rarement sérieux, rien ne l’empêchait de voir que son ami était de plus en plus exténué. Tant par les demandes considérables que sa carrière requérait de lui jusqu’aux déboulements d’événements qui rendait sa vie digne d’un film d’action américain. Rien n’aurait bien été étonnant qu’un producteur de films veuille s’intéresser à Gabriel, se type était destiné à ne pas vivre une vie calme et paisible. « Ma mère voulait que je devienne danseuse, elle me pensait incapable de faire une quoique ce soit d‘intellectuel, alors qu’elle prédestinait ma sœur à une brillante carrière politique. Lorsque j’ai raté mon premier concours, je me suis entendue dire que je n’étais qu’une incapable. Et dire que c’était la plus intelligente des deux qui a fini mannequin anorexique et suicidaire, pourrissant au fond d’une boite en bois. » Il ne s’attendait pas à ça. Esteban avait parfois du mal à comprendre les lignes directrices des conversations lorsqu’elles n’étaient pas claires, et Billy gagnait presqu’un prix dans les discours mystérieux. Le jeune homme écoutait ce qu’elle avait à dire alors qu’il ne se permettait aucun commentaire.

    Malgré tout, il sembla qu’un faible sourire se pointa sur ses lèvres. Il imaginait sa mère qui avait dût jubiler en apprenant qu’il avait été accusé finalement de meurtre. Après tout, lui pourrir la vie n’était-ce pas ce qu’elle faisait de mieux? « Les gens parlent beaucoup, surtout lorsqu’ils ignorent tout, c’est une façon pour eux de remédier à leur ignorance et à se valoriser. T’es pas un Sénateur ambitieux, t’es mieux que ça, t’es la force de ce grand idiot colérique. » « Je ne mérite pas ça, Billy. Je fais le con depuis toujours et je lui apporte que des problèmes. J’en ai marre de compter sur lui, parce que je sais qu’il ne peut pas toujours m’aider. Même s’il le voulait, sa ne change pas qu’être ici ou à Ocean Grove dans ma belle maison vide c’est la même chose. Sans la bière. » Son regard se durcit alors qu’Esteban baissa la tête orientant son attention sur les petites gravures sur la table auquel ils étaient tous les deux assis. Il avait tout autant envie de rester dans sa cellule que de rester assis dans son salon. Et encore. Ici au moins, les choses autour de lui n’avaient pas le désagréable souvenir des jours maintenant résolus. Une bonne leçon pour celui qui avait cru qu’on pouvait le changer. Esteban commençait à croire qu’il s’était menti à lui-même en croyant pouvoir aimer Hailey. Elle avait tout détruit et lui comme un idiot était convaincu au fond de lui qu’il en était responsable. Un événement qui avait une finale bénéfique… s’il s’était marié Esteban aurait eu toute la résistance du monde de se sacrifier ainsi. Il n’avait plus rien à perdre de toute manière. « Oh t’en fais pas pour ça, j’ai l’habitude. Avant c’était un peu moi qui cherchait c’est vrai. Ça fait un peu bizarre de se faire engueuler quand on tente de faire bien, mais je le comprends. Il a peur pour toi, faut pas lui en vouloir pour ça. » « J’en ai rien à faire… je ne sortirai pas d’ici. De toute manière, j’en ai sans doute pour quelques années encore. » Entre 4 et 5 ans si tout se passait bien pour lui et qu’il gardait un comportement exemplaire. Ça risquait de ne pas être une partie de plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
Jemima Eason

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban Vide
Message(#) Sujet: Re: THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban EmptyMer 7 Juil 2010 - 11:35



C’était étrange pour elle de se sentir toute petite à côté de lui, du moins en face. Ce n’était bien sur pas une question de taille, ça n’avait même strictement aucun rapport. Mais après tout qu’avait-elle fait de spéciale ? Que ça soit pour Gabriel, Casey, Sloan ou même sa sœur ? Strictement rien. Elle s’était toujours montrée très protectrice, possessive également, mais mise à part piquer des crises de colère monumentale, elle n’avait rien fait de constructif, sans doute qu’aucun des proches qui lui restaient, n’étaient conscients de ce qu’elle serait prête à faire pour eux. Et vu à quel point elle s’était lamentablement plantée avec sa sœur, elle ne préférait peut être plus rien faire. Pourtant lorsqu’elle mettait son grain de sel, ce n’était pas de l’ingérence malsaine dans leur vie, c’était sa façon d’aider. Elle avait toujours cette impression de savoir de quoi ils auraient besoin. Ce qui était bien sur faux, de simples intuitions, qui avait déjà poussé Gabriel dans une situation délicate et ce par sa faute. Avec sa sœur se fut littéralement pire. Lorsqu’elles étaient adolescentes, et qu’elle lui avait communiqué son souhait de devenir mannequin, elle l’avait poussé dans cette voix. C’était son rêve, alors après tout pourquoi pas ? Tout simplement parce que c’était un milieu impitoyable et qu’elle connaissait suffisamment sa sœur pour affirmer que jamais elle n’aurait les nerfs assez solide pour tenir. Et elle avait raison. Elle était à des kilomètres de sa jumelle lorsqu’elle découvrit son anorexie. Allez aider votre sœur lorsque vous êtes en voyage humanitaire au fin fond d’un pays si perdu que seul ses habitants en ont connaissance. Pas une seule fois elle n’avait quitté ses activités pour la rejoindre et l’épauler. Non elle avait simplement continué à apprécier sa chance, se préoccupant d’elle finalement. Elle s’était cru la plus altruiste des deux, mais il semblait qu’elle n’avait pas tant fait que ça. Reparler de sa sœur, avait réveillé les doutes qui la rongeaient. D’ordinaire ses démons ne refaisaient surface que la nuit, lorsqu’elle se posait calmement. Mais évoquer son souvenir n’était pas si simple, c’était trop frais, et sans doute que ça serait douloureux et étrange d’en parler encore pour un bout de temps. Elle n’avait jamais réussit à aider qui que ce soit dans le fond. Et effectivement elle semblait complètement nulle et insignifiante à côté d’Esteban qui avait été jusqu’à prendre la place de son meilleur ami, tout ça pour lui éviter un second passage en prison. Passage qui ne serait surement pas écourté pour cette fois.

Elle était perdue dans ses pensées, oui ses prunelles semblaient jauger l’état du jeune homme face à elle, et bien que les premières secondes ce fut le cas. Elle s’abandonna vite aux pensées qui la torturaient depuis plus de deux mois maintenant. Le temps passait si vite, elle ne réalisait toujours pas qu’elle ne rêverait jamais sa sœur. Mais elle n’était pas là pour ça, non, elle avait décidé d’apporter son soutient à un homme qu’enfin de compte elle avait elle aussi sous-estimé. Et surtout, qu’elle ne connaissait finalement pas tant que ça. « Je ne mérite pas ça, Billy. Je fais le con depuis toujours et je lui apporte que des problèmes. J’en ai marre de compter sur lui, parce que je sais qu’il ne peut pas toujours m’aider. Même s’il le voulait, sa ne change pas qu’être ici ou à Ocean Grove dans ma belle maison vide c’est la même chose. Sans la bière. » Buvant chacune de ses paroles, elle prenait conscience du mal-être qui s’était emparé de lui, sans que ça n’est put se remarquer. Pourtant il avait eut plus d’une occasion, mais il semblait toujours le même, toujours près à se mettre dans de mauvaises postures. Oui c’était toujours Gabriel qui l’aidait, et quoi de plus normale après tout c’était son ami. Mais elle n’avait pas conscience qu’Esteban pouvait se considérer comme un poids pour lui. Elle qui pensait qu’en réalité il jubilait à chaque connerie qu’il pouvait faire et dont il ne payait finalement aucune conséquence. « C’est-ce que font les amis et même la famille. C’est normal de se sentir responsable pour les gens qu’on aime. C’est dans ta nature de faire le con, t’es comme ça, et se serait presque décevant si tu devais te montrer sérieux. Gaby t’aime comme ça et ne s’en plaint pas. Alors le fait pas pour lui. T’as fais bien plus que ce que n’importe quel autre ami aurait fait. Crois-moi la balance est très bien équilibré là. Et la bière fais une très grande différence côté confort. » Fini-t-elle par ironiser dans l’espoir de détendre un peu l’atmosphère. Elle vit son regard se perdre sur la table, observant sans doute sans la moindre conviction les gravures qui s’y trouvaient. Elle ne pouvait se mettre à sa place, elle pouvait tenter de le comprendre, elle n’était pas certaine d’y arriver, elle n’avait pas toutes les cartes en main. Mais Billy était sur d’une chose, elle était déçue d’elle-même. Déçue de l’avoir jugé aussi facilement, se basant sur des critères erronés. Elle regrettait de ne pas avoir été plus attentive une fois de plus. « J’en ai rien à faire… je ne sortirai pas d’ici. De toute manière, j’en ai sans doute pour quelques années encore.  » La détermination se lisait dans le regard de la jeune femme, tandis que son envie de lui en coller une la brûlait de l’intérieur. Comme pouvait-on être aussi résigné ? Elle détestait ce genre d’attitude et s’était battue plus d’une fois que cela soit avec sa sœur, ou encore avec Sloan. Se saisissant brusquement de la main du jeune homme, elle plongeant son regard dans le sien avec dureté. « Je me fiche pas mal de ce que tu veux, et il me semble bien que Gabriel aussi. Je vais même aller de ce pas lui bouger le cul pour que tu sortes de là. Reprends-toi Carson! » lui dit-elle avec hargne. Tandis qu’elle retirait sa main, elle fit un léger bon en entendant la voix du gardien. « Visites bientôt terminées. » « Quel emmerdeur celui-là. » renchérit-elle rapidement, en pointant un regard en biais vers l’homme en question.



_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
Invité
Invité




THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban Vide
Message(#) Sujet: Re: THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban EmptyLun 26 Juil 2010 - 21:09

    Esteban avait du mal à réussir à se justifier à Billy qui était convaincu qu’il n’avait pas à subir tout ça pour Gabriel. Comment lui expliquer que dans un sens, sa présence à cet endroit lui permettait de fuir les problèmes qui ne pouvaient pas se résoudre à affronter? Certes, il s’en développait d’autres… mais rien ne pouvait l’amener à revoir ceux qu’il avait irrévocablement déçu par son attitude ou encore par ses choix et gestes. C’était la manière de vivre qu’il suivait depuis tant d’années, qu’agir autrement lui semblait impossible. Et pourtant, il avait essayé. Ou du moins, cru. « C’est-ce que font les amis et même la famille. C’est normal de se sentir responsable pour les gens qu’on aime. C’est dans ta nature de faire le con, t’es comme ça, et se serait presque décevant si tu devais te montrer sérieux. Gaby t’aime comme ça et ne s’en plaint pas. Alors le fait pas pour lui. T’as fais bien plus que ce que n’importe quel autre ami aurait fait. Crois-moi la balance est très bien équilibré là. Et la bière fais une très grande différence côté confort. » Dans n’importe quelle autre situation, Esteban aurait relevée qu’elle avait raison et peut-être même en aurait-il rajouté. Grand buveur de bière, c’était bien quelque chose qui lui manquait ici en taule. Ou n’importe quel petit privilège qu’il pouvait habituellement s’offrir. Il serra d’avantage les poings se maîtrisant le mieux qu’il le pouvait pour ne pas se laisser emporter par la colère. Déjà qu’il faisait d’immenses efforts afin de supporter l’injustice qu’il subissait jour après jour, il n’appréciait pas que Billy lui dise tout ça. Il avait maintes fois prouvé qu’il était loin d’être l’ami idéal, égoïste au point de profiter de n’importe quelle situation tant qu’il en récoltait quelque chose. « Je me fiche pas mal de ce que tu veux, et il me semble bien que Gabriel aussi. Je vais même aller de ce pas lui bouger le cul pour que tu sortes de là. Reprends-toi Carson! » D’abord surpris, puis furieux, Esteban retira sa main de l’emprise de Billy. « Visites bientôt terminées. » « Quel emmerdeur celui-là. » Esteban n’osa aucun regard en direction des gardiens, sachant que dans quelques minutes et il retournerait moisir dans sa cellule. «Qu’est-ce que tu comprends pas Billy? Y’a deux ans je me suis fait tiré dessus, et j’ai rien dis. Y’a moins de 3 mois je pensais que j’allais avoir enfin une famille et que les choses iraient mieux. J’crois que j’avais passé par-dessus ça. Et ce que j’ai récolté? Tu le sais. Tu l’as vu de tes propres yeux. Alors ne me sort pas ce genre de conneries.» Esteban sembla s’en vouloir d’être aussi sec alors que Billy n’avait fait qu’être gentille avec lui. Sachant qu’elle ne l’avait jamais vraiment porté dans son cœur, Esteban devait avouer qu’elle avait dût tenir un peu à lui pour se déplacer et venir le voir ici. Il se releva d’un geste sec et un peu brusque. «Je crois, que ça serait mieux si tu lui disais de rien essayer… connaissant Gabriel il va faire quelque chose de mal. Et si tu tiens à a ce que ton petit sénateur n’ailles pas trop de problèmes… tu devrais supporter ce que j’ai déjà fait.» Esteban eut du mal à respirer alors qu’il sentait sa gorge se serrer. Peut-être mentait-il et qu’il voulait à tout prix qu’on le sorte de là, peut-être pas… Une chose était certaine, il ne voulait plus que les gens subissent des choses par sa faute. S’il s’était retrouvé en taule… peut-être qu’une prochaine fois les choses seraient pire. Et il n’osait pas l’imaginer. Effectuant quelques pas vers les gardiens, Esteban jeta un œil en arrière alors qu’il attendit qu’on puisse ouvrir la porte. Il se força à lui faire un sourire, qui se voulait désoler… acte désespéré face à ceux qu’il appréciait et donc ils n’arrivaient pas à le comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban Vide
Message(#) Sujet: Re: THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

THE FIRST TIME I CAN SEE THE REAL YOU ♣ Esteban

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-