AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Où trouver My Hero Academia Tome 31 collector en édition limitée ?
13.50 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Meeting with a juicy lawyer (william)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Meeting with a juicy lawyer (william) Vide
Message(#) Sujet: Meeting with a juicy lawyer (william) Meeting with a juicy lawyer (william) EmptyMar 5 Mai 2009 - 1:30

    Kayslee avait cours aujourd’hui, un cours qu’elle détestait plus que tout au monde : « legal history ». Un vrai cauchemar que l’histoire du droit. C’était le cours qu’elle détestait le plus, elle préférait largement le droit international, le droit commercial, tout ce qui avait un rapport au business en fait. Elle aurait pu sécher, mais elle avait dépassé son « quota d’absence » comme le lui avait signalé le doyen de la faculté de droit la semaine passée. Par conséquent : aucune échappatoire. Vêtue d’une jupe à taille haute noire et d’un chemisier blanc, dont le décolleté était outrageusement ouvert, elle tournait en rond devant le bâtiment dans lequel avait lieu le cours. Elle était en avance, un comble pour elle. Elle détestait entrer dans la classe avant les autres, surtout que depuis le début de l’année, elle mettait un point d’honneur à arriver toujours en retard, afin de faire une entrée fracassante et remarquée de tous. Elle adorait arriver une demi-heure en retard, lorsque le prof avait commencé son babillage, car lorsqu’elle poussait la porte, faisant cliqueter sur le sol carrelé ses tallons aiguilles, le silence se faisait et tout les regards étaient posés sur elle : sensation étonnamment suffisante. Kay y avait gouté la première fois par erreur, elle avait tellement apprécié qu’ensuite, c’était devenu une habitude. Pour la jeune femme qui adore être au centre de l’attention, son entrée en classe était primordiale, elle la préparait donc toujours avec beaucoup d’attentions. Sauf aujourd’hui où elle était bien trop tôt. Qu’aurait-elle bien pu faire pour passer le temps ? Retourner à la villa était impossible, c’était trop loin et elle ne souhaitait pas que ses voisins remarquent ses allers-retours intempestifs. Regardant sans cesse sa montre, elle se dirigea vers les couleurs du bâtiment d’en face. Elle y avait ses habitudes alimentaires, le distributeur de sucreries était toujours plein de bonnes choses : grignoter l’aiderait à patienter. Un paquet de biscuit à la main, elle entendit enfin les cloches sonner, le cours allait commencer. Plus qu’une dizaine de minutes à attendre, puis elle pourrait s’asseoir en classe. Grignotant tranquillement, elle se promena, regardant les élèves s’engouffrer dans les couloirs pour aller en classe. C’est fou ce que les gens sont pressés de se rendre en cours, à croire qu’ils ont des tendances sadomasochistes et adorent se faire torturer. Jouant avec une boucle de ses cheveux noirs, elle attendit, puis une quinzaine de minutes après que le cours ait commencé, elle se dirigea à son tour vers le local. Les couloirs étaient désormais déserts, tous les petits élèves modèles de l’université de Miami se trouvaient déjà en classe. Poussant la porte d’un grand coup, pour faire le plus de bruit possible, elle pénétra dans sa classe. Comme toujours toutes les têtes se tournèrent vers elle. Avec un air supérieur, elle les ignora et alla se plaça sur une chaise au milieu de l’auditoire. Pour ne pas changer de la routine, ses talons émirent les seuls bruits qui remplissaient le silence causé par son entrée magistrale. La tête haute, elle marcha avec élégance, prenant tout son temps, faisant preuve d’une effronterie sans précédent. Un sourire éclatant était posé sur ses lèvres bien dessinées, peintes de rouge vermillon, c’est ça que d’être THE princess. Savourant cet instant de gloire, elle sortit ses affaires de son sac et lança une œillade suggestive au professeur pour qu’il reprenne son cours. Lorsqu’il reprit la parole, elle entendit quelque murmures s’élever, elle savait qu’elle en était le sujet principal, cette pensée la fit se gorger de satisfaction. Elle avait réussi son coup encore une fois. Prenant son stylo à bille, elle tenta de se concentrer sur le cours. Si elle se trouvait assise ici, autant en profiter pour écouter et prendre quelque notes. C’est à cet instant qu’elle s’avisa que le professeur qui enseignait lui était inconnu. Elle ne se souvenait pas de l’avoir déjà vu dans le coin, c’était étrange, elle était persuadée que ce cours devait être donné par monsieur Hamilton, et non par ce jeune homme qui ressemblait plus à un adolescent sorti du lycée qu’à un professeur d’université. Curieuse elle le détailla, mais très vite, sa contemplation fut arrêtée par la voix douce de l’homme. Elle se laissa bercer par ses paroles, ou plutôt par le ton avec lequel il les citait, car le droit canonique ne l’intéressait que très peu. Ces deux heures de cours passèrent plus rapidement qu’elle ne l’aurait cru. Lorsqu’elle vit les autres élèves se dresser pour quitter la classe, elle sursauta et dans sa surprise laissa s’échapper le Bic de ses mains. S’abaissant pour le ramasser, elle le fit malencontreusement tomber dans l’escalier. Impuissante, elle le vit déambuler dans ceux-ci jusqu’à arriver au pied de l’estrade où se trouvait le professeur. Rassemblant ses affaires, elle se dirigea vers l’endroit pour ramasser le stylo bille. L’endroit était désormais désert, il ne restait plus qu’elle et le professeur qui rassemblait ses affaires. Se penchant pour ramasser le stylo, elle fit en sorte de dévoiler sa gorge plus profondément que de coutume.

    - Monsieur, vous êtes nouveau ici, n’est-ce pas ?

    Etrange façon d’aborder un professeur, Kay le savait pertinemment bien, mais elle était effrontée et n’allait pas par 4 chemins pour dévoiler le fond de ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Meeting with a juicy lawyer (william) Vide
Message(#) Sujet: Re: Meeting with a juicy lawyer (william) Meeting with a juicy lawyer (william) EmptyMer 6 Mai 2009 - 21:07

    Son rôle de papa occupait tout son temps. C’était des responsabilités par dessus là tête puisqu’il devait être présent à tout moment. William Hoffman avait, en quelque sorte, mis sa vie en suspens depuis l’annonce de la grossesse de son ex femme. Il avait quitté New-York et ainsi sa chance d’entreprendre la carrière dont il rêvait depuis son plus jeune âge. Will ne regrettait aucunement, Sarah était ce qui comptait le plus dans sa vie. Si c’était à refaire cependant, il agirait différement. Il accepterait toujours ce rôle de père, mais il demanderait de le faire à NYC et non à Ocean Grove. La raison était simple; sa fille et lui pourraient ainsi jouir d’un revenu plus élevé et enfin, Will pourrait se sentir utile. L’homme se savait être un bon avocat, il avait travailler très fort durant ses études et avait cela dans le sang. C’était quelque chose de naturel chez lui que de tenter d’entendre raison aux autres, il avait une facilité avec les mots et donc à trouver de bons arguments. Ce qui faisait en sorte qu’il n’arrivait pas à perçer en Floride, c’était les nombreux pots de vins que les familles fortunées offraient au barreau pour assurer à leurs enfants de se faire une bonne place dans le domaine. C’état malheureux, mais William ne pouvait compter que sur lui. Et puis, sa petite puce méritait tellement plus que ce qu’il pouvait lui offrir. Ils n’étaient pas dans la misère, bien au contraire. Leur appartement avait beaucoup de classe et était situé dans un quartier très aisé. Le problème était que le jeune père avait eu cette demeure lorsqu’il était encore avec sa femme, c’est-à-dire qu’ils avaient un double salaire. L’argent que gagnait Victoria aidait beaucoup la petite famille. Maintenant qu’elle était partie, plus rien. Cela ne faisait que six mois et elle ne devait même pas eu la chance d’avoir un rôle dans une pub pour bière encore, mais il doutait fort qu’elle l’aide financièrement. Elle avait toujours été du genre plutôt égoïste et probablement que l’avocat n’accepterait pas ce cadeau si elle venait à vouloir le dépanner. Malgré les 40 heures par semaine qu’il faisait, à un salaire plus que respectable, William avait l’impression de manquer de ressources. S’il s’était occupé de cas plus important, il aurait eu beaucoup plus de moyens. Les cas de divorces d’Ocean Grove, c’était le bas de l’échelle. Et il le faisait depuis la naissance de sa fille, depuis 7 ans. C’était la même histoire encore et toujours et le grand brun s’en voulait, il se dégoûtait de s’occuper de ce genre de superficialités. Il s’était toujours vu prendre part à de grande chose, sauver les vrais innocents. Il en était très loin.
    Ce matin, ce ne fût pas son réveil qui le sortit du monde des rêves, mais bien le téléphone. Encore endormi, Will répondit, passant une main sur son visage.

    - Allo?
    - Monsieur Hoffman je vous prie.. Une voix de femme, droite et grave.
    - C’est lui-même, répondit l’homme en se redressant, soudain inquièt.
    - Je me nomme Agnès Hunlock, je suis la secrétaire personnelle de monsieur Hamilton, Georges Hamilton. Il a de graves problèmes de santé monsieur Hoffman et est dans l’impossibilité de donner ses cours à l’université de Miami. Je vous appelle sous sa requête, il a été très stricte qu’il ne voulait personne d’autre que vous pour le remplacer.. Ce serait un poste à temps-partiel. Environ 4 heures par semaine, 2 heures le lundi et le jeudi en soirée.. êtes-vous intéressé?
    - Vous me prenez par suprise, je ne.. Je ne suis pas certain d’avoir les capacités pour enseigner.
    - Monsieur Hamilton est persuadé du contraire..
    - Je dois en discuter avec ma fille, je suis toujours là pour elle en soirée..
    - Rappeler moi avant 16 heures, monsieur Hoffman, le remplacement commence ce soir.. Merci à vous et bonne journée.

    L’homme se leva, incertain. Il n’avait jamais envisagé une carrière comme enseignant en plus de son job d’avocat. Ce serait certes, un revenu supplémentaire, mais également un moyen de se sentir enfin réellement utile. Apprendre à d’autre son savoir, tout comme monsieur Hamilton lui avait enseigné le sien. C’était un homme formidable, qu’il l’avait pris sous son aile alors qu’il étudiait en droit dans cette même université. Il s’était reconnu en lui et avait voulu qu’il ait toute les chances possible. Il avait été en quelque sorte un deuxième père, il était son model. Georges et Willian était devenu des amis, malgré la grande différence d’âge qui les séparait et il se voyait mal de refuser de l’aider, après tout ce qu’il avait pu faire pour lui. Dans des mouvements rapides, bien plus qu’à son habitude du moins, Will fît son lit, choisis ses habits et alla se laver. Il s’imaginait déjà devant une classe, où les gens l’écouteraient, prendraient des notes et poseraient des questions. Il avait déjà hâte d’y être, bien que ce soit la première fois qu’il ferait cela.. C’était une exprérience enrichissante et cela lui permetterait d’avoir un emploi certain s’il en avait assez des tribunaux un de ces jours. Il n’avait même pas demandé quelle matière il enseignerait tellement il était énervé et surpris, surtout. Il se doutait seulement que ce serait une matière qui était donné autrefois par monsieur Hamilton. Il semblait aimer ces cours et avec son ancienneté, il était improbable qu’il ait du changer. Après s’être préparé, le jeune Hoffman alla réveiller sa petite chérie d’une caresse de ses cheveux. La matin, elle avait le sommeille léger et un simple baiser lui faisait ouvrir les paupières.. Ils suivirent leur petite routine matinale à la lettre, sauf que la discussion à la table se fît bien plus sérieuse. William lui soumis l’offre qu’on lui avait fait et lui dit qu’il voulait accepter, mais qu’il voulait être certain que cela ne la dérangeait pas. Il lui expliqua que cela voulait dire 2 soirs où il partirait pour un bon 3h heures, mais il lui promis de toujours être là pour 21h. Le temps de pouvoir parler un peu avec elle avant qu’elle ne s’endorme. Sarah prit la nouvelle très positivement, elle demanda d’avoir une baby-sitter sympa avec qui elle pourrait devenir copine. Will le lui promis pour la semaine prochaine, le temps qu’il trouve cette perle rare. Pour les deux journées où il devait s’absenter, ce serait mamie qui prendrait soin d’elle. Puis il alla la reconduire en cours et se rendit au boulot. C’est delà qu’il appela pour avoir des informations supplémentaires.

    L’avocat arriva beaucoup plus tôt avant le début de son cours à l’Université de Miami. Il était un peu nerveux et il voulait être certain que tout était en ordre avant de commencer l’enseignement de l’histoire du droit. On lui avait montrer son bureau, bien qu’il sache où il se trouvait et on lui remis le plan de cours du professeur Hamilton ainsi que ses notes et c’est seulement une heure avant l’heure qu’il prépara ce dont il allait parler pendant la période de 3 heures qui lui était assigné. Il se rendit dans sa classe et attendit les étudiants, assis sur le bureau. Il lisait toujours les notes qu’il s’était inscrites lui-même sur une feuille dans le but de ne pas perdre le fil. La première cloche sonna et l’homme releva la tête. Plusieurs étudiants commencèrent à entrer et lorsque la deuxième cloche se fît entendre, il demande au dernier groupe entré de fermer la porte. Puis, il se présenta rapidement, ne donnant aucun détail sur les raisons du remplacement. Il parla surtout des études qu’il avait faites, de son travail en tant qu’avocat dans la journée et de cette chance qui s’offrait à lui. À peine 10 minutes plus tard, il commençait le cours. Il fût cependant interrompu par la porte qui s’ouvrait et le cliquetis de souliers à talon sur le plancher de marbe. Cela déconcentra le nouvel enseignant, qui avait oublié que les retards étaient courant, tout comme le bavardage pendant qu’il parlait. La jeune femme prenait son temps pour s’installer, alors sans attendre qu’elle sois assise, Will se racla la gorge pour avoir l’attention de nouveau et continua de donner sa matière. Étonnement, il ne regarda que très peu sur ses notes, les souvenirs lui revenait en tête comme s’il les avait appris par coeur la veille seulement. Puis, après 1h30 de prise de parole, il réalisa qu’il perdait la moitié de l’attention et convint de terminer le cours plus tôt. Il rappela qu’il y avait un test la semaine prochaine et s’assied sur bureau en regardant les étudiants quitter la pièce. Le silence se fît très rapidement et Will en profita pour ramasser ses quelques feuilles et les écrits du professeur Hamilton qu’on lui avait laissé. Il repris son crayon et le glissa derrière son oreille. Lorsqu’il se retrouna, l’avocat fût surpris de découvrir la jeune femme qu’il avait remarqué plus tôt pour son retard. Elle ramassait un crayon, dévoilant avec une certaine audace sa poitrine de jeune fille. William releva les yeux sans plus attendre, amusé par la situation. Il connaissait ce genre de jeune femme, de celle qui souhaite augmenter leur résultat grâce à leur charme. Elles étaient pourtant toutes intelligentes, mais lâche. Le beau brun croisa les bras sur sa poitrine alors qu’elle lui demandait s’il était nouveau. Avec un sourire amusé, il répondit, de sa voix suave et charmante: « Effectivement, mais vous le sauriez mademoiselle si vous étiez arrivée à l’heure dans mon cours.. »
Revenir en haut Aller en bas
 

Meeting with a juicy lawyer (william)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: University of Miami & Résidences universitaires-