AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-50%
Le deal à ne pas rater :
Casque Pro Gaming HyperX Cloud Alpha Noir et Rouge à moitié prix
49.99 € 99.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Parce que les choses doivent être clarifiées.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Parce que les choses doivent être clarifiées. Vide
Message(#) Sujet: Parce que les choses doivent être clarifiées. Parce que les choses doivent être clarifiées. EmptyJeu 27 Mai 2010 - 19:23

    « Hum attends. Tu blagues là ? J’croyais que tes parents t’avaient passé un savon la semaine dernière ? Tu m’avais bien dit que tu n’allais plus sécher, j’me trompe pas ? » lança Sixtine tout en croisant ses bras contre sa poitrine.
    « C’est c’que j’ai dit y’a une semaine mais aujourd’hui est un jour nouveau et j’te le dis ma p’tite crevette que toi et moi, ce matin on va faire les boutiques. Adieu le cours de littérature, de sport et d’art plastique, bonjour les chaussures, les jeans et les hauts qui en jettent. Allez Sixtine, on entre pas au bahut, on a bien mieux à faire ».

    C’est sur ces paroles que Jenny et Sixtine firent demi tour et grimpèrent dans un bus, en direction du centre commercial. Sixtine n’était jamais contre sécher les cours mais elle avait cru que son amie ne pourrait plus le faire après que ses parents aient mis certaines choses au point. Mais Jenny avait changé d’avis, au plus grand bonheur de Sixtine. Au programme les filles firent donc les boutiques, d’ailleurs Sixtine s’offrit, avec l’argent de son beau-père, un short kaki ainsi que deux paires de boucles d’oreilles. Sa copine s’acheta, elle, un nouveau sac et une paire de chaussures. A la pause de midi elles décidèrent de manger des frites ainsi qu’une grosse glace dans un des fast-food du centre commercial puis elles reprirent le chemin du lycée. Jenny serait bien restée encore un peu mais pour une fois Sixtine insista. Elle avait rendez-vous avec Lauren Huttinger, l’assistante sociale qu’elle voyait en ce moment. Oh, elle n’avait pas spécialement envie de la voir, seulement elle avait des choses à lui dire. Depuis qu’elle savait que Clay et elles se voyaient et depuis qu’elle soupçonnait quelque chose entre eux deux, Sixtine voulait clarifier les choses et ce rendez-vous était l’occasion de le faire.

    Une fois devant l’établissement scolaire, Jenny et Sixtine se séparèrent. Jenny fila rejoindre le reste de leur classe, devant la salle de biologie, tandis que Sixtine emprunta l’un des plus longs couloirs de l’école pour se retrouver devant une porte qu’elle avait aimé franchir. Oui, avant, elle aimait plutôt venir ici, discuter avec Lauren. Sixtine traversait une passe pas bien simple et Lauren avait été une sorte de soutien. Ce n’était plus le cas, Sixtine avait décidé de la détester. Jetant un coup d’œil à sa montre, elle souffla avant de pousser la porte. Non, elle ne frappait pas, non elle n’allait pas attendre qu’on l’invite à entrer. C’était l’heure, elle prenait donc le droit de pénétrer dans le bureau de l’assistante sociale sans invitation. Refermant la porte derrière elle, la jeune fille ne lança ni un bonjour ni une autre formule de politesse. Elle laissa tomber son sac près d’elle, s’installa sur une des chaises et releva la tête pour regarder Lauren avant de lancer.

    « Il est déjà en couple, et avec ma mère ».


    Une phrase, rien qu’une mais Sixtine savait que Lauren comprendrait très bien de quoi elle voulait parler. Aujourd’hui Lauren voudrait peut-être discuter de Sixtine, de ses notes, de son bien être mais Sixtine n’en avait pas envie. Non, elles allaient discuter de Clay, uniquement de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Parce que les choses doivent être clarifiées. Vide
Message(#) Sujet: Re: Parce que les choses doivent être clarifiées. Parce que les choses doivent être clarifiées. EmptyJeu 27 Mai 2010 - 20:34



Because the things must be clarified.
Parce que les choses doivent être clarifiées. 2dbl4bd
FEAT. LAUREN HUTTINGER - SIXTINE J. TOTSIN




Lauren avait été forcée de laisser sa fille à sa grande tante. Elle n’aimait pas laisser sa fille à une personne. Elle avait entièrement confiance à sa grande tante, la question n’était pas là. Lauren n’avait pas envie de rester loin de sa petite fille. Néanmoins, la jeune assistante sociale se trouvait devant son miroir, sa fille dans les bras de sa grande tante. « T’es belle. » Lauren regardait sa fille à travers la vitre, sourire au coin. « Oh ma chérie. » Elle allait embrasser sa fille sur son front. « Tu sais que je t’aime ? » Jenny hochait positivement de la tête. Lauren lui caressait doucement ses cheveux, la prenant contre elle ; cette dernière restant dans les bras de la grande tante de sa mère. Lauren soupirait légèrement. « Qu’est ce que je déteste porter un tailleur… Ce qu’il ne faut pas faire pour son boulot. » Elle eut un petit sourire amusé, embrassant sa grande tante. « S’il y a le moindre problème, téléphone moi même si je suis en plein rendez-vous. » « Pars la tête tranquille, tout ira bien. » Elle n’était pas tranquille mais devait l’écouter. Elle les embrassait une dernière fois puis elle prit son sac et sortit de la maison.

Elle était à bord de sa voiture, attendant que le moteur se chauffe avant de prendre la route. Lauren baissait la tête, vit sa grande tante et sa fille par la fenêtre, lui disant au revoir de la main. Elle leur répondit en faisant pareil, leur souriant puis prit la grande route qui allait l’emmener à l’école. Aujourd’hui, elle avait rendez vous avec Sixtine J. Totsin. Cette dernière avait quelques problèmes en cours : Lauren était devenue son assistante sociale. Celle-ci prenait le temps de l’écouter, de la conseiller et de l’aider au mieux. Faire la morale que pour toucher l’argent qu’elle allait percevoir de ce rendez vous ne lui tiltait pas : cela ne lui intéressait aucunement. La jeune étudiante et la jeune mère commençaient par s’apprécier et à passer presque le cap de l’élève discutant avec l’assistante sociale. Lauren avait pensé que ce serait un rendez vous comme tout les autres mais elle s’attendait à d’incroyables surprises.

Elle était arrivée à l’école. Elle se trouvait dans son bureau, attendant la visite de la jeune demoiselle. En attendant, Lauren avait passé un petit coup de fil chez elle, discutant un petit moment avec sa fille : elle avait besoin d’entendre sa voix. Raccrochant après quelques longues minutes, elle s’installait sur une chaise, patientant calmement. Elle regardait sa montre au poignet : son rendez vous allait bientôt commencer et elle n’allait pas tarder à venir. En parlant du loup, c’est à la plus grande surprise de la jeune femme qu’elle vit Sixtine entrer dans le bureau, sans frapper, sans attendre qu’elle ne lui dise d’entrer – qui est la moindre des politesses – et pas un seul bonjour… « Il est déjà en couple, et avec ma mère » A cette phrase, Lauren fronçait les sourcils : elle parlait de Clay ? » « Bonjour Sixtine, comment vas-tu en ce beau jour ? » Vous ne pensiez pas qu’elle allait oublier la moindre politesse ?

Lauren comprenait mieux à présent la situation « compliquée » de Clay. Il était donc en couple avec la mère de Sixtine. Croisant les jambes, elle regardait Sixtine : elle n’allait pas tourner autour du pot. » « Je suis là pour parler de toi mais si tu souhaites parler de ça, nous allons parler. Tu dois savoir que ça fait plusieurs années que je connais Clay. Nous avons partagé énormément de choses, du bonheur comme de la souffrance. Sache que ma relation avec lui ne va pas entraver ce qu’il ressent pour ta mère. » Que pouvait-elle bien lui dire ? Ce sont des problèmes d’adultes.. » « Il y a certaines choses que je dois éclaircir avec Clay, ce qui est la raison de nos rencontres. Maintenant, si tu as des questions à me poser, vas-y, je t’écoute et j’essayerai de t’y répondre mais rien d’autres. » Lauren aurait du prévoir des bouteilles d’eaux, elle sentait que ce rendez vous allait durer une éternité. Mais comment se faisait-il que Sixtine se mêle de ça ? Lauren n’avait pas l’intention de « voler » l’homme que sa mère aimait. Si elle pensait ça, Lauren laisserait courir. Ceci dit, elle pouvait comprendre la réaction de Sixtine. Clay était son beau-père, Lauren son assistante sociale et découvrir que les deux adultes étaient proches pouvait faire un choc et mériter des explications. La jeune mère comprenait….



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Parce que les choses doivent être clarifiées. Vide
Message(#) Sujet: Re: Parce que les choses doivent être clarifiées. Parce que les choses doivent être clarifiées. EmptyJeu 27 Mai 2010 - 22:15

    Sixtine aimait Clay. Oui, elle l’aimait comme un père. Bien évidemment, les premiers temps, quand sa mère lui avait présenté l’homme et quand ils avaient emménagé ensemble, la demoiselle lui en avait fait voir de toutes les couleurs. Elle avait pris un malin plaisir à lui cacher ses affaires, à lui mettre du sel dans son verre d’eau, à l’envoyer promener. Sauf que voilà, Clay ne se laissait pas faire et puis Sixtine était contrainte d’admettre qu’il rendait sa mère heureuse. Et puis, Clay avait de l’argent, beaucoup d’argent et Sixtine ne manquait plus de rien. N’allait pas croire que la jeune fille n’avait aucun sentiment pour lui. Au fur et à mesure elle appris à le découvrir et elle le considéra petit à petit comme un père. Oui Clay pouvait lui remonter les bretelles mais Clay était là pour elle, dès qu’elle en avait besoin. N’était-ce pas ça, le rôle d’un père ? Alors quand sa mère fut mise en prison et que Sixtine se retrouva seule avec son beau-père, le lien se resserra un peu. Sixtine ne le montrait peut-être pas, ou peut-être pas comme il le fallait mais elle avait tellement besoin de Clay, tout comme sa mère, et le voir dans les bras d’une autre lui faisait si peur.

    Entrant sans avoir attendu qu’on lui donne la permission, Sixtine ne s’encombra pas de politesse et s’installa rapidement. Elle souffla légèrement en entendant Lauren la saluer et lui demander comment est-ce qu’elle allait mais elle ne répondit pas. Au lieu de ça elle fixa un peu plus l’assistante sociale et pencha la tête sur le côté. Elle l’écoutait, attentivement mais elle ne croyait pas vraiment ce qu’elle était en train de lui dire. Leur relation n’allait pas entraver celle que Clay et sa mère entretenaient ? Que des bêtises, rien d’autre. Déglutissant avec un peu de difficulté la jeune fille continua, haussa un peu le ton. Hey oui, Sixtine était du genre directe et plutôt grande gueule.

    « Vous allez quand même pas me faire croire que vous êtes seulement de simples amis, hum ? Vous venez de le dire, vous avez partagé b.e.a.u.c.o.u.p de choses. Ca rapproche, forcément ».

    Non, non elle n’était pas parano, enfin…Disons que Sixtine ne concevait pas l’idée que Clay puisse être attirée par une autre femme que sa mère et Lauren était belle, vraiment belle. Elle était également intelligente et agréable…il y avait une période où Sixtine l’appréciait vraiment mais plus aujourd’hui. Alors il y avait des risques que Clay tombe dans le panneau, après tout, la mère de Sixtine était en prison. Il pourrait être tenté d’aller voir ailleurs et c’est pour cela qu’elle se devait de le séduire, afin qu’il reste dans la famille et qu’il ne soit tenté par aucune autre femme. Se calant contre le dossier de la chaise, Sixtine repris, gardant le même ton, un ton plein de reproches alors qu’elle n’était certaine de rien, elle pensait juste qu’il y avait quelque chose entre Clay et Lauren.

    « J’vous déconseille de me prendre pour une idiote. J’en suis pas une. J’vous mets juste en garde. Il est pris, que ça soit clair. Ma mère est peut-être en prison mais ça vous ne donne pas le droit de tenter quelque chose ».

    Sixtine y allait un peu fort, elle le savait mais elle se devait de protéger sa famille, d’éloigner Lauren de Clay. Ils étaient peut-être simplement amis mais elle avait un doute, vraiment. D’après elle, ils se voyaient bien trop pour avoir uniquement des choses à éclaircir et à régler.

    « J’aimerais que vous ne vous voyez plus. Vous, je, j’sais pas, réglez vos problèmes par téléphone par exemple ou par mail, ça peut-être très bien ça, pas besoin de vous voir comme ça ».

    Elle n’avait pas à donner d’ordre à Lauren pourtant elle le faisait. Sixtine n’impressionnerait jamais Clay, elle ne pourrait pas lui parler de cette façon sans qu’il y ait des conséquences mais elle pouvait tenter avec Lauren, après tout, l’assistante sociale avait été si gentille…c’était peut-être une faiblesse que d’être gentille avec Sixtine…peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Parce que les choses doivent être clarifiées. Vide
Message(#) Sujet: Re: Parce que les choses doivent être clarifiées. Parce que les choses doivent être clarifiées. EmptyVen 28 Mai 2010 - 8:40




Il y avait plusieurs choses qui étaient personnel, qui ne concernait que Clay et Lauren et personne d’autres. Ce n’était pas aujourd’hui que la jeune femme allait tout dévoiler à une jeune étudiante parce qu’elle ne voulait pas que Lauren puisse voler Clay à sa mère. La jeune assistante sociale ne voulait plus souffrir comme elle avait souffert par le passé. Pourquoi Lauren prendrait-elle la peine de mentir ? Le mensonge pouvait servir à quoi ? A ne faire qu’empirer les choses. Elle détestait le mensonge, commencer par mentir aujourd’hui n’était pas prévu au programme.

Lauren remarquait, lors de ses premières entrevues avec la jeune étudiante, qu’elle était plutôt du genre à être directe, à ne pas mâcher ses mots. Aujourd’hui, elle montrait, une nouvelle fois, ce coté ci de sa personnalité. La regardant, elle observait les traits de visage de Sixtine : elle ne la croyait pas. Elle levait les yeux au ciel, toute cette histoire à cause de la relation qu’elle entretenait avec Clay, c’était incroyable.

« Clay et moi étions fiancé par le passé. Une chose horrible s’est passé pour nous deux. Puis, il est parti et j’ai refais ma vie. » Sixtine devait savoir que Lauren n’avait pas l’occasion de faire quoique ce soit. Elle voyait que la jeune demoiselle tenait énormément à Clay : c’était compréhensible. « Tu sais, à présent, qu’il y a bien eu quelque chose entre moi et Clay. Ta maman est en prison. Clay peut faire ce qu’il veut mais jamais je ne ferai quelque chose s’il est déjà pris. J’ai tiré un trait sur ma relation avec lui. C’est terminé. » Lauren avait fini par se convaincre que elle et Clay, c’était de l’histoire ancienne. Elle avait souffert tout un temps de son absence, sans n’avoir donné aucune nouvelle : elle ne lui avait jamais pardonné. Lauren parlait d’une voix posée et calme. Elle ne se laissait pas impressionner par l’image que Sixtine voulait montrer d’elle.

Bras croisés contre sa poitrine : Lauren l’observait, l’écoutait mais n’intervenait pas. Elle ne l’intimidait aucunement. Sixtine avait peur, tout simplement. Certainement que sa mère avait trouvé le bonheur auprès de Clay ainsi que Sixtine. Elle n’avait pas envie de le voir avec une autre femme. « Sixtine, pour moi, tout est bien clair. » Sixtine se persuadait de ce qu’elle disait. Bien sur, elle n’était pas certaine de tous les mots qui sortaient de sa bouche. Ce n’est pas en apprenant à être une assistante sociale que l’on sait tout ça. « Je vois bien que tu as peur. As-tu déjà essayé d’en parler avec Clay ? Tu devrais le faire. Ca te fera du bien. » Lauren voulait que les choses soient claires pour Sixtine. Certes, Lauren était certainement trop aimable mais c’est ainsi. Elle ne s’était pas énervée contre elle alors qu’une personne quelconque l’aurait certainement fait. L’énervement n’a jamais résolu un quelconque problème.

Régler leurs problèmes par téléphone ? Ne plus se voir ? Elle lui donnait des ordres ? Une fille de dix-sept ans donner des ordres à un adulte ? Lauren n’y croyait pas. Ca devait s’arrêter là. « Bon, écoute Sixtine. Je ne sais pas ce qui se passe à la maison mais tu as vraiment une peur qui te ronge de l’intérieur. Tu as peur que Clay puisse vous abandonner toi et ta mère mais je suis certaine qu’il ne le ferait jamais. Il vous aime. Tu dois te raccrocher à ça. Ce que tu viens de dire : régler nos problèmes par téléphone, ce n’est pas aussi simple que ça. Tu ignores complètement la raison de nos visites. Tu ne dois pas le savoir. Cela reste entre lui et moi. Si tu veux vraiment le savoir, demande le à Clay. » Lauren ne se laissait aucunement marcher sur les pieds. Elle avait prononcé ses mots en l’ayant regardé dans ses yeux, sans ciller. « Je suis là pour parler de toi, pas de ma relation avec Clay. Alors soit on termine cet entrevu ou tu me parles de ce que tu ressens au plus profond de toi. A toi de choisir. »




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Parce que les choses doivent être clarifiées. Vide
Message(#) Sujet: Re: Parce que les choses doivent être clarifiées. Parce que les choses doivent être clarifiées. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Parce que les choses doivent être clarifiées.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-