AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-9%
Le deal à ne pas rater :
Nintendo Switch (OLED) avec station d’accueil et manettes Joy-Con ...
319.99 € 349.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 ◊ relax, take it easy ... | EILEEN |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




◊ relax, take it easy ... | EILEEN | Vide
Message(#) Sujet: ◊ relax, take it easy ... | EILEEN | ◊ relax, take it easy ... | EILEEN | EmptyMar 25 Mai 2010 - 20:04


    ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    Walking home alone. Not trying to make a friend.

    ◊ relax, take it easy ... | EILEEN | 062 ◊ relax, take it easy ... | EILEEN | 2s8quqq
    withoutaword-x & BANANA•HAMMOCK (c)

    ■ FEAT. NAHLA MILLER & EILEEN L.A. FITZPATRICK
    ■ RESTAURANT BIO, PAUSE DÉJEUNER


    ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


    Une journée horrible. Le genre de journée que tout individu rêverait d'éviter. Sauf que dans le cas de Nahla, c'était devenu une habitude. Néanmoins, cette journée, du moins ce début de journée, fut le pire ratage de ces deux derniers mois. Il ne lui arrivait que des misères et pourtant elle n'était pas dotée d'une malchance extra-ordinaire, loin de là, elle a d'ailleurs déjà gagné une coquette somme à la loterie à l'âge de 16 ans. (Somme qu'elle avait dépensé ex abrupto afin d'acheter une robe hors de prix d'un grand créateur … comme si elle en avait besoin.) Cette matinée avait donc débuté sur les chapeaux de roue. Primo, la jeune femme était arrivée en retard au travail, à cause de son putain de réveil de merde d'après ses dires. Deuxio, arrivée au travail, elle avait oublié le plus important de ses dossiers et a donc dû retourner dans sa charmante villa située sur Apple Road, une rue huppée, l'une de ces rues où l'apparence prime sur tout autre chose, ou l'avoir prend plus d'importance que l'être et de fait, Nahla trouvait cela normal, ayant été habituée aux sourires hypocrites et aux faux-semblants.
    Revenue sur son lieu de travail, un cabinet d'avocats guindé, surement le plus influent de tout Miami, elle s'était accordée une pause avant de plancher sur son plus gros dossier. Elle avait donc déposé ce dernier sur la pile déjà existante de son bureau en acajou, pris le paquet de Marlboro menthe dans son énorme sac griffé et s'était postée près de la baie vitrée qui donnait à son vaste office une luminosité quasiment aveuglante, totalement design. Le peu de calme qu'elle pouvait avoir dans une journée, c'était dans ces moments où elle pouvait relâcher la pression avec une cigarette. Et ils étaient très rares car, aussi étonnant que cela puisse paraître, elle ne trouvait jamais le temps de se relaxer. Stressée par son job éprouvant, ses visites chez sa psychologue, ses souvenirs qui remontaient à la surface incessamment et ses nombreux cauchemars, elle ne pouvait juste pas se permettre de décompresser. Bien sûr, elle avait déjà pensé à prendre des vacances, à quitter cette vie active telle une pré-retraitée ayant fait son temps. Mais elle l'avait déjà fait, changer de vie. Quitter le Texas, quitter sa famille, ses anciens amis, sa demeure et tous ses repères. Vivre comme une nomade ne l'intéressait pas. Alors elle prenait sur elle et se disait qu'un jour ou l'autre, elle finirait par s'y habituer.
    Une dernière bouffée et elle était repartie au boulot. Son iMac lui indiquait qu'elle n'avait pas de choses importantes à faire durant la matinée, mis à part une petite réunion de staff qui ne prendrait grosso modo que dix minutes. Et elle n'avait lieu que dans une demi-heure. Le temps pour elle de commencer à étudier son dossier : celui d'une jeune mannequin de l'agence AMA, poursuivie par un styliste l'accusant d'avoir failli à son contrat. Un sujet banal pour Nahla en temps normal, sauf qu'ici le mannequin en question n'était même pas en ordre de séjour. « Encore une putain d'immigrée. Pourquoi est-ce qu'ils se cassent tous le cul à aller chercher des filles en Europe de l'est ? Elles sont moches en plus, pffff ... » grommela-t-elle en tournant les pages avec lassitude dans un long soupir de résignation. C'était son métier et son devoir de protéger la jeune fille. C'était cela qui lui payait ses sacs, ses robes, bijoux et autres créations de valeur. Elle se le rappelait toujours même si cela l'ennuyait fortement de défendre des causes qui n'en valaient pas la peine, de son point de vue cela dit.
    À présent, il était l'heure pour elle d'aller à sa réunion. Un truc barbant, en somme. Elle s'installa dans l'un des fauteuils de cuir mis à disposition dans la vaste salle et attendait que l'assistante générale vienne apporter les cafés corsés pour les avocats de la boite. Sauf, qu'arrivée à la hauteur de Nahla, la gourde renversa la tasse brûlante sur son chemisier en lin. « Espère de petite conne incapable ! T'étonnes pas si tu te retrouves à la porte demain. Pauvre idiote. » gronda la jeune avocate. Elle se leva, ignorant les excuses répétées de l'employée et s'enferma dans son bureau où elle retira son haut avant de le balancer avec colère dans sa poubelle en inox. Heureusement pour elle, elle possédait une petite armoire où elle avait disposé quelques vêtements de rechange, car elle savait que la poisse la suivait depuis qu'elle avait emménagé à Ocean Grove.
    Elle passa le reste de la matinée à peaufiner ses arguments en faveur de la jeune immigrée, tout juste majeure de surcroît. Puis son iMac lui annonça son rendez-vous durant la pause déjeuner dans un restaurant bio où elle avait fait une réservation pour elle-même et une connaissance. Nahla évitait de dire le mot « ami » car ici, elle ne pensait vraiment pas pouvoir en avoir un jour. Elle se refit une petite beauté devant le miroir panoramique situé à côté de la porte d'entrée avant de prendre son sac et de se diriger vers le parking où l'attendait patiemment sa jolie voiture. À bord de son Audi R4, elle fila ensuite vers son point de rendez-vous, à dix bons kilomètres de là. Il fallait dire, des restaurants bio à Miami, ça ne courait pas les rues. Elle se gara devant l'entrée de l'établissement, pris son sac et retira ses lunettes de soleil avant de pénétrer dans le cocoon de la nourriture biologique. Elle trouva Eileen assise à la table qu'elle avait réservée, une table extrêmement bien située et s'assit sans aucun mots, juste un hochement de tête en signe de bonjour. La communication, Nahla ne connaissait pas.

    « Je te préviens, si t'es là pour me raconter tes conneries d'adolescente, je ne t'écouterais pas. J'suis en train de passer la journée la plus merdique de toute mon existence. »

    Elle soupira et regarda son interlocutrice d'un air blasé.



Dernière édition par Nahla Miller le Dim 30 Mai 2010 - 13:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




◊ relax, take it easy ... | EILEEN | Vide
Message(#) Sujet: Re: ◊ relax, take it easy ... | EILEEN | ◊ relax, take it easy ... | EILEEN | EmptyJeu 27 Mai 2010 - 3:02

hi darling, i'm very pleased
to meet you

◊ relax, take it easy ... | EILEEN | 16axfsh


Ça l’avait été un matin – oh, merci mon dieu ! – tranquille ; le chorégraphe avait chopé un virus et il fallu oublier la répétition du nouveau tableau de l’Oiseau de Feu pour aujourd’hui. Cependant, après avoir fait son entraînement des jours de congé et avoir étiré le plus longtemps possible son petit-déjeuner, Eileen s’était rapidement avouée désœuvrée et avait alors découvert que c’était presque plus amusant de suer comme une malade dans un studio de danse que de tourner en rond dans son salon. Si au moins son émission avec le présentateur super sexy avait pu durer plus longtemps… Mais malheureusement, elle avait vite fait place à un espèce de téléroman qui passait à cette heure pour la simple et bonne raison qu’il était pire que nul. Elle fut donc très contente, en feuilletant son agenda brouillon, de déchiffrer qu’elle avait un rendez-vous ce midi dans une restaurant bio avec une voisine. Elle l’avait carrément oublié et remercia donc le hasard d’avoir fait en sorte qu’elle s’emmerde à un tel point que l’idée de consulter son agenda lui soit venue. Trop contente d’avoir quelque chose de concret à faire, Eileen escalada les marches quatre à quatre et alla s’enfermer dans sa salle de bain en marbre, histoire de s’arranger avant d’aller rejoindre sa compagne de déjeuner.

Elle s’appelait Nahla, Nahla Miller, et elle l’avait rencontré en promenant l’atroce petit chien qu’était McQueen dans Ocean Grove. Eileen n’était pas ce genre de fille super bavarde et hyper joyeuse dont le plus grand plaisir était de connaître tout son voisinage – secrets y compris, et c’était vraiment par pur hasard que la conversation avait démarré sur le terrain de la demoiselle en question, à propos d’une bagatelle quelconque dont elle ne se souvenait déjà plus. Seulement, Nahla s’était avérée être cool et les deux jeunes femmes avaient fini par sympathiser. Eileen avait donc appris qu’elle était une avocate branchouille qui roulait dans une Audi à tomber par terre (bon, ça elle ne lui avait pas vraiment dit, ça se voyait assez facilement en fait) et qui avait un sacré caractère – ce qui n’était pas pour lui déplaire, qui se ressemble s’assemble, non? Elles avaient donc décidé, comme ça, de se donner un rendez-vous un peu plus tard dans le mois, dans un restaurant bio chez lequel Eileen n’était jamais allée mais que Nahla, fraichement débarquée dans le coin, avait tout de suite pris en affection. Tout en appliquant son mascara la bouche grande ouverte, ce qui lui donnait l’air, pour reprendre ses paroles " d’un gros poisson mort ", elle songea qu’elle n’avait jamais vraiment fait attention à ce qu’elle mettait dans son assiette et que, à son souvenir, elle n’avait jamais mis les pieds dans un endroit qui se clamait « bio ». Pas qu’elle se nourrissait au McDonald’s, mais elle était plutôt fan de cuisine du monde, avec une préférence toute particulière pour celle d’Amérique latine, puis celle de l’Inde, mais elle se contentait d’aller dans un restaurant mexicain et de commander des tacos, sans se soucier si ce qu’il y avait à l’intérieur avait respecté l’environnement où une connerie comme ça. Est-ce que ça goûtait différent? Après avoir terminé d’appliquer son gloss nude, elle alla dans sa chambre enfiler une chemise vaporeuse sur une combinaison couleur sable et des chaussures Oxford. Elle n’était pas ce genre de petite gamine qui s’habillait sexy, loin de là. Aux dires d’Eileen, être sexy c’était une énergie, une attitude, et ce n’était pas la longueur de sa jupe qui déterminait si on l’était ou non – bon, c’est sûr que lorsqu’on est grande, blonde et bronzée, c’est facile à dire.

Après avoir saisit son éternel fourre-tout en cuir patiné, l’avoir vidé de ses articles de danse et y avoir fourré ses Wayfarer, son Blackberry ainsi que son portefeuille, elle sortit dehors et embarqua dans sa voiture, une BMW crème qu’elle avait eu pour ses vingt-deux ans – devinez cadeau de qui. Nahla lui avait environ expliqué où c’était, et si une nouvelle arrivante avait été capable de le remarquer, Eileen espérait y être apte elle aussi. Le moteur s’alluma dans un bruit de luxe, puis le véhicule s’avança dans l’allée. Elle alluma la radio, sifflota la chanson populaire qui y jouait, puis se dirigea vers le centre-ville de Miami. Le contraste entre Ocean Grove et celui-ci avait toujours impressionné Eileen ; alors que le quartier résidentiel était calme, joli et aisé, le centre-ville de Miami était électrique, coloré, ethnique. Ce n’était pas quelque chose qui lui faisait peur, au contraire ; à Pietermaritzburg, elle avait été habituée très tôt à être une minorité blanche et ça ne l’avait jamais, au grand jamais dérangé.

Elle ralentit l’allure lorsqu’elle crut apercevoir le petit écriteau sur lequel était inscrit le nom dont Nahla lui avait parlé. Elle repéra un stationnement non loin de là, y gara la voiture, puis s’engouffra à l’intérieur du bâtiment. C’était un charmant endroit, petit et chaleureux, avec une hôtesse souriante qui attendait les clients.

« Bonjour », dit Eileen en direction de celle-ci. « Je crois que j’ai une table de réservée avec Nahla Miller… »

L’hôtesse hocha la tête sans se départir de son sourire étincelant et la conduisit à une table très bien située, dans un coin tranquille. Eileen la remercia d’un signe de tête, puis, en attendant l’arrivée de Nahla qui ne devait pas tarder, elle pianota sur son téléphone. Quelques minutes plus tard, elle aperçut la belle brune passer la porte avec – oh ! – une expression franchement pas joyeuse aux lèvres. Elle s’assit devant elle avec à peine un signe de tête.

« Je te préviens, si t'es là pour me raconter tes conneries d'adolescente, je ne t'écouterais pas. J'suis en train de passer la journée la plus merdique de toute mon existence. », lança celle-ci soudainement, l’air vraiment éreintée.

Bah allons. Eileen eut l’air stupide pendant quelques secondes à la regarder comme ça, le regard éberlué, puis se ressaisit. C’était drôle comme entrée en matière, surtout de la part d’une à peine connaissance amicale, mais ça lui plaisait, finalement. Pas de sourire hypocrite et de manières affectées, on parlait cash dès le début, ça faisait du bien. Surtout, ne pas en rajouter à sa poisse et se montrer le plus agréable, le plus empathique possible – en particulier, si elle ne voulait pas que sa journée à elle aussi vire merdique.

« Bah allons, comment ça? », demanda-t-elle d’un ton conciliant. « Au fait, c’est très bien comme endroit, j’avais jamais remarqué avant ! »
Revenir en haut Aller en bas
 

◊ relax, take it easy ... | EILEEN |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-