AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -29%
TV TCL 50C721 (2021) – QLED, 4K – ...
Voir le deal
374.99 €

Partagez | 
 

 Ainsworth Model Agency

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Ainsworth Model Agency Vide
Message(#) Sujet: Ainsworth Model Agency Ainsworth Model Agency EmptyMar 25 Mai 2010 - 0:28


CASSANDRE AINSWORTH ¤ MUSE HANNIGAN

10:45AM - Ainsworth mode agency


C’était dur. Oui, c’était dur pour Muse ce matin. Et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, elle s’était réveillée dans une chambre qui lui était parfaitement inconnue, évidemment, aux côtés d’un inconnu. La lumière du jour qui filtrait à travers les rideaux miteux de la chambre l’éblouissait. En se redressant sur le lit, elle avait eu une nausée, qu’elle avait heureusement réussi à maitriser. Un regard sur la droite, un regard sur la gauche. A droite l’inconnu, plutôt pas mal à première vue, à gauche ses vêtements. Ni une, ni deux, Muse chercha son soutien-gorge mais ne parvint pas à mettre la main sur le sous-vêtement. Elle se résigna et enfila son jean troué, et son tee-shirt marin. Elle enfila ensuite ses baskets. Non, la jeune femme n’avait rien de glamour habillée dans ce style décontracté. En réalité, la veille, elle n’avait pas pensé finir dans un bar. Mais c’est en croisant Rhys Blythe que les plans de la jeune femme avaient changé. Non, ne vous méprenez pas, ils n’avaient pas décidé de boire un verre ensemble. Comme il le lui avait dit, il ne voulait plus qu’elle fasse partie de sa vie, il ne voulait plus lui parler. Ainsi, il l’avait royalement ignorée. Muse, qui était quelqu’un de têtu et de déterminé, avait envisagé de l’aborder, mais pour une fois, elle avait respecté le choix du jeune homme, ce qui évidemment lui avait brisé le cœur. C’est ainsi qu’elle s’était retrouvée dans un bar, à cuver ses peines. Elle aurait pu se contenter d’un verre, à la limite de deux, mais malheureusement elle ne l’avait pas fait. Muse passa rapidement dans la salle de bain de l’inconnu, tandis que celui-ci continuait de ronfler. Classe. Arrivée dans la salle de bain, elle faillit avoir un arrêt face au miroir. Les cheveux en pagaille, des cernes sous les yeux, elle faisait peur à voir. La demoiselle se passa une main sur le visage, et lorsque celle-ci glissa dans son cou, elle sentit une sorte de boursouflure sous ses doigts. Elle regarda son reflet et découvrit un magnifique suçon qu’elle ne pouvait malheureusement camoufler avec sa tenue. Elle s’observa quelques instants, elle n’arrivait pas à se souvenir de la soirée passée. Ainsi, elle ne se souvenait pas qu’elle était montée sur le bar, et qu’elle avait commencé une danse langoureuse pour le plus grand bonheur de la gente masculine présente dans la salle, ainsi, elle ne se souvenait pas d’avoir embrassé à pleine bouche une serveuse. Rien de tout ça ne lui revenait en tête. Elle ne savait même pas comment s’appelait l’inconnu, et encore moins comment elle s’était retrouvée chez lui. Une chose était néanmoins certaine, cette nuit là, ils n’avaient pas joué aux cartes. Muse se passa un peu d’eau sur le visage. Elle retourna ensuite dans sa chambre, pris son sac, son téléphone et sortit, sans laisser son nom, ni un mot, ni même un numéro de téléphone. Une fois dans la rue, elle appela un taxi pour qu’il la ramène chez elle. Une fois dans la voiture, elle consulta ses messages sur sa boite vocale. Ils étaient étrangement nombreux. Un sourire s’afficha sur son visage en entendant la voix criarde de sa patronne, à savoir Cassandre Ainsworth. Son sourire se figea l’espace de quelques secondes lorsqu’elle réagit au contenu du message. Elle jeta un coup d’œil à sa montre. Il était 10H30, et elle avait plus de deux heures et demies de retard. Oups. Muse demanda au chauffeur de faire demi-tour. Elle sortit ensuite de son sac, de la poudre pour se remaquiller, mais lorsqu’elle observa son visage dans le rétroviseur elle se rendit compte que c’était peine perdue. Finalement, elle se ravisa, et mit ses lunettes de soleil Ray Ban. Après tout, ce n’était pas la fin du monde. Elle ferait son shooting un autre jour. Elle se fichait de savoir si Cassandre allait être d’accord ou non. Ce qu’elle savait, c’était qu’elle puait la cigarette, qu’elle avait un mal de crâne atroce, et qu’elle n’avait qu’une envie, se coucher. La voiture s’arrêta enfin devant ‘Ainsworth Model Agency’. La jeune Hannigan après avoir laissé un important pourboire au chauffeur, sortit et se rendit dans le bâtiment. Elle poussa les portes, ses lunettes de soleil toujours fixées sur son visage afin de cacher aux autres sa gueule de bois monumentale. Une fois arrivée, la coiffeuse se jeta sur elle : « Mais mince Muse, où t’étais ? Casey n’a pas cessé de t’appeler. » Muse passa une main sur son front et soupira : « Et bien je suis là maintenant. Dis t’as pas un doliprane ? J’ai l’impression que quelqu’un joue à la pétanque dans ma tête. » Sa coiffeuse acquiesça et partit lui chercher ce qu’elle avait demandé. La jeune femme se laissa tomber sur le canapé qui se trouvait dans sa loge. Les yeux clos, elle profita du calme environnant. Calme qui ne tarda pas à être rompu, lorsque la porte s’ouvrit à la volée. Muse n’eut même pas besoin d’ouvrir les paupières pour savoir qui venait de pénétrer dans son intimité. Elle le fit néanmoins, et un petit sourire moqueur s’afficha sur son visage lorsqu’elle lut la colère sur le visage de Cassandre. Celle-ci semblait hors d’elle. La coiffeuse de Muse revint et lui tendit un verre d’eau avec le médicament. A peine Muse eut-elle dit : « Merci. » que la femme avait disparu, consciente certainement qu’il y allait avoir des règlements de compte. Muse avala le médicament, et avec culot osa dire à Cassandre : « Je te préviens, pas la peine d’hurler, je suis pas d’humeur aujourd’hui. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Ainsworth Model Agency Vide
Message(#) Sujet: Re: Ainsworth Model Agency Ainsworth Model Agency EmptyJeu 3 Juin 2010 - 12:19

C’était incontestable, même les personnes aimant le moins Cassandre pouvaient admettre que derrière ce petit bout de femme se cachait une femme d’affaire hors pair. Ambitieuse plus qu’il ne le faudrait, du haut de ses vingt-trois ans elle savait parfaitement ce qu’elle voulait. Et quelqu’un avait le malheur de mettre en péril ses plans ou ses objectifs, alors il valait mieux pour lui qu’il ait de bons arguments pour que Casey réagisse au quart de tour. Tout avait bien commencé ce matin. Elle devait se rendre à l’agence pour superviser un shooting en plus d’avoir un rendez-vous avec Laurence, son avocate. Elle n’avait donc aucun temps à perdre, sa journée était chargée et la perspective de faire face à des problèmes n’étaient pas acceptables. Mais le sort s’acharna sur elle lorsqu’elle passa les portes du studio photo et qu’elle vit le personnel – la coiffeuse entre autre – se tourner les pouces. D’une démarche déterminée, la jeune Ainsworth retira son écharpe en soie et son chapeau qu’elle « donna » à son assistante. « Daisy, je peux savoir ce qui se passe ici ? » Même si elle n’était pas bien grande, sa posture droite, son apparence toujours parfaite et son ton supérieur ne laissaient pas place au doute quant à sa place dans cette agence. Elle se savait la future patronne (de manière officielle) de l’Agence, elle menait donc ses employés à la baguette. La coiffeuse semblait gênée et devait se maudire d’être celle qui annoncerait à Cassandre que le mannequin tant attendu n’était toujours pas arrivé. « Muse n’est pas encore là Mlle Ainsworth. » Casey resta d’un calme déroutant, du moins à la surface puisque à l’intérieur, elle bouillonnait. Elle afficha un sourire qui n’avait rien de sincère, plutôt agacée par cet imprévu. Elle regarda furtivement sa montre et posa une main sur son front. Elle n’allait pas perdre son sang froid, elle savait gérer ce genre de chose, ce n’était malheureusement pas la première fois. « Le client va débarquer d’une minute à l’autre et vous me dites que rien n’est prêt ? Où est-elle ? » Son ton s’était progressivement élevé dans l’immense pièce, la totalité de ses employés la regardaient. Elle se tourna brusquement vers sa nouvelle assistante. « Appelez Muse Hannighan sur le champ ! » Elle pesta quelques mots inaudibles pour elle-même et prit une profonde inspiration. « Ça ne répond pas. » Cassandre lança un regard noir à son assistante, évidemment ce n’était pas de sa faute mais une de ses fonctions étaient de prendre sur elle les crises de nerf du boss. Elle porta son attention sur une des jeunes femmes présentes autour d’elle : « Jenny, va surveiller l’arrivée du client et préviens-moi dès qu’il sera là. » Sans aucune gêne, elle prit des mains de son assistante le téléphone portable et recomposa le numéro personnel de Muse. Boîte vocale. Elle s’éloigna petit à petit, désirant être seule tout en recommençant le même manège : toujours la boîte vocale. Au bout de dix appels sans réponse, elle laissa un message. « C’est Casey, si tu ne ramènes pas tes fesses plates à l’Agence tout de suite, je te vire ! » Elle poussa un grognement de mécontentement, elle avait une folle envie de taper dans quelque chose, quelqu’un mais elle se retint.
Quelques longues et pénibles minutes passèrent lorsqu’elle vit Jenny apparaître en courant dans son champ de vision. Pas la peine d’émettre le quelconque mot, Cassandre avait comprit et elle était mal barrée. Muse n’était toujours pas là, n’ayant donné aucun signe de vie. Elle avait grand intérêt d’être coincée à l’hôpital ou séquestrée chez un taré comme bonne raison d’être absente. Casey allait certainement péter un câble pour ce manque de professionnalisme mais toujours maitresse d’elle-même, elle avança en direction du client. Les deux jeunes gens s’échangèrent une bise, un sourire figé sur le visage de Cassandre. « Bien, où est-elle ? Nous avons du boulot. » dit-il sur un ton enjoué. Casey le regarda, gênée mais s’efforça de ne rien montrer. « Et bien, vous connaissez les mannequins, elles aiment se faire désirer… » L’homme acquiesça d’un ricanement. « Je suis véritablement navrée pour ce contretemps mais Muse n’est pas arrivée. Elle ne devrait pas tarder. » Même s’il paraissait rassurant avec ce petit sourire toujours sur les lèvres, celui-ci se fana en apprenant la nouvelle. Il toisa Cassandre puis regarda autour de lui. Le personnel de l’Agence – qui avait les yeux rivés sur eux – détournèrent aussitôt le regard, soudainement occupé par quelque chose. « J’espère pour vous, Mlle Ainsworth que c’est une blague. » Le sourire de Casey se fana à son tour. « Même si cela avait été le cas, je n’aurais pas osé vous faire attendre. Vous connaissez l’Agence, nous nous assurons toujours qu’une telle chose n’arrive pas mais… » L’homme fit un geste de la main, coupant la parole à Casey, déstabilisée mais reprenant rapidement ses esprits. « Dans combien de temps sera-t-elle là ? » La jeune femme jeta un bref coup d’œil dans le vide, elle avait envoyé son assistante au domicile de Muse pour la ramener et tout ceci lui donnait des palpitations dans le cœur. « Dans quelques minutes, je vous assure. Vous pouvez déjà vous installer, prendre vos marques et vous verrez, en un claquement de doigt elle sera devant vos yeux. » Peu convaincu par l’assurance de Cassandre, il sembla néanmoins accepter l’idée et s’éloigna d’elle. Ni une ni deux, elle sortit son Blackberry et joignit son assistante. « Tu es chez elle ? (…) Comment ça elle n’est pas là ?! Où peut-elle bien être ?! » Elle raccrocha, ne laissant pas à son interlocutrice le temps de répondre. Elle retenta encore et encore de joindre Muse sur son phone mais en vain.

Un peu plus de deux heures après, Cassandre était assise sur un des fauteuils devant un miroir. Le visage neutre, elle fixait son reflet. Elle détestait l’échec, elle aimait le sentiment de réussite, elle aimait entendre les gens lui dire qu’elle faisait un merveilleux boulot. Cette matinée fut une véritable catastrophe et elle n’attendait qu’une chose : avoir Muse devant elle pour lui faire payer son absence. Le plus frustrant était qu’elle était l’une des meilleures, le mannequin en vogue du moment et qu’elle était une perle pour l’Agence. Seulement, il était hors de question qu’elle tolère un tel comportement, car en plus de perdre des points pour sa carrière, elle entachait l’image d’AMA. Son souhait de mettre les choses aux clairs allait se réaliser puisque son assistante la prévint que Muse était arrivée. Casey fit alors claquer ses Louboutins contre le parquet, apercevant enfin la responsable de tout ce foutoir. Elle lança aussitôt un regard à la coiffeuse pour qu’elle les laisse seules. « Je te préviens, pas la peine d’hurler, je suis pas d’humeur aujourd’hui. » Quel culot ? Casey serra les mâchoires, elle n’avait aucune envie de plaisanter. « Pas d’humeur ? Tu te fiches de moi ?! Ca fait plus de deux heures qu’on t’attend ! Alors s’il y a bien une personne qui a le droit de ne pas être d'humeur ici c’est moi, tu as compris ? » Elle marqua une pause. « Regarde-toi, tu ressembles à rien. Des milliers de filles rêveraient d’être à ta place et toi tu te permets de jouer les Divas en faisant faux bond à des clients importants. » D’un geste précis, elle attrapa le bras de Muse et fit pression. « Je te rappelle, ma belle, que tu travailles pour cette Agence, et si tu ne fais pas l’effort de remplir ton contrat, tu peux dire adieu à ta carrière de mannequin. Tu as beau être la plus demandée, les personnes n’engageront pas une petite trainée qui pourrait leur faire perdre un client. » Elle la lâcha tout aussi violemment et recula. « Et ne me sous-estime pas Muse. Je peux tout aussi bien te créer une bonne réputation que la détruire quand je veux. » Marquant une nouvelle fois une pause, elle fixa avec méprit la jeune femme qu’elle avait devant elle. « Tu imagines bien que le client n’est plus là. Et ça m’étonnerait qu’il accepte de revenir après ce qui s’est passé par ta faute. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Ainsworth Model Agency Vide
Message(#) Sujet: Re: Ainsworth Model Agency Ainsworth Model Agency EmptyLun 2 Aoû 2010 - 15:48




Evidemment, espérer que Cassandre resterait calme, maitresse d’elle-même, parlant à voix basse, était peine perdue. Muse ferma les yeux aux premières paroles de la jeune femme. Qu’est-ce qu’elle pouvait être chiante quand elle s’y mettait ! Sa voix de crécelle allait lui péter les tympans si elle continuait de la sorte. Elle avait vingt-trois ans, mais à l’allure où elle allait, elle risquait d’avoir des cheveux blancs à trente-cinq ans. Elle allait mourir jeune, Muse en était convaincue. Elle était complètement cinglée, et d’ailleurs, elle entrait tout juste dans une sorte de crise d’hystérie. Muse s’était levée pour lui faire face, problème, elle avait failli perdre l’équilibre, l’alcool n’ayant pas totalement quitté son corps, et la fatigue prenant le dessus. Une fois qu’elle fut bien stable, elle put se concentrer sur les paroles pleines de rancœur de sa patronne : « Pas d’humeur ? Tu te fiches de moi ?! Ca fait plus de deux heures qu’on t’attend ! Alors s’il y a bien une personne qui a le droit de ne pas être d'humeur ici c’est moi, tu as compris ? » Aïe elle n’était véritablement pas d’humeur. Muse passa une main sur son crâne, ces foutues coups de pioche n’allaient-ils pas s’arrêter ?! La demoiselle garda le silence, d’ailleurs avec Cassandre, c’était quasiment mission impossible pour en placer une, un véritable moulin à paroles, dans ce cas, un moulin à règlements de compte. « Regarde-toi, tu ressembles à rien. Des milliers de filles rêveraient d’être à ta place et toi tu te permets de jouer les Divas en faisant faux bond à des clients importants. » Muse eut un petit rictus, Casey essayait de la faire culpabiliser en lui parlant du millier d’autres filles qui rêvait d’être à sa place. Mais elle s’en foutait, royalement. Ce n’était pas son problème. Elle était mannequin, les autres ne l’étaient pas, tant pis pour elles. D’autre part, elle avait eu un petit sourire, lorsque Casey lui avait dit qu’elle ne ressemblait à rien. Sur ce point là, elle n’avait pas tord, Muse se souvenait parfaitement du visage qu’elle avait lorsqu’elle s’était regardée dans un miroir en se levant, en effet, ce n’était pas très joli à voir. Sans que Muse ne s’y attende, Cassandre attrapa son bras, et le serra fortement. La jeune Hannigan fronça les sourcils, agacée par ce geste qui ne se faisait pas. « Je te rappelle, ma belle, que tu travailles pour cette Agence, et si tu ne fais pas l’effort de remplir ton contrat, tu peux dire adieu à ta carrière de mannequin. Tu as beau être la plus demandée, les personnes n’engageront pas une petite trainée qui pourrait leur faire perdre un client. » Muse écouta attentivement les propos de Cassandre, avant de susurrer d’une voix mauvaise : « Lâche moi. » Ce qu’elle fit de manière violente. Muse se massa doucement le bras, tandis qu’Ainsworth poursuivait : « Et ne me sous-estime pas Muse. Je peux tout aussi bien te créer une bonne réputation que la détruire quand je veux. » Menacer Muse n’était définitivement pas quelque chose à faire, et Cassandre allait vite s’en apercevoir. « Tu imagines bien que le client n’est plus là. Et ça m’étonnerait qu’il accepte de revenir après ce qui s’est passé par ta faute. » Ca y est elle avait finit de se donner en spectacle ? Muse allait enfin pouvoir en placer une ? Parfait. La jeune femme n’allait pas de gêner pour dire à Cassandre le fond de sa pensée. « Premièrement, ne me touche plus. Ne m’insulte plus de petite trainée. Je ne suis pas sûre que cela soit très bien pour ton image. Après tout je pourrais porter plainte. Oh je te vois venir, aucune preuve, je ne gagnerai jamais. Oui sans doute, mais l’affaire fera assez de bruit pour être dans la presse, et ton image, ton agence seront éclaboussées à merveilles. Alors on va dire que pour cette fois je passe l’éponge. » Elle la regardait de façon moqueuse, Muse aimait lui pourrir la vie, ce n’était pas nouveau. Si Cassandre pouvait se montrer garce, colérique, et directive, Muse pouvait aussi se montrer garde, manipulatrice, et fouteuse de merde. Elle avait déjà fait ses preuves. La jeune femme poursuivit sur sa lancée : « Ensuite quoi ? Tu vas me virer, alors que t’as engagé plus de deux millions de dollars sur moi ? Et bien vas-y ma belle, je voudrais bien voir ça. » Provocatrice ? A peine. Cassandre ne la virerai pas, pas maintenant, pas alors que Muse était en pleine ascension. Sa patronne pétait un plomb, mais elle devait bien admettre que c’était la première fois qu’elle perdait un client. Certes, ce n’était pas la première fois que Muse lui faisait une crasse mais tout de même. Casey devait bien admettre qu’elle faisait pas mal d’argent depuis que Muse avait rejoint ses rangs. Contre toute attente, Muse se relaissa tomber sur le canapé, elle attrapa une bouteille d’eau posée sur le sol, et regarda Cassandre : « Et puis arrête de chialer comme une gamine, donne moi son numéro je vais te le ramener ton photographe. » Casey bouillonnait, Muse le voyait bien. Et elle devait bien admettre que cela lui faisait un plaisir fou. C’était tellement drôle de voir Miss Perfection s’effriter et tomber de sa tour de cristal. Muse tendit une main en direction du téléphone de Cassandre, celle-ci après une hésitation, lui donna le numéro, non sans lui balancer une petite remarque au passage. Muse toussota, composa le numéro sur son téléphone, et attendit que le photographe décroche. « M. Stanislas, Muse Hannigan à l’appareil. Je tenais à vous appeler pour m’excuser de mon absence au shooting de son matin. Ce n’est pas dans mes habitudes, moi qui suis si professionnelle » Petit regard moqueur en direction de Cassandre. « Mais j’ai une bonne excuse. En sortant de chez moi ce matin, j’ai vu le fils de mon voisin se faire renverser par une voiture. L’individu a pris la fuite. J’ai dons du amener l’enfant à l’hopital, ce qui a pris énormément de temps. » Sa voix, son ton étaient si convaincants, que le photographe n’y vit que du feu. Muse avait une règle : Plus le mensonge est gros, plus il est acceptable, et mieux il passe. Elle eut un petit rire et répondit « Oh non rien de grave, ne vous en faites pas. Je suis désormais à l’agence, j’y serai toute la journée, si vous avez un moment pour passer…Oh bien, dans une demie heure ? Parfait. A tout de suite alors. » Elle raccrocha. Lança un regard arrogant à Cassandre, et d’une voix sarcastique lui dit : « Alors, il n’est pas prêt de revenir ? Oh et puis arrête avec ce regard de garce agacée, tu risquerais de le faire fuir à nouveau. » Elle but une nouvelle gorgée. Se releva, et dit à l’attention de Cassandre : « Tu comptes me mater pendant que je me change ou bien ? »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Ainsworth Model Agency Vide
Message(#) Sujet: Re: Ainsworth Model Agency Ainsworth Model Agency Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Ainsworth Model Agency

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-