AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -46%
Yakuza Like a Dragon Jeu PS5
Voir le deal
32.19 €

Partagez | 
 

 « two can keep a secret if one of them is dead… »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nora Golightly
she is like a cat in the dark.
Nora Golightly

♦ Posts : 9485
Multinicks : roxcy, ridley, ronan.
♦ Credits : el boo boo (max), tumblr.

Status : divorced, single.
Address : n°5600, parkside street.
Job/Studies : works as Nyle's secretary, former fashion journalist.
Quote : "I'm not grumpy in the morning, I'm just very selective with my kindness."
Activité(s) de quartier : pilates.


HALL OF FAME
To Do List: go for a walk with Bandit, check emails, go out with some friends, call the big bro, buy a new white cane, curse Siri for being useless.
Contact List:
RP status: off ( ●●●● ) - cullen, alicia, nelson, matt.

« two can keep a secret if one of them is dead… » Vide
Message(#) Sujet: « two can keep a secret if one of them is dead… » « two can keep a secret if one of them is dead… » EmptyJeu 6 Mai 2010 - 14:05


« two can keep a secret if one of them is dead… » I399vl « two can keep a secret if one of them is dead… » 2qa8q3n « two can keep a secret if one of them is dead… » 23t5nx4


two can keep a secret if one of them is dead…



MAI 2011
Vouloir protéger ce que l’on possède de plus précieux peut pousser à commettre des erreurs. Vient s’ajouter l’impulsivité et la sensation que rien ne peut nous arrêter, et alors le jeu peut commencer. Mais la personne qui lance en premier les dés ne termine pas forcément vainqueur de la partie.
Bonnie ne cessée de se réveiller, préoccupée par une seule et même peur : que l’on découvre son plus sombre secret. Après un certain temps, elle s’était persuadée qu’elle n’avait plus rien à craindre, elle était loin de chez elle, loin de tout ce qui aurait pu être un obstacle à une belle vie. Elle s’était trompée. Maât s’était présenté à elle dans l’espoir d’obtenir des réponses, ou qu’importe ce qu’il désirait, il avait mit le doigt sur un sujet sensible. Bonnie avait pourtant nié jusqu’au bout, sauver les apparences étaient un des dons des résidents d’Ocean Grove, seulement certains y arrivaient plus facilement que d’autres.

FLASH BACK
FIN AVRIL 2011
« Dis-moi... Si je te demande quel lien il pourrait exister entre Caleb et le braquage d'une bijouterie à San Francisco, il y a presque six ans... ? »
« Un braquage ? » s’étonna-t-elle « Voyons, pourquoi y aurait-il un lien entre Caleb et ce...braquage ? »
« Oh mon Dieu Bonnie... Tu es au courant ! »
Bonnie fronça les sourcils, plus agacée qu’autre chose.
« Je ne vois pas de quoi tu parles ! » répondit-elle sur un ton qui se voulait calme malgré le ton employé. Elle aurait dû se douter que la visite de ce voisin ne cache quelque chose. Ils ne se connaissaient pas tant que cela et à vrai dire, ni l’un ni l’autre n’avait réellement prit le temps de faire plus ample connaissance. Bonnie ne se sentait proche des Blythe que grâce à Rhys et légèrement Victoria. Il n’existait entre eux que de la simple courtoisie de base et il suffisait qu’il insiste encore pour que Bonnie oublie toutes les bonnes manières. Elle ne supportait pas qu’on puisse apporter de tels jugements envers un membre qui lui tenait à cœur. « Pourquoi es-tu ici Maât ? Vas donc droit au but au lieu de nous faire perdre du temps à tous les deux. » Elle ne voulait pas paraître désagréable même si l’envie était présente, elle souhaitait garder au maximum son sang froid. Ce qui restait un tantinet difficile lorsque l’on est impulsive comme Bonnie.

FIN DU FLASH BACK

Elle avait beaucoup réfléchit, du moins, elle avait tenté de trouver un bon plan mais Maât semblait si sûr de lui qu’elle ne pouvait supporter être la perdante. Elle était passée par bien des épreuves, elle n’avait réellement pas besoin de subir une fois de plus les foudres du mauvais sort. Elle se devait de protéger son couple, sa future famille, sa vie et pour cela, il fallait prendre des risques. Bonnie en avait bien évidemment parlé à Caleb, il lui avait assuré de ne rien faire, que tout s’arrangerait, qu’il s’en occuperait mais elle n’était pas patiente. Plus ils attendaient, plus ils sombreraient et cette idée était insupportable. Il était donc temps qu’elle prenne les choses en main…

Attrapant son téléphone, elle composa le numéro de Maât et tomba rapidement sur lui. « C’est Bonnie. J’ai quelque chose à te proposer. Rendez-vous à seize heures aux marécages. Sois à l’heure. » Après une brève réponse de son interlocuteur, elle raccrocha. Elle prit une profonde inspiration, elle ne pouvait plus reculer à présent. Elle grimpa alors jusqu’à sa chambre pour y prendre quelques petites choses et quitta la maison dans la minute, elle avait grand besoin de prendre un grand bol d’air avant de retrouver Maât. Elle avait bien évidemment laissé un mot à l’adresse de Caleb, il n’était pas nécessaire de l’inquiéter de son absence. Un simple « Je suis sortie, j’ai des choses à régler » avait suffit.

Un peu moins de seize heures, la jeune femme enceinte arriva au volant de sa Mazda sur la petite route mal goudronnée qui longeait les marécages. Drôle d’endroit pour un rendez-vous mais au moins elle était certaine qu’ils pourraient discuter en toute intimité. Elle ne dût attendre pas bien longtemps avant de voir une voiture laisser des nuages de poussière sur son chemin. Son visage resta de marbre, avança alors doucement de quelques pas. Lorsqu’elle vit Maât apparaître, elle était toujours aussi impassible. « Bonjour Maât, ravie de te voir. » lança-t-elle la première, sur un ton plaisant et ironique.

_________________

it's only love, it's only pain.
it's only fear that runs through
my veins. it's all the things you
can't explain that make us human.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13627-in-the-middle-of-nowhere http://www.filthy-secret.com/t13655-lying-on-my-back-watching-stars-collide http://www.filthy-secret.com/t13855-journal-de-bord-de-nora-golightly http://www.filthy-secret.com/t13768-ch-n5600-parkside-street-famille-golightly
Invité
Invité




« two can keep a secret if one of them is dead… » Vide
Message(#) Sujet: Re: « two can keep a secret if one of them is dead… » « two can keep a secret if one of them is dead… » EmptyLun 24 Mai 2010 - 21:33


Me rendre à ce rendez-vous fixé par Bonnie Whealer n'était peut-être pas une bonne idée mais j'avais besoin de réponses puisque notre dernière conversation n'avait pas vraiment été concluante.

FLASH BACK
FIN AVRIL 2011
« Oh mon Dieu Bonnie... Tu es au courant ! »
« Je ne vois pas de quoi tu parles ! » m'avait-elle répondu tout en fronçant les surcils. Si elle était vraiment au courant de l'histoire, elle faisait preuve d'un sang-froid remarquable. « Pourquoi es-tu ici Maât ? Vas donc droit au but au lieu de nous faire perdre du temps à tous les deux. » Je me sentais d'autant plus déstabilisé face à la dureté des paroles de Bonnie. Je sentais que je la dérangeais, mais plus encore elle semblait souhaiter mettre un terme à cette conversation. Alors que pour ma part, je voulais obtenir des réponses. De franches réponses.
« Au cours de l'année 2005, alors que j'étais wedding planner à San Francisco, j'étais dans une bijouterie avec une jeune future-mariée pour mon travail. Et cette bijouterie a été braquée. On a réussi à s'emparer de l'arme d'un des types, qui s'est mit à rire en me conseillant de "ouvrir les deux yeux" si je voulais viser juste. C'est exactement ce que Caleb m'a conseillé de faire lorsque l'on s'est retrouvé tous les deux dans un centre de tir. Exactement les mêmes mots. » Je pris une autre inspiration, me demandant si je devais vraiment apporter une conclusion à ces phrases. Est-ce que je devais vraiment dire franchement ce que je pensais de tout ça ? « Je pense que Caleb était ce type en 2005 à San Francisco. Je pense que Caleb a braqué cette banque ce jour là, et que ça n'était pas son coup d'essai. Et vue ta tête, je crois que tu es au courant de tout ça... »

FIN DU FLASH BACK


Je me rendis au point de rendez-vous, dans les marais non loin du zoo de la ville. Je vis rapidement une madza garée dans une sorte de clairière, au milieu de la poussière. J'avais emprunté une voiture pour me rendre à ce rendez-vous, je ne pouvais pas demander à un taxi de m'y conduire, ils n'acceptaient pas d'aller dans ces coins des alentours de Miami. Bien que je n'avais pas de permis de conduire, j'étais curieux de savoir ce que Bonnie voulait me dire, j'étais donc prêt à emprunter une voiture à un ami qui habitait Ocean Grove, même si j'étais bien conscient que ce n'était pas une bonne idée et que je ne faisais pas preuve de responsabilité sur ce coup-là.

« Bonjour Maât, ravie de te voir. » me lança Bonnie Whealer lorsque je sortis finalement du 4x4 en claquant la portière de la voiture.
« Bonjour Bonnie. J'espère que tu ne m'attendais pas depuis trop longtemps. J'ai dû emprunter une voiture à l'un de mes voisins pour venir jusqu'ici... » Détail qui n'avait pas vraiment son important et qui ne nécessitait pas vraiment d'être mentionné. « Pourquoi tu m'as demandé de venir ici ? On n'aurait pas été mieux dans un restaurant ou sur la terrasse d'un café ? »
Revenir en haut Aller en bas
Nora Golightly
she is like a cat in the dark.
Nora Golightly

♦ Posts : 9485
Multinicks : roxcy, ridley, ronan.
♦ Credits : el boo boo (max), tumblr.

Status : divorced, single.
Address : n°5600, parkside street.
Job/Studies : works as Nyle's secretary, former fashion journalist.
Quote : "I'm not grumpy in the morning, I'm just very selective with my kindness."
Activité(s) de quartier : pilates.


HALL OF FAME
To Do List: go for a walk with Bandit, check emails, go out with some friends, call the big bro, buy a new white cane, curse Siri for being useless.
Contact List:
RP status: off ( ●●●● ) - cullen, alicia, nelson, matt.

« two can keep a secret if one of them is dead… » Vide
Message(#) Sujet: Re: « two can keep a secret if one of them is dead… » « two can keep a secret if one of them is dead… » EmptyDim 6 Juin 2010 - 14:02


FLASH BACK
Bonnie écoutait attentivement son interlocuteur. Le visage neutre jusqu’à son dernier mot et un premier ricanement sortit de bouche après un petit silence. Un second ricanement mais plus continu brisa la glace entre eux. Elle reprit alors doucement son sérieux, avançant légèrement vers Maât. « Tu te bases seulement sur des mots dits il y a plusieurs années ? » Elle secoua la tête négativement, elle était prête à le persuader qu’il s’était fait des idées. S’il y avait bien une chose à laquelle il ne fallait pas toucher, c’était à sa famille et ses amis. Bonnie se sentait menacée, oui elle l’avouait intérieurement. Elle connaissait assez peu Maât mais elle le savait déterminé d’après ce que Rhys avait pu en dire sur lui. Même l’image qu’il projetait aux autres le laissait penser après tout. « Caleb est à l’aise avec les armes, c’est vrai et il a certainement dû faire des erreurs aussi dans sa jeunesse mais un braquage ? Sérieusement ? C'est absurde. Je pense que tu devrais oublier rapidement cette idée à moins de souhaiter devenir fou à force d’y penser. » Elle parlait avec une grande conviction et affichait un mince sourire, voulant « compatir » à la folie de son voisin. « Mais si tu es là c'est pour espérer obtenir des réponses ou bien avoir une confirmation. Que comptes-tu faire avec ? Le dénoncer ? »

FIN DU FLASH BACK

« Bonjour Bonnie. J'espère que tu ne m'attendais pas depuis trop longtemps. J'ai dû emprunter une voiture à l'un de mes voisins pour venir jusqu'ici... » Elle hocha brièvement la tête, ne relevant pas. « Pourquoi tu m'as demandé de venir ici ? On n'aurait pas été mieux dans un restaurant ou sur la terrasse d'un café ? » Oui, il avait raison, ils auraient pu se donner rendez-vous dans un restaurant mais ce n’était pas assez à l’écart du monde aux yeux de Bonnie. Ce qui allait suivre nécessitait du calme et du silence, une parfaite intimité entre les deux voisins. Elle voulait surtout être certaine de ne pas être dérangée dans ce qu’elle souhaitait entreprendre. D’un naturel calme, elle regarda d’un air rassurant son interlocuteur puis haussa les épaules. « C’est vrai mais je me suis dit que ce ne serait plus sûr de parler en toute liberté dans un lieu désert. » Elle accentua son sourire en coin et avança encore un peu mais s’arrêta finalement au bout de trois quatre pas. La distance entre eux était encore assez importante et Bonnie n’allait pas approcher davantage. Elle tenait avec fermeté la pochette qu’elle avait entre les mains, le regard planté dans celui de Maât avec défi. « J’ai pas mal repensé à notre conversation de l’autre jour, concernant Caleb et sur ce qui tu crois avoir découvert sur lui. » Elle marqua une pause, soupira. « Je pense que ta première erreur était de te rappeler de ce braquage. La seconde était de venir chez moi et d'oser me menacer. » Son visage s’illumina d’un sourire qui avait tout de mauvais avant de reprendre une apparence dure, sévère. « J’ai connu assez de bas dans ma vie personnelle comme dans ma vie amoureuse pour empêcher une personne comme toi de gâcher enfin notre tranquillité. Ma famille est ma priorité, et tu la mets en danger. » La voix légèrement tremblante, elle gardait pourtant un ton serein mais poignant. Et sans hésiter une seule seconde de plus, elle ouvrit sa pochette et en sortit une arme, l’arme de Caleb. Elle pointa l’objet en direction de Maât, le doigt prêt à appuyer sur la gâchette alors qu’elle enleva le cran de sureté. C’était à l’extrême de ce qu’elle aurait pu imaginer être capable. Tuer un homme sans une once de remord ? Elle estimait qu’il était temps pour Caleb et elle de vivre une vie stable, maintenant qu’elle était enceinte. Et ce dernier détail ne l’aidait pas à garder les pieds sur Terre. Toutes ses émotions, ses sentiments…ils se chamboulaient, se heurtaient dans une violence extrême qui la faisait légèrement frémir. Elle n’était pas entièrement consciente de l’ampleur de la situation, aveuglée par le souhait suprême de vivre enfin normalement avec celui qu’elle aimait. Maât avait mit le doigt sur un sujet sensible, le monde était petit, trop petit et il allait malheureusement le payer de sa propre vie. « Les choses n’auraient jamais dû aller si loin tu sais ? Mais c'est malheureusement le prix à payer lorsqu'on en sait trop. » Elle lui adressa avec arrogance un clin d'oeil.

_________________

it's only love, it's only pain.
it's only fear that runs through
my veins. it's all the things you
can't explain that make us human.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13627-in-the-middle-of-nowhere http://www.filthy-secret.com/t13655-lying-on-my-back-watching-stars-collide http://www.filthy-secret.com/t13855-journal-de-bord-de-nora-golightly http://www.filthy-secret.com/t13768-ch-n5600-parkside-street-famille-golightly
Invité
Invité




« two can keep a secret if one of them is dead… » Vide
Message(#) Sujet: Re: « two can keep a secret if one of them is dead… » « two can keep a secret if one of them is dead… » EmptyDim 4 Juil 2010 - 22:15


Il avait toujours été dans ma nature de me méfier des autres, des gens qui m'entourent. J'étais de ces hommes qui mettent pas mal de temps avant d'accorder leur confiance, avant de se confier vraiment. Pour vivre heureux, il faut se méfier de toute et de tout le monde. Mais pourquoi irais-je me méfier d'une femme enceinte ? D'abord, qui se méfierait d'une femme qui attend un enfant ? Personne évidemment. Personne ne les considérer comme une menace. Bonnie portait un femme, elle allait donner la vie. Elle n'était pas une menace - c'était du moins ce que je pensais.
Oui, j'aurais dû me méfier d'elle.

« J’ai pas mal repensé à notre conversation de l’autre jour, concernant Caleb et sur ce qui tu crois avoir découvert sur lui. Je pense que ta première erreur était de te rappeler de ce braquage. La seconde était de venir chez moi et d'oser me menacer. » Erreur ? Pourquoi me parlait-elle d'erreur ? J'avais du mal à la suivre. Ecrasé par la chaleur et l'humidité des ces marécages, j'avais l'impression que j'avais du mal à relier toutes les phrases entre elles. Quoi quoi me parlait donc t-elle ? « J’ai connu assez de bas dans ma vie personnelle comme dans ma vie amoureuse pour empêcher une personne comme toi de gâcher enfin notre tranquillité. Ma famille est ma priorité, et tu la mets en danger. »

FLASH BACK
FIN AVRIL 2011
« Caleb est à l’aise avec les armes, c’est vrai et il a certainement dû faire des erreurs aussi dans sa jeunesse mais un braquage ? Sérieusement ? C'est absurde. Je pense que tu devrais oublier rapidement cette idée à moins de souhaiter devenir fou à force d’y penser. Mais si tu es là c'est pour espérer obtenir des réponses ou bien avoir une confirmation. Que comptes-tu faire avec ? Le dénoncer ? » Le sourire affiché par Bonnie ne trompait personne. Surtout pas moi. Je savais pertinemment qu'elle essayait de me convaincre que je faisais fausse route. Mais j'en étais maintenant convaincu : Caleb avait braqué cette bijouterie en été 2005, bijouterie où je me trouvais sur jour-là. Évidemment, me baser sur des mots, sur une simple phrase me conseillant "d'ouvrir les deux yeux" pour viser ma cible était une preuve assez faible. Mais si je le dénonçais aux autorités, ils arriveraient bien à trouver des preuves accablantes.
« Je suis une personnalité Bonnie. Ma voix compte. Ce que je dis compte. Si je vais voir la police pour leur faire part de mes soupçons, et qu'ils fouillent un peu dans ton passé ou dans celui de Caleb, ils trouveront bien quelque chose qui vont l'incriminer pour ce braquage. » Au début, j'étais venu voir Bonnie en quête de réponses, non pas pour la menacer. Mais son attitude, son arrogance, me donnaient envie de répondre de la même manière. Comme n'importe qui, j'aimais me sentir puissant. Quoi qu'il en soit, maintenant que Bonnie avait posé la question... « Scott s'apprête à ouvrir son restaurant. Je veux que tu fasses de la pub pour son établissement à tout ton carnet d'adresses. » Bonnie était traiteur avec Jane. Elle devait connaître du beau monde qui ferait une clientèle des plus intéressantes pour le restaurant de mon compagnon. « Je veux aussi le magnifique tableau qui est au dessus de ta cheminée. Je sais qu'il a de la valeur. Oh ! et bien sûr... » commençais-je à ajouter, comme si je venais de me rappeler de ma dernière requête. « Je veux 15.000 dollars. En chèque, 5.000 versés chaque 1er du mois. » Une "donation" échelonnée sur plusieurs mois, histoire d'éviter d'attirer les soupçons de la banque. « Premier versement demain. Et tu viendras apporter le tableau demain soir chez moi. Si je n'ai pas tout ce que je demande, j'irai voir la police. Elever un enfant seule, ça ne doit pas être quelque chose d'évident... » concluais-je, aussi sarcastique que savait l'être Bonnie quelques minutes plus tôt dans notre conversation.

FIN DU FLASH BACK


Mon sang ne fit qu'un tour lorsque je vis Bonnie sortir une arme de sa pochette. Je n'avais pas réalisé ce à quoi je m'attaquais. Bonnie était une femme prête à tout pour sauver son couple et sa petite vie tranquille dans le quartier résidentiel d'Ocean Grove. Or, je venais troubler cette tranquillité. Maintenant, elle semblait estimer qu'il était normal que j'en paie le prix. « Les choses n’auraient jamais dû aller si loin tu sais ? Mais c'est malheureusement le prix à payer lorsqu'on en sait trop. »
J'étendais mes mains devant moi, comme un signe de défense. J'avais toujours une arme sur moi depuis que nous avions été touchés par balle, Scott et moi, dans les rues du centre-ville de Miami. Mais je m'étais attendu à un rendez-vous où j'aurais discuté avec Bonnie Whealer, il m'avait donc semblé inutile de prendre ma sacoche dans laquelle mon pistolet se trouvait. Je le regrettais amèrement.

Sans réfléchir à quoi que ce soit, je tournais les talons et me mis à courir droit devant moi. Je ne savais pas où j'allais. J'espérais pouvoir me cacher quelque part. « Bonnie, ne fais pas quelque chose que tu pourrais regretter ! Réfléchis ! On peut s'arranger ! »
Je me planquais derrière un arbre et sortit mon Blackberry pour appeler quelqu'un. N'importe qui. Pas de réseau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« two can keep a secret if one of them is dead… » Vide
Message(#) Sujet: Re: « two can keep a secret if one of them is dead… » « two can keep a secret if one of them is dead… » EmptyLun 5 Juil 2010 - 2:18

De retour chez lui, Caleb était exténué mais il lui restait des forces. Assez de forces en tout cas parce qu’on était Vendredi et que le Vendredi, il allait à son centre de tir. Cela le faisait revivre, retrouver une vie qu’il avait abandonnée, cela lui rappelait des souvenirs de complète liberté. Cela faisait du bien tout simplement. Il laissa tomber sa sacoche au sol et se dirigea directement vers la cuisine, ce qui était devenu un réflexe. Il faisait une chaleur folle dehors il prit alors une bouteille d’eau dans le frigo et le referma. En fermant il découvrit un mot de Bonnie sur le frigidaire. « Je suis sortie, j’ai des choses à régler. » Caleb ne se posa pas de question, prit le papier et le jeta à la poubelle. Il ne servait plus à rien à présent. Il avala une gorgée d’eau fraiche qu’il sentit couler le long de son torse, puis se dirigea vers les escaliers. Il ne voulait pas perdre de temps, il avait besoin d’évacuer tout le stress qu’il avait encaissé pendant cette semaine, surtout le stress que lui procurait la grossesse de Bonnie et le fait de reprendre le garage en même temps. Il monta néanmoins les escaliers d’une manière nonchalante jusqu’à arriver dans la chambre. Il se dirigea vers la commode où il cache habituellement son arme, tira le tiroir, fouilla sous la pile de vêtement et ne trouva rien. Il fronça tout d’abord les sourcils et se dit que peut-être il avait oublié et qu’il l’avait mit dans un autre tiroir, il chercha alors dans tous les tiroirs et rien. Son cœur se mit à s’emballer mais il garda le contrôle de soit-même. Où est-ce qu’une arme peut-elle se cacher. Il commença à vides les tiroirs, de peur de l’avoir raté, il jeta au sol tous les vêtements mais rien. Pendant dix minutes il se mit à retourner toute la chambre, à vider les placards, à regarder sous le lit : rien. Bonnie n’avait pas pu y toucher, elle avait toujours détester voir cette chose chez eux et surtout elle avait horreur de ces choses mais elle n’aurait pas pu la jeter non plus, elle savait à quel point il tenait à cette arme. Il dévala alors les escaliers, allant chercher son portable pour téléphoner à Bonnie et en être sûr. Alors que la détonation continuait, elle ne répondait pas. Il réessaya plusieurs fois et rien. Caleb s’inquiéta. Pas d’arme et pas de Bonnie. Il fallait qu’il fasse quelque chose. Il appela alors quelques unes de ses amis, comme Isobel ou encore Presley, mais aucune d’elle n’était en compagnie de Bonnie. Il resta un bon moment à un réfléchir à un moyen de savoir où Bonnie pouvait être puis se rappela de quelque chose. Quand Bonnie est allée acheter son nouveau téléphone, le vendeur leur avait exposé une nouvelle option : un gps intégré dans le téléphone. De ce fait, il peut-être retrouvé n’importe où, en cas de perte. Caleb chercha pendant quelques minutes un courrier, sur lequel était inscrit le code, qu’il fallait entrer sur un site internet afin de repérer le portable de Bonnie, qui devait être avec elle. L’attente fut des moindres mais Caleb était complètement hors de lui et son cœur battait beaucoup plus rapidement qu’à son habitude, sans s’avouer qu’il avait peur pour elle et pour leur enfant. Lorsque la recherche fut enfin terminée, Caleb fut abasourdi par l’endroit où était Bonnie. C’était impossible, qu’est-ce qu’elle pouvait bien faire là-bas ? Il se leva lentement, sans quitter l’écran des yeux, toujours sous le choc, puis se dit que c’était sûr, elle était en danger. Peut-être est-ce que Stefan l’avait retrouvé ? Ou encore quelqu’un d’autre du Canada ? Il ne se posa pas plus de questions et attrapa ses clés de voiture pour la rejoindre. Aller à la recherche de Bonnie qui se trouvait aux marécages sans arme était dangereux, mais il n’avait pas le temps de faire autrement et n’avait pas prévu qu’un jour il puisse ne pas retrouver son arme. Il n’en avait pas prévu une deuxième. Sur le chemin, il grilla plusieurs feux rouges, dépassa de loin les limites de vitesse, se faisant parfois des frayeurs et faisant des frayeurs à quelques piétons, mais finalement il arriva sans dégâts apparents. Descendant de sa voiture, il commença à longer les marécages sans vraiment savoir où chercher. Ils étaient vastes et Caleb prendrait des heures à savoir où se trouvait Bonnie. Ironie du sort, ou destin, il entendit un coup de feu qui lui glaça le sang. Il resta immobile pendant deux secondes avant de reprendre son contrôle et de se mettre à courir en direction du coup de feu, il ne prit pas énormément de temps avant de découvrir Bonnie en possession de son arme visant un arbre, derrière lequel se cachait le plus grand des Blythe. La scène le prit de cours, il n’aurait jamais imaginé Bonnie menacer quelqu’un d’une arme. Il resta immobile un moment, personne ne l’avait remarqué pour l’instant. Lorsque Bonnie leva encore son arme vers l’arbre, Caleb cria, plus fort qu’il n’aurait fallut. « BONNIE ! » il adopta le ton d’un père qui gronde son enfant. Il observa celle-ci sursauter et se retourner vers lui. Caleb s’approcha d’elle à grands pas avant de se planter juste devant elle. « Bon sang Bonnie ! Qu’est-ce que tu fais ? » à nouveau il adopta un ton dur. Il observa néanmoins dans ses yeux, une lueur de reproche envers lui. Caleb soupira, il prit une grande inspiration pour se calmer et tendit une main rassurante vers Bonnie. « S’il te plait bébé. Donne-moi ça. » dit-il d’une voix apaisante, sans même lancer un seul regard à Maât.
Revenir en haut Aller en bas
Nora Golightly
she is like a cat in the dark.
Nora Golightly

♦ Posts : 9485
Multinicks : roxcy, ridley, ronan.
♦ Credits : el boo boo (max), tumblr.

Status : divorced, single.
Address : n°5600, parkside street.
Job/Studies : works as Nyle's secretary, former fashion journalist.
Quote : "I'm not grumpy in the morning, I'm just very selective with my kindness."
Activité(s) de quartier : pilates.


HALL OF FAME
To Do List: go for a walk with Bandit, check emails, go out with some friends, call the big bro, buy a new white cane, curse Siri for being useless.
Contact List:
RP status: off ( ●●●● ) - cullen, alicia, nelson, matt.

« two can keep a secret if one of them is dead… » Vide
Message(#) Sujet: Re: « two can keep a secret if one of them is dead… » « two can keep a secret if one of them is dead… » EmptyDim 11 Juil 2010 - 14:16


FLASH BACK
Consternée était le mot exact. Bonnie le regardait avec des yeux ronds, la bouche presque ouverte tellement ce qu’elle entendait au fil des secondes étaient peu croyables. Comment osait-il profiter de la situation de la sorte ? Bonnie n’était pas une vulgaire victime dont on pouvait se servir sans craindre des conséquences, c’était effectivement mal la connaître et seulement s’attacher à l’apparence fragile et enceinte de la jeune femme. Elle n’appréciait déjà pas qu’on lui dicte une certaine façon d’agir alors en plus, si on voulait lui faire du chantage…c’était du grand n’importe quoi. Ce Blythe avait un sacré culot de se pointer chez elle, la bouche en cœur en espérant obtenir des petits privilèges en repartant. Il désirait de l’argent – et pas une petite somme – en plus de vouloir que Bonnie fasse de la pub pour le restaurant de Scott ? Ce serait la pousser à faire de la pub pour un concurrent du Jannie’s. Il en était hors de question, elle ne s’abaisserait pas à un tel niveau. « Tu ne sembles pas avoir beaucoup confiance en les capacités de Scott pour ramener du monde par lui-même. » enchaina-t-elle avec arrogance. Mais elle ne désirait plus continuer cette conversation, elle était énervée et outre le fait que ce n’était pas bon pour elle ni pour le bébé, elle ne voulait plus voir le visage de Maât sous son toit. « Sors ! Sors de chez moi et ne t’avises plus d’y remettre les pieds. »


FIN DU FLASH BACK

Elle jubilait et ressentait comme un sentiment de pouvoir qu’elle trouvait agréable. Elle voyait Maât, apeuré par ce qu’il pourrait bien lui arriver, peut-être conscient que c’était les dernières minutes de sa vie. Elle arqua un sourcil lorsqu’elle le vit tenter de s’échapper et de se cacher derrière un misérable arbre. « Bonnie, ne fais pas quelque chose que tu pourrais regretter ! Réfléchis ! On peut s'arranger ! » Elle ricana sadiquement. « Où comptes-tu aller comme ça ? Ne vois-tu pas que tu n’as aucune issue, aucune échappatoire. Ni ton argent, ni tes contacts ou ton influence ne peut te sauver la peau. » Bonnie n’avait plus rien de la petite Bonnie Whealer, la jolie Canadienne arrivée à Miami avec son petit-ami, aujourd’hui enceinte d’une petite fille qui ne tarderait pas à naitre dans quelques semaines. A l’heure actuelle, elle était simplement Bonnie Whealer, une femme désespérée et prête à tout pour sauvegarder sa vie paisible. Elle était dégoutée par le cran qu’avait Maât de lui faire du chantage, elle ne supportait pas l’idée qu’on puisse se jouer d’elle si facilement sans aucun remord apparent. Il n’était qu’une ordure parmi tant d’autres, dont elle se ferait le plaisir de faire taire une bonne fois pour toute. Elle ne réfléchissait pas aux conséquences que son geste pourrait avoir par la suite. Elle ne pensait pas à Victoria ou Rhys, surtout pas à ce dernier dont elle était bien plus proche. Elle ne visait que son objectif : tuer Maât. Tellement obnubilée par son plan, elle fut surprise d’entendre l’arrivée d’une voiture et dans la précipitation, un premier coup tira. Le bruit se fit violent à ses oreilles, si peu habituée et pour la première fois elle pouvait comprendre ce que Caleb aimait tant dans ces armes : l’adrénaline. « BONNIE ! » Cette voix, sa voix ! Elle tourna vivement le visage vers son petit-ami. Comment avait-il réussi à la retrouver ? « Bon sang Bonnie ! Qu’est-ce que tu fais ? » Son cœur battait la chamade, ses membres tremblaient, ses yeux s’humidifiaient autant par la colère que par la peur. « S’il te plait bébé. Donne-moi ça. » Son arme visait toujours l’arbre derrière laquelle Maât se cachait encore. Le premier tir l’avait malheureusement manqué. Sans quitter des yeux sa cible, elle répondit à Caleb : « Il est au courant de tout Caleb, des braquages, de ton passé... Et il voulait nous faire chanter en échange de son silence. » Elle se mit à rire brièvement, sans aucune joie. « J’ai donc décidé de prendre les choses en main. Tu avais raison, cette arme est utile finalement. » Elle était froide, impassible durant un instant et son regard dévia sur le visage de Caleb, quelques larmes coulèrent sur les joues de Bonnie. « Tu aurais terminé en prison et je serai devenu quoi moi, sans toi ? On n’a pas fait tout ce chemin pour rien. Je n’ai pas trahi ma famille pour que finalement, ça se termine ainsi. » Elle marqua une pause, reposant son attention sur Maât, le bras bien tendu et l’arme pointant de nouveau avec détermination sur sa cible. « Je désolée chéri, mais c’est soit lui, soit nous et tant qu’à faire, je préfère que ce soit lui qui perde tout. »


_________________

it's only love, it's only pain.
it's only fear that runs through
my veins. it's all the things you
can't explain that make us human.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13627-in-the-middle-of-nowhere http://www.filthy-secret.com/t13655-lying-on-my-back-watching-stars-collide http://www.filthy-secret.com/t13855-journal-de-bord-de-nora-golightly http://www.filthy-secret.com/t13768-ch-n5600-parkside-street-famille-golightly
Contenu sponsorisé





« two can keep a secret if one of them is dead… » Vide
Message(#) Sujet: Re: « two can keep a secret if one of them is dead… » « two can keep a secret if one of them is dead… » Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

« two can keep a secret if one of them is dead… »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Alentours :: Metrozoo & Marécages-