AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -30%
WD Blue™ – Disque SSD Interne – ...
Voir le deal
69.99 €

Partagez | 
 

 #1203. ‘pray to god i think of a nice thing to say’ (billy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




#1203. ‘pray to god i think of a nice thing to say’ (billy) Vide
Message(#) Sujet: #1203. ‘pray to god i think of a nice thing to say’ (billy) #1203. ‘pray to god i think of a nice thing to say’ (billy) EmptyMer 5 Mai 2010 - 13:06



    BILLY L. JOHNSON
    JAZZ BERGDORF
    #1203, lemon street • 11:45am

    (c) brooke-davis23 + couldntfindname @ lj.
    La situation était des plus étranges. Depuis une dizaine de jours, je ne trouvais plus aucun courrier dans ma boîte aux lettres. J'aurai pourtant du recevoir mes factures d'électricité et d'eau du mois d'avril, mais elles n'étaient pas arrivées, et je doutais fort qu'elles soient simplement en retard. Heureusement, les livres que j'avais commandé pour un essay à rédiger pour mon cours d'histoire du cinéma étaient arrivés sans problème, la livraison du colis étant effectuée par UPS. Pour le reste, mon courrier semblait s'être évaporé dans la nature, comme par magie... Je n'attendais pas non plus des lettres extrêmement importantes et urgentes, mais c'était quand même gênant et intriguant. Je fis rapidement le tour de mes voisins à Apple Road, apprenant que pour leur part, ils n'avait connu aucun désagrément au niveau de leur courrier. Mrs Smitherson, une femme plutôt âgée qui habitait dans la rue, supposa que quelqu'un me prenait peut-être mon courrier dès qu'il était déposé dans ma boîte aux lettres. Je lui avais demandé pourquoi quelqu'un ferait quelque chose d'aussi... stupide ? Ce à quoi elle m'avait répondu “Oh par jalousie, par revanche, vous savez, les raisons peuvent être multiples. Vous n'avez pas d'idées de la personne qui pourrait faire ça dans le voisinage ?” Je lui avais d'abord répondu immédiatement que non, mais alors que je parlai, la réponse et la possible coupable m'apparut soudainement. “Finalement je pense savoir qui c'est... Merci du conseil Mrs Smitherson!” Je n'avais désormais plus qu'à régler mes comptes avec la voisine que je suspectai de prendre mon courrier.
    Un banal accrochage en voiture tournait donc à la querelle de voisinage, alors que je n'avais pour ainsi dire rien demandé. Je sortais en voiture de mon allée, en marche arrière, et j'étais rentrée par mégarde dans la voiture de Billy qui passait alors dans Apple Road. Il n'y avait pas vraiment de coupable à désigner dans cet accident. Je n'avais sûrement pas fait attention à bien regarder en reculant, tout comme Billy avait pu omettre de regarder si personne ne sortait de son garage en passant dans la rue. Mais alors que nous rédigions le constat d'accident, le ton était monté. Ou plutôt, Billy avait haussé le ton, alors que j'étais resté insensiblement calme, conforme à mon attitude posée. C'était sans doute cette même attitude qui avait énervée Billy. Les gens calmes vous énervent quand vous êtes énervé, vous avez envie qu'ils s'énervent aussi, qu'ils se bougent un peu, qu'ils sortent de leur tranquillité et qu'ils crient un bon coup. Mais ça n'avait pas été mon cas, j'avais juste rempli le constat, assurant Billy que les dégâts n'étaient pas si graves, et que j'étais désolée de n'avoir peut-être pas fait assez attention. Je lui avais aussi donné mon numéro de téléphone, si elle avait besoin de quoi que ce soit. Mais quand nous nous étions quittées, Billy était toujours aussi énervée, visiblement bien remontée. J'avais pour ainsi dire oublié cet incident, l'arrière de ma voiture avait quelques éraflures, j'avais fait refaire la peinture au garage du coin, et tout avait été oublié. Ce n'était pas comme si notre accrochage avait été grave après tout.
    Après ma discussion avec Mrs Smitherson, cet épisode me revint soudainement en mémoire. C'était pour ainsi dire l'occasion parfaite pour Billy de se venger. A la fois de notre accrochage et de ma certaine ‘passivité’ lors de notre échange, qui avait semblé l'énerver encore plus. Je ne pris pas la peine de repasser chez moi alors que je sortais de chez Mrs Smitherson. Je me dirigeai rapidement vers Lemon Street, à quelques centaines de mètres d'où je résidais, mes derbies imprimé liberty claquant contre le trottoir. Elle était là, en train de jardiner devant sa maison, et en m'entendant arriver, elle releva la tête. J'étais énervée, bien évidemment, mais toutefois pas autant que certaines personnes auraient pu l'être. J'enlevai mes Ray Ban vintage de mon nez, accrochant la paire de lunettes de soleil à l'encolure de mon chemisier beige.

    « Je peux te poser une question ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
Jemima Eason

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

#1203. ‘pray to god i think of a nice thing to say’ (billy) Vide
Message(#) Sujet: Re: #1203. ‘pray to god i think of a nice thing to say’ (billy) #1203. ‘pray to god i think of a nice thing to say’ (billy) EmptySam 15 Mai 2010 - 12:52




L’inconvénient lorsque l’on délaisse une maison, c’est de voir la poussière s’accumuler, le désordre envahir les lieux et surtout, les mauvaises herbes envahir notre jardin. Billy n’était pas réellement le genre de femme soucieuse de l’apparence de sa maison, elle se fichait un peu qu’un brin d’herbe dépasse de trop, ce qui n’était pas le cas de sa voisine de droite, étonnement trop pointilleuse à en devenir flippante. Mais n’ayant rien de mieux à faire ces derniers temps, la blondinette avait entreprit de se mettre à jardiner, après tout, pour beaucoup de personne il s’agissait d’une activité ayant le pouvoir de détendre. Elle ne comprenait pas trop comment cela pourrait être possible, mais ça ne coutait rien d’essayer après tout. Debout très tôt comme toujours, elle avait eut le temps de faire un brin de ménage, avant de partir faire quelques courses.
Son réfrigérateur ne se vidait pas tant que ça, elle mangeait peu ses derniers temps, en réalité elle n’avait pas réellement l’envie de se préparer des petits plats, ni l’envie de se rendre seule dans des restaurants, snack ou autre. Son moral ne lui laissait pas l’occasion d’apprécier la solitude, bien au contraire même. Mais sortir ne lui ferait pas de mal, de plus elle avait besoin de certaines choses pour son jardin, elle n’était pas particulièrement parée à ce genre d’activité.

Se dirigeant dans le rayon jardinage de cette grande surface, la blondinette était relativement perdue parmi tout ses outils, engrais et on ne sait quoi d’autres encore. Lisant en diagonale tout ce qu’elle pouvait trouver à portée de main, rien ne lui semblait intéressant, rien ne l’emballait particulièrement, étant donné qu’elle ignorait ce qu’elle devait prendre de toute façon. Elle n’avait pas envie de parler, étonnement elle était assez calme aujourd’hui, très surprenant venant d’elle, il fallait l’admettre mais ces derniers jours l’avaient un peu déboussolé pour tout dire, et la mort de sa sœur n’en était pas la cause première, plus maintenant … Pourtant en vue de sa résolution du matin, il fallait bien qu’elle entreprenne de recueillir quelques informations auprès d’un des vendeurs trainant dans le rayon. Elle avait eu la chance impensable de charmer -sans pour autant faire quoique ce soit- le fameux vendeur. Un peu jeune et pas du tout son type de toute façon, elle ne continuait avec ses sourires enjôleurs que dans l’espoir qu’il la conseille au mieux sans pour autant lui faire payer des sommes exorbitantes. Gagné ! Elle avait réussit à sortir sa carte de crédit sans frôler la crise cardiaque en voyant la somme à payer. Bon elle avait aussi récolté un numéro de téléphone qui finirait aussi vite à la poubelle. Enfin de retour chez elle, elle avait tout le loisir d’apprendre à jardiner. Elle avait d’ailleurs l’ambition de s’occuper de quelques plantation, c’était d’ailleurs ce qu’elle était entrain de faire, lorsqu’elle entendit un bruit sourd, des pas se rapprochant de sa position. Alertée par le bruit, elle releva la tête pour voir si son intuition était la bonne, et visiblement c’était le cas. Elle reconnaissait parfaitement la bouille de la rouquine qui arrivait à sa hauteur. Un petit accrochage en voiture avait suffit à Billy pour l’ajouter à la liste des personnes à emmerder. C’était, certes, une attitude très injuste, mais elle avait besoin de ses rares personnes pour pouvoir exprimer sa colère sur d’autres que les personnes comptant pour elle. Autrefois son plus grand souffre douleur n’était autre que Gabriel McAllister, mais à présent c’était derrière eux, enfin presque … Elle se doutait de la raison qui amenait Jazz Bergdorf par ici, après tout elle était l’instigatrice d’une farce à son égard qui avait finalement alerté les soupçons contre elle, c’était un peu le but en même temps, elle ne voulait pas se cacher éternellement. Se retournant donc vers elle, un sourire mutin aux lèvres, ses yeux cachés par ses lunettes de soleil, elle s’adressa à elle avec un calme inhabituel pour elle. « Et si je te répondais non, tu partirais ? » elle savait parfaitement que ce n’était pas dans la liste de ses projets actuels, elle n’avait pas fait tout ce chemin pour repartir sous les « ordres » de mademoiselle Johnson. « Je suppose que ce n’était qu’une formule de politesse, en réalité je n’ai pas vraiment le choix .. N’est-ce pas ? » Se relevant sur ses jambes, elle reporta vite son attention sur la jeune fille avant de reprendre. « Et bien je t’écoute, qu’est-ce que tu me veux ? »





_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
 

#1203. ‘pray to god i think of a nice thing to say’ (billy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-