AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-30%
Le deal à ne pas rater :
Baskets Nike Air Max Genome
119 € 170 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 i can't find my words .. (JANE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




i can't find my words .. (JANE) Vide
Message(#) Sujet: i can't find my words .. (JANE) i can't find my words .. (JANE) EmptyMar 4 Mai 2010 - 16:43



« I CAN'T FIND MY WORDS (..) »
i can't find my words .. (JANE) R2l01s i can't find my words .. (JANE) 1seixd
jane blodwen et rafael dunhamn




Déambulant dans les rues d’Ocean Grove, Rafael donnait presque la sensation de n’avoir pas le moindre but, le regard vague, le pas léger sans grande conviction. Contrastant parfaitement avec l’apparente assurance qu’il s’évertuait à garder quoiqu’il arrive. Mais il n’était visiblement pas d’humeur en cet instant, il n’avait pas de raison de déprimer non plus, c’était surtout le poids d’une trop grosse fatigue pesant lourdement sur ses épaules. Il n’avait pas passé une journée particulièrement amusante. Matthew s’était montré incroyablement calme depuis leur arrivé, il n’avait pas encore prit l’initiative de cogner sur ses camarades. Rafael se souvenait encore du nombre de fois où le garçonnet avait pu balancer un crayon au visage de l’institutrice pour montrer son mécontentement. Le regard noir, d’une mère en furie, le menaçant alors que sa fille avait fait une chute et s’était blessée à la main, par la faute du petit garçon. Il ne comptait plus ce genre de mésaventures, il lui avait pratiquement tout fait, mais rester sage n’était pas dans ses habitudes. Finalement alors qu’il avait commencé sa journée de travail de manière tout à fait ordinaire, il fut sortie de son monde assez brutalement. Un coup de téléphone de la directrice de l’établissement, lui expliquant que son fils avait eu un comportement inacceptable envers l’un de ses camarades. Convoqué dans la foulé, « c’était trop beau pour être vrai. » pensa-t-il au volant de sa voiture, en tentant d’imaginer ce qu’il avait bien pu faire cette fois-ci. Se présentant enfin à la direction, il s’aperçut bien vite, que l’acariâtre directrice -qui au début se la jouait charmeuse avec lui- était d’une humeur massacrante, et littéralement glacial avec lui. Ignorant pourtant se manque totale de sympathie, il finit par prendre place en face d’elle, écoutant chacune de ses paroles sans broncher, sans avoir le moindre signe de surprise, de choc, rien. En revanche elle semblait déçu de la réaction de ce père complètement résigné face au comportement de l’enfant. « Je suis navrée, mais nous ne pouvons le garder dans l’établissement. » Dit-elle sèchement, mais Rafael ne le voyait pas sous cet angle, remarquant que cette fois-ci il se refusait de croiser le regard de son père, ses prunelles exprimant une fierté qui là avait laissé place à une honte qui plongeait son père en plein doute. Il ne croyait pas une seconde à un tel revirement de situation, pas aussi soudainement, s’il avait réagit ainsi, c’est qu’il devait y avoir une raison précise à cela. « Pour l’instant, je n’ai vraiment pas envie d’entrer en conflit avec une femme frustrée en pleine période menstruelle. J’ai des choses plus importantes en tête, mais sachez que ça ne s’arrêtera pas ainsi. » Laissant la directrice surprise mais surtout choquée par une telle réponse, il se saisit des affaires de son fils, avant de lui attraper la main et se diriger vers la sortie.

Non la matinée n’avait pas été des plus simples, Rafael n’avait pas encore pensé avoir un problème de la sorte avec Matthew, l’enfant turbulent qui avait fini par se faire emmerder par plus grand que lui. Il avait peut être riposté brutalement certes, envoyé une chaise sur l’enfant, n’avait pas été l’idée du siècle, mais pour une fois il n’avait pas été en mesure d’engueuler son fils, au contraire même il comprenait. Laissant alors couler, il comptait cependant s’en prendre à cette fichue directrice de merde qui voulait s’en prendre injustement à son fils. Se révélant pour une fois confronté à une situation, lui exposant le reflet d’un père plus protecteur qu’il ne l’aurait cru. Marchant tranquillement en cette fin d’après-midi, il pensait déjà à aller chercher son fils chez sa vieille voisine légèrement folle mais qui avait le mérite de supporter le gosse hyperactif. Rafael finirait peut être par apprécier son utilité un jour qui sait. Mais s’il ne faisait pas particulièrement attention à ce qui l’entourait, les aboiements incessants d’un chien attirèrent pourtant son attention. Se retournant vivement, son regard porté à sa droite, il voyait la silhouette d’une jeune femme cachée derrière un buisson. Il ne voyait pas clairement, il l’avait juste remarqué lorsqu’elle s’était vivement baissée. Regardant autour de lui, il ne comprenait pas qui la jeune femme souhaité éviter, il finit par naïvement penser qu’il s’agissait peut être de lui, mais pourquoi ? Traversant, et s’approchant de ce fameux buisson, il passa la tête au dessus et la reconnu immédiatement. Les mains dans les poches, il sentit une gêne l’envahir très rapidement, pourtant il n’eut aucun mal à articuler. « J’espère que ce n’était pas moi que tu cherchais à éviter .. Parce que je crois que ce chien n’était pas décidé à t’aider. » Confus il n’était pas sur qu’il aurait de toute façon employé les bons mots avec elle, y’en avait-il ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




i can't find my words .. (JANE) Vide
Message(#) Sujet: Re: i can't find my words .. (JANE) i can't find my words .. (JANE) EmptyDim 9 Mai 2010 - 18:00




Les choses semblaient s’arranger.
Bien que le réflexe était dur à faire disparaître, Jane n’avait plus besoin de redouter un courrier inquiétant ou de regarder par la fenêtre si un huissier n’allait pas débarquer tout d’un coup pour saisir ses meubles. Ce fût une longue année compliquée pour la jeune femme, traversant la première « crise économique » de sa vie d’adulte. Mais les affaires roulaient bien mieux avec l’entreprise Jannie’s qu’à ses débuts, tout avait prit un rythme normal. A l’aide d’un prêt généreux de la part d’une amie, Jane avait retrouvé une situation financière à peu près stable et elle avait déjà commencé à rembourser ses dettes. Sous un ciel clair d’un doux matin, elle s’était rendue à une petite réunion d’affaire et avait gagner un nouveau client important pour la compagnie de traiteur. Elle était ensuite rentrée chez elle, à l’heure du déjeuner, pour s’occuper de quelques papiers, puis avait décidé de s’offrir l’après midi de libre. C’était un bon avantage lorsque l’on était son propre patron, même si ce n’était habituellement pas son genre de prendre congé à la dernière minute. Enfin, avoir signé un contrat l’avait rempli de joie, bien que je vous l’accorde, il ne fallait pas grand-chose pour faire sautiller de bonheur la jeune Miss Blodwen. Elle troqua son tailleur beige et enfila une robe en coton ainsi qu’un gilet, pour se rendre au salon de manucure où elle croisa plusieurs voisines, ce qui ne l’étonnait guère. Ayant décidé de s’offrir une petite ‘folie’, elle avait opté pour un soin des mains, comme c’était tant la mode dans le quartier d’Ocean Grove. Elle se surprit même à raconter des passages de sa vie à la petite thaïlandaise qui s’occupait d’elle. Jane ne se rendit compte qu’au moment où elle narrait la vie amoureuse de son petit chien, Texas, que son auditrice ne parlait et ne comprenait sûrement pas grand-chose à l’anglais. Bien entendu, cela n’arrêta pas la jolie brune qui osa même lui demander ses passes temps, mais avant d’obtenir quelconque réponse, la séance se terminait.

Elle passa donc le reste de son temps à flâner dans les rues et alors que l’après-midi se terminait, baladait Texas dans Lemon Street, en proie à une humeur euphorique plutôt habituelle. Cela ne l’empêcha pas d’ignorer royalement une voisine qui avait jadis vomi dans le jardin impeccablement bien tenu de Jane. Elle avait pourtant pardonné des gens ayant commis bien pire que ça (…) Jane laissait divaguer son regard bleuté autour d’elle, bien que connaissant très bien les environs. Il lui arrivait encore de s’extasier devant la beauté d’un arbre fleuri, alors qu’elle passait devant tous les jours depuis plus d’un an. Alors qu’elle tirait sur Texas pour l’empêcher de se soulager sur les lilas d’une certaine Mme Crosby, son attention fût captée par la silhouette d’un homme, à plusieurs mètres d’elle. Avant de comprendre elle-même qui il était et ce qu’elle faisait, son instinct l’avait guidé derrière le buisson le plus proche. Elle respira bruyamment et réalisa ce qu’elle venait de voir. « Rafael…» souffla t-elle. Elle avait déjà retrouvé à OG tant de personnes connues à Chicago qu’elle ne douta pas une seconde. Il était bel à bien là, si proche d’elle. Voir une personne envers qui elle portait tant d’affection aurait pu l’emplir de joie. Mais tout ce à quoi elle pensait actuellement, était de se cacher. Ils ne pouvaient pas tout simplement pas se parler. Elle n’était pas prête ! Il lui aurait fallu des jours et des jours pour réfléchir à ce qu’elle allait lui dire, et encore.
Recroquevillée derrière les feuillages et tirant au maximum sur Texas, elle allait attendre qu’il passe pour ensuite courir dans la direction opposée, peu importe la destination, histoire d’être sûre qu’ils ne se croiseraient pas. L’empressement rendait les idées de Jane encore plus folles que d’habitude – si c’était possible. Elle était incapable de calmer les pulsations de son cœur. Durant tout le temps où elle réfléchissait, Rafael était déjà arrêté tout près d’ici mais, dans tous ses états, elle ne l’avait pas remarqué. Elle guettait au loin, retenant sa respiration. C’était sans compter sur Texas, agacé d’être ainsi retenu par sa laisse, qui se mit à lui aboyer à la figure. Elle aurait juré qu’il n’aurait jamais aboyé même si quelqu’un tentait d’étrangler sa maîtresse, et là, il ruinait complètement sa cachette. Il ne fallut pas longtemps à Rafael pour faire son apparition. En hâte, Jane se leva, se rapprochant de lui – il était trop tard pour se mettre à courir, même si l’idée lui parcourait l’esprit. Elle dévisagea le visage familier un moment puis plaqua violemment la main contre sa propre oreille.

- J’ai perdu ma boucle d’oreille. Puis, réalisant qu’elle avait bel et bien deux anneaux d’argent aux oreilles, mis la main sur la hanche. Enfin, je l’ai retrouvé, heureusement. Elle toussota, dissimulant sa gêne avec bien plus de mal que Rafael. Alors, Rafael… articula t-elle. C’est, hum, marrant de te voir ici ! Comment vas-tu ? Qu'est-ce qui t'emmène dans le coin ? Elle sortit de simples formules de politesse, espérant ainsi repousser voir éviter une réelle discussion entre les deux personnes, qui avaient bien trop de choses à se dire (…)

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




i can't find my words .. (JANE) Vide
Message(#) Sujet: Re: i can't find my words .. (JANE) i can't find my words .. (JANE) EmptyJeu 20 Mai 2010 - 12:12


Les choses commençaient à devenir flippantes dans le coin, Rafael réalisait que plus les jours passaient, plus ils retrouvaient des personnes de son passé, ce qui n’était pas toujours pour l’enchanter. A commencer par Bonnie, puis Gabriel en passant par Sloan, le sort semblait s’acharner un peu contre lui. Fort heureusement il n’avait pas que de vieilles connaissances désagréables, et Jane en faisait partie. Cette superbe femme lui avait laissé un bon souvenir, bien qu’embrumés par la fin de leur relation un peu brutal. Beaucoup trop même, malheureusement pour lui, bien qu’il semblait persuadé que tout ce qu’il avait réussi à enfermer dans un coin de sa tête pour le laisser au passé, il réalisait avec surprise qu’à Miami, tout lui revenait en pleine figure, y compris cette image de lui-même qu’il aurait préféré totalement oublier. Il y a ce genre de moment dans une vie, où l’on souhaiterait pouvoir tout effacer et recommencer ailleurs, c’est-ce qu’il aurait d’ailleurs souhaité pour sa mère, qu’elle puisse trouver un autre chemin à suivre, pour un nouveau départ. Mais elle n’avait pas fait ce choix, et ce n’était pas lui qui pourrait influer sur la situation, bien qu’il ait essayé à une époque. La même où il avait déserté pour partir jusqu’au Canada, entre autre. Il avait passé tellement d’année à fuir et tenter d’oublier son passé, qu’il n’imaginait pas un instant se retrouver face à lui si brutalement. C’était comme se prendre une grosse claque en plein figure. Voir le visage de Jane, le ramenait à tout ses souvenirs partagées avec elle mais surtout à leur rupture, celle-ci ne fut pas concrètement souhaité, elle s’était un peu imposée à eux. Cela pourrait paraître étrange que d’en parler ainsi, pourtant c’était belle et bien le cas, dans le fond Rafael n’avait pas vraiment éprouvé le désir de se séparer de la jeune femme, peut être qu’elle de son côté c’était différent. Mais les « non dits » dans un couple peuvent être bien plus fatale que l’on ne le pense.
La scène qu’il avait sous les yeux l’amusait, bien qu’il se soit sentit instantanément mal à l’aise de la revoir, il n’avait jamais été très ami avec les surprises, il n’aimait pas l’imprévu, et avait d’autant plus de mal à gérer une situation dans la précipitation. Pourtant il tentait de garder son « calme » apparent, bien qu’intérieurement il était sous l’emprise d’une véritable bataille entre tout ses sentiments, ses pensées et souvenirs. Il ignorait si il serait allé la voir aussi naturellement s’il l’avait reconnu plus tôt. Le manque de mot criant, l’en aurait sans doute empêché, il ne pouvait la blâmer de tenter de ruser, d’expliquer pourquoi elle s’était immédiatement cachée. Bien sur il ne croyait pas un mot de cette histoire de boucle d’oreille, mais elle avait ce don de se mettre dans les situations les plus originales qui soient. C’était une des choses qu’il aimait chez elle, Jane savait le faire rire sans même le vouloir. Le sourire aux lèvres, malgré la situation compliquée qui se profilait, il ne s’amusait pas d’elle, seulement de sa tentative ratée pour l’éviter. A croire que c’était important qu’ils se retrouvent, il ne pourrait éviter une confrontation bien longtemps, surtout si elle vivait elle aussi dans le coin. Lui faisant ainsi réaliser, que ses fantômes du passés qu’il semblait rencontrer à chaque coin de rue, lui avait d’une certaine façon manqué, il avait fuit ce qu’il était, mais peut être avait-il besoin de renouer avec son passé, pour avancer. Une théorie qui lui semblait complètement nébuleuse, mais visiblement il n’avait pas d’autre choix que d’y faire face, alors autant y voir le positif. Il l’a voyait s’agiter nerveusement, ayant du mal à dissimuler sa gêne, ce qu’il pouvait comprendre, c’était sans doute à force de se pavaner auprès des célébrités, qu’il avait apprit à développer un léger talent de comédien. Pourtant le sourire maladroit qu’il arborait désormais, le trahissait quelque peu. « Marrant, oui c’est le mot! » Les mains dans les poches, il venait de marmonner ces quelques mots, en référence à toutes les situations « marrantes » qu’il avait rencontré jusque là. « Et bien ça va très bien et toi ? » plus les secondes défilaient, plus il se sentait mal à l’aise, ignorant complètement quoi dire, saisissant les occasions de parler de tout et rien, en évitant soigneusement le côté sérieux de ce que devait être leur conversation. « Et bien j’ai emménagé ici récemment, besoin de changer d’air. Et toi ? Je pensais pas te trouver à Miami. » Si l’on pouvait y comprendre un, « je voulais pas te voir ici » en réalité ce n’était absolument pas le cas, seulement dans ce genre de situation il n’était pas rare de parler avec maladresse. La regardant fixement peut être un peu trop, il savait qu’il devait probablement dire quelque chose, mais les mots ne lui venaient pas. Détournant instantanément son regard vers un détail futile sur la pelouse du voisin, il finit par ajouter plus calmement. « ça fait bizarre, après tout ce temps .. Mais je suis content de te voir. »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




i can't find my words .. (JANE) Vide
Message(#) Sujet: Re: i can't find my words .. (JANE) i can't find my words .. (JANE) EmptyDim 13 Juin 2010 - 21:31



Bien que largement habituée aux situations étranges voire grotesques, Jane se sentit véritablement mal à l’aise. Elle savait très bien qu’il ne croirait rien de cette histoire de boucles d’oreille, mais le fait qu’elle le comprenne à travers son regard explicite l’agaça. A vrai dire, elle était carrément en colère contre elle-même à ce moment précis. Si elle s’était montrée plus adulte et mature, quelques années plus tôt, elle n’aurait absolument aucune raison de se sentir mal devant Rafael. Ce n’était pas la première fois qu’elle s’en voulait pour un acte passé, y compris après son arrivée à Miami. En débarquant à Ocean Grove, elle avait naïvement cru ne plus faire d’erreurs, comme elles furent nombreuses à Chicago : son renvoi, les demandes en mariages et bien entendu, Rafael (…) Mais il y eut des problèmes d’argent, des problèmes relationnelles. Comme quoi, les soucis ne nous quittent jamais. Enfin, ce n’était pas si grave, en soi. Après tout, elle était grande et réfléchie (ou presque), elle allait lui faire face. Maintenant que son plan de fuite n’avait pas marché, elle n’avait même plus le choix. Jane tenta, tant bien que mal, de cesser de gigoter. De nature, c’était une jeune femme active et elle fût plutôt déstabilisée de voir Rafael tout a fait droit dans ses baskets alors qu’elle ne pouvait s’empêcher de remuer le pied ou de toucher ses mains. Elle fût rassurée de sentir un brin de malaise dans le ton de la voix du jeune homme, même s’il était fort probable que ce ne soit qu’un effet de son imagination débordante. Elle n’écouta qu’à peine ce qu’il marmonna, trop occupée à garder un tant soit peu de tenue. Même si il la connaissait déjà largement, elle ne souhaitait pas passer pour une folle. C’était peut-être trop tard… « Et bien ça va très bien et toi ? » Oh non ! Jane comptait sur lui pour éviter les banalités du genre. Interloquée, elle bafouilla un « Oui ben ça va, oui… » « Et bien j’ai emménagé ici récemment, besoin de changer d’air. Et toi ? Je pensais pas te trouver à Miami. » Jane prit un coup de massue sur la tête. Elle ne pourrait même pas oublier cette conversation: il s’était installé ici. Avec sa chance légendaire, Jane le croiserait minimum trois fois par jour à présent. Encore une fois, elle ne prit pas la peine de répondre à sa question. Il se rendrait bien assez vite compte qu’elle vivait à quelques maisons d’ici, là où les murs étincelaient de brillance et où tout le monde prenait garde à ne pas marcher sur la pelouse, sous peine de s’attirer les foudres de la demoiselle. Secouée par de multiples interrogations, autrement dit : fallait-elle qu’elle l’évite à jamais ou qu’elle lui dise tout ce qu’elle avait sur le cœur après leur « non-rupture », Jane se mit a dévisager Rafael qui avait détourné son regard. « ça fait bizarre, après tout ce temps .. Mais je suis content de te voir. » Elle ne pouvait mieux dire. Elle médita ses paroles quelques instants, le temps d’installer un blanc particulièrement gênant. Réalisant enfin qu’elle n’avait rien dit depuis plusieurs minutes, et qu’il pouvait croire qu’elle avait avalé sa langue sous le choc, elle souffla un bon coup puis s’adressa à lui, parlant précipitamment :
- Oui, oui, en effet. Hum, j’espère que tu te plais ici.
Non ! Voilà que c’était de pire en pire ! Elle méritait une bonne gifle pour avoir rendu la conversation encore plus monotone, pesante et surtout gênante. Comme pour se rattraper de ses paroles inutiles, elle afficha un large sourire, dont on ne saurait dire si il était forcé ou pas. Texas, qu’elle avait complètement oublié, effectuait de petits sauts périlleux dans le but d’attirer Jane, qui ne comprit pas avant de le voir finalement se soulager sur les jolies fleurs de la voisine aigrie. Depuis combien de temps étaient-ils là, à se regarder dans le blanc des yeux, en se disant « Ca va toi ? » Pour Jane, il semblait une éternité, et elle était prête à parier qu’il en était de même pour Rafael.
Soudain, la jolie brune tira sur la laisse de son chien, tapa du pied et se plaça bien droite, dans un mouvement si brusque que Rafael la fixa avec des yeux ronds. Jane en avait marre, et prise par un élan, elle déversa un flot de paroles, criant presque.
- Bon ! Tu peux me dire ce que l’on fait, là ? On va attendre longtemps ainsi, à parler de la pluie et du beau temps ? Tu veux que je parte tout de suite, peut-être ? On fera comme si rien ne s’était passé ? On se dit au revoir ? Même si on vit dans le même quartier, on s’évitera jusqu’à la fin des temps ?
Elle fit une pause d’une seconde pour reprendre son souffle, puis repartit de plus belle, en pointant son doigt sur Rafael.
- On est des adultes non ? J’espère que tu te remets en question, toi aussi ! J’ai l’impression d’être la seule à regretter (…) Puis franchement, tu aurais pu m’appeler !
Elle enchaînait des phrases sans que cela n’ait aucun sens, elle le savait. En tout cas, elle était certaine que Rafael la comprenait. Son ton était ferme mais elle n’était en aucun cas agressive. Elle s’emportait, comme il lui arrivait si souvent. D’ailleurs, il ne fût pas étonnant de voir la propriétaire de la maison d’en face, à la fenêtre, se régalant devant la nouvelle crise de Jane…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




i can't find my words .. (JANE) Vide
Message(#) Sujet: Re: i can't find my words .. (JANE) i can't find my words .. (JANE) EmptyVen 2 Juil 2010 - 22:00



Il fallait être devenu dingue pour arriver à croire qu’il y avait une raison à tout, et surtout penser que le karma avait un rôle à jouer dans cette histoire. Non mais franchement, il n’avait jamais cru à toutes ces conneries auparavant. Il se souvenait d’une amie qu’il avait eut par le passé, une véritable excentrique, réellement insupportable, mais elle avait tout de même un certain sens de l’humour qu’il appréciait tout particulièrement. Toujours était-il, qu’elle pouvait passer des journées entière à lui parler de chakra, karma, voyance et toutes sortes d’inepties dans ce goût là. De quoi lui faire serrer les dents. En grand sceptique, il ne croyait qu’en ce qu’il voyait, autrement dit il n’était même pas croyant. Alors se retrouver à penser à Coleen (la fameuse amie) à ce moment précis alors qu’il était face à son ex, était pour ainsi dire, assez dingue. Et pourtant plutôt cohérent, c’était tout de même assez aberrant et surtout impensable de se retrouver dans une situation pareil. Pourtant il commençait à en avoir l’habitude, à croire que depuis quelques années il attirait les situations dirons-nous, originales. Dans certain cas c’était assez gérable, mais dans ce cas précis c’était plutôt gênant, ne pas savoir quoi dire n’était pas vraiment dans ses habitudes. Non pas qu’il soit un incroyable bavard, mais il était plutôt du genre pertinent, et avait toujours le mot juste (ou du moins en quelque sorte approprié) en toute situation, mais là, il n’arrivait qu’à sortir -et ce péniblement- des banalités. Autant dire qu’il se dégoutait lui-même à s’écouter parler. C’était là que revenait cette histoire de karma, il se prenait clairement ses conneries en pleines figures et ce, peut importe lesquelles. Il était dans l’obligation de faire face à tout ce qu’il avait fuit, étrange comme nouveau départ ..

« Plutôt oui .. » Restant évasif en réalité il n’était pas certain de se plaire à Ocean Grove, et par-dessus tout, il n’aimait pas du tout la tournure de cette conversation. A la base il avait simplement traversé la rue par curiosité, et se demandait même s’il n’aurait pas dut continuer sa route. Mais il s’était déjà montré lâche une première fois avec elle, recommencer et prendre la fuite ne serait pas une bonne idée. C’était pour cette raison qu’il avait les pieds fermement encrés dans le sol, dans le simple but de rester là devant elle et pouvoir enfin dire quelque chose de plus constructif que des banalités d’usages

Pourtant rien, aucun son ne franchit ses lèvres, ni celle de la jeune femme par ailleurs, laissant planer un silence pesant autour d’eux. Il ne s’était jamais sentit aussi mal à l’aise dans toute son existence. Ok c’était exagéré, il y avait probablement des précédents à tout ça, mais à l’heure actuelle, regarder fixement Jane sans savoir quoi dire, ni même pouvoir bouger -parce que de toute façon il ne voulait pas- devenait complètement ridicule. Le temps semblait s’écouler lentement comme pour les narguer. Ce qui marchait d’ailleurs très bien. Le chien de la jeune femme semblait d’ailleurs, d’autant plus agacé par la situation. Il aurait voulu avoir l’illumination divine soudainement -lui qui n’est pas croyant- une idée lumineuse, peut importe sa provenance, pourvu qu’il soit capable de dire toutes ces choses suspendus au dessus de leurs têtes depuis si longtemps. Pourtant la gêne ne semblait pas se dissiper si facilement, jusqu’à ce que Jane, agitée soudainement d’une certaine motivation, se dresse brusquement face à lui, le surprenant. Les yeux écarquillés, il buvait chacune de ses paroles, non sans laisser échapper un grognement de mécontentement. Certes, il savait qu’ils finiraient par avoir cette conversation et c’était même ce qu’il souhaitait. Mais cette vague de reproche qui déferlait sur lui ne semblait pas vouloir s’arrêter. Le bouchon avait sauté, et il était engloutit sous un véritable flot de parole. La jeune femme semblait confuse, en vu de ce débit de parole plutôt impressionnant, et décousue. Cependant elle n’avait pas tord, bien que le jeune homme n’appréciait pas d’être considéré en partie comme fautif -fameuse histoire d’orgueil- il devait admettre qu’elle avait raison. Prenant une profonde inspiration, il savait à présent qu’il n’échapperait pas à cette conversation qu’il avait pourtant fuit pendant longtemps.
« Oui, et bien engager la conversation était pas si simple. Et puis tu peux parler toi, c’était quoi cette histoire de boucles d’oreilles ? Mais désolé si c’était trop conventionnel pour toi ! » « Bon sang, mais quel abruti », pensa-t-il de lui aussitôt après avoir répliqué. Se reprenant rapidement, il continuait de soutenir le regard de la jeune femme. « Pourquoi j’aurais tout les tords ? Tu ne m’as pas appelé non plus j’te signale. Je me remets en question, pas souvent, mais ça m’arrive, je t’ai d’ailleurs jamais demandé de partir, et si j’avais voulu t’éviter je serais aussi vite reparti, je peux courir très vite. » Décidément il continuait à se montrer idiot. Soufflant un coup, comme pour se donner du courage, il reprit plus calmement. Ils avaient beaucoup de chose à se dire, et le dire avec colère n’aiderait peut être pas. « Écoute, ça fait longtemps qu’on aurait du régler ça, mais aucun de nous ne s’était décidés à faire un pas vers l’autre. Pour être franc j’avais trop honte pour le faire, et toi c’était quoi l’excuse ? Et puis .. Non tu n’es pas la seule à regretter .. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




i can't find my words .. (JANE) Vide
Message(#) Sujet: Re: i can't find my words .. (JANE) i can't find my words .. (JANE) EmptyMar 10 Aoû 2010 - 16:57

... désolée XD



- Qu’… Non mais c’est ça, n’importe quoi… Ca, c’est de ta faute…
C’était bien l’une des manies de Jane que de parler à tort et à travers. Comme dit-on, Jane ne connaissait pas l’art de tourner sept fois la langue dans la bouche avant de l’ouvrir. Pourtant, cela lui aurait évité bien des maladresses. Il fallait qu’elle déverse tout sur le moment même, à l’instant où ça lui traversait la tête. Elle n’attendait donc même pas que Rafael ait terminé de s’exprimer pour commenter, certes, médiocrement et par le biais de multiples grognements, ce qu’il ne lui plaisait pas. Heureusement, elle se gardait bien de dire tous les ‘autres trucs’ qui lui parcouraient l’esprit, tous des détails inutiles qui lui sautaient aux yeux et ne dérangeaient certainement qu’elle. Comme le fait qu’un journal datant de la semaine dernière dépassait de la boîte aux lettres la plus proche, que d’affreuses racines brunes repoussaient sur le crâne de la bimbo qui venait de passer en voiture, que les lèvres de Rafael frémissaient alors qu’il ne parlait plus, que le bas de sa chemise était couverte de plis ou encore que son regard incroyablement bleu avait quelque chose d’accusateur qui rendait Jane mal à l’aise.
Oui, il y avait certaines choses qu’il valait mieux garder pour soi, même Jane y parvenait. Il y avait des choses bien plus importantes sur lesquelles elle devait se concentrer. En effet, la réelle conversation s’était enclenchée, celle que Rafael et Jane attendaient autant qu’ils redoutaient. «… je peux courir vite.» Elle eut bien envie de répliquer « Quoi ? Tu me reproches cette histoire de boucle d’oreilles alors que tu me parles de tes performances sportives ? » mais, ô miracle de la nature, Jane sentit de nouveau qu’il ne valait mieux rien dire et serrer les dents. Si elle continuait à jouer ce jeu, ils s’emporteraient tous deux dans une série sans fin de répliques plus ou moins cinglantes.
Cela se déroulait toujours ainsi entre eux. L’un enclenche la bataille et l’autre est incapable de la stopper net, ce qui provoquait une dispute... encore et encore. Leur entière relation était basée sur cette sorte de jeu, car ils se sentaient en quelque sorte, invincibles, sereins quand au fait qu’ils se retrouveraient mieux le lendemain… Cette trop sérénité les avaient conduits à leur perte, à cette séparation qui n’en était pas vraiment une, une rupture nette, sans cette « explication du lendemain ».

Le cœur de Jane se contracta étrangement, comme si il avait un tout petit peu été blessé par les paroles de Rafael. Il avait raison après tout, elle avait choisi de lui rejeter toutes les fautes par lâcheté. Elle choisit de ne pas croiser son regard lorsqu’elle réfléchit à ce qu’elle allait lui répondre, de peur de ne pas pouvoir supporter cette pression. Finalement, elle expira calmement afin de prendre la parole. Son corps s’était détendu, à tel point qu’elle en oublia la laisse qu’elle tenait entre ses doigts, qui glissa au sol. Le petit chien blanc et noir ne perdit pas une seconde pour s’enfuir à toute allure dans la pelouse de Mme Marshall.
- Texas ! hurla t-elle sans vraiment contrôler sa voix, provoquant ainsi, et comme souvent, l’attention générale des voisins.
Elle tira la manche de Rafael, comme pour l’entraîner dans sa poursuite, puis courut tant bien que mal à travers buissons et rosiers. Elle finit par attraper le fugueur et revint à l’encontre de Rafael, particulièrement irritée, un rictus de colère parcourant ses lèvres.
- Désolée.
Il avait fallu un moment pour installer cette atmosphère sérieuse de confessions, qui avait immédiatement été rompue par cet épisode douteux. Passablement essoufflée, elle avait oublié le petit discours qu’elle avait préparé dans sa tête, ce fût donc sans vraiment réfléchir qu’elle reprit, tentant de faire comme si rien ne les avait coupé.
- Je ne pense pas que l’un et l’autre ayons d’excuses. Je regrette vraiment et cette rupture brutale m’a fait beaucoup de mal. Mais nous savons que cette relation ne ressemblait à rien, alors à… elle soupira bruyamment. A quoi bon se lamenter ? acheva t-elle en serrant le poignet, à la fois pour retenir la laisse et pour contenir son émotion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




i can't find my words .. (JANE) Vide
Message(#) Sujet: Re: i can't find my words .. (JANE) i can't find my words .. (JANE) EmptyMer 11 Aoû 2010 - 17:56



Ne prêtant pas attention aux divers grognements, grimaces et autres protestations de la jeune femme, Rafael avait enfin réussit à dire ce qu’il avait tut pendant longtemps. Il avait beau être franc et avoir beaucoup de mal à retenir la moindre de ses pensées, lorsqu’il devait mettre carte sur table et parler sentiments, cela devenait nettement plus compliqué. Pourtant c’était arrivé plus d’une fois entre eux, les disputes furent nombreuses, et les excuses également. Mais celle-ci datait de bien trop longtemps, ils furent idiots tout les deux, n’avaient pas réagit comme des adultes. Ils étaient resté à bouder dans leur coin sans avoir le « cran » d’aller vers l’autre. Peut être était-ce de l’orgueil, c’était sans doute l’hypothèse la plus probable. Mais c’était également celle qui dégoutait le plus le jeune homme, ne parvenant pas à encaisser que sa relation avec Jane avait prit l’eau, et ce par orgueil. Ce n’était pas contre elle qu’il était en colère, mais plutôt contre lui-même, elle avait bien trop souvent fait la démarche de revenir vers lui, bien plus souvent qu’il n’était parvenu à le faire. Cette fois-ci, elle n’avait pas réussit, il lui aurait donc fallut se montrer simplement moins bête, et il l’aurait retrouvé comme toutes les fois précédentes. Un cours silence s’était installé une nouvelle fois entre eux, tandis qu’il fixait la jeune femme de ses prunelles glaciales. Il n’attendait qu’une réponse, il avait consentit à avoir cette explication qu’ils repoussaient depuis tant de temps. Toute cette histoire aurait mérité d’être tiré au clair bien plus tôt, mais voilà, cette fois-ci l’un comme l’autre avait perdu, et ce bêtement. Il vit la jeune femme entrouvrir les lèvres, elle s’apprêtait enfin à poursuivre, mais ce ne fut sans compter sur le chien qui avait eut un soudain besoin d’attention. Le chien se fit rapidement la male, tandis que Jane eut sans doute l’espoir de le ramener à elle en l’appelant avec agressivité. Sa voix portait loin c’était incontestable, mais elle avait plus attiré l’attention des voisins que celle de l’animal. Mais comme à son habitude, c’était le cadet de ses soucis. Tirant la manche du jeune homme comme pour lui ordonner de par ce geste de la suivre, elle finit ensuite par courir à la poursuite, suivit de près par Rafael, qui avait une fois de plus consentit à la suivre. Après tout, ils avaient une conversation importante sur le feu, il n’allait pas saisir bêtement une occasion de s’enfuir, alors qu’il était plus que probable qu’il serait amené à la croiser souvent dans le coin. Non loin derrière elle, elle finit par revenir vers lui, le chien se tenant sagement au bout de la laisse qu’elle tenait à présent fermement. Rafael n’était pas particulièrement ravie par la tournure des événements, et bien qu’il semblait ostensiblement irrité, il n’en dit rien, et se contenta d’opiné du chef lorsqu’elle lui présenta des excuses. Elle reprit très rapidement la parole, comme si de rien n’était, réinstallant une atmosphère plus pesante entre les deux exs. Pourtant Rafael ne s’attendait pas du tout à ce qu’elle l’assène de tel propos. Bien qu’il ne doutait pas de ses regrets -qu’il partageait- bien qu’il ne doutait pas non plus du mal que ça avait pu lui faire, étant donné que lui-même ne l’avait pas bien vécu non plus. Il n’aurait pas pensé entendre de sa bouche que leur relation « ne ressemblait à rien ». Il n’avait pas été facile et lui en avait fait voir de toutes les couleurs et il le savait bien, elle s’était montrée patiente face à ses excès de colère, face à la distance qu’il pouvait mettre entre eux, pour se rapprocher d’elle le lendemain. C’était difficile pour elle de savoir sur quel pied danser avec Rafael, et s’ils se disputaient c’était bien parce qu’ils tenaient l’un à l’autre. Jane espérait, et à raison, que Rafael se décide enfin. Quant à lui, il persistait à lui demandait du temps encore et encore. C’était probablement plus sa propre faute que la sienne, et bien que leur relation ait été compliqué, il n’aurait pas cru qu’à ses yeux, elle n’avait pas réellement de sens. « C’est-ce que tu penses ? » Lui demanda-t-il, sa voix trahissant la colère qu’il ressentait à cet instant. Il préférait nettement montrer cette facette, que la déception qu’il ressentait dans l’immédiat. Expirant doucement, il finit par s’apaiser et reprendre plus calmement. « J’regrette que ça se soit terminé comme ça, j’ai pas été facile à vivre, et j’aurais au moins put revenir vers toi. Je sais pas si on a des excuses ou non. Je sais pourquoi j’ai réagit comme ça, et que ça soit valable ou non j’en sais rien .. » Passant sa main sur sa nuque, il n’aimait pas vraiment avoir ce genre de discussion, il y était pourtant obligé, mais n’était pas particulièrement à l’aise avec l’idée de déballer ses sentiments. « C’était peut-être pas une relation commune. Mais je n’aurais pas dit que ça ne ressemblait à rien .. » Sa voix se brisa, tandis que son regard se perdait dans le voisinage. Sa lassitude et déception s’était ressentit à travers l’intonation de sa voix, bien qu’il avait fait son possible pour le masquer.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





i can't find my words .. (JANE) Vide
Message(#) Sujet: Re: i can't find my words .. (JANE) i can't find my words .. (JANE) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

i can't find my words .. (JANE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-