AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 it's fine in hell, boy, it's fine with you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité




it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: it's fine in hell, boy, it's fine with you it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 EmptyMar 8 Juin 2010 - 22:03

    Des fois je fais des choses stupides, mais vraiment stupides, et le pire c'est que je m'en rends compte en même temps que je les fais et que je continue. Quand on était dans la voiture, je savais que c'était pas le moment de lui faire des confessions personnelles, et pourtant je lui avais dit que je l'aimais. Les deux de derrière m'énervaient à roucouler, ils faisaient pas grand chose mais juste les voir se tenir la main me sortait les yeux de la tête. Ils étaient pas obligés de nous étaler leur bonheur à deux balles, mais ils s'en donnaient à cœur joie à chaque fois que je leur faisais une remarque, Lizzie en rajoutant une couche. J'étais à cran à cause d'eux, Dakie était à cran à cause de nous, et j'avais fait la connerie suprême. Mais quoi, j'aurai du me taire, continuer comme si de rien n'était? C'était venu comme ça, l'envie de lui dire, et je l'avais dit. C'était pas compliqué, complètement stupide mais pas compliqué.

    J'avais beau serrer fort, Dakie se dégagea avant de me répondre. Je me prends pour le centre du monde ? Oh !! Excusez-moi, mon bon roi… Il est vrai que tu ne te prends pas pour le nombril du monde j’avais oublié. Je dis des choses au hasard ? Et bien prouve le moi que j’avais tord !! Prouve-moi que tu assumes ce que tu disais ! Il avait repris assurance, m'engueulant presque avec son ironie qu'il ne cachait même pas. Il était en colère, ça se voyait, je le comprenais, mais ça m'énervait quand même. J'avais pas l'habitude qu'il s'en prenne à moi, c'était plutôt contre les deux autres qu'il en avait, comme moi en fait. Avec Dakie je m'étais toujours bien entendu, c'était avec John et Lizzie que ça faisait des étincelles. Oh !!!! Mais oui !! Ce n’est qu’un jeu de plus entre toi et John, bien sur !! « Lequel des deux pourras faire tourner le plus longtemps Dakota pour un abruti ? » Tu veux que je te dise ? Tu es le grand gagnant !! Là il était énervé pour de bon, et ça me plaisait pas trop. Je l'avais jamais vu dans un état pareil, même quand on était tous les quatre en train de s'étriper les uns les autres. Dakie avait toujours été capable de se retenir, d'apaiser les choses entre nous, mais là il pétait littéralement les plombs. On aurait dit qu'il avait tellement de choses de contenues qu'il fallait qu'il explose, et que c'était ce qu'il était en train de faire. Il ressortait les vieilles histoire, moi et John en train de le faire tourner en bourrique, nos vieux paris stupides que l'on recommençait à chaque fois vu que celui qui perdait voulait toujours sa revanche. C'était une fois l'un, une fois l'autre. Il était têtu, j'avais la rage de vaincre. Quand on était en compétition, personne pouvait nous arrêter. Et Dakie voyait ça comme un jeu de plus? Mais s'il avait été l'enjeu, on l'aurait mis à terre depuis bien longtemps, il faisait pas le poids, trop gentil. Quoi que, vu qu'il était en train de laisser sortir son côté obscur, il avait peut être une chance maintenant...

    Donc tu veux que je reste juste à la fin de ton explication, je reste ! Vas y je t’écoute ! Il avait l'air décidé, sûr de lui, j'aimais ça. Je l'avais toujours dit, ce qui lui manquait c'était une motivation, un truc qui le pousserait à s'accrocher. J'avais eu l'impression d'en voir un début en arrivant sur le terrain, alors qu'il enchainait les panier, et là c'était vraiment ça. Dakie avait éclaté et c'était peut être pas plus mal pour lui. Je savais pas ce que ça pourrait donner, peut être pas un truc très joli au final, mais il pouvait pas continuer à jouer l'enfant éternellement. C'était plus un gamin, il fallait qu'il arrête de se comporter comme s'il avait toujours 8ans dans un monde où tout le monde est méchant autour de lui.

      T'arrête un peu de te faire passer pour la victime? A t'écouter on dirait qu'on a fait de ta vie un enfer avec John!

    Je soupirai, j'en avais marre qu'il mêle tout le temps John à tout et n'importe quoi. John par ci, John par là. Il avait été amoureux de lui et ça ressortait à tout bout de chant. On s'en foutait de John, il était parti alors qu'on l'oublie!

      Et, ouais, si je suis le gagnant c'est parce que j'ai décidé de revenir, et pas de me terrer dans un trou à rats comme il a décidé de le faire, au Nouveau-Mexique ou j'sais pas trop où! Si j'assumais pas, tu crois vraiment que je me serais amusé à revenir ici, à venir te voir toi en premier? J'y crois pas...

    Il m'écoutait, et j'avais pas l'intention de le laisser continuer à penser n'importe quoi juste parce que ça faisait du bien à son égo ou à sa vision des choses. Il me disait que j'assumais pas, mais pour quoi il me prenait. Il voulait quoi, que je lui file le patin de sa vie sur ce terrain de basket, que je paye un avion pour tracer dans le ciel un immense "Dakie je t'aime", que je lui offre des bouquets de fleurs?! J'assumais pas à ses yeux, mais qu'est-ce que je n'assumais pas?

      Ça fait 4 ans Dakie, putain 4ans, et vous êtes encore tous là à rabâcher ce qui s'est passé le jour de cet accident, comme si y s'était rien passé depuis pour vous!

    Je parlais vite, et fort, les yeux passant de son visage aux arbres derrière, puis au ballon qui trainait tout seul dans un coin. Tiens, on l'avait oublié celui-là... Plus trop le cœur de jouer en même temps, Dakie avait tout gâché avec ses jérémiades.

      Si tu trouves que j'assume pas, comme t'es en train de le dire, c'est peut être aussi parce que t'es trop borné pour t'en rendre compte! Je te l'ai dit dans la voiture, je te l'ai répété, je vois pas ce que je peux faire de plus... Je suis pas ta petite amie, alors arrête de me faire ton cinéma juste parce que les choses se passent pas comme tu le voudrais!

    Non, j'étais pas sa petite amie, et j'avais pas l'intention de le devenir. S'il comptait sur moi pour lui faire une mignonne petite déclaration en rougissant avant de lui préparer des cookies en forme de cœur pour lui rappeler mon amour à la Saint Valentin il valait mieux qu'on stoppe les dégâts là. J'étais pas une fille, j'avais rien d'une fille, alors ses illusions romantiques il pouvait faire une croix dessus. Il me connaissait, il devait quand même bien avoir une idée de ce à quoi s'attendre avec moi depuis le temps! Ou alors y'avait vraiment un problème, plus gros encore que ce que j'avais pu imaginer...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: it's fine in hell, boy, it's fine with you it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 EmptyMar 15 Juin 2010 - 22:53

Dakota avait le visage fermé, il avait toujours été le suiveur, il n’avait que très rarement voulus se mettre en avant auprès des deux autres gars que formait le groupe. Il aimait prendre le rôle de la petite victime, celui qu’on aimait plaindre et les autres se faisaient punir. Dakota était toujours le petit garçon sage et les autres étaient ceux qui l’influençaient. Dakota écoutait les paroles de son ami, il avait du mal à garder son sérieux quand Aaron se comparait à une fille. Aaron se faisait des films comme toujours, si Dakota avait du mal ce n’était pas le seul apparemment.

« Aaron !! Arrête de te comparer à « ma petite amie »

jamais j’ai demandé à te comparé et je n’ai jamais voulus te comparer à qui que ce soit à par toi. Et ne parle pas pour moi, tu ne sais pas ce que je peu imaginer ou non ! Donc le jour où tu parleras une nouvelle fois pour moi, demande avant de dire de telles conneries ! »
Dakota s’approcha d’Aaron avant de lui murmurer quelques choses au creux de l’oreille ce reculant un instant, puis avec un petit sourire il dit.

« Notre première dispute ? C’est vraiment sympa de sortir avec toi on va s’éclater tous les deux. »

Dakota avait changé de fusil d’épaule, Aaron était amoureux et bien il pouvait l’être après tout. C’était plutôt flatteur pour lui. Il souriait voulant apaiser les choses et ne voulait pas perdre son ami, même si pour la personne en face, il le voyait autrement.

« Aaron tu aimerais venir manger chez moi ce soir ? »

Dakota avait un sourire, il voulait retrouver son ami pour le moment après les sentiments pourraient naitre, pour le moment il avait envie de profiter et de profiter du retour de son ami. Ce qu’il venait de lui annoncer, changerait certainement pas mal de chose entre eux, mais pour le moment Dakota ne préférait plus trop y penser et continuer de vivre sa petite vie, tout en sachant que son cœur peut de nouveau s’ouvrir à un nouvel amour. Un amour qui sera encore une fois différent et peut être meilleur pour lui dans de nombreux point.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: it's fine in hell, boy, it's fine with you it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 EmptyMer 16 Juin 2010 - 22:49

    J'avais compris un jour que j'étais amoureux de Dakie. Parf, comme ça, c'était devenu évident. Les mecs de manière générale ne me plaisaient pas, je trouvais même ça assez dégueulasse d'en voir deux ensemble, mais j'étais amoureux de lui. Je pouvais pas craquer pour un mec, c'était pas possible, pas moi! J'étais pas gay! C'étaient les filles qui me plaisaient! Même si j'avais mis du temps à m'intéresser à elle, depuis la première avec qui j'étais sorti j'avais compris que c'était vraiment mon truc. Pourtant les autres mecs continuaient à ne pas me plaire. Je ne me retournais jamais en en croisant un dans la rue, ça ne me serait jamais venu à l'idée d'aller en aborder un à la terrasse d'un café ou dans un magasin, et encore moins d'en profiter pendant que le restant de l'équipe se trouvait dans les vestiaires. J'étais obligé d'y croire, mais je ne comprenais pas. Et quand Dakie était en face de moi, en train de faire ses anneries habituelles, il me tapait sur les nerfs plus que d'habitude. C'était pas sa faute, mais le moindre truc de sa part me sortait des yeux. Alors j'avais fait la première chose idiote d'une longue liste, j'avais plaqué l'équipe de basket. J'avais quasiment que ça dans ma vie, mais je pouvais plus continuer à le voir aussi souvent. C'était soit ça, soit je faisais une connerie que je risquais de regretter encore plus. Mais même ça, ça avait pas marché puisqu'il venait me retrouver dès son entrainement terminé, à me demander de jouer un peu avec lui, d'échanger quelques balles, et ça changeait rien du tout. A choisir, j'étais retourné dans l'équipe. Dans tous les cas je continuerai à l'avoir dans les pieds, alors tant qu'à faire que je me fasse un peu plaisir en reprenant mon poste de capitaine. Le basket me vidait la tête, c'était tout ce que je demandais.

    Dakie m'avait écouté sans rien dire, l'air de cogiter dans sa petite tête. Je savais pas ce qui pouvait se passer dedans, mais apparemment ça marchait à toute vitesse, et il éclata vers la fin. Aaron !! Arrête de te comparer à « ma petite amie », jamais j’ai demandé à te comparer et je n’ai jamais voulu te comparer à qui que ce soit à part toi. Et ne parle pas pour moi, tu ne sais pas ce que je peux imaginer ou non ! Donc le jour où tu parleras une nouvelle fois pour moi, demande avant de dire de telles conneries ! Ah ouais, c'était fou ce qu'il était bien placer pour me faire des remarques là dessus, lui qui avait commencé le premier à dire ce que je pouvais penser. Il savait pas ce que je ressentais, il le savait pas avant que je le lui dise, et maintenant il me faisait la leçon. Au moins ça avait eu l'air de le calmer, je m'en plaignais pas vu que discuter avec quelqu'un qui me gueulais dessus m'aurait pas vraiment arrangé. Et puis il s'approcha pour me murmurer quelque chose à l'oreille, trop vite pour que je me recule avant de comprendre ce qu'il voulait faire. Il était sérieux? Et maintenant il souriait, comme s'il y avait rien eu. Notre première dispute ? C’est vraiment sympa de sortir avec toi, on va s’éclater tous les deux. Il me souriait, l'air de vouloir passer à autre chose, et je trouvais ça suspect. Je venais de lui dire que je l'aimais, il m'en faisait toute une histoire et puis s'arrêtait d'un coup? Et donc il voulait qu'on sorte ensemble? C'était bizarre, mais je m'étais jamais vu avec lui. Bon, c'était peut être encore plus idiot de lui faire une déclaration si c'était pour continuer à sortir avec d'autres filles, mais je me voyais mal aller au ciné avec lui, ou faire quoi que ce soit que peuvent faire les couples. Juste le fait de repenser que je l'avais embrassé... Qu'est-ce qui m'avait pris, j'étais vraiment inconscient ou quoi? Il m'avait fallut tout ce temps pour comprendre, plusieurs années si l'on partait du tout début, et je savais pas où je voulais arriver. Ça avait pas changé, je l'aimais. Au moins avec ce coma je m'étais pas réveillé avec des idées qui avaient viré de bord, mais j'avais maintenant un nouveau problème puisqu'il avait l'air disposé à essayer quelque chose avec moi. J'y avais pas réfléchi. Peut être que c'était de ça qu'il parlait, en disant que j'assumais pas. Ouais, j'assumais mes sentiments, mais pas ce que ça amènerait. Dakie avait l'air content en tout cas, et le voir se calmer m'avait calmé moi aussi. Il avait une sorte de don comme ça, il arrangeait toujours la situation quand il était là, même sans rien dire. J'avais oublié ça. Aaron tu aimerais venir manger chez moi ce soir ? Il me souriait, l'air gentil. Je savais pas quoi répondre et tournai une nouvelle fois la tête vers la route. Ça devenait une manie, mais à chaque fois que je savais pas quoi dire c'était ce que je faisais. Pas de chance, avec Dakie je savais de moins en moins quoi dire.

      J'en sais rien...

    J'avais envie d'aller manger avec lui, de passer du temps avec lui, mais c'était ce que ça impliquait qui me plaisait moins. Est-ce que ça voulait dire qu'on allait devenir un couple, est-ce qu'on sortait ensemble là? Pourquoi est-ce qu'on pouvait pas juste se contenter de reprendre les choses là où elles étaient, moi avec une jolie fille dans mon lit, lui avec son cousin ou je sais pas trop quoi à éduquer, Lizzie avec son resto et sa mauvaise humeur, Patti avec son chéri et sa carrière en construction... Ca aurait été simple, mais il fallait qu'il complique les choses. Enfin c'était pas sa faute, il faisait les choses comme tout le monde, il y avait que moi pour vouloir les arranger à ma façon, à l'inverse de ce qui se faisait normalement. Et le truc, c'était que là j'étais responsable. Dakie avait ses soucis avec l'accident, sa culpabilité et tout et tout, et là je lui en avais surement rajouté une couche. Bon, il savait ce qui s'était passé, mais le connaissant il devait s'imaginer que j'avais beaucoup souffert de mon amour pour lui. Il avait toujours été plus romantique que moi, et le fait qu'il ait demandé son ex en mariage comme il me l'avait raconté l'avait bien prouvé.

      Tu vas trouver ça con, j'en suis sûr, mais je sais pas ce que je veux, et je trouve ça flippant. Je te dis que je t'aime, mais je sais pas ce que j'attends de toi... En fait, je suis en train de devenir comme toi...

    Je compliquais les choses, bien sûr, mais j'avais rien prévu et là Dakie avait l'air de mieux gérer que moi. C'était chiant de se retrouver en face de quelqu'un qui pour une fois menait la situation, alors que ça avait toujours été moi, ou John à la rigueur.
    J'avais pas peur, mais j'avais pas envie de repartir dans une explication à n'en pas finir, comme je savais que Dakie en était capable. Moi pas. Parler ça avait jamais trop été mon fort, et là je savais que ça risquait de vite tourner en rond...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: it's fine in hell, boy, it's fine with you it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 EmptySam 19 Juin 2010 - 21:10

Dakota avait toujours été un garçon tendre et romantique, il y avait eu quelques filles aux lycées, jamais très sérieux, puis il y avait eu les sentiments pour John qui étaient venus tout déclencher, il se sentait perdu, ne comprenant pas ce qu’il pouvait y faire, au début il tentait de les réprimer puis les sentiments pour Lilianna, bien plus compliqué comme situation il avait toujours eu du mal à lui avouer ces sentiments mais après un moment, il lui avait tout dit, elle l’avait écouté et était resté près de lui quand même. Après nous connaissons l’histoire, Dakota demandant Lilianna en mariage, lui rentrant sans elle. Le jeune homme avait eu une explication également avec John, nous en serons peut être un peu plus dans quelques temps, Le jeune homme ne semble pas vouloir dire quoi que ce soit sur son périple au Nouveau-Mexique. Le retour d’Aaron avait soufflé pleins d’ancien problème, de vieux démons qui avait doucement disparu pour laissé place à d’autre problème. La solution de la fuite était encore une fois la solution ? Il avait disparu un mois avec Jack, il savait pertinemment qu’il devrait affronter de nouveau les problèmes à son retour, sauf que à son arrivé, on lui avait expliqué que Aaron était parti également, ce qui dans un sens l’avait rassuré, il était partit, il ne reviendrait peut être pas ?

Dakota fut rassurer de savoir que son ami était loin de lui. Quand lui, était de retour dans le quartier, mais il s’en voulait également de devoir penser comme ceci. Même depuis son retour, lui qui avait l’habitude régulièrement de voir comment se déroulait les affaires dans le restaurant, il ne l’avait pas fait depuis un moment. Le restaurant que sa mère lui avait confié avant de partir pendant une longue période sans réelle explication. La décision qu’il avait d’ailleurs pris en apprenant qu’il était le nouveau propriétaire avait été d’augmenter tous les salariés et de nommer Gérante du restaurant son amie d’enfance Élisabeth. Il n’avait fait que ça pour le restaurant en étant directeur. On lui avait imposé de reprendre une vie, qu’il n’avait pas spécialement envie de faire, il ne voulait pas suivre les traces de sa mère, il ne voulait pas devenir gérant d’un restaurant, il n’avait pas envie de faire le tour du monde à la recherche des meilleures saveurs ou d’autres choses sans réel valeur pour lui. Il y avait eu également envie de faire de la photographie, il a était pendant une courte période mannequin pour un boite, mais après plusieurs séance, la aussi il avait décidé d’arrêter et de ce concentrer essentiellement sur lui, sur le sport, sur les cours de théâtre qu’il prenait depuis peut avec Parfaite et avait décidé de se mettre à la photographie, il avait décidé de vivre pour lui sans vraiment penser à ce que les autres pourraient dire sur lui ou non. Dakota avait réfléchis sur tout ce qu’il avait entrepris et ce qu’il avait abandonné au cours des dernières années. Il avait décidé de faire ce qu’il avait envie et avait arrêté de vouloir faire plaisir à tout le monde. Le jeune garçon avait donc plusieurs choses en tête pendant que son ami lui expliquait ses sentiments, il avait décidé d’être un peu joueur, taquin avec lui. Les réponses qu’il lui apportait actuellement, ne le choquèrent pas plus que sa quand il lui expliqua qu’il ne savait pas ce qu’il voulait, Dakota garda un léger sourire.

« Aaron… je ne vais pas te demander quelques choses qui pourrait te mettre dans une situation délicate. Tu es mon ami et c’est ce qui compte le plus pour moi. Ne te prend pas la tête avec tes sentiments. »

Dakota savait parfaitement de quoi il parlait, c’était à cause des sentiments qu’il avait souffert et avait également fait souffrir des personnes qui comptait pour lui, Dakota ne ressentait pas d’amour pour Aaron, ils étaient amis, peut être que leurs relations allaient changer, mais ce n’était pas le moment de se prendre la tête, il fallait profiter et vivre le moment présent. Dakota aura mis du temps avant de le comprendre, mais les quelques minutes lui auront fait comprendre que le mieux, c’est de profiter de la vie sans trop se poser de question.

« Je pense qu’il est préférable pour toi de m’oublier, et de retrouver ta vie d’avant. »

Dakota parlait à Aaron, d’une voix calme, il avait perdu toutes forme d’expression dans sa dernière phrase, il savait parfaitement ce que pouvait ressentir Aaron, et il n’avait pas envie d’être à l’autre place. Il ne voulait pas le faire souffrir et il ne voulait surtout pas souffrir. Lors de cette rencontre Dakota était passé par tous les stades, mais ce fut grâce à cette conversation qu’il avait comprit, qu’il ne devait plus se contenter d’attendre l’amour parfait, l’amour parfait n’excitait pas, il était tombé de son nuage et avait compris qu’il n’attendait plus rien de l’amour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: it's fine in hell, boy, it's fine with you it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 EmptyMer 23 Juin 2010 - 22:59

    Je n'avais jamais parlé à qui que ce soit des sentiments que je pouvais avoir pour Dakie, même pas à mon psy qui avait pourtant eu l'air de se douter de quelque chose. J'évitais pas consciemment le sujet, mais je ne parlais pas de ce que je lui avais dit, ni de ce que j'éprouvais pour lui. Mon psy de Portland avait pourtant compris qu'il y avait quelque chose à creuser un jour que je m'étais emballé tout seul sur celui que j'avais présenté comme "juste un ami". Qu'est-ce qu'il voulait que je lui dise? Ouais, la vérité sûrement, mais ça m'aurait pas servi, ni fait avancer les choses. J'avais pas de problème là dessus, alors pourquoi m'en créer? Il avait pourtant essayé de revenir plusieurs fois sur le sujet, insistant encore et encore, et à chaque fois j'avais dit que je ne voulais pas en parler. Il me disait que c'était pas grave, mais je voyais bien que pour lui c'était un point à éclaircir et que le fait que je m'entête à ne pas le faire ne lui plaisait pas trop. D'ailleurs, c'était presque sûr que c'était pour ça que le fait que je parte et arrête ma thérapie lui avait autant déplu. Mais bon, c'était ma vie alors qu'il en pense ce qu'il voulait, c'était pas lui qui allait me faire changer d'avis. Il avait essayé, bien sûr, mais ça servait à rien, et on le savait tout les deux. J'avais au moins eu la chance de tomber sur un psy pas trop con, du genre à me sortir des tâches d'encres et à me demander ce que je pouvais voir dedans. Quand le médecin en chef m'avait dit que j'allais suivre une analyse c'était à cause de ça que j'avais voulu refuser. Si c'était pour agir comme un gamin et faire du coloriage, qu'ils me laissent le faire à l'extérieur, sans quelqu'un sur mon dos! Je voulais pas qu'on me contrôle, qu'on se mêle de mes affaires. J'étais pas spécialement distant avec les gens, mais je tenais pas à participer à leur cirque habituel, à dire des trucs idiots et inutiles juste pour faire bien. C'était justement pour ça que les choses marchaient entre Dakie et moi. Y'avait des fois où il me tapait sur le système, mais dans l'ensemble ça se passait bien, y'avait pas besoin de faire de grands discours pour se dire un truc tout simple, pas de peur du silence. Y'avait pas à faire semblant en fait, il y avait qu'à se laisser aller.

    Aaron… je ne vais pas te demander quelques choses qui pourrait te mettre dans une situation délicate. Tu es mon ami et c’est ce qui compte le plus pour moi. Ne te prend pas la tête avec tes sentiments. Dakie avait l'air calme, serein, et c'était bizarre qu'il prenne les choses aussi bien. Bon je lui en voulais pas, il serait encore parti que ça m'aurait gonflé, mais là c'était bizarre. Ou alors il tentait autre chose, d'arranger les choses comme elles étaient avant, pour qu'on reparte sur de meilleures bases. J'avais pas envie de tout faire foirer, et c'était ce que j'étais en train de faire. Pour la première fois je me rendais compte qu'on pouvait vraiment hésiter face à un choix, que tout allait pas forcément toujours de soi. Pour moi il n'y avait toujours eu qu'une seule solution, celle que je prenais, et puis je voyais après ce que ça apportait. Avec les filles c'était facile. Une sortie ou deux, si elle s'accrochait un peu trop je lui faisais comprendre qu'il fallait pas qu'elle s'attende à quoi que ce soit de définitif de ma part, et si elle se comportait bien on s'amusait à prendre du bon temps sans se prendre la tête. Mais avec Dakie je pouvais pas faire ça, et ce que c'était chiant. Je pouvais pas juste lui dire "je t'aime" et passer à autre chose. Je pouvais pas juste coucher avec lui et retrouver quelqu'un d'autre le lendemain. Il y avait ce côté très "gentil petit garçon romantique" chez lui que j'avais toujours trouvé très amusant, à l'opposé du mien, et là ça me jouait des tours. Je pouvais pas agir avec lui comme avec les autres, c'était franchement flippant. Avec lui y'avait pas de jeu à jouer, pas de but à marquer, juste lui et moi.
    Je pense qu’il est préférable pour toi de m’oublier, et de retrouver ta vie d’avant. Dakie venait de perdre son petit sourire, mais restait toujours fidèle à lui même. Quoi? Non!

      Non! Et puis d'abord quelle vie? J'ai passé quasiment cinq ans dans le coma, et au final je ressens toujours la même chose pour toi, alors ça y changera rien...

    Les choses étaient plus simples avec lui, et puis plus compliquées parfois. On avait passé je sais pas combien d'heures, sur un terrain de basket ou vautrés sur le canapé de l'une ou l'autre de nos maisons, sans rien dire, mais on se comprenait. Il suffisait que je lève la tête, ou qu'il fasse un geste, et c'était bon. Là je tournais en rond. On parlait, mais ça donnait rien, et puis j'avais l'impression de m'enfoncer dans un truc que je maitrisais pas. Les sentiments déjà, et puis ce que j'attendais de la suite. Si c'était pour ressembler à Elton John c'était pas la peine. Mais peut être qu'autre chose en valait la peine.
    Je serrai le poing de ma main droite, comme pour me donner du courage. Courage de quoi? J'en savais rien. Mais je devais arrêter d'agir comme un ado effrayé par tout et n'importe quoi. Je l'avais pas été à 14 ou 15ans, alors là ça serait vraiment ridicule. Ça ou pathétique, je savais pas lequel des deux l'emportait sur l'autre. Et je plantais mes yeux dans les siens, parce que j'étais sûr, que j'assumais et que je voulais qu'il le comprenne.

      Je sais pas ce que j'attends de toi, je sais pas ce que j'attends d'une relation avec toi, mais même si c'est bizarre je crois qu'il faut qu'on essaie. J'ai pas envie d'avoir de regrets. Donc ouais, je veux venir manger chez toi ce soir.

    Et puis d'un coup je réalisai, en même temps que je parlais, un truc qui aurait du me sauter aux yeux plus tôt; mais ça avait pas été le cas plus tôt. Un truc encore plus bizarre peut être que le fait de découvrir l'angoisse de cette stupide indécision, c'était les réactions de Dakie depuis le début. Ça avait pas l'air de trop le choquer tout ça, à croire qu'il s'en était douté... Non, s'il était gay c'était normal que ça le perturbe pas plus que ça de voir un autre mec lui faire une déclaration et que soit juste le fait qu'on soit en plus d'anciens amis qui l'ait gêné. Mouais, ça se tenait à peu près...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: it's fine in hell, boy, it's fine with you it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 EmptySam 26 Juin 2010 - 16:42

Dakota n’aurait jamais imaginé avoir ce genre de conversation avec Aaron, il aurait aimé il y à un temps entendre ce genre de chose d’une autre personne. Bien qu’aujourd’hui cette personne était loin de l’étudiant en sport ce dernier repensait à lui quelques fois, plus pour les même raisons et les même motifs, mais il n’allait pas lui en parler, surtout après ce qu’il venait de lui dire. Aaron l’aimait, Dakota trouvait sa bizarre, il voulait avoir de nouveau confiance en l’amour, mais c’était quand même Aaron en face de lui, ce n’était pas n’importe qui, il voulait retrouver son ami avant de penser à quoi que ce soit d’autre. Dakota bien que physiquement imposant et plutôt beau physiquement, d’après de nombreuses personnes qu’il côtoyait, pourtant il avait toujours ce sentiment de ce sentir inférieur, de se sentir faible. Il a toujours eu ce complexe par rapport à lui d’infériorité, il avait du mal à comprendre comment Aaron avait pu devenir ami avec lui et maintenant il avait du mal à croire qu’il pouvait ressentir autre chose. Dakota a pendant longtemps cachait et encore aujourd’hui, le fait qu’il était boulimique, il avait eu des passages en anorexies, mais quand il ne sentait plus capable, il avait cette sensation avec la nourriture qui le soulageait par moment, il avait repris du poids mais avait toujours fait attention de ne jamais dépasser un stade, qui pour lui serait critique. Dakota avait donc un peu de mal avec ce genre de sensation qu’il éprouvait en ce moment, il avait tellement réfléchis à différente option, qu’il n’avait pas vraiment compris quand son ami lui avait dit qu’il l’aimait et avait donc préféré l’oublier après l’accident. Car qu’est ce qu’il se serait passé si, l’accident n’avait pas eu lieu ?

Il ne fallait qu’il pense à ce genre de question pourtant, il n’arrête de tourner autour de ce sujet, si il voulait vraiment s’ouvrir aux autres, il devait comprendre que le passé n’était pas forcement bon d’y replonger, de plus toutes les personnes qui avait subis cette accident était tous vivant, et avait repris une vie quasiment normal, enfin au yeux de Dakota. Lizzie semblait allé mieux cas une certaine époque, malgré ce qu’il y à eu avec John, ce dernier est toujours bien vivant même si il a préférait fuir pour des raisons qui ne sont pas très claire pour le moment, et Aaron qui lui dit ce qu’il ressent pour lui. Troublant, Dakota était intrigué par les mots d’Aaron puis après un moment, l’étudiant en sport releva la tête fixant un instant ces baskets, il avait vraiment à quitter ce stade d’adolescent, celui ou John, Aaron et sa mère le protégeait contre tous et n’importe quoi.

« Tu sais que j’invite mon ami, ce soir… Hein ? Tu auras tous le temps pour tenter quoi que tu es envie à partir de demain. Ce soir j’ai besoin de mon ami, rien de mon ami. »


Dakota s’arrêta un instant pour retrouver un petit sourire, il s’apprêtait a sortir une petite réflexion.

« Je t’avais bien que de sortir avec Garbage te dégouterait des filles, tu n’as pas voulus m’écouter… »

C’était une blague pour détendre un peu les nerfs du pauvre jeune garçon qui était passé par plusieurs états émotionnels. Il était devenu ami avec Parfaite et avait eu de longue conversation avec elle sur plusieurs sujets intéressent. Depuis qu’elle était avec Basil la relation entre Dakota et Parfaite avait beaucoup changé.

« Je te laisserais également « la chance » de parler avec Lizzie, car il va bien falloir la mettre au courant des évènements dans ta vie, il sera clair de toute manière qu’il ne se passera rien temps que vous n’aurez pas eu tous les deux, une discussion claire sur ce que tu ressens pour elle. »

Dakota était près à « perdre » Aaron, mais il se devait d’être sur et il valait pour Dakota comme pour Aaron, qu’il soit sur des sentiments qu’il éprouvait pour lui ou pour Lizzie avant de prendre une décision. Car Dakota savait ce qu’Aaron avait pu ressentir ou ce qu’il pouvait ressentir peut être pour la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: it's fine in hell, boy, it's fine with you it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 EmptySam 26 Juin 2010 - 23:23

    C'était fait, Dakie était au courant de tout, avait tout accepté. J'avais fait du bon boulot quand même, j'aurai pas cru que ça puisse si bien se passer. Je savais même pas qui était le plus étonné de lui et moi. Moi qu'il accepte si vite, lui du genre de révélations que j'avais à lui faire, mais on avait trouvé une bonne sortie de crise. Mon psy aurait été fier de moi. Ah non mais pourquoi je pensais à lui maintenant?! Ça lui avait pas suffit de me poser tout un tas de questions sur tout et n'importe quoi, même il lui fallait en plus continuer à se mêler de mes affaires depuis l'intérieur de ma tête? Fallait que je me calme, là je délirais. Mais c'était tellement bizarre d'avoir Dakie sous les yeux, de me dire que c'était pas un rêve et que maintenant j'allais voir ce qui pouvait se passer pour de vrai avec lui... Il me restait rien de mes années de coma, toute façon j'étais à l'état de légume donc j'avais pas grand chose à me souvenir, mais à partir du moment où j'avais retrouvé mes esprits il avait été là. Quelques rêves aussi, mais surtout le moment de l'accident que je revivais encore et encore. Ca arrivait quand même moins depuis mon premier retour à Ocean Grove, peut être parce que je m'étais rendu sur les lieux et qu'ils avaient changé, une route ayant été construite là où il n'y avait eu pour nous qu'un ravin. Si cette route avait été là ce fameux soir, peut être qu'on se serait pas écrasé, qu'on aurait juste eu la plus belle trouille de notre vie et puis voilà. Et je savais pas ce que je préférais, que tout ce soit finalement bien arrangé malgré quelques petits soucis de parcours, ou qu'on ait eu la possibilité de s'en sortir sur le moment sans savoir ce qui aurait pu nous arriver après. Bah, ça servait à rien d'y penser, ça c'était fait comme ça et puis voilà. Bon, 4ans de coma c'était pas une partie de plaisir, mais c'était fait et passé alors maintenant il fallait repartir. Et sans vouloir faire de mauvaise imitation, j'avais retrouvé mon ami maintenant, alors ça ne pourrait que bien se passer!

    Tu sais que j’invite mon ami, ce soir… Hein ? Tu auras tout le temps pour tenter ce que tu as envie à partir de demain. Ce soir j’ai besoin de mon ami, rien que de mon ami. C'était mignon, vraiment mignon. Pourquoi est-ce que je n'arrivais pas à le prendre complètement au sérieux quand il me sortait des trucs de ce genre, mais que j'arrivais pas à lui refuser. De toute façon, qu'est-ce qu'il voulait que je tente? S'il croyait que j'allais me jeter sur lui il se faisait un peu des illusions, ou alors il faudrait qu'il passe entre les mains d'un habile chirurgien. Faudrait vraiment que je règle ce petit souci avec lui quand même, parce que coucher avec un mec ça me branchait pas trop... Au moins il aurait pas à se faire de souci pour ce soir, ça serait juste l'ami qui serait là. Je lui fis signe de la tête que j'avais compris et il eut l'air content. Ben dis donc, il lui en fallait quand même pas beaucoup... Ah oui, que j'arrête peut être d'être tout le temps sur son dos aussi, parce ce que on se retrouvait à sortir ensemble, on se supporterait surement pas longtemps à continuer le même cirque que quand on était dans l'équipe. On allait avoir du travail...
    Et puis il retrouva son petit sourire en coin. Allez, il allait me sortir une connerie, je le voyais venir... Je t’avais bien que de sortir avec Garbage te dégouterait des filles, tu n’as pas voulu m’écouter… Je m'y attendais tellement pas que j'éclatais de rire! Si y'en avait bien une qui ne risquais pas de me dégouter des filles, c'était bien elle! Juste avec ses copines j'aurai pu couler des jours heureux, j'avais jamais eu à me plaindre de celles qu'elle m'avait présentées, ni d'elle d'ailleurs. Dommage que son mec soit toujours autant sur la défensive, sinon j'aurai trouvé plus de plaisir à la retrouver, mais le voir lui en train de nous observer ça me coupait toute envie de discuter. Encore un qui avait des trucs pas nets à assumer et qui projetait tout sur sa copine histoire de pas y penser... Hey, je parlais presque comme un psy, marrant!
    Je te laisserais également la « chance » de parler avec Lizzie, car il va bien falloir la mettre au courant des évènements dans ta vie, il sera clair de toute manière qu’il ne se passera rien tant que vous n’aurez pas eu tous les deux une discussion claire sur ce que tu ressens pour elle. Ah. Dakie allait avoir droit à ma moue des jours où je ne suis pas convaincu de ce que l'on me dit. Aller parler à Lizzie? Et de ce qui était en train de se passer. Ah ouais, je voyais super bien la scène: "Lizzie, tu as deux minutes?" "Dégage Aaron, tu me gêne!" "Mais c'est important!" "Je m'en fous!" Et en admettant que j'arrive à la convaincre de m'écouter, ça allait pas s'arranger: "Je sors avec Dakie." "T'es gay?" "Non, je sors avec Dakie, c'est tout." "Pourquoi tu sors avec lui si t'es pas gay?" "Parce que je l'aime." "Tu te fous de moi là." Et en admettant que ça passe là aussi, lui parler des sentiments que j'avais eu pour elle: "Je t'aime plus tu sais." "C'est bien." "Je suis sérieux. " "Moi aussi." "C'est ça que t'appelles une conversation?" "C'est ça que t'appelle une conversation sérieuse toi? Depuis tout à l'heure t'arrête pas de me sortir connerie sur connerie! Tu me fais perdre mon temps Aaron, t'es chiant!" "Lizzie, je suis sérieux." "Ah ouais? Ben t'as ma bénédiction, sors avec Dakie si tu veux, contente de savoir que t'es plus amoureux de moi, c'est un vrai soulagement. T'as fini maintenant?" Non vraiment, ça servirait à rien d'aller la voir pour lui en parler. En plus, ça ne se passerait jamais aussi bien que ça, parce que me faire passer pour une victime ça pouvait pas le faire autrement que dans ma tête. Hors de question que je laisse Lizzie me parler comme ça en vrai!

      Je ressens plus rien pour elle, pas parce que j'ai fait une connerie une fois que je la fais durer... Enfin ouais, faudra bien lui parler de nous deux un jour, mais ça presse pas. Toute façon avec Mademoiselle Mauvaise Humeur ça tombera toujours pas au bon moment...

    C'était clair qu'avec elle y'aurait toujours un truc pour clocher, quoi qu'on dise. Comme quoi ça serait trop tard, qu'on aurait du la prévenir, que si c'était à cause de ça l'accident et on va censurer le reste pour les chastes oreilles... Enfin, en parlant d'accident... Puisque Dakie semblait décider à aborder les sujets qui fachent, y'avait pas de raison qu'il soit le seul à s'amuser.

      Et John? Tu vas retourner le voir pour lui annoncer la bonne nouvelle?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: it's fine in hell, boy, it's fine with you it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 EmptyJeu 8 Juil 2010 - 22:38

Dakota avait toujours aimé des personnes qui n’étaient pas forcement bonne pour lui ou qui avait d’autres soucis beaucoup trop lourd pour que quelques choses de solide puisse ce construire. Avec Aaron rien n’avait été ambigu avec lui pourtant, il l’avait toujours vu comme un ami et avait du mal à s’imaginer autrement, alors qu’il ne disait pas qu’il ne voulait pas essayer avec lui, il redoutait cependant le fait de sortir avec lui pour plusieurs raison, c’était donc pour cela que Dakota avait voulu être le plus claire possible et avait donc dit à Aaron d’avoir une explication avec Lizzie avant d’envisager toutes choses, enfin la encore rien n’était sur Dakota avait en effet une grande affection pour lui. Le jeune homme avait donc attendu une réaction de son ami. Un vent chaud avait soufflé dans les cheveux des deux jeunes hommes, Dakota avait des perles de sueurs qui coulaient sur son front. Dakota les yeux au ciel quand Aaron ce mis à parler de John, sa surpris qu’à moitié l’étudiant en sport.

« Aaron…Aaron… John est loin, et ma clairement expliqué qu’il n’avait aucune envie de revenir… Ce qui n’est pas plus mal… Je dois avouer… ENFIN BREF !! »

Dakota avait fait une halte au Nouveau-Mexique pour voir John, il était clair que les retrouvailles ne furent pas vraiment, les meilleures et il n’y avait pas eu une entente cordiale entre les deux hommes. Dakota avait même eu du mal à garder son calme face à John personne qu’il avait toujours respecté. Dakota souri et demanda à son ami.

« Ce soir tu préfère un film comique ou un film d’horreur ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: it's fine in hell, boy, it's fine with you it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 EmptySam 10 Juil 2010 - 22:56

    Il y avait l'accident qui me hantait, sûrement jusqu'à la fin de mes jours ou au moins jusqu'au moment où je craquerai pour aller voir un psy plus apte à résoudre le problème. Mais il y avait aussi un autre moment que j'oubliais pas, mais celui-là je voulais pas le perdre. C'était pas gênant d'y rêver, d'y penser, c'était même agréable. Ça remettait les choses en place en moi et puis ça permettait de tout prendre avec un peu plus de détachement. L'envie de siffler presque, de se dire que la vie est belle, que les petits oiseaux chantent bien ou pas si mal que ça, que toutes les filles que l'on croise sont drôlement jolies et que les gens pas si chiants. Oh, ça me faisait un peu virer nostalgique aussi, mais c'était pas bien grave. Et si ça continuais j'allais être bon pour passer chez Oprah pour raconter l'expérience de la deuxième vie. Car ouais, le second souvenir qui me hantait c'était celui du retour à l'existence, l'éveil après le coma, et la première lutte pour ouvrir les yeux après quatre ans à les tenir fermés. Voir la lumière et se dire que c'est pas celle du paradis puisqu'il en existe pas, juste celle d'une nouvelle chance. Et après on me dit uniquement obsédé par le sport et les filles? Mais mon bon monsieur, y'a que ça de vrai quand on a l'occasion de repartir de zéro. Plus quelques petits trucs imprévus, mais pas mauvais non plus...

    John était loin, je me rappelais même plus où Dakie m'avait dit qu'il était allé se terrer, et ce con continuait à venir me causer des problèmes. Il était vraiment un pro pour ça, toujours à venir geindre dans mes pattes pour être incapable de faire un truc par lui même. Et dire que c'était lui le plus vieux de la bande, franchement y'avait de quoi se poser des questions. Et dire que c'était moi qui passait pour immature en plus, je savais pas ce qui pouvait bien se passer dans la tête des gens quand il le plaçait en modèle que je devrais avoir. Et lui bien sûr il souriait bêtement quand on nous sortait ce genre d'âneries... Je savais même plus comment il s'était retrouvé à trainer avec nous, preuve que dès le début il m'intéressait pas. Enfin ça c'était un peu injuste, il avait de bon côtés mais il me tapait sur les nerfs. Et puis, si les absents ont tord, autant en profiter...Aaron…Aaron… John est loin, et m'a clairement expliqué qu’il n’avait aucune envie de revenir… Ce qui n’est pas plus mal… Je dois avouer… ENFIN BREF !! OK, avec les yeux qu'il avait levé en l'air j'avais compris, John était plus un sujet à problème, comme Lizzie. Bien sûr, elle restait un problème, mais pas dans l'immédiat. Ce soir tu préfères un film comique ou un film d’horreur ? Question à chaud, comme un retour au bon vieux temps.

      Film d'horreur bien sûr! Tu me prends pour qui Dakie?!

    C'était très bête comme question, mais j'avais retrouvé mon Dakie, celui que j'avais risqué de perdre une fois, et malgré tout rien n'avait changé. Y'avait eu un accident, un coma, quelques années de perdues pour moi, des angoisses, un mariage en l'air et une baisse de forme pour lui, mais ça changeait rien. Il sourit à ma réponse, l'air de s'y attendre. Ben ouais, les films d'horreur ça avait toujours été mon genre, surtout ceux bien gores et que je trouvais plus rigolos à voir que la plupart des comédies.

    Et si l'on faisait le bilan? J'étais de retour à Ocean Grove, de retour pour de bon, et ça se passait plutôt bien. On allait pas virer conte de fées en disant une connerie du genre "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants", parce que là dessus il pouvait toujours attendre, mais on pouvait toujours essayer un truc du style "ils partirent et eurent beaucoup de bons moments". Mouais, ça m'allait déjà mieux. Maintenant restait plus qu'à voir en pratique ce que ça pouvait donner, Dakie et Aaron, ensemble comme au bon vieux temps.

      Oublie pas le ballon!

    Je lui désignai d'un mouvement de la tête là où on avait abandonné ce pauvre ballon, et tandis qu'il partait à sa recherche je quittai le terrain à pas lents. J'avais tout mon temps maintenant que j'avais récupéré mon royaume...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: it's fine in hell, boy, it's fine with you it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 EmptySam 10 Juil 2010 - 22:58

SUJET TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: it's fine in hell, boy, it's fine with you it's fine in hell, boy, it's fine with you - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

it's fine in hell, boy, it's fine with you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-