AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -25%
Nike Waffle Trainer 2
Voir le deal
74.97 €

Partagez | 
 

 Not nice to see you again | Shouka |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Not nice to see you again | Shouka | Vide
Message(#) Sujet: Not nice to see you again | Shouka | Not nice to see you again | Shouka | EmptyDim 18 Avr 2010 - 4:27

Not nice to see you again | Shouka | Hollowart_fl056 Not nice to see you again | Shouka | 5719b02d
Not nice to see you again | Shouka | Fad3e61a Not nice to see you again | Shouka | Hollowart_fl048



WHAT DO YOU WANT FROM ME?

Une autre journée merdique s’annonçait sur Ocean Grove et je n’étais pas des plus enthousiasmes à l’affronter.Reclus dans mon appartement minable, d’un immeuble délabré, sans aucun doute le seul dans toute cette bourgeoisie qui me puait au nez, je n’avais pas la force de me lever, et d’agir normalement. Aujourd’hui, j’étais bougon plus que bougon même, j’étais d’humeur exécrable. Cela m’arrivait souvent ces derniers temps. Pourtant, je ne me questionnais pas trop. Je me doutais bien que le changement de ville y était pour quelque chose. J’aimais bien Sunset Beach après tout. Mais après toute la galère que j’y ai vécue, j’ai préféré partir et recommencer une toute autre histoire, qui n’était pas bien meilleure que celle jadis écrite. Je n’étais pas quelqu’un de bien. Les gens m’évitaient ou bien m’accordaient des regards plein de sous-entendus. J’en étais vite venu à l’évidence que j’étais plutôt malgré mal intégré dans cette ville d’adoption, et la plus belle chose dans tout ça, c’est que je m’en fichais royalement. Je n’étais pas ici pour me faire copain-copain avec le premier venu, je n’étais pas venu ici pour qu’on m’apprécie, j’étais venu ici pour affaire. Pour y mener ma petite vie, sans me soucier de celles des autres. Alors vous comprendrez que me lier d’affection n’étais pas vraiment mon but ultime du moment. Je préférais largement trouver de quoi payer mon loyer, et ma nourriture. Trouver de bons clients, fidèles. Me faire une réputation, gagner la confiance des petits délinquants du coin. Ce que je faisais n’était ni bon, ni mauvais, enfin pour moi, c’était le juste milieu des choses. Je ne misais jamais sur l’excès, ni sur la violence, sauf en de rares cas. Ce que je faisais était sans doute le métier le moins conventionnel de ce monde, mais ça marchait plutôt bien, j’arrivais à survivre dans ce monde de fous. Ce que je faisais? Ce que je fais, et ce que je ferai sans doute pour un bout de temps, est un métier plutôt dangereux, mais dans lequel je me suis vite reconnu. Je suis revendeur, tout bêtement. Débarquer à OC ne m’est pas venu sur un coup de tête, j’avais préparé mon coup. J’étais sûre de dénicher des clients potentiellement riches dans le coin. Et j’avais raison, ma petite entreprise illégale était tout à fait lucrative, c’était un soulagement à ma conscience. J’avais même eu peur d’avoir fait le mauvais choix. Et puis les semaines passèrent, et je suis maintenant dans OC depuis un mois à peine. Rapidement, j’ai su me faire un nom , rapidement , les gens me redoutaient. Et je ne m’en plaignis guère. Mais cette solitude que je m’imposais m’étouffait. Je n’acceptais plus d’être seul dans cet appartement modeste, qui me coûtait beaucoup trop cher selon la valeur immobilière de ce dernier. Alors je passai une annonce, je recherchais un collocataire et bien vite, je trouvai le parfait complice dans tous mes mauvais plans et un ami.

Une voix m’extirpa de mes songes, une voix que j’entendais quotidiennement, une voix apaisante, qui me rassurait que j’existais encore. Kurt me poussa du canapé sur lequel j’étais confortablement installé en riant aux éclats , me donnant un coup de coude dans l’estomac. J’en eus le souffle coupé et pourtant, pourtant , je souriais pleinement. C’était la façon très virile de se saluer entre nous. « On bouge , Noah? » Je me levai doucement de mon siège pour lui faire face, puis je lui esquissai un autre clin d’œil « On va où? » Mon ami me répondit en haussant les épaules « Bah! Une bière te tente? » Je hochai la tête ,ravi qu’on me propose de sortir de ce trou à rats. La journée était encore bien jeune, et pourtant nous étions déjà prêts à faire la fête. C’était nous ça, et personne ne pouvais nous changer. Alors nous nous dirigions vers notre taverne préférée, celle où tous les types de notre genre se réunissaient pour s’éclater, se détendre, se boire une bière et fumer une clope en toute intimité. Nous nous allumions un pétard avant de rentrer, question de se détendre bien comme il faut. Je lui jetai la fumée à la figure en rigolant « LOPETTE, arrête de faire ça ! » Mais je continuais encore et encore, parce que ça m’amusait vraiment de le faire chier. Emmerdeur, oui je l’avouais. Les heures défilèrent sans que l’on ne s’en rende compte. Il était déjà dix-neuf heure lorsque défoncés à fond, mon ami et moi nous nous séparâmes. Il retournait à l’appartement et moi, je décidai de me promener un peu avant de rentrer. Je ne connaissais pas encore tout à fait cette nouvelle vie, et ce nouveau quartier alors l’idée qui m’était venue m’était apparue comme brillante, somme toute. Mains dans les poches de mon sweet , visage cachée dans ma cagoule, j’avais l’air d’un vrai délinquant. Et j’en étais un, c’est vrai. Dire qu’il y a deux ans de cela, je priais Dieu tous les jours, fervant croyant de ma religion , âme saine. Aujourd’hui, je l’envoyais promener. Parce que rien dans cette vie ne m’avait apporté bonheur, parce que toutes les choses auxquelles je m’étais durement accrochées m’avaient été retirées sans que je ne puisse y résister. Alors oui, au final, si Dieu avait écouté mes prières, je n’en serais pas là aujourd’hui. Ma vue se troublait alors que je m’apprêtais à retourner chez moi. Ma vision troublée par ma consommation sans doute un peu trop excessive de cannabis , je m’arrêtai net en plein milieu du trottoir, me frottant les tempes d’un air dérangé.

C’est alors que je vis au loin, une silhouette qui m’était particulièrement familière. Je me rapprochai davantage, trop curieux de cette soudaine vision. Plus mes pas me guidaient vers cette nouvelle obsession , plus je croyais à l’hallucination. Ce ne fut que lorsque je me trouvai à quelques mètres de sa personne que je me rendis compte que je ne rêvais pas. La jeune femme, d’une beauté parfaite en tout point, promenait son bambin dans un landeau adapté, sourire aux lèvres, sans doute en train de parler à son petit. Et mon corps, figé sur place, et mes yeux, n’y croyant qu’à moitié. Je revoyais un fantôme de mon passé, réveillant des souvenirs douloureux et insupportables. C’est au moment où son regard croisa le mien que mon visage se crispa de colère. Mais je ne bougeai pas d’un centimètres, beaucoup trop abasourdi par l’émotion de la revoir, vivante , mais surtout , marchant dans les mêmes rues que moi. Curieux hasard. Vilain hasard. Mes mains trahissaient ma quiétude, je tremblais comme une feuille. « Non. Impossible » Murmurais-je donc à moi-même. Je me sentis bouillonner à l’intérieur, comme une bouilloire en pleine ébullition. J’avais envie de lui cracher tout mon venin et pourtant j’en fus incapable. Mon visage était la seule représentation de mon état d’esprit du moment. Il était à la fois fermé, et rageux.J'espérais qu'elle pourrait lire en moi, lire toute cette souffrance qu'elle m'avait causé.Puis, lentement, je regardai le bambin qui jouait avec un petit hochet.L'instant d'après, je détournai mon regard, ce petit bout d'homme était la cause de ma perte, de ma souffrance, de mon ennui.
Revenir en haut Aller en bas
 

Not nice to see you again | Shouka |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-