AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Amazon Music Unlimited – 3 mois gratuits
Voir le deal

Partagez | 
 

 « memories of our past »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nora Golightly
she is like a cat in the dark.
Nora Golightly

♦ Posts : 9485
Multinicks : roxcy, ridley, ronan.
♦ Credits : el boo boo (max), tumblr.

Status : divorced, single.
Address : n°5600, parkside street.
Job/Studies : works as Nyle's secretary, former fashion journalist.
Quote : "I'm not grumpy in the morning, I'm just very selective with my kindness."
Activité(s) de quartier : pilates.


HALL OF FAME
To Do List: go for a walk with Bandit, check emails, go out with some friends, call the big bro, buy a new white cane, curse Siri for being useless.
Contact List:
RP status: off ( ●●●● ) - cullen, alicia, nelson, matt.

« memories of our past » Vide
Message(#) Sujet: « memories of our past » « memories of our past » EmptyJeu 15 Avr 2010 - 16:02


« MEMORIES OF OUR PAST »
06 AVRIL 2011 @ JANNIE'S
« memories of our past » 13z0nj6 « memories of our past » 123mf14 « memories of our past » 11ccowx
rafael dunhamn & bonnie whealer
© livejournal ; psychozee


Il y a des jours où le simple fait de se lever nous fatigue par avance. L’idée même que la journée qui nous attend ne nous laissera aucun répits nous donne pas envie de l’attaquer avec motivation. Pour une femme enceinte, c’était d’autant plus épuisant mais puisque Bonnie Whealer ne désirait pas passer son temps à se tourner les pouces, elle prendrait sur elle. Même si elle n’avait plus toutes ses forces à l’heure actuelle, elle s’estimait tout de même heureuse de pouvoir s’occuper. Néanmoins, elle restait une personne lunatique, pouvant se plaindre de l’ennuie comme du surplus de boulot à faire, c’était ainsi. Elle disait souvent qu’elle avait l’impression qu’elle avait quelque chose en elle qui pompait toute son énergie à peine le pied posé sur le sol. Elle avait hâte mais appréhendait tout autant l’accouchement, l’après grossesse ne s’annonçait pas de tout repos bien au contraire !

Elle s’était levée à une heure plutôt raisonnable, ne se pressant pas pour se préparer et se nourrir. Depuis un peu plus de sept mois maintenant, elle mangeait pour deux et elle craignait les conséquences sur son poids par la suite, son éternel complexe. Elle détestait donner l’impression d’être affamée à chacune de ses bouchées, elle avalait ses pâtisseries avec gourmandise, reprenait bien souvent deux fois le même plat. Et même si ses pulsions alimentaires pouvaient être difficiles à contrôler, elle s’efforcer d’être attentive, se refusant d’en abuser par moment. Par chance, son congé lui permettait de ne plus être constamment confronté à la nourriture. Elle savait parfaitement cuisiner à présent mais la fatigue étant pesante la plupart du temps, elle ne s’abandonnait plus aussi régulièrement au plaisir de préparer de bons plats à longueur de journées. Heureusement qu’elle n’était pas non plus devenue une grande flemmarde, elle ne pouvait pas compter sur le talent culinaire de son petit-ami pour la rassasier, ni même sur celui de Lurey d’ailleurs.
La journée allait être prenante pour la demoiselle. Un mariage se préparait, il aurait lieu dans deux jours et le Jannie’s devait s’occuper du buffet. Jane et Bonnie avaient donc pas mal de choses à voir ainsi que les employés du restaurant/traiteur. Même si elle n’était plus censée bosser mais prendre du repos, elle culpabiliser à l’idée de laisser Jane s’occuper de tout avant le grand jour. Surtout qu’il s’agissait du mariage d’Hailey et même si le marié en question était loin d’être au goût de la jeune Canadienne, elle voulait que tout soit absolument parfait pour son amie. C’est dans cette optique qu’elle décida de passer au restaurant dans la journée. Elle ignorait si Jane s’y trouverait, certainement et elle était donc préparée à ce qu’elle se prenne quelques remarques du genre « retourne chez toi sinon je te vire ». Elles étaient amies mais Jane pouvait se montrer très persuasive. Tant pis, elle trouverait une bonne excuse et elle ne s’y rendait pas pour réellement travailler, elle voulait juste s’assurer que rien ne manquait, elle voulait être utile. Laissant un mot sur le frigo à l’attention de Caleb et Lurey, elle quitta la maison aux alentours de seize heures.

Elle arriva sur les lieux une bonne demi-heure après et le restaurant n’était pas trop peuplé. Étant donné l’heure, c’était parfaitement normal. Au fil du temps, le Jannie’s était devenu un lieu assez populaire pour le plus grand bonheur de Jane et de Bonnie. Passant les portes et saluant quelques employés, elle ne perdit pas une seconde pour rejoindre les cuisines. Elle croisa alors Violet, une serveuse que Bonnie appréciait tout particulièrement. « Bonnie ? » s’étonna la demoiselle, les yeux écarquillés comme si elle venait de voir un revenant. « Que faites-vous ici ? Vous n’êtes plus en congé ? » Violet regarda furtivement le ventre rond de sa patronne, Bonnie lui adressa un faible sourire et s’approcha à peine d’elle sans pour autant paraître froide. « Je ne fais que passer. Nous avons un mariage et je voulais m’assurer que tout allait bien. Jane est là ? » Le hochement négatif de Violet répondit à sa dernière question. « Non, elle a dû s’absenter pour quelques heures. Et il me semble que tout est prêt pour le mariage. » Ce fut autour de Bonnie de hocher la tête. « Très bien, je vais voir ça. » Elle quitta les cuisines pour rejoindre le bureau de Jane. Les papiers étaient en évidence ainsi que le fichier informatique sur l’ordinateur allumé. Au bout d’une dizaine de minutes, elle repassa la porte pour rejoindre l’enceinte du restaurant, passant derrière le comptoir. Elle en profita pour vérifier certaines choses, se faisant la plus discrète possible et ménageant ses efforts. Elle sentait bien souvent les regards curieux se poser sur elle et sur son ventre en particulier, ce n’était pas réellement gênant mais plutôt étrange, comme si les gens n’avaient jamais vu une personne enceinte, comme s’ils ne savaient pas ce que c’était.
La petite sonnette, signe que quelqu’un venait de pénétrer dans le restaurant ne déstabilisa pas la jeune femme, plongée dans le rangement de verres et de bouteilles. Entendant les pas se rapprocher, elle leva les yeux soudainement, arborant son habituel sourire d’hôte. « Que puis-je…faire pour... » son enthousiasme se perdit progressivement tandis que les traits de son visage devinrent plus durs « …vous. » termina-t-elle sa phrase sur un ton presque mauvais. Les hallucinations étaient un symptôme de grossesse ? Peut-être aurait-elle dû rester chez elle pour se reposer car visiblement, la fatigue était bien plus présente qu’elle ne le pensait. Cette fois c’était elle qui avait la sensation de voir un fantôme, un fantôme du passé. « Rafael. » souffla-t-elle entre ses dents ce prénom qu'elle espérait ne plus avoir à prononcer.« Ta présence me ravie. » un sourire hypocrite étira ses lèvres, accompagnant son ton plus qu’ironique. Que faisait-il ici ? A Miami ?

_________________

it's only love, it's only pain.
it's only fear that runs through
my veins. it's all the things you
can't explain that make us human.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13627-in-the-middle-of-nowhere http://www.filthy-secret.com/t13655-lying-on-my-back-watching-stars-collide http://www.filthy-secret.com/t13855-journal-de-bord-de-nora-golightly http://www.filthy-secret.com/t13768-ch-n5600-parkside-street-famille-golightly
Invité
Invité




« memories of our past » Vide
Message(#) Sujet: Re: « memories of our past » « memories of our past » EmptyMer 21 Avr 2010 - 13:40


L’inconvénient lorsque l’on déménage, c’est que bien souvent on doit reprendre à zéro en quelque sorte. La était le soucis pour Rafael qui estimait en avoir assez fait dans sa vie, pour ne pas avoir besoin de recommencer les mêmes pirouettes mondaines à chaque fois. Mais c’était là l’un des inconvénients de son boulot, en tant qu’agent artistique, quitter une agence pour monter la sienne, nécessitait une petite fête pour l’ouverture. Le genre précis de chose qu’il détestait. Pourtant il en avait l’habitude, depuis le nombre d’année qu’il exerçait, il avait régulièrement participé à ce genre de festivité, voir de bien différentes, comme des remises de prix etc .. Certes il aimait ce monde là, mais de manière plutôt distante, il aimait l’art, voir des personnes vraiment talentueuses interpréter des personnages tous plus différents les uns que les autres. Il aimait être l’intermédiaire, celui qui gére leur carrière dans l’ombre, c’était cette place là qu’il appréciait et qu’il avait convoité. Il n’aimait pas la mondanité et la fuyait, il était bien plus simple que ça, pour lui, une véritable fête consistait à délirer avec un pote autour d’une bonne bière, c’était largement suffisant à son bonheur.

Malheureusement pour lui, il ne s’était pas tout de suite imaginé qu’en quittant le confort de Chicago, il aurait le droit à tant de déconvenue. Isabelle n’avait pas pu se libérer dans l’immédiat, il fallait dire qu’il l’avait prévenu de son déménagement que tardivement. Bien sur il voulait que son assistante le retrouve, essentiellement parce que malgré sa tendance à se comporter en véritable godiche, elle était véritablement d’un soutient énorme. Si elle passait pour une idiote la moitié du temps, elle faisait au moins son travail à la perfection, son carnet de rendez-vous était toujours à jour, ses dossiers rangés. Elle triait les scénarios, les appelles de castings, tout était parfaitement rangé, trié dans un ordre parfait. Il ne pouvait pas s’en plaindre. Mais un déménagement ça se prépare, pour lui ça n’avait pas été particulièrement difficile, mais pour elle qui devait partir avec mari et enfant, c’était une tout autre histoire. Et apparemment son compagnon avait décidé de clairement faire chier. Que ça soit Miami, Chicago, Milan, Barcelone ou encore Mexico, un plombier a toujours de la tuyauterie pour bosser, alors à quoi bon piquer sa crise ? Le salaire si important de sa femme y était peut être pour quelque chose. Ou bien était-ce Rafael, il fallait dire que les deux hommes ne s’entendaient pas particulièrement, l’un étant jaloux, persuadé que sa femme passe sous le bureau pour avoir un chèque de cette importance. Le second, arrogant et provocateur, ne se privait pas pour lui affirmer que c’était le cas, lui faisait imaginer toutes sortes de situation. Alors que la générosité de sa paye, ne venait que de la sympathie qu’il avait pour cette mère de famille gérant à la perfection ses différentes responsabilités.
Sans Isabel, il était complètement perdu donc, et l’assistante en intérim qui lui avait été envoyé ne servait absolument à rien. Incapable de faire preuve d’initiative, elle se retrouvait en face de Rafael, tentant de balbutier des excuses pour avoir oublié de trouver un traiteur. « Je suis désolée Monsieur Dunhamn, ça m’était sortie de la tête, j’ai pensé à tout, sauf à ça. » Excédé par les excuses foireuses qu’elle ne cessait de lui présenter trois fois par jour, il se leva rapidement, se saisissant de sa veste de costume qui reposait sur le dossier de son fauteuil. Et tandis qu’il l’enfilait, il s’adressait à elle, avec autorité et fermeté. « Tout comme tu as aussi oublié les invitations ?! Un oublie je ne dis pas, l’erreur est humaine, bien que je ne pardonne pas la crétinerie. Mais là, c’était de trop, j’espère pour toi que je trouverais un traiteur, au quel cas, je n’aurais pas besoin de te montrer le chemin de l’ANPE. »

Sortant dans la précipitation, ignorant les sanglots de son assistante qui ne le serait peut être plus en fin de journée, il se posa un instant dans sa voiture pour réfléchir. Il appela alors Isabelle, même à des kilomètres il était certain qu’elle pourrait lui venir en aide. « Salut, j’aurais besoin que tu me sauves la vie, tu crois que tu peux faire ça ? » à l’autre bout du téléphone, la jeune femme laissa découvrir un large sourire en entendant la voix de son patron, et ces quelques mots prononcés. « Bien sur, qu’est-ce que je peux faire ? » Soulagé de sa réponse positive, il avait imaginé pendant un instant, qu’elle préfère refuser pour ne pas offusquer son mari une fois de plus. « J’aurais besoin d’une adresse, celle d’un bon traiteur, j’en ai besoin dans l’heure… S’il te plait » Il savait qu’elle serait à la hauteur et même si des « merci » lui écorchait bien souvent la langue, il admit que c’était de rigueur en cet instant. Elle raccrocha, pour le rappeler seulement quelques minutes après, lui donnant alors l’adresse d’un tout nouveau traiteur qui selon les critiques qu’elle avait rapidement lu, était très prometteur. Il ne lui en avait pas fallut plus, il avait confiance en son jugement qui ne l’avait jamais déçu. Notant l’adresse et la remerciant, il se mit alors en chemin.
Arrivant devant l’établissement, il ouvrit rapidement la porte, appréciant l’air frais qu’il sentit immédiatement en entrant. Une petite sonnette venait de signaler son arrivée, tandis qu’il se dirigeait calmement vers le comptoir, où une jeune femme faisait apparemment du rangement. Non seulement cette voix lui était familière, mais aussitôt qu’elle s’était retournée, il n’avait plus eut aucun doute sur son identité. Morcelant sa phrase sous le coup de la surprise. Ce sourire faux, et cette douce voix lui avait presque manqué, tandis que sur ses lèvres naissaient un sourire des plus hypocrites, comme quoi, il avait bien apprit sa leçon auprès de Mademoiselle Whealer.
« Bonnie, si tu savais à quel point tu m’as manqué. » Lui dit-il avec ironie, tandis qu’il prenait appuie sur le comptoir en y posant ses coudes. « Je ne t’aurais jamais imaginé dans un restaurant. » Posant un regard un point provocateur sur la jeune femme, qui demeurait toujours aussi séduisante.
Revenir en haut Aller en bas
Nora Golightly
she is like a cat in the dark.
Nora Golightly

♦ Posts : 9485
Multinicks : roxcy, ridley, ronan.
♦ Credits : el boo boo (max), tumblr.

Status : divorced, single.
Address : n°5600, parkside street.
Job/Studies : works as Nyle's secretary, former fashion journalist.
Quote : "I'm not grumpy in the morning, I'm just very selective with my kindness."
Activité(s) de quartier : pilates.


HALL OF FAME
To Do List: go for a walk with Bandit, check emails, go out with some friends, call the big bro, buy a new white cane, curse Siri for being useless.
Contact List:
RP status: off ( ●●●● ) - cullen, alicia, nelson, matt.

« memories of our past » Vide
Message(#) Sujet: Re: « memories of our past » « memories of our past » EmptyMer 5 Mai 2010 - 18:16


« Bonnie, si tu savais à quel point tu m’as manqué. » Son sourire avait disparu mais son visage exprimait toujours une joie purement fausse de le retrouver face à elle. Elle pourrait répondre que le monde est petit, bien trop petit pour que par le pur des hasards, ils se retrouvent après tant d’années mais elle préféra garder le silence pour le moment. Elle posa rapidement son regard sur la pile de papiers qu’elle avait entre ses mains et la déposa à quelques centimètres d’elle. « Je ne t’aurais jamais imaginé dans un restaurant. » Déjà lassée, elle leva son visage pour reposer son attention sur Rafael. « J’ai toujours aimé surprendre mon entourage. » Elle lui accorda un autre sourire qui manquait toujours autant de sincérité. Bien qu’elle aime mettre un point d’honneur à se montrer poli en toute circonstance, elle ne se gêna pas pour tourner le dos à Rafael et faire comme s’il n’était plus là. Elle s’affaira alors à récupérer un torchon tombé au sol et s’éloigna même de l’emplacement où il était pour se diriger un peu plus loin, toujours derrière le comptoir. Ce n’était bien évidemment pas le meilleur moment pour qu’un fantôme du passé revienne à la surface alors qu’elle était enceinte. Elle appréhendait les petites remarques à ce sujet, une des raisons qui la poussait à retarder le moment où elle se montrerait de la tête au pied. Ne pouvant pourtant plus montrer qu’elle était occupée puisque tout était nickel – ce qui était normal avec une patronne comme Jane – elle revint sans se presser auprès du jeune homme, toujours là. Elle l’observa un instant, il n’avait pas tant changé que cela, il avait juste l’air plus…mâture, du moins physiquement parlant. Elle détourna rapidement les yeux, ne tenant pas à ce qu’il pense qu’elle le scrutait de haut en bas – même si c’était le cas. « Bonnie ? » Cette petite voix fluette la sortit de ses pensées. « Des commandes sont arrivées. » Bonnie acquiesça d’un sourire amical « J’arrive dans deux minutes. » répondit-elle à l’adresse de l’employée qui retourna aussitôt dans les cuisines. Au moins elle avait maintenant une excuse pour mettre un terme à son entrevue avec son ex si elle le désirait.
Elle finit par détourner le comptoir, posant sa main sur la surface brillante et posa ses yeux noisette sur Rafael. Elle lui dévoilait alors ouvertement dans quel état elle se retrouvait actuellement mais fit comme si tout était parfaitement normal, dans l’espoir qu’il ne s’y attarde pas. Elle en profita même pour parler la première, et ainsi éviter ses remarques. « Bien, qu’est-ce qui t’amènes au Jannie’s ? » Elle espérait qu’il était simplement là pour manger un morceau ou pour une personne, pourquoi pas – du moment que ce n’était pas pour elle. Elle ne s’attendait bien évidemment pas à ce qu’elle soit indirectement concernée par ce qu’il recherchait. Elle n’appréciait guère sa compagnie et il y avait une bonne raison derrière tout ceci. Même si il lui en fallait peu pour ne pas porter une personne dans son cœur, Rafael méritait son mépris. Il semblait alors évident qu’ils cachaient quelque chose car oui, à une autre époque Bonnie s’était retrouvé dans ses bras. Cela remontait à pas mal de temps maintenant mais bizarrement, l’amertume était toujours bien présente dès lors son regard avait croisé le sien. Elle pensait l’avoir oublié avec les années mais non, elle avait juste enfouie au plus profond de son esprit les souvenirs la rattachant à Rafael. Mais bien des choses s’étaient passées depuis, et même s’ils auraient pu tourner la page, cela était apparemment mal parti.

_________________

it's only love, it's only pain.
it's only fear that runs through
my veins. it's all the things you
can't explain that make us human.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13627-in-the-middle-of-nowhere http://www.filthy-secret.com/t13655-lying-on-my-back-watching-stars-collide http://www.filthy-secret.com/t13855-journal-de-bord-de-nora-golightly http://www.filthy-secret.com/t13768-ch-n5600-parkside-street-famille-golightly
Invité
Invité




« memories of our past » Vide
Message(#) Sujet: Re: « memories of our past » « memories of our past » EmptyMar 18 Mai 2010 - 17:06


Il n’y avait pas de personne plus redoutée qu’une ex. Il ne se doutait pas une seule seconde qu’en débarquant à Miami, il retomberait sur Bonnie. Leur première rencontre fut déjà un hasard, alors qu’il jouait les vagabonds à cette période, il avait fini par faire escale au Canada où il avait rencontré la petite Whealer. Mais alors les chances de la retrouver ici était si infime qu’il finissait par croire qu’il y avait peut être quelqu’un la haut qui tirait les ficelles et s’amusait à voir ses pantins dans des situations plus gênantes et embarrassantes les unes que les autres. Il n’était pas totalement mécontent de la revoir, en réalité si, tout aurait pu mieux tourner entre eux, mais croiser son regard le ramenait incontestablement aux souvenirs qu’ils avaient en commun . Il avait fuit celui qu’il avait été, mais plonger son regard dans le sien, le renvoyait à une image de lui-même qu’il avait bien souvent tenté d’effacer de sa mémoire. Visiblement c’était aussi son cas, vu l’amertume avec laquelle elle l’accueillait. Il n’était pas dupe, ses sourires étaient tout sauf sincère, autant que le ton calme qu’elle employait pour s’adresser à lui. Pourtant, il aurait tout de même préféré que tout se passe mieux entre eux, malheureusement il n’avait pas agit au mieux.
Il constatait qu’elle savait à merveille trouver des occasions de l’éviter et d’écourter ses petites retrouvailles, il ne comptait pas s’en arrêter là, cependant il aurait pu, appréciant aussi peu qu’elle de découvrir qu’ils vivaient dans la même ville. Mais c’était sans compter sur son côté d’emmerdeur, il ne le faisait pas volontairement, du moins pas tout le temps, ce n’était qu’une suite de réaction inconsciente … Bon très bien, il faisait concrètement exprès d’emmerder les gens autour de lui, et Bonnie était incontestablement la personne idéale pour en être la cible. La regardant s’agiter à droite à gauche, presque en recherche frénétique de choses à faire pour éviter de croiser son regard une nouvelle fois. Manque de bol pour elle, elle devait bien à un moment ou un autre s’occuper du « client » qu’elle avait face à elle, étant donné qu’à la base il ne s’était pas présenter comme un ex souhaitant renouer, l’idée ne lui aurait même pas traversé l’esprit en réalité. Restant muet, attendant que la jeune femme face le premier pas, il ne fut pas déçu lorsqu’il l’a vit contourner le comptoir pour lui faire face. La scrutant de la tête au pied, son regard s’arrêta inévitablement sur le jolie ventre rond d’une Bonnie Whealer enceinte. Alors ça, si on le lui avait dit, il n’y aurait pas cru. Ne lâchant pas une seconde le bidon, de la jeune femme, du regard il répondit pourtant à sa question d’un ton totalement neutre. « En réalité j’avais dans l’espoir de pouvoir faire appel à tes nouveaux talents de traiteur, bien que j’ignorais complètement que tu étais derrière cette enseigne. » Un sourire idiot vint prendre racine sur le visage du jeune homme, dont la journée venait d’être littéralement éclairée par ce qu’il venait de découvrir. « Mais bordel Bonnie t’es enceinte jusqu’aux yeux .. Je sais inutile de me rappeler mes talents d’observateur. » Reportant finalement son regard à la hauteur de ses yeux, percevant cette lueur d’agacement dans les prunelles de la brunette, ce qui ne l’amusait que plus encore. « Quel est l’imbécile qui a eu la connerie de procréer avec toi ? » Une question qu’il se posait d’ailleurs à son propre sujet, si vraiment quelqu’un tirait les ficelles pour se délecter des situations rocambolesques dans lesquelles les êtres humains pouvaient se retrouver, il devait être totalement abruti. Soyons réaliste, faire de Rafael un père était sans doute la plus grande idiotie jamais vu, s’en suivait bien sur la maternité de Bonnie, du moins aux yeux du jeune homme. Cet avis n’engageait que lui, et une chose était certaine, pour avoir le plaisir de se délecter le plus longtemps possible de tout ce qu’il pourrait sortir comme ânerie à ce sujet, il devrait soigneusement éviter de la laisser découvrir pour Matthew. Il était évident qu’elle était probablement plus capable que lui de gérer un enfant, encore que .. Il l’avait toujours trouvé trop naïve et à la fois impulsive pour se gérer elle-même, alors un gamin. « pauvre gosse » pensait-il, tandis qu’il posait un bras sur le comptoir en contemplant la futur mère de son regard amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Nora Golightly
she is like a cat in the dark.
Nora Golightly

♦ Posts : 9485
Multinicks : roxcy, ridley, ronan.
♦ Credits : el boo boo (max), tumblr.

Status : divorced, single.
Address : n°5600, parkside street.
Job/Studies : works as Nyle's secretary, former fashion journalist.
Quote : "I'm not grumpy in the morning, I'm just very selective with my kindness."
Activité(s) de quartier : pilates.


HALL OF FAME
To Do List: go for a walk with Bandit, check emails, go out with some friends, call the big bro, buy a new white cane, curse Siri for being useless.
Contact List:
RP status: off ( ●●●● ) - cullen, alicia, nelson, matt.

« memories of our past » Vide
Message(#) Sujet: Re: « memories of our past » « memories of our past » EmptyLun 28 Juin 2010 - 11:57

C’était la réaction qu’elle s’attendait de voir. Elle leva d’ailleurs les yeux au ciel en l’observant la regarder de la tête au pied pour finalement rester bloqué sur son ventre. Evidemment, cela devait lui sembler bizarre. Le souvenir qu’il devait avoir d’elle n’était certainement pas l’image d’une jeune femme désirant fonder une famille à son âge. Bonnie Whealer avait bien évolué et ses principes avaient changé tout autant qu’elle. A l’époque où elle fréquentait Rafael, son avenir était tout tracé. Elle devait poursuivre de brillantes études pour déboucher sur un travail stable et ensuite elle aurait tout le temps de se caser. Au final, elle n’avait jamais terminé ses études, elle était devenue traiteur et était enceinte d’un homme à qui elle n’était même pas mariée. Oui, le chemin qu’avait pris sa vie était bien loin de ce qu’elle avait toujours eut en tête. Néanmoins elle n’était pas pourtant autant malheureuse de ses choix, au contraire. Elle était épanouie et amoureuse. Mais pour revenir à la réalité, elle s’en voulait presque d’être traiteur à cet instant. Travailler avec Rafael ? Quelle bonne blague. Consciente qu’elle n’avait pourtant pas le choix et qu’il représentait tout de même un client qui semblait toujours être plutôt chanceux niveau compte en banque, elle n’allait pas lui cracher dessus en lui demandant grossièrement de dégager. De plus Jane se fichait sérieusement des problèmes personnels qu’il pourrait avoir entre Rafael et Bonnie. Un client était un client, peu importe si c’était un salaud dans le genre de l’ex de la Canadienne. « D’acc… » commença-t-elle à dire alors qu’il vint la couper soudainement : « Mais bordel Bonnie t’es enceinte jusqu’aux yeux .. Je sais inutile de me rappeler mes talents d’observateur. » Le visage de Bonnie montra tout l’agacement qu’elle ressentait. La mâchoire crispée, elle serra davantage les dents en entendant la suite. Non mais quel abruti ! Il avait la chance qu’elle soit enceinte et quelque peu fatiguée, autrement elle lui en aurait foutu une. Ignorant complètement qu’il était lui-même père d’un petit monstre, elle plissa les yeux tout en le toisant, exaspérée. « Premièrement, tu es tombé chez le meilleur traiteur du coin et c’est peu dire. Deuxièmement, je suis effectivement enceinte et si tu continues de loucher sur mon ventre, tu n’auras plus de quoi regarder du tout. Troisièmement, le seul imbécile dans l’histoire, et le mot est faible, c’est toi. » En temps normal elle se serait contentée de répondre poliment, puisque le client est roi mais avec Rafael, c’était impossible de rester zen et répondre avec indifférence. Ils avaient beaucoup trop en commun pour qu’elle fasse comme s’il n’existait pas. Elle n’allait pas non plus lui exposer sa vie personnelle comme s’il s’agissait d’un vieil ami. Il n’avait plus aucun droit sur elle et même si elle avait grand envie de vanter tout le bonheur qui avait dans sa vie actuellement seulement pour l’agacer, elle était bien trop énervée pour le moment.
Avec agilité, elle attrapa un carnet et un stylo, pas de temps à perdre avec les souvenirs et les piques. « Bon, assez de bavardage. Pourquoi as-tu besoin de mes services ? Non pas que passer des heures à te préparer un excellent buffet m’enchante mais je suis certaine que tu seras un bon client. Et par bon client, j’entends bien sûr, un client qui paiera bien. » ajouta-t-elle avec un sourire radieux. Elle avait grand besoin d’espérer qu’il oublie de lui poser des questions sur sa vie et qu’il se préoccupe plutôt du pourquoi de sa venue au Jannie’s. Malheureusement, avec Rafael, il fallait s’attendre à tout.

_________________

it's only love, it's only pain.
it's only fear that runs through
my veins. it's all the things you
can't explain that make us human.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13627-in-the-middle-of-nowhere http://www.filthy-secret.com/t13655-lying-on-my-back-watching-stars-collide http://www.filthy-secret.com/t13855-journal-de-bord-de-nora-golightly http://www.filthy-secret.com/t13768-ch-n5600-parkside-street-famille-golightly
Invité
Invité




« memories of our past » Vide
Message(#) Sujet: Re: « memories of our past » « memories of our past » EmptyDim 11 Juil 2010 - 21:14


Travailler avec Bonnie Whealer, après tout ce qu’ils avaient partagé, était assez impensable. Mais il fallait s’attendre à tout ici. Coïncidence ou non, il était à présent face à la jeune femme. Et bien qu’il souhaitait de tout son cœur s’assoir à une table et pouvoir bavarder -l’emmerder- durant des heures. Il était la pour une raison précise. Lorsqu’il avait reconnu les traits de la canadienne, encore plus belle avec les années, il se retrouva forcé de repartir dans les vieux souvenirs. Bien que leur rupture ne lui laisse qu’un goût amer et une colère sans borne, le reste de leur relation n’avait pas été si « dramatique ». Et l’on pouvait dire avec certitude qu’il était tout de même ravi de s’en souvenir aussi nettement. Si à une époque il se perdait à penser encore à la jeune femme, c’était belle et bien révolue à présent, pourtant lorsqu’il s’imaginait retomber sur elle par hasard, jamais il n’aurait crut avoir affaire à un tel tableau. Balayant Bonnie du regard, il n’observait aucune alliance, elle avait quitté pôpa et môman, pour se faire engrosser loin de sa terre natale, sous le soleil brûlant de Miami. La petite Whealer avait bien grandit, mais pas pour autant changé. Elle avait toujours eut se fort tempérament, sachant ce qu’elle voulait et déterminée à l’obtenir. Il ne doutait pas, qu’une fois de plus, elle avait réussit et ce en un claquement de doigt. C’était une des choses qu’il admirait chez elle, avant de réaliser qu’il en était tout autant capable. Tout deux se ressemblaient plus qu’ils ne voulaient l’admettre, du moins aux yeux du jeune homme. Malgré tout, la voir enceinte était quelque peu déstabilisant et curieux, mais il aimait l’idée, c’était assez marrant après tout. Tellement qu’il avait presque hâte de la voir faire ses preuves, convaincu une fois de plus qu’elle ne ferait guère mieux que lui avec un nourrisson dans les bras. Il se souvenait encore très bien de la galère dans laquelle il s’était trouvé lorsqu’il avait fallut changer une couche pour la première fois ou encore comprendre la signification des pleures. Sans compter les courtes, trop courtes, nuits de sommeil. Oh ce n’était pas de tout repos d’être parent et Rafael ne l’avait jamais souhaité, bien qu’il aime son fils plus que tout, il était déterminé à garder se détail secrètement enfouis en lui. Il était certain qu’une femme comme Bonnie, ne s’en tirerait pas mieux que lui. Et il était même ravie de constater qu’elle avait garder cette hargne qu’il adorait chez elle. Un sourire se dessina largement sur son visage, avant qu’il ne plonge ses prunelles azurés dans celle de son ex.

« Mmh, toujours aussi passionnée. Mais ne te mets pas dans un état pareil, inutile de sortir les menaces tout de suite, tu pourrais être un peu plus aimable avec un futur client. D’autant que je ne suis pas certain, te connaissant, que les compliments que tu fais sur cet établissement, soient fondés. » Néanmoins, il avait besoin de ses services, il fallait souhaiter tout de même que son ancienne secrétaire ne s’était pas trompée et que les critiques sur le Jannie’s valaient vraiment la peine qu’il affronte le regard noir de son ex petite-amie. Pourtant, craignant sans doute qu’il ne s’arrête pas en si bon chemin lorsqu’il s’agissait de critiques diverses et variés, et de commentaires sur sa grossesse qu’il qualifierait si gentiment d’absurde. Elle reporta la conversation sur les raisons d’une éventuelle collaboration. Et une chose était certaine, Rafael serait vraiment un bon client. « Je te rassure ma belle, je serais un bon client et ce dans tout les sens du termes. Mais plus sérieusement, une espèce de soirée d’inauguration, j’ouvre mon agence artistique et pour te passer les détails, le genre de soirée barbante où il faut malgré tout gaver de petits fours tout ce beau monde prétentieux. » Cette soirée le gonflait d’avance, et il n’avait pas besoin d’entrer dans les détails, Bonnie le connaissait tout de même bien, et devait déjà s’en douter.
Pourtant, bien qu’ayant répondu aux interrogations de la jeune femme, elle n’avait pas répondu aux siennes, et il était de plus en plus curieux à propos de ses choix de vie, qui le surprenaient ostensiblement. Reportant son attention sur le ventre arrondit de la futur maman, il renchérit sur le sujet qu’elle souhaitait certainement éviter. « Alors dis moi, comment ça se fait que tu vis une grossesse sans bague au doigt et sans papa et maman Whealer derrière ton épaule ? »

Revenir en haut Aller en bas
Nora Golightly
she is like a cat in the dark.
Nora Golightly

♦ Posts : 9485
Multinicks : roxcy, ridley, ronan.
♦ Credits : el boo boo (max), tumblr.

Status : divorced, single.
Address : n°5600, parkside street.
Job/Studies : works as Nyle's secretary, former fashion journalist.
Quote : "I'm not grumpy in the morning, I'm just very selective with my kindness."
Activité(s) de quartier : pilates.


HALL OF FAME
To Do List: go for a walk with Bandit, check emails, go out with some friends, call the big bro, buy a new white cane, curse Siri for being useless.
Contact List:
RP status: off ( ●●●● ) - cullen, alicia, nelson, matt.

« memories of our past » Vide
Message(#) Sujet: Re: « memories of our past » « memories of our past » EmptyMar 20 Juil 2010 - 12:38

Pourquoi était-elle venue contre le gré de Jane ? Pourquoi avait-elle eut la stupide idée de se rendre au Jannie’s pour des petites bricoles sans grand intérêt. Elle se serait bien passée de tomber sur Rafael, qui cherchait toujours à la pousser à bout mais ce qui l’énervait le plus, c’était qu’il y arrivait parfaitement bien. Il connaissait la moindre chose chez elle, du moins avant qu’ils ne se séparent et que chacun s’éloigne. Aujourd’hui, beaucoup de choses avaient changé mais dans le fond ils demeuraient les mêmes. Elle aurait pu être ravie de le revoir, si seulement leur relation ne s’était pas terminée brutalement mais elle ne pouvait pas faire semblant de ne pas le connaître ou ignore ce qu’il y avait eut entre eux. Elle ne ressentait pourtant aucune nostalgie, loin de là, elle était heureuse et n’avait aucune envie de faire un bond en arrière. L’arrivée de Rafael ne changerait rien et ne représentait pas une menace parce qu’il était un ex. Mais elle n’était pas réellement certaine de se sentir obligée de tenir au courant Caleb. Après tout, Rafael n’était pas à Miami définitivement…n’est-ce pas ? Une pensée rassurante mise en morceau lorsqu’il lui parla d’ouvrir son agence artistique. Elle serra la mâchoire, sa venue était bel et bien définitive. Ils allaient vivre dans la même ville. Heureusement que Miami était assez grand pour eux deux, autrement les choses auraient pu être plus compliquées. Tentant de ne pas laisser paraître son malaise, elle esquissa un sourire hypocrite avant de répondre : « Je vois très bien de quoi tu veux parler et tu auras ce que tu demandes. En plus d’être gavés, ils seront satisfaits. » Cette fois-ci, son sourire se voulait fier et y avait de quoi. Elle aimait son job et même si c’était pour rendre service à une personne qu’elle n’appréciait guère, elle donnerait toujours le meilleur d’elle-même quoiqu’il arrive. La réputation du Jannie’s ne devait pas être entachée par une simple mésentente entre deux personnes, elle restait professionnelle. Elle tourna les talons et rejoignit de nouveau l’arrière du comptoir afin d’attraper une feuille où était disposé certaines cases à remplir. Son regard se leva néanmoins, en entendant Rafael lui adressa une fois de plus la parole. Ses traits se durcirent, il était revenu sur sa grossesse, c’était visiblement plus fort que lui mais en plus de cela, il avait touché un point sensible. Elle soupira, montrant sans gêne qu’elle était agacée mais se décida tout de même à le satisfaire avec une réponse. « Quel curieux tu fais. J’ai quitté Vancouver il y a quelques années avec mon compagnon. Sache que je n’ai pas besoin de papa et maman pour tout et n’importe quoi, comme tu peux le voir je m’en sors très bien. Et pour ce qui est de la bague, occupe-toi donc de tes affaires mais ne t’imagines pas trop de choses, je ne suis pas célibataire. » Elle lui adressa un clin d’œil avant de reporter son attention sur sa feuille qu’elle remit à sa place. « Bon écoutes, je ne devrais même pas être là puisque je suis en congé. Donc… » Elle déchira un bout de papier et attrapa à la volée un stylo. « … Voici mon numéro de portable, tu n’auras qu’à m’appeler dans la soirée ou peu importe pour qu’on discute de ta soirée. » Un dernier coup d’encre et hop, elle donna le morceau de papier à Rafael. « J’aurais adoré discuter plus longtemps avec toi, mais j’ai beaucoup, beaucoup de choses à faire. On se reparle plus tard. » Elle ne désirait pas tant le mettre dehors mais cela était tout comme. Elle le laissa donc regagner la sortie tout seul puis regagna l’arrière boutique avant de partir à son tour rejoindre Ocean Grove, comme si rien de tout cela ne s’était déroulé.

THE END

_________________

it's only love, it's only pain.
it's only fear that runs through
my veins. it's all the things you
can't explain that make us human.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13627-in-the-middle-of-nowhere http://www.filthy-secret.com/t13655-lying-on-my-back-watching-stars-collide http://www.filthy-secret.com/t13855-journal-de-bord-de-nora-golightly http://www.filthy-secret.com/t13768-ch-n5600-parkside-street-famille-golightly
Contenu sponsorisé





« memories of our past » Vide
Message(#) Sujet: Re: « memories of our past » « memories of our past » Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

« memories of our past »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-