AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Demon Slayer – Coffret (T19 + Roman N°02) en Précommande sur ...
15.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 REMEMBER OUR PASSION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




REMEMBER OUR PASSION Vide
Message(#) Sujet: REMEMBER OUR PASSION REMEMBER OUR PASSION EmptyJeu 15 Avr 2010 - 13:17



REMEMBER OUR PASSION
▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀

FLASHBACK ; IN JAIL


FEW YEARS AGO ...

Un éclat de rire, un baiser volé entre deux rails de coke et une atmosphère passionée propice à la défonce, voilà ce qu'était une réelle définition du bonheur. Enroulée dans un drap immaculé, la jeune Jaelyn observa avec attention son compagnon, alors qu'il terminait son verre de vodka, elle glissa avec douceur ses doigts fins dans sa chevelure désordonée. Pride, jeune homme désabusé qui avait sû l'accompagner dans sa descente aux enfers, l'avait recueillit quelques jours auparavant, après sa fugue. Ensemble, ils avaient défiés les lois de la bienséance et du respect. Anarchiques et en guerre contre le monde, le couple passionné s'était réfugié dans une bulle destructrice mais ô combien libératrice. Terminant son verre, Pride croisa le regard de la jeune femme. Celle-ci se mordit la lèvre, désireuse de le posséder une nouvelle fois. Son désir fût partagé et son compagnon déposa, avec douceur, ses lèvres sur la peau dénudée de son épaule. Un sourire épuisé se dessina sur le visage de Jaelyn qui répliqua "Et bien, tu ne vas quand même pas tomber amoureux de moi Pride, cela serait bien faible de ta part". Pensif, il haussa les épaules avant d'ajouter " Impossible, je ne t'aime pas Jae', mais je ne peux pas me passer de toi, et c'est bien ça qui me fais peur !". Puis, brisant ses doutes, ses peurs, elle vint l'embrasser avec ardeur.

PLEASE, LET ME THINK ABOUT HIM

Plongée dans ses pensées, Jealyn en oublia même de freiner. Elle sursauta avec violence lorsque le conducteur de l'imposant Dodge klaxonna son mécontentement. S'excusant passivement, elle décida de se concentrer sur la route. Encore sous le choc des récentes informations, elle avait l'impression de vivre en plein cauchemard. Le destin séparait les amants et quelques fois, par bonheur, il jouait en leur faveur. C'était là, le cas de Jaelyn Austen. Pride, une sorte d'âme soeur pervertie de son passé, immergeait d'une si longue et douloureuse absence. Leur amour destructeur mais ô combien passionné avait été un véritable baume pour la belle, une sorte de rédemption bercée par l'alcool et le sexe. Chassée par les parents de ce dernier, elle ne l'avait jamais revu et ce fût via la télévision et en prison qu'elle retrouva ses yeux rieurs et arrogants. Comment le croire ? Malgré ses déboires de jeune rebelle, il ne s'était pas assagi. Et sa situation lui était plus que néfaste.

Jaelyn gara sa petite voiture sur un parking désert. Redressant son foulard sur sa chevelure claire, elle posa délicatement ses lunettes sur le bout de son nez avant de s'avancer devant un portail gigantesque. Marchant dignement le long d'un grillage, quelques sifflements osés brisèrent le silence. Criant l'objet de sa visite, le portail blindé s'ouvrit lentement et elle se jeta dans la fosse aux lions.

Un policier vint à sa rencontre avant de la conduire dans une immense salle. Il désigna discrètement du doigt, un homme de dos assit au fond de la pièce "Le voilà !". Habillé par cette si célèbre mais honteuse combinaison orange, le détenu semblait plongé dans ses pensées. Le coeur de la belle ne fit qu'un tour et tremblante, elle s'avança vers Pride. Sans bruit, elle s'arrêta derrière lui avant de lancer "Nos folies ont causé tellement d'ennuis par le passé, mais, depuis tout ce temps je pensais que tu avais trouvé une sorte de stabilité Pride. Pourtant, je suis assez heureuse de te revoir après de si longues et douloureuses années."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




REMEMBER OUR PASSION Vide
Message(#) Sujet: Re: REMEMBER OUR PASSION REMEMBER OUR PASSION EmptyJeu 15 Avr 2010 - 19:14

    L'heure de visite ; plus communément appelée 'l'heure évasion' par les prisonniers dont les murs gris et froids leur étaient trop familiers. C'était le moment le plus attendu de ces incarcérés qui redoutaient que l'aiguille ne fasse trop vite le tour du cadran durant ces trop courtes minutes : le temps semblait s'étendre indéfiniment dans une sournoiserie mauvaise lorsque l'on souhaitait le voir passer à une vitesse vive, se figeant avec mesquinerie pour mieux nous rappeler l'ennui ferme de ces cellules glacées, mais passait avec trop de hâte lorsqu'on ne demandait plus qu'à le suspendre. Même les criminels avaient pour eux ce besoin vital de chaleur humaine, à retrouver femmes et enfants, écouter les nouvelles de la jungle de l'extérieur, envier la liberté de ces visiteurs, raconter les interminables journées occupées par des jeux de cartes ou le passage à tabac du dernier bizut. Autour de lui, un brouhaha serein résonnait entre les murs, entrecoupé de rires sonnant faux, de non-dits tendres, de souffles chagrinés et parfumés d'une tension palpable que procurait l'enfermement. Pour autant Pride n'attendait guère de visite en ce jour, préférant encore éviter à Micaela l'ambiance malsaine des geôles blindées d'hommes indélicats et souffrant d'un manque de chair évident ; il ne supportait plus de voir la belle Mexicaine criblée de ces regards lubriques et vicieux tournés vers ses formes généreuses, pas plus qu'il ne pouvait encore concevoir rester encore dans cette condition de prisonnier encore quinze années. Présent néanmoins lors de l'heure de visite, le jeune homme pouvait respirer l'air moins oppressant et plus chaleureux de cette pièce neutre pourtant docilement gardée par des geôliers à l'oeil vif ; c'était toujours plus agréable que la promiscuité d'une cellule grise, malgré la tranquillité qu'il aurait pu y trouver. Plongé dans ses pensées, Pride échafaudait thèse sur thèse, plan sur plan, dans l'optique d'une issue rapide et possible de cette prison, après tout il était bien parvenu à acquérir très tôt une liberté anticipée lors de sa première incarcération, pourquoi serait-ce différent aujourd'hui. Fronçant les sourcils sur ces derniers échos de pensées, le brun ténébreux devait se rendre à l'évidence qu'il tentait simplement de se faire optimiste quand tout semblait perdu, ce fut donc d'un soupir las s'échappant de ses lèvres qu'il se murait dans sa léthargie, lorsqu'une voix familière vint heurter ses tympans. Et avec elle, toutes ses pensées s'envolèrent.

    "Nos folies ont causé tellement d'ennuis par le passé, mais, depuis tout ce temps je pensais que tu avais trouvé une sorte de stabilité Pride. Pourtant, je suis assez heureuse de te revoir après de si longues et douloureuses années."

    Son palpitant s'affola d'un soubresaut douloureux avant de mourir sous l'étouffement de la surprise passée, lorsqu'il reconnut cette voix qui un temps lui avait été si chère. Etait-il tombé amoureux de l'ancienne junkie postée alors dans son dos, le jeune homme n'en savait rien : à l'époque déjà, et mué dans ses troubles d'adolescent, il ne parvenait guère à mettre des sensations sur le sentiment amoureux. Il se souvenait seulement de l'avoir vue partir, peut-être pas à contre-coeur puisque tous deux ne prônaient pas l'absurdité des idylles mielleuses, mais il avait vu en la jeune fille son âme soeur. Le même gouffre au creux de son âme, le même néant dans son palpitant, la même perdition et la jouissance de se brûler les ailes dans les affres destructrices de la drogue. Ne daignant guère se retourner, Pride esquissa un sourire en coin avant de laisser Jaelyn le contourner pour mieux venir prendre place face à lui, comme il plongeait son regard pénétrant dans le satin de ses yeux assurés.

    «  'Assez heureuse', dis-tu. » fit-il de sa voix suave et épicée non sans arborer un regard arrogant malgré l'habit de couleur orangée qu'il portait sur le dos. « Si ton plaisir est mitigé, je ne te retiens pas, tu peux partir... Car pour ma part je ne peux pas en faire autant.  »

    De la provocation à l'état pur, cela avait toujours été l'une des armes les plus tranchantes de Pride, mué dans une fierté exacerbée et les portant souvent comme un geste défensif. Les retrouvailles auraient sans doute pu être plus chaleureuses si ces simples mots n'avaient pas blessé l'ego du jeune homme, alors même que tous deux ne s'étaient pas revus depuis si longtemps.

    « Ce n'est pas moi qui fuis la stabilité, c'est elle qui me fuit. » acheva-t-il dans un sourire avant de reprendre : « Le monde est infiniment petit, je ne pensais pas te retrouver ici. En vérité je ne pensais plus te retrouver du tout. » Le jeune homme marqua une pause non sans une prestance naturelle malgré la déconvenue des retrouvailles. Il était étrange de la voir ici, face à lui comme tombée du ciel. L'étonnement l'avait pris de court et pourtant s'était vite éteint en son estomac contracté : ces derniers temps Pride vivait tant d'événements intenses qu'il en venait à se demander s'il ne s'agissait pas simplement d'un cauchemar. En l'instant, la vision de Jaelyn face à lui ne lui paraissait ni réelle ni concrète, il lui semblait que tout n'était plus qu'illusion d'optique brouillant ses sens et envenimant ses sentiments. « Et toi... Un mari, deux enfants, une maison et un chien ? Impossible. » fit-il dans un sourire soudain complice et amusé. « …. Architecte ? »

    Le regard sombrement interrogatif de Pride vint toiser les prunelles joueuses de la demoiselle, se remémorant de la promesse qui avait été faite. Ils ne se retrouveraient qu'une fois que l'ancienne junkie aurait accompli son rêve. Et quelle ironie que de parler de souhaits réalisés dans un endroit prônant l'enchaînement de la liberté.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




REMEMBER OUR PASSION Vide
Message(#) Sujet: Re: REMEMBER OUR PASSION REMEMBER OUR PASSION EmptyJeu 15 Avr 2010 - 22:40

Tremblante, haletante, la jeune architecte poussa un léger soupir avant de défier son ancien compagnon d'infortune. Prenant place sur un banc, Jaelyn posa ses effets personnels près d'elle. Quittant son foulard et ses lunettes, elle laissa à Pride un court instant afin qu'il dévisage sa face d'ange, inchangée. Même privé de ses ailes, une certaine arrogance brillait dans son regard sombre, une arrogance qu'elle connaissait si bien ... Une arrogance qui avait sû la séduire quelques années auparavant. Son assurance la déstabilisa et nerveusement ses doigts fins se ressérèrent sur le pli de sa robe claire.
« 'Assez heureuse', dis-tu. Si ton plaisir est mitigé, je ne te retiens pas, tu peux partir... Car pour ma part je ne peux pas en faire autant. » lança t'il d'un ton cinglant. Quelque peu honteuse et consciente d'avoir rendu son égo à néant, Jaelyn baissa les yeux. "Pride ! Ce n'est pas ce que je voulais dire, pardonnes moi. Du moins, j'ai tellement eu de mal à t'aborder, depuis ... enfin ...Je ne sais pas quoi dire, c'est idiot" Alors qu'elle se mordait la lèvre avec difficulté, Jaelyn chercha un peu de réconfort dans son regard détaché. Inconsciemment, le voir dans cet état la rendait malade, privé de sa liberté il semblait pourtant invulnérable. "J'ai perdu de ma hargne n'est-ce pas ?" soupira t'elle.
Désormais Jaelyn n'était plus cette junkie avide de liberté et de défonce. La vie lui avait donné une sorte de seconde chance, loin de lui, loin de ses erreurs. Jeune femme rangée, elle habitait dans un quartier paisible d'Ocean Grove, son existence était devenue si routinière que de revoir son amant lui avait soudainement procuré un étrange sentiment. Un besoin d'évasion, une aspiration à la liberté si folle qu'elle se surprit à rêver à ces années de débauche. La belle soupira une nouvelle fois alors que le silence s'installa entre les deux amants. « Ce n'est pas moi qui fuis la stabilité, c'est elle qui me fuit. » Un sourire se dessina sur les lèvres brillantes de Jae', tout cela n'était pas faux et cette douloureuse vérité le rendait tellement plus attachant.« Le monde est infiniment petit, je ne pensais pas te retrouver ici. En vérité je ne pensais plus te retrouver du tout. » Alors qu'il marquait une pause, le coeur de la belle se serra. Après tout, il avait raison, pourquoi était-elle revenue auprès de lui ? Pride n'avait même pas cherché à la retrouver, ne serait-ce qu'un mail ou encore un appel téléphonique, un simple contact. Le retrouver aurait été si bénéfique, une sorte de subtil soulagement. Ils s'étaient quittés sur un malentendu et depuis cela ... silence radio.
Le croyant à peine réel, la voix suave du jeune homme la ramena dans cette dure réalité. Souriant, Pride se révéla quelque peu détendu. Irritée par cette soudaine prestence, Jaelyn leva les yeux au ciel. Une nouvelle fois, le détenu prit la parole « Et toi... Un mari, deux enfants, une maison et un chien ? Impossible. » Retrouvant son sourire radieux, la jolie jeune femme ajouta "Ne sois pas stupide, tu sais bien que ces choses là ne me ressemblent pas. Même si ma vie reste relativement ennuyeuse, je ne suis pas pour autant engagée ou même mariée." Ecoutant attentivement sa réponse, Pride paracheva amusé « …. Architecte ? »
Architecte, ce fût avec brio que Jae' passa les diplômes, une récompense, un combat gagné contre de longues années de labeur. Animée par ce rêve d'enfant, Pride était la seule personne qui avait non pas sû écouter mais entendre ses aspirations. Ensemble, ils avaient refait le monde à leur façon, un monde dans lequel Jaelyn démontrerait son talent sous la bienveillance de son amant. Avec une grande modestie, la jeune femme aquiesça " Une promesse nous lie Pride, et il fallait que je te retrouve pour t'annoncer la nouvelle ... Pas avant tu te souviens ? ... Cependant, j'ai tenu mon engagement, qu'en est t'il du tien ?" Souriant, le jeune homme lui adressa un clin d'oeil ravi. Perdant sa bonne humeur, Jaelyn quitta sa place avec délicatesse. Elle vint s'asseoir près de lui et posa sa main sur la sienne. D'un air grave, une détresse emplit son regard mordoré, elle se délecta cependant de sa grâce et de sa fierté naturelle."Pourquoi es-tu ici ? S'il te plaît, dis le moi !" l'implora t'elle avec discrétion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




REMEMBER OUR PASSION Vide
Message(#) Sujet: Re: REMEMBER OUR PASSION REMEMBER OUR PASSION EmptyVen 16 Avr 2010 - 22:03

    Les retrouvailles n'étaient sans doute pas celles qu'ils avaient pu imaginer dans leur vie d'adolescent, bien que ni l'un ni l'autre n'avait jamais cru aux contes de fées. Le prince n'était même pas vertueux, la princesse elle-même préférait sa vodka à ses habits de lumières, et les deux amants qu'ils avaient été en un temps si court, mais pourtant si éperdument fusionnels malgré leur relation éphémère, avaient plongé dans les abysses de l'inconvenant, des rails tracés à la black card, de la décadence de la jeunesse désabusée. Se coucher lorsque les autres se levaient pour aller travailler, rouler trop vite dans les rues de Chicago, se réveiller plein de courbatures après avoir dormi au sol, la tête endolorie et le nez plein de crack, le coeur en sang mais les sentiments si forts ; c'était toute cette dépravation sublimée qui les unissait. La prison en ce jour les réunissait, et en un sens il était légitime de croire que c'en était presque logique, tant Jaelyn et Pride n'avaient finalement que vécus enfermés dans les affres sombres de la dépendance de la drogue, et de celle qu'ils avaient l'un pour l'autre. Le jeune homme ne put s'empêcher d'esquisser un sourire tendre à son ancienne amante lorsque cette dernière souffla avec taquinerie d'avoir perdu sa hargne : peut-être bien, mais c'était loin d'être un défaut, bien au contraire. Elle avait visiblement sa vie rangée et l'assurance d'une stabilité d'apparence sûre, Pride lui n'avait plus que la liberté en suspens, l'avenir incertain et la fatalité venant écraser une potentielle routine qu'il aurait pu avoir. Dévisageant Jaelyn de ses yeux ambrés, Pride toisait ses traits délicats dont il n'avait pu se passer fut un temps, cherchant la nostalgie de leur passé, de leur idylle, de ce qu'ils avaient été. Qu'il était loin le temps insouciant où il pouvait s'adonner aux joies peu glorieuses de la drogue sans penser à son lendemain, niché dans le monde doré de la vie luxueuse des beaux quartiers de Chicago. L'effet de surprise passée, Pride prenait peu à peu conscience qu'il faisait face à celle qui avait été sa première histoire, sa première idylle, son premier tout : de son front blanc à ses lèvres cerises, elle avait gardé cette même beauté éthérée qu'il avait tant idolâtré autrefois. Dans le sublime de leur souffrance, les deux adolescents s'étaient trouvé avec splendeur, de ce heurt violent et délicieux qui ne se produit que les deux-cent ans : Jaelyn avait été en quelque sorte une âme soeur trop fusionnelle.

    " Une promesse nous lie Pride, et il fallait que je te retrouve pour t'annoncer la nouvelle ... Pas avant tu te souviens ? ... Cependant, j'ai tenu mon engagement, qu'en est t'il du tien ?" fit-elle dans un sourire radieux comme le jeune homme perdit de son arrogance pour gagner en lueur complice.

    Pride lui offrit un léger sourire en coin en retour, il lui semblait oublier son incarcération, la froideur de ces murs, l'ambiance pesante et froide, pour mieux se perdre dans le regard satiné de l'ancienne junkie lui rappelant le parfum trouble de son passé.

    « Pas avant... » souffla-t-il de sa voix suave, sans jamais daigner détacher son regard du sien, avant de reprendre : « Je n'avais pas d'engagement déjà à l'époque, je n'en ai toujours pas. » renchérit-il d'un sourire complice.

    La demoiselle alors, se leva avant de contourner la table, dont la silhouette gracile ne fut jamais délaissée par les prunelles avides du jeune homme qui la regarda alors s'asseoir à ses côtés. La main douce de Jaelyn posée sur la sienne, les doigts de Pride vinrent la caresser avec langueur, quand dans un ultime frémissement il vint porter sa main frêle et blanche à ses lèvres, avant d'y déposer un baiser.

    « C'est si bon de te revoir. » confia-t-il enfin non sans clore quelques secondes les paupières, humant son parfum sucré à la recherche de quelques souvenirs perdus, dans un battement de coeur qui ne connaissait plus de fin.
    "Pourquoi es-tu ici ? S'il te plaît, dis le moi !"

    Rouvrant les yeux sur le visage candide de la demoiselle, Pride imposa un léger silence, à la recherche des mots justes, n'aspirant plus qu'à la serrer contre lui pour mieux sentir son coeur battre contre son buste. Etrangement, et malgré le lien destructeur qui les avait unis, Pride ressentait en Jaelyn l'alliée qui lui avait tant manquée ici, à Ocean Groove. Elle était celle qui le comprenait, pour avoir été comme lui, pour avoir passé les mêmes portes de l'enfer, pour s'être connus avec tant d'intensité. Et qu'il était bon de retrouver ses racines ne serait-ce que quelques secondes, à travers les yeux d'une autre personne.

    « Chicago me manque, maintenant que tu es si près de moi. » Chicago, leurs souvenirs, leur complicité passée... tout semblait si lointain, maintenant qu'il sentait fouler les terres dantesques. Gardant sa main dans la sienne, le jeune homme planta ses obsidiennes radoucies dans les pupilles chatoyantes de Jaelyn. « Après que tu sois partie, je suis allé à Harvard... Un étudiant en mathématiques absolument brillant, c'est ce que l'on disait de moi. » fit-il de son souffle bas et épicé. « La crainte de retomber dans la pauvreté des ghettos sans doute, l'envie de toujours mettre ma soeur à l'abri, même si mes parents adoptifs vivaient aisément, m'ont poussé à mettre à profit mon aisance avec les chiffres. Ca, et le plaisir du jeu également. » renchérit-il dans un bref sourire amusé. « J'ai donc... sillonné le pays les week-ends, bluffant les casinos et wall street. Je m'enrichissais de plus en plus, et lorsque le sénateur Gabriel McAllister m'a demandé de financer sa campagne avec mon argent que j'avais blanchi, j'ai accepté sans hésiter, afin de toujours tisser un réseau d'influence. Voilà pourquoi je suis ici : pour avoir financé scrupuleusement l'homme qui ne fait que m'enfoncer d'avantage pour sauver sa peau et sacrifier la mienne. » finit-il non sans un rictus cynique avant de reprendre dans un souffle : « Depuis quand es-tu ici... Je t'ai cherchée longtemps, partout où j'allais. Avant de me dire que c'était peine perdue. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




REMEMBER OUR PASSION Vide
Message(#) Sujet: Re: REMEMBER OUR PASSION REMEMBER OUR PASSION EmptyDim 18 Avr 2010 - 18:14

  • « Je n'avais pas d'engagement déjà à l'époque, je n'en ai toujours pas. » A ces mots, le rictus apeuré de la jeune femme se transforma en sourire complice. Effectivement, Pride n’avait jamais fait preuve d’une grande dévotion à son égard. Préférant profiter de l’instant présent, il n’avait jamais aimé lui faire de promesses. Celle-ci était une véritable exception. « Cela ne m’étonnes pas de toi. » Retrouvant son compagnon d’infortune, son cœur semblait plus léger, seule cette misérable combinaison orange formait une honteuse tâche dans ce si joli tableau. Jaelyn le détailla avec avidité, sa présence qui avait été si essentielle par le passé semblait n’avoir jamais disparu. La jolie jeune femme retrouva son sourire, son aisance et sa certitude exacerbée, qui l’avait tant séduite quelques années plus tôt. Pourtant, lointaines étaient les heures perdues de Chicago, leurs caresses, leurs utopies, n’étaient plus que de douloureux souvenirs. Contournant la table immaculée, Jaelyn ne pû s’empêcher de s’approcher de lui. Ainsi, elle s’assit avec délicatesse à ses côtés, admirant la beauté de son regard rieur, la jeune architecte succomba lorsqu’il caressa sa main avec douceur. D’un geste partiellement détaché, mais ô combien charmeur, il déposa ses lèvres sur le dos de sa main satinée. « C'est si bon de te revoir. » lui confia t’il avec sincérité. Gorgée de remords et haletante, la belle baissa la tête, son regard chaleureux était une réelle torture, pourquoi jouer le jeu d’une hasardeuse rencontre ? A cet instant, elle aurait voulu lui crier son désarroi, lui crier ô combien elle avait été malheureuse de le voir disparaitre, ô combien sa descente aux enfers l’avait détruite. Faisant foi d’un semblant d’émotion, la jeune Jaelyn rassembla courage et retenue avant d’ajouter « J’avais espéré que tu me le dises bien plus tôt » Laissant peser un silence chargé de sens, la belle renchérit une nouvelle fois sur la cause de son incarcération. Soupirant, Pride se délecta de sa beauté candide alors qu’elle, craintive, fuyait son regard. « Chicago me manque, maintenant que tu es si près de moi. »

    La séduction avait toujours été un brillant atout pour un homme, mais dans les mains de son jeune amant, celle-ci devenait dangereuse et habile. C’est en agissant de la sorte qu’il l’avait attiré dans ses filets, et qui plus est, Jaelyn était toujours éperdument amoureuse de lui. Ses paroles la touchèrent en plein cœur, et vacillante, son corps lui procura une étrange sensation de chaleur, une chose que l’on qualifierait de bonheur, de bien-être. Ses mots se radoucirent alors qu’un garde passait non loin d’eux. « Ne rends pas la chose si difficile Pride, s’il te plaît. » souffla t’elle avec tristesse. Cette fugue avait été non seulement la plus grande erreur de sa vie, une conséquence déplorable dans sa malheureuse existence, mais Pride avait su lui faire ouvrir les yeux, non, pas que sur elle, mais sur le sentiment amoureux, sur le désir d’un avenir partagé et sur l’importance d’un idéal. Il était son amant, mais il demeurera son âme-sœur, telles étaient ses croyances et ses envies.

    Posant son regard épicé sur ses lèvres perlées, Pride entama son incroyable récit, une vie résumée en quelques secondes, une succession de causes à effets qui dans son malheur le conduisit en prison. Le jeune homme reflétait à ses yeux l’absolution de toute autorité, il avait été son symbole de liberté dans sa chute destructrice. Le sort avait été dur avec lui, et intérieurement Jaelyn maudit cette fatalité. Comprenant ses erreurs, elle reprit la parole rapidement alors qu’un surveillant vint à leur rencontre. « Je suis ici depuis quelques mois à peine, je travaille dans le Centre-ville de Miami avec un associé, mais ça n’a pas d’importance ! Il faut que … » Les bruits de pas lourds stoppèrent et une voix rauque la fit sursauter « Mademoiselle, étant donné que vous n’êtes ni de sa famille et encore moins sa femme je vous somme de partir. Les 15mn réglementaires ont écoulées. » Resserrant son poing sur le haut de sa matraque, Jaelyn comprit qu’il était inutile d’insister. Elle lança un regard emplit de dévotion et de compassion à son amant avant de quitter son siège. « Je ferais mon possible pour revenir Pride, crois moi ! » Prenant son sac, elle s’approcha de son compagnon avant de déposer délicatement ses lèvres sucrées au recoin même de sa bouche masculine, et dans une vague de coton et de soie, Jaelyn suivit le gardien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





REMEMBER OUR PASSION Vide
Message(#) Sujet: Re: REMEMBER OUR PASSION REMEMBER OUR PASSION Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

REMEMBER OUR PASSION

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-