AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Fnac : 15% de réduction sur toutes les TV de ...
Voir le deal

Partagez | 
 

 n°1421; What Happened ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




n°1421; What Happened ? Vide
Message(#) Sujet: n°1421; What Happened ? n°1421; What Happened ? EmptySam 10 Avr 2010 - 21:55

La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Certaines personnes, en attendant cette phrase pourrait douter de sa véracité car ils n’ont jamais eut au cours de leur vie un événement qui aurait pu le faire penser le contraire. Ce groupe de personnes assez chanceuses est malheureusement plus que réduit, tout le monde connaît au moins dans sa vie, un évènement qui rend la vie moins douce et qui peut même la poussé dans ses pires retranchement. S’il y avait bien une personne dans ton Miami pour qui cette phrase était totalement vraie c’était bien Eliès. Autrefois peintre bohème ne se souciant nullement des tracas de la vie, il aurait aussi bien pu vivre dans la rue que sur la plage ou même dans la plus belle de toutes les maisons que cela n’aurait rien changées à sa vie. Tout ce dont il avait besoin pour vivre c’est la liberté, un peu de nourriture et d’eau, son matériel de dessin et de peinture et de pouvoir s’amuser avec toute jolie personne qui passait. C’était un séducteur qui ne s’inquiétait nullement de la façon dont on pouvait le voir ni de la vie qu’il menait. Aujourd’hui, si l’on mettait cet ancien Eliès face à ce lui qu’il est devenu, il y a peu de chance que l’on retrouve encore des points en commun. Il n’y a qu’à commencer par leur apparence physique. Le premier, celui d’avant, est fort et fier, il aime son corps, séduire et montrer qu’avec un simple regard il peut faire craquer n’importe qui. Le deuxième, celui de maintenant, n’a plus cette image de Duan Juan. Cela est sans doute du à ce fauteuil qui fait maintenant partie intégrante de sa vie. De plus, il a échangé ses plus beaux vêtements pour un look plus négligé, il n’y a qu’à voir la barbe qui prend de plus en plus possession de son visage. Pourtant malgré ce changement radical de style et cet objet métallique auquel il est rattaché, on aurait pu encore lui trouver un certain charme. Malheureusement, il avait également perdu cette petite lueur de conquérant dans le regard qui faisait de lui une personne totalement confiant et surtout à laquelle il était totalement impossible de résister. Voilà donc ce qu’il était devenu, un homme qui n’avait plus aucune envie de plaire. Il portait aussi une sorte de rage envers tout le monde, n’ayant qu’une seule envie qu’on lui fout la paix et qu’il puisse finir la fin de sa vie en paix. Bien entendu, cette fin, il l’espérait la plus rapide possible. Qu’avait-il bien pu se passer dans sa vie pour qu’il change à ce point ? Le jeune homme qu’il était avait tout simplement apprit qu’on ne peut tout simplement pas ne rien regretter. Et tous les regrets qui étaient sien depuis trois semaines étaient en train de le ronger. Cela faisait trois semaines que son sommeil était de plus en plus agités ce qui commençait à laisser ses marques, ses yeux étaient plus que rouges et il devenait de plus en plus désagréable au fil des jours qui passaient. D’ailleurs, la dernière visite de l’infirmière n’avait pas été des meilleurs, en effet, selon elle, il se laissait dépérir. Sans doute avait-elle raison. Au fond, il se serait totalement moqué de ce qu’elle pensait si elle n’avait pas parlé de le faire hospitaliser pour son bien. Et si sur cette terre, il y avait bien un endroit où il ne voulait plus jamais remettre les pieds c’était bien l’hôpital. Ses souvenirs y étaient beaucoup trop douloureux. Alors, seul dans sa grande maison, il cherchait bien à quoi il pourrait occuper sa journée. Au fond, il s’en moquait, il pouvait bien la passer tout entière dans son fauteuil sans nullement le dérangé. Tout ce qu’il espérait c’est ne pas avoir à nouveaux droits à une leçon de morale.

Le jeune homme était en train de lancer la balle à son tout nouvel ami qui n’était autre qu’un chien appelé Brioche qui était son compagnon depuis plus de trois semaines. Le jeune homme ne comprenait pas vraiment pourquoi il s’était temps attaché à ce chien mais une chose était sur c’est qu’il y tenait comme à la prunelle de ses yeux et parfois, il lui arrivait de lui parer comme s’il était un humain. Sans doute était-il devenu légèrement fou mais au moins, lorsqu’il entendit son téléphone portable sonné. Bien souvent, il se contentait de regarder qui lui téléphonait et de ne pas répondre mais lorsqu’il vit la personne qui lui sonnait, il ne pouvait se résoudre à ne pas décrocher. Au téléphone, une demoiselle était en train de s’énerver et une chose était sur c’est que le jeune homme avait du mal à comprendre ce qui l’a mettait dans un tel état. Comprenant que la demoiselle ne se calmerait pas de sitôt, il lui répondit qu’il allait venir voir ce qui n’allait pas avant de raccrocher. Juste après, il appela une société de taxis spécialisés pour pouvoir le transporter avec son fauteuil et il attendit que celui-ci arrive. Lorsque ce fut le cas, il sortit de chez lui et monta dans le taxi avant d’arriver une vingtaines de minutes plus tard devant la maison de la demoiselle. Il n’eut pas le temps de sortir du véhicule que déjà la demoiselle avançait vers lui et elle ne semblait nullement de bonne humeur. Lorsqu’elle fut enfin devant lui, il se mit à parler. « Qu’est ce qui s’est passé ? Je n’ai pas vraiment comprit ce que tu voulais me dire au téléphone tu criais un peu trop. » Que s’était-il passé ? Il n’en avait aucune idée mais il pensait bientôt le découvrir.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




n°1421; What Happened ? Vide
Message(#) Sujet: Re: n°1421; What Happened ? n°1421; What Happened ? EmptyJeu 15 Avr 2010 - 17:17




« Non mais j’hallucine, si tu voyais le bordel. J’ai envie de tuer quelqu’un, j’vais l’égorger le sal con !!! » plus de dix minutes que Lëeloo avait décroché le téléphone et composé le numéro de son plus proche ami. Hmm, de son seul ami serait plus juste, Eliès était sans doute le seul à réussir à supporter le caractère infernal de la jeune femme. Il ne se formalisait pas de son attitude, de ses crises de colère parfois excessives, et encore moins de ce caractère complètement imprévisible et parfois dangereux. Deux jours de vacances, un cadeau offert généreusement, et à son retour, elle découvrait que quelqu’un avait visité sa maison, avait tout retourné … Un cambrioleur sévissait à Ocean Grove et elle en était la première victime. Si Aly s’était contentée de remercier Jane et ne s’était pas particulièrement préoccupée des dégâts. Lëeloo, elle, était dans un état de fureur déconcertant. Eliès n’avait probablement pas compris un traitre mot de ce qu’elle avait bien pu lui raconter. Parlant beaucoup trop vite, s’embrouillant littéralement entre toutes les envies qui traversaient son esprit. Impulsive, sanguine, elle ne supportait pas l’idée qu’on avait fouillé dans son intimité, comble de l’hypocrisie quant on savait ce dont elle pouvait être capable .. « Ramènes-toi merde ! » Sa délicatesse la perdra, se fichant éperdument de la mobilité réduite de son ami, elle ne se comportait pas avec lui comme si elle était en face d’un infirme. Elle se fichait complètement qu’il ait du mal à se déplacer, que pour lui, rejoindre sa maison était bien plus complexe que pour elle qui tenait sur ses jambes. Elle n’était pas l’amie délicate qui allait le plaindre, et surtout le choyer tout ça parce qu’il était cloué dans un fauteuil. Pour certain, ses réactions étaient mesquines, mauvaises et surtout déplacées. Mais elle voyait les choses autrement, elle se sentirait vraiment odieuse, si elle le regardait avec pitié, là elle se sentirait gênée et honteuse. Mais au contraire le traiter, comme elle traiterait n’importe quel personne capable de taper un jogging matinale, lui semblait bien plus correct à son égard. Balançant donc le téléphone à travers la pièce, celui-ci atterrissant sans le moindre ménagement contre un mûr, décrochant par la même occasion un cadre qui était accroché.

Prenant place dans son canapé, elle était totalement abasourdit, complètement choquée, ne s’attendant pas une seule seconde à être la victime d’un cambrioleur, elle qui se sentait surpuissante, à l’abri de tout. Elle tombait de bien haut, et tout ce qu’on pouvait en dire, c’est que la chute, faisait bien mal. Excédée, elle ne se sentait même pas capable de tout ranger, probablement qu’elle aurait du laisser Aly gérer ça toute seule, mais c’était plus fort qu’elle. Une situation d’une telle importance nécessitait sa présence, même si elle avait prit conscience qu’Alabama était probablement celle qui ferait face avec plus de calme et de sang froid. Mais elle se sentait rabaissée, elle ressentait le besoin de reprendre le contrôle, comme si cette intrusion la remettait à sa place, la faisait descendre de son piédestal. Elle réalisait finalement qu’elle n’avait rien d’une intouchable bien au contraire. Se levant pour tenter de reprendre ses esprits, prenant une profonde inspiration, tentant d’envisager de se mettre à faire de l’ordre, elle sentit quelque chose à ses pieds. Baissant le regard, elle vit le chat roder autour de ses jambes. Détestant ostensiblement cette bête, elle n’hésita pas à le pousser violemment. « Saleté de chat, comme s’il aurait pas pu t’emporter, ou t’écraser avec un meuble. J’savais qu’on aurait du prendre un chien, ça nous aurait été utile AU MOINS !! » Occupée à s’en prendre à Monsieur Moustache, qui finirait probablement dépressif, sous le poids d’un nom aussi ridicule, et espérons-le pour lui, également suicidaire. Elle avait presque oublié qu’Eliès devait venir, finalement elle reporta son attention sur sa montre, et fini par sortir, s’asseyant sur les marches devant l’entrée, faisant frénétiquement claquer son pied au sol, en signe d’impatience. Quant elle vit finalement le taxi se stopper devant chez elle, elle se leva d’un bon, ouvrant rapidement la portière, l’aidant alors à descendre, elle fini par ouvrir la bouche tout en tentant de garder son calme. « T’en as mis un temps pour arriver, bah tu vas voir … » Payant rapidement le chauffeur, qui semblait mécontent ce dont elle se fichait par ailleurs. Elle fit rentrer Eliès, lui laissant alors le loisir de se déplacer seul dans la maison complètement en bordel. Il était certes habitué, après tout Lëeloo n’était pas le modèle type de la maniaque tout autant qu’Aly, mais là ça dépassait l’imagination. « On m’a cambriolé, MOI ?! Non mais sérieusement … » A cours de mot pour définir la colère qui l’envahissait, elle claqua violement la porte de rage. Retournant au canapé, s’asseyant et prenant immédiatement sa tête entre ses mains, les coudes reposés sur ses genoux. Elle était véritablement excédée, et ne savait pas comment réagir, elle s’était alors tournée vers la seule personne en qui elle avait confiance.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




n°1421; What Happened ? Vide
Message(#) Sujet: Re: n°1421; What Happened ? n°1421; What Happened ? EmptySam 1 Mai 2010 - 22:45

Il y a certaines choses dans la vie qui resteront des mystères et le jeune home avait l’un des plus grands mystères de tout Miami juste devant lui. En quoi une simple fille comme Lëeloo peut-elle être un mystère ? Et bien simplement par le fait de son existence qui n’est pas tout à fait normal. En effet, le jeune homme ne connaissait la demoiselle que depuis peu de temps mais pourtant, il en savait sans doute beaucoup plus que n’importe qui sur son compte. Qu’avait-il donc fait pour mériter un tel traitement de faveur ? Rien du tout ou du moins, il s’était juste trouver au bon endroit et au bon moment. Bien entendu, ce moment de rencontre avec la demoiselle n’avait pas été une partie de plaisir et aussi bizarre que cela puisse paraître, ce n’avait nullement été la faute de Lëeloo. En repensant à ce fameux jour, une part de lui ne pouvait s’empêcher de s’en vouloir. Il repensait à tout ce qu’il n’avait pas réussit à lui dire et aussi à la façon dont il aurait dû agir avec elle. Qui était donc ce elle ? La femme qu’il avait aimée même s’il n’avait jamais eut l’occasion de le dire. Elle avait été, dans sa courte existence de 25 ans, la seule demoiselle qui avait réussit à lui faire ouvrir son cœur. Malheureusement, il n’avait comprit que trop tard ce qu’il ressentait pour Joan et cela l’avait conduite à sa perte. Sans lui, elle serait encore là, vivante mais en même temps, sans elle, il n’aurait jamais compris qu’au fond de lui il possédait un cœur même s’il ne voulait se l’admettre. Il avait battu pendant quelques instants pour Joan mais ses battements n’avaient été repérés que trop tard. Il l’avait traité si mal tout simplement parce qu’admettre ce qu’elle changeait en lui, lui était totalement impossible. Egoïste, borné, salaud, il pouvait admettre qu’il avait été tout cela. Il aurait tant aimé qu’elle ne reparte jamais se battre et qu’elle reste à ses côtés mais encore une fois, il avait fallut que le jeune homme fasse une erreur, l’une des plus grosses erreurs qu’il puisse faire. Il se trouvait là devant la maison de Lëelo et il repensait à l’envie qu’avait ses lèvres de toucher celle de Joan. Il essaya de reprendre ses esprits et se concentra sur la demoiselle qui arrivait devant elle. Eliès avait depuis quelques temps, la tête d’un déterré qui ne vivait plus vraiment. Et pourtant, lorsqu’il se trouvait en compagnie de la demoiselle, une part de lui se sentait plus heureux. Qu’elle était donc la raison qui changeait la donne ? Simplement le fait que la demoiselle n’avait rien de comparable aux autres. Elle était unique et cela venait du fait que Lëeloo occupait le corps d’une autre personne et qu’au fond, elle n’existait pas vraiment. Elle était la double personnalité d’Alabama Callahan et pourtant, aux yeux du jeune homme, elle était totalement réelle. Il aimait sa personnalité et surtout le fait qu’elle se moquait d’une certaine manière totalement de ce qu’il était. Il était dans un fauteuil et ressemblait à un mort vivant et pourtant, lorsqu’elle lui parlait, c’était comme s’il était encore l’Eliès d’avant. Pourtant, au fond de lui et même en apparence cela n’était plus le cas. Il regardait la demoiselle totalement folle en train de courir vers lui et une chose était sûr c’est qu’elle n’avait nullement l’air de bonne humeur. Cela était sans doute dû à ce qui s’était passé chez elle. D’un côté voir Lëeloo dans un tel état lui donnait envie de rire mais il se retenait car il savait bien que si jamais cela se passait et bien elle le tuerait. Elle paraissait en colère et Eliès était sûr que la demoiselle avait déjà dû commettre un crime ou du moins elle paraissait assez folle pour l’avoir fait. « T’en as mis un temps pour arriver, bah tu vas voir … » C’était une réplique digne du Lëeloo Callahan et la demoiselle paraissait plus que pressée qu’il entre cher lui pour voir ce qui s’était passé. Le jeune homme sortit du taxi aidé par une demoiselle totalement en colère et il la regarda droit dans les yeux avant d’avancer son fauteuil tout doucement. « Désolé d’avoir fait patienter madame Lëeloo, en tout cas la colère te vas à ravir. » Il répondait avec un peu de taquinerie mais la demoiselle y était totalement habituée et cela n’était pas prêt de changer. Le jeune homme allait sans doute trop doucement au goût de la demoiselle puisqu’elle s’était mise à pousser son fauteuil. C’était malheureusement une chose qui ne lui plaisait pas tellement. Cela remettait en doute sa faculté de se débrouiller seul même si d’une certaine manière, il n’était plus vraiment apte à se débrouiller seul. Lorsqu’il entra, sa tête changea tout à coups en voyant l’état dans lequel était la maison. Lëe pouvait être bordélique mais pas au point de mettre la maison dans un tel état. Le jeune homme se demandait ce qui s’était passé. Il avait plusieurs idées en tête. La première était parce qu’elle s’était fait cambrioler. La deuxième idée était qu’elle avait reçu une mauvaise nouvelle et que cela l’avait énervé au point qu’elle agisse de la sorte. Sa dernière solution était qu’elle avait tué quelqu’un. Bizarrement, des trois solutions, la troisième semblait la plus probable et il cherchait déjà s’il trouvait des tâches de sangs. « On m’a cambriolé, MOI ?! Non mais sérieusement … » Le jeune homme ne réussit pas à s’empêcher de rire. Il faut dire qu’il y avait une différence entre un cambriolage et un meurtre quoiqu’à voir la tête qu’elle faisait celui qui avait osé lui faire ça risquait fort de mourir. « Lel, tu sais que tout le monde peut se faire cambrioler et même si tu n’es pas comme tout le monde sur pas mal de point, sur celui-là tu es à égalité avec le reste du monde. » Le jeune homme s’approcha d’elle pour lui prendre la main et montrer qu’il était la pour elle. « Il faudrait appeler la police peut-être qu’ils ont laissé des empreintes et tu devrais sans doute t’installer autre part en attendant qu’on est changé tes serrures, je n’aimerais pas te savoir seule ici avec les mêmes serrures. » Le jeune homme s’arrêta un peu en se demandant ce que voulait dire ses paroles mais se ravisa en voyant la tête que faisait son amie. « Enfin, j’ai surtout peur de ce que tu pourrais faire si quelqu’un entrait chez toi. Je n’ai aucune envie de te voir derrière des barreaux. » Imaginer qu’elle soit en prison était drôle car elle trouverait sans doute un moyen de s’enfuir et cela plaisait à Eliès d’être proche d’une personne qui serait capable de tout et n’importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




n°1421; What Happened ? Vide
Message(#) Sujet: Re: n°1421; What Happened ? n°1421; What Happened ? EmptyMer 12 Mai 2010 - 20:16




Lorsqu’il mentionna la police, Lëeloo vu rouge instantanément, ses années dans la rue, lui avait apprit une seule chose .. On ne pouvait pas faire confiance à un flic. Elle les détestait, tout comme elle détestait le reste du monde d’ailleurs, rien ne trouvait grâce à ses yeux et c’était sans doute le plus irritant chez elle. « J’t’en pris, tu crois qu’Horatio Caine va débarquer ici avec sa bande d’experts scientifiques à la recherche d’empreinte pour le simple cambriolage de Mademoiselle Callahan ? Soit pas naïf .. » Continuant de parcourir le salon, fébrile, Lëeloo ne savait plus trop comment réagir face à cette situation. Toute personne sensée aurait écouté les conseils d’Eliès, mais voilà, la jeune femme était tout sauf sensée et encore moins saine d’esprit. « Si j’étais une Blythe, crois bien que tu verrais même débarquer le FBI ici, mais ce n’est pas le cas. » Elle mettait une fois de plus ce fameux sujet capable de la mettre littéralement hors d’elle, elle n’était déjà pas très zen, mais lorsqu’elle parlait des inégalités de la société, la c’était foutue. Une fois de plus, elle ne portait pas dans son cœur les personnes gâtées naturellement. Ses enfants qui n’eurent jamais besoin de travailler pour avoir un compte en banque aux nombres de chiffres affolant. Elle savait très bien qu’Allie avait du faire des pieds et des mains pour attirer la sympathie de son banquier, les débuts furent difficiles, mais elle avait réussit, et elle ne le devait qu’à elle. Ce qui rendait ce cambriolage d’autant plus rageant, sans doute que si l’un de ses enfants pourris gâtés en aurait été la victime, le premier mexicain du coin serait déjà derrière les barreaux à payer pour le crime de l’un de ses voisins sans doute. De plus elle était plus ou moins attaché à ce qu’il y avait chez elle, ou plutôt à tout les efforts qu’elle avait du fournir pour en faire l’acquisition. Partit dans un débat intérieur, en oubliant presque son ami, elle en sortit lorsqu’il lui fit part de son inquiétude pour sa sécurité. Et dire qu’elle n’y avait pas pensé une seule seconde, pourtant n’importe qui aurait eu une réaction similaire, pensant d’abord à prévenir la police -et non un ami- ensuite s’inquiéter pour sa propre sécurité dans cette maison saccagée, et finalement prévenir un ami sans doute pour pouvoir s’incruster chez lui, ou encore lui demander de rester pour la rassurer. Mais Lëeloo n’était pas le genre de femme à avoir peur de ce genre d’intrusion, elle était pourtant consciente qu’Ocean Grove n’était pas un quartier sûr, aussi loin qu’elle s’en souvenait, il c’était toujours produit des choses impensables, elle en avait réchappé jusque là, qu’il s’agisse de ses maisons incendiées, des agressions ou l’on ne sait quoi encore. Mais cette fois-ci le cambriolage était tombé sur elle, et elle ne comptait pas passer la dessus de ci-tôt. « Le premier qui passe cette porte est mort ! » Lui affirmant cela avec une assurance et une arrogance totalement désarmantes, n’importe qui aurait prit sa à la rigolade, réalisant que la jeune femme était sur les nerfs et ne mesurait pas l’impact de ses paroles. Mais Eliès était probablement le seul à être conscient de l’instabilité de la jeune femme, et surtout de sa capacité à agir de la sorte sans ressentir la moindre culpabilité. « Je suis probablement plus dangereuse que lui, ou elle qui sait … » Désignant son chat en le pointant du doigt, un sourire ironique sur le visage. « Regarde moi ça, notre cambrioleur est un pacifiste, il m’a même laissé ce con de chat en vie. Très franchement si je me prenais pour une cambrioleuse, chiens, chats, cochons d’indes tout crève, au point où j’en serais. » Il fallait réellement un sacré cran pour être son ami et entendre tout ce qu’elle était capable de dire, et surtout penser, parce que c’était sans doute cela le plus effrayant, elle le pensait réellement et le ferait sans la moindre hésitation, sans même sourciller. S’asseyant sur le rebord de son canapé, elle continuait de regarder dehors, une façon pour elle de continuer à se protéger, accorder trop d’attention à son ami présent pour elle, serait en quelque sorte se mettre à nue et dévoiler l’importance qu’il avait pour elle, ce qui était inconcevable. « Et puis qu’est-ce que tu veux que je fasse hein ? Que j’aille squatter chez un ami ? Je n’ai pas de pote Sénateur dans mon répertoire souhaitant s’occuper de moi parce que ma copine s’est fait dézinguer à trifouille les oies. » Mesquine, blessante ? Sans le moindre doute, il risquait même de se sentir réellement déçu, mais il l’a connaissait, elle était bien loin d’être l’amie idéale. Il s’y était fait, il devait continuer de s’endurcir avec elle, parce que le moins que l’on pouvait en dire, c’est qu’elle ne risquait pas de mâcher ses mots. Elle détestait la loque qu’il était devenu tout ça pour une fille, comme elle avait détesté voir Allie s’affaiblir, elle n’aimait pas les esprits faibles, il avait donc tout intérêt à se reprendre en main. « J’ignore encore qui est derrière tout ça, mais le jour où j’le saurais, il va morfler crois-moi. » Et il devait déjà s’en douter, elle n’avait que le mot vengeance en tête, elle était peut être même capable d’imiter le personnage, il voulait se sentir important, devenir riche sur le dos des autres ? Très bien, elle en ferait autant, ça ne la dérangeait pas, et avoir un peu de concurrence l’amènerait peut être à se montrer, qui sait ? …





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





n°1421; What Happened ? Vide
Message(#) Sujet: Re: n°1421; What Happened ? n°1421; What Happened ? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

n°1421; What Happened ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-