AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-8%
Le deal à ne pas rater :
100€ sur PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H – ...
1099 € 1199 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité




N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] - Page 2 EmptyDim 4 Avr 2010 - 20:51

A la dernière parole de Jovan, suivit d'un petit sourire de celui-ci, il vit apparaître sur le visage de la jeune femme un sourire comme jamais il n'avait vu sur elle. Ce lui fit énormément plaisir : au moins, il n'avait pas à souffrir pour rien. Il mastiqua nonchalement ce qu'il avait en bouche, mastiqua encore, et quand enfin il réussit à déglutir, un sourire se dessina aussi sur ses lèvres. C'était un signe de victoire pour avoir réussi à avaler une bouchée de la mixture qu'elle avait faite. Prenant grandement son temps, la main de Jovan alla chercher le verre de vin et il en but une gorgée.

    - Tu sais, tu devrais prendre plus souvent le temps de cuisiner, tu réussis vraiment bien, dit-il. Il pensa aussitôt "mais fais moi penser de ne plus jamais accepter une seule de tes invitations à dîner". Son sourire affiché sur ses lèvres après avoir réussi à enlever ce goût hideux de sa bouche s'estompa lorsqu'il se rendit compte que cette bouchée ne représentait en réalité qu'un vingtième de ce qu'il y avait dans son assiette.


Il sentait son regard posé sur lui, alors dans un ultime effort, Jovan attrapa de nouveau sa fourchette et l'appliqua dans son assiette. Un effort presque surhumain de pouvoir manger ce qu'elle avait cuisiné. Il était quasiment sûr que même un chien ne pourrait pas avaler cette nourriture préparée pourtant avant amour. Il n'eut pas de suite le courage de tout porter à sa bouche, et du coup, il reposa la fourchette, et rebut une gorgée de vin. C'était dingue comme ce vin était bon, à faire aimer l'alcool à un gars dégoûté de cette boisson. Ce fut ce moment qu'elle choisit pour mentionner le fait qu'elle ait déjà joué au tennis.. à Harvard. Jovan s'étouffa alors en buvant le vin, et se mit à tousser, tousser, tousser. Son poing droit se porta devant sa bouche, tentant de réussir à sauver sa vie (la nourriture de Laurence tue, la preuve^^). Il prit même la serviette que Laurence avait posé sur la table, histoire de faire bon chic bon genre. Quand enfin, il fut sauvé -après bien une minute-, Jovan répondit.

    - Excuse-moi, j'ai avalé dans le faux trou, avec un sourire. il se réinstalla correctement à table, et dû se rappeler quelle autre question elle avait posé avant, juste avant qu'il s'étouffe.


Parce que là, son cerveau était en train de se dire, que cette jeune femme ne vivait pas du tout dans le même monde que lui. Harvard. Lui qui n'avait pas fait d'étude bavait (un petit peu) sur une qui au contraire en avait fait de brillantes. Le choc fut rude pour Jovan. il se rappella alors ce qu'elle avait demandé. Tu as des frères ou soeurs? La question que Jovan voulait absolument éviter. Il s'était bien battu avec son "cousin" parce qu'il avait mentionné ce fait devant lui. Mais c'était il y avait bien longtemps, et aujourd'hui, ce n'était plus elle que le jeune homme pleurait. Alors, pour ne pas se la jouer mélodramatique, et pour ne pas mentir non plus (Jovan n'avait jamais été doué pour les mensonges malheureusement), il répondit.

    - Une soeur et un frère, oui, répondit-il simplement. Puis, il ajouta en lui jetant un coup d'oeil avec un petit sourire, Et toi? Il mit alors une bouchée de nourriture à sa bouche. Le goût était toujours aussi désagréable. Elle était loin d'être une excellente cuisinière, et il était clair, qu'elle pourrait participer au grand concours "Qui cuisine le plus mal?". Elle gagnerait peut-être haut la main. Imaginant la tête qu'il devait faire, Jovan du trouver une excuse bidon pour s'expliquer, j'ai encore mal à la gorge d'avoir tousser.. Ca me coupe un peu l'appétit, murmura-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] - Page 2 EmptyDim 4 Avr 2010 - 22:46

    Laurence souri de plus belle alors que Jovan continua de complimenter sa cuisine, la soulageant finalement de la peur qu’il n’aimait pas ce qu’elle avait préparée. Après tout, elle devait faire son possible pour être une hôtesse exemplaire. Ses yeux s’agrandirent lorsque d’elle entendit Jovan s’étouffer. Essayant d’arrêter de s’étouffer, Laurence regardait Jovan impuissante en se demandant ce qu’elle pouvait bien faire d’autre. Elle se demanda aussi comment avait-il réussit à s’étouffer. Quelques secondes plus tard, elle s’était levée pour s’approcher de lui l’air inquiète. À son grand soulagement, Jovan sembla avoir repris son souffle.

      -Ça… vas? T’a besoin d’un verre d’eau? Osa-t-elle demander après s’être rassise à sa place.


    « Excuse-moi, j'ai avalé dans le faux trou»
    Laurence afficha un sourire pour montrer son soulagement alors qu’elle continua d’avaler lentement son repas. Son regard alternait entre son repas et Jovan qui continua de répondre à ses questions alors qu’elle essayait d’en apprendre un peu plus sur celui-ci. «Une sœur et un frère, oui. Et toi?» Laurence regarda Jovan comprenant subitement qu’il n’avait pas tellement envie de parler de son frère et de sa sœur. Étrangement sans doute, mais Laurence ne cessait d’oublier que de plus en plus, il était rare de voir des gens aussi attachés à leur famille que Laurence. Son frère en était bien la preuve, étouffé par les parents et leur fausse liberté, il s’était sauver bien jeune.

      -J’ai un frère plus jeune que moi.


    Laurence aurait bien pu parler pendant des heures de Clyde tellement qu’elle aimait son frère. En même temps, elle commença à se dire que Jovan n’avait sans doute pas vraiment envie de se faire raconter autant de choses à propos d’un type qu’il ne connaissait pas et que Laurence lui présenterait sans doute pas. Car quand on ne connaissait pas Clyde, il pouvait sembler très antipathique et froid. «J'ai encore mal à la gorge d'avoir tousser… Ca me coupe un peu l'appétit.» Laurence releva les yeux vers Jovan puis lui fit un faible sourire désolée qu’il n’aille plus faim aussi vite.

      -Hé bien, ne te force pas. Elle prit une pause où il lui sembla que Jovan en fut soulagé. Si tu veux je te donnerai un plat et tu l’apporteras chez toi! Tu avais tellement l’air d’aimer ça!


    Laurence était déjà debout à prendre l’assiette de Jovan et à la recouvrir de papier pour conserver la fraicheur du repas. Elle ne se doutait pas que Jovan aurait sans doute préféré ne pas avoir apporté de se repas chez lui d’autant plus qu’il avait réussit à en être dispensé. La jeune fille se rassoya à la table et commença à entamer son repas rapidement pour ne pas qu’il reste assis devant elle à l’attendre.

      -Je suis contente que tu ne t’ailles accepter finalement…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] - Page 2 EmptyDim 4 Avr 2010 - 23:36

Le fait de complimenter sa cuisine était un acte de bonne éducation. Qui dans sa vie, alors qu'il mangeait chez quelqu'un qu'il appréciait (visiblement pas pour ses talents culinaires), allait lui dire clairement "non, désolé, mon estomac refuse d'accepter encore ne serait-ce qu'une bouchée de ce que tu as préparé si gentiment?". Non, personne de censée, et d'aussi gentille que Jovan n'oserait dire ça. Oui, mais voilà, maintenant il s'était retrouvé à table, et devait par politesse avaler ça.
Même après qu'il se soit étouffé, la jeune femme s'était approchée de lui, et lui avait demander un verre d'eau. Nan, ça allait. Le mélange coca-vin-eau-bouffe de Laurence n'allait sans doute pas être terrible. Encore heureux qu'elle n'en fit pas toute une montagne. N'empêche qu'elle lui assura un sourire lorsqu'il dit que c'était passé dans le faux trou.

pour en revenir à leur discussion, elle lui annonça qu'elle avait un frère plus jeune qu'elle. Jovan en déduisit qu'il devait sans doute faire des brillantes études aussi, sans doute à Harvard ou Colombus (vous savez toutes ses écoles où Jovan -pas par manque d'intelligence, mais par fainéantise, et par autre chose- n'était pas allé). Un petit frère. Il repensa un instant à sa soeur. Morte trop jeune. A la découverte d'un grand demi-frère, où ils avaient mis du temps à s'entendre, mais y était arrivé, et qui aujourd'hui sillonnait le pays avec son concert. Et inexorablement, il repensa à Jeylhan. Pourquoi? Sans doute parce que tout ça avait marqué sa vie, et qu'elle en faisait parti. Il fut ravi d'entendre de nouveau la voix enjouée de Laurence -pour ne pas retomber en dépression.

Quand elle lui annonça qu'il n'avait pas à se forcer, Jovan en fut soulagé. Il y avait bien un Dieu sur terre et il était avec lui aujourd'hui s'était-il dit. Sauf que s'il y avait un Dieu, il y avait aussi un diable. Le soulagement qu'il avait connu quelques instants plus tôt, et qui lui avait fait dessiné ce léger sourire, fut aussitôt coupé par ce qu'il allait ensuite, de nouveau, entendre.
Il n'en crut pas ses oreilles: elle allait le lui donner pour le ramener chez lui! Parce qu'il "avait tellement l'air d'aimer ça". Avec un grand sourire, et avec un certain tact -et quelques secondes de silence durant laquelle elle s'était déjà levée-, Jovan répondit.

    - Non, t'inquiète, on a ce qu'il faut à la maison, mamie a cuisiné toute la journée, il resta quelques secondes de suspens -se rendant compte qu'il avait grossi la journée de mamie qui n'avait cuisiné que durant une heure (le temps du rosbeef de Lucio)-, il rajouta ensuite, et puis, je ne voudrais pas t'en priver..


Par pitié, pourvu que ça marche. Il se demandait encore comment elle faisait pour ne pas s'apercevoir qu'il mentait (lui qui depuis quasiment sa plus tendre enfance ne savait pas mentir). Aussi têtue qu'une mule, elle avait déjà fini d'emballer tout ça dans du papier. Tant pis, il ira donner ça au chien bruyant des voisins.
il la regarda se réinstaller à table, et notamment continuer d'engloutir son repas. Une question le traversa "comment elle pouvait manger aussi vite un truc aussi mauvais?". une seule réponse plausible: elle ne devait avoir aucune papille gustative. Après une éternelle bouchée, la jeune femme dit qu'elle était heureuse qu'il ait accepté. Alors, avec un sourire, et faisant toujours style, il répondit:

    - oui, moi aussi. je ne regrette pas, "complètement si" pensa-t-il. Puis avec un sourire, il lui dit, ça aurait été dommage de ne pas goûter à ça, même si -et là, il se remit à tousser (faussement).. j'ai pas pu tout terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] - Page 2 EmptyDim 11 Avr 2010 - 6:06

    Laurence dût cesser de manger rapidement sous peine de se retrouver à s’étouffer de la même manière que Jovan avait réussit son compte. Par contre, ce n’était pas pour les mêmes raisons évidemment. Savoir que Jovan était assit à l’autre bout de la table à la regarder manger la stressait, rendant ses mouvements plus rapides. Alternant entre une bouchée et une gorgée d’eau, Laurence pris une pause pour dire :

      -Non mais, j’insiste sérieusement! Tu pourras faire goûter... à ta mamie, tes parents et puis à ta sœur et à ton frère! Laurence regarda Jovan un instant portant l’ultime bouchée à sa bouche, terminant ainsi son assiette.T’es sur que ça vas… tu fais une drôle de tête.


    Bien évidemment Laurence n’avait aucune idée qu’il était peu probable que la moitié de ses personnes n’aille le déplaisir de goûter à sa cuisine. Cette conversation était remplie de non-dits mettant peu à peu Laurence mal à l’aise. Elle n’avait pas prévu de suite à l’après-repas… Jovan n’avait plus beaucoup d’appétit et donc un dessert n’était pas tellement à être envisager. Elle gardait un sourire aux lèvres, le lui adressant quand il posait les yeux sur elle mais elle n’envisageait pas de faire plus. Elle n’avait pas non plus envie de le mettre à la porte. Déposant sa fourchette dans son assiette vide, Laurence se leva de table pour desservir la table comme une parfaite hôtesse. Silencieuse, contrairement au tout début alors qu’elle adorait parler habituellement, Laurence jeta un œil à l’extérieur de sa maison cherchant à gagner du temps. Oui Jovan avait demandé à jouer comme si rien ne s’était passé depuis le début, mais beaucoup de choses rendaient tout ça difficile.

      -Il paraît qu’il va faire beau cette semaine, que du soleil… ça vas nous changer des jours de pluie.


    Laurence se maudissait de n’être si peu habile à trouver divers sujets de conversation afin d’alimenter une situation dans lequel elle avait l’impression d’être mal à l’aise. Après tout, il lui était difficile de ne pas se poser de questions à sa part de culpabilité. Car bien que séduisant, Jovan avait tout de même embrassé une autre femme que ca propre copine qui à l’heure actuelle s’était suicidé. Étais-ce immoral de finalement ne pas en ressentir autant de tristesse? Immoral d’envisager que des choses se développe avec celui-ci, si l’avenir mettait du sien pour que les choses aillent mieux? Il fallait avouer que tous les deux étaient depuis un moment partis du mauvais pied, comme deux enfants maladroits osant un pas tout en essayant mille fois de ne pas marcher sur des œufs. Les paroles de Jovan lui revenaient en tête alors qu’il lui disait que c’était à elle et elle seule qu’il avait pensé en l’embrassant. Elle s’était retenue de ne pas lui répondre que ça ne changeait rien au fait d’avoir trompé cette Jeyhlan. Quelques secondes plus tard, elle était revenue près de la table osant une distance raisonnable d’un mètre entre eux. Pourtant à le voir assis, Laurence ne sut quoi dire attendant dans un sens qu’il ne comble le silence.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] - Page 2 EmptyDim 11 Avr 2010 - 20:12

Ce que Jovan venait d'apprendre sur cette femme devant lui, c'était qu'elle était une des plus têtues qu'il connaisse. Jamais encore quelqu'un n'avait autant insisté pour quelque chose auprès de lui. Peut-être parce que d'habitude, elles n'insistaient pas de trop devant son air naturellement autoritaire Rolling Eyes . sérieusement, Laurence était bien têtue comparée aux femmes qu'il avait connu. Eleonor, la maman du petit avait été un peu dans ce genre, mais là, c'était bien différent, puisque lui-même partait à la dérive. Jeylhan était bien plus calme. Mais alors Laurence était comme sa mamie, aussi têtue. Quand elle avait une idée, elle ne l'avait pas du tout ailleurs.
Il eut un léger sourire quand il entendit qu'au moins sa mamie, ses parents, sa soeur et son frère pourraient y goûter. Pas un sourire parce qu'il était loin de la plupart d'entre eux -ça, ça aurait plutôt tendance à le faire pleurer-, mais un sourire parce qu'il se disait qu'ils allaient échapper à quelque chose.

    - Ils adoreront sûrement, dit-il, histoire de ne pas rentrer dans les détails sur le fait qu'une seule personne sur toute celle citée allait pouvoir y goûter, et encore Jovan espérait ne pas la voir goûter, car sinon, le lendemain son avis de décès sera dans le journal. Puis il ajouta, si si, tout va bien!


Puis, la jeune femme se leva et alla mettre son assiette et tutti quanti dans la cuisine, histoire de vider la place. Gênée, mal à l'aise, Jovan se rendit compte qu'elle ne parlait plus (étrange coïncidence pour cette femme d'ailleurs^^). et quand elle ouvrait la bouche, c'était pour parler pluie et beau temps. Tout le monde savait que quand on parlait pluie et beau temps, c'était mauvais. C'était le genre de choses que l'on disait lorsque l'on ne savait plus quoi dire, le genre de choses qu'on sort quand on est mal l'aise, ou qu'on ne se trouve pas bien ici. Pourtant, c'était bel et bien ce que la jeune femme avait dit.

    - Oui, répondit-il simplement.


Il ne savait pas vraiment quoi répondre d'autre. Même si il aurait pu rajouter quelque chose, mais c'était tellement nul. Il vit la jeune femme revenir près de lui, et rester à un mètre par là. Il lui sourit, et se leva alors.

    - Je vais m'en aller, c'est très gentil de ta part de m'avoir invité, c'était très bon, mais je dois filer, dit-il. Il voyait bien qu'elle était genée, et il ne voulait pas continuer à la mettre encore plus mal à l'aise. Il s'approcha alors d'elle, et demanda tu veux que je t'aide pour la vaisselle?


Même si franchement, il se doutait bien que dans cette baraque il y avait un lave-vaisselle -et tant mieux pour lui-. Puis comme il était élancé pour lui dire au revoir, il continua, et s'approcha d'elle. Sa bouche vint alors frôler sa joue. Il avait encore une grande envie de l'embrasser. Une grande et folle envie. Mais à dire vrai, il se souvenait encore de la gifle et n'avait pas encore envie de recommencer l'expérience. Ses yeux regardaient Laurence avec un sourire, et ses yeux devaient sans doute le trahir. Il avait envie d'elle, ça se voyait. Il la dévoirait des yeux, ça se voyait. Alors, pour éviter tout doute de la jeune femme il tourna la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] - Page 2 EmptyMer 14 Avr 2010 - 4:50

    N’insistant pas d’avantage alors que Jovan lui disait que tout allais bien, Laurence afficha un petit sourire devant la proposition de Jovan à l’aider à laver la vaisselle. Il était inutile de lui dire qu’il n’avait pas à se donner cette peine ni même elle-même. Ni même d’ajouter que de toute manière la femme de ménage allait s’en occuper. Effectivement, ses parents avaient engagé à son insu une femme de ménage pour que Laurence n’aille pas à dépenser trop d’énergie à entretenir cette immense maison. Ils voulaient que leur jeune fille se concentre uniquement sur sa carrière. Laurence ne se rappelait même pas d’avoir un jour lavé la vaisselle.

      -Tu es mon invité, donc tu ne vas pas t’occuper pas de la vaisselle. Ne t’inquiète pas.


    Laurence détourna brièvement la tête alors qu’elle laissa Jovan approcha doucement ses lèvres sur sa joue. Sa tête suivit le mouvement de Jovan profitant au passage de sentir son odeur. Son regard guetta celui de Jovan, cherchant à percer ce qu’il pouvait bien penser. Défiant toute logique, Laurence profita du moment où il détourna la tête pour lui prendre doucement le visage et d’approcher ses lèvres. L’embrassant d’abord doucement puis un peu plus insistante, Laurence délaissa ses mains pour enlacer Jovan. Son cœur battait alors qu’elle s’adonnait à l’embrasser, se rappelant combien c’était agréable. Retrouvant son souffle, essoufflée comme s’elle avait parcourue un marathon, Laurence se recula pour regarder Jovan avec un petit sourire gênée. Elle était presque certaine qu’il pouvait entendre l’accélération de son cœur et qu’il avait remarqué ses joues rosées. Laurence était parfois si émotive, lui donnant l’air plus fragile qu’elle ne l’était.

      -Désolé, j’avais établis des limites… et je les franchis moi-même.


    Laurence se mordilla les lèvres s’éloignant peu à peu de Jovan pour ne pas se laisser d’avantage tenter. Il avait lui-même énoncé qu’il devait partir, sans doute quelque chose d’important. Elle se rappela qu’elle l’avait interrompu dans la rue alors qu’il marchait Dieu sait vers où… Mais son irrationalité du moment lui interdissa de repenser aux événements qui s’étaient dérouler dans la rue, sans doute sous les regards de cette voisine dans l’âge d’or avide de tout savoir sur la vie de ses voisins. Laurence souhaitait de tout son cœur que cette vieille dame n’aille pas l’audace devenir la questionner sur les agissements de Jovan à son égard.

      -Peut-être que… la prochaine fois on pourra faire ton idée et aller au restaurant. Enfin, quand tu seras prêt et seulement si tu en as envie… Sinon, je proposerai de goûter à mon canard à l’orange, il est excellent!


    Empoignant les manches de son chandail, Laurence souria à Jovan toujours un peu gênée par son ambition soudaine. Elle ne savait pas exactement où cette relation allait mener étant donné que tout était toujours si ambigüe.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] - Page 2 EmptyDim 18 Avr 2010 - 18:26

Il la dévorait du regard. Elle le rassura en lui disant qu'il n'avait pas à s'en faire pour la vaisselle. Il regarda ses yeux. Elle lui sourit. Il s'approcha d'elle pour l'embrasser, juste sur le coin, sur les joues. Elle détourna la tête, et il se retrouva à voir son rêve gâché: ses lèvres vinrent se coller contre sa joue. Ce sera sans doute pour une prochaine fois, peut-être avec une autre, peut-être sans elle. Il doutait bien qu'elle n'en avait rien à faire de lui. Au moment où il détournait la tête pour partir, il sentait des mains douces se poser sur son visage. Son regard vint se reposer sur Laurence. Elle s'approchait, doucement, et vint poser ses lèvres contre les siennes. Il y répondit, se laissa faire, la laissant l'attaquer. Elle revient plus intensément, et cette fois, Jovan sentit son coeur faire un bond. Près d'elle, ses mains se posant sur les hanches de la jeune femme, Jovan sentait même son coeur battre à la chamade. L'un contre l'autre. Il y rêvait quelques secondes auparavant, et n'y croyaient même pas. Elle souriit, gênée, disant qu'elle avait dépassé ses limites. Il y sourit en retour, et amusé déclara.

    - C'est pas grave du tout, comme si, vraiment, l'embrasser ne l'avait aucunement dérangé. Il lui sourit, et ajouta quand même, je vais te laisser.


Il devait vraiment partir, parce que sinon, il n'allait pas goûter qu'aux lèvres de la jeune femme. Et bien que ça lui plaise, il devait quand même retourner voir sa mamie, qui devait s'inquiéter pour lui. Alors une chose le frappa: depuis tout le temps qu'il était là, il n'avait pas pensé une seule fois à Jeylhan. Comme quoi, Laurence l'aidait à se faire changer des idées. Même si il aurait préféré continuer.
Il était sur le point de partir quand la jeune femme lui dit que la prochaine fois, ils pourraient changer, et aller au restaurant, ou alors elle pourra lui faire goûter son canard à l'orange. Il sourit. Il n'aimait déjà pas le mélange sucre-salé, alors en plus, si le repas était préparé par Laurence, c'était quasiment sûr qu'il y laisserait sa peau.

    - Le restaurant me conviendrait mieux, dit-il, avec un sourire. Pour ne pas qu'elle croit que
    l'idée de goûter un de ces plats lui donnait la nausée, Jovan rajouta aussitôt quelques mots, j'aime bien amener les demoiselles au restaurant.


Sur ces mots, il s'approcha de la porte d'entrée, mit la main dessus, fut presque déçu de voir qu'un majordome ne lui ouvrait pas, et se retourna de nouveau vers la jeune femme. Elle était magnifique, il comprenait bien pourquoi ce soir-là, il avait faillit flancher. Avec un sourire sur les lèvres, il lui dit, tout en ouvrant la porte.

    - En tout cas, merci pour ce délicieux repas, humhum.. A plus tard Laurence!


Et il s'en alla.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

N°1598 | I would not have had to. [Jovan Lennon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-