AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
Jemima Eason

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel Vide
Message(#) Sujet: WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel EmptyLun 15 Mar 2010 - 15:29

WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel 15rkqo5 WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel T7co6c WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel 2da0r34
♠️ WHO SAID THAT
WOULD BE RESTFUL ?
STARRING
♣️ gabriel mcallister and.
billy l. johnson






Vendredi soir, alors que tout le monde rentrait du travail, avec une seule idée en tête, s‘affaler avec nonchalance dans le canapé, devant un des films que proposerait l’une des chaines généralistes . Billy, elle avait bien d‘autres projets. Elle était d‘ailleurs bien contente que sa journée de travail se soit un peu écourtée, au moins, ils y seraient avant la nuit. Ils ? Où ? Et bien mademoiselle avait tout prévu, ce week-end, elle le passerait avec nul autre que le Sénateur de Floride en personne, et ce pour camper. Alors évidement, elle ne voulait pas y arriver en pleine nuit, qu’ils aient au moins le temps de se poser avant que la lune ne pointe le bout de son nez. Elle avait retourné ça dans tout les sens, on avait bien décidé de l’en dissuader mais rien à faire elle voulait ce week-end camping, pas uniquement pour elle, mais également pour la personne qui allait l’accompagner, elle n’en démordait pas, Gabriel viendrait.



« GO BACK THREE DAYS AGO. »
« Tu viens avec moi !! Ce n'est absolument pas négociable. » Un peu plus de trois semaines que le Sénateur McAllister n’avait pas réintégré les lieux, et son assistante, lui intimait l’ordre de prendre un week-end de congés. Une pure hérésie pour le jeune homme qui devait clairement mettre ses affaires en ordre et non s’octroyer déjà des vacances. Mais Billy ne voulait pas négocier, aux yeux de la jeune femme, ce projet de camping ne pourrait que lui faire du bien, après tout elle ne l’embarquait pas pour aller le tuer et planquer le corps en forêt. Déjà ce serait bien trop risqué pour elle, qui serait la première suspecte, vu qu’elle partirait avec lui. A moins bien sur qu’elle ait pensé à un plan des plus tordues, mais même si elle en était capable, se n’était clairement pas dans ses intentions. Voilà quelques mois maintenant qu’elle s’était de nouveau rapprochée de Gabriel, auparavant trop occupée à cracher son venin pour se venger, elle s’était pourtant ravisée progressivement. Réalisant qu’il était sans doute plus un ami qu’elle ne l’aurait imaginé, elle était devenue ce genre d’amie poule, si cette expression fait penser à « mère poule » ce n’était pas sans raison. Effectivement elle avait tendance à s’inquiéter peut être un peu trop. Après tout c’était dans sa nature elle était comme ça avec ses proches donc pourquoi pas avec lui ? « J’aime pas le camping !! » lui affirmait-il avec cette assurance qui en aurait renvoyé plus d’un dans leur trou. Mais c’était sans compter sur sa détermination, elle était bien décidé à l’y emmener. Il n’avait pas eu des semaines faciles, Gabriel était maintenant un ancien taulard. Ce qui amusait d’ailleurs d’une certaine façon la jeune blondinette, qui essayait de détendre bien souvent l’atmosphère en le prenant de manière plus dérisoire. Mais elle ne pouvait nier s’être monstrueusement inquiétée et avoir espéré le voir sortir très vite. Son monde s’écroulait petit à petit, sa sœur qui s’était suicidée, fut comme un coup de poignard en plein cœur, elle perdait sa jumelle, sa moitié, une partie d’elle. Lorsqu’elle apprit pour Gabriel, elle s’était sentit perdue, comme privée d’un second repère, une manière presque égoïste de penser, si en plus elle ne passait pas ses journées à s’inquiéter pour lui. Bien sur il lui restait Casey, mais avec son nouveau colocataire chevelu, elles devaient se montrer d’autant plus discrète et ne voulait pas se montrer de trop. Il lui restait Sloan son meilleur ami, mais elle savait qu’il repérerait la moindre faille chez elle, et elle n’avait pas toujours le cœur à faire le pitre même si elle s’y efforçait, et elle n’avait pas l’envie de se confier et d’étaler ses états d’âme. Elle ne pouvait plus vraiment se réfugier dans le travail. Alors le retour de Gabriel était non seulement un soulagement, mais en plus une promesse en quelque sorte, une promesse de jours moins déprimants. « T’en as besoin !! » rétorquait-elle avec plein de certitude, comme si elle savait mieux que personne ce dont-il avait besoin. « C’est faux, j’ai besoin de travailler. » Voyant qu’il était bien décidé à le lui refuser jusqu’au bout, Billy s’apprêtait à utiliser une ruse ignoble, mais qui lui promettait presque assurément la garantis d’avoir son week-end camping. « Ma sœur s’est suicidée. » il était bien sur au courant elle ne lui apprenait rien, mes ses yeux s’écarquillaient de surprise, ne s’attendant pas à ce qu’elle utilise ainsi la mort de sa jumelle. « C’est dégueulasse comme argument. » elle ne se sentait pourtant pas honteuse, peut être parce que ce n’était pas forcement faux, peut être qu‘elle avait elle aussi besoin de ce petit séjour. Mais elle se refuserait à le reconnaitre, et sans doute qu’il avait par ailleurs déjà compris, ce dont elle avait besoin. « Je sais, mais ça marche ? » l’interrogeait-elle avec l’espoir qu’il accepte enfin sa proposition. « Ouais ça marche, je viendrais. » laissant entrevoir un petit sourire, certes elle était satisfaite, mais surtout heureuse qu’il accepte, même si elle avait usé d’une situation un peu morbide pour. N’oubliant pas de le serrer dans ses bras, elle ressortit en lui faisant une promesse. « T’oublieras pas ce week-end, tu regretteras pas. C’est promis !! »


Billy en incorruptible adepte du vélo, et en l’absence totale de permis, devait s’en remettre à son patron et ami, pour les conduire en forêt, et bien oui un camping, dans un camping serait tout de même moins marrant. Affublée de son sac sur le dos, elle avait l’habitude de se balader avec un tel poids. Grande voyageuse et aventurière, elle avait entreprit des voyages bien plus « dangereux » que celui-ci. Passant donc au domicile de Gabriel, elle était d’ailleurs presque surprise qu’il n’ai pas oublié. Elle avait d’ailleurs décidé de prendre ce week-end comme un nouveau départ. C’était un peu naïf et utopique, mais commencer le mois d’Avril ainsi, lui donnait l’espoir de passer des jours plus agréables. Elle n’avait d’ailleurs pas attendu vraiment longtemps dans l’encadrement de la porte, n’ayant presque pas eu besoin d’avoir recours au traditionnel « dépêche-toi !! » Une fois en voiture, Billy se sentait obligée de rappeler à Gabriel les limitations de vitesses qu’il semblait oublier et ignorer allégrement. Après deux bonnes heures et de multiples, « c’est par là je te dis. » .. « non écoute-moi un peu, j’ai raison, on va par là !! » ou encore « tu vois je te l’avais dis !! » Ils finirent par arriver sein et sauf, sans la moindre égratignure à destination. Se garant aux abords de la forêt. Billy semblait vouloir les entrainer aux confins de l’univers, ou peut être voulait-elle rejoindre la tanière d’un ours ou encore d’un psychopathe. « ça m’énerve je sais plus où c’était, bon tant pis ici on sera bien. » Alors qu’il la regardait d’un air presque peu convaincu, Billy ajouta en se déchargeant de son sac, « J’espère que tu es un homme fort et bricoleur, parce que les tentes se sont toujours refusées de se plier à ma volonté. » Un sourire radieux venait illuminait son visage, alors qu’elle attendait avec impatience sa réaction.





_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
Invité
Invité




WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel Vide
Message(#) Sujet: Re: WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel EmptyVen 30 Avr 2010 - 0:15

    Ce que Billy soutenait mordicus comme étant "Un super week end détente" se résumait pour Gabriel à "errer sans but dans la forêt". D'ailleurs il ne comprenait toujours pas pourquoi la jolie blonde avait rit quand il lui avait rétorqué « Si tu veux vraiment passer un super week end détente, j'aime autant t'emmener quelques jours en thalasso. ». Pas qu'il n'aimât pas les ballades, ou même la foret, c'est juste qu'il ne cernait pas l'aspect relaxant qu'il y avait à jouer à Marche ou Crève dans un coin paumé.

    Toujours est-il qu'il s'était finalement laissé embrigader, râlant pendant tout le trajet pour rendre la monnaie de sa pièce à sa co-pilote « Écoutes Billy, le prends pas mal mais je préfère me fier au GPS. » remarque qui lui avait valu un coup de coude dans les côtes « T'as qu'à prendre le volant si t'es pas contente ! Ah non, j'oubliais, tu sais pas conduire. La prochaine fois je prendrais la voiture, et tu me suivras en trottinette ! » Il avait abandonné toute résistance verbale après s'être fait dument molester l'épaule cette fois.

    Une fois surplace, il déporta la voiture sur le côté. Les deux amis récupérèrent leurs sacs à dos dans le coffre et Gabriel du se retenir de rire devant l'état de délabrement avancé du sac de Billy qui avait l'air de dater de la guerre quatorze. Puis il emboita le pas de la blondinette qui s'enfonçait déjà dans la foret, après un dernier coup d'œil par dessus son épaule en direction de son Aston. « Tu crois que c'est une bonne idée de la laisser ici ? » lança t-il d'une petite voix coupable, réticent à abandonner le bolide seul, sur une route peu fréquentée et surtout plus de 24h. Mais soit Billy l'ignorait, soit elle n'avait pas entendue. Il n'insista pas bien qu'il soupçonnait fortement la première option. Même sans voir son visage, il l'imaginait très bien un petit sourire mutin collé au visage.

    Au bout d'une heure de marche, Gabriel en avait déjà puissamment ras le bol. Billy pour sa part arborait un air ravi et complètement à l'aise, telle l'incarnation de Mowgli. Ce spectacle à lui seul suffisait à rendre toutes ses réserves futiles. Retrouver la complicité passée qui l'unissait à Billy faisait naître un filet d'air insoupçonné au milieu de la sombre trame de problème qui tissait son existence. Au point qu'il adhérait de plus en plus à sa conception -pourtant très personnelle- d'un "super week-end détente". Il aurait du accepter ya déjà belle lurette. Toutefois, il se ravisa quelque peu lorsqu'elle se tourna vers lui. « ça m’énerve je sais plus où c’était, bon tant pis ici on sera bien. » Il était presque sûr que c'était une façon de dire « On est perdu » et lui lança un regard oblique « J’espère que tu es un homme fort et bricoleur, parce que les tentes se sont toujours refusées de se plier à ma volonté. » En plus de le prendre pour son McGuyver de service, elle avait l'air parfaitement ravie de la situation. Sans doute une revanche inconsciente sur son patron. Gabriel leva les yeux au ciel « Si elle est dans même état que ton sac à dos, on est pas sortit de l'auberge. » dit-il un petit sourire en coin, en dénouant ladite tente roulée façon chipolata du sac de sa propriétaire. Un genou à terre, il examina la toile élimée, les piquets étrangement tordus puis releva le regard vers Billy. « Tu l'as trouvée dans un vide grenier ta tente ? Ou c'est moi qui te paye pas assez ? Tu sais, de nos jours on vend des tentes instantanées, tu la lance et hop ! » Gestuelle illustrative pas très convaincante. « Enfin...Je vais te montrer ce que c'est que le talent naturel ma belle. » Bon c'était pas gagné, mais crâner, c'était une question de principes.

    Finalement, l'épreuve du montage ne fut pas si terrible. Le brun bricolait assez sa voiture, ses motos ou tout ce qui avait besoin d'être réparé chez lui pour avoir le dessus sur la bête et il ne leur fallut que 3 fois plus de temps que le laissait entendre la notice. Malgré tout le résultat final était assez satisfaisant pour qu'il arbore ce sourire typique de l'homme ayant mené à bien sa mission et sauvé son honneur de mâle. « Le palace de madame est avancé ! » annonça-il fièrement en dézipant l'entrée la tente d'un un « zouiiiip » sonore. Il observa le ciel tandis que Billy testait l'intérieur de leur suite, en priant sans doute pour qu'elle ne s'écroule pas sur sa tête. Le jour déclinait et de faibles rayons orangés filtraient à travers la canopée, éclairant paresseusement leur campement d'une myriade de tâches lumineuses aux reflets chauds. En bon citadin, ce n'est pas l'atmosphère sereine des lieux qui attira l'attention de Gabriel, mais un gargouillis significatif émanant de son ventre. Une petite grimace en travers du visage, il tourna la tête vers la tente sans pour autant apercevoir son occupante. « Dis tu comptes faire un feu et griller des chamallows ou je dois me féliciter d'avoir emmené des barres chocolatés ? »
Revenir en haut Aller en bas
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
Jemima Eason

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel Vide
Message(#) Sujet: Re: WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel EmptySam 15 Mai 2010 - 11:32



« Si elle est dans même état que ton sac à dos, on est pas sortit de l'auberge. » Les mains sur ses hanches, la bouche grande ouverte et les yeux exorbités lui offrant ainsi une très bonne imitation d’un regard vide de poisson rouge. Elle n’était pourtant pas complètement surprise ce n’était pas le premier à se moquer de l’état de ses affaires, elle était peut être un peu trop conservatrice, mais elle était sentimentale. Conception assez étrange du sentimentalisme, que d’être bêtement accrochée à un sac à dos complètement délabré. « Tu peux me dire ce que tu lui reproches à mon sac ? Il m’a sortit de beaucoup de galère, c’est un fidèle ami. » Croisant les bras contre sa poitrine et le regardant avec malice, elle se félicitait intérieurement de son idée. Elle n’aurait pas pu trouver mieux pour ce week-end, elle savait qu’elle trouverait en Gabriel la personne parfaite pour animer de ses remarques piquantes -mais pas moins amusantes- et de ses nombreuses plaintes qui faisaient tout son charme. C’était aussi l’occasion rêvé pour réaliser concrètement qu’ils étaient redevenus amis. A la base persuadée qu’une fois revenue, la complicité retrouvée suite à l’année difficile qu’ils avaient tout deux passés, se serait effacée. Seulement cette fois-ci elle s’était bien décidé à ne rien venir gâcher avec son sale caractère. « Tu l'as trouvée dans un vide grenier ta tente ? Ou c'est moi qui te paye pas assez ? Tu sais, de nos jours on vend des tentes instantanées, tu la lance et hop ! … Enfin...Je vais te montrer ce que c'est que le talent naturel ma belle. » Admirant le geste de Gabriel sans pour autant être très convaincu, en ce qui concerne cette excursion en pleine nature Billy préférait les valeurs surs. Ainsi pour elle, il s’agissait de sa fidèle tente datant de la même guerre que son sac à dos pourris. Bon il fallait aussi reconnaître qu’elle n’avait pas entreprit de tel « voyage » depuis un moment ce qui expliquait le non-renouvèlement de son équipement. Mais néanmoins amusée par l’aplomb dont-il faisait preuve. Le visage illuminait par un sourire plein de malice, elle s’assit contre un arbre tout en admirant le, soit disant, savoir faire. « Je suis plus rassurée avec Mireille ma vieille tente, elle est boiteuse mais tenace. Mais si tu ressens une grande peine face au salaire que tu me donnes, ne te prives pas et augmente-moi ! » Arborant un grand sourire, fière de son idée, bien que consciente que ça n’arriverait pas, elle était bien assez payé de toute façon, simple besoin naturelle que de demander plus que ce que l’on a.

Se levant pour observer les moindres gestes, analysant de son œil critique, mais gardant pour elle toutes ses réflexions, laissant agir le mâle dans toute sa splendeur, et puis si elle y avait été de son petit conseil, elle n’aurait pas eu la satisfaction de pouvoir ricaner s’il avait échoué. « Le palace de madame est avancé ! » Bon c’était apparemment raté pour le plan moquerie. S’insinuant sous la tente pour en tester la solidité, vérifier quand même qu’elle n’allait pas s’étouffer dedans pour une erreur de montage. S’allongeant, oubliant presque l’endroit dans lequel elle se trouvait, elle se rappelait instantanément pourquoi elle aimait tant ce genre de petite escapade. Elle n’était pas une grande fan de la nature, bien qu’un petit côté Indiana Jones sommeillait en elle, mais elle se sentait tellement plus sereine loin de la ville. Rapidement rappelé à l’ordre par son incorruptible citadin de patron. « Dis tu comptes faire un feu et griller des chamallows ou je dois me féliciter d'avoir emmené des barres chocolatés ? » Se relevant alors, manquant de s’étaler en sortant de la tente, se rattrapant par on ne sait quel moyen inattendu, elle réussit pourtant à se redresser sur ses jambes. « A ton tours d’admirer le vrai talent naturel mon chéri. » S’employant rapidement à ramasser du bois par-ci par-là, elle n’allait pas non plus pousser la rétrospective, jusqu’à faire du feu telle une femme de Cro-Magnon en possession de deux pierres. Sortant ses allumettes et oui la technologie du briquet n’était pas non plus à sa porté. Se retournant rapidement vers Gabriel le sourire aux lèvres, fière de sa petite réussite. « Tu peux oublier tes barres chocolatées, tu as assez crané avec le montage de la tente. » S’asseyant non loin du feu qui commençait à prendre un peu plus d’ampleur, elle sortit de son sac, deux imposants paquets de chamallows -valait mieux trop que pas assez- ainsi que quelques brochettes. « Si monsieur veut bien s’assoir. »

La soirée avançait, et les rayons lunaires commençaient à être leur seul autre point de luminosité en compagnie de leur feu de camp. Apparemment seuls à avoir eu l’idée plutôt saugrenue de se perdre en forêt pour camper, le calme en revanche semblait inspirer Billy qui ne parvenait pas à se taire une fois de plus. « Tu vois, j’ai bien fais de préférer le plan camping. On aurait pas été aussi tranquille avec ton idée. » Craner un peu c’était salutaire, elle était fière de sa petite idée, d’autant plus qu’elle espérait vraiment que ce week-end leur changerait les idées, essentiellement à lui d’ailleurs. Les semaines précédentes n’avaient pas été faciles, et le but de ces quelques jours coupés de tout, c’était bien sur le repos. Allongée par terre, non loin du feu crépitant, elle fermait les yeux appréciant le calme enfin presque, un bruit ne tarda pas à alerter la jeune femme qui se redressa instantanément. « T’as entendu ça ? » La connaissant, il pouvait facilement penser à une blague de sa part, Billy n’était pas le modèle parfait de fille paranoïaque et craintive, elle n’était pas sur ses gardes bien au contraire. « Peut importe ! » Souffla-t-elle avant de reprendre sa position initiale. « Y a peut être d’autres tordus dans le coin. » L’hypothèse n’avait rien d’idiote, pourquoi seraient-ils les seuls de toute façon ? La décontraction de la jeune femme pouvait être rassurante, si seulement elle n’avait pas tord. Ouvrant brusquement les yeux alors qu’un grognement se faisait entendre. Il n’était pas difficile de trouver l’origine du bruit … « Je crois que notre ami Balou est venu nous rendre visite. » Avertissant ainsi Gabriel dans un chuchotis, une expression inquiète commençait à prendre naissance sur le visage de la blondinette, tandis qu’elle s’approchait, doucement, de l’animal ..



_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
Invité
Invité




WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel Vide
Message(#) Sujet: Re: WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel EmptyVen 11 Juin 2010 - 2:28

    Pschit

    Pschit-pschit

    Pschiiiiiiiiit !


    « Mais c'est pas possible ! Ils sont venus en famille ou quoi ?! On dirait les Gipsy Kings ! » s'énerva Gabriel, bombe insecticide à la main. Ça faisait déjà cinq minutes qu'il s'acharnait à balancer son spray mortel un peu partout autour de lui, à lui moindre intrusion d'un moustique dans un périmètre de moins d'un mètre. « Tu vois, j’ai bien fais de préférer le plan camping. On aurait pas été aussi tranquille avec ton idée. » Couché sur le flanc, de l'autre côté du feu, il se redressa sur un coude et coula à sa compagne un regard en coin, sceptique. Tranquilles, c'était vite dit. Gardant ses réflexions pour lui, il déposa son arme de destruction de massive à bonne distance du feu avant d'enfouir son menton dans la paume de sa main, la mine un peu boudeuse. Il exagérait. Il le savait au fond. Mais contrairement à Billy, il avait encore beaucoup de mal à se détendre. Les moustiques, un caillou par terre dans son dos, un chamallow trop grillé, tous les prétextes étaient bons pour l'empêcher de mettre son esprit sur pause et du même coup, de faire ressurgir tout les tracas du quotidien.

    Contrarié par son propre comportement, il se dandina sur le par-terre de mousse et de fleurs printanières sur lequel il était étendu, à la recherche d'une bonne position. Allongé sur le dos, c'était pas trop mal. Il aurait voulu contempler le ciel, mais le rideau de dentelle végétale formé par les branches et les feuilles des arbres barraient sa vision, alors il se ravisa et tourna la tête vers Billy. Les yeux fermés, Gabriel aurait pu croire qu'elle s'était endormie. Elle avait l'air si paisible. A côté d'elle, il se sentit tout à coup ridicule. Et rassuré à la fois. Leur vie à tout les deux n'avait pas été rose ces temps-ci, et pourtant, elle l'avait emmené dans cette foutue forêt. Parce qu'il en avait besoin au moins autant qu'elle, et qu'elle l'avait comprit. Alors que lui le réalisait à peine. Un sourire tendre éclaira inconsciemment son visage. Malgré son arrestation, elle ne l'avait pas jugé. Elle était là, à ses côtés. Impitoyable quand elle l'avait prit en grippe et pourtant aujourd'hui, Gabriel devinait derrière son entrain toute l'inquiétude qu'elle avait du masquer aux dépends de ses propres peines. Une pointe de culpabilité lui serra le cœur. Mais elle n'était rien comparé à la vague de gratitude qui déferlait silencieusement en lui. Billy était forte et sa présence comme le soleil, éclairait le monde de ténèbres dans lequel il s'enfermait peu à peu.

    L'envie de lui dire quelque chose, de lui exprimer sa reconnaissance se fit soudainement pressante mais la jolie blonde se redressa tout à coup tandis qu'il cherchait ses mots. « T’as entendu ça ? » Il repassa en position assise en même temps qu'elle et tendit l'oreille tout en balayant des yeux l'obscurité autour d'eux. « Hmm ? » Lui n'avait rien entendu. Sans doute était-il trop plongé dans ses pensées. « Peut importe ! Y a peut être d’autres tordus dans le coin. » Un grognement sourd coupa court au débat. Un ours énorme venait d'emmerger des fourrés et s'approchait dangereusement de leur campement. Instinctivement, Gabriel se releva avec souplesse, évitant tout mouvement brusque. « Je crois que notre ami Balou est venu nous rendre visite. » Il s'immobilisa, éberlué, le cœur battant à tout rompre dans sa poitrine. Billy était cinglée, ou suicidaire, il ne savait pas trop. « Billy qu'est ce que tu fais ? » Il avait beaucoup de mal à retenir les trémolos dans sa voix. Son regard allait successivement d'elle à l'animal alors qu'il s'approchait d'eux à pas de loup, le bras légèrement tendu vers elle. « C'est pas Balou, c'est un ours...On est pas dans le livre de la jungle là, merde... » souffla t-il à voix basse, arborant cette expression à la fois complètement paniquée et sous contrôle qu'il perfectionnait depuis ses dix ans. Dès qu'il fut assez près d'elle, il attrapa précautionneusement l'avant bras de Billy et y exerça une pression plus forte que nécessaire pour la tirer en arrière.

    Retourner de l'autre côté du feu. C'était la seule information que son cerveau acceptait de lui fournir. Sans quitter l'ours des yeux, il leur fit doucement rebrousser chemin à reculons, en espérant que les flammes dissuaderaient toute attaque.

    Ce qui se passa ensuite le laissa bouche-bée.

    Comme animé par une fureur dont le brun ne comprenait pas l'origine, l'ours se dressa de toute sa hauteur sur ses pattes arrières en poussant un rugissement sauvage qui déchira le silence de la nuit. Cette fois ci, ce fut lui qui se sentit une main se glisser dans la sienne et la serrer fortement pour l'entrainer dans une course folle à travers la foret. Il avait beau essayer de focaliser sur sa vision, on y voyait résolument rien. Ils trébuchaient, s'écorchaient et lorsqu'enfin ils s'arrêtèrent, le souffle court, Gabriel eut l'impression qu'ils avaient couru une éternité. Cependant au loin, il aperçut la lumière provenant de leur feu. Ils ne s'étaient donc pas trop éloignés. « Tout va bien ? » s'enquit-il en plissant les yeux pour tenter d'examiner Billy. Tout les deux avaient comme point commun d'être plutôt durs à cuire et difficilement impressionnables. Malgré tout, leurs mains restaient obstinément jointes, sans qu'ils semblent en avoir vraiment conscience. Et c'est ainsi qu'il rejoignirent leur camp, une fois que les grondements de l'animal avaient cessés pour de bon. Leurs sacs à dos éventrés gisaient à terre au milieu de leurs affaire éparpillées. La tente elle, avait prit feu et une inquiétante fumée noire s'élevait de sa carcasse. « Au moins avec un tel feu de joie, si y a quelqu'un dans les parages, on aura attiré son attention. » relativisa tant bien que mal Gabriel à défaut de dramatiser un peu plus leur cas en sortant l'inévitable "Et maintenant, qu'est ce qu'on fait ?"
Revenir en haut Aller en bas
Jemima Eason
too weird to live, too weird to die.
Jemima Eason

♦ Posts : 3333
Multinicks : teza, georgie, reggie, louisa, matt & selina
♦ Credits : ava@mine ~ sign@tumblr

Status : dating Remus (more like fangirling over Mumus as she says)
Address : #15 bilberry residence
Job/Studies : saleswoman in the grocer's shop - musician by night (street magician sometimes)
Quote : I shouldn’t be the superhero’s girlfriend, I should be the superhero.
Activité(s) de quartier : laughter therapy.


HALL OF FAME
To Do List: set three more alarms so i won't be late at work again, to take Schwarzy for a walk, buy flowers for the apartment, get drinks with harley.
Contact List:
RP status: [ ■ ■ ■ ■ ■ ] ; joe - remus - lori - vesper - priam

WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel Vide
Message(#) Sujet: Re: WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel EmptyMer 7 Juil 2010 - 10:00



Il fallait reconnaître que sa première réaction était tout de même hors du commun. Il fallait quand même être sacrément dérangée pour se croire capable de communiquer avec un ours. Billy avait peut être passé trop de temps devant les programmes télévisés du matin lors d’une insomnie, et avait souhaité ressembler pendant un instant à Elisa de la Jungle. Certes entamer quelques négociations avec l’animal aurait put être une idée saugrenue et complètement stupide, mais pour elle, c’était le moyen de « sauver » cette soirée. Elle connaissait le côté ronchon de Gabriel, qui devait faire silencieusement la liste de toutes les choses négatives de cette escapade. Hors elle n’avait pas souhaité l’emmener ici pour qu’il se stresse pour toutes les raisons du monde, mais au contraire pour qu’il se détende. Et la présence d’un ours contrariait beaucoup ses plans, et encore une fois, Billy n’était pas le genre de femme à aimer perdre le contrôle. Elle s’était parfaitement imaginée le déroulement de ce petit week-end, et la présence d’un indésirable tel que lui, n’était pas tolérable. Alors oui, elle avait voulu le faire partir en premier lieu. Idée qui n’avait pas enchanté Gabriel. « Billy qu'est ce que tu fais ? … C'est pas Balou, c'est un ours...On est pas dans le livre de la jungle là, merde... » elle allait bien sur lui répondre qu’il n’avait pas à s’en faire qu’elle gérait la situation, mais il se saisit de son bras pour la ramener avec lui de l’autre côté du feu. Et ce, sans qu’elle ait pu protester. Il fallait pourtant trouver une solution pour que cet ours reparte par où il était venu. Même si elle était persuadée que Gabriel passerait ensuite le reste de la nuit à y repenser. Mais l’animal ne l’entendait pas de cette oreille. Se dressant brusquement sur ses pattes arrières, il semblait être entré dans une fureur folle sans qu’il n’y ait pourtant une raison. Si ce n’était la malchance qui semblait avoir jetée son dévolue sur les deux amis. Instinctivement cette fois-ci Billy eut plutôt le reflex de fuir, attrapant rapidement la main de Gabriel, elle l’entraina dans la forêt. Courant le plus vite possible et surtout le plus loin possible, voilà ce à quoi elle pensait. Ne focalisant ses pensées sur rien d’autre. Faisant abstraction des diverses écorchures, des chemins qu’elle empruntait. Une bonne poussée d’adrénaline comme elle n’en avait pas eut depuis longtemps. Lorsqu’ils finirent par s’arrêter, Billy ignorait comment elle faisait pour encore parvenir à respirer. « Tout va bien ? » Tentant de reprendre son souffle, elle s’employa à observer Gabriel sous tout les angles, et elle aussi par la même occasion afin de répondre à sa question. Serrant toujours sa main aussi fort, alors que son regard s’attarder vers leur campement, qui en vu de la luminosité n’était pas aussi loin qu’elle l’aurait cru. « On est tout les deux entiers, donc à priori je crois que ça va. » Dit-elle avec hésitation, guettant l’instant où il finirait par exploser et où elle aurait le droit à une vague de reproche quant à ce qui venait de se passer. Bon de toute façon elle savait toujours comment rebondir.

Finalement, une fois le calme revenu, ils reprirent la route vers leur campement qu’ils retrouvèrent complètement saccagé. Étonnement -une fois de plus- Billy n’était pas tant horrifié par la tente ayant prit feu pour les mêmes raisons qu’un être humain dit normal. Elle y tenait, bien qu’elle était dans un état pitoyable, elle fut sa meilleure amie et son meilleur souvenir de ses années à rouler sa bosse un peu partout. « Au moins avec un tel feu de joie, si y a quelqu'un dans les parages, on aura attiré son attention. » Alors que ses yeux s’écarquillaient, et qu’elle sentait une vague de colère qui ne tarderait pas à l’envahir, le ton calme de Gabriel, la surprit autant qu’il l’apaisa, temporairement du moins. S’il y avait au moins quelqu’un déjà, mise à part l’ours hostile qui avait décidé de tout gâcher, elle n’était pas certaine que de toute façon cette fumée attire quoique ce soit. Imposant à elle, l’obligation d’une situation de repli et ce rapidement. « J’hallucine ! Hein j’suis entrain d’halluciner ?!!! » Donnant un violent coup de pied dans ce qui ressemblait à son défunt sac, elle finit par se laisser tomber à terre. Lassitude, énervement, elle ne savait pas trop ce qui la poussait à réagir de cette façon. Elle était certes excessive, et ça Gabriel le savait mieux que personne. Fut un temps où elle ne se souciait pas de ce qu’il pouvait bien penser ou ressentir, elle voulait simplement lui pourrir la vie. Gabriel se voyait reprocher tout les malheurs de la jeune femme, alors qu’évidemment il n’était pas coupable de temps de chose. Bon il avait fait une erreur entre les jumelles une fois, erreur qui l’aurait normalement amusé. Seulement blessée et sur les nerfs à cause de Casey, elle n’avait pas supporté que la seule autre personne en qui elle avait confiance -autrement dit Gaby- lui fasse un coup pareil. Alors depuis qu’elle avait retrouvé ce sentiment, très particulier, d’amitié qu’elle ressentait pour lui, elle avait aussi la sensation de devoir se racheter une conduite. De devoir se faire pardonner, et pour l’instant, la nature était contre elle. La tête précédemment enfouis entre ses mains, elle releva pourtant le regard vers son patron, l’observant de biais, en espérant qu’il n’allait pas soudainement piquer une crise monumentale. Puis elle eut finalement une idée. « Une minute ! » Devant son expression sceptique, elle renchérit pour lui exposer les tréfonds de sa pensée. « Tu as une minute pour te défouler. Tu peux m’engueuler autant que tu veux, râler, maugréer, protester, tout jeter. Mais seulement pendant une minute, après ton temps sera écoulé. Vas y déchaine-toi! » Attendant la réponse qui n’allait pas tarder, elle s’obstinait à regarder la fumée qui s’échappait de sa vieille tente, réalisant qu’elle allait devoir passer à la modernité. Ils furent peut être tranquille pour discuter pendant une poignée de minute. Mais la nature semblait vraiment contre eux. Billy qui s’était recroquevillée sur elle-même, genoux contre sa poitrine, ne releva même pas la tête lorsqu’un bruit se fit entendre derrière les fourrés. « Si c’est encore cet ours, je jure que je me jette sur lui et que je lui fais la peau! » plutôt ambitieux ..



_________________

so when i'm ready to be bolder and (my cuts have healed with time), comfort will rest on my shoulder and i'll (bury my future behind).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.filthy-secret.com/t13530-xx-could-hug-you-to-death http://www.filthy-secret.com/t12264-journal-de-bord-de-jemima-eason
Contenu sponsorisé





WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel Vide
Message(#) Sujet: Re: WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

WHO SAID THAT WOULD BE RESTFUL ? ♣ Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-