AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-30%
Le deal à ne pas rater :
Nike Air Zoom Pegasus 38 à 61€
84 € 120 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] Vide
Message(#) Sujet: If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] EmptyMar 9 Mar 2010 - 22:36




If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] Mlhyjd
IF I SAY THAT I’M SORRY, COULD YOU FORGIVE ME?
Liam K. Stanfield & Shouka Naolya Gibson


« Allô? »
« Shouka? C’est Liam. »
« Oh... Salut. »
« Écoute, je... J’aimerais beaucoup te voir. Qu’est-ce que tu fais ce soir? »
« Il faudrait que je regarde. »
« Regarde. J’attends. »
« Je n’ai rien ce soir… » Elle avait dit ça dans un murmure alors que Liam hochait doucement la tête.
« Alors, je te kidnappe pour la soirée. S’il te plaît. J’ai envie de te voir. »
Elle avait semblé légèrement sur la défensive, mais Liam avait finalement eu gain de cause. Elle avait proposé qu’ils laissent les enfants à sa grand-mère et Liam n’avait pas osé dire non. Cela ne pouvait que compliquer davantage les choses entre eux si Leah s’attachait au fils de Shouka, mais il devait faire un effort s’il voulait qu’elle lui pardonne. Il avait réellement envie de la voir et il ne pouvait pas mettre de nouvelles conditions, elle finirait par lui en vouloir. Il avait raccroché en spécifiant qu’il serait chez elle à huit heures et demie, lui laissant ainsi le temps de manger. Il aurait pu l’inviter au restaurant, bien sûr, les femmes aimaient toujours ça, mais il avait eu une mauvaise intuition. Le restaurant, ce serait pour une autre fois, si autre fois il y avait. Il espérait réellement qu’elle lui laisserait une nouvelle chance, même s’il avait agi comme un con avec elle depuis le début. Il ne savait jamais ce qu’il voulait, ça avait toujours été comme ça avec toutes les femmes qu’il avait côtoyé depuis le départ d’Alannah. Il ne voulait plus d’attaches afin de ne plus en souffrir, mais il comprenait bien vite que cette fois-ci, c’était trop tard. Il s’était déjà attaché à elle.

Il poussa un soupir avant de préparer le repas pour lui et pour Leah. La petite s’amusait calmement dans sa chambre et Liam avait passé quelques minutes un peu plus tôt à écouter ce qu’elle disait avec ses poupées, un sourire aux lèvres. Le repas se déroula sans incident alors que Leah, pour une fois, semblait heureuse de voir qu’il avait préparé des pâtes, un plat dont elle raffolait. Elle lui raconta sa journée alors qu’elle avait passé une partie de l’après-midi chez un copain et il l’écouta, heureux de voir que les discussions avec sa fille reprenaient petit à petit. Il prit une bonne douche ensuite afin de se calmer un peu en demandant à Leah de préparer son sac. Ce ne fut que lorsqu’il fut dans sa chambre, qu’il enfila un pantalon noir et qu’il sortait une chemise de la penderie qu’elle fit irruption et il tourna la tête vers elle alors qu’elle s’avançait, une grimace sur le visage.
« Tu vas pas mettre celle-là, hein? » Elle avait récupéré la chemise blanche qu’il avait sortie de sa penderie et la laissait finalement sur le lit avant de venir prendre place sur ses genoux en tirant sur un poil de son torse comme elle-seule avait l’habitude – et le droit surtout – de le faire.
« Aïe! En effet, je comptais enfiler la blanche. Est-ce que, par hasard, ça te poserait un problème? » Il avait soulevé l’enfant sous ses rires alors qu’il la plaquait sur le lit en la chatouillant.
« Arrête, papa, arrête! Tu devrais prendre la bleue. » fit l’enfant en se redressant et en courant jusqu'à la penderie, se mettant sur la pointe des pieds pour attraper la chemise bleue et la lui mettre sous le nez. « Sinon, tu vas être trop élégant. »
Liam pouffa de rire suite aux paroles de sa fille et posa un baiser sur son front avant de lui intimer d’aller chercher le sac qu’elle avait préparé elle aussi. Elle n’avait pas manqué de lui dire à quel point elle avait hâte de voir les gazouillis du petit garçon et de rencontrer la grand-maman de Shouka et Liam aurait dû en être flatté, même s’il avait un peu de mal à laisser de côté son anxiété. Lorsque l’heure fut venue, Leah s’installa sans rechigner à l’arrière alors qu’elle voulait toujours s’installer à l’avant d’habitude. Liam eut un sourire pour elle alors qu’elle ne cessait pas de lui parler durant tout le trajet. Il la savait bavarde, mais depuis un certain temps, elle semblait se monter contre lui et les seules discussions qu’ils avaient tous les deux tournaient davantage autour d’une interdiction ou d’une crise de sa part ce qui n’arrangeait pas les choses.

Lorsqu’ils arrivèrent devant la maison de Shouka et de sa grand-mère, Liam demanda à Leah de le suivre, mais de rester tranquille, ce qu'elle fit afin de s'assurer qu'il ne la ramènerait pas à la maison. Il tenta de prendre un air léger et eut un sourire sincère en posant les yeux sur Shouka lorsque celle-ci ouvrit la porte, sublime. Comme d’habitude.
« Bonsoir… »
Il passa délicatement son doigt sur le nez du bébé qu'elle tenait dans ses bras pour lui dire bonjour et eut un sourire pour la grand mère de la jeune femme alors que celle-ci leur intimait d'entrer. Liam eut un sourire en voyant Leah se départir de son sac et de ses souliers pour ensuite lui sourire à son tour. Shouka déposa l'enfant au sol au plus grand plaisir de Leah qui le prit d’assaut aussitôt. Liam eut un léger rire à l’égard de Shouka ce ne fut que lorsqu'ils leur eurent souhaité une bonne nuit qu'ils s'éloignèrent. Il lui ouvrit la portière côté passager en laissant ses doigts effleurer les siens, simplement. Ce n’était pas le moment de parler alors qu'on les épiait sans doute de la fenêtre. Leah était sans doute trop occupée avec le petit pour oser faire attention à eux, mais quand même. Il fit donc le tour de la voiture et reprit sa place. Il conduisit sans un mot jusqu'à l'endroit où il désirait l'emmener.

Liam n’y était venu qu’une fois, il y a des années. Le Coral Castle Museum. Il se gara et se posa mille et une questions en se demandant si c’était une bonne idée, cette soirée improvisée. Il y avait eu un gros malaise lorsqu’ils avaient pris place dans la voiture et ils n’avaient échangé aucune parole. Il lui ouvrit la portière avec un petit sourire alors que sa main se posait délicatement sur sa taille, comme pour l’entraîner avec lui jusqu’à la billetterie. Il paya deux billets et lui tendit le sien avant de se retrouver dans le petit chemin qui leur permettrait une agréable visite, sans doute. Il en profita pour l’observer doucement.
« Tu es magnifique... »
Il avait resserré un peu l’emprise sur sa taille alors qu’il appréciait qu’elle soit de nouveau près de lui. Il savait bien qu’ils devraient discuter, bientôt, et qu’elle n’accepterait peut-être pas tous ces rapprochements, mais tant pis, il aurait essayé. Les lumières de l’endroit, en soirée, rendaient le lieu plus romantique, plus doux, plus agréable à visiter sans doute puisque les sculptures de pierre prenaient une toute autre dimension.
« Tu étais déjà venue ici? »
Liam était doué dans l’art d’échapper aux sujets qui choquent et il préférait la quiétude de l’instant avec elle alors qu’il retirait finalement sa main, marchant à ses côtés, simplement.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] Vide
Message(#) Sujet: Re: If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] EmptyMar 23 Mar 2010 - 3:29



♣️ if i say that i'm sorry, could you forgive me?
Elle était tranquillement assise en tailleur sur le divan du salon familial lorsque la jolie mélodie qui annonçait un appel se fit entendre. Un seul regard de sa grand-mère pour comprendre que cette dernière se chargeait de prendre l’appel, de toute façon, à cette heure, ce n’était probablement pas pour elle : la majorité de ses amis étaient en cours où au travail, et ni Kayla, ni Jeremiah ne lui avait mentionné avoir besoin d’elle au cours des prochains jours. Elle profitait donc largement de ces jours de repos en prenant soin de son fils, mais en ce moment, le gamin faisant une sieste dans sa chambre, au deuxième étage. Lorsqu’elle aperçu son aînée sur le seuil du salon, le combiné sur son épaule, elle osa les sourcils. « C’est pour moi? » lui demanda-t-elle simplement, question à laquelle elle répondit d’un simple sourire, ce qui eut largement le don d’inquiéter Shouka. Connaissant sa grand-mère plus que quiconque, elle savait que cette dernière aimait bien lui arranger quelques rencontres avec de charmants jeunes hommes du quartier. Surtout depuis le silence radio de Liam… Lui prenant le téléphone des mains, elle tendit l’oreille à son interlocuteur alors qu’elle le saluait poliment. « Shouka? C’est Liam. » Surprise, ce n’était pas le mot ! Elle avait largement arrêté d’espérer d’avoir ainsi des nouvelles de celui qui l’avait trahi, en quelque sorte. Le ton même de sa voix pouvait en dire très long sur le ressentiment qu’elle avait à son égard… même si au plus profond d’elle-même, une centaine de petits papillons se réveillaient après une si longue sieste. « Écoute, je… J’aimerais beaucoup te voir. Qu’est-ce que tu fais ce soir? » Même si son cœur lui criait d’accepter, sa tête lui dictait de ne pas le faire, et elle tenta de résister à la tentation de son mieux… ce qui, somme toute, fut loin d’être efficace. Après lui avoir offert un mensonge plus ou moins convaincant, elle s’entendit lui dire qu’elle était libre dans un murmure, comme si elle acceptait malgré-elle sa proposition. La réponse de ce dernier ne se fit pas attendre. « Alors, je te kidnappe pour la soirée. S’il te plaît. J’ai envie de te voir. » Elle avait opinée sans rouspéter, discutant encore quelques secondes avec Liam, question de mettre au clair certains détails de leur sortie, puis elle avait raccroché. C'est en soupirant qu'elle était finalement retournée au salon où l'attendait une mamie avide d'en savoir d'avantage sur ce mystérieux téléphone. En guise de réponse, Shouka ne lui offrit que son plus beau sourire.



Il n’était que vingt heures quinze, mais déjà, Shouka trépignait d’impatience. Elle n’arrêtait pas d’aller et de venir dans la maison, replaçant un cadre dans le salon, rangeait un condiment dans le frigidaire dans la cuisine. Elle jetait parfois un coup d’œil à l’extérieur par la fenêtre de la salle à manger, mais s’en désintéressait aussitôt, cherchant ardemment autre chose à faire. Sa grand-mère finit par avoir un tel tournis à la voir aller de gauche à droite qu’elle lui posa Eliott dans les bras, ce qui eut l’effet escompté : elle se calma. Le bambin aurait dû être couché, à cette heure, mais sa sieste allongée de l’après-midi avait malheureusement fait en sorte que le petit avait refusé de s’endormir à l’heure habituelle. Comme elle était en plein préparatif pour cette soirée, c’est Keyah qui s’était occupé du garçonnet, le berçant avec espoir qu’il succombe finalement au sommeil. Peine perdue, puisque l’énervement même de sa mère avait maintenu Eliott éveillée, au plus grand damne de la vieille femme.

Avant-même que la sonnette d’entrée se fasse entendre, Shouka était déjà dans le hall de la maison de sa grand-mère, ayant entendu très distinctement la voiture de Liam qui se stationnait dans leur entrée. Eliott, qui reposait toujours dans ses bras, émit un gazouillement de mécontentement d’être si soudainement ignoré par sa mère. Mais Shouka n’en fit rien, occupée à autre chose de plus important… Ouvrant la porte lorsque Liam et sa fille se trouvèrent à proximité, elle adopta une attitude plus calme et légèrement distante, même si à l’intérieur, l’énervement était à son maximum. Disons que le tout était difficile à contenir… mais elle ne souhaitait pas se faire avoir une deuxième fois, elle ne voulait pas être déçue à nouveau par ce dernier. « Bonsoir… » mentionna-t-il d’ailleurs à son intention. « Bonsoir Liam, bonsoir Leah. » lui répondit-elle, alors que les deux entraient dans la maison. Le père de la fillette posa délicatement son doigt sur le nez d’Eliott, retirant ainsi l’air boudeur qui couvrait le visage du gamin, puis s’avança dans la pièce, question de saluer la propriétaire de la maison et la gardienne improvisée de cette soirée. Refermant la porte derrière eux, Shouka alla rejoindre les autres puis, à la demande de Leah, elle déposa son fils tout près d’elle : ainsi occupé, elle évitait probablement une crise de la part de son fiston, ce qui était tant mieux. D’ailleurs, quelques instants plus tard, Liam et Shouka quittèrent la résidence de cette dernière et la galanterie de son compagnon de la soirée troubla les réserves de la jeune femme. Il lui ouvrit la portière de sa voiture, frôlant délibérément les doigts de sa charmante invitée. Un geste que Shouka ne sut pas interprétée… trop abasourdie de le voir agir ainsi envers elle, lui qui avait toujours maintenu une distance respectueuse entre eux, auparavant. Les choses avaient-elles changé à ce point, ou cherchait-il seulement à se faire pardonner ses maladresses passés? Le trajet en voiture fut silencieux, et Shouka se contenta de rêvasser en regardant le paysage défilé à ses côtés. Chacun respectait le silence de l’autre, sachant que le temps des explications n’étaient pas encore venu. Un répit, en quelque sorte.

Dès qui se garèrent, Shouka sentit se entrailles se nouer, à la fois par excitation, mais aussi par stress. Elle ne savait pas du tout les intentions de Liam à son égard, et elle ne voulait pas s’ouvrir à ce dernier… pas après les dernières semaines où il fut si distant envers elle. Et pourtant, les attitudes de ce dernier envers elle, maintenant qu’ils étaient seuls, ne pouvaient être trompeuses, où bien il jouait sacrément bien la comédie ! Et lentement, elle sentait sa maigre résistance fondre comme neige au soleil. Il l’avait tendrement agrippée par la taille, alors qu’ils se dirigeaient vers la billetterie, payant leur entrée dans ce lieu qui lui était inconnu, puis il lui avait finalement tendue son billet, qu’elle avait tôt fait de ranger dans son sac à main, une fois qu’ils furent sur le site. Ils marchèrent un petit moment, côte à côté, lorsque Liam décida finalement de prendre parole, la complimentant sur son apparence, qu’elle avait plus que soignée pour cette soirée. « Tu es magnifique… » Ce faisant, il l’avait rapproché un peu plus de lui, et cette proximité gêna Shouka, dont les joues rougirent sous le coup de l’émotion. « Merci. » murmura-t-elle faiblement, baisant le regard afin d’éviter de croiser celui de Liam. Comprenant sûrement son malaise, il dégagea finalement sa main de la taille de Shouka et il se contenta de marcher à ses côtés. « Tu étais déjà venue ici? » lui demanda-t-il alors. La gorge nouée par l’émotion, la jeune femme se contenta seulement d’hocher la tête en signe de négation. Elle aurait bien voulu en dire d’avantage, mais elle préféra se taire, observant le paysage qui s’offrait à elle. Ce site devait être magnifique de jour… mais elle était certaine que cette vision de nuit volait son pesant d’or. L’ambiance qui se dégageait de cet endroit donnait largement l’impression de se trouver dans un autre univers, à des siècles d’ici. La pierre, la nature… tout cela était loin de s’apparenter aux lieux d’où elle venait, où elle avait ses repères, et s’en était plus que déroutant.

Ils marchèrent ainsi un petit moment avant que Shouka ne décident finalement de s’assoir sur l’un des bancs de pierres qui se trouvait le long du petit chemin qui les guidait à travers le site. Non pas qu’elle était fatiguée, loin de là. Seulement, elle songeait qu’il était peut-être temps pour elle d’obtenir les réponses à ses questions… ainsi, peut-être que sa soirée n’allait pas être gâchée dans sa totalité. Elle avait appréciée les tendres délicatesses de Liam, mais ne connaissant pas le fond de la pensée de ce dernier, un doute subsistait toujours dans son esprit. « Pourquoi, Liam? » lui demanda-t-elle finalement, alors qu’il venait de s’assoir près d’elle. « J’aimerais comprendre… »


Dernière édition par Shouka Naolya Gibson le Dim 30 Mai 2010 - 5:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] Vide
Message(#) Sujet: Re: If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] EmptyJeu 1 Avr 2010 - 9:41

Il ne fut pas long à comprendre qu'elle était mal-à l'aise en sa compagnie et ce depuis le début. Il se demandait quelle idée idiote il avait eue en l'entrainant dans cet endroit pourtant si romantique. Leur relation n'en était pas là et il n'était même pas sûr qu'il pouvait qualifier ce qu'ils vivaient tous les deux de relation. Il avait laissé couler presque deux semaines avant de la rappeler et il n'oubliait pas ce qui s'était passé avec Romain entre-temps. Comment pourrait-il ne serait-ce qu'oublier cette putain de nuit où il s'était abandonné dans les bras d'un homme? C'était impossible, simplement, il ne le pourrait pas. Et pourtant, il avait pris conscience au matin qu'il ne ressentirait jamais rien pour un homme. Jamais. Il avait eu un déclic, il avait été ramené à la raison. Était-il tant que ça en manque afin de ne plus faire la différence entre les hommes et les femmes? Bien sûr que non. Il y avait autre chose. Autre chose à laquelle il ne pouvait malheureusement pas faire face tout de suite. Il préférait donc taire, au propre comme au figuré, ce qui s'était passé cette nuit-là et faire comme si rien de tout cela ne s'était produit. Toutefois, il était conscient que ce devait être difficile pour Shouka de le voir revenir vers elle alors qu'il l'avait sans doute blessée. Mais elle était jeune et il n'était pas sans savoir qu'elle méritait certainement un jeune homme de son âge, qui saurait élever Eliott comme son fils. Il n'était pas cet homme dont elle avait besoin et il ne pourrait jamais en être plus certain qu'à ce moment précis où il la voyait rougir sous sa main posée dans son dos. Ce compliment qu'il lui avait fait, ce n'était pas pour la gêner ou la rendre mal-à-l'aise, loin de là. Il le pensait sincèrement.

Il garda le silence, conscient que les mots risquaient de bloquer au niveau de sa gorge s'il tentait de s'avancer sur le sujet qui les préoccupait tous les deux. Et s'il tentait de paraitre serein et détendu, il ne réussirait sans doute qu'à sortir des conneries qui lui mettraient davantage la puce à l'oreille. Décidément, il valait mieux qu'il demeure silencieux et qu'il attende un geste de sa part, se contentant de profiter du paysage magnifique qui s'offrait à eux. Pourtant, lorsqu'elle s'éloigna de lui pour prendre place sur un banc, il l'observa un moment, un léger sourire au coin des lèvres alors qu'il comprenait pourtant que le moment était venu de lui donner les explications qu'elle attendait. Son regard la fixait alors qu'il avait vu juste. Shouka lui demandait de s'expliquer, elle lui demandait des comptes sur le pourquoi du comment il n'avait pas osé la rappeler. Osé était bien le terme approprié dans cette situation, comme il l'était dans toutes les autres relations qu'il avait entretenu. Il prenait peur, il ne voulait pas s'impliquer et se refusait à avoir une relation sérieuse, se contentant des femmes qui passaient brièvement dans sa vie et qui repartaient sans rien avoir su tirer de lui.

Il s'approcha toutefois d'elle alors qu'il passait une main sur sa nuque afin de tenter de se détendre. Il prit place à ses côtés, le regard fuyant, avant de redresser finalement son regard dans le sien lorsqu'elle affirma qu'elle voulait comprendre. Comprendre quoi? Il n'y avait rien à comprendre. Liam n'était pas fait pour vivre en couple, sa fille et lui s'en sortaient bien tous les deux. C'était la version qu'il aurait donné, la version officielle afin qu'elle s'éloigne de lui pour de bon. Mais ce n'était pas ce qu'il ressentait au plus profond de son coeur et pas non plus ce qu'il lisait dans les yeux de la jeune femme. Il en était persuadé. C'était déjà trop tard. Elle s'était attachée à lui et il s'était attaché à elle. Bien plus qu'il ne l'aurait fallut en vérité, mais il savait que ce n'était pas le même attachement. Pourtant, même s'il était conscient que la relation ne durerait pas, il était décidé à essayer, coûte que coûte. Il poussa un léger soupir avant de saisir l'une des mains de Shouka entre les siennes, baissant les yeux sur leurs mains enlacées sans oser les relever pour croiser de nouveau son regard.
« C'est compliqué, Shouka. J'ai l'impression que je dois protéger Leah de tout ce qui se passe dans ma vie, mais j'ai conscience qu'un jour elle va poser les questions que je redoute. Elle grandit et c'est de plus en plus compliqué. » Il avait laissé son pouce caresser le dos de sa main alors qu'il parlait, les yeux toujours baissés. Lorsqu'il les releva, il attendit un moment avant de poursuivre. « Écoute... Je suis navré de t'avoir laissé sans nouvelles, j'avais simplement besoin de me retrouver un peu et de faire le ménage dans mon esprit. »
Libérant finalement sa main, il se releva à nouveau, ne supportant plus d'être jugé ainsi alors qu'il savait parfaitement qu'il méritait toute cette attention. Il avait fait veux de silence pendant deux semaines, elle était en droit de lui poser toutes les questions qu'elle voulait et ce, même s'il ne lui devait rien. Ils n'étaient pas mariés, il ne lui avait rien promis. Mais il avait suffisamment d'attachement pour elle afin de répondre à ses interrogations. C'était la moindre des choses et peut-être qu'ils pourraient, par la suite, repartir sur de bonnes bases? Il s'appuya contre l'une des clôtures qui empêchait les gens de s'approcher trop près des structures trop fragiles, dos à Shouka alors qu'il passait brièvement une main sur son front. Quand il la regardait, il se sentait vieux, à côté. Et il l'était. Elle avait vingt ans, il en avait trente-et-un. Elle venait d'entrer dans le monde des adultes, il était déjà dans la trentaine. Il ne savait pas pourquoi elle s'était intéressée à lui. Elle était jolie, intelligente, adorable; elle trouverait aisément quelqu'un pour elle qui l'aimerait avec toute la force dont il était capable! Pourquoi est-ce qu'elle s'était éprise de lui? L'homme duquel on ne devait pas s'éprendre? Liam priorisait sa fille, sa vie et son travail au détriment de ses relations amoureuses et il n'avait rien à lui offrir de plus qu'elle n'avait déjà. Pourtant, en ce moment précis, il avait envie d'essayer afin de voir ce que ça donnerait. Il laissait son coeur parler, mais il était conscient que tôt ou tard, sa raison reprendrait le dessus. Pour le temps que ça durerait...
« Je suis vraiment désolé si je t'ai blessée et j'aimerais vraiment reprendre du début. Recommencer. J'ai le droit à une deuxième chance? »
Il avait murmuré ces quelques mots alors qu'il avait levé le regard vers le ciel parsemé d'étoiles. Il avait jeté un coup d'oeil à la jeune femme lorsqu'il avait posé sa question, mais n'avait pas attendu sa réponse avant de reporter son attention sur l'une des statues de pierre. Il voyait comment c'était, d'être en attente d'une réponse et il s'en voulait de l'avoir laissée dans le doute. Mais ce qui est fait est fait; il faut désormais tourner la page et passer à autre chose pour continuer à avancer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] Vide
Message(#) Sujet: Re: If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] EmptyMer 21 Avr 2010 - 18:01

Il y eut un long moment de silence avant que Liam ne se décide à lui dire le fond de sa pensée… ou du moins, qu’il tente de mettre en mot tout ce qu’il avait à lui dire pour se faire pardonner, pour s’excuser du comportement qu’il avait eu ces dernières semaines. Shouka, de nature patiente, ne le pressait pas : elle attendrait le temps qu’il faut, après tout, la nuit leur appartenait, ce soir, elle pouvait donc attendre toute la nuit si ça lui chantait. Bien sûr, ce ne fut pas le cas. Il s’approcha finalement d’elle, visiblement mal à l’aise à son tour, passant une main sur sa nuque en rejoignant la jeune femme sur le banc de pierre. Elle l’entendit soupirée, ne le questionna pas à ce sujet, jugeant qu’il lui devait au moins ça, après l’avoir laissé dans un silence absolue durant deux semaines sans raison explicite. Prenant la main de Shouka dans la sienne, il ouvrit finalement la bouche pour lui livrer ses confessions. « C’est compliqué, Shouka. J’ai l’impression que je dois protéger Leah de tout ce qui se passe dans ma vie, mais j’ai conscience qu’un jour elle va poser les questions que je redoute. Elle grandit et c’est de plus en plus compliqué. » Shouka ne fit qu’acquiescer à ces dires, puisqu’elle comprenait parfaitement la situation dans laquelle Liam se retrouvait avec sa fille. Dans quelques années, elle allait devoir subir les mêmes questions venant d’Eliott et cette perspective lui faisait un peu peur, bien franchement. Ce pourquoi elle s’empêcha de réfuter les aveux de Liam puisqu’ils lui semblaient justes. Il y eut un petit moment de silence entre les deux, peut-être qu’il attendait qu’elle parle – ce qu’elle ne fit pas, n’ayant visiblement rien à ajouter. Le pouce de Liam se promenait sur le dos de sa main et ce simple petit geste lui prouvait bien plus que ce qu’il voulait lui laisser voir. Finalement, il releva son regard - lui qui avait maintenu les yeux bien bas depuis le début - et continua sur sa lancée. « Écoute… Je suis navré de t’avoir laissé sans nouvelles, j’avais simplement besoin de me retrouver un peu et de faire le ménage dans mon esprit. »

Elle sentit les doigts de Liam libérée sa main avant de comprendre que ce dernier venait de se lever, trop obnubilée par ce contact – si petit soit-il – entre eux. Il s’était éloigné d’elle, lui tournant le dos, préférant peut-être caché son visage qui trahissait sûrement ces plus profondes réflexions. Shouka le trouva complexe… et pourtant si séduisant. Elle n’avait jamais vraiment compris les raisons qui l’avait fait tombé sous son charme, mais elle n’avait jamais cherché à comprendre non plus : lorsqu’elle aimait, elle avait plutôt tendance à s’abandonner facilement à l’autre, ce qui, bien souvent, lui avait joué des tours. La preuve avait été sa relation avec Liam… « Je suis désolé si je t’ai blessée et j’aimerais vraiment reprendre du début. Recommencer. J’ai le droit à une deuxième chance? » Sa voix s’était élevée dans le silence de la nuit, comme un murmure. Sa voix s’était élevée dans le silence de la nuit, comme un murmure. Elle avait vu son regard diriger vers elle, mais rapidement, il était retourné à d’autres contemplations, laissant à Shouka la liberté de choisir ce qu’il adviendrait d’eux. Posant l’une de ses mains sur son cœur, visiblement troublée, la jeune fille garda le silence pendant un moment. Elle avait terriblement souffert de l’absence de Liam et elle lui en voulait… mais allait-elle gâcher leur seul espoir alors qu’enfin, il était franc avec elle et qu’il lui ouvrait son cœur?

Finalement, au bout de quelques secondes – qui parurent interminables, Shouka se releva afin d’aller rejoindre Liam qui fixait toujours la statue qui leur faisait face, penché sur l’une des clôtures qui entourait le monstre de pierre. Elle s’adossa à son tour sur cette clôture, mais dos à l'imposante structure, faisait face au sentier plutôt qu’à l’œuvre elle-même. Cependant, elle garda le silence, cherchant les mots qui lui permettrait d’expliquer à Liam ce qu’elle ressentait. Elle était songeuse, partagée, cette envie de lui pardonner, de recommencer à zéro avec lui était certes alléchante, mais quelque part, sa tête tentait de lui faire entendre raison, de lui faire comprendre que s’il l’avait blessée une fois, rien ne l’empêchait de recommencer une autre fois, et encore, elle s’en brulerait les ailes. Cependant, ne dit-on pas parfois que les émotions l’emportent souvent sur la raison? Du moins, dans le cas de Shouka, c’était, plus souvent qu’autrement, le cas. Et c’est à cet instant précis que ces barrières qu’elle avait tentées de maintenir autour de son cœur lâchèrent prise. Elle posa l’une de ses mains sur le bras de Liam, cherchant à avoir son attention, puis elle plongea son regard dans le sien lorsqu’il daigna se tourner vers elle. «J’aurais aimée que tu m’en parle avant… tu sais, je ne suis pas idiote et j’aurais pu comprendre, te laisser le temps, si c’est ce dont tu avais besoin. Mais si, aujourd’hui, tu es près à tourner la page sur cette histoire, à recommencer à zéro… alors je te suivrais volontiers. » Un léger sourire s’afficha sur son visage, sans pourtant prendre toute la place. Non, en fait, c’est dans ses yeux, soudainement plus brillant, que se lisait tout ce qu’elle ne disait pas à Liam. « Tu sais ce que je ressens pour toi depuis le début… Je ne peux pas me trahir, me mentir à moi-même ainsi et passer sous silence l’affection que je te porte, Liam. Je suis comme un livre grand ouvert, mais toi… tu es si fermé que je ne sais jamais ce qui m’attend. Alors, s’il-te-plait… soit franc avec moi ce soir. Dis-moi que tu m’aimes ou je partirais. C’est simple. Je ne supporterais pas une deuxième fois que tu me fuis… » Le silence tomba entre eux et dura assez longtemps – quelques secondes, le temps d’une hésitation - pour faire craindre à Shouka le pire de deux mondes. Elle voulut s’éloigner de lui mais elle sentit la main de Liam qui la retint au dernier moment.


Dernière édition par Shouka Naolya Gibson le Dim 30 Mai 2010 - 7:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] Vide
Message(#) Sujet: Re: If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] EmptyLun 10 Mai 2010 - 4:23

Liam avait compris qu'il l'avait blessé. Il savait qu'il était le seul responsable dans la tournure que prenait leur relation et même s'il tentait d'avancer et de passer outre tout ce qu'il avait vécu avant, il n'y arrivait pas. Il avait beau se dire qu’il l’aimait bien et qu’elle méritait qu’il la traite avec respect et honnêteté, il n’arrivait pourtant pas à lui dire la vérité. Elle était simple, pourtant. Il n’arriverait plus jamais à vivre une relation stable avec quiconque et ce n’était pas faute d’avoir essayé. Mais il ne se sentait pas capable de lui dire carrément que cette relation était vouée à l’échec. Il tenait à elle malgré tout et il voyait bien qu’elle tenait également à lui. Pourtant, les mots qu’elle prononça le firent simplement hocher la tête alors qu’il avait d’abord posé les yeux sur les doigts de la jeune femme posés sur son bras avant de plonger son regard dans le sien. Lui laisser du temps n’aurait rien changé. Il avait dû s’éloigner, lui-même, afin de s’assurer qu’il faisait le bon choix. S’il avait réellement écouté sa tête, il ne serait pas revenu vers elle et se serait simplement répandu en excuses avant de l’abandonner, comme avec toutes les autres. Mais il lui donnait une chance et espérait que ça puisse marcher, qu’il puisse changer. Pourtant, elle était trop jeune et il le savait; elle n’était même pas majeure. Mais son statut de mère la rapprochait davantage de lui qu’il n’aurait pu le croire de prime abord. Il gardait toutefois son regard dans le sien, un léger sourire au visage alors qu'elle affirmait vouloir recommencer à zéro. C'était ce qu'il lui avait demandé et il comptait en tenir compte, mais ce qu'elle lui demanda le surprit totalement. Il ne savait pas quoi dire et il s'éloigna de quelques pas, rompant le contact de sa main contre son bras. Il avait passé une main anxieuse dans ses cheveux alors qu'il fixait de nouveau la statue de pierre, statue qui lui paraissait désormais bien dérisoire.
« Je suis désolé, mais je ne peux pas. Je tiens beaucoup à toi et je ne veux pas que tu partes, mais... Je ne peux pas. »
Il avait reporté son attention sur elle après quelques secondes de silence et s'était même légèrement rapproché en posant sa main sur la nuque de la jeune femme pour l'attirer contre lui avec douceur. Il déposa ses lèvres sur les siennes dans un baiser qui se voulait rassurant et sincère malgré les paroles qu'il venait d'échapper. Il ne pouvait pas dire une telle chose puisqu'il n'avait plus dit ces mots à une femme depuis de très longues années. Et de toute façon, il savait pertinemment que l'amour n'était qu'illusoire et que se faire des attentes ne faisait qu'augmenter notre souffrance. Il avait cru qu'il pouvait aimer comme l'avaient fait ses parents avant lui et il s'était pris au jeu en baissant toutes ses gardes, sans prendre la peine de se protéger. Il en souffrait encore, malgré les neuf ans qui le séparaient du départ d'Alannah. Il n'y pouvait rien, il avait un blocage qu'en tant que neurologue, il ne pouvait pas guérir.

Il avait prolongé le baiser en glissant une main dans ses cheveux, comme pour se faire pardonner ses paroles un peu brusques. Il ne voulait pas qu'elle se fasse de faux espoirs. Il voulait bien essayer de recommencer, essayer de revivre une relation en repartant à neuf, mais il ne pouvait rien promettre. Lorsqu'il finit par se reculer légèrement, il garda une main sur sa hanche et eut un léger sourire à son égard.
« Allez, viens. C'est encore plus beau par là-bas! »
C'était du Liam tout craché. L'embrasser afin de la faire fondre et changer habilement de sujet afin d'éviter la discussion qui le tourmenterait. Il entrelaça ses doigts aux siens pour l'entraîner un peu plus loin, ne profitant pas vraiment des monuments de pierre puisqu'il préférait de loin marcher et regarder sans vraiment prendre conscience de ce qui l'entourait. Il devait se vider la tête et il tentait de le faire du mieux qu'il le pouvait. Ce ne fut que lorsqu'ils revinrent à leur point de départ que Liam ouvrit la bouche à nouveau.
« Tu sais... Je suis heureux que tu aies accepté mon invitation. Tu as apprécié? Tu voulais revoir quelque chose? »
Il s'était retourné vers elle avec un petit sourire dont lui seul avait le secret et attendait sa réaction, espérant que l'endroit et la visite lui avaient plu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] Vide
Message(#) Sujet: Re: If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] EmptyDim 30 Mai 2010 - 7:05

Si elle n’avait pas été aussi aveuglement amoureuse, elle aurait bien entendu compris que Liam ne lui voulait pas de mal, mais, que pour des raisons qui étaient hors de son contrôle, il ne pouvait pas se laisser aller à ses pulsions aussi librement qu’elle : en fait, la grande différence qui se trouvait entre eux était que Liam écoutait sa raison et Shouka, son cœur. Deux concepts, deux visions des choses qui s’opposaient et qui, pour toujours, resteraient incompatible. Si elle avait moindrement eux la présence d’esprit de songer aux obstacles qui allait se mettre sur leurs chemins, elle aurait aussi comprit son hésitation, ses doutes et ses craintes. Mais non, Shouka voyait encore la vie avec des yeux d’enfants - ou plutôt d’adolescentes rêveuses plutôt qu’avec ceux d’un adulte comme Liam. Et même si certains points les rapprochaient, il y en avait d’autres qui allaient toujours être source d’éloignement, des sujets tabous dont il ne fallait mieux pas aborder.

À peine avait-elle terminée sa requête qu’elle regrettait déjà d’avoir trop parlé - une mauvaise habitude chez elle qu’elle était incapable de corriger. « Je suis désolé, mais je ne peux pas. Je tiens beaucoup à toi et je ne veux pas que tu partes, mais... Je ne peux pas. » Fermant les yeux pour ne pas laisser transparaître la tristesse qui avait submerger son être à cet instant précis - et pour éviter de laisser fuir une larme futile qui laisserait paraître sa faiblesse, elle voulut à nouveau s’éloigner mais, ce fut Liam qui se rapprocha d’elle, ne lui laissant aucune chance de se défiler. Elle avait mal et elle voulait s’éloigner de lui, mais alors qu’il se rapprochait d’elle, il l’attira lentement et tendrement contre lui, une main posée en douceur contre sa nuque. Elle savait ce qu’il allait se passer ensuite, et même si son corps en entier se retenait de ne pas succomber à cette envie irrésistible et de l’embrasser avec passion, une petite voix dans sa tête lui dictait de crier non, de tourner les talons et de partir de là. Malheureusement, sa résistance s’arrêta à l’instant où les lèvres de Liam se posèrent sur les siennes. Au début, ce fut léger, délicat, mais au fur et à mesure qu’elle prenait conscience de ce qui lui arrivait, Shouka laissa tomber ses inhibitions afin de savourer pleinement le moment - ce que, visiblement, Liam essayait lui aussi de faire malgré ses réticences. Ces mains sur elle et ces lèvres sur les siennes lui donnait pleinement le sentiment d’être femme et d’être désirée : une chose qu’elle n’avait pas ressentit depuis longtemps.

Et le baiser s’arrêta aussi abruptement qu’il avait commencée, sans qu’elle s’y attende… si ça n’avait été que d’elle-même, il aurait sûrement continué d’avantage mais il fallait toujours être deux, n’est-ce-pas, pour que le plaisir de l’acte dure? L’une des mains de Liam reposait toujours sur sa hanche, prolongeant cette proximité qui lui plaisait bien, finalement. N’était-pas ce dont elle avait toujours rêver, du moins, depuis qu’elle connaissait Liam, d’un tel moment intime entre eux qui ne restait pas d’être briser par l’arrivée surprise d’une Leah à moitié endormi ou par les pleurs d’un bébé mécontent. C’était le genre de moment parfait… qui ne durait pas. « Allez, viens. C'est encore plus beau par là-bas! »

Déstabilisée… c’était complètement le mot qui définissait Shouka en ce moment. En fait, elle se demandait si Liam n’avait pas fait exprès d’agir ainsi pour, justement, pour la déboussoler et ainsi avoir l’avantage sur elle : une façon comme une autre de la charmer, en quelque sorte. Elle n’en savait rien, mais cette idée lui plaisait : son âme d’éternelle romantique avait, encore une fois, pris le dessus. Attrapant sa main, Liam l’amena plus loin et ils continuèrent de se promener dans le parc pendant un moment, main dans la main, comme de véritables amoureux - de quoi réjouir Shouka qui, en fait, flottait littéralement sur un petit nuage rose. Au bout d’un moment, ils se retrouvèrent à l’entrée et Liam s’adressa à nouveau à elle, ce sourire charmeur aux lèvres, celui-là même qui avait toujours fait craquer Shouka. « Tu sais… je suis heureux que tu aies accepté mon invitation. Tu as apprécié? Tu voulais revoir quelque chose? » En simple guise de réponse, elle s’avança vers lui et, délicatement, elle posa ses lèvres sur les siennes - elle ne souhaitait pas l’effrayer, juste le remercier à sa manière. Le baiser fut court et léger, mais lourd de sens pour la jeune fille, scellant ainsi, en quelque sorte, leur renouveau. Elle était tout près de lui et, gênée de son geste si spontanée, elle lui répondit finalement de vive-voix. « Toi, ça me suffira. » Et c’était vrai. Tant qu’il voudrait d’elle, tant qu’il était là à ces côtés, elle ne pouvait rien demander de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] Vide
Message(#) Sujet: Re: If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] EmptySam 31 Juil 2010 - 18:45


SUJET TERMINÉ.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] Vide
Message(#) Sujet: Re: If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

If I say that I'm sorry, could you forgive me? [Shouka <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-