AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -25%
Nike Waffle Trainer 2
Voir le deal
74.97 €

Partagez | 
 

 IT'S JUST A GOOD BYE. (1945)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




IT'S JUST A GOOD BYE. (1945) Vide
Message(#) Sujet: IT'S JUST A GOOD BYE. (1945) IT'S JUST A GOOD BYE. (1945) EmptyVen 5 Mar 2010 - 19:17


IT'S JUST A GOOD BYE. (1945) V7hbbo IT'S JUST A GOOD BYE. (1945) Neuexh
♦️ IT'S JUST A GOOD BYE.
STARRING DAKOTA WAYHNE AND VICTORIA BLYTHE


♦ FLASH BACK

Bon sang, Vicky, t’étais passée où ?! Je me suis inquiété de ne plus te voir !
Je... Je suis restée un peu chez une amie pour me remettre les idées claires.
Les idées claires ? Chez une amie ? Et c’est l’excuse pour avoir disparue de la circulation ?
Dakota, c’est pas vraiment le moment de me piquer une crise !
Victoria, je me suis inquiété et tu ne répondais ni à mes appels ni même quand je venais chez toi. Je n’entendais même pas ta chienne, alors si, j’ai toutes les raisons du monde de « piquer une crise » ! Alors si tu…
Neal est partit et je suis allée me réfugier chez une amie, ça te va, comme explication ?!

Victoria soutient le regard de Dakota, furieuse et excédée. A cran ? Rien qu’un peu. A peine elle venait de revoir le jeune Wayhne que celui-ci commençait déjà à la harceler de question, coupée de leçons de moral. Franchement, ce n’était peut-être pas le moment choisi. Et voilà pourquoi elle s’était isolée pendant un moment. Elle n’avait pas envie d’affronter les interrogations des autres, de s’expliquer ou de devoir se cacher. Alors, elle avait décrété vouloir se réfugier chez Lysaë, sa meilleure amie qui avait bien accepté de l’accueillir, il y a déjà deux jours de cela. Son regard vert pétillait d’une animosité sans faille avant de le dévier vers l’horizon, le visage se tordant dans une grimace douloureuse. Ses dents attrapèrent sa lèvre alors qu’elle se mettait à trembler légèrement, tentant vainement de se retenir de craquer de nouveau. Dakota n’avait rien dit, comme si l’information mettait du temps à monter en lieu dit. Enfin, quand il remarqua que la demoiselle s’éloignait un peu de lui, il la rattrapa rapidement.

Je suis désolé, Vicky, je savais pas.
Et bien, la prochaine fois, tourne ta langue dans ta bouche avant de parler.

Sa voix était sèche et Dakota la stoppa dans sa marche en se plantant devant elle. La jolie blonde dévia une nouvelle fois des yeux pour regarder l’étendue d’eau avant que le jeune homme ne l’oblige à planter son regard dans le sien. Le jeune Wayhne put y déceler une tristesse incroyable et du liquide prêt à jaillir dans la seconde suivante. Ne tenant pas plus longtemps, Victoria finit par fondre en larmes et Dakota la prit instinctivement dans ses bras, la berçant doucement et lui caressant les cheveux.

Calme-toi. Il vaut pas la peine que tu te mettes dans un tel état.



Quelques semaines plus tard, deux semaines environ, elle l’avait revu. Elle l’avait revu à travers la fenêtre de la maison de Lysaë. Et sa première réaction fut de se redresser pour ne pas croire à une hallucination. Mais non. Il était là, plus vrai que nature. Victoria avait reculé de la fenêtre, comme si cette dernière était mauvaise ou brûlante, la regardant avant une grimace d’incompréhension non dissimulée. Coussin pressé contre elle, la jolie blonde s’était réfugiée dans le canapé de sa jeune amie, attendant patiemment son regard, le regard vitreux regardant sans intérêt la télévision allumée, dans une obscurité désarmante. Elle avait réagit comme cela pendant environ une semaine. Mais là, s’en était trop. Elle n’en pouvait plus. Ses cauchemars étaient revenus au galop en même temps qu’il était partit, ses crises se faisaient de plus en plus présentes et violentes au fur et à mesure qu’elle croisait sa silhouette, son ombre ou même juste sa voiture dans le quartier. Elle étouffait, et elle savait qu’elle faisait vivre un véritable enfer à Lysaë. Tantôt compréhensible, tantôt ferme, la jeune Monaghan se montrait d’une patience incroyable envers elle. Et la jolie blonde pensait aussi à elle quant elle lui exposa, lors d’un diner, son envie de partir. Mais, étrangement, Lys avait demandé à la suivre. Victoria fut d’abord inquiète mais devant l’air déterminé, résolu et têtu de son amie, elles n’eurent pas à débattre très longtemps sur le sujet. Un coup de fil à ses grands-parents et la boucle était bouclée ; elle partait après demain pour San Francisco. Et dieu qu’elle en avait envie, de partir. Ocean Grove avait pas être un quartier tranquille, une petite visite familiale passerait presque inaperçue. Presque si on n’avait pas remarqué qu’elle partait en même temps qu’il était revenu. Victoria avait conscience qu’elle faisait preuve d’une grande lâcheté à partir de la sorte. Mais, pour une fois, elle prenait le risque d’être une lâche. Elle voulait se montrer tranquille, avoir la tête reposée et se détendre. Et sa lâcheté durera ce qu’elle durera. Tant qu’elle ne sera pas prête, la jeune Blythe restera avec ses grands-parents - qu’elle n’avait d’ailleurs pas vu depuis un moment - et Lysaë, à part si cette dernière voulait rentrer avant. Mais, pour l’instant, aucune date de retour était prononcée ou même envisagée. Après avoir fini sa valise, la veille de leur départ, Victoria crut bon prévenir son entourage proche - tel qu’Aiden, Hailey, Caleb ou encore Dakota. Quand elle arriva sur le perron de la maison de ce dernier, elle hésita un moment, ses mains se tortillant entre elles. La jolie blonde n’osait même pas regarder par-dessus son épaule ; déjà que de parcourir le quartier avec le risque de le croiser à un détour de rue était assez stressant et angoissant comme cela, elle ne voulait pas en rajouter une couche. Alors elle se décida enfin de toquer à la porte de trois petits coups bien distincts tout en reprenant une certaine inspiration. Quand la porte s’ouvrit, Victoria fit un léger sourire à Dakota. Il fallait avouer qu’elle était un peu nerveuse de le voir. Elle ignorait si c’était à cause du lien étrange qui s’était formé entre eux presque naturellement ou si elle était perturbée par autre chose. Autre chose qui pourrait se tramer derrière elle. Elle secoua la tête légèrement pour effacer un scénario improbable pour recentrer son attention sur le jeune homme qui lui faisait face. Salut. Je te dérange pas, j'espère ?
Revenir en haut Aller en bas
 

IT'S JUST A GOOD BYE. (1945)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-