AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -64%
Centrale Vapeur PHILIPS GC8735/80 PerfectCare Performer
Voir le deal
99.99 €

Partagez | 
 

 Celui dans lequel Maât avait besoin d'un délic.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Celui dans lequel Maât avait besoin d'un délic. Vide
Message(#) Sujet: Celui dans lequel Maât avait besoin d'un délic. Celui dans lequel Maât avait besoin d'un délic. EmptyMer 3 Mar 2010 - 11:30


Le Week-end du 8 mars 2011.
Panamee et moi avions plusieurs points communs. D'abord nous avions fait notre apparution à Ocean Grove à peu près en même temps. Elle était arrivée en mai, j'étais revenu dans le quartier de mon adolescence en avril. De plus, nous avions tous deux eu des relations amoureuses compliquées. Mais soyons honnête, je ne pense pas que nos déceptions amoureuses respectives y soient pour quelque chose dans notre amitié. D'ailleurs, je ne me souviens pas vraiment comment nous en sommes venus à nous adresser la parole, puis à nous connaître. Je pense que notre relation est née de manière complètement naturelle, des sourires polis entre voisins jusqu'au discussion au dessus de la clôture blanche. Aujourd'hui, il nous arrive fréquemment de déjeuner ensemble certains midis et de discuter. De tout, de rien. Elle n'est pas ma meilleure amie - je n'en ai d'ailleurs pas - et je ne ne pense pas être non plus le sien. Mais nous apprécions la compagnie de l'autre, et le temps passé ensemble.

Alors qu'elle promenait Oliver - son enfant - dans la poussette sur le trotoire d'Apple Road le week-end, Panamee me salua comme à son habitude. Elle prit alors quelques minutes pour s'arrêter discuter, moi qui était alors occupé à jardiner tranquillement devant la maison des Blythe au 1666 Apple Road. Maison où Scott vivait aujourd'hui. C'était récent, seulement une ou deux semaines mais les choses se passaient à merveilles. J'étais terriblement soulagé de l'avoir retrouvé, de partager une nouvelle fois une relation amoureuse avec l'homme qui me semblait être "le bon". J'étais heureux et épanoui.

« Alors raconte-moi, comment ça se passe avec Duncan ? Et le bout-de-chou ne te fait pas trop de misères ? » demandais-je en m'agenouillant devant la poussette du morvoeux pour lui faire une grimace avant qu'il ne choppe dans sa petite main le doigt que je lui tendais.

HJ - Finalement, je ne me suis dit qu'une discussion dans la rue c'était pas plus mal et ça change des maisons x). J'espère que ça ne te dérange pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Celui dans lequel Maât avait besoin d'un délic. Vide
Message(#) Sujet: Re: Celui dans lequel Maât avait besoin d'un délic. Celui dans lequel Maât avait besoin d'un délic. EmptyMer 3 Mar 2010 - 16:35

Debout depuis le départ de Duncan à l'université - elle n'avait osé se recoucher par peur de ne pas entendre son fils se réveiller ; et était partie faire la fée du logis à l'étage du dessous. Après deux heures de javel, Panamee s'était accordée une pause sur le divan du salon au pied de son dogue qui lui léchait le bout des pieds : l'heure du repos s'imposait. Appréciant alors sa courte sieste d'une demie heure ; elle fut éveillée par les pleurs du bambin pleurnichard qui réclamait sa mère - et accourant dans les escaliers jusqu'à parvenir à la chambre de ce dernier, elle le prit dans les bras et continua ainsi sa journée de mère en congé.

Habitante au 1668 apple road, elle avait enclenché les freins de la poussette de Oliver en début d'après-midi ; cherchant où elle avait pu mettre ses clefs de maison, elle tournait en rond sur le seuil de la porte tandis que son molosse à quatre pattes grognait après les chats du voisinage. Elle les mit finalement dans sa poche une fois les avoir retrouvé, et descendant difficilement les quelques marches du perron qui la séparait de la pelouse ; elle vit au loin le jeune Blythe la tête enfouie dans le sol. Un élan de curiosité, elle s'était approchée de Maât avec le landau entre les bras - suivit de près par le canin qui remuait la queue derrière sa maîtresse, et une fois à hauteur du garçon elle secoua sa fine main en guise de salut. Un fin sourire sur les lèvres alors qu'elle jetait un oeil à la plantation de son voisin ; elle contemplait les herbes fraîchement arrachées et désormais mortes : la main verte, et même si Panamee se débrouillait avec ses cactus invincibles elle avait toujours avoué que les fleurs étaient plus roses de l'autre côté de la baie, chez les Blythe. Elle se mit soudainement à prendre la parole - prenant ainsi des nouvelles du garçonnet qui avait daigné redresser le visage ; et l'entendant raconter les dernières nouvelles du manoir elle fut tout de suite ravie de la nouvelle relation Scott-Maât.

    « - Alors raconte-moi, comment ça se passe avec Duncan ? Et le bout-de-chou ne te fait pas trop de misères ? » Elle vit le jardinier s'asseoir ou plutôt s'accroupir au niveau de son fils ; touchant de ses doigts les fines mains potellées du bambin qui les attrapait avec dynamique.
    « - Duncan est à l'école depuis ce matin. » Suite à sa réponse, elle affichait une fine grimace sous un air d'incompréhension et d'amusement ; et reprenant tout de suite la parole, elle eut un petit rire enfantin et leva les yeux au ciel. « Ca me fait toujours un effet considérable de dire qu'il est à l'école ; enfin je préfère - au moins je sais où il est. » répondait la jeune mère en scrutant Oliver qui tirait sur l'index de Maât avec hardise. Regardant l'homme qui effectuait de grosses grimaces vers l'enfant - elle se mit à plisser les yeux gentillement ; finalement, il s'était toujours bien entendu avec les bébés à ce qu'elle pouvait constater. « Appart mordre les doigts des êtres humains, tu sais, il est assez inoffensif. », elle jetait un regard à son interlocuteur qui tentait à présent de retirer sa main de l'emprise de son bambin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Celui dans lequel Maât avait besoin d'un délic. Vide
Message(#) Sujet: Re: Celui dans lequel Maât avait besoin d'un délic. Celui dans lequel Maât avait besoin d'un délic. EmptyLun 8 Mar 2010 - 10:36



« Duncan est à l'école depuis ce matin.
- Comment ça, à l'école ? » demandais-je en ôtant un sourcil. Parlions-nous du même Duncan ou avait-elle trouvé un nouveau petit-ami qui était encore au lycée. Panamee en détournement de mineurs, je ne l'imaginais pas ainsi !

La bouille ravie de Oliver me fit sourire une fois de plus. Je n'étais pas, comme beaucoup d'hommes, mal à l'aise avec les bébés. Évidemment, j'avais moi aussi peur de "l'abimer" avec mes grands mains par toujours douces mais le chérubin ne me déstabilisait pas pour autant. En fait, à dire vrai, j'aimais beaucoup les enfants et en leur présence je me découvrais un côté paternel que je ne me connaissais pas et que je ne m'étais jamais imagé ayant été élevé par un père strict, incapable de montrer une once de tendresse envers ses trois enfants. Il n'était pas violent, c'était un bon père. Il n'était juste pas dans les sentiments, et plus dans la rigueur. J'étais le contraire avec les enfants que je voyais. La douceur.

« Appart mordre les doigts des êtres humains, tu sais, il est assez inoffensif » ironisa Panamee, ce qui me fit sourire. Le gosse ne voulait pas lâcher mes doigts, et ne voulait pas non plus me conduire comme une brute. « Je peux... ? » demandais-je à ma voisine en lui montrant que j'étais désireux de le prendre dans mes bras. Elle acquiesça d'un signe de la tête, tout en, je le voyais dans son regard, se tenir prête dé saisir son enfant si je me montrais maladroit. C'était ce que j'admirais et appréciais dans le comportement des mères prévoyantes, cette capacité à se tenir aux aguets pour leur cher enfant, prête à tous les sacrifices et d'ailleurs, prêtes à tout.
Je hissais Oliver de sa poussette pour le prendre dans mes bras. Le gosse se fit un sourire, ce qui me fit sourire à mon tour. Putain, il était mignon ! « Ca lui fait quel âge maintenant ? » demandais-je. Un pincement au cœur se fit sentir lorsque je constatais que j'avais bientôt trente ans et toujours pas d'enfants. Et surtout que, dans mon cas présent, le projet "bébé" était plutôt compromis. Un homme plus un homme est rarement égal à un bébé...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Celui dans lequel Maât avait besoin d'un délic. Vide
Message(#) Sujet: Re: Celui dans lequel Maât avait besoin d'un délic. Celui dans lequel Maât avait besoin d'un délic. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Celui dans lequel Maât avait besoin d'un délic.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-