AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -30%
Baskets Nike Air Max Genome
Voir le deal
119 €

Partagez | 
 

 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. Vide
Message(#) Sujet: 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. EmptyLun 1 Mar 2010 - 18:47

    *Comment je peux le lui dire ?*

    Anton était dans sa voiture, Joy à l’arrière et il cherchait une façon de dire à Alice que sa mère était en ville et qu’elle voulait la voir. Se passant une main sur le visage, il soupira pour la énième fois et vit Joy qui bougeait derrière.

    Papa, qu’est-ce qui se passe ?

    Rien, t’inquiètes pas.

    Je vois bien que ça ne va pas.

    Un problème au travail, ne t’inquiètes pas.

    Il sourit, mais son sourire était crispé et il savait que la petite fille le verrait. Arrivant alors chez la copine où Alice avait passé la soirée de la veille et la journée, Anton se gara et alla chercher sa fille. Parlant un peu avec les parents de la copine d’Alice, il resta quelques instants avec eux. Puis, il partit avec sa voiture, la laissant aller dans la voiture. Alice raconta alors l’anniversaire et Anton essayait de rester concentré pendant qu’elle parlait. Ecoutant le plus possible, il était aussi dans ses pensées et il cherchait toujours une façon pas trop brutale de dire à sa fille qu’Eden, sa mère biologique était en ville. Arrivant finalement chez eux, Anton laissa les filles entrer dans leur maison et il alla au salon. S’asseyant dans le canapé, il ferma les yeux et essaya de se concentrer, mais surtout de ne pas s’énerver et de tout envoyer valser dans la maison. Allant alors voir les filles, il alla dans la chambre d’Alice et y vit les deux petites filles qui parlaient.

    Joy ?

    Voyant la plus jeune le regarder.

    J’aurais besoin de parler à ta sœur seul à seul.

    Longtemps ?

    J’en sais rien.

    D’accord. Je peux regarder une DVD ?

    Oui, vas-y.

    La petite partit au salon et Anton ferma la porte de la chambre d’Alice. Il était tendu et elle avait dû le voir, mais il ne préférait pas qu’elle lui demande pourquoi. Alors, il s’assit sur le lit de la petite fille et la regarda.

    Hier, quand tu étais chez ta copine, une personne est venue ici.

    Bon, il commençait doucement, il ne voulait pas tout de suite la mettre au pied du mur.

    Il s’agit d’une personne que je n’avais pas vue depuis des années et que je ne pensais jamais revoir un jour. Seulement cette personne est là pour te voir toi.

    La fixant dans les yeux, il ne savait pas si elle comprenait encore de qui il parlait.

    Cette personne est ta mère.

    Anton ne savait pas comment elle allait réagir et à vrai dire, il avait peur qu’elle lui en veuille à lui d’avoir parler avec Eden.

    Elle est venue pour te voir et elle veut te connaître.

    Ca lui faisait mal de dire ça, parce qu'il avait peur que la jeune femme ne veuille lui prendre Alice. Mais il n'avait pas dit l'identité d'Eden ne voulant pas que la petite affronte l'identité tout de suite au cas où.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. Vide
Message(#) Sujet: Re: 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. EmptyMar 2 Mar 2010 - 11:34

    Alice avait passé un très bon moment avec sa copine. A vrai dire, elle s’était totalement amusée. La veille, la maman de son amie leur avait fait un très bon petit repas et en dessert les filles avaient mangé de délicieux cookies devant un dessin animé. Ensuite elles étaient allée se laver les dents et elles avaient rejoint la chambre mais elles n’avaient pas tout de suite dormi puisqu’elles avaient parlé et rigolé un bon moment. Puis le lendemain elles avaient encore joué ensemble. Quand Anton alla donc la récupérer c’est avec un sourire qu’elle l’accueillit. Elle remercia les parents de sa copine, colla un bisous sur la joue de son amie et alla rejoindre la voiture. Une fois chez elle, Alice retira ses nouvelles converses, déposa sa veste puis monta dans sa chambre. Joy alla la rejoindre et elles commencèrent à discuter de ce qu’elles pouvait bien faire, elles cherchaient en fait un jeu de société mais elles hésitaient encore. Levant alors la tête en voyant que Anton voulait lui parler, elle plissa les yeux quelques secondes tout en se demandant ce qu’il se passait. Elle l’écouta alors attentivement mais plus son père parlait plus le visage de la petite fille se crispait et moins elle se sentait bien. Elle le laissa parler et détourna le regard. Bientôt ses yeux se remplirent de larmes et son regard devint flou quelques instants. Bien vite, elle passa sa main sur son visage afin d’essuyer ses larmes mais elle n’arriva pas à les empêcher de couler. Alice ne comprenait pas ce que sa mère venait faire là. Pourquoi après tant d’années, pourquoi maintenant ? Alors qu’elle était encore assise sur le sol de sa chambre elle se leva et fit un pas en arrière, alors que Anton n’était pas un danger pour elle et elle cria, énervée, en colère et triste.

    « Ma mère ? J’en ai pas moi de mère. J’ai que un père et une sœur, on est d’accord ? J’ai pas de maman, tous mes copains ont une maman mais moi j’ai pas de maman et ça c’est depuis toujours. Et tu sais quoi, j’m’y suis habituée et ça me va très bien comme ça ».

    Continuant de pleurer, elle recula encore jusqu’à se cogner dans sa bibliothèque derrière elle. La petite fille n’arrivait pas à y croire. Depuis dix ans elle n’avait pas eu de nouvelles et là cette femme venait chez eux pour la connaître et la voir ? Certainement pas. Déglutissant avec difficulté, elle enchaîna.

    « Pourquoi tu lui as parlé ? Elle t’as pas fait assez de mal, elle nous en a pas fait assez, hein ? Fallait même pas m’le dire. J’m’en fiche d’elle, t’entends j’m’en fiche ».

    C’était bien évidemment faux. Jamais Alice n’avait pensé cela. Seulement bien qu’elle ait toujours eu envie de connaître sa mère, elle lui en avait toujours voulu. Elle ne comprenait pas comment on pouvait abandonner un enfant, même si elle était jeune et qu’elle ne saisissait pas tout, cela la dépassait totalement. Regardant Anton en secouant la tête de la droite vers la gauche comme pour lui faire comprendre qu’elle, elle ne désirait pas la voir, elle fit ensuite demi-tour pour rejoindre la salle de bain et s’y enfermer pour pleurer. Mais elle n’eut même pas la force d’y aller et elle s’arrêta au milieu du couloirs. Fondant en larmes, la petite fille se colla alors contre le mur et s’installa contre le sol. Ramenant ses genoux vers elle, elle plia ses bras qu’elle posa sur ses genoux et enfouie sa tête à l’intérieur de ses bras. En colère, elle continua à crier.

    « Pourquoi elle m’a laissé ? J’lui ai jamais rien fait moi ? Elle m’a même pas laissé une seule chance. J’avais besoin d’une maman et elle est partie, elle ne m’aime pas de toutes façons sinon jamais elle m’aurait laissé ».

    Pour la demoiselle c’était compliqué à comprendre. Sa mère n’avait pas voulu d’elle alors pourquoi revenait-elle maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. Vide
Message(#) Sujet: Re: 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. EmptyMar 2 Mar 2010 - 18:03

    Anton n’avait pas sû comment dire la vérité à sa fille, mais il ne pouvait pas lui cacher la vérité. Il avait toujours été franc avec ses filles, bon il ne leur avait menti qu’une seule fois. Le jour où il avait dit qu’il ne ressentait rien pour Lily Bowen, mais c’était une autre histoire. Seulement il ne voulait pas non plus qu’Alice découvre que sa mère était en ville par une autre personne que lui. Voyant la petite fille commencer à pleurer Anton serra la mâchoire. Il était énervé, pas contre sa fille, mais contre Eden. Entendant alors sa fille crier, Anton fut surprit de sa réaction, mais il ne préféra pas lui couper la parole. Si elle avait besoin de crier pour ça, il la laisserait faire autant qu’elle le voudrait. Le médecin ne savait même pas quoi lui dire sur le moment, ne s’attendant pas à ce qu’elle s’énerve autant. Puis, écoutant tout ce qu’elle disait, il finit par baisser la tête. Voyant sa fille sortir de la chambre, il savait parfaitement où elle allait. C’était quelque chose qu’elle faisait depuis très longtemps, de partir dans la salle de bain. Mais apparemment elle n’y était pas arrivée. Sortant de la chambre, il vit sa fille dans le couloir et soupira. Il vit Joy qui montait les escaliers, elle avait dû entendre les cris, mais Anton lui fit signe de descendre. Allant s’asseoir près de sa fille, il hésita, mais il ouvrit les bras pour qu’elle y vienne. La voyant un peu réticente, il ne préféra pas insister et pourtant, elle vint vers lui. La gardant dans ses bras, il l’embrassa sur la tête, la laissant pleurer si elle le voulait.

    Si je lui ai parlé, c’est parce qu’elle s’est retrouvé devant moi quand j’ai ouvert la porte. Elle nous a retrouvé je ne sais pas comment. Je ne voulais pas lui parler, seulement je ne voulais pas non plus qu’elle vienne te voir un jour à la sortie de l’école ou que tu te retrouve nez à nez avec elle alors que je savais qu’elle était là et que je ne te l’avais pas dis.

    Il embrassa à nouveau sa fille sur la tête et caressa doucement son bras pour essayer de lui montrer qu’il était là comme à chaque fois.

    Je ne sais pas pourquoi elle t’a laissé Alice. Mais pour te répondre, oui elle m’a fait autant de mal qu’à toi. Je ne voulais pas la revoir un jour et ça me fait aussi mal de la revoir et de devoir lui parler. Mais ça me fait encore plus de mal de savoir qu’elle t’en fait à toi.

    Il continua de caresser son bras et resta ainsi avec elle.

    Je lui ai dit que j’allais t’en parler et que te connaissant tu mettrais du temps à te décider si tu voulais la voir ou pas. Je ne peux pas t’empêcher de la voir même si j’aimerais. Ca sera à toi de choisir si tu veux la voir ou pas. Mais je serais là si tu as besoin de moins, j’espère que tu le sais ?

    Il savait que sa fille le savait vu qu’ils avaient toujours été là les uns pour les autres dans la famille Foster. Il resta alors avec la petite fille dans le couloir, la laissant rester dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. Vide
Message(#) Sujet: Re: 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. EmptyMer 3 Mar 2010 - 11:31

    La petite fille avait du mal à encaisser ce que son père venait de lui dire. Une femme, sa mère, était venue le voir aujourd’hui et ils avaient discuté. Cette femme voulait apparemment la connaître alors qu’elle l’avait laissé tomber il y avait de cela dix ans. Se mettant bien vite en colère, Alice cria puis se mis à pleurer. Ca faisait beaucoup pour elle, surtout qu’elle s’était toujours demandé ce qu’elle avait bien pu faire à sa mère pour que cette dernière ne veule pas d’elle. Reculant, elle continua de crier sur Anton, même si ce n’était pas contre lui qu’elle aurait voulu le faire. Alice quitta alors sa chambre pour rejoindre la salle de bains et pleurer mais elle n’y arriva pas et s’installa dans le couloirs, alors qu’elle fondait en larmes. Son père s’installa alors près d’elle et après avoir hésité, elle se laissa aller contre lui, lui attrapant par la même occasion la main. L’écoutant, elle compris alors pourquoi il lui avait parlé. Elle préféré apprendre que sa mère voulait la voir de la bouche de son père qu’elle ne se pointe à la sortie de l’école, c’était évident, le choc aurait été encore plus grand. S’énervant encore un peu elle détourna ensuite la tête mais écouta Anton. Pendant quelques secondes elle garda le silence, tentant de mettre un peu d’ordre dans ses esprits puis elle repris, énervée mais d’une voix tout de même plus posée.

    « Et si j’la vois, ensuite elle va vouloir me garder, hein ? Et m’enlever à toi et à Joy ? Si c’est ça j’veux pas ».

    Oui, Alice pensait que c’était possible. Après tout sa mère l’avait bien abandonné alors elle pourrait tenter de lui faire du mal encore aujourd’hui, non ? S’essuyant les yeux, elle se serra un peu plus contre Anton et ferma les yeux un moment. Elle tenta d’imaginer sa mère. Est-ce que c’était une femme gentille ? Pas possible, sinon elle ne l’aurait pas abandonné. Soupirant, elle ouvrit les yeux et posa son regard sur son père et enchaîna.

    « J’peux pas répondre maintenant. Là j’ai pas envie, demain j’voudrai peut-être. Mais même si je la vois, j’vais lui dire que j’suis fâchée contre elle. Elle peut pas revenir comme ça et vouloir me voir, elle sait que j’ai un cœur moi et que j’ai eu mal ? Non, en s’en moque, hein ».

    La petite fille était dur, oui, mais elle avait eu si mal. Grandir sans maman était difficile même si Anton était un excellent père. Et puis, elle avait fait du mal à son papa également et ça, Alice l’avait en travers de la gorge. Remettant une mèche de ses cheveux derrière son oreille, elle lança, sans réellement s’en rendre compte.

    « Lily ferait certainement une meilleure maman pour Joy et moi. Tu devrais y penser ».

    Elle encourageait bien son père à penser à Lily autrement qu’à une amie ou qu’à une collègue de travail. Elle avait bien remarqué quelque chose la fois où elle avait rencontré la jeune femme. Se levant, la petite fille se serra encore quelques instants dans les bras de son père et murmura.

    « Elle s’est excusée ou pas ? ».

    C’était de sa mère qu’elle voulait parler. Peut-être qu’elle regrettait, ce qui n’excusait pas tout, c’était certain mais elle voulait savoir ce qu’elle lui avait dit exactement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. Vide
Message(#) Sujet: Re: 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. EmptyMer 3 Mar 2010 - 19:53

    Le médecin savait parfaitement que cette annonce ne serait pas évidente pour Alice. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui cris dessus, mais au moins il savait vraiment ce qu’elle ressentait. Anton essayait de rester calme, seulement il n’avait qu’une envie c’était d’aller voir Eden et de lui dire à quel point il veut qu’elle s’en aille loin et qu’elle les oublie. Il voulait hurler toute sa colère au visage de son ex, mais il ne le pouvait pas. Anton se devait d’être fort face à ses filles. Il ne se laisserait pas aller face à elle. Alors, il alla rejoindre la petite fille dans le couloir et s’assit à côté d’elle. La prenant dans ses bras quand elle l’accepta, il resta près d’elle. Il voulait être là pour sa fille comme à chaque fois depuis sa naissance. Il lui expliquait les choses calmement pour que la petite puisse tout comprendre. Puis, la laissant se redresser pour le regarder, il lui sourit. Un peu faiblement, mais c’était quand même un sourire. Ecoutant alors sa fille parler, il fronça les sourcils.

    Jamais je ne la laisserais faire. Joy et toi êtes mes filles et je ne laisserais jamais personne vous éloigner de moi.

    Ca c’était clair et net pour Anton et il avait serait prêt à utiliser la loi pour arriver à ses fins. Fixant sa fille quand elle le regarda droit dans les yeux, il écouta ce qu’elle disait. Il soupira doucement, n’aimant pas parler d’Eden, mais il n’avait pas le choix là. C’était avec sa fille, il se devait donc de lui en parler.

    Tu prends tout le temps dont tu auras besoin. Même si ça la dérange moi pas. Je préfère que tu sois sûre de ce que tu veux vraiment.

    Il embrassa sa fille sur la tête et il ne savait pas comment répondre à sa question.

    Je ne sais pas, il faudra que tu le lui demandes.

    Non pas qu’il voulait qu’Eden ait mal, même si c’était quelque part une envie profonde, mais il ne savait pas comment répondre à la question. Puis, regardant toujours Alice, il fut surprit de ce qu’elle venait de dire. Elle parlait de Lily dans un moment pareil ? Anton baissa la tête mal à l’aise. Alice ne savait pas tout ce que Anton et Lily avait pû faire, il n’en avait pas parlé. De toute façon il ne voyait pas pourquoi il le leur dirait vu qu’il n’y avait rien de sérieux entre eux.

    J’y penserais.

    Il se rendait compte de ce qu’il avait dit mais il n’avait trouvé que ça sur le coup. Puis, voyant sa fille se lever, il se mit à sa hauteur. La laissant se serrer contre lui, il l’entoura de ses bras et la fixa dans les yeux.

    Elle ma dit qu’elle ne voulait pas nous faire autant de mal.

    Anton n’y croirait pas trop mais son point de vue ne devait pas compter. C’était à sa fille et seulement à elle de voir et croire Eden si elle le voulait.

    Ca va aller quand même toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. Vide
Message(#) Sujet: Re: 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. EmptyJeu 4 Mar 2010 - 15:23

    La petite fille se demandait vraiment pourquoi sa mère voulait la voir maintenant. Ca faisait si longtemps qu’elle l’avait abandonné. D’ailleurs pour être honnête, Alice avait depuis bien longtemps cru que jamais elle n’aurait l’occasion de rencontrer sa mère. Et aujourd’hui son père lui annonçait que cette femme était venue et qu’elle avait envie de connaître sa fille. C’était tellement étrange et ça faisait si mal tout cela. Alice pensa alors que sa mère pourrait peut-être tenter de la reprendre et l’éloigner de Anton et de Joy. Oh, elle ne regardait pas trop les films mais elle savait que ce genre de choses pouvait arriver. C’était certain que si sa mère venait pour cela alors elle n’avait aucune envie de la rencontrer mais ce que lui dit son père la rassura. Elle continua en expliquant à son père qu’elle avait besoin de temps et donc qu’elle ne pouvait pas lui donner tout de suite de réponse. Anton semblait comprendre et elle ajouta donc.

    « Oui, c’est mieux que je sois certaine ».

    En effet, elle ne voulait pas prendre la mauvaise décision. Par exemple elle pourrait accepter de la voir et refuser au dernier moment. Et ça, ça ferait mal à sa mère, non ? Et même si Alice avait eu mal elle n’était pas méchante au point de faire aussi mal. Et puis elle pourrait aussi décider de ne pas la voir et regretter quelques jours après. Alice devait donc bien réfléchir. Puis elle parla de Lily, comme ça, sans réellement s’en rendre compte. La fois où elle l’avait vu la petite fille l’avait rapidement apprécié. Lily était quelqu’un de bien, c’était certain. Elle était déjà maman alors elle devait savoir comment s’y prendre. Et puis, entre elle et Anton il y avait quelque chose, la petite fille le sentait. Alice se leva alors mais resta encore serrée contre Anton et elle voulu savoir si sa mère s’était excusée. Peut-être qu’elle regrettait ce qu’elle avait fait. Soufflant en entendant sa réponse, elle enchaîna.

    « Ba elle a raté son cou, elle nous a fait beaucoup de mal, beaucoup trop même ».

    Oui, Alice n’était pas tendre mais elle avait ses raisons. Relevant la tête, elle regarda alors son père et soupira puis répondit.

    « Moui. Je crois, je…J’ai plus envie d’y penser pour l’instant. On peut arrêter d’en parler ? ».

    C’était si compliqué qu’elle avait besoin de penser à autre chose. De toutes façons, bien vite sa mère reviendrait dans ses pensées. Gardant la main de son père dans la sienne, elle s’essuya de nouveau le visage de son autre main et entraîna Anton vers les escaliers. Elle continua.

    « On peut manger des pancakes au dîner ? Et tu, tu crois que j’pourrais dormir avec toi et Joy c’soir ? ».

    Ce n’était pas un caprice et elle ne tentait pas de profiter de la situation. Seulement elle savait qu’elle allait avoir besoin d’affection et c’était toujours vers son père et vers sa sœur qu’elle se tournait quand elle n’allait pas bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. Vide
Message(#) Sujet: Re: 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. EmptyJeu 4 Mar 2010 - 18:00

    Anton avait essayé de faire de son mieux pour annoncer à sa fille qu’Eden, sa mère était en ville et que cette dernière voulait la voir. Le médecin avait redouté la réaction de sa fille et il ne s’était pas trompé. Elle s’était énervé et lui avait crié dessus. Anton savait que ça n’était pas contre lui, mais cette nouvelle la déstabilisait et il pouvait très bien le comprendre. Il l’avait été la veille en trouvant Eden devant sa porte. Laissant sa fille parler, il la gardait dans ses bras. Il voulait la protéger comme il l’avait fait depuis des années. Parlant donc calmement avec elle, il prenait son temps pour tout lui expliquer de la conversation qu’il avait eu la veille au soir avec Eden. Puis, il annonça à Alice qu’elle pourrait prendre tout le temps qu’elle voudrait pour prendre sa décision à savoir si elle voudrait rencontrer sa mère ou non. Hochant positivement la tête à sa remarque, il n’ajouta rien à ce sujet. Puis la petite fille en arriva à lui demander si Eden s’était excusé du mal qu’elle avait fait à la famille Foster. Lui répondant en toute franchise, il esquissa un sourire à la réponse de sa fille.

    Oui, tu as raison.

    Beaucoup de mal sans raison apparente. Il pensait qu’elle était heureuse avec lui, seulement ça n’était pas le cas. Elle n’avait jamais donné de raison à Anton sur son choix d’abandonner Alice à sa naissance. Au début i lavait voulu comprendre, mais elle ne voulait pas s’expliquer. Aujourd’hui il ne voulait même pas le savoir. Il s’était fait à cette idée de ne pas avoir de réponse et il n’avait pas du tout envie de savoir. Il avait vécu pendant des années sans savoir, alors autant continuer comme ça. Entre temps ils s’étaient levés et Alice avait trouvé refuge près de son père, dans ses bras. Il la gardait près de lui et la regardait quand elle le faisait aussi. Ecoutant ce qu’elle disait, il finit par lui demander si elle allait bien. Ecoutant sa réponse, il esquissa un sourire et l’embrassa sur la tête.

    Oui, ne t’inquiètes pas pour ça.

    Il n’eu pas le temps de dire ou faire quoi que ce soit de plus qu’elle lui prenait la main. Se laissant faire, ils allèrent dans les escaliers. Souriant aux propos de la petite, il descendit les escaliers avec elle.

    Oui pour le tout.

    Il sourit et vit Joy qui baissait la tête. Anton prit la petite dans ses bras et l’embrassa sur la joue.

    Ce n’est pas beau d’écouter la conversation des autres.

    Je sais, mais je ne veux pas qu’Alice parte.

    Joy commença à sangloter et elle se serra au cou d’Anton. Il passa doucement sa main dan le dos de la plus petite et alla avec elle et Alice dans le salon, sur le canapé. Laissant la plus grande venir près de lui, il laissa Joy sur ses genoux et serra ses filles près de lui.

    Je ne laisserais jamais personne nous séparer, jamais.

    Il fixa les deux filles pour qu’elles comprennent qu’il était plus que sérieux.

    Je vous aime les filles.

    Il embrassa ses filles sur la tête et les regarda.

    Pancakes alors ?

    Il vit leur sourire et les laissa aller à la cuisine. Soupirant, il pensa à ce qui venait de se passer avec Alice. Puis, il alla rejoindre les filles dans la cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. Vide
Message(#) Sujet: Re: 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. EmptyVen 5 Mar 2010 - 19:39

    La petite fille voulait changer de sujet et ne pas s’attarder sur le fait que sa mère soit en ville et qu’elle désire la voir. Au fond d’elle, cela lui faisait du bien, c’était certain. Elle se disait enfin que sa mère lui portait un peu d’attention et si c’était le cas peut-être qu’elle ne se fichait pas totalement d’elle. Mais ça lui faisait également du mal. Et oui, elle avait beau vouloir la connaître, ça faisait dix ans que la petite fille n’avait pas eu de ses nouvelles et c’était compliqué de grandir sans mère. Elle demanda ensuite à Anton si elle pourrait dormir avec lui et Joy et si ce soir ils pourraient faire des pancakes. Ce n’était pas une façon d’en profiter, non, Alice n’était pas ce genre de petites filles mais il était vrai qu’elle allait avoir besoin d’affection, cette nouvelle lui trottait, bien évidemment encore dans la tête. Prenant sa main, elle l’entraîna vers les escaliers. Posant alors son regard sur Joy, elle pencha la tête et se mordit la lèvre en la voyant sangloter, elle avait horreur de ça. Elle lança donc pour la réconforter.

    « J’partirai pas Joy, j’t’assure ».

    Ah ça non, elle le savait bien. Elle ne la laisserait jamais et même si elle rencontrait sa mère, même si ça se passait bien, Alice refusait de quitter sa sœur. S’installant alors près de Anton sur le canapé, la petite fille fit glisser ses chaussons sur le sol tout en se serrant contre son père. Elle l’écouta et sourit légèrement. Il avait le don pour la rassurer et ça c’était vraiment une bonne chose. Prenant la main de Joy dans la sienne quelques instants, elle lui colla un bisous sur la joue puis aussi un sur celle de son père avant de lui dire un ‘je t’aime aussi’. Puis elle se leva et se dirigea vers la cuisine tout en lançant, avec un sourire.

    « Oui des pancakes. On s’en occupe avec Joy, hein Joy ? On va en faire une tonne et on va bien se régaler. Oh, on pourrait peut-être les manger devant un dessin animé, t’es okay papa ? ».

    Anton accepta et ils passèrent donc tous les trois une très bonne soirée. Au moment d’aller se coucher, Alice pleura un peu mais se calma bien vite. Elle se serra fort contre sa petite sœur et partit bien vite au pays des rêves. Elle ne pensa pas à sa mère, non…mais Eden reviendrait rapidement dans ses pensées, c’était certain.


SUJET TERMINEE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. Vide
Message(#) Sujet: Re: 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. 2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

2528 Apple Road : Le passé ne devrait pas exister quand il est aussi dur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-