AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Demon Slayer – Coffret (T19 + Roman N°02) en ...
Voir le deal
15.99 €

Partagez | 
 

 Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Vide
Message(#) Sujet: Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. EmptyMer 24 Fév 2010 - 20:48

HJ - Pendant la saison 1, un topic entre Maât et Caleb avait été fait avec ces premiers messages mais n'avait jamais été terminé. Finalement, nous reprenons cette "intrigue" entre nos deux personnages depuis le début, donc on fait comme si cela ne s'était jamais produit pendant la saison 1.

Le 26 février 2011.
Quelqu'un voulait ma mort.
J'étais arrivé à cette conclusion après m'être fait piqué par des dizaines de guêpes et d'abeilles dans ma propre maison. J'étais allergique au venin de ses bestioles, si Scott ne m'avait pas trouvé au bon moment et injecté le sérum que je devais toujours garder à portée de main, je serais mort à l'heure qu'il est.
Bien sûr cette mésaventure aurait pu passer pour un accident et c'est d'ailleurs l'avis de tout le monde, mais moi je sais que c'est plus que ça. Surtout que quelques mois plus tard, en janvier 2010, j'étais touché par deux balles en pleines rues de Miami, et Scott sombrait dans le coma. Oui, on voulait me faire payer. J'ai fait des choses dont je ne suis pas fière, et aujourd'hui on veut me faire payer pour ces secrets que je cache jalousement. Le problème est justement de déterminer lequel de mes erreurs de parcours me vaudrait de voir ma tête mise à prix. Après beaucoup de réflexion et d'introspection, j'en étais venu à considérer de deux de mes secrets rentrent dans les critères. Des évènements qui se produisent entre 2003 et 2008. Maintenant il me fallait poursuivre mes recherches.

En attendant, je ne pouvais me permettre de prendre le risque de mettre ma sécurité à nue. J'avais alors décidé d'apprendre à tirer avec une arme à feu. Je n'ai parlé de ce nouveau passe-temps à personne, je sais que Scott comme ma soeur ou mon frère n'approuveraient absolument pas cette pratique. Je mentais donc en disant que je partais aux studios de la chaine pour préparer les prochaines émissions et je me rendais dans un centre de tir de la ville de Miami. Là, je louais une arme pour l'heure et je m'exerçais. Mais je devais avouer que je n'étais pas doué. Recevoir des conseils de connaisseurs ne serait pas un luxe, mais les gens du centre n'étaient pas vraiment enclin à toute discussion.
Plusieurs fois, j'avais d'ailleurs remarqué la présence d'un homme dont le visage ne m'était pas étranger. Je n'avais pas encore comprit qu'il était aussi un de mes voisins. Pour le moment, je ne l'étiquetais que comme "ayant un hobby commun" à savoir les armes à feu.
J'étais un démocrate, revendiquant fièrement mes opinions politiques. Mais je ne partageais pas le point de vue de mon camp politique en matière de port d'armes. Non pas que j'étais pour l'anarchie et le principe d'oeil pour oeil dent pour dent, mais maintenant que je sentais ma vie en danger, j'avoue que j'appréciais l'idée de pouvoir me protéger avant qu'on m'éclate la cervelle après qu'un homme nourrit de vengeance appuie sur la détente d'une arme pointée sur mon crâne.

Debout devant ma cible, je mets le casque anti-bruit sur mes oreilles, ferma un oeil et appuie sur la détente trois fois de suite. Les balles partirent en envoyant une légère secousse dans mon bras. Avant de ramener la cible vers moi, je m'intimais à moi-même que tirer avec une arme à feu procurer une sensation de puissance et de bien-être incroyable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Vide
Message(#) Sujet: Re: Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. EmptyMer 24 Fév 2010 - 23:39


Caleb était une de ces personnes capable du pire pour avoir ce qu'il veut, mais évidemment il savait réfléchir et savait que chaque geste, chaque décision avait ses conséquences. Depuis qu'il était à Ocean Grove, il se sentait un peu moins le Caleb qu'il avait déjà été auparavant, il était un peu devenu comme tous les autres hommes du quartier. La vie qu'il menait avant d'arriver ici n'était pas aussi dictée à la lettre. Il pouvait faire ce qui lui chantait, s'il n'avait pas envie de rentrer pendant des jours il le faisait, il n'avait aucune restriction ou presque. De plus, il avait appris à manier illégalement une arme. En effet, il disait souvent que son frère était un adepte de la chasse et donc, qu'il lui avait tout appris. Porter une arme était devenue une vraie dépendance pour lui. On pouvait dire ce que l'on voulait, mais ce que Caleb savait plus que tout, quand on se retrouve dans une petite ruelle vide en pleine nuit, on se sent bien plus en sécurité avec une arme dans notre poche. Ça il l'avait toujours su et être à Ocean Grove n'y avait rien changé. Évidemment il ne portait pas d'armes quand il était à l'extérieur, il avait trop peur qu'on le prenne pour un homme peu fréquentable, mais le fait de tenir une arme entre ses mains, le rendait chaque jour plus fort. Il avait donc trouvé un centre de tir à Miami. Là-bas il pourrait sans problèmes se servir d'une arme sans que personne puisse le prendre pour un fou furieux. Bonnie n'était pas au courant qu'il y allait. Il ne voulait pas non plus l'alerter sur ça, elle ne comprendrait sûrement pas quelle importance cela avait pour Caleb et ce que cela pouvait lui procurer, de plus, elle serait trop inquiète que le couple attire le regard des autres sur leur maison.

Caleb allait souvent au centre de tir après le boulot. Mais ces temps-ci il avait encore plus de temps à consacrer au centre étant donné qu'il n'avait plus de patron et donc plus de boulot. Il commençait maintenant à connaître un peu les lieux, il connaissait celui qui s'occupait de louer les armes, il connaissait celui qui s'occupait des cibles, enfin bref, il s'était fait des connaissances au centre de tir. Souvent les gens qui y venaient, il les voyait pendant deux séances et ensuite, ils ne revenaient plus, des personnes sûrement en quête d'émotions fortes. Mais il avait remarqué quelqu'un qu'il avait déjà vu à Ocean Grove, en effet, peut-être que lui ne le connaissait pas vraiment, mais Caleb le connaissait. C'était un des Blythe, le grand frère de Rhys et Victoria. Connaissant les deux derniers et ayant participé au Gala de Charité des Blythe, il était destiné à avoir entendu parler du plus grand, Maât, mais il n'en savait pas plus sur lui. De plus, il avait été surpris de le voir dans ce genre d'endroit, il n'avait jamais pensé que cela puisse être ce genre de personne. En même temps, au début, Caleb pensait qu'il était comme les autres, en quête d'émotions fortes, mais le plus grand des Blythe avait une certaine façon de tirer, comme si... il imaginait quelqu'un devant lui. Caleb connaissait cette manière de tirer, il l'avait déjà vu plusieurs fois dans sa vie. Et quand il s'est rendu compte que Maât venait un peu trop souvent au centre de tir, il comprit que ce n'était pas seulement une nouvelle expérience que l'homme voulait essayer.

Un jour sans vraiment savoir pourquoi, Caleb prit une cible juste à côté de celle de Maât. Il savait que s'ignorer plus longtemps attirerait non seulement les regards sur lui mais aussi sur Caleb. De nature curieux, Caleb voulait observer comment l'homme s'y prenait et s'il était doué. On remarquait très vite les personnes qui avaient l'habitude de tirer, dans ce genre d'endroit. Il s'arrêta près de lui, se mettant en position pour tirer, visant parfaitement la tête de la cible et en tirant, atteignant parfaitement celle-ci où il le voulait. Après cela, il porta son attention sur l'homme près de lui. « Maât Blythe, hein ? » Il observa sa réaction, il ne paraissait pas le reconnaître, il ajouta donc. « Je viens d'Ocean Grove, je connais Victoria et Rhys. » Il le laissa encaisser ce qu'il venait de lui dire, puis continua pour engager la discussion. « Vous y arrivez ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Vide
Message(#) Sujet: Re: Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. EmptyJeu 25 Fév 2010 - 1:22



Je n'avais pas remarqué l'homme qui tirait sur la cible voisine de la mienne. En l'observant je pus rapidement faire le lien avec le quartier résidentiel d'Ocean Grove et remarquer qu'il était un de mes voisins. Il tirait avec une telle pratique de l'arme et une telle précision que j'en fus impressionné. Cet homme s'y connaissait, ça ne faisait aucun doute.
Je remis le casque sur mes oreilles puis leva l'arme, visant la cible. Trois balles, une seule toucha le buste dessiné sur une feuille. A l'aide d'un bouton je la ramenais d'ailleurs vers moi.

« Maât Blythe, hein ? » Je commençais à m'habituer qu'on me reconnaisse. Après tout, avec l'héritage de mon grand-père et ma promotion comme vice-président de l'entreprise familiale, la Blythe Events Compagny, aujourd'hui côtée en bourse, les gens avaient fini par le biais des médias à mettre un nom sur mon visage. Et puis, aujourd'hui, j'étais devenu co-présentateur de talkshow sur une chaine nationale. C'était d'ailleurs destabilisant de se dire que d'autres vous connaissent déjà alors que vous ne les avez même pas encore rencontré. Mais dans ce cas-là, c'était différent puisque mon interlocuteur était un de mes voisins. « Je suis un ami de Rhys... et de Victoria », ajouta-t-il.
Je lui tendis la main pour la lui serrer et ainsi obtenir son nom. « C'est ça. Maât Blythe. Les amis de ma famille sont mes amis », lui répondais-je dans un sourire.

« Vous y arrivez ? » me demanda-t-il. Je ne mis pas longtemps pour comprendre qu'il parlait du tir.
Je décrochais la cible en papier et la lui tendit : « Jugez par vous-même. Je pense que j'aurais besoin de quelques conseils. J'avoue que c'est assez dur d'apprendre à se servir d'une arme par soi-même, avec seules références les films policiers ! »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Vide
Message(#) Sujet: Re: Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. EmptyJeu 25 Fév 2010 - 20:32


L'air de ressemblance était plutôt difficile à trouver mais c'était sûrtout les photos qu'il avait déjà vu chez les Blythe qui avait mit Caleb sur la piste. Avec Victoria et surtout Blythe dans son cercle d'amis, il avait souvent fait un tour dans la maison familiale, mais il n'avait jamais rencontré le grand frère. A présent peu importait, c'était chose faite. « C'est ça. Maât Blythe. Les amis de ma famille sont mes amis. » Caleb aborda un sourire amicale lorsqu'il lui tendit la main et il lui la serra rapidement avant de se présenter. L'accueil était amicale et respéctueuse, Caleb aimait ça.

« Caleb Varnham... »

Caleb avait remarqué que le jeune homme n'était pas pro dans le tir, en effet il bougeait lorsqu'il tirait, il n'était pas en adequation avec son arme c'était comme si il avait peur de celle-ci alors qu'une arme bien utilisée est une arme considérée comme une amie. C'était pour ça qu'il avait demandé s'il s'en sortait, même si il avait déjà constatait de sa propre initiative. Caleb le regarda détacher la cible en papier et observa celle-ci. « Jugez par vous-même. Je pense que j'aurais besoin de quelques conseils. J'avoue que c'est assez dur d'apprendre à se servir d'une arme par soi-même, avec seules références les films policiers ! » Un sourire en coin s'afficha sur le visage de Caleb, en effet apprendre tout seul à manier une arme n'était pas une chose facile. La preuve, il n'aurait rien pu faire sans son frère. En réalité il avait tout appris de lui, les techniques les plus secrêtes pour viser mieux, pour viser bien. Evidemment il n'allait pas tout dévoiler à quelqu'un qu'il connaissait à peine, mais il ne pouvait pas le laisser sans aide.

« Je vois le genre... » Caleb prit le papier entre ses mains et le posa quelques secondes plus tard. « C'est simple, vous êtes trop méfiant... Il ne faut pas considérer votre arme comme une ennemie mais au contraire comme une alliée. » Il reposa son attention sur son visage avec un sourire amusé de ce qu'il allait dire par la suite. « Considerez-la comme une femme, aimez-la, elle prendra soin de vous... Enfin, là, elle ne vous promettra pas de bons repas mais une sécurité totale. » il rechargea son arme et se mit face à la cible. « Regardez-moi... je vise la tête. »

Il visa, prit son temps pour que Maât le regarde et analyse comment il pouvait faire, il tendit son bras à fond, laissa passer quelques secondes et appuya sur la détente. Il fixxa la cible, d'ici il pouvait voir le trou dans la tête mais pas vraiment au milieu. Il se dit que c'était juste parce qu'il avait voulu se montrer invincible alors qu'il avait raté son coup de viser bien au milieu de la tête. Il ne fit pas de remarques à propos de ça et reporta son attention sur son camarade qui s'était déjà mit en position pour tirer. Il analysa son tir à son tour, et pendant qu'il se préparait, il se posa une question.

« J'ai quand même du mal à comprendre qu'est-ce qu'un homme des beaux quartiers fait ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Vide
Message(#) Sujet: Re: Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. EmptyJeu 25 Fév 2010 - 21:53

En fait, ceux qui ne connaissaient pas intimement la famille Blythe faisait rarement le lien entre Maât et le reste de la fraternité. Contrairement à Rhys et Victoria qui avaient un lien de famille mais qui surtout se chamaillaient justement comme un frère et une soeur l'aurait fait, Maât avait une atitude si opposée à la leur... Et puis il portait un nom composé, combinaison de celui de sa mère et celui de son père, les deux adultes n'étant pas mariés à la naissance de leur premier enfant. Ensuite, Maât avait préféré gardé cet assemblage de noms, comme pour se démarquer.
De plus, Maât avait quitté Ocean Grove pour débuter des études de droit dans l'état de New York et ne rentrait que très rarement chez ses parents. Il s'était prit au jeu de l'indépendance nouvelle, et n'était de toute façon pas en bonne entente avec ses géniteurs. Entre Rhys et lui, c'était plutôt la guerre froide. Monsieur et Madame Blythe avaient consenti à payer des billets d'avion à Victoria, chaque fois qu'elle désirait rendre visite à son frère. C'était ce qui les avaient rapprochés. Puis Maât avait disparu de la circulation pendant un an. Son père prétexta un camp de vacances, bien que les rumeurs les plus folles d'un possible décès de l'ainé se faisait entendre. Quoi qu'il en soit, quand il réapparut, se fut pour s'installer à San Francisco, autre ville complétement à l'opposé de ses origines. Une nouvelle volonté de s'exiler et de ne pas devoir rendre des comptes à qui que ce soit.
Toutes ces raisons eurent raison de Maât jusqu'à son retour à Ocean Grove, il y avait maintenant un peu plus de quatre mois. Voilà pourquoi peu de gens faisaient la connection entre lui et le reste de la famille.

« C'est simple, vous êtes trop méfiant... Il ne faut pas considérer votre arme comme une ennemie mais au contraire comme une alliée. Considerez-la comme une femme, aimez-la, elle prendra soin de vous... Enfin, là, elle ne vous promettra pas de bons repas mais une sécurité totale. » Je lui rendis son sourire amusé. Cela faisait maintenant plusieurs mois que je n'étais plus vraiment porté sur les femmes, je n'attendais donc pas que l'une d'entre elles prenne soin de moi. « Regardez-moi... je vise la tête. »

Et je l'observais. En fait, c'était tout à fait ce qu'il me fallait : un homme, inconnu qui n'allait pas poser trop de questions, pour m'apprendre à utiliser une arme à feu. J'aurais ainsi la possibilité de me défendre.
Je me remis en position, puis tira : le constat était net, les conseils de Caleb était efficasse. Il s'adressa à moi pendant que j'observais ma cible et le trou à quelques centimètres de la tête.

« J'ai quand même du mal à comprendre qu'est-ce qu'un homme des beaux quartiers fait ici. »
De toute évidence, j'avais fait une erreur : certes Caleb était un inconnu, mais il ne serait peut être pas, finalement, du genre à ne pas poser trop de questions... Merde.
« Je pourrais vous retourner la question, lui fis-je remarquer dans un sourire. Disons que j'ai toujours été attiré par les armes, et que maintenant elles deviennent plus une nécessité qu'un objet de curiosité. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Vide
Message(#) Sujet: Re: Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. EmptyVen 12 Mar 2010 - 23:51


Beaucoup de choses auraient pu décider Caleb de prendre ses affaires, de repartir au Canada, de vivre à nouveau la vie qu'il avait vécu, notamment sa séparation avec Bonnie en 2009, mais quelque chose l'avait toujours empêché. Déjà, il ne supporterai pas le regard de son frère, lui montrant qu'il avait échoué dans son désir de le fuir et le rabaissant. Surtout, il y avait Bonnie, elle avait – malgré lui, une certaine influence sur lui. Il n'avait pas pu se résigner à s'en aller, espérant au fond de lui qu'elle cède et elle céda. Depuis, il y en avait eu des histoires où il aurait bien voulu s'en aller aussi. Lorsqu'il était au Canada, il n'était attaché qu'à son frère et ses deux coéquipiers. Alors qu'ici il s'était beaucoup trop attaché aux gens, il avait perdu son patron, quelqu'un qu'il avait considéré depuis près de trois ans comme son père qu'il n'avait jamais vraiment connu et lui le considérait comme le fils qu'il avait abandonné. Perdre ainsi quelqu'un peut vous pousser à faire de grosses bêtises. C'est ce qu'il avait découvert ici. Malgré tout, il avait repris confiance en lui, il avait pu avoir quelques idées pour reprendre une vie que John Backer, son patron, aurait voulu pour lui. Bien heureusement, il avait trouvé, il allait lui-même être le patron du garage où il n'avait été qu'un employé. Mais ses habitudes n'avaient pas changé, il continuait à passer ici, au centre de tir, il voulait rester le même malgré tous ces changements. « Je pourrais vous retourner la question. » C'est vrai, poser des questions n'était pas son fort et il aurait dut continuer ainsi. Savoir ce que faisait une tête aussi connue de Miami que Maât au centre de tir était une chose, mais si les questions lui étaient retournées ensuite, cela mettait Caleb dans une situation où il ne pourrait pas répondre. Gêné, Caleb répondit par un léger sourire à celui que lui avait adressé son compagnon de tir, tout en évitant de répondre à sa question. « Disons que j'ai toujours été attiré par les armes, et que maintenant elles deviennent plus une nécessité qu'un objet de curiosité. » Caleb acquiesça d'un signe de tête. Sa dernière phrase pouvait en dire long sur ce que l'homme pourrait être capable et dans quelles situations il pouvait se mettre. Malgré ça, poser davantage de questions ne seraient pas une bonne idée, Caleb préféra acquiescer d'un signe de tête d'un air désintéressé, alors que ce qu'il venait de dire intéresserait tous les esprits normaux. Il se remit devant sa cible, chargea son arme, visa la tête, tira et cette fois-ci toucha exactement le point d'impact qu'il avait choisi. Il se relâcha, regarda sur le côté et observa Maât faire de même. Il chargea son arme correctement, mais visa mal. En effet, c’était l’une des premières choses que Stefan avait appris à Caleb lorsque l’on vise. Caleb n’a jamais pu l’oublier, il savait à quel point c’était important et c’était l’une des premières règles. Il s’approcha alors légèrement de son voisin, continuant alors de l’observer. Il le laissa tirer et aller chercher sa cible. Le soupire de son voisin en disait long sur la réussite de son tir ce qui attira davantage encore Caleb. Stefan lui avait tout appris sur les armes, pourquoi ne pourrait-il pas partager ses connaissances ? Il n’avait pas souvent l’habitude d’apprendre quelque chose à quelqu’un et peut-être que cela pourrait servir un jour à Maât et qu’il pourrait sauver sa peau. Lorsque celui-ci revint à sa place et se remit en position de tir – apparemment obstiné par le fait de vouloir y arriver coûte que coûte, Caleb décida d’intervenir alors que Maât était en position de tir. « Vous n’êtes pas en bonne position. » affirma-t-il. Maât posa son regard sur Caleb mais ne sembla pas refuser l’aide de celui-ci, alors le garagiste en profita pour positionner correctement le bras de son voisin afin de le mettre dans la bonne position. De cette façon, Maât était dans la bonne position, mais quand il visa, il ferma un œil. C’était une erreur que faisaient souvent les débutants, Caleb décida de corriger ça. « Et… si vous voulez viser juste, ouvrez les deux yeux. » Dans un premier temps, Caleb observa son compagnon le faire, mais ensuite, il sentit celui-ci se braquer, s’immobiliser soudainement. Les sourcils de Caleb se froncèrent pour montrer son incompréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Vide
Message(#) Sujet: Re: Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. EmptyMer 31 Mar 2010 - 17:14

Je fus impressionné par la dextérité de mon nouveau compagnon d'arme. Caleb savait se servir d'une arme à feu, c'était indéniable. Je le regardais viser puis tirer, me demandant silencieusement où et dans quelles circonstances il avait apprit à se servi d'un pistolet. Évidemment, je gardais mes interrogations pou moi puis que je ne voulais pas qu'il formule les siennes à voix haute. C'était une sorte d'accord silencieux entre nous deux, et cela nous convenait déjà parfaitement.

Je chargeais une nouvelle fois mon arme, puis la pointait vers ma cible. Je tirais mais loupais une nouvelle fois avant de soupirer. Je voyais bien qu'il y avait quelque chose que je ne faisais pas correctement mais je ne parvenais pas à m'auto-corriger.
Je me remis en position de tir, c'est alors que Caleb vint à côté de moi pour me prodiguer quelques conseils. « Vous n’êtes pas en bonne position. » Il placa correctement mon bras. J'allais enfoncer la gâchette lorsqu'il m'arrêta une nouvelle fois pour me faire une remarque totalement déstabilisante. « Et… si vous voulez viser juste, ouvrez les deux yeux. » J'eus un mouvement de recul.


Au cours de l'été 2005. Dans une bijouterie de San Francisco.
Depuis mars 2005, je m'épanouissais en tant que Wedding Planner dans la filiale de la Blythe Events Company à San Francisco. Je devais avouer que ça ne m'enchantait pas vraiment d'être, techniquement, avec qui j'étais en froid depuis l'histoire de secte texane quelques mois auparavant mais j'avais cruellement besoin d'un travail. Mais trouver une occupation alors que vous n'avez même pas terminé votre deuxième année d'université n'est pas chose aisée. Cette proposition de travail avait été une bénédiction et franchement, je compris vite les ficelles du métier.

Ce jour-là, je me rendis dans une bijouterie de la ville, accompagné d'une de mes clientes futures mariées pour choisir les bijoux qui accompagneraient sa robe lors de son mariage qui arrivait à grands pas. Accoudé devant les différentes parures, nous ne remarquâmes pas tout de suite les hommes cagoulés de noir, armés, qui firent irruption dans la bijouterie réputée de San Francisco.
Franchement, je n'avais jamais pensé que je pourrais un jour me retrouver dans cette situation : assis sur le sol d'un magasin, priant pour que la police vienne à notre secours avant que l'un des otages - clients et employés de la bijouterie - ne soit tué par balle. Je n'avais d'ailleurs jamais vraiment tenu d'armes à feu avant de jour-là, et tout arriva d'ailleurs très vite. Un des clients bousculla un homme qui en perdit son pistolet que je pris sans m'en rendre compte. « PUTAIN QU'EST-CE QUE TU FOUS TOI ?! » D'un geste rapide, je la pointais sur un autre. Ma future-mariée se mit alors à foudre en l'air. Je ne savais plus ce que je faisais, je ne savais même plus ce que je devais faire. « Ecoute mec, commença l'homme cagoulé en face de moi. Ca se voit que tu n'as jamais buté de type. T'es pas un meurtrier...
- TA GUEULE ! criais-je. Tu me connais pas, tu sais pas d'quoi je suis capable ! » Mon cœur battait comme jamais. J'entendis alors un autre type cagoulé, resté vraiment calme en dépit de la situation, qui s'adressa à moi.
« Vous voulez vraiment le tirer ? Alors allez-y. Mais si vous voulez viser juste, ouvrez les deux yeux... »


Le 26 février 2011. Dans un centre de tir à Miami.
J'étais perdu, complètement déboussolait. Je déchargeais d'un geste sec et rapide l'arme que je tenais dans la main avant de la déposer derrière moi, sur une petite planche en bois prévu à cet effet. Je ne comprends plus où j'étais, la situation dans laquelle je me trouvais.
Sans rien dire, je quittais ces sous-sols pour sortir du centre de tir et aller prendre l'air - ou même rentrer chez moi. Je n'étais pas encore sûr des conclusions que je devais en tirer, mais une chose était sûre : ce n'était pas la première fois que Caleb Varnham et moi-même faisions connaissance.

Suite du topic N°1590 - Everything About You
avec Bonnie Whealer et Maât Blythe-Sheldon.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Vide
Message(#) Sujet: Re: Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Tiens l'arme bien droite, souffle un coup... et appuie sur la gachette.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-