AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -30%
Maillot domicile du PSG saison 2020 / 2021
Voir le deal
62.97 €

Partagez | 
 

 KILLING LIES.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




KILLING LIES. Vide
Message(#) Sujet: KILLING LIES. KILLING LIES. EmptyDim 14 Fév 2010 - 22:21

Killing Lies
KILLING LIES. Uvjfk KILLING LIES. 2l9igqb KILLING LIES. Sgo22r
STARRING ISOBEL REYNOLDS ET RHYS BLYTHE (ET DAMON SEAVER EN BONUS/EXCLUSIVITÉ MONDIALE )
(c) exclu_silly&poupa@LJ



Le soleil de Floride traçait sa descente dans les cieux tandis que sur terre, roulait une Land Rover en direction de la ville de Miami. Les fenêtres ouvertes côtés conducteur et passager du véhicule laissaient passer des bourrasques de vent venant ébouriffer un Rhys Blythe à l'allure sensiblement amaigrie et arborant une barbe naissante. Néanmoins, ses traits détendues et son œil étincelant n'indiquaient pas la fatigue mais plutôt l'excitation. L'excitation du retour, l'excitation des retrouvailles.
Cela faisait plusieurs jours que Rhys était revenu à Ocean Grove mais les circonstances avaient été telles qu'il n'était toujours pas tombé sur l'une des personnes qui lui avait le plus manqué, l'une des personnes pour lesquelles il n'était plus question pour lui de retarder d'avantage son retour. Isobel Reynolds. La jeune femme semblait s'être comme volatilisée ; toujours occupée, toujours absente. Rhys avait fini par apprendre qu'elle travaillait à présent dans le centre-ville en tant que disquaire. A cette annonce, il ne put que se ravir pour elle : son amie avait à présent un bon job qui lui demandait un certain investissement personnel de toute évidence (même s'il l'aurait d'avantage imaginée en disc-jockey au cœur des boîtes de nuit les plus folles de la ville de Miami mais ça, ce n'était pas à lui d'en décider malheureusement.) Il décida donc, pour avoir une chance de la croiser, de se rendre à son lieu de travail aux horaires semblant être ceux de la clôture de la boutique. Il espérait pouvoir l'aider à fermer avant de l'inviter à dîner dans un restaurant de la ville et dans lequel ils pourraient discuter de cette dernière année écoulée. Il avait son petit plan prévu et il espérait que tous les paramètres pour cette rencontre soient au beau fixe. Il n'imaginait pas pouvoir être déçu : il l'avait espérée et rêvée depuis trop longtemps pour que cela se passe autrement.
Tapotant sur son volant, Rhys jeta un coup d'œil au lecteur-radio et constata qu'il était à dix minutes de la fermeture de la boutique. Il avait donc intérêt à se dépêcher s'il ne voulait pas louper Isobel une nouvelle fois. Il gara sa voiture dans la rue la plus proche et descendit de son siège après avoir attrapé le petit paquet cadeau qui se trouvait sur le siège passager. Ce n'était pas un présent faramineux, simplement un souvenir de ses voyages qu'il espérait voir plaire à la jeune femme. Claquant sa portière derrière lui, il se dirigea vers l'adresse que lui avait indiqué Madame Berdsley, pour une fois non accompagné de son chien. Il souhaitait une soirée tranquille, sans avoir à batailler avec les responsables des restaurants pour voir son chien accepté à l'intérieur de leurs enseignes. Il trouva rapidement la boutique en avançant sur Bayside Street et réussi même à apercevoir la silhouette de son amie à travers la baie vitrée. Son cœur se mit à s'emballer et sa joie de la revoir se lue sur son visage par le trait du sourire qu'il venait d'avoir. Il attendit en retrait de voir le dernier client sortir de la boutique et profita de son passage par la porte pour se glisser à l'intérieur sans avoir à faire re-tinter la clochette qui annonçait un nouveau mouvement à la porte. Par chance, Izzie se trouvait de dos à lui et manipulait quelques affaires dans un coin de la boutique. Silencieusement mais impatient comme un gamin devant un nouveau jouet flambant neuf, il s'avança vers la jeune femme et s'arrêta net une fois qu'il fut derrière elle. Sans prévenir et après avoir rangé son paquet cadeau dans la poche de sa veste, il porta ses deux mains de sorte à masquer la vue d'Isobel. Sentir sa peau chaude sous ses doigts lui procura un sentiment intense de bien-être, se sentant enfin totalement chez-lui. En effet, même si techniquement il était de retour à Ocean Grove, le fait qu'il n'avait toujours pas eu l'occasion de la revoir lui pesait et rendait son quotidien trop différent de ce qu'il appréciait tant dans ce quartier. A présent, il pouvait enfin fièrement et sans concession affirmer qu'il se sentait bel et bien de retour dans sa ville, auprès de ses proches. Habité de ce sentiment d'allégresse, il approcha son visage de celui de la jeune femme et, à travers ses cheveux d'or, lui glissa en n'essayant même pas de changer sa voix. Il était de toute façon quasiment sûr qu'elle l'avait reconnu dès l'instant où il avait posé ses mains sur son visage si ce n'est dès le moment où il était entré dans le magasin malgré ses efforts de discrétion.
« Devine qui ne peut plus se passer de toi ? »


Dernière édition par Rhys Blythe le Ven 7 Mai 2010 - 16:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Isobel Blythe
what is your secret ?
Isobel Blythe

♦ Posts : 1634
Multinicks : Lussy Cartwright.
Status : pleased.
Address : saleswoman at « Old School » (record store).
Job/Studies : maried to Rhys.


HALL OF FAME
To Do List: 23 years old.
Contact List:
RP status:

KILLING LIES. Vide
Message(#) Sujet: Re: KILLING LIES. KILLING LIES. EmptyMar 16 Fév 2010 - 21:51



Aujourd'hui était un jour bien particulier pour la jolie blonde, et pourtant, la demoiselle tenait à ce que rien d'inhabituelle ne se produise. On aurait pu croire que, à l'occasion de ses 23 ans, Isobel voudrait marquer le coup. Après tout, un an de plus, c'est toujours quelque chose que l'on considère comme étant important. Néanmoins, en ce 22 février 2011, Izzie comptait bien passer une journée normale, et ses proches le savaient. C'est pourquoi, lorsqu'elle s'était réveillé ce matin aux côtés de Damon, ce dernier avait été tenté de lui souhaiter un joyeux anniversaire mais le regard de la jolie blonde l'avait dissuadé, et il avait préféré déposer ses lèvres sur celles de sa petite amie au lieu de parler, une chose qu'Izzie avait tout de suite mieux accepté. Le mot « anniversaire » et les cadeaux étaient à bannir, la demoiselle ne voulait pas de tout ça, et comme chaque année, ça n'avait étonné personne. Elle n'avait jamais aimé fêté son anniversaire depuis la mort de sa mère mais personne ne savait vraiment pourquoi. Elle non plus d'ailleurs, mais le fait de ne pas fêter cet évènement lui était venu naturellement, et elle se confortait dans cette idée. Ainsi, après avoir abandonné son lit douillet et les lèvres de son petit ami, Izzie se prépara pour aller travailler, comme elle pouvait le faire les autres jours de la semaine. D'habitude, elle ne faisait que quelques heures à la boutique le lundi, mais elle avait insisté auprès de Mr Hamilton pour qu'il prenne un peu de repos et qu'elle travaille toute la journée. Étant donné qu'elle n'avait même pas demandé de lui payer ces heures supplémentaires, le vieux monsieur avait facilement accepté.

Le lundi, il n'y avait pas vraiment foule dans la petite boutique de CDs & vinyles sur Bayside Street. D'ailleurs, la plupart des magasins étaient fermés ce jour-là, mais Mr Hamilton aimait l'idée d'offrir à ses plus fidèles clients un service continu. Comme il le disait souvent, « les gens ne veulent pas attendre un jour de plus si l'envie leur prend d'écouter un vieux tube des années 80. ». Izzie, bien qu'elle devait être présente derrière son comptoir, s'était donc offerte une journée de travail assez calme. Tout ce qu'elle avait à faire, c'était de trier un peu la paperasserie, s'occuper de commander du stock, répondre aux demandes des quelques clients qui passeraient et tout ça avec The Strokes ou Lou Reed en fond sonore. Rien de très désagréable donc, et c'est bien ce qu'elle appréciait dans ce travail. Lorsque, aux alentours de 19h, elle vendu le dernier CD du groupe The Fray à un jeune homme qui ne s'attarda pas, elle sut qu'elle allait pouvoir fermer dans peu de temps. Néanmoins, pour faire bonne figure, elle se mit à ranger quelques bacs de CDs avant d'aller fermer la porte à clé. Bizarrement, elle avait cette fâcheuse impression qu'elle n'était pas seule, que celui qui était son dernier client ne le serait finalement pas. Alors qu'elle allait se retourner pour vérifier si elle se faisait des idées ou non, elle sentit des mains douces lui couvrirent les yeux. Aussitôt, alors que ça lui paraissait quasiment impossible, elle sut qui se trouvait derrière elle. Il n'y avait pas que le contact de sa peau qu'elle avait trop souvent connu, mais aussi son odeur, son souffle rauque. Tous ces petits détails qu'elle savait appartenir à une seule personne. Rhys Blythe était bel et bien de retour à Ocean Grove. Elle avait crut entendre quelques rumeurs à ce sujet mais n'avait pas eu envie d'y prêter attention, la dernière chose qu'elle voulait pour le moment c'était de le croiser. Elle était heureuse en ce moment, pourquoi fallait-il que le passé refasse-t-il surface sans qu'elle n'ait rien demandé ? Car oui, Rhys faisait clairement partie de son passé à présent. Il était partie, il avait emporté avec lui des morceaux d'elle, de sa dignité. Pour l'instant, personne ne savait vraiment qu'est-ce qui s'était passé entre eux deux un an plus tôt, juste avant son départ. Aujourd'hui, elle avait elle-même tiré un trait sur tout ça. Elle n'avait pas envie qu'il revienne et que tout recommence comme avant car elle savait d'avance que toute cette histoire ne finirait pas bien. Et puis, elle était avec Damon à présent. Beaucoup de choses avaient changés depuis son départ.

Elle ne parlait pas, elle ne voulait pas dire un mot. En le sentant approcher son visage de son oreille, elle ferma les yeux et se concentra sur les mains chaudes qui touchaient délicatement sa peau. Elle avait juste envie de sentir encore un peu cette douceur, avant qu'ils n'en viennent aux cris et aux paroles blessantes. Car Isobel n'avait aucun doute sur ce qui allait se dérouler par la suite. Rhys avait beau l'air de se comporter comme un Bisounours, inconscient du mal qu'il avait causé, la jolie blonde n'était pas prête à passer à côté de ça. Elle ne pouvait pas se retourner en lui souriant sincèrement et oublier tout ce qui s'était passé. La blessure qu'elle avait mis un an à faire cicatriser venait tout juste de se ré-ouvrir, et avec elle, la colère et la détresse qu'elle avait supporté bien des mois auparavant reprenaient possession de son corps, de ses esprits. Tout ce qui s'était passé cette dernière année, toutes les choses qu'elle avait supporté en restant forte et digne, cela formait à présent un tout, une colère plus forte qu'elle n'aurait penser, déclenchée par la simple présence de Rhys, cette présence qui pouvait si facilement l'apaiser auparavant. Quoi qu'elle en dise ou quoi qu'il en dise, son départ avait brisé quelque chose en elle. Et pour recoller les morceaux, elle avait besoin qu'ils en passent par là. Izzie avait besoin de déverser toute sa rancœur et Rhys devait bien faire face aux conséquences de ses actes. La phrase qu'il prononça ensuite ne l'aida en rien à se calmer, et c'est déterminé qu'elle répondit avec une pointe d'amertume.
    « Ton nom ne me viendrait pas à l'esprit en premier, après tout, après t'être passé de moi pendant un an, tu devrais pouvoir y arriver encore un peu, non ? »
Elle prit les mains du jeune homme pour les repousser et se retourna vers lui, décidé à lui faire face. Sa colère aurait pu flancher devant ce visage amical qu'elle avait contemplé tant de fois. Pourtant, elle le regardait, comme si ce n'était plus lui qu'elle voyait, comme si ce n'était pas Rhys Blythe, celui qu'elle avait pour habitude d'appeler son meilleur ami, qui était à présent sous ses yeux. Mais celui qui avait été jadis son meilleur ami était partit un an plus tôt, et c'était pour elle un étranger qu'elle retrouvait. Elle aussi avait changé, et cette fois-ci, de belles paroles et une étreinte passionné ne suffirait pas à l'apaiser.

_________________


Dernière édition par Isobel Reynolds le Mar 24 Aoû 2010 - 11:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




KILLING LIES. Vide
Message(#) Sujet: Re: KILLING LIES. KILLING LIES. EmptyDim 28 Fév 2010 - 21:08


Le contraste n'aurait pu être plus grand entre les deux jeunes gens. Si Rhys frémissait de joie à l'idée de retrouver sa meilleure amie, l'attitude de la jeune femme lui indiquait clairement que son sentiment n'était pas partagé. Il aurait espéré une effusion de joie, un cri de surprise ou une puissante embrassade mais non, ce ne fut absolument pas ce qu'il reçut. L'intonation de sa voix signalait un malaise et ses mots signèrent la conclusion qui venait de jaillir au visage de Rhys avec violence. Des reproches, voilà ce dont il avait droit en premier lieu après un an sans se voir, sans se parler, sans communiquer d'aucune façon qu'il soit. C'était tellement stupéfiant que le jeune homme resta interdit et ne sût quoi répondre, laissant Izzie défaire son emprise et se tourner enfin vers lui. Ses bras retombèrent contre ses flans et il regarda la jeune femme tandis que la déception l'enveloppait. La dureté de son expression finit de plomber l'humeur de Rhys : elle le fixait de la façon qu'il détestait, celle qui avait le don de le mettre mal à l'aise, de lui faire regretter n'importe quoi – et fier comme il était, cela entraînerait forcément une certaine animosité de sa part en retour. Cependant, il ne se plaça pas immédiatement dans une position de défense : il avait mûrit durant son séjour d'un an à l'autre bout du monde et avec, avait gagné une certaine pondération ou en tout cas, apprit à ne pas monter sur ses grands chevaux au moindre problème. Et puis, il s'agissait d'Izzie : jeune femme rétive qu'il avait réussi à cerner depuis le temps. Avec un peu de chance, il réussirait à la calmer et à lui faire comprendre que le temps passé sans sa présence n'avait pas été une partie de plaisir, bien au contraire. Elle lui avait manqué et il espérait bien le lui prouver en tentant de désamorcer la bombe qui menaçait d'exploser – cela se voyait dans le regard intraitable qu'elle lui adressait. Son expression hagarde laissa alors place à une tentative plus ou moins réussit de se montrer ferme. Il avait exécuté un pas en arrière, comprenant qu'il n'était pas autant le bienvenue qu'il l'aurait espéré et finit par passer une main dans la poche de sa veste pour sentir sous ses doigts le petit présent qu'il était venu offrir à la jeune femme. C'était son anniversaire après tout mais comme il savait pertinemment qu'elle haïssait ce jour-là, il espérait pouvoir lui offrir son présent en prétextant le cadeau de voyage. Elle verrait clair dans son jeu mais elle ne pourrait protester car Rhys nierait toute autre intention que celle de lui faire partager un peu de son périple en Asie. Il ne le sortit pourtant pas, il s'agissait simplement de se redonner courage par ce simple contact et tandis qu'il tenait l'objet dans la paume de sa main, attendant le moment idéal pour le lui donner, le jeune homme consentit enfin à prendre la parole. Il était embarrassé mais à la fois étrangement tiraillé avec le sentiment de ne pas très bien comprendre ce qu'il lui était réellement reproché. Il était parti un temps, certes, sans prévenir qui que ce soit mais il n'avait bousculé la vie de personne pour le faire. Il n'avait créé aucun scandale ou pris en otage quoique ce soit. Il était parti le plus calmement possible, justement pour ne pas attirer l'attention sur les problèmes qu'il essayait de fuir. Mais de toute évidence, personne ne semblait prêt à comprendre ce choix.
« Je ne vois pas pourquoi je devrais attendre d'avantage. Ce voyage n'avait pas pour but de te fuir, tu sais en partie pourquoi j'ai du m'en aller … Ne rend pas les choses plus délicates qu'elles ne le sont. Je fus le premier à souffrir de ce départ mais il était inévitable. Izzie, tu me connais : je ne ferais jamais quoique ce soit qui te blesserait intentionnellement. Si j'ai été la cause de soucis, sache que je le regrette ... »
Rhys continuait à regarder Isobel avec sincérité et simplicité : il n'était pas là pour la supplier mais il tenait à ce qu'elle n'ai aucun doute sur la véracité de ses propos. Doucement, il se rapprocha alors d'elle, retira la main de sa poche et entoura de ses dix doigts l'une des mains de la jeune femme. Il se tenait face à elle et bien qu'elle fut grande, il dut encore baisser le menton pour ne pas briser le contact visuel. D'une voix plus calme et presque charmeuse, se sentant un peu plus en confiance et déterminé à calmer Izzie, il ajouta alors, se permettant même d'esquisser un sourire serein.
« Je ne repartirais plus, je te le promet. Rien n'a changé entre nous. Je peux même t'assurer que même à l'autre bout du monde, personne ne t'égale. »
Revenir en haut Aller en bas
Isobel Blythe
what is your secret ?
Isobel Blythe

♦ Posts : 1634
Multinicks : Lussy Cartwright.
Status : pleased.
Address : saleswoman at « Old School » (record store).
Job/Studies : maried to Rhys.


HALL OF FAME
To Do List: 23 years old.
Contact List:
RP status:

KILLING LIES. Vide
Message(#) Sujet: Re: KILLING LIES. KILLING LIES. EmptyMar 23 Mar 2010 - 20:28



Bien que la jeune femme était d'un naturel contradictoire et qu'elle pouvait passer de la joie à la colère en quelques secondes, c'était bien plus dur de faire marcher cette idée dans l'autre sens. Ainsi, cette colère qu'elle avait contre Rhys en ce moment était bien trop profonde, bien trop ancrée en elle depuis plusieurs mois pour qu'elle puisse lui faire un sourire sincère et passer l'éponge sur cette histoire. Elle en avait marre de jouer le rôle de la meilleure amie un peu folle, incompréhensible mais qui finit par s'amadouer facilement par la présence du jeune homme. Bien sur, c'était toujours ce qu'elle était, mais elle avait plus grandit que jamais en une année, elle avait changé et Rhys devrait réapprendre à la cerner parce qu'elle ne voulait pas se montrer aussi vulnérable qu'avant sous cette force de caractère apparente. Elle seule savait que sa façon d'être était une armure contre le monde qui l'entourait, elle était assez grande pour se protéger elle-même. A présent, elle voulait que personne ne puisse pénétrer à travers cette armure, surtout pas Rhys. Il lui parlait, lui disait de jolies choses censées la calmer mais elle ne voulait rien entendre, elle était inflexible. Son regard semblait vague mais elle fixait sans relâche le jeune homme, comme pour se faire souffrir un peu plus. Lorsqu'il finit de parler, elle attendit quelque seconde avant de lui répondre d'une voix qu'elle essayait de garder calme, sans pour autant pouvoir s'empêcher de monter dans les aiguës à certains moments.
    « Tu croyais quoi au juste Rhys ? Tu t'es juste dis que partir serait la solution à tes problèmes, que ça n'engageait que toi et toi seul ? Parce que tu crois que ton départ ne nous a pas affectés, ne m'a pas affecté ? Alors oui, peut-être que j'ai l'air d'être une femme forte, mais je ne le suis pas tant que ça Rhys, et tu le sais aussi bien que moi. J'ai besoin de certaines personnes dans ma vie, et tu fais partie de ces personnes là. Tu en faisais partie en tout cas, mais c'était avant que je ne découvre que je ne pouvais pas autant compter sur toi que je ne le pensais, que tu étais aussi lâche que tous les autres. »
Elle avait prononcé ces mots dans un souffle, presque vicieusement, comme si elle voulait lui faire mal pour qu'il comprenne ce qu'elle avait pu ressentir. Cette sensation d'être abandonner, c'était toujours la même. Elle ravala les larmes qui lui chatouillaient les yeux, consciente qu'il ne fallait pas qu'elle craque, pas maintenant. Du point de vue du jeune homme, sa réaction n'était qu'à moitié compréhensible, après tout, il n'avait pas toutes les pièces du puzzle, il ne savait pas tout ce qui s'était passé après son départ mais Izzie n'avait rien à lui dire, elle ne voulait pas le laisser s'immiscer de nouveau dans sa vie pour qu'il puisse la faire souffrir encore une fois. Et indirectement, derrière ce ton presque méprisant et ces paroles amères, elle était certainement entrain de se dévoiler plus qu'elle ne l'avait jamais fait auparavant. Lui dire explicitement qu'elle avait besoin de lui, c'était quelque chose qu'elle n'avait jamais eu l'occasion de faire et sa fierté l'en aurait empêché. Et à présent qu'elle lui disait, c'était pour lui faire remarquer que, maintenant, il n'était plus rien pour elle, qu'elle n'avait plus besoin de lui. Du moins, c'était ce dont elle voulait se convaincre. Pour appuyer ses paroles, elle dégagea sa main de celle du jeune homme pour ne pas se laisser tenter par quelconque approche physique, surtout qu'elle était avec Damon maintenant et ce n'était pas sur qu'il voit le retour de Rhys d'un très bon œil bien qu'il ne devait pas s'inquiéter. Malgré les mots sincère et agréable du jeune homme, sa voix presque charmeuse, Izzie n'arrivait pas à trouver ce qu'elle voulait dans ses paroles. Tout ce qu'il lui disait sonnait d'une façon étrangère à son oreille. Elle n'hésita pas à renfoncer le clou, consciente qu'elle n'y allait pas doucement mais elle ne voulait pas faire demi-tour, pas maintenant.
    « Au contraire Rhys, tout a changé entre nous ou dans ma vie. Je ne suis plus ton idiote de meilleure amie que tu peux te taper si facilement parce qu'elle te fait envie et parce qu'elle est inconsciente. Tout ça, c'est du passé. Moi, toi, nous. » Elle fit une courte pause pour laisser à Rhys le temps d'assimiler tout ce qu'elle lui disait. « Sans oublier que j'ai quelqu'un dans ma vie à présent... Tu aurais finit par l'apprendre alors je préfère t'en informer maintenant vu que j'ai l'honneur de te voir. Il s'appelle Damon, Damon Seaver. J'imagine que tu vois qui c'est ? »
Elle aurait pu se sentir coupable ou amener ça d'une façon moins directe. Elle aurait pu, oui. Le fait que Damon et Rhys soient meilleurs amis n'avait jamais compté pour elle jusqu'à aujourd'hui où elle avait délibérément appuyé sur ce fait pour enfoncer un peu plus le couteau dans la plaie. C'était un coup bas et elle en était parfaitement consciente. Mais ça avait eu pour résultat de l'apaiser un peu. Ou peut-être était-ce le fait de parler de Damon. En tout cas, elle était moins énervée mais se préparait d'ors et déjà au retour de boomerang. Effectivement, connaissant bien Rhys, elle savait qu'il n'allait surement pas bien prendre la nouvelle qu'elle venait de lui annoncer et qu'il n'allait pas non plus accepter les reproches de la jolie blonde sans rien dire. Elle croisa les bras et attendit quelques secondes, prête pour la suite qui, comme elle l'avait prévu, s'annonçait déjà comme étant désagréable.

_________________


Dernière édition par Isobel Reynolds le Mar 24 Aoû 2010 - 11:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




KILLING LIES. Vide
Message(#) Sujet: Re: KILLING LIES. KILLING LIES. EmptyLun 5 Avr 2010 - 2:06

Rhys s'était attendu au pire lorsqu'il prit la décision de revenir à Ocean Grove mais il n'imaginait, de toute évidence, pas à quel point il était loin de la vérité. Durant le vol Lhassa-Miami, il n'avait cessé de gamberger en se demandant quelles réactions auront ses proches en le voyant revenir parmi eux. Il imagina des reproches, des critiques et des regards étonnés mais il était loin du compte. Depuis son retour, il avait bel et bien reçu tout cela mais à une puissance bien plus décuplée. En sommes, rares avaient été les personnes acceptant son retour et surtout, comprenant le besoin qu'il avait eu de partir. Il avait vaguement espéré qu'Izzie ferait partie de ces quelques exceptions mais il s'était monumentalement gouré s'il devait en croire les mots qu'elle venait de lui adresser en guise de réponse. En effet, son visage n'exprimait pas la moindre lueur de satisfaction de le savoir de retour et encore moins de l'avoir sous les yeux. Elle semblait bien d'avantage lutter contre une colère latente et Rhys commença à s'inquiéter de ces signes : Isobel qui bouillonne de rage n'est définitivement pas quelque chose d'appréciable. Il l'écouta avec attention et même si ses paroles lui semblèrent démesurées, exagérées, il ne pensa pas à la contredire immédiatement. Elle se laissait submerger par la rancœur et des larmes commençaient déjà à naître dans ses yeux ; il était donc inutile qu'il la brusque d'avantage en essayant de lui faire comprendre qu'elle était terriblement injuste avec lui. Il n'avait jamais voulu lui causer du tord ni lui faire le moindre mal, fallait-il qu'il s'excuse en japonais pour que le message passe ? Elle se mit alors à suggérer que leur amitié en avait pris un sérieux coup dans l'aile et il se mit à grimacer, sentant la colère grimper imperceptiblement en lui, à son tour. Comment pouvait-elle remettre en cause des années d'amitié si fusionnelle pour une « erreur » certes, mais qui avait été une nécessité pour Rhys ? Il n'avait pas agit de la manière la plus noble en s'étant enfui sans avertir quiconque mais il savait que s'il avait informé Isobel de ses plans, elle aurait réussi à le faire changer d'avis ou alors, dans le cas où elle l'aurait soutenu, il aurait fait peser sur ses épaules une charge trop lourde. Il n'avait pas voulu la mettre au courant pour éviter qu'elle ne le retienne mais également pour lui éviter d'être la complice de ce qui devait être de sa seule responsabilité.
Isobel dégagea alors sa main des siennes et Rhys les laissa alors retomber le long de son flan sans broncher. Il était de plus en plus agacé par ses réactions : ne pouvait-elle pas simplement faire un effort de compréhension ou à défaut, de pardon ? Il n'était pas parfait, elle savait combien il pouvait se montrer impulsif et elle aurait du être la première à savoir qu'il agissait sans pensée néfaste. Malheureusement non, et elle ne semblait pas prête le moins du monde à l'excuser de si tôt car elle prit une nouvelle fois la parole mais dans le but à présent clair et précis de blesser son « ami ». Elle évoqua leurs habitudes assez peu conventionnelles qui les guidaient parfois à partager plus que ce qu'ont le droit deux amis et Rhys se tendit immédiatement. Il n'aimait pas l'idée qu'elle semblait détenir qu'il se jouait d'elle. Jamais il n'avait couché avec elle par « hobby », cela avait toujours été suite à un concours de circonstances précis et à chaque fois sans le moindre calcul. Elle faisait preuve là de mauvaise foi : même si ce qu'elle prétendait était vrai, elle en était tout aussi fautive que lui puisqu'il fallait bien être deux pour coucher. Soudainement et alors qu'il ne décolérait toujours pas des premiers mots qu'elle lui avait soufflé, le visage de Rhys se décomposa au fil de la nouvelle et dernière information qu'elle lui fournit enfin. Ce n'était pas tant le fait qu'elle soit en couple qui le dérangeait : elle avait plusieurs fois eu des liaisons depuis qu'ils se connaissaient et il n'avait jamais essayé d'y fourrer son nez plus que de raison. Non, c'était d'avantage l'identité du « quelqu'un dans ma vie » qui choqua le jeune homme. Damon Seaver. Se foutait-elle de lui ? Bien sûr qu'il le connaissait, Damon était son meilleur ami par excellence, comment pouvait-elle se complaire à le narguer là-dessus ? Pire encore, comment pouvait-elle oser lui faire croire qu'ils sortaient ensemble alors qu'elle savait pertinemment que, peu importe ce qui existait entre Rhys et elle, elle n'avait pas le « droit » de se mettre avec son meilleur ami. N'y avait-il pas un code spécifique là dessus en matière d'amitié ? Une meilleure amie – voire plus – n'ayant nullement le droit de se taper l'autre meilleur ami ? Secouant la tête, le regard obscurcit et la mine n'affichant plus la moindre tendresse à son égard, il réussit à souffler entre ses dents les seuls mots dont il avait la force d'émettre à cet instant.
« Isobel, tu me fais marcher. »
Il espérait sincèrement qu'elle se moquait de lui, qu'elle cherchait simplement à l'inquiéter mais quand il planta son regard dans le sien pour sonder son niveau de sincérité, il fut dans le regret d'admettre qu'elle ne semblait pas plaisanter. En quelques secondes à peine alors, un profond sentiment d'indignation le gagna et il exécuta un pas en arrière avant de se tourner vers le bac de disques le plus proche et d'y appuyer ses paumes. Il fixa pendant quelques secondes les pochettes sans réellement les voir, tentant tant bien que mal de calmer la fureur qui menaçait de l'emporter d'un instant à l'autre. Prenant une profonde inspiration, sans retourner son visage vers celui d'Izzie, comme s'il savait pertinemment que s'il posait le regard sur elle une nouvelle fois, les reproches fuseraient à la vitesse de la lumière, il ajouta doucement mais la colère se laissant deviner de manière évidente dans sa voix.
« Damon … Une chance que mon frère soit gay, ç'aurait sûrement été lui sinon, n'est-ce pas ? » Il se tut et prit une profonde inspiration avant de se redresser et d'accepter enfin un nouveau contact visuel avec Isobel. Froid, rigide et sans émotion, comme s'il regardait à travers elle, il ajouta. « Depuis quand ? Quand est-ce que vous vous êtes dit que c'était bon, que vous pouviez faire un coup aussi bas à votre meilleur ami ? »
Revenir en haut Aller en bas
Isobel Blythe
what is your secret ?
Isobel Blythe

♦ Posts : 1634
Multinicks : Lussy Cartwright.
Status : pleased.
Address : saleswoman at « Old School » (record store).
Job/Studies : maried to Rhys.


HALL OF FAME
To Do List: 23 years old.
Contact List:
RP status:

KILLING LIES. Vide
Message(#) Sujet: Re: KILLING LIES. KILLING LIES. EmptyLun 5 Avr 2010 - 17:06



Au fur et à mesure que diverses émotions traversaient le visage de Rhys pendant que la jolie blonde disait tout ce qu'elle avait à lui dire, un mur invisible se dressait petit à petit entre les deux jeunes gens. C'était comme si elle achevait le travail que Rhys avait entrepris en partant sans dire au revoir. Elle se chargeait de briser toutes les illusions que son retour aurait pu provoqué. Pendant un an, elle avait beaucoup réfléchi. Mis à part les moments de colère et de déception envers le jeune homme, elle était finalement arrivée à la conclusion que c'était surement mieux comme ça. Elle finirait bien par réussir à se remettre du départ de la seule personne qui avait toujours été là pour elle. Quand à lui, il serait sans doute beaucoup mieux sans elle, tout ce que la jeune femme lui avait apporté depuis le début de leur amitié peu conventionnelle se résumait à un mot : des problèmes. Il le disait presque clairement, c'était en partie à cause d'elle et de leur relation inapproprié qu'il avait du partir. Bien sur, il n'y avait pas que ça, mais c'était inutile de dire que ça n'avait pas joué un rôle là-dedans. Voilà pourquoi elle ne souhaitait pas l'accueillir gaiment. D'une part, son départ l'avait fait souffrir plus qu'elle ne l'aurait imaginé et elle lui en voulait toujours pour ça, et d'autre part, elle savait que leur amitié, cette relation si ambiguë, ne les mènerait à rien. Ce qui les unissait était beaucoup trop compliqué, peut-être beaucoup trop fort, pour qu'on puisse mettre des mots là-dessus. Mais la situation ne risquait pas d'évoluer à ce niveau et ils ne verraient jamais le bout de tout ça. Pour Izzie, il valait mieux mettre fin à leur amitié dès aujourd'hui plutôt que de continuer à souffrir inutilement. Cette dernière nuit passée ensemble avait été la fois de trop, la limite qu'ils n'auraient pas du franchir. Si Izzie n'avait jamais regretté ses actes, elle savait aujourd'hui qu'il fallait parfois qu'elle apprenne à réfléchir. Le départ de Rhys avait juste accéléré les choses dans l'idée que leur amitié n'était pas saine et que la jeune femme ne pourrait jamais apporter de l'équilibre dans la vie de son ami. Qui plus est, elle ne voulait pas souffrir à cause de lui. Plus jamais.

Et pourtant, encore aujourd'hui, elle perdait sa force de caractère en face de lui. Elle commençait déjà à s'en vouloir de lui parler de cette façon. Sa volonté si forte de le blesser était entrain de flancher et le fait d'observer les traits du visage de Rhys après les annonces qu'elle lui avait faite ne lui faisait pas du bien. Elle qui aurait du se sentir victorieuse, se sentait finalement honteuse, mais pas encore prête à lâcher l'affaire et à se laisser faire. Lui non plus n'était plus tendre dans ses propos et chercher à son tour à la blesser en lui montrant sa colère. Elle le voyait, il avait du mal à se contrôler. Elle n'avait pas peur de lui sur le plan physique, car elle espérait pouvoir encore le connaitre assez pour affirmer qu'il ne lèverait jamais la main sur elle, mais elle savait que ses paroles pouvaient être acerbes, elle s'attendait donc à une vague de reproches et de mots destinés à lui faire mal, voir même à la faire culpabiliser. Bien entendu, elle ne se trompait pas. Il tentait tant bien que mal de contrôler sa voix mais Izzie avait très bien compris que sa fureur menaçait d'éclater à tout moment. Elle était prête à recevoir bien pire, et à vrai dire, les paroles qu'il prononça eut le don de l'énerver à son tour. Lorsqu'il était sortie avec Hailey, elle aussi avec été en colère qu'il ait « choisi » une de ses amies proches et il avait été le premier à ne pas comprendre ça. Après tout, ils n'avaient jamais formé un couple et ils pouvaient fréquenter qui ils voulaient, n'était-ce pas ce qu'il pensait ? Et à présent qu'il se retrouvait dans la situation contraire, Izzie avait le droit à des reproches. Quand il parla de son frère, la jeune femme ouvrit de grands yeux, n'appréciant pas du tout ce qu'il venait d'insinuer, mais elle se reprit rapidement pour lui répondre avec provocation.
    « Je ne vois pas pourquoi tu me parles de ton frère, il n'a jamais été intéressé par moi et c'est réciproque. En revanche, peut-être que si ta sœur était lesbienne... Qui sait ? » répondit-elle en levant les yeux au ciel, pour montrer l'absurdité de ce qu'il lui avait dit.
Elle ne cherchait pas à le faire rire, loin de là. Elle avait trouvé ces propos déplacés et voulu lui faire comprendre qu'il était complètement à côté de la plaque. Elle n'avait jamais choisi Damon parce qu'il était le meilleur ami de Rhys. Leur relation s'était construite naturellement, et après avoir passé de nombreux moments ensembles, ils s'étaient finalement mis ensemble de façon officielle. Il n'y avait rien de calculé là-dedans, mais c'était inutile d'expliquer tout ça à Rhys, autant essayer de discuter avec un sourd. La suite de ces propos, elle les trouva encore plus inapproprié. Il osait lui dire ça de cette façon, en l'accusant et en lui donnant le mauvais rôle, alors qu'il n'était plus dans leurs vies depuis un an ? Il était partit du jour au lendemain et ça y est, il fallait que les autres arrêtent de vivre ? Elle le regarda fixement avant de reprendre la parole, sans chercher à peser ses mots.
    « Oh, excuse-nous... La prochaine fois que tu pars comme ça du jour au lendemain, essaye de laisser un numéro de téléphone pour qu'on puisse t'annoncer la bonne nouvelle ou te demander ta permission. Non mais sérieux, tu croyais quoi Rhys ? Si t'étais pas aussi aveugle, tu te serais rendu compte que Damon était pas insensible à moi lorsqu'on était au lycée. Il n'a jamais rien dit parce qu'il pensait à toi justement. TU ES PARTI RHYS ! On ne savait pas si tu reviendrais un jour, on ne savait même pas si tu étais en vie. Tu voulais qu'on t'attende gentiment, qu'à ton retour, tout soit comme avant ? Désolé pour toi, mais tu te rendras compte que les choses se passent rarement comme on le voudrait. Izzie marqua une pause afin de reprendre sa respiration et de réguler son rythme cardiaque. Elle était définitivement agacée par les accusations de Rhys. Et si tu veux tout savoir, ça fait environ quatre mois qu'on est ensemble. Ce n'était pas une décision irréfléchie et en aucun cas pour te faire du mal. Si tu ne veux pas le comprendre, tant pis pour toi, je ne pense pas avoir besoin de me justifier. Rappelle-toi juste que je ne suis pas ton ex-petite amie, tu n'as aucun droit sur moi et rien n'interdit à Damon de sortir avec une de tes amies. »
Elle soupira discrètement, sachant très bien que son petit discours ne changerait rien aux pensées de Rhys. Et pourtant, de la même façon qu'elle avait été en tort quand elle lui avait reproché sa relation avec Hailey, c'était lui qui avait tord aujourd'hui.

_________________


Dernière édition par Isobel Reynolds le Mar 24 Aoû 2010 - 11:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




KILLING LIES. Vide
Message(#) Sujet: Re: KILLING LIES. KILLING LIES. EmptySam 17 Avr 2010 - 18:37


Rhys fixa violemment Izzie lorsqu'elle osa ironiser en évoquant une éventuelle liaison avec sa sœur. Certes, il ne pensait pas qu'elle était capable de sortir avec un membre de sa famille mais il trouva cette remarque si mal venue que la jeune femme dut comprendre qu'elle n'avait pas intérêt à insister là dessus. Il baissa finalement la tête, excédé en l'entendant le blâmer sur son départ fait en toute discrétion. C'est vrai, il avait eu tord de partir ainsi mais ce n'était pas une raison pour que chaque personne qu'il croise lui rappelle cette erreur. Il savait qu'il avait mal agit et qu'il passait inévitablement pour un lâche mais il avait sincèrement espéré qu'Izzie, en tant que meilleure amie, aurait sût lui pardonner ce geste. Après tout, elle était l'« indépendance » personnifiée, elle pouvait parfaitement comprendre ce besoin irrépressible de tout claquer et de s'enfuir. Il finit pourtant par relever son visage vers elle et vira au rouge. Depuis le lycée ? Est-ce que sincèrement elle était en train de lui dire qu'ils se retenaient par sa faute depuis tant d'années ? Il fut enfin totalement ébranlé lorsqu'elle finit par lui apprendre qu'ils s'étaient mis en couple depuis quatre mois et qu'ils filaient tout bonnement le parfait amour sans éprouver le moindre remords pour lui. Le regard incandescent qu'il posa sur elle quand elle lui fit remarquer qu'ils n'avaient tous les deux, par contre, jamais été un couple, était si sombre qu'il était difficile de croire qu'ils puissent venir de yeux pourtant très verts. Rhys était furieux contre elle et plus encore, par ce qu'elle venait de souligner, à savoir : qu'il n'était finalement rien de particulier pour elle. Ni ex, ni amant, ni même ami, de toute évidence. Toujours aussi colérique, il lui répondit alors du tac-o-tac, sans réellement réfléchir à la portée de ce qu'il disait. « Fabuleux ! J'apprends à présent que je suis depuis des années l'obstacle à votre amour passionné ! Je savais pertinemment que partir voulait dire abandonner une grande part de ce que j'avais, tu penses que ça a été une partie plaisir pour moi ? Tu réalises un instant tout ce que j'ai eu à subir ? J'ai sacrifié pas mal de choses en partant mais je n'aurais jamais cru que cela aurait inclus notre amitié … notre lien, enfin, peu importe ce que c'est puisque de toute évidence cela ne signifiait pas grand chose. Je n'ai aucun droit sur toi, c'est exact mais j'espérais sincèrement que tu me respectais juste assez pour ne pas m'affliger une telle humiliation. » Un Blythe reste un Blythe et il était vrai que Rhys se sentait atrocement trahit et abaissé par cette liaison qu'il percevait toujours comme un véritable coup de poignard dans le dos. Peu importe la vision qu'elle portait, elle, sur leur relation, lui, il avait été persuadé de sa dimension réelle et sincère, même si elle était indéfinissable. Finalement, ne cessant de la fusiller du regard, il ajouta un ton plus bas. « De toute façon, laisse tomber. Je n'aurais jamais du venir, et peut-être même jamais du revenir du Tibet ... » Il se détourna vivement et se dirigeait déjà vers la sortie mais se souvint d'une chose. Il plongea la main dans la poche de sa veste et en ressortit le petit paquet cadeau qu'il avait voulu lui offrir. Il s'agissait d'un talisman porte-bonheur obtenu auprès d'une vieille femme tibétaine à qui il était venu en aide et qui lui avait fait promettre de l'offrir à la personne la plus importante de son existence. Rhys n'avait pas eu le moindre doute sur l'identité de la personne dont il s'agirait à l'époque et même si ce soir le cœur n'y était plus vraiment, il tenait à ce qu'elle l'obtienne. Sans se retourner, il abandonna donc le paquet sur un bac à CDs et articula difficilement sans la moindre intention sincère dans la voix. « Bon anniversaire. » Il arriva ensuite à la porte qu'il ouvrit à la volée et tomba nez à nez avec Damon. Le jeune homme était probablement passé récupérer sa petite amie et cette idée glaça le sang de Rhys. Se figeant instantanément, il dévisagea son meilleur ami avec raideur et dégoût, tentant tant bien que mal ne pas se laisser emporter par la colère. Plus facile à dire qu'à faire, surtout pour un type aussi sanguin et impulsif que Rhys. Il ne fut donc pas étonnant de le voir craquer et bousculer de sa main, dans un geste violent, l'épaule gauche de Damon. « Bravo mon gars ! Sincèrement, tu mériterais une médaille … Je pourrais peut-être te passer l'une de celles que j'ai remporté il y a quelques années, si tu veux ... Comme tu adores ce qui m'est cher. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




KILLING LIES. Vide
Message(#) Sujet: Re: KILLING LIES. KILLING LIES. EmptySam 24 Avr 2010 - 12:56


Il était prévenu bien avant que ce jour n’arrive. Isobel s’était bien fait comprendre quant à son envie de ne pas avoir droit à quelque chose de spéciale pour son anniversaire. Elle ne souhaitait aucune fête, aucun évènement particulier pour ce jour particulier. Damon s’était pliée à ses règles, ne cherchant donc pas à la contrarier en allant contre son désir mais cela ne voulait pas pour autant dire qu’il ferait comme si de rien n’était. Il s’agissait d’un jour important, quoiqu’en dise sa petite-amie sur le sujet. Il ne ferait pas de fête surprise, il n’inviterait pas les amis de la jeune femme pour crier en chœur « Joyeux Anniversaire » non…il allait agir plus égoïstement cette fois-ci. Il n’aurait Isobel rien que pour lui, durant un dîner en tête à tête. Tout ce qu’il voulait était lui faire plaisir, ils n’avaient pas l’air d’être un couple niais, bien au contraire mais un peu de romantisme ne pourrait pas faire de mal. Tout était donc prévu, il viendrait la chercher après son travail, l’emmènerait faire un tour avant de la raccompagner chez elle pour qu’ils se préparent et ensuite, ils partiraient pour un restaurant se trouvant non loin de la mer. Tout était parfait dans sa tête, rien ne pouvait faire changer ses plans.

Il avait quitté Micaela après avoir passé la matinée et une bonne partie de l’après-midi en sa compagnie. Il lui avait fait part de son idée, qu’elle semblait trouver bonne et il apprécia. Il savait que sa sœur ne portait pas facilement Izzie dans son cœur et pour être honnête, il ne comprenait toujours pas pourquoi. Certains pourraient conclure en disant qu’il ne s’agit que de jalousie, mais Damon trouverait cela ridicule et ne ressemblant absolument pas à la jeune femme. Non, elle avait bien d’autres soucis en tête que de se soucier de son frère et de son histoire avec la blondinette. Il n’avait donc pas cherché à en savoir plus du moment que les échanges entre Izzie et Micky soient cordiaux.
Le centre ville ne se trouvant qu’à quelques petites minutes d’Ocean Grove, Damon ne se pressa pas pour rejoindre Isobel, il savait qu’autrement, il serait encore à l’avance et ce n’était clairement pas son genre. La ponctualité pouvait lui faire défaut par moment, voire très souvent mais il faisait des efforts pour y remédier. Ce n’était pas les reproches qui manquaient pour lui rappeler que c’était agaçant de poiroter en attendant une personne. C’est pour cette raison qu’il jeta plusieurs fois des coups d’œil en direction de sa montre et lorsque l’heure lui indiqua qu’Izzie n’en avait plus pour très longtemps, il accéléra la cadence alors que les feux tricolores semblaient lui jouer un mauvais tour. En voilà une bonne, il n’allait tout de même pas être retardé à cause de ces foutus feux n’est-ce pas ?! Il lâcha un juron à peine audible et fit gronder le moteur quand le rouge passa au vert.
A peine une poignée de secondes plus tard, il vit enfin l’établissement où travaillait Isobel et soupira de soulagement en ne la voyant pas devant, à l’attendre impatiemment. Il gara sa voiture à quelques places de là et se dirigea plutôt tranquillement en direction du Disquaire. Un sourire commença à naitre sur son visage alors qu’il s’imaginait déjà devant la belle mais à la place, il se retrouva nez à nez avec un revenant. Bouche bée, il stoppa net sa marche, et son sourire s’évapora aussitôt. Le visage dur de son meilleur ami (ou plutôt ex meilleur ami) lui fit comprendre qu’il était au courant, Isobel avait dû lui dire. Il ne s’attendait pas à ce que cela arrive aussi vite, à vrai dire il ne s’attendait plus vraiment à revoir celui avec qui il faisait les 400 coups, à une époque. Il aurait alors préféré lui dire lui-même, concernant Isobel mais cette dernière l’avait devancé et une once de culpabilité le prit progressivement mais ce sentiment ne resta pas longtemps. « Bravo mon gars ! Sincèrement, tu mériterais une médaille … Je pourrais peut-être te passer l'une de celles que j'ai remporté il y a quelques années, si tu veux ... Comme tu adores ce qui m'est cher. » Damon recula, ne perdant pas l’équilibre malgré le coup violemment donné par Rhys. La mâchoire du militaire se serra, il n’avait aucune raison de se sentir coupable en réalité. Ce n’était pas lui qui était parti comme un voleur en laissant tout derrière lui. Il attrapa alors le bras de Rhys pour l’obliger à se retourner « T’as raison, ce sera avec plaisir. J’en prendrais certainement plus soin que toi. Tu n’es visiblement pas très doué pour te préoccuper d’autres choses que de toi-même. » Il le dégagea de son emprise, le toisant au passage. « Il fallait bien que quelqu’un s’occupe d’elle en ton absence. » Il ne parlait bien évidemment plus de la médaille. Il s’approcha dangereusement de son ex-ami et sur un ton provocateur, il ajouta : « J’étais là pour penser à elle et je continuerai à être là, que ça te plaise ou non. Il fallait y penser avant de grimper dans l’avion...mon gars. » Il termina sa phrase en lui rendant la pareille en le poussant à son tour. Son sang bouillonnait à l’intérieur de ses veines tandis que son esprit lui ordonnait de rester calme. Impulsif et bagarreur. Ce qui autrefois les rapprochait, poserait un certain problème entre eux à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




KILLING LIES. Vide
Message(#) Sujet: Re: KILLING LIES. KILLING LIES. EmptyVen 7 Mai 2010 - 16:41

Rhys s'arrêta net en sentant la poigne de son supposé meilleur ami se resserrer autour de son bras. Il fit volte-face et le fusilla du regard à ses paroles. De quel droit se permettait-il de juger la façon dont il se comportait avec ceux qui lui étaient chers ? Il était certes plus âgé que lui mais dès le départ Rhys lui avait clairement fait comprendre qu'il était hors de question qu'il s'amuse à jouer les sages avec lui. Bien sûr, de manière inconsciente, Damon avait été le grand frère que Maât n'avait jamais su être lorsqu'il faisait ses études à Columbia et qu'il s'était éloigné de toute sa famille mais Rhys n'accepterait jamais de l'avouer. Sans doute était-ce pour ça que la trahison qu'il venait de subir lui était si douloureuse. Elle venait d'un être qui lui était aussi proche qu'un membre de sa famille.
Vint alors la goutte d'eau qui fit déborder le vase, celle qui affichait le point de non-retour et qui enflamma en un instant le jeune Blythe. Indubitablement Damon cherchait le conflit direct. Jamais il n'aurait eu le culot de prononcer ces mots dans le cas contraire. Se dégageant de son emprise une fois que Damon le lui permit, Rhys sentit ses tempes battre à cent à l'heure et ses mains trembler sous la vague de colère qui venait de s'abattre sur lui. C'était comme si rien de ce qui les entourait n'existait plus, pas même la présence d'Isobel alors qu'elle était très exactement le cœur du conflit. Les mots de Damon résonnèrent dans l'esprit de Rhys avec difficulté. C'était de la provocation à l'état pur. Grossière et mesquine. Il fit un pas en arrière, comme s'il semblait jeter l'éponge mais le bref éclat de rire sans joie qui sortit de sa bouche prouva qu'il était loin de battre en retraite. Secouant la tête, il ne se laissa nullement le temps d'une seconde réflexion et encore moins le temps à Damon de réaliser ce qui lui tombait dessus car, revenant subitement vers le militaire, il lui flanqua une droite qui vint cogner violemment contre sa mâchoire. Il vit Damon vaciller et il était réellement tenté de profiter de son étourdissement pour lui asséner de nouveaux coups mais il ne le fit pas. Il se contenta de le saisir par le col de sa veste et de le tenir fermement à la hauteur de son visage, le forçant à un puissant contact visuel. Il agissait avec rapidité et détermination parce qu'il avait clairement conscience qu'il ne faudrait guère longtemps à Damon pour reprendre entièrement ses esprits. « Dis-toi bien que peu importe ce qu'il y a entre elle et toi, c'est rien comparé à ce que nous avions. Tu l'as dis toi-même, sans mon départ, ça ne se serait jamais fais. T'es qu'un Kleenex pour elle. Comme tout bon Kleenex, tu finiras rapidement parmi les ordures. En tout cas, tu y es déjà à mes yeux. » Ces mots contenaient une haine et une médisance palpables mais Rhys réussit à se calmer juste assez pour relâcher le jeune homme d'un geste sec et de faire un nouveau pas en arrière. Son champs de vision s'élargit alors et il jeta un coup d'œil glacial à Isobel. Il venait de cogner pour elle mais étrangement, il était dans un tel état d'irritation qu'il n'arrivait pas à ressentir autre chose que de la rancœur à son égard également. Après tout, il fallait bien être deux pour former un couple – aussi malsain soit-il – et même s'il ne pourrait jamais la haïr définitivement, le ressentiment et la déception qu'il éprouvait en la regardant étaient bien réels.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




KILLING LIES. Vide
Message(#) Sujet: Re: KILLING LIES. KILLING LIES. EmptyJeu 13 Mai 2010 - 12:28


Damon garda son visage impassible alors que le rire sans joie de Rhys résonna jusqu’à ses oreilles. La mâchoire serré, il n’était pas question de ne se laisser marcher dessus, même s’il s’agissait d’une personne importante. C’était désolant de voir une relation amicale forte se dégrader de secondes en secondes sans pouvoir y remédier. Rhys semblait blessé par le fait de voir ses deux meilleurs amis ensemble et Damon ne comptait pas cacher le bien être qu’il pouvait éprouver à être passé aux choses sérieuses avec Isobel. Damon avait fait son choix, persuadé ou non qu’il ne reverrait plus jamais Rhys, il avait décidé de ne plus freiner ses envies seulement pour le ménager. A partir de cet instant, quelque chose s’était brisée sans que Rhys ne le sache alors à l’époque. Mais le jeune militaire n’allait pas culpabiliser. Il n’était pas celui qui était parti du jour au lendemain sans passer un moindre coup de fil, il n’était pas celui qui s’était montré lâche, pour n’importe quelle raison que ce soit. Lui aussi était blessé au final mais il avait finit par l’accepter. Ils en étaient au point de non-retour, appuyé par le poing que Damon reçu soudainement en pleine mâchoire. Inconsciemment il s’y était attendu mais il avait pourtant espéré que la situation ne dégénère pas jusqu’à en venir aux mains. A présent, ils ne représentaient plus rien l’un pour l’autre. Il posa une main sur son menton afin de soulager la violente douleur qu’il ressentait, sentant alors le goût du sang prendre possession de sa bouche. Rhys profita de ce vague étourdissement pour l’attraper au niveau du col et obliger Damon à le regarder. Ce dernier s’exécuta sans avoir une once de regret à le fusiller du regard. Les mots qu’il lui cracha au visage eurent le don de faire monter la colère d’un cran. C’était incontestablement un sujet sensible. Il avait raison, ce n’était pas comparable. En effet, qu’importe ce qu’il y avait, au moins Damon avait le privilège d’être considéré comme le petit-ami de la jeune femme et non un vulgaire jouet qu’on prend et qu’on jette quand on veut. Rhys n’avait pas ce qu’Izzie et Damon avait et ne l’avait jamais eu. Etait-ce donc ce privilège qu’il n’avait pas qu’il le mettait dans cet état de rage ? Peut-être…ou bien était-ce encore plus profond mais Damon n’en savait rien. Rhys finit par lâcher prise sur lui. Ainsi les choses auraient pu se terminer ici mais l’un comme l’autre désirait avoir le dernier mot. Il était si remonté, si déçu aussi, qu’il ne remarqua pas Isobel et se jeta de tout son poids sur celui qu’il ne considérait plus comme son meilleur ami. « Pour le moment, c’est toi qui te retrouve sur le banc de touche. » cracha-t-il à Rhys avec méchanceté alors qu’un premier coup partit. C’était le retour à l’envoyeur sauf que Damon ne s’arrêta pas là et balança son genou contre le ventre du jeune homme. La riposte sembla immédiate et les deux anciens amis se retrouvèrent au sol, là où les mots n’avaient plus leur place et la violence, maitresse de chacun de leur mouvement. Préoccupé à donner des coups et éviter ceux de Rhys, la petite voix féminine qui se rapprochait ne l’interpella pas, alors qu’il n’entendait rien d’autre que les battements de son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Isobel Blythe
what is your secret ?
Isobel Blythe

♦ Posts : 1634
Multinicks : Lussy Cartwright.
Status : pleased.
Address : saleswoman at « Old School » (record store).
Job/Studies : maried to Rhys.


HALL OF FAME
To Do List: 23 years old.
Contact List:
RP status:

KILLING LIES. Vide
Message(#) Sujet: Re: KILLING LIES. KILLING LIES. EmptyLun 24 Mai 2010 - 16:50



La jolie blonde fixait Rhys avec une intensité anormale. Son regard était dur, tandis que les paroles de son ancien meilleur ami la blessaient aussi durement, si ce n'est plus. Elle savait que tout serait bientôt fini, il fallait juste qu'elle tienne le coup jusqu'à ce qu'il se décide à partir. Elle ne supportait pas les accusations du jeune homme mais les justifications étaient inutiles. Elle aurait voulu lui dire tellement d'autres choses pour lui faire comprendre mais elle savait très bien qu'elle ne ferait qu'empirer la situation et elle ne se sentait plus la force d'en rajouter une couche. Le regard du jeune homme lui était désagréable, il semblait à la fois trahi et en colère. Pourtant, Izzie était loin de se sentir fautive, après tout, qu'avait-elle fait de mal ? Dans sa tête, tout était bien clair. Rhys était parti sans la claire intention de revenir. Pourquoi auraient-ils du penser à lui avant de se mettre en couple ? L'idée était grossière, même risible si la situation n'était pas celle qu'elle était actuellement. D'abord irritée par son retour, la jeune femme était à présent agacée par la tournure qu'avaient pris les choses. Elle en avait marre des explications, des accusations et de tous les reproches voilés qu'ils avaient à se faire. Après avoir finit son petit discours, le jeune homme s'arrêta pour continuer à la fixer avec dureté. Izzie ne baissa pas les yeux bien que l'envie fut tentante. « De toute façon, laisse tomber. Je n'aurais jamais du venir, et peut-être même jamais du revenir du Tibet ... » Rhys revenait du Tibet, première nouvelle. La jolie blonde ne s'arrêta pas à cette information, elle le regardait juste avec un regard quelque peu plus doux, presque désolé. Elle s'en voulait qu'il pense ça car, même si elle ne l'aurait jamais avoué à ce moment précis, savoir que Rhys était de retour dans les environs la rassurait. Elle ne dit pourtant rien, le retenir à ce moment aurait été trop contradictoire, elle n'était pas encore prête pour passer à autre chose. Il commença à partir puis s'arrêta avant de déposer un petit paquet dans un bac à CD proche de lui. « Bon anniversaire. » Sans même accorder un regard à la jeune fille, Rhys passa la porte du magasin qui se referma derrière lui, laissant Izzie seule dans sa boutique. La jolie blonde ne le remarqua pas tout de suite, mais elle tremblait. Trop de pression, trop d'émotions peut-être. Elle respira un grand coup, cette confrontation était enfin finie. Elle récupéra le paquet que Rhys avait laissé à son intention et, hésitant quelques instants à l'ouvrir, elle finit par le ranger dans son sac, décidant qu'il valait mieux pour elle qu'elle l'ouvre à un autre moment. Pour l'instant, tout ce dont elle avait besoin était un peu de calme avant que Damon ne vienne la récupérer. Au moment où elle pensait à son petit ami, elle crut entendre des voix masculines à l'extérieur de la boutique. Son sang ne fit qu'un tour lorsqu'elle discerna plus nettement la voix de Rhys et celle de Damon. Cela ne présageait absolument rien de bon. Se dépêchant de ramasser ses affaires et éteignant la lumière à l'intérieur de la boutique, la jeune femme sortit rapidement dehors et se retrouva nez à nez avec une vision qui ne manqua pas de l'inquiéter. « (...) ça ne se serait jamais fais. T'es qu'un Kleenex pour elle. Comme tout bon Kleenex, tu finiras rapidement parmi les ordures. En tout cas, tu y es déjà à mes yeux. » Elle n'avait pas entendu le début de ce que Rhys disait, mais elle comprit sans difficulté que le sujet de cette discussion peu amicale, c'était elle. Elle resta quelques instants interdite sur le palier du disquaire, sans vraiment savoir quoi faire. A la vue d'une marque rouge au niveau de la mâchoire de Damon, elle sut que les deux jeunes hommes avaient déjà eu le temps d'en venir aux mains. Loin d'être flattée par le fait que deux hommes se battent apparemment pour elle, elle était plutôt inquiète pour la suite des événements. Comme elle le craignait, Damon n'attendit pas longtemps avant de répliquer par une belle droite suivit d'un coup dans le ventre de Rhys. Face à cette vision, la jolie blonde ne put s'empêcher de crier le nom de son petit ami, espérant vainement l'arrêter dans son élan. Généralement contre toute forme de violence, Izzie était déçu par les deux anciens meilleurs amis. En plus des paroles blessantes, ils avaient aussi besoin de coups violents pour faire passer le message. Elle se rapprocha d'eux en vitesse afin de stopper le plus rapidement possible cette dispute. « Damon, arrêtes ! » Elle posa la main sur l'épaule de son petit ami, essayant tant bien que mal de le faire reculer pour les séparer sans se faire aussi blesser. Au bout de quelques secondes, elle réussit à avoir l'attention de Damon qui fit quelques pas en arrière. Elle se retourna alors et rencontra le regard plein de rage et de haine de son ancien meilleur ami. Blessée par cette vision mais sentant qu'il était à deux doigts de se jeter à nouveau sur Damon, elle fit de son mieux pour arrêter tout ça. « Rhys, vas-t-en, s'il te plait. » Ses yeux à elle se faisaient suppliants tandis qu'elle espérait que le jeune homme allait mettre sa fierté de côté et partir. C'était la dernière chose qu'elle lui demandait de bien vouloir faire pour elle, c'était tout ce qu'elle avait afin de calmer la situation.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





KILLING LIES. Vide
Message(#) Sujet: Re: KILLING LIES. KILLING LIES. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

KILLING LIES.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Bayside Street & Ruelles-