AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




« Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] Vide
Message(#) Sujet: « Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] « Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] EmptyDim 14 Fév 2010 - 5:50




« Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] 2ivdx90
MAYBE ALL I WANT IS TO APOLOGIZE?
Liam K. Stanfield & Victoria Blythe


La journée avait été rude. Et longue. Et pénible. Il n'avait vu qu'un seul patient aujourd'hui alors qu'il avait passé le reste de l'après-midi à classer les dossiers qui s'empilaient déjà sur son bureau. Il n'avait pas cru que le retour au Baptist Hospital se fasse aussi abruptement et il était légèrement dépassé par les évènements. Il avait reprit son ancien statut de chef de service, mais en un an et demi, les choses avaient changé. Les patients n'étaient plus les mêmes, certains étaient guéris, d'autres s'étaient volatilisés vers un monde meilleur, paraît-il. Certaines règles semblaient avoir changé, certains formulaires supplémentaires devaient être remplis alors qu'il ne faisait rien de tout ça avant son départ. Il ne pouvait pas affirmer ne pas se sentir à sa place puisque le Baptist Hospital était toute sa vie; il s'y sentait chez lui comme nulle part ailleurs. Sans doute devait-il prendre le temps de s'installer et de se remettre à la routine pour que cette anxiété qui ne le quittait plus finisse par disparaître complètement. Il savait que ce n'était qu'utopie, bien sûr, puisqu'il était médecin et que l'était d'esprit d'un médecin se résumait au stress et à la vivacité d'esprit. Il ne pourrait sans doute jamais s'en sauver complètement et ça le tuait d'y penser.

Lorsqu'il posa les yeux sur l'heure au bas de son ordinateur, il poussa un soupir en se levant prestement. Il était déjà en retard pour récupérer Leah à l'école et il savait pertinemment qu'il se prendrait encore une crise de sa part ce qui sembla le ralentir quelque peu. Il avait déjà terminé le boulot depuis une bonne trentaine de minutes, mais il ne se voyait pas se rendre chez lui pour sortir de nouveau chercher sa fille et revenir. Évidemment, lorsque sa voiture s'arrêta au bord de la rue devant l'école de Leah, il comprit qu'il avait vu juste. Le visage furieux de sa fille l'accueillit alors qu'elle prenait place dans la voiture en lui reprochant d'être en retard alors qu'elle devait obligatoirement se rendre chez son amie pour une petite fête organisée pour son anniversaire. Liam refusa systématiquement puisqu'elle avait de l'école le lendemain et qu'il refusait qu'elle se couche à une heure impossible, surtout que les parents de la gamine se fichaient bien de savoir si elles se brossaient les dents ou si elles se couchaient à une heure raisonnable. Dix minutes plus tard, il avait flanché suite aux reproches de Leah et aux larmes de crocodile qu'elle avait laissé tomber et déposait sa fille à quelques rues de chez lui. Il ne lui résistait jamais. Il avait sans doute peur qu'elle pense qu'il était un mauvais père et comme il s'interrogeait déjà à ce sujet, il n'osait pas lui refuser ce qu'elle demandait ce qui faisait d'elle une enfant pourrie gâtée qui avait souvent tout ce qu'elle voulait. Il savait que ce n'était pas ce qu'il devait faire, mais il le faisait quand même.
    « Passes une belle... »
Soirée. Il n'avait pas eu le temps de terminer sa phrase qu'elle claquait déjà la portière en lui faisant un petit signe de la main et en courant jusqu'à la porte. Il attendit qu'elle soit à l'intérieur pour démarrer et poussa un soupir.

Ses plans pour la fin d'après-midi et la soirée avaient changé et il se versa un petit verre de vodka afin de se calmer. Il détestait quand sa fille jouait à la reine avec lui et il dut se servir un second verre afin de sentir une quelconque amélioration de son état d'esprit. L'alcool lui brûlait la gorge et lui faisait du bien et il se fichait bien de l'heure qu'il était. Il s'en versa un troisième qu'il but un peu plus calmement et sembla désormais un peu plus serein, un peu moins énervé en tout cas. Ce fut soudainement qu'il pensa à Victoria. Il avait appris, il y avait quelques jours de cela, que la jeune femme travaillait désormais dans un bureau de la ville pour une femme qu'il ne connaissait pas. Après le coup de poing qu'il avait reçu de la part de Rhys, il n'avait pas osé aller la retrouver pour démystifier un peu ce qui s'était passé entre eux. C'était surtout pour s'excuser, en fait, puisqu'il savait pertinemment qu'il s'était comporté comme un idiot, mais l'idée de la revoir en cette fin d'après-midi était forte et il avala une dernière gorgée d'alcool avant de reprendre ses clés posées sur le comptoir de la cuisine et de repartir. S'il s'était fait arrêter par un policier ce jour-là, c'était évident qu'il ne passait pas le test sur l'ébriété, mais c'était le dernier de ses soucis.

Arrivé devant le bâtiment, il arrêta le moteur en plein sur la ligne blanche qui séparait deux stationnements et ne sembla même pas s'en rendre compte. La fatigue semblait peser sur lui tout d'un coup et les verres de vodka ne semblaient rien faire pour alléger le poids de ses épaules déjà trop chargées. Il ne savait pas du tout où il pouvait la trouver et il dut demander à la réception en précisant le nom de Victoria. Il ne savait même pas qui était cette Milla quelque chose pour qui elle travaillait donc ça ne servait à rien de demander pour elle. Pourtant, il ne sut pas comment, mais dès qu'il se retourna, il vit l'homme de la sécurité derrière lui. Bordel, ils savaient communiquer par signes ou quoi? Liam n'était pas si menaçant quand même! Le neurologue fronça les sourcils alors qu'il passait une main sur son visage pour chasser la fatigue et l'alcool et se retourna finalement vers la secrétaire en répétant sa question.
    « Victoria Blythe. Elle travaille sur quel étage? »
    « Monsieur, si vous voulez bien nous suivre... Vous n'êtes pas en état de rencontrer qui que ce soit. » fit l'homme de sécurité en voulant poser une main sur l'épaule de Liam pour le forcer à le suivre. Celui-ci se dégagea brusquement.
    « Je ne demande pas son numéro de téléphone ni son adresse, je veux seulement la voir! C'est important! »
    « Je vous prierais de sortir, monsieur. »
    « Bon, très bien, je la trouverai par moi-même dans ce cas-là! Merci pour votre aide! »
Furieux, Liam avait tourné les talons et s'apprêtait à rejoindre les ascenseurs lorsque l'homme de la sécurité, toujours sur ses baskets, l'arrêta en lui prenant le bras.
    « Je vous demande de quitter immédiatement cet établissement. »
    « Vous êtes sourd? J'ai besoin de la voir, c'est important! Accompagnez-moi si vous voulez, elle vous dira qu'elle me connait et que je ne suis pas un imposteur! »
    « Vous avez bu. Et nous ne laissons pas les types dans votre genre monter sur les étages. C'est clair? »
    « Les types dans mon genre? Vous vous prenez pour qui? »
Liam avait haussé le ton et nombreux étaient ceux qui s'étaient arrêtés pour suivre l'altercation, sans doute enthousiasmés à l'idée d'avoir un peu d'action. La poigne de l'homme s'était toutefois resserrée sur son bras malgré les protestations de Liam qui lui aurait bien refilé un coup de poing si seulement il n'avait pas prédit le coup en lui retenant l'autre bras. Trop tard. Enfoiré... Liam garda toutefois pour lui ce si sublime adjectif; il avait beau avoir bu un peu, il demeurait quand même particulièrement poli; faut croire que son métier lui apprenait les bonnes manières...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] Vide
Message(#) Sujet: Re: « Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] « Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] EmptyMar 16 Fév 2010 - 21:09


« Victoria ! Où sont mes fiches ? » L’interpelée leva des yeux alarmés vers sa patronne et amie Milla Carragher. Comment ça, elle n’avait pas ses fiches ? L’émission allait donner son signal dans un quart d’heure et l’un des deux présentateurs présents sur le plateau n’avait pas ses fiches. Victoria avait exactement quinze minutes pour savoir qui prenait son temps avec ces fichues fiches. Appuyant sur son oreille où était engouffrée son oreillette portable, la jolie blonde amena le micro vers ses lèvres. « Bon sang, Marie, vous foutez quoi avec ces fiches ? Vous avez envoyé une stagiaire qui a une lenteur égale à celle d’un escargot ou quoi ? » La bonne femme de l’autre côté bougonna. Comme cette jeune fille de vingt ans pouvait-elle se permettre de lui gueuler dessus comme cela ? Le travail, lui disait sa conscience, le travail. Alors Marie soupira et annonça à la jeune Blythe qu’elle venait d’envoyer Miranda, il y a à peine cinq minutes. Victoria soupira. « Miranda. Miranda. Marie, Miranda n’est pas la personne la mieux placée pour faire un allé/retour express entre votre bureau et le plateau. » Miranda était souvent dans un autre monde, avec de grandes lunettes qui faisaient ressortir ses yeux bien trop globuleux. Son visage était doux mais elle pouvait être terriblement désespérante, par moment. Et là, il se trouvait qu’à cause d’elle, Milla se trouvait sans ses fiches pour pouvoir les relire une dernière fois et Victoria perdait peu à peu patience. Cette fille ne sera jamais embauchée de façon définitive dans les studios du B&C Show. Foi de Blythe, elle ne le sera jamais. C’était inconcevable, on avait besoin d’une équipe rapide et efficace, pas mou du genou. Or, cette Miranda était une grande spécialiste pour s’arrêter en admiration devant la première vitrine qu’elle croisera, en oubliant carrément qu’elle mettait une panique folle sur le plateau où tout se jouait. Victoria ignorait pourquoi cette gamine était là – gamine à peine plus âgée qu’elle, tout de même – mais pour l’instant, elle s’en fichait. Tout ce qui l’importait, c’était ce qu’elle avait dans les doigts. Pourquoi Marie se montrait aussi stupide, aussi ? Elle aurait mieux fait de prendre Sarah. Au moins, elle, elle était réactive, vive et très souriante. Mais non, la femme qui s’occupait de la rédaction des fiches au propre avait jugé bon d’envoyer la plus potiche de ses stagiaires pour un malheureux bout de papier. Milla commençait à furieusement s’impatienter, sous le sourire amusé de Maât qui regardait sa collègue et sa jeune sœur successivement, tout en étant dans une discussion plutôt détendue avec Micaela. Lui, au moins, il était prêt. Non pas que Victoria remettait en question ses propres qualités personnelles mais elle pestait rageusement contre la personne victime du désarroi de sa patronne. « Victoria, j’ai réellement besoin de mes fiches ! Où sont-elles ? Je ne peux pas commencer l’émission sans mes fiches, tout de même ! » Son assistante sourit légèrement d’un air embêté, mais aussi qui se voulait rassurant, tout en abaissant le micro de ses lèvres et en plaquant le porte feuille contre elle. « Pas de panique, Milla. Tu vas les avoir, tes fiches. Au pire des cas, tu pourras stimuler un problème urgent de dernière minute. » « Non, je peux pas. L’émission ne commencera pas sans moi. Et moi, je ne commencerai pas sans mes fiches. » L’anglaise croisa les bras, bien décidée à avoir ce qu’elle veut tout de suite, là, maintenant. Victoria soupira tout en levant les yeux au ciel, trouvant ce comportement guère professionnel. Malheureusement, c’était la patronne et tout le monde se devait de se soumettre à ce qu’elle avait décrété. De bonne grâce, la jeune blonde secoua la tête en même temps que la main, baissant les armes. « Je vais aller te les chercher, ces fiches. » Et tuer cette Miranda de malheur, par la même occasion, pensa-t-elle amèrement en tournant les talons et en filant aussi rapidement vers les étages où se situaient les bureaux. L’établissement était grand mais le trajet que la stagiaire devait effectuer ne devait pas être si long que cela. Et pourtant, quand Victoria arriva au bureau de Marie, elle n’avait croisé personne. Elle bouillonnait. Son sang ne fit qu’un tour dans ses veines et elle crut que le crayon qu’elle tenait entre ses mains allait se plisser en deux. « Où est Miranda ? Pourquoi je ne l’ai pas vu ? » Marie haussa les épaules, l’air désintéressé. Un peu plus et la jeune blonde ferrait passer sa colère sur elle. La bonne femme continuait à taper sur son ordinateur comme si rien n’était, comme si ça ne la concernait pas. Or, c’était sa fichue stagiaire de malheur, bon sang de bonsoir ! Retournant dans le couloir, Victoria interrogea toutes les personnes qui passaient pour avoir une réponse avant d’entendre dire qu’elle se trouvait à la cafétéria. Jetant un coup d’œil à sa montre, elle fronça des sourcils avant de taper furieusement et nerveusement contre le bouton de l’ascenseur. Pourquoi était-il si long à monter, celui-là ? Tout le monde avait décidé de se liguer contre elle, ou quoi ? A peine engouffrer dans la cage qu’elle appuya rapidement sur le bouton « Rez-de-chaussée », là où se trouvait précisément la cafétéria. Qui devait certainement être déserte puisque ce n’était forcément pas l’heure d’aller manger mais plutôt celle d’aller apporter ces papiers à leur propriétaire légitime. La jeune Blythe sortit comme une tornade, bousculant toutes les personnes qui lui barraient le passage, faisant naitre de multiples remarques. Les oreilles fermées, elle n’y fit pas gaffe avant d’entendre une voix qu’elle connaissait plus ou moins. « (...) elle vous dira qu'elle me connait et que je ne suis pas un imposteur ! » Et ce n’était pas la voix de Miranda, ça. Non, c’était une voix typiquement masculine, et qui avait plutôt l’air irrité. La jolie blonde s’arrêta pour lever le nez et sillonner les environs, recherchant alors d’où venait la source de cette voix. « Vous avez bu. Et nous ne laissons pas les types dans votre genre monter sur les étages. C'est clair ? » Victoria fronça les sourcils, reconnaissait la grosse voix d’Omar, un des gardes du corps du bâtiment. C’était le genre de type fait pour l’emploi, baraqué et menaçant mais qui se montrait très amusant et adorable qu’on le connaissait. Il prend très à cœur son rôle au sein du bâtiment et n’était jamais le dernier à donner un coup de patte. La jolie blonde s’approcha alors de l’endroit où provenait la voix d’Omar et elle s’arrêta net en voyant à qui ce dernier s’adressait. « Les types dans mon genre ? Vous vous prenez pour qui ? » Jamais elle n’aurait pensé le revoir. Après avoir vu sa maison carbonisée, Liam avait disparu du quartier, emmenant sa petite Leah avec lui. Victoria sentit ses membres se contracter et son visage se crisper avant de regarder autour d’elle et de s’avancer vers les deux hommes.

Lâches-le, Omar, je le connais. Il veut pas de mal. elle eut une pause tout en posant son regard vers sur le jeune homme. Enfin, je crois. Victoria resta un moment à observer le médecin, comme si ça faisait une éternité qu’elle ne l’avait pas vu. L’impression de revoir un fantôme, vous connaissez ? Elle commençait à en être furieusement habituée. Et même si ça ne faisait ‘que’ seulement presque deux ans qu’ils n’avaient pas été en contact, la jeune blonde se sentait étrange. Le dernier souvenir remontait à sa tête, engendrant un second. Ce qui la mettait forcément mal à l’aise. Elle avait été la plus fautive des deux dans l’histoire et s’était presque estimée heureuse qu’il n’est pas cherché à la revoir pour mettre les choses réellement au clair, ailleurs que dans le paysage de catastrophe des incendies. Mais le revoir, là, ici, à son travail, l’inquiétait soudainement. « « T’es sûre, Victoria ? Parce qu’il m’a pas l’air très net, là. » La jeune blonde hocha la tête tout en souriant faiblement avant d’attraper le bras de Liam pour l’entrainer vers la cafétéria. Elle n’en avait pas perdu son objectif premier de retrouver cette Miranda. Au moins, ça lui donnera une excuse pour ne pas croiser le regard du neurologue. Par bonheur, ils croisèrent la stagiaire qui sortait de la pièce. Victoria lâcha un moment le bras de Liam pour attraper violemment celui de la jeune femme. Miranda, si tu ne magnes pas un peu plus tes fesses en besogne, je te jures que tu pourras dire adieu à ton stage. T’as intérêt à me ramener ces fiches illico presto aux mains de Milla dans les trente secondes à venir car tu es à deux de doigts de te faire jeter. Est-ce que c’est clair ? Prise d’une panique soudaine qui lui arrivait toujours quand on la menaçait, Miranda bredouilla des excuses avant de s’envoler aussi vite que possible en voyant le regard massacrant de Victoria, qui reprit le bras de Liam pour le diriger dans un endroit plus tranquille. Et le seul endroit tranquille, à cette heure-ci, c’étaient les cuisines. Un petit rafraichement ne semblait pas être de refus pour le jeune homme. Arrivés à destination, la jolie blonde se tourna vers lui, tout en posant bruyamment son porte feuille sur le métal gris du lieu de travail des cuisiniers avant de croiser les bras. Qu’est-ce que tu fiches ici, Liam ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] Vide
Message(#) Sujet: Re: « Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] « Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] EmptyJeu 18 Fév 2010 - 5:28


Une fois la surprise passée lorsqu'il vit la jeune femme devant lui, il put la détailler rapidement du regard tout en écoutant d'une oreille distraite l'échange qu'elle avait avec le dénommé Omar. Elle n'avait pas beaucoup changé, en deux ans, si ce n'était qu'elle semblait un peu plus vieille et que sa coupe de cheveux n'était peut-être plus tout à fait la même. Elle était toujours aussi séduisante, encore plus peut-être, mais Liam savait pertinemment qu'il n'était pas venu pour ça. La petite avait réclamé de nombreuses fois sa présence, mais avait finit par se lasser de ce petit jeu en voyant qu'il n'avait pas l'intention de céder cette fois-ci. D'ailleurs, c'était à peu près la seule chose qu'il lui avait refusée en deux ans et elle savait en profiter. Elle avait bien compris que le combat était perdu d'avance même si elle n'en connaissait pas les raisons. Liam s'en voulait d'éloigner ainsi sa fille de la baby-sitter qu'elle aimait bien, mais il ne pouvait pas faire autrement. Ce qui s'était passé entre Victoria et lui devait demeurer secret aux yeux de Leah et il préférait l'en éloigner afin de s'assurer qu'ils ne recommencent pas et qu'elle n'ait pas le loisir de les surprendre. Voir sa fille réclamer la jeune femme lui avait brisé le coeur, mais il n'avait pas pu faire autrement.

Ce fut lorsque Victoria l'entraîna à sa suite qu'il eut un dernier sourire et de dernières paroles à l'écart de l'homme qui l'avait ainsi malmené.
    « Je vous l'avais bien dis, qu'elle me connaissait. »
Il la suivit sans faire d'histoires même si sa tête tournait légèrement sous la rapidité avec laquelle elle l'avait forcé à lui emboîter le pas. Il fut légèrement déstabilisé lorsqu'elle lâcha son bras et qu'elle attrapa celui d'une jeune femme qui sembla soudainement affolée. Liam fronça les sourcils alors qu'il n'osait pas s'interposer entre les deux jeunes femmes, les laissant régler leur différend sans vraiment faire attention aux paroles. Apparemment, Victoria lui donnait un ordre avec une fougue qu'il lui connaissait très bien. Elle ne s'était jamais vraiment laissé marcher sur les pieds, mais il se surprenait à apprécier la jeune femme qu'elle était devenue. Bien sûr, il avait toujours eu beaucoup d'affection pour elle, mais la voir ainsi réussir sa vie lui faisait plaisir. D'ailleurs, lorsqu'il vit l'autre jeune femme, effrayée, quitter prestement en tenant contre elle des cartons, il sut que Victoria avait gagné sa cause et qu'en moins de trente seconde, ce qu'elle lui avait demandé serait accompli.

Il était demeuré muet d'étonnement, mais lorsqu'elle l'entraîna de nouveau à sa suite, il eut un petit rire qui témoignait autant du plaisir de la revoir que de la surprise de la voir donner les ordres.
    « La pauvre, tu n'y es pas allée avec le dos de la cuillère! Sans doute l'avait-elle mérité! »
Ce ne fut que lorsqu'il se retrouva dans les cuisines, complètement désertes à cette heure-ci, que Victoria le laissa enfin libre de ses mouvements et qu'il put inspecter rapidement les lieux. Pourtant, son regard se ramenait toujours à la jeune femme alors que celle-ci semblait ne pas être vraiment contente de le voir. Ce qu'il avait pris pour de l'étonnement n'était peut-être qu'une frustration gardée trop longtemps enfouie, après tout. Victoria ne savait peut-être pas comment laisser libre cours à ses émotions et lui montrer clairement comment elle se sentait aurait peut-être été davantage plus aisé. Il n'était pas vraiment doué pour les devinettes, sauf lorsqu'il faisait son boulot. D'ailleurs, il avait vraiment l'oeil et il ne se trompait que rarement sur les examens à faire et les échantillons à analyser au labo. Pourtant, cette fois, il n'arrivait pas à voir ce qu'elle pensait réellement et le neurologue s'appuya nonchalamment sur le rebord d'un comptoir avant de prendre son temps pour lui répondre, comme s'il pensait d'abord à ce qu'il voulait lui dire. Il aurait pu se préparer un discours tout fait qu'il lui aurait balancé à la sauvette avant de prendre la fuite en espérant qu'elle n'ait pas l'idée saugrenue de le retenir, mais il n'avait eu ni le temps ni l'état d'esprit pour le faire.
    « Je suis venu m'excuser. Je sais que cette histoire devrait être bien loin derrière nous, mais je ne serai pas tranquille tant et aussi longtemps que je ne lèverai pas le voile là-dessus. » Il avait fait une pause, soudainement conscient que son regard avait accroché celui de la jeune femme pendant qu'il parlait. Il fronça donc les sourcils en fixant un point quelconque sur le mur, à une bonne distance de Victoria. « Je suis vraiment navré d'être partit sans m'être expliqué et tout compte fait, il n'y a pas vraiment d'explication plausible. »
Ces derniers mots n'étaient que murmures alors qu'il se demandait s'il devait poursuivre ou si, au contraire, la fuite était une meilleure solution. Il ne savait même pas pour quelles raisons il était venu ici et sincèrement, il était loin de penser que c'était l'idée du siècle. L'alcool le rendait peut-être plus vif d'esprit désormais alors que lorsqu'il en manquait il ne pensait plus qu'à ça, mais décidément, on l'avait bien trompé. La petite voix dans sa tête qui lui dictait sa conduite de temps à autre aurait peut-être dû se déclarer cette fois-là, non? Ne serait-ce que pour lui éviter de faire une belle connerie. Sincèrement, il avait plein de choses à lui dire, mais il redoutait sa réaction. Comment affirmer à une jeune femme de vingt ans que leur histoire n'avait duré qu'une nuit et qu'elle devait être silencieusement rangée dans le placard? Il ne savait pas ce qu'elle pensait de cette soirée-là, ils n'avaient pas vraiment eu l'occasion d'en reparler. Liam avait essayé, le soir de l'incendie, sans doute sous le coup de l'adrénaline, mais il n'avait eu qu'à s'approcher de Victoria pour que Rhys l'attaque de plein fouet avec toutes les bonnes intentions du monde.D'ailleurs, Liam ne pouvait pas vraiment en vouloir au jeune homme de ne pas lui avoir laissé la chance de s'expliquer puisque Victoria était sa soeur et que Liam avait commis une grosse bêtise. Il aurait sans doute réagi comme lui et c'était précisément la raison pour laquelle il ne lui en voulait pas. Il savait bien que leur relation serait particulièrement tendue à présent.

Faisant un pas vers elle en secouant légèrement la tête comme pour chasser ses pensées, il prit la parole à nouveau d'un ton décidé.
    « Je ne sais pas ce qui m'a pris. Sérieusement, je... Pour être honnête, je regrette sincèrement mes gestes. »
Il ne regrettait pas la nuit qu'il avait passé avec elle, mais il ne le lui avouerait jamais. C'était sans doute plus simple pour elle de penser que ce n'était qu'un égarement et qu'il regrettait tout ce qui s'était passé ce soir-là. Il ne pourrait jamais avouer qu'il avait cru voir le regard d'Alannah dans ses yeux, les cheveux d'Alannah dans la chevelure blonde de Victoria et sentir le parfum d'Alannah en embrassant son cou. Jamais il ne pourrait lui dire cela et pourtant, il en gardait de beaux mais douloureux souvenirs. Il était loin de se douter qu'il ferait une rencontre fracassante avec la mère de sa fille, femme qu'il n'avait pas vu depuis huit ans, quelques jours plus tard et il passa une main sur son visage en tentant d'y chasser la fatigue et tout le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] Vide
Message(#) Sujet: Re: « Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] « Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] EmptyJeu 4 Mar 2010 - 16:31


« La pauvre, tu n'y es pas allée avec le dos de la cuillère! Sans doute l'avait-elle mérité! » Victoria lui lança un regard noir dans le but de l'inciter à se taire. Ce n'était pas vraiment le moment de plaisanter et revoir le médecin alors que ses nerfs étaient déjà pris à vif, ce n'était pas forcément la meilleure des situations pour rigoler. D'autant plus que Liam ne semblait pas forcément dans un état très net, comme l'avait souligné Omar et pour cause. Les joues rosies et le regard un peu hagard du père de famille ne laissait pas d'autres possibilités d'excuse que l'alcool. Et puis, Victoria ne pouvait que reconnaitre quand Liam buvait puisqu'il n'avait pas non plus été très clean le soir où ils se sont retrouvés dans le même lit. La jolie blonde croisa les bras, l'air soutenu et le menton relevé, son regard froid fixant de façon critique et détaillée son interlocuteur, ce qui ne pouvait que le rendre mal à l'aise. Cependant, Liam s'appuya de manière nonchalante contre le comptoir qui se trouvait à leur côté, tout en la regardant sérieusement. La jeune Blythe put remarquer qu'il prenait son temps pour répondre à sa question, comme si cela nécessitait réflexion. Après tout, peut-être qu'il était venu de façon irréfléchie, spontanée et totalement non prévue, ce qui expliquerait pourquoi il semblait réfléchir à ce qu'il allait pouvoir lui dire. Mais, dans le fond, Victoria s'en fichait bien de savoir comment il était venu jusqu'ici, sur un coup de tête ou non. Après tout, comment a-t-il su qu'elle travaillait dans ce bâtiment là parmi les multiples que Miami compte ? Enfin, pendant une fraction de seconde, elle avait oublié qu'elle habitait à Ocean Grove. Dans ce quartier, quasiment rien ne cachait et tout se savait. Tout du moins, c'est ce qu'on en disait. Après, si cela était vrai ou pas, la jolie blonde était un peu sceptique. Et, franchement, une des mieux placées pour l'être. Autant dans le rôle de celle qui veut tout savoir sur tout le monde sans rien demander que dans le rôle de celle qui a des choses à cacher. Mais à Ocean Grove, il y avait toujours une ou deux personne(s) qui connaissai(en)t votre secret et vous vivez alors dans la crainte permanente que l'autre vous trahisse. La seule solution est alors de se faire discrète vis-à-vis de ces personnes ou, mieux, d'entretenir une relation amicale. Ou pseudo amicale. Après tout, les apparences étaient un enjeu majeur du quartier. Rien que par la vision première des bâtisses et de leurs jardins resplendissants et vous vous sentez automatiquement bien et sans danger. Et pourtant. Quand vous êtes perdu dans un quartier moisi, vous savez que vous n'êtes pas en sécurité. Alors vous êtes aux aguets, faisant attention plus qu'à la normale, tentant d'esquiver le danger. Et quand ce dernier vous tombe sur la tête, au final, vous n'êtes pas si surpris que cela ; vous vous y attendiez. A Ocean Grove, c'était carrément tout l'inverse. Tout ce joli paysage vous sécurise automatiquement, vous vous sentez bien et incroyablement à l'aise. Les voisins vous invitent à manger chez eux et vous, en échange, vous proposez de garder leurs enfants quand ils seront occupés. La confiance s'installe rapidement sans même que vous vous en rendez compte. Et bientôt, vous serez pris aux vices de ces beaux sourires et de ses plats qui s'en suivent, qui n'ont qu'un seul but : celui de vous faire craquer et de vous faire avouer tous vos pêchés et vos erreurs, vos secrets et vos écarts. Mais ceci, naturellement, vous ne l'apprenez que quelque temps après, des semaines, des mois voire des années plus tard. Mais le temps que vos yeux s'ouvrent sur ce monde si parfait et si harmonieux, vous serez déjà plongé dans le plus grand cauchemar de votre vie. Victoria savait ce que c'était ; elle était à Ocean Grove depuis qu'elle était gosse. Elle avait toujours vécu ici, puisqu'elle a vu le jour dans l'hôpital de la ville. Ses parents n'ont jamais déménagé et ne l'ont jamais voulu. Ils appréciaient bien trop ce quartier. Mais il a bien changé avec le temps, répétait sa mère (et aussi son père, quand celui-ci était vivant). Et leur jeune cadette n'ignorait pas comment. Il faisait beau d'y vivre, il y a vingt ans. Maintenant, il est clair que c'est un véritable nid de mensonges et de beaux rêves éveillés qui tournent vite aux cauchemars. Alors non, finalement, la jeune Blythe n'avait pas à se demander comment Liam avait su qu'elle travaillait ici. C'était une question, et une réflexion, plutôt stupide, en somme. Pour les habitants d'Ocean Grove, posant une question de la sorte était terriblement ridicule et complètement stupide. Alors, la jolie blonde garda les bras croisés, en attendant que le neurologue daigne enfin à commencer ses explications - si explications il y avait.

« Je suis venu m'excuser. Je sais que cette histoire devrait être bien loin derrière nous, mais je ne serai pas tranquille tant et aussi longtemps que je ne lèverai pas le voile là-dessus. Je suis vraiment navré d'être partit sans m'être expliqué et tout compte fait, il n'y a pas vraiment d'explication plausible. » Effectivement, il n'y avait pas d'explication plausible, mis à part le fait que Victoria s'était salement abandonnée dans les bras de cet homme bien trop mûr pour elle. L'histoire entre une baby-sitter et son employeur était tellement banal que bon nombre de personnes se demanderait pourquoi ils en discutent - enfin, pourquoi Liam aborde le sujet. Mais, visiblement, ça restait un sujet encore à déceler, surtout sur les causes. Mais Victoria ne plaida pas pour autant victime. Non, elle devait certainement être, et de loin, la plus coupable des deux. Elle, elle n'avait pas bu et elle aurait pu, non, elle aurait dût partir dès que Liam s'était retiré de ses lèvres. Mais non. Elle n'avait rien trouvé d'autre de mieux à faire que de se jeter sur lui, au risque que la petite Leah les découvre. Peut-être que la jolie blonde se sentait seule, à cette période-ci, elle ignorait encore réellement la cause de ce débordement qui les rendait plutôt mal à l'aise maintenant. Pourtant, l'histoire date d'il y a bientôt deux ans, la boucle devrait être bouclée depuis longtemps. « Je ne sais pas ce qui m'a pris. Sérieusement, je... Pour être honnête, je regrette sincèrement mes gestes. » Nous y voilà. Le morceau était craché et Liam passait sa main sur son propre visage, l'air las, après s'être rapproché d'elle. Victoria resta statique avant de regarder par-dessus l'épaule du jeune homme tout en soupirant faiblement.

A mon avis, c'est plus de ma faute que de la tienne. Après tout, tu n'étais pas très net alors que moi si. Un peu comme en ce moment, d'ailleurs... La jeune fille reposa son regard sur lui, un sourcil relevé par l'interrogation. T'as bu, n'est-ce pas ? La jeune Blythe garda un regard appuyé sur Liam, comme pour lui forcer de lui dire la vérité par la simple force de ses yeux. De toute façon, il n'avait pas à mentir, elle le voyait. Cela se voyait sur son visage, et Stanfield n'était pas forcément très doué pour tenir l'alcool, apparemment. Il ne devait pas être bourré, mais un peu pompette, à son avis. Victoria secoue légèrement la tête avant de reprendre la parole. Bref, je regrette aussi. Je ne sais pas vraiment s'il y a grand chose à dire sur ça mais je crois que l'affaire est close. Personne n'a jamais rien sût en deux ans, on va faire en sorte que cela perdure. De toute façon, ça n'a pas signifié grand chose, hein ? C'était juste une... une erreur. Oui, voilà, c'était une erreur. Une erreur à ne pas reproduire et à ne pas divulguer. Aussi simple que le monde. Maintenant, j'ai du travail donc si on pouvait raccourcir cette conversation, ça m'arrangerait amplement. Dans un léger sourire qui se voulait poli plutôt qu'autre chose, Victoria passa à côté du médecin pour commencer à prendre congé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




« Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] Vide
Message(#) Sujet: Re: « Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] « Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] EmptyJeu 11 Mar 2010 - 5:02

Apparemment, Victoria, contrairement à lui, semblait croire que ça ne servait à rien d'en discuter et que la boucle était bouclée. C'aurait dû être le cas, sans doute, mais Liam n'arrivait tout simplement pas à plier bagages et à oublier cette histoire. Sans doute le coup de poing de Rhys y était-il pour quelque chose puisque le médecin se rendait vraiment compte à quel point il avait pu être stupide. Victoria n'était même pas majeure, il y a deux ans, il ne savait même pas si elle l'était aujourd'hui et il comprenait après coups que son grand frère avait eu raison de le remettre ainsi à sa place. Le choc avait été dur à encaisser, mais il l'avait fait. Ce n'était pas pour rien qu'il n'avait pas sortit les poings et qu'il avait simplement posé les armes sans démentir ce qu'avait dit le frère de la jeune fille, il s'était sentit coupable. Rhys avait dit des choses qui étaient complètement fausses, mais il n'avait pas cherché à démentir, préférant suivre les conseils de Victoria et partir. Et même si cela faisait presque deux ans, Liam n'avait pas eu le temps ni l'envie d'en reparler. Ce n'était pas comme si le neurologue avait carrément fuit le problème, il en avait fuit un bien plus grand encore, à croire que tout lui tombait sur la tête sans qu'il n'y soit réellement préparé. Ça le tuait d'y penser car il se demandait encore pourquoi il était revenu et pour quelle raison il avait remis les pieds ici. Il était bien, à Jacksonville! L'hôpital, là-bas, était bien, ses collègues avaient semblé amicaux et Leah avait semblé s'y plaire après un moment. Pourquoi avait-il dû ramener ses fesses à Ocean Grove, dans ce cas-ci? Parce qu'on revient toujours au point de départ. Toujours. La maladie de son père n'était qu'une excuse pour retrouver ce qui lui avait tant manqué car il savait que sa mère pouvait prendre soin de lui convenablement. Conner. Presley. La ville entière. Ses habitants. Le Baptist Hospital. Tout lui avait manqué et il savait que même si sa fille avait tourné la page, elle s'ennuyait aussi de son ancienne vie. Il savait de toute façon que son départ n'était pas définitif.

Pourtant, lorsque Victoria voulut mettre la faute sur son dos à elle en spécifiant qu'il avait bu et qu'elle n'aurait eu qu'à jouer à l'adulte, en quelque sorte, il se rapprocha d'elle à nouveau et saisit délicatement son bras.
« Tu sais tout aussi bien que moi que l'alcool n'est pas une excuse. Et sincèrement, si... Non, laisse tomber. »
Il avait chassé d'un geste de la main quelque chose d'invisible devant ses yeux, refusant de dire réellement les paroles qui lui brûlaient les lèvres. Elle avait comprit qu'il n'était pas sobre et il ferma un instant les yeux en faisant un pas en arrière, relâchant son bras. Il savait que ça se voyait, même qu'il avait trop bu sans doute pour conduire sa voiture, mais il s'en fichait. Oui il avait bu. Bien plus qu'elle ne pouvait le croire, mais c'était comme ça. Liam avait eu besoin de s'évader, juste un peu, mais pas trop. Pas trop pour ne plus arriver à discerner les lettres et les chiffres sur les édifices, mais juste assez pour oser venir la retrouver ici et faire taire les tremblements de ses mains quand il ne buvait pas.

Il hocha la tête alors qu'elle posait délibérément son regard dans le sien comme pour le forcer à dire la vérité. Ça ne servait à rien de mentir, il le savait parfaitement puisque de toute façon, elle avait déjà compris qu'il n'était pas totalement pas sobre. Mais il n'était pas saoul, bien moins qu'il y a deux ans. Il ne commettrait pas la même erreur deux fois et il laissa ses yeux s'accrocher aux siens pendant un moment avant de répondre.
« Oui j'ai bu. Sinon, je ne serais pas ici. Je n'aurais pas eu le courage de venir te retrouver sur ton lieu de travail. J'aurais simplement attendu qu'on se croise dans la rue et que le hasard fasse le boulot à ma place. »
Il passa une main dans ses cheveux en se reculant un peu, baissant finalement les yeux afin de fuir le regard bleu profond de la jeune femme. Il avait l'impression qu'elle le jaugeait, qu'elle tentait de lire en lui et il n'aimait pas particulièrement cela. D'ailleurs, il n'aimait pas qu'on le fixe, simplement. C'était comme ça, il se sentait soudainement mal-à-l'aise et il prenait peur, surtout lorsqu'il était dans un état second comme aujourd'hui. S'il avait décidé d'entamer une petite séance de drague ou qu'il avait complètement le contrôle sur les évènements, ça ne le dérangeait pas plus que ça, mais dès qu'il sentait qu'il n'était plus le maître de la situation, il préférait qu'on regarde ailleurs.

Les paroles de la jeune femme le surprirent et il ne sut dire s'il en était blessé ou soulagé. Elle prenait ce qui s'était passé comme une erreur et c'était beaucoup plus simple, ainsi, de laisser les choses aller et d'oublier tout ça en passant par-dessus. Toutefois, il aurait aimé qu'elle s'en rappelle comme d'un bon souvenir et il savait que c'était égoïste de sa part de le demander. Il ne pouvait pas espérer qu'elle en ait parlé à quelqu'un et à vrai dire, il préférait qu'elle ait gardé cela pour elle, même si Rhys semblait être le seul qui savait ce qui s'était réellement passé entre le neurologue et sa soeur. C'était sans doute mieux ainsi. Il hocha alors la tête en tentant de se faire rassurant même si son visage trahissait ses pensées. Il venait de lui dire qu'il regrettait les gestes qu'il avait commis deux ans plus tôt, il ne pouvait tout simplement pas revenir sur sa parole en disant que finalement, il avait bien apprécié et qu'ils pouvaient se remettre ça! Ce n'était pas ce qu'il pensait, en plus, mais il ne pouvait pas se contredire autant, ce n'était tout simplement pas possible. Comment pourrait-elle le croire? Ce fut dans un murmure qu'il s'adressa à elle comme pour soutenir ses précédents propos.
« Bien sûr... C'était une erreur. Rien qu'une erreur... »
Pourtant, Victoria affirmait devoir travailler et ce ne fut que lorsqu'elle eut fait quelques pas qu'il attrapa son bras avec douceur et force à la fois pour la contraindre à se rapprocher de lui davantage. Il savait déjà, rien qu'à voir son regard posé sur lui, qu'il n'aurait pas dû. Elle avait cette même flamme dans les yeux, cette même couleur, que celle qui l'avait séduit il y a deux ans. Le même iris qu'Alannah. Il avait plaqué la jeune femme contre le mur dans l'intention de lui dire enfin ce qui demeurait sur le bout de sa langue et qu'il ravalait à chaque fois, mais ce regard avait fait s'envoler ses anciennes pensées alors que ses lèvres se posaient brièvement sur les siennes avec une passion qu'elles n'auraient pas dû exhiber. Sa main était venue se poser dans les cheveux blonds de la jeune femme, comme la première fois, mais le tout ne dura que quelques secondes alors qu'il reprenait rapidement ses esprits en s'éloignant légèrement, laissant ses mains glisser le long de ses bras pour retenir les siennes et sentir un peu plus longtemps le contact de sa peau sous ses doigts, tout en l'empêchant de le frapper. Il ferma les yeux un moment afin de reprendre contenance et finit par la relâcher. Après tout, elle pouvait bien faire ce qu'elle voulait. Qu'elle le frappe, si elle en avait envie et si c'était ce qui lui faisait plaisir. Il passa néanmoins une main tremblante sur son visage et serra le poing pour empêcher Victoria d'en prendre conscience. d'une voix grave et dans un murmure pourtant il laissa tomber quelques mots.
« Si je t'ai embrassée, ce soir-là, ce n'était pas simplement parce que j'avais bu. Tu me rappelais Alannah. Tu étais comme elle. Tu étais belle comme elle et tu... Je n'ai pas résisté à l'appel, tu comprends? Je sais que ce n'est pas une excuse et je sais que... Je pourrais avoir un verre d'eau? S'il te plaît... »
Sa question pouvait paraître farfelue et inappropriée, mais sa bouche était pâteuse d'ainsi enchaîner les confessions. Il s'appuya sur l'un des murs en tentant de se calmer, mais les mots affluaient à sa bouche comme s'ils désiraient à tout prix s'échapper. C'était à son tour de les retenir.
« Je suis désolé. Ce qui s'est passé n'aurait pas dû avoir lieu et ... Je suis désolé. » Ce n'était pas clair. Parlait-il de l'instant qu'ils venaient tout juste de vivre ou de celui qui avait eu lieu plusieurs mois auparavant, chez lui, au retour d'une soirée trop arrosée? Les deux peut-être. « Tu peux me frapper si tu le souhaites. Ou me hurler dessus... »
Il avait murmuré ces paroles sans lever la tête vers elle, tentant de conserver le peu de dignité qu'il avait encore.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





« Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] Vide
Message(#) Sujet: Re: « Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] « Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

« Maybe all I want is to apologize? » [Victoria <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-