AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-30%
Le deal à ne pas rater :
Nike Air Zoom Pegasus 38 à 61€
84 € 120 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] Vide
Message(#) Sujet: WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] EmptyDim 14 Fév 2010 - 0:41

    TRAVEL MY WAY TAKE THE HIGHWAY,
    T'HAT'S THE BEST

    Ava attendait dans la salle d’attente en s’efforçant de ne pas regarder la petite fille qui la fixait sans gêne avec des yeux ronds. Comme si elle venait qu’une autre planète ou un truc dans le genre. Mais bon, il est vrai qu’Ava était dans un piteux état. Le fait de prendre sa voiture à huit heure du matin après une longue et atroce nuit blanche pour faire des kilomètres dans le seul but de voir l’un des psychologue les plus " réputé " de Miami, oui, ça la mettait d’une humeur massacrante ! Mais bon, si cela pouvait faire plaisir à son père après tout… Elle soupira en se demandant ce qu’elle faisait ici. Oui, bien sur, elle savait qu’elle était là parce que son père s’inquiétait pour elle et que n’importe quelle personne stable psychologiquement parlant, n’aurait pas foncé dans un mur à plus de 130 km/h. Qu’était-ce que la stabilité au fond ? Elle soupira une nouvelle fois en croisant ses jambes et en regardant la montre à son poignet. Tout la dégouté en ce moment, que cela soit cette foutue montre qui marchait une fois sur deux, ou alors, son corps. Son propre corps sur lequel il y avait aujourd’hui des cicatrices pas très belles à regarder. Des cicatrices qui n’auraient jamais du exister. Ava se voyait un plan plus tôt, tranquille à Ocean Groove. Elle revoyait également ce soir terrible ou, prise d’un élan de rage ou de je ne sais quoi, elle avait commis l’irréparable. Elle ne s’en voulait même pas, c’était probablement ça le pire dans l’histoire. Elle avait pleinement conscience que ce qu’elle avait fait, moralement, et religieusement, ça ne se faisait pas et pourtant, elle s’en fichait totalement. Elle se sentait perdue. Perdue et seule. Noyée dans un tourbillon d’amertume. Ava releva soudainement la tête lorsque le psychologue arriva comme un sauveur, dans le but de comprendre ce qui se tramait au fond de son âme, dans sa conscience et son inconscient. Ava changea radicalement, et un sourire radieux se dessina sur le bout de ses lèvres. Elle avait appris à manipuler à sa guise, elle n’avait besoin d ‘aucune aide. Elle ne voulait pas raconter sa vie à qui que se soit, elle voulait seulement qu’on la laisse en paix. Elle se leva et entra dans le cabinet pour jouer le rôle de la parfaite jeune femme, le rôle de la Ava d’il y a un an. Celle qui sourit et aime son prochain. Ecœurant ! Elle resta à peine une demie heure avec le médecin qui ne semblait même pas voir a quel point la jeune femme le menait en bateaux. Lorsqu’elle sortit à l’extérieur, elle sentit une grande bouffé d’air entrer dans ses poumon. Ce cabinet puait le mensonge, l’irréel, le futile et là, elle respirait de nouveaux. Elle l’avait dit… Tout ce qu’elle voulait, c’était qu’on lui foute la paix. Son téléphone sonna et lorsqu’elle vit '' Papa '' écrit en gros, elle ne put ignorer l’appel.

      - Oui papa… Tout va très bien, Mr. Bergman à dit que je faisais d’énorme progrès et qu’il ne me restait que deux séance et tu sais, je pense qu’il a raison. Je me sens mieux, il faut que tu cesse de t’inquiéter pour moi Papa… Oh, et je serrais de retour d’ici une demie heure je pense à cet heure ci, il n’y a pas grand monde sur la route, pour l’instant je suis encore sur le parking du cabinet. A tout à l’heure.


    Toutes ces paroles n’avaient aucun sens dans la bouche d’Ava, surtout quand on voyait l’expression de son visage. Elle avait l’air blasée, dépassé et surtout épuisée. Néanmoins, elle ne voulait pas que son père s’inquiète, elle avait passé l’âge et même si cela partait qu’une bonne intention, il n’avait pas à être derrière elle à présent. Pas à 23 ans passé. Ava passa une main dans ses cheveux en s’humectant les lèvres, puis démarra la voiture de son père, la sienne étant à la casse depuis bien longtemps. En roulant, l’esprit d’Ava était ailleurs, elle pensait à tout, sauf à ce qu’il y avait devant elle, heureusement, la circulation était fluide et il n’y avait pas grand monde, elle ne risquait pas de foncer dans une autre voiture, aussi ironique que cela puisse paraitre. Ava fut cependant ramener à la réalité bien rapidement. Elle sentit comme une odeur de brulé. Elle fronça les sourcils en pensant que cela venait de l’extérieur mais non. C’était bien la voiture de son père qui cramé, ou une pièce en tout cas. Elle n’en avait aucune idée. Elle roula quelque mètre encore avant que sa pédale d’accélération refuse de marcher. Obligé donc, de s’arrêter sur le bas coté de la route. Ava sortit de la voiture et tenta d’ouvrir le capot avant, et la grosse fumée qui s’en échappa lui montra qu’elle n’avait aucune chance contre le tas de ferraille. Elle soupira en sentant la bile qui commençait à monter. Elle devait se maitriser, il était hors de question qu’elle soit encore le jouet de ses émotions. Elle ne devait pas se mettre à crier, pleurer puis rire, c’était insensé. Cependant, elle n’arriva pas totalement à se maitriser et c’est presque sans s’en rendre contre qu’elle donna un coup de pied violent sur l’une des roues avant ! Evidement, cela n’eut aucun effet sur la voiture, mais maintenant, en plus d’être seule et à des kilomètres de chez elle, Ava sautillait comme une imbécile parce que même un pneu avait eu raison d’elle !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] Vide
Message(#) Sujet: Re: WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] EmptyDim 21 Fév 2010 - 17:37


La nuit était tombée depuis quelques heures, englobant la totalité de la ville dans une douce obscurité. La route qu'empruntait Rhys n'était que faiblement fréquentée tandis qu'il revenait sur Ocean Grove après une journée passée dans le centre-ville. Ses phares lui offraient une assez bonne visibilité sur cette route faiblement éclairée par quelques lampadaires mais il conduisait aussi aisément qu'en plein jour. En effet, après avoir tenu le volant dans des régions du monde aux routes précaires et en n'ayant nulle autre lumière que celle de l'astre lunaire dans un ciel d'encre, Rhys était largement à même de conduire de nuit dans la ville de Miami.
A l'intérieur de l'habitacle s'élevait une mélodie d'un disque de Billy Joel, Uptown Girl, sur lequel fredonnait Rhys en toute innocence. Il était seul après tout et de relative bonne humeur (pour une fois depuis son retour) et il aimait tellement conduire de nuit qu'il ressentait un infime sentiment de liberté, même s'il savait qu'il prendrait fin dès qu'il garerait sa voiture. Évidemment, ce qui dut arriver arriva : des gouttes d'eau, d'abord fines et presque invisibles tombèrent sur son capot puis rapidement, ce furent de véritables trompes d'eau qui s'écrasèrent sur son pare-brise. Cessant immédiatement de chanter, Rhys se mit à rire seul : il savait qu'il était un piètre chanteur mais pas à ce point … Amusé, il augmenta le niveau de la musique mais ne persista pas à chanter : il ne voulait pas non plus être le responsable d'un déluge. Se redressant sur son siège et ralentissant sa vitesse, le jeune homme faisait de tout évidence preuve de beaucoup de concentration pour éviter le moindre accident. En effet, une route humide et une visibilité aussi faible n'étaient pas à prendre à la légère, surtout pour un Blythe. Les graves accidents de la route étaient malheureusement fréquents chez cette famille et Rhys ne tenait absolument pas à confirmer cette tendance. Ayant une légère pensée pour son père décédé au volant, il vérifia que sa ceinture était bien attachée autour de lui. Ce fut alors à ce moment qu'il perçut un élément qui l'intrigua. A plusieurs mètres devant lui, deux phares immobiles brillaient sur le bas-côté de la route. Plissant les yeux pour essayer de détecter quoique ce soit de plus, Rhys fut contraint de ralentir tandis qu'il continuait de s'approcher du véhicule en stationnement. Évidemment, il était hors de question pour lui de ne pas s'arrêter : ce n'aurait pas été chrétien, il devait aider son prochain. Une fois qu'il arriva à la hauteur du véhicule non identifié, il fut soulagé de voir qu'il n'était pas renversé ni cabossé ; il n'y avait donc pas eu d'accident. Il gara sa Land Rover derrière le véhicule et, à travers sa vitre, chercha du regard le conducteur. Il finit par voir une silhouette qui bougeait autour des pneus et en plissant les yeux, il reconnut de qui il s'agissait, sans en être absolument sûre. Que pouvait-elle faire ainsi sous une pluie diluvienne ? Baissant de moitié la musique de son véhicule, il baissa sa vitre et cria par dessus le boucan de la pluie.
« SWINTON ? »
Voyant que la personne avait relevé le menton, il comprit qu'il s'agissait bien d'elle. Assit derrière son volant, il hésita un instant à sortir : non pas spécialement à cause de la forte pluie (quoique) mais surtout parce qu'il reçu en plein visage le dernier souvenir qu'il gardait d'elle : celui dans lequel elle lui avait demandé de ne plus jamais venir la voir. Est-ce qu'après un an sans se fréquenter son ordre tenait toujours ? Sans doute. Mais Rhys pouvait-il réellement la laisser dans cette situation sans chercher à l'aider ? Certainement pas. Se promettant donc de ne pas s'imposer, il détacha sa ceinture et sortit de la voiture. Claquant la porte derrière lui, il resta quelques secondes près de sa voiture, hésitant encore à s'approcher d'elle. Finalement, pinçant ses lèvres, il s'avança vers Ava, l'échine courbée sous la pluie froide qui tombait sur lui. Quand il arriva auprès d'elle, il était déjà trempé mais ce n'était rien comparé à l'état dans lequel était la jeune femme. Cherchant son regard, il lui demanda alors, espérant ne pas se faire repousser une fois de plus.
« Un problème avec ta voiture ? »
Se penchant pour voir le devant du véhicule, il vit alors le capot relevé et grimaça, ayant reçu la réponse à sa question.
« Je crois bien que oui … »
Se retenant de rire du mieux qu'il pouvait, il fit un pas en direction de l'avant de sa voiture et désigna la zone défectueuse de la main. Retrouvant son sérieux, il prit une nouvelle fois la parole avec précaution.
« Je peux jeter un coup d'œil ? Je règle ton problème et je m'en vais aussi vite que venu, promis. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] Vide
Message(#) Sujet: Re: WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] EmptyMar 23 Mar 2010 - 14:01

    ]Ava pensait qu’l n’y avait pas de pire situation mais lorsqu’un orage éclata, elle comprit que ce jour n’était décidément pas son jour. Elle ne se plaignait que rarement mais là, elle n’avait qu’une envie, crier ! Elle souhaitait plus que tout rentrer chez elle pour prendre un bon bain et soigner son pied d’ou une douleur lancinante se faisait sentir. Elle avait besoin de se sentir bien, de tout oublier, mais elle n’y arrivait pas, elle n’en avait pas les moyens et encore moins sur cette route quasi déserte. Lorsque les premières goutes de pluies commencèrent à tomber, elle resta là ; figé devant le capot de sa voiture relevé. Etait-ce une blague de la part du bon dieu ? Vraisemblablement. Elle ne trouvait même pas la force de rentrer dans sa voiture se protéger de la pluie. Elle était juste dépitée et voulait mourir en cet instant précis. De toute façon, il n’y avait qu’à elle que ce genre de chose pouvait arriver. Ava soupira bruyamment lorsqu’elle vit le pneu droit de la voiture s’enfoncer dans la boue. Elle se retint d’éclater de rire. Un rire jaune oui, parce que là, elle se sentirait définitivement atteinte psychologiquement parlant. Elle essaya de mettre des pierres sous le pneu pour éviter qu’il ne s’enfonce d’avantage mais c’était peine perdue. Elle était trempé, elle ne pouvait même pas appeler son père pour demander un peu d’aide parce qu’il allait s’occuper d’elle comme on s’occupe d’une enfant après. Elle n’avait pas besoin de ça. Ava resta accroupie près du pneu quelque secondes et entama une prière. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas prié et puis, elle était presque certaine d’aller en enfer depuis l’année dernière, alors à quoi bon ? C’est vrai, à quoi bon ?

    Soudain, comme si finalement le seigneur venait de s’adresser à elle, elle entendit quelqu’un crier son nom. SWINTON ! Oui Swinton, c’était bien elle. Elle n’en croyait pas ses oreilles, entendait-elle des voix. Non, c’était peu probablement. Et puis cette voix… Cette voix elle la connaissait. Elle avait grandit avec cette voix et elle était prête à parier qu’elle connaissait la personne qui venait de l’interpeler. Elle n’était pas au bout de ses surprises. Elle releva le menton et en l’espace de quelque secondes, elle vit Rhys Blythe qui se tenait devant elle. La bouche légèrement ouverte, elle ne savait pas comment réagir. Après tout, il était celui qui se moquer de sa petite poitrine il y a quelque années de cela, celui qu’elle détester plus que tout au monde. Maintenant qu’elle le revoyait après avoir passé un an sans nouvelles de sa part, sans l’entendre sans le voir, il faut avouer qu’une pointe lui bruler le cœur. Un pointe lui brulé le cœur car elle se souvenait la façon dont ils s’étaient quitté pour un foutu bouquin. Elne l’aimait pas plus, mais sa haine s’était atténuée en un an. Il avait disparu de la circulation et là, l’air de rien, il se trouvait devant elle alors qu’elle pensait être foutue et obliger de passer la nuit dans sa voiture ou un truc du genre. Ava ne réagit pas, elle ne savait pas quoi dire mais le naturel allait revenir plus vite qu’elle ne le pensait. C’était comme incontrôlable. Lorsqu’il lui demanda si elle avait un problème avec sa voiture, les mots fusèrent de sa bouche et elle n’eut même pas le temps de réfléchir avant d’ouvrir la bouche.

    – Non non, j’adore rester sur la route quand il pleut des cordes. Une bonne petite pneumonie de temps en temps, c’est tellement agréable… Enfin Blythe… ça se voit quand même.

    Elle s’en voulut presque aussitôt. C’est vrai, voila maintenant plus d’un an qu’elle ne lui avait pas adressé la parole et alors qu’il était sur le point de lui proposer son aide, elle usait de sarcasme dans le but de lui montrer qu’il était idiot. Ava regarda ses pieds parce qu’elle était gênée et que son attitude était pour l’instant horrible et mal adapté compte tenu de la situation. Elle se pinça les lèvres dans le but de sortir quelque chose de plus intelligent et moins agressif mais ce fut finalement Rhys qui reprit la parole en luis proposant son aide. Ava eut du mal à le croire mais elle fi t un signe de tète pour montrer qu’elle était d’accord. Elle savait que c’était peine perdue mais si il y avait quelque chose de réparable sur cette foutue caisse, Rhys était surement mieux placé qu’elle pour y arriver. Alors que le jeune homme s’abaissa sur le capot, elle se répéta les derniers mots qu’il avait prononcés. C’était étrange, mais elle n’avait pas envie qu’il parte. Pas si vite en tout cas. Elle était la première surprise, c’est vrai, si il y a un an on lui avait dit qu’elle apprécierait la présence de Blythe, elle aurait littéralement éclaté de rire. Ava se mordilla doucement la lèvre alors qu’une centaine de question se bousculaient dans sa tète. Ou était-il parti ? Pourquoi ? Est-ce qu’il lui en voulait encore ? N’avait-elle pas était trop dure ? Elle ne comprenait pas pourquoi, après un an, son attitude changer ainsi mais Ava était une fille et par définition, une fille compliqué. Evidement, étant donné qu’elle était une Swindon avec quelques soucis et pas des moindre, elle était encore plus complexe qu’à la normale. Elle avait perdue l’envie de se comprendre, de se structurer. Sa vie ressemblait a un chaos et elle s’y baladait et en se laissant aller eu grès de ses envie et de ses émotions. Elle voulait dire à Rhys quelque chose de gentille mais a chaque fois qu’elle souhaitait se lancer, une force inexorablement la retenait. Elle ne pouvait pas, il fallait qu’elle cesse de réfléchir. Elle passa une main dans ses cheveux trempés et se pencha à son tour sur le capot.

    - Tu as trouvé ? C’est perdu d’avance, cette voiture est bonne pour la casse. Elle est à mon père, je pense qu’il me tuera une fois de retours à Ocean Groove. Il faut affronter son destin, n’est-ce pas ? Bon, la fuite serrait peut-être plus intelligente dans cette situation mais bon… On est pas tous doué pour ça, n’est-ce pas Rhys ? Elle lui jeta un regard pour voir sa réaction mais il ne dit rien. Ava sentit une bouffée de haine l’envahir et demanda franco. MAIS PUTAIN T’ETAIS OU ? T’avais pas le droit… pas le droit de fuir et de m’abandonner comme ça. Voila ce qui lui brulait les lèvres. Elle ne comprenait pas sa réaction, Rhys devait être totalement perdu…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] Vide
Message(#) Sujet: Re: WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] EmptyDim 28 Mar 2010 - 15:21

De toute évidence, Ava n'avait rien perdu de sa verve pendant l'année écoulée. Lorsqu'elle répondit à Rhys avec une ironie et un agacement palpables dans la voix, le jeune homme se mit à crainte qu'elle n'avait toujours pas décoléré à son encontre, ce qui aurait été franchement dommage parce qu'il semblait qu'il était sa seule solution de s'en sortir pour le moment. Il se contenta donc de grimacer et préféra se concentrer aussitôt sur le moteur qui fumait encore face à lui. La pluie semblait se renforcer de minute en minute et il ne voulait donc pas perdre de temps en se confrontant une nouvelle fois à Ava. Surprenant, non ? Et bien, disons que le fait qu'ils ne se soient pas vus depuis plus d'un an et que la pluie qui leur tombait sur les épaules le dissuadaient assez bien, cette fois, de partir au quart de tour également. Reportant son attention sur la voiture, il dégagea de son front quelques mèches de cheveux trempés qui lui couvraient la vue et maudissait l'oubli de sa veste. Il n'avait pourtant pas à se plaindre comparé à l'allure d'Ava qui semblait tout droit être sorti du tambour d'une machine à laver. Il n'avait pas encore remarqué son pied blessé, ce qui devait ajouter à l'état fébrile de la jeune femme mais il ne pouvait pas le savoir. Au bout d'un moment, il commença à soupçonner d'où pouvait provenir le problème et se pencha donc sur le moteur, commençant à bidouiller certains éléments avec une adresse certaine. Il avait eu à plusieurs reprises l'occasion de réparer des voitures et sa passion pour la mécanique s'était véritablement développée trois ans plus tôt, lorsqu'il était encore étudiant à l'université de Miami, grâce aux leçons improvisés d'un de ses camarades de cours. Il travailla ainsi pendant plusieurs minutes à l'aide uniquement de ses mains mais il commençait à crainte que cela serait insuffisant. Il avait plutôt besoin d'outils et d'une bien meilleure luminosité pour réussir à réparer entièrement le problème de ce moteur.
Lorsqu'Ava s'approcha de lui et du capot pour vérifier où il en était, il tourna légèrement son visage vers elle et l'écouta avec attention malgré le bruit assourdissant de la pluie. Elle semblait d'un défaitisme effarant et déjà résolue à devoir affronter son père. Il fut sur le point de la rassurer en lui disant que ce n'était pas certain, qu'il connaissait un très bon garagiste qui arriverait à réparer ce qu'il ne pouvait pas dans l'immédiat mais se retint en entendant la fin des propos d'Ava. Instantanément, son visage se durcit et il détourna le regard, croulant une nouvelle fois sous les reproches. Bon sang, pourquoi tout le monde était déterminé à lui faire regretter son départ ? C'était d'avantage son retour qu'il commençait à regretter, ces derniers temps … Il savait qu'il avait commis une erreur, qu'il avait blessé des gens mais c'était bien trop stressant de se l'entendre dire tous les quatre matins. De plus, il était agacé qu'Ava ose lui faire une telle remarque : ils n'avaient jamais été amis, il ne lui devait rien et elle non plus, pourquoi se permettait-elle de le critiquer ? Secouant la tête, partagé entre confusion et colère retenue, il se mit à s'acharner un peu plus sur le boulon qu'il essayait de revisser avec ses doigts mais cessa net lorsqu'il vit qu'Ava n'avait pas terminé ses reproches. Il fut totalement surpris de la voir hausser le ton de la sorte et il se redressa immédiatement, les mains pleines de suie, fixant Ava de son regard émeraude sans comprendre la raison d'une telle réaction. Mais lorsqu'il eut repris ses esprits, ce fut en même temps qu'une nouvelle vague de colère. Où était-il passé ? Cela ne la regardait strictement en rien, c'était elle qui l'avait rejeté sans ménagement il y a un an, de quoi se plaignait-elle ? Le regard brûlant, sa mâchoire de décrispa alors juste assez pour qu'il puisse lui répondre sur le même ton enflammé et l'expression du visage tout aussi pleine de rancœurs.
« Pas le droit de quoi ? Qui est-ce qui a demandé à l'autre de disparaître de sa vie ? J'ai suivi ta volonté et maintenant tu me fais la leçon ? Ava, je suis peut-être un lâche mais j'assume : au moins, je ne change pas d'avis comme de chemises ! C'est en partie à cause de toi, de tout ceux qui m'ont repoussé l'an dernier que j'ai plié bagages, alors je t'interdis de me faire la morale. »
C'était un coup dur qu'il assénait à la demoiselle. Ses paroles étaient violentes mais il n'en avait pas pleinement conscience, trop aveuglé par la colère. La pluie ne semblait pas vouloir le calmer, il était hors de lui mais il n'en voulait pas uniquement à la jeune femme. A cet instant, c'était toute la frustration accumulée depuis son retour, tout ce qu'il avait du encaisser en silence qui s'extirpa de ses lèvres. Nombreux avaient été les regards déçus et colériques à son encontre mais rares avaient été les compatissants. C'était donc plus fort que lui, la cocotte-minute qu'il retenait depuis plus d'un mois craquait enfin et il fallut que cela tombe sur Ava. Il le regretterait sans doute plus tard mais à ce moment précis, la jeune femme représentait un défouloir idéal. Il n'avait jamais crié sur elle de la sorte et il n'en était pas fier mais cette situation était de trop : trop inattendue, trop agressive et trop incompréhensible pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] Vide
Message(#) Sujet: Re: WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] EmptyDim 28 Mar 2010 - 17:17

    Elle serait son parfait exutoire.
    Ava se mordilla la lèvre inferieur en regardant le sol. Merde ! Qu’est-ce qui s’était passé dans sa tête pour qu’elle lui dise tout ça. Pourquoi n’arrivait-elle pas à se taire et à garder pour elle tout ce qui pouvait enclencher les conflits. Elle releva les yeux vers Rhys et pour la première fois depuis bien longtemps, elle ne ressentit pas de haine à son égard. Il brulait, il était énervé, elle le voyait bien, et c’était de sa faute comme toujours. Il s’était arrêté sous une pluie torrentielle dans le but de l’aider. « Aider », un si joli mot qui avait perdu son sens, un mot qu’elle ne comprenait plus… Elle avait besoin d’aide et elle en avait eut besoin pendant toute une année. Toute une année d’absence. Rhys était certes, une personne avec qui elle s’énerver sans cesse mais, paradoxalement, il était un pilier de sa vie. Il était un pilier qui la faisait tenir avec un certain équilibre. Mais il n’était plus, il était partit. Il l’avait abandonné elle et tout les autre et elle lui en voulait. Elle lui en voulait énormément, à tel point que ce qu’elle ressentait, il lui faudrait des semaines pour bien lui expliquer. Ava fronça les sourcils en l’écoutant. Il était blessant et elle sentit son cœur se serrer lorsqu’il dit que c’était en partie à cause d’elle. A quoi s’attendait-elle ? Au fond, elle le savait et plus que pour lui, c’est surtout envers elle qu’elle éprouvait du dégout. Mais il ne devait jamais le savoir ! Elle avait envie de pleurer, mais il en était hors de question, même si la pluie cacherait d’une facilité déconcertante ses larmes, elle ne devait pas craquer. Cela lui donnerait raison. Elle devait se forger, redevenir comme avant et tenter d’être forte. Rhys lui avait atrocement manqué, cela se lisait à l’expression de son visage. Elle avait ressentit son manque comme un abandon alors que c’était vrai. C’était vrai que c’était bien elle qui lui avait demandé de partir, de sortir entièrement de sa vie. A présent, c’était elle qui avait envie de fuir. La vérité était toujours bonne à entendre mais elle était blessante. Elle avait tellement mal que les mots ne lui venait pas à la bouche. Elle ne savait pas quoi dire. Elle n’arrivait pas à s’excuser et pourtant, c’était ce qu’il fallait faire. Ava avala difficilement sa salive. Les mots de Rhys résonnaient encore dans sa tête. Elle finirait par se détruire aussi bien mentalement que physiquement. C’est vrai, elle n’arrêtait pas de repousser ceux qui faisait entièrement partie de sa vie, ce qui l’aiderait à aller mieux. Elle avait besoin d’aide mais malheureusement, elle avait oublié la définition de ce si joli mot ; aider… Ava ne su pas quoi dire et elle resta donc quelques secondes à fixer Rhys. En tant normal elle lui aurait crié qu’elle n’avait pas besoin de lui, mais à présent, elle savait que c’était faux. Elle lui aurait crié de s’en aller, mais à présent, elle savait qu’elle n’en avait pas envie. Elle ne l’aimait pas, elle le détester, mais paradoxalement, il était essentiel à sa vie, il lui manquer. Elle dégagea son visage de quelques mèches de cheveux trempées et fit un pas en avant. Pourquoi ? Elle n’en avait pas la moindre idée et se laisser porter par ses émotions. Lorsqu’elle réfléchissait, elle faisait tout de travers de toute façon, cela ne pouvait pas être pire. Elle était si proche de lui et pourtant, elle se sentait à des années lumière. La colère, la peine, tout se mélanger et son visage exprimait une très grand tristesse. Une immense tristesse. La voix chevrotante, elle lui demanda ;

    Et tu y as cru ? Ne me dis pas que tu y as cru… Ne dis pas que c’est à cause de moi. Au diable la réflexion, cela devrait sortir tôt ou tard, il fallait qu’elle comprenne. Rhys, s’il te plait, dis moi que ce n’est pas a cause de moi. reprit-elle en le fixant dans les yeux. Elle voulait s’en dissuader peut-être ? La culpabilité était si grande qu’elle n’arrivait pas à assumer ? Autant de question sans réponses. Rhys devait être complètement largué. Tu peux t’en aller, tu perds ton temps. Tu ne devrais même pas être là pour moi et tu le sais. murmura-t-elle se fichant de savoir si Rhys l’avait entendu oui ou non. Ava jeta un œil à la voiture de son père et se souvint de l’accident. Elle secoua la tête pour tenter de s’ôter ces images de la tête. Et dire qu’elle aurait pu mourir… Mourir et perdre pour de bon tous ceux qu’elle aimait. Cette idée lui pinça le cœur et sans s’en rendre compte, n’y même réfléchir à la façon de faire, elle reporta son attention sur Rhys qu’elle serra dans ses bras sans ménagements. Elle avait besoin de le sentir contre elle pour s’excuser. Elle avait besoin de sa force. Il la détestait, rien ne changerait, mais psychologiquement, elle se sentirait probablement allégée. Son père lui avait toujours dit que le pardon grandissait l’homme et qu’il fallait s’alléger de toutes rancœurs. Rhys resterait Rhys, son ennemie du bac à sable mais à l’heure actuelle, plus que jamais, elle avait besoin de s’excuser. Les mots, elle n’arrivait pas à les sortir et pourtant, à en voir la force avec laquelle elle serrait Rhys, il ne fallait pas avoir un doctorat pour la comprendre. Cette image était fragile, cela serrait probablement la première et la dernière fois, mais elle était belle… Je suis désolée souffla-t-elle dans son oreille avant de le lâcher de peur de se faire repousser avant. Parce que ça, elle ne l’aurait pas supporté. Ava n’osa pas regarder Rhys de peur de voir cette haine qu’elle avait vu quelque seconde plutôt bruler dans ses yeux. C’est vrai, il ne la pardonnerait pas comme ça…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] Vide
Message(#) Sujet: Re: WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] EmptyVen 16 Avr 2010 - 19:24


Face à face, les deux jeunes gens se toisaient du regard et s'étaient mis à se hurler dessus, une fois de plus. C'était comme si rien n'avait changé depuis la dernière fois : ils se lançaient des reproches et se blâmaient mutuellement. Pourtant, il était évident qu'aucun des deux n'y prenait un quelconque plaisir. Ava semblait déjà regretter ses paroles et Rhys était évidemment victime de ses émotions plus qu'autre chose. Il n'en voulait pas réellement à la jeune femme : elle s'était comportée avec lui de manière tout à fait humaine. Après tout, il fallait être un super-héros psychologiquement pour réussir à supporter Rhys et ses frasques depuis de si longues années. Il lui arrivait donc de craquer et d'envoyer le jeune homme au diable, ce qui était tout à fait compréhensible ; même lui en avait pleinement conscience. Pourquoi avait-il donc prononcé tous ces reproches à son encontre ? Peut-être parce que dans le fond, il avait lui aussi besoin de lui faire comprendre qu'elle n'était pas la seule à ne plus réussir à supporter la perpétuelle tension qui les liait. C'était ainsi depuis toujours entre eux et Rhys avait certes toujours pris bien le soin de donner l'illusion de s'en amuser mais ce n'était pas totalement vrai. Il possédait un grand respect pour Ava et parfois, il se demandait à quoi ressembleraient leurs vies s'ils avaient réussi à se lier d'amitié plutôt que d'être en perpétuelle compétition et cherchant toujours le premier moyen de démolir l'autre. Mais d'un autre côté, peut-être se seraient-ils rendus compte qu'ils n'avaient vraiment rien en commun ? Ou pire : peut-être se seraient-ils lassés … ?
Quand Ava prit enfin la parole et alors que Rhys venait de prendre une profonde inspiration comme s'il se préparait à subir de plein fouet une nouvelle vague de mots sanguins, il tomba une nouvelle fois de haut. Ava, plus que d'habitude, semblait faire un circuit de montagnes russes dans ses réactions : passant d'un extrême à l'autre, le jeune homme se sentit désarmé mais n'avait pas le moindre doute sur sa sincérité. Elle semblait véritablement paniquée à l'idée d'avoir été la raison du départ du jeune homme. Il la regarda alors avec de grands yeux écarquillés, ne réussissant pas encore à remettre ses idées dans l'ordre et à lui offrir une réponse, n'importe laquelle mais qui puisse la rassurer. Ce n'était plus un jeu à cet instant : Ava paraissait totalement désemparée. Elle se mit alors à murmurer qu'il ferait mieux de partir et de l'abandonner. Il en était hors de question et il secoua vivement la tête, comme s'il ne voulait même pas entendre cette idée. Et puis quoi ? Lui faire une pancarte avec d'écrit « Oyez bandits et agresseurs, je suis seule et sans défense, venez vous amuser ! » ? Il était sur le point de lui demander d'arrêter de dire des âneries mais il fut coupé net en la sentant se blottir subitement contre lui. Sous le choc, il sentit son corps trempé contre le sien et s'en tétanisa. Jamais ils n'avaient été aussi proches mais il devait reconnaître qu'après un an sans la voir, sans lui parler, sans l'embêter, ce contact lui faisait probablement encore plus de bien qu'à elle. Maladroitement il plaça ses mains dans son dos, n'osant pas la presser plus fort, de crainte de briser la fragilité de ce moment mais il se surpris à fermer un instant les yeux et à profiter de la présence d'Ava tout contre lui. L'étreinte fut cependant de bien courte durée car la jeune femme, après s'être doucement excusée, se défit de ses bras aussi rapidement qu'elle s'y était jetée. Rhys ne dit pas un mot et se contenta de l'observer longuement, comme s'il ne réalisait toujours pas ce qui venait de se produire. Quelque chose clochait. Il ignorait quoi mais il avait la certitude qu'il devait s'agir de quelque chose d'extrêmement important pour avoir réussi à mettre la jeune femme dans un tel état. Sans avertir, il finit donc par se rapprocher d'elle et, sous la pluie battante, attrapa doucement le visage d'Ava entre ses mains pour lui faire redresser le menton et la forcer à le regarder dans les yeux. Son regard à lui était inquiet mais surtout ébranlé par le geste d'affection qu'elle venait d'avoir à son adresse alors qu'ils venaient de se disputer. D'une voix forte par dessus la pluie, il lui demanda alors sans, pour une fois, avoir l'intention de lui faire un mauvais tour. « Qu'est-ce qu'il se passe Ava ? Qu'est-ce qu'il s'est produit pendant mon absence ? » Parce qu'une chose était sûre : la Ava qu'il avait connu un an plus tôt n'avait rien à voir avec la fragile et émotive boule de nerfs qu'il avait sous les yeux. Elle semblait sur le point de craquer à chaque instant et cette vision alarmait Rhys plus qu'il n'aurait su le dire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] Vide
Message(#) Sujet: Re: WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

WELL IF YOU EVER PLAN TO MOTOR EAST [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-