AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED Vide
Message(#) Sujet: N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED EmptySam 13 Fév 2010 - 21:44

N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED 2nr1zep
N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED 157d501
« Si Dieu a fait
un monde d'amour,
vous êtes faits pour
le retrouver. »

Patrice de La Tour du Pin

► 14 Février 2011. 21H21. Maison de Scott Matthews, Apple Road, Ocean Grove, Miami, Floride, USA.

En cette soirée de la Saint-Valentin, Scott ne sortait pas. Il ne voulait absolument pas voir ni même entrevoir le moindre signe d'amour envers une autre personne en sachant pertinement que son amour pour un autre ne pouvait s'épanouir. Ces images de couples heureux et amoureux l'auraient tué encore plus rapidement qu'il ne le faisait actuellement. De plus, Etealion était parti de la maison sans vraiment donné d'explications. Le jeune Matthews se retrouvait donc seul chez lui pour la Saint-Valentin, ce qui était désespérant quand on savait tout l'amour qu'il portait en lui pour le seul qui n'est jamais compté à ses yeux. Le seul qui ait pu vraiment connaître le coeur et les pensées que Scotty portait en lui ainsi que l'amour dont il lui faisait part. Maât Blythe-Sheldon était son âme-soeur, sa deuxième moitié, le seul que Scotty ait pu autant aimé de toute sa vie. Mais aujourd'hui, il était pris et tout cet amour n'avait plus qu'à s'envoler et partir en fumée.

Le cuisinier était donc seul chez lui, simplement vétu d'un tee-shirt blanc et d'un pantalon de survêtement sous lequel il arborait son magnifique caleçon qu'il enfilait pour dormir. En clair, il était habillé "normalement" comme pour toutes le soirées "normales" qu'il passait devant sa télé avec des films "normaux". Bien que ce soir, les chaînes télévisées ont bien décidé de désespérer encore un peu plus tous les célibataires des Etats-Unis en ne proposant que des comédies romantiques. Finalement, Scotty se mit à un regarder une et resta devant se faisant un petit plateau télé pour passer une soirée pleine de détente.

Alors que le jeune Matthews se concentrait sur son film, quelqu'un sonna à la porte. Le regard bleuté de Scotty se jetta premièrement sur l'horloge de son lecteur DVD : 21H21. Qui pouvait bien sonner à une heure aussi tardive ? Il se leva donc de son canapé, sur lequel il s'était enroulé dans une couverture pour ne pas avoir froid, et se dirigea tranquillement vers son entrée.

- Scott ... C'est moi ... Maât ? Mais que pouvait-il bien faire ici ? A cette heure-ci en plus ? Ne passait-il pas la soirée son cher et tendre Gabriel, petit sénateur de Floride ? Le cuisinier se posait beaucoup de question et resta en même temps figer dans son entrée à quelques mètres de la porte. Il finit par se reprendre et s'asseya par terre son dos collant la porte d'entrée. Il ne voulait pas le voir. Pas lui qui l'avait fait tant souffrir en lui annonçant son non-célibat. En plus, pourquoi venir, spécialement le soir de la Saint-Valentin ? Maât voulait-il voir de ses propres yeux à quel point la vie sentimentale de Scotty était un véritable trou noir ? C'était le néant le plus total de ce côté-ci. Le jeune Blythe désirait-il enfoncer encore un peu plus le couteau qu'il avait déjà lancé dans le coeur de Scott à l'hôpital ? Si c'était vraiment le cas, l'ancien comateux ne devait pas le voir. Il devait avant tout se protéger et l'oublier. Scott, je sais que tu es là. Que pouvait faire Scotty ? Rester planter derrière sa porte d'entrée ne faisant aucn signe de présence alors que Maât savait très bien qu'il était chez lui. Ou bien se montrer et lui dire de partir ? C'était difficile de choisir. Ouvre-moi, s'il te plait ? Le jeune Matthews se leva et entrebailla finalement la porte d'entrée mais ses yeux restèrent cloitrés à l'intérieur afin de ne pas le voir, de ne pas s'effondrer lorsque son regard se poserait sur lui.
- Va-t-en, s'il te plait. Je ne veux pas te voir ... Pas ce soir ... Retourne d'où tu viens. Prononça-t-il dans un élan de tristesse.


Dernière édition par Scott Matthews le Dim 21 Mar 2010 - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED EmptyDim 14 Fév 2010 - 12:09


Le 14 février 2011.
En fait, les choses étaient allées très vite. J'étais, depuis novembre 2010, dans une relation "secrète" avec le Sénateur Gabriel McAllister. En soit, j'aurais du me douter dès ma rencontre avec cet homme que je finirai par sortir avec lui. Il y avait une telle alchimie entre nous, une telle attirance physique - ce n'était pas quelque chose que je pouvais nier. Gabriel avait été clair : d'accord pour se mettre ensemble (de toute façon il ne pouvait pas résister) mais personne ne devait être au courant. Personne. C'était la condition. Evidemment, nos proches étaient dans la confidence, nous avions confiance. Et puis il y avait eu le soir de trop... Il y avait un peu plus d'une semaine, j'avais eu envie de passer une petite soirée avec Gabriel qui travaillait beaucoup en ce moment. J'étais arrivé dans son bureau, repas mexicain à emporter sous le bras. [Having sex on a senator's desk ! (Ah, elle est belle l'Amérique)] Nous nousé étions laissés allés, pensant que personne ne pouvait nous voir. Mais ce n'était pas le cas. Cela faisait pluisieurs jours que Basil Lane me suivait partout, tel un paparazzi en herbe. Je ne pouvais pas l'en blâmer, nous ne nous connaissions pas et c'était un moyen comme un autre de gagner de gagner de l'argent. Il a prit des photos de Gabriel et moi en train de faire l'amour sur le bureau sénatorial et est allé voir les tabloïds. Pour le moment, seuls quelques articles avaient été publiés, sans aucun cliché - Basil devait surement faire monter les enchères pour vendre les photos à la presse histoire de se faire un bon paquet de billet.
Ou alors... Peut-être avait-il des remords ? Quelques jours après les premiers articles dans la presse, Basil était venu me trouver un jour au seuil de ma porte.



Flashback : Le vendredi 12 février 2011. 1666, Apple Road, Miami. Floride, USA.
- Monsieur Blythe. Je suis vraiment désolé, me dit-il après avoir sonné à ma porte.
- Qu'est-ce que vous voulez ? lui demandais-je de manière sêche.
- Vous avertir. Ce ne sont que des articles mais...
- Ecoutez... commençais-je en lui coupant la parole. Monsieur Lane c'est ça ? Je m'en contre-fiche de la presse. Cette histoire et un tissu de mensonges. Et vous devriez avoir honte d'essayer de foutre en l'air la carrière d'un politicien de cette façon.
- Non attendez...
- Au revoir Monsieur Lane.
- Il y a des photos !
Mais j'avais refermé la porte.
Fin du Flashback.


Maintenant, je me disais que j'aurais du l'écouter. Cela aurait pu peut-être sauver mon couple avec Gabriel non ? Non... Les choses étaient déjà compromises. Gabriel était d'une humeur massacrante. Toute sa carrière était en train de partir en fumée, tout ce qu'il avait battis après des années de combat et de dur labeur. J'avais tenté de le rassurer, de lui assurer que sa carrière n'était pas terminée - même si je ne croyais pas vraiment mes paroles. Mais c'était déjà trop tard. Il y avait deux jours, le soir même du 12 février Gabriel m'avait finalement largué. Pouvais-je l'en blâmer ? Il choisissait sa carrière plutôt que moi... Et moi ? Et bien je m'étais effondré chez moi.

Cette histoire avait eu au moins un point positif : elle m'avait permis de réaliser que ma relation avec Gabriel n'aurait jamais pu fonctionné. Même sans cette histoire d'articles de presse ou de photos, jamais Gabriel n'assumerait son homosexualité. Et moi je serais resté à l'attendre, attendre de pouvoir réellement vivre à ses côtés. Cela n'aurait pas été possible.
Et puis, tout ça m'avait permis aussi de réaliser que j'étais fait pour être avec Scott, j'étais fait pour passer ma vie avec lui, contre lui. Voilà pourquoi en cette soirée du 14 février 2011, j'étais monté dans ma voiture pour me rendre chez Scott, pour lui dire à quel point j'avais été stupide.



- Scott ... C'est moi ... Scott, je sais que tu es là. Ouvre-moi, s'il te plait ? lui demandais-je tranquillement même si je perdais patience. C'était idiot mais j'avais l'impression que je n'avais pas de temps ou plutôt que je devais rattraper le temps perdu. Vite.
- Va-t-en, s'il te plait. Je ne veux pas te voir ... Pas ce soir ... Retourne d'où tu viens.
Est-ce qu'il était obligé de tout dramatiser ainsi ? Je m'adressais une nouvelle fois à lui en soupirant : Scott arrête de faire le gosse et ouvre cette porte !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED EmptyLun 22 Fév 2010 - 20:56

N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED 2nr1zep
N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED 157d501
« Si Dieu a fait
un monde d'amour,
vous êtes faits pour
le retrouver. »

Patrice de La Tour du Pin


- Scott ... C'est moi ... Scott, je sais que tu es là. Ouvre-moi, s'il te plait ?
- Va-t-en, s'il te plait. Je ne veux pas te voir ... Pas ce soir ... Retourne d'où tu viens.
- Scott arrête de faire le gosse et ouvre cette porte !

"Faire le gosse" ! Maât n'avait trouvé que cela pour obliger son ancien amant à ouvrir la porte. Scott, toujours caché derrière la porte entrouverte, ne trouvait pas du tout qu'il ressemblait à un gamin. Au contraire, si un gamin arrivait à se retenir, qu'il ne franchissait une nouvelle limite afin de se protéger des autres et bien il faut bien avouer que cet enfant avait tout compris de la vie en avance sur son âge. Finalement, après avoir attendu quelques minutes dans le silence le plus complet de paroles, le jeune Matthews se décida à remplir le petit vide qui venait de s'installer. Il ouvrit donc sa porte en grand et son regard azuré se planta directement des les yeux de Maât.

- Voilà ! Tu es venu. Tu m'as vu. Et j'en peux plus... Alors bonsoir.

Le cuisinier se retourna, montrant son dos à son ex-petit ami, et d'un geste de la main, il repoussa sa porte d'entrée sans vraiment forcer. Croyant qu'il avait mis assez de force dans son mouvement, Scotty partit en direction du salon comme si les évènements et cette situation dérangeante avec Maât étaient enfin finis pour le reste de la soirée en ce 14 février, la journée de l'Amour.

Cette année Scott n'aurait aucun Valentin comme l'année précédente puisqu'il était dans le coma. Cependant, cela changeait des années passées. Quand on regardait de plus près, on pouvait constater que l'ancien comateux n'avait jamais vraiment été seul ce jour précis. Il avait toujours passé ses soirées en compagnie de personnes importantes telles que Etealion ou d'autres anciens petits amis et biensur Maât, l'homme qui fut le plus de fois son Valentin. Alors le voir, chez lui, en cette soirée, c'était bien trop difficile et bien trop lourd à supporter qu'il était préférable de mettre court à tout ceci.

Dans sa marche de retour vers son canapé adoré, il comprit rapidement que Maât n'était pas encore partit et qu'il s'était permis d'entrer dans sa demeure. Il se figea à nouveau, ne sachant pas ce qu'il voulait et pourquoi il insitait autant pour le voir et lui parler. Scott le sentit s'approcher de lui et pourtant il ne bougea pas d'un millimètre. D'une certaine manière, il désirait le voir et le sentir s'approcher mais d'un autre il ne le voulait pas. Il se tut donc attendant de voir ce qu'il lui voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED EmptyJeu 4 Mar 2010 - 1:23


Bêtement, j'avais imaginé que ça serait facile. Je n'avais pas vraiment réalisé tous les bagages que je trimballais derrière moi. Il m'avait trompé, je l'avais frappé, on nous avait tiré dessus, il était tombé dans le coma, je ne l'avais pas attendu pour continuer ma vie. Oui, beaucoup de bagages. Mais lorsqu'il entrevit la porte sans se montrer je compris alors exactement ce que je voulais : former un couple avec lui, reprendre notre histoire, construire ma vie autour de cet homme. En fait, je ne l'avais jamais autant voulu que ce soir.

Il planta ses beaux yeux dans les miens avant de dire : « Voilà ! Tu es venu. Tu m'as vu. Et j'en peux plus... Alors bonsoir. » Puis il referma la porte. J'eus le temps de caser rapidement mon pied dans l'entre-bâillement pour l'empêcher de se refermer, puis j'entrais dans sa maison.

Rien n'avait vraiment jamais depuis la dernière fois que j'y étais rentré, il y avait un an et demi de ça, lorsque nous étions encore ensemble. Je retrouvais les odeurs de cette maison, les couleurs, les bruits qui m'étaient familiés. Et étrangement, même si je n'étais pas bienvenue dans cet endroit, je m'y sentis à ma place et en confiance. Je m'y sentis bien.
Je m'approchais de Scott puis après avoir soupirer un coup, je trouvais le courage de m'adresser à lui pour dire pourquoi j'étais venu ce soir lui parler : « Je suis désolé de venir te déranger alors que c'est la Saint Valentin et que je me doute bien que tu n'avais pas spécialement envie de me voir aujourd'hui. » Je ne disais pas ça parce que je pensais qu'il avait quelqu'un dans sa vie et qu'il comptait passer la Saint Valentin avec cette personne puisqu'en vue de son attitude dans sa chambre d'hôpital lorsque je lui avais avoué que j'étais en couple m'avait montré qu'il tenait encore à moins. Et bien que Scott était très joli garçon et qui ne laissait personne indifférent, je me doutais bien qu'il n'allait pas trouver une nouvelle conquête en si peu de temps. Et franchement, il ne devait pas avoir envie de ça, right now. « Et je sais que de te dire ce que je compte te dire ne va pas arranger les choses en un clin d'oeil etc et tu as toutes les raisons de m'en vouloir mais je voulais quand même que tu saches que... » Je marquais un temps de pause avant de poursuivre : « Que j'ai conscience d'avoir fait une grosse connerie en restant avec Gabriel alors que tu étais réveillé alors que je sais depuis le début que c'est avec toi que je ne veux être et avec personne d'autre. J'ai fait une erreur et je m'en veux parce que je me dis que je t'ai peut être perdu à cause de ça. Je suis désolé. »

Voyant qu'il ne répondait pas, je concluais : « Et... Et je voulais te dire que je t'ai aimé du fond du cœur même si je ne te l'ai jamais dit. Et que... Et que je t'aime encore. Je t'aime Scott. » Une chose que je ne lui avais jamais dite. Mon cœur battait à la chamade.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED EmptyVen 5 Mar 2010 - 19:50

N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED 2nr1zep
N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED 157d501
« Si Dieu a fait
un monde d'amour,
vous êtes faits pour
le retrouver. »

Patrice de La Tour du Pin

Scott resta donc comme figer devant l'approche du jeune Blythe. Il ne savait plus comment réagir avec lui, maintenant qu'il était ou plutot qu'il n'était plus libre pour un peu même beaucoup d'amour de la part de son ex-petit ami. Le sentant de plus en proche de lui, le cuisinier retint un moment sa respiration comme s'il ne devait pas respirer le même air que Maât ou encore le sentir lui pour ne pas retourner encore une fois le couteau dans la plaie. Mais c'était bien trop difficile. Il se laissa donc aller et comprit finalement que le présentateur télé était bien plus proche qu'il ne le croyait parce qu'il pouvait humer cette odeur qu'il avait gravé dans sa mémoire.

- Je suis désolé de venir te déranger alors que c'est la Saint Valentin et que je me doute bien que tu n'avais pas spécialement envie de me voir aujourd'hui. Et je sais que de te dire ce que je compte te dire ne va pas arranger les choses en un clin d'oeil etc et tu as toutes les raisons de m'en vouloir mais je voulais quand même que tu saches que... Que j'ai conscience d'avoir fait une grosse connerie en restant avec Gabriel alors que tu étais réveillé alors que je sais depuis le début que c'est avec toi que je ne veux être et avec personne d'autre. J'ai fait une erreur et je m'en veux parce que je me dis que je t'ai peut être perdu à cause de ça. Je suis désolé.

Le jeune Matthews en resta bouche-bée. Jamais il ne se serait attendu à un tel discours. Cependant, avait-il réellement bien compris ce que venait de lui avouer l'amour de sa vie ? Avait-il vraiment des remords face à la situation avec Gabriel ? Scotty était encore plus perdu et finalement, il ne savait toujours pas où voulait en venir Maât.

- Et... Et je voulais te dire que je t'ai aimé du fond du cœur même si je ne te l'ai jamais dit. Et que... Et que je t'aime encore. Je t'aime Scott.

Scott se retourna brusquement et fixa son visiteur dans les yeux. Etait-il sincère ? Comment le savoir ? Si, il y avait un moyen de le savoir. Un seul auquel Scott avait très bien su réagir à l'hôpital. Il s'avança donc vers Maât. L'une de ses mains vint se placer derrière la nuque de ce dernier et ses lèvres se posèrent alors délicatement sur celles du présentateur. L'ancien comateux reproduisit la scène qui s'était déroulé au Baptist Hospital bien que cette fois-ci l'espoir venait de renaître en Scott. Un long baiser s'en suivit. Un baiser doux et passionné comme ils avaient l'habitude de le faire en privé. Le jeun Blythe revenait donc vers le cuisinier et Scotty le serra d'avantage dans ses bras tout en continuant ce délicieux baiser tant désiré depuis son réveil. Il s'écarta de son ancien amant.

- Je comprends pas... Avoua-t-il en passant ces mains dans les cheveux de celui qu'il aimait comme un fou. Un silence s'imissa dans la demeure du jeune Matthews, si l'on faisait abstraction de la télévision. Je t'aime. Je t'ai toujours aimé... Finit-il par dire d'une douce et petite voix tel un enfant.

Scotty se détacha difficilement de son homme mais il réussit à le faire afin qu'ils ne restent pas comme deux cons devant l'entrée de la maison. Il attrapa la main de Maât et se dirigea vers son canapé pour s'y installer confortablement. Il éteignit la télévision avant de porter toute son attention sur une seule et même personne. Celle qui lui avait tant manqué depuis bien trop longtemps déjà. Depuis une éternité, en fait. Une éternité qui n'avait duré que quelques mois pour Scotty sachant qu'il ne se souvenait pas de l'année 2010.

- Je t'aime, Maât. Mais j'aimerais bien comprendre pourquoi tout ça ? Pourquoi maintenant ? Qu'est-ce qui a changé ? Lui dit-il alors qu'il lui caressait la cuisse tendrement avec sa main.

Ces questions, Scotty les avait déjà posé au jeune Blythe. Le contexte fut presque le même que dans le passé. Une certaine Darla était concernée à l'époque alors qu'aujourd'hui c'était notre cher sénateur de Floride qui serait le centre de ces questions. Le cuisinier était tout ouïe pour les révélations de son homme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED EmptyDim 7 Mar 2010 - 0:03



« Et... Et je voulais te dire que je t'ai aimé du fond du cœur même si je ne te l'ai jamais dit. Et que... Et que je t'aime encore. Je t'aime Scott. » J'eus l'impression que le temps se suspendit. Scott se retourna d'un seul coup. Anxieux, je posais mes yeux dans ses beaux yeux bleus, et j'attendis le souffle court sa réaction. S'il me repoussait, je me faisais la promesse de quitter Ocean Grove, de déménager dans un appartement cosy du centre de Miami, et de me plonger corps et âme dans mon travail pour ne plus pouvoir penser une seule seconde à cette relation que j'avais ruiné. Après tout, certes Scott m'avait trompé, mais il était revenu vers moi presque en pleurs, me suppliant de lui pardonné. Je lui avais foutu mon poing dans la figure et l'avait chassé de chez moi. Je n'avais pas été l'élément déclencheur, mais j'avais jeté l'allumette dans la tâche d'huile.

Finalement, Scott s'approcha de lui et m'embrassa. Je sentis presque mes jambes lâcher sous mon poids, sous le poids du soulagement. Nous étions ensemble, j'étais contre lui. Je profitais de cet instant jusqu'à ce qu'il s'écarte pour prendre la parole. Un sourire était sur mes lèvres. « Je comprends pas... » Je ne fus pas étonné de l'entendre dire une chose pareille. Tout devait être aussi confus dans son esprit que je l'étais moi-même.

« Je t'aime. Je t'ai toujours aimé...
- Moi aussi Scott » lui répondis-je. C'était la première fois que je lui disais ces trois mots, la première fois que j'osais les dire avec autant de détermination. Oh mon Dieu, ça faisait du bien d'oser enfin les lui dire.
Je me laissais guidé sur son canapé. J'avais du mal à réaliser encore ce qu'il se passait, me dire que nous étions revenus ensemble. Mais je commensçis à me sentir progressivement à l'aise.

« Je t'aime, Maât. Mais j'aimerais bien comprendre pourquoi tout ça ? Pourquoi maintenant ? Qu'est-ce qui a changé ? » Ses questions étaient ! Seulement je ne savais pas si je parviendrai poser des mots clairs et significatifs sur ce qu'il venait de se produire. « Je... Et bien ça faisait plusieurs semaines que j'avais des difficultés à supporter ma relation avec Gabriel McAllister. Toujours devoir se cacher, ne pas assumer au grand jour. C'était dur. Et puis quelqu'un a apprit, l'a révélé à la presse. Je pensais que c'était l'occasion pour enfin être heureux avec lui tu vois... ? » Ma question était rhétorique, je n'attendais pas vraiment de réponse de la part de Scott. « Mais évidement je m'étais trompé. Gabriel a rompu avec moi, pour sauver sa carrière comme il a dit... Et j'ai alors réalisé que je n'étais pas triste. Je l'aimais mais... Je crois que j'étais soulagé que ça se termine. Je pensais trop à toi, à ce que l'on avait vécu. J'ai réfléchi à tout ça pendant des jours et j'ai alors réalisé que c'était ma dernière chance pour revenir vers toi et te présenter mes excuses. J'espérais... J'espérais que tu m'aimais toujours. Comme moi, qui n'a jamais cessé de t'aimer... »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED EmptyLun 8 Mar 2010 - 18:22

N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED 2nr1zep
N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED 157d501
« Si Dieu a fait
un monde d'amour,
vous êtes faits pour
le retrouver. »

Patrice de La Tour du Pin

- Je t'aime, Maât. Mais j'aimerais bien comprendre pourquoi tout ça ? Pourquoi maintenant ? Qu'est-ce qui a changé ?
- Je... Et bien ça faisait plusieurs semaines que j'avais des difficultés à supporter ma relation avec Gabriel McAllister. Toujours devoir se cacher, ne pas assumer au grand jour. C'était dur. Et puis quelqu'un a apprit, l'a révélé à la presse. Je pensais que c'était l'occasion pour enfin être heureux avec lui tu vois... ? Mais évidement je m'étais trompé. Gabriel a rompu avec moi, pour sauver sa carrière comme il a dit... Et j'ai alors réalisé que je n'étais pas triste. Je l'aimais mais... Je crois que j'étais soulagé que ça se termine. Je pensais trop à toi, à ce que l'on avait vécu. J'ai réfléchi à tout ça pendant des jours et j'ai alors réalisé que c'était ma dernière chance pour revenir vers toi et te présenter mes excuses. J'espérais... J'espérais que tu m'aimais toujours. Comme moi, qui n'a jamais cessé de t'aimer... Scotty souria bêtement en l'entendant dire cela. Certes ce n'était pas des excuses digne de ce nom mais c'en était quand même. Il caressait toujours la cuisse de son petit ami. Petit ami ? Etrange de redire ce mot en parlant de Maât. Etrange mais soulageant dans le sens que Scott avait attendu ce moment depuis le jour de leur séparation ou plutot depuis le moment où le jeune Blythe l'avait jetté de chez lui comme un véritable déchet dont il devait se séparer pour son bien être intérieur.
- Tes excuses sont pourries, Maât. Tu le sais aussi bien que moi. Et pourtant je m'en fou complètement car tu es de nouveau avec moi et c'est le plus important à mes yeux bien que mon réveil ait été mouvementé avec cette nouvelle qui m'a brisé le coeur. Mais je t'aime et ça je ne pourrais l'oublier ni le cacher. Alors aimes-moi comme avant. Aimes-moi et je serais heureux. Aimes-moi et je t'aimerais comme jamais car je tiens véritablement à toi.

Le cuisinier plongea ces yeux bleux dans les yeux verts de son compagnon. Il était comme submerger par tant de beauté. Maât lui avait vraiment manqué et sans doute bien plus qu'il ne le croyait. Mais cela biensur, il ne le saurait pas. Personne ne le sait et personne ne le saura sauf peut-être son journal qu'il avait écrit depuis son réveil. Bien évidement, personne ne lirait ce journal. Scott l'avait simplement posé dans sa table de chevet, étant seul dans sa chambre, personne ne viendrait fouiner dans son peit coin personnel.

Le jeune Matthews sentit alors des lèvres se collaient aux siennes. Un nouveau baiser était en train de naître et Scotty n'était pas contre. Bien au contraire, il avait attendu longtemps avant d'avoir ce magnifique et tendre baiser fougueux et non maîtrisé. Un baiser comme jamais il n'en avait eut droit. Etait-ce le fruit de leur retrouvaille qui les mettait dans un tel état ? Le cuisinier s'allongea alors sur son canapé, forcé par Maât qui venait de s'imisser entre ses jambes. C'était agréable. Très agréable. Mais Scott ne voulait pas reprendre où il en était ou du moins pas tout de suite. Il préférait prendre son temps et réfléchir quelques jours à ce nouveau changement parce que coucher avec le présentateur ne serait pas une bonne idée alors qu'ils essayaient ou plutot qu'ils étaient de nouveau ensemble. Scotty en avait très envie. Il avait une envie folle de Maât. Cependant, il se retenait. Il sentait même que son amant désirait continuer et aller plus loin. Mais lui ne voulait pas. Pas ce soir. Pas le jour où il se retrouvait. Le sexe était peut-être un bon moyen de se réconcilier. Mais aujourd'hui, cela ne serait pas convenable.

- Arrêtes, s'il te plait. Dit-il en repoussant le torse de son homme avec ses deux mains. Je peux pas. J'en ai envie. Mais je peux pas le faire. Pas ce soir. Pas après si peu de temps. Scotty fixa Maât tentant de comprendre sa réaction. Semblait-il déçu ? Peut-être. Etait-il heureux ? La question ne se posait même pas. Oui il l'était, cela se lisait sur son visage depuis qu'il l'avait embrassé plus tôt dans la soirée. Là n'était pas le problème. Le jeune Matthews voulait simplement prendre son temps pour que tous leurs problèmes trouvent une solution et qu'ils repartent sur de bonnes bases pour une raletion qu'il qualifierait de très sérieuse. Je veux bien que tu restes ce soir avec moi, par contre. Je veux te sentir contre moi et pouvoir retrouver une habitude que je pense avoir perdu avant que l'on se laisse aller à nos pulsions. Je t'aime et je veux tout bien faire pour pouvoir recommencer cette histoire commune qui me tiens tant à coeur. Tu m'en veux pas j'espère ? Demanda-t-il au final avec une moue toute douce et gentille alors qu'il avait toujours son petit ami entre les jambes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED EmptyMer 10 Mar 2010 - 12:12



« Tes excuses sont pourries, Maât. Tu le sais aussi bien que moi. Et pourtant je m'en fou complètement car tu es de nouveau avec moi et c'est le plus important à mes yeux bien que mon réveil ait été mouvementé avec cette nouvelle qui m'a brisé le coeur. Mais je t'aime et ça je ne pourrais l'oublier ni le cacher. Alors aimes-moi comme avant. Aimes-moi et je serais heureux. Aimes-moi et je t'aimerais comme jamais car je tiens véritablement à toi. » Effectivement, mes excuses n'étaient vraiment pas à la hauteur de la situation mais j'avais le mérite de me montrer sincère et de lui dire qu'honnêtement, je ne savais pas vraiment pourquoi je ne revenais vers lui alors qu'il y avait encore quelques jours, j'étais avec Gabriel McAllister. Mais avais-je vraiment besoin d'excuses valables pour expliquer pourquoi je voulais être avec lui ? L'important n'est-il pas d'avoir juste cette indescriptible envie ? Le cœur a ses raisons que la raison ne connait pas n'est-ce pas ? C'était du moins ainsi que j'avais envie de voir les choses. J'étais quelqu'un qui se pose habituellement trop de questions, qui analyse trop les choses. Alors pour une fois, j'avais sérieusement envie de me laisser aller.

Je m'approchais une nouvelle fois de Scott pour l'embrasser avec passion. Dieu, que j'aimais le contact de ses lèvres contre le mienne. Et ce petit goût qu'il avait. Tous mes sens s'activaient et je retrouvais des sensations que j'avais tenté d'oublier. Un an et demi. Nous revenions de loin. Une rupture brutale, une fusillade, un an de coma... Mais au contraire, toutes ces épreuves me montraient que si nous étions encore capables de se retrouver après tant de temps, c'était sûrement que nous étions effectivement faits pour être ensemble n'est-ce pas ?

Me laissant submergé rapidement par la passion, je poussais doucement mais surement Scott en arrière pour qu'il retombe sur un des canapés qui se trouvaient dans son salon. Mécaniquement, je m'allongeais sur lui, le bassin entre ses jambes puis continuais avec un peu plus d'insistance mon baiser. Rapidement et naturellement, je commençais à me sentir à l'étroit dans mes sous-vêtements - autant être honnête et le dire : j'avais terriblement envie de lui. Gabriel avait été un très bon amant, mais il fallait avouer qu'il n'égalait pas Scott dans l'art du lit. Personne n'égalait Scott.

Tout d'un coup, Scott mit fin à notre baiser puis me repoussa tranquillement avec ses mains avant de de m'expliquer : « Arrêtes, s'il te plait. Je peux pas. J'en ai envie. Mais je peux pas le faire. Pas ce soir. Pas après si peu de temps. » J'ouvris la bouche, étonné par ce que je venais d'entendre. C'était inattendu, et je fus rapidement amusé par la situation, un sourire d'étonnement se dessinant sur mon visage. J'étais amusé par cette situation parce que cela me rappelait ce que Scott avait l'habitude de me dire, à savoir que j'avais toujours été - si on en venait à nous comparer - à toujours et tout le temps avoir envie de lui, tout le monde à le désirer. Tout le temps à vouloir lui faire l'amour. Scott s'amusait souvent à dire que j'étais un "obsédé", mais il ne s'en plaignait pas pour autant. Voilà pourquoi je n'en voulais pas du tout à Scott de cette réaction, en soit, nous reprenions juste nos habitudes. « Euuuh, d'accord ! Je comprends. Tu veux que je rentre chez moi et on se revoit demain... ? » Ma question était un peu maladroite mais je ne savais pas comment m'y prendre pour lui dire que je comprennais, que l'on prendrait tout le temps nécessaire dont il avait besoin.

« Je veux bien que tu restes ce soir avec moi, par contre. Je veux te sentir contre moi et pouvoir retrouver une habitude que je pense avoir perdu avant que l'on se laisse aller à nos pulsions. Je t'aime et je veux tout bien faire pour pouvoir recommencer cette histoire commune qui me tiens tant à coeur. Tu m'en veux pas j'espère ?
- Bien sûr que non, je ne t'en veux pas ! Je comprends » lui assurais-je avec un autre sourire avant de reposer mes lèvres sur les siennes pour l'embrasser doucement. « C'est d'accord je reste dormir avec toi ce soir... Par contre... » Je me relevais pour ne pas rester entre ses jambes, une position qui m'excitait particulièrement et avec laquelle j'aurais le plus grand mal à me "tenir" si je n'y mettais pas un terme. La situation me fit rire.
Je me levais puis le regardais en demandant : « Et si on mangeait quelque chose ? Je meurs de faim ! »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED EmptyLun 15 Mar 2010 - 22:19

N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED 2nr1zep
N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED 157d501
« Si Dieu a fait
un monde d'amour,
vous êtes faits pour
le retrouver. »

Patrice de La Tour du Pin

- Arrêtes, s'il te plait. Je peux pas. J'en ai envie. Mais je peux pas le faire. Pas ce soir. Pas après si peu de temps.
- Euuuh, d'accord ! Je comprends. Tu veux que je rentre chez moi et on se revoit demain... ?
- Je veux bien que tu restes ce soir avec moi, par contre. Je veux te sentir contre moi et pouvoir retrouver une habitude que je pense avoir perdu avant que l'on se laisse aller à nos pulsions. Je t'aime et je veux tout bien faire pour pouvoir recommencer cette histoire commune qui me tiens tant à coeur. Tu m'en veux pas j'espère ?
- Bien sûr que non, je ne t'en veux pas ! Je comprends. Ces lèvres touchèrent encore une fois celles de Scotty pour le grand plaisir de ce dernier. Si Maât comprenait plus rien n'avait d'importance. C'est d'accord je reste dormir avec toi ce soir... Par contre... Le jeune Matthews rigola en entendant le "par contre" que son homme reprit à son compte. Il se retira alors de Scott où il était allongé entre ses jambes depuis quelques minutes déjà. Il se leva du canapé et regarda le cuisinier. Et si on mangeait quelque chose ? Je meurs de faim !

Scotty fixa l'homme qu'il aimait de ses magnifiques yeux bleus. Il n'avait plus faim. Son plateau télé lui avait suffit. Cependant, il avait faim de ses baisers, de sa peau, de son odeur et de tout son être. Il lui avait tellement manqué que l'ancien comateux aurait pu dévorer Maât en une seul bouchée car il faut bien avouer qu'il était très appétissant. Scott le dévorer du regard depuis qu'il lui avait tout avouer concernant son retour vvers lui. Il lui appartenait à nouveau comme auparavant lorsqu'ils étaient heureux ensemble dans le meilleur des mondes.

- Je suis désolé mais j'ai déjà manger. Lui répondit-il avec son air désolé que Maât devait maintenant reconnaître parmi tputes les facettes que Scotty avait pu lui montrer alors qu'ils étaient encore ensemble. Si tu veux manger quelque chose sers-toi. Ah oui, j'avais oublié... La cuisine et toi ça fait deux. Bon laisse-moi quelque minutes et je te fais un truc rapide. Après tout je sais ce que tu aimes. J'ai pas zappé tes goûts durant les quelques mois de notre séparation. Enfin pendant l'année. Scotty se sentit légèrement gêné. Il ne se souvenait que de a fin de 2009 et du mois de janvier 2010 jusqu'à ce qu'il se fasse tiré dessus. Le reste n'était qu'un énorme trou noir contrairement au jeune Blythe qui se rappelait de tout et qui avait vécu cette année 2010.

Tous deux partirent alors en direction de la cuisine, alors que Maât s'installait confortablement au niveau du bar qui donné sur le salon, le cuisinier s'attaqua à un petit plat vite fait et très bien fait pour lui. Tout d'abord, il sortit une bouteille de vin blanc pour fêter leur retrouvaille ainsi que deux verres à pied qu'il remplit derechef lorsque la bouteille fut débouchonnée. Puis il retourna au fourneau. La soirée se déroula magnifiquement bien malgrès les dernières tensions que les deux hommes avaient pu entretenir de puis le réveil miraculeux de Scott fin janvier 2011. Ils s'étaient retrouvés et c'était évidement le plus important.

► Onze jours plus tard. 25 Février 2011. 09H01. Maison de Scott Matthews, Apple Road, Ocean Grove, Miami, Floride, USA.

Une nouvelle nuit venait de passer depuis que Maât et Scott étaient revenu ensemble et autant dire que presque tout le monde était au courant. Cette nouvelle avait vite fait le tour du quartier. Les ragots allaient bon train lorsque c'était des bonnes nouvelles. De toute façon, tous les ragots se propageaient à une vitesse grand V et personne ne pouvait les contrôler. Certes, Scotty avait prévenu sa famille mais ne l'avait pas fait envers Etealion qui était encore dans l'ignorance d'après lui. Conner le lui aurait peut-être dit. Le cuisinier ne le savait pas.

Aujourd'hui ou plutot, la nuit dernière, les deux hommes s'étaient laissé aller. Ils avaient fini par recoucher ensemble et finir dans le même lit, nu sous la couette du jeune Matthews. Après avoir patienté quelques jours, Scott n'avait pu se tenir plus longtempscar Maât était ce qu'il désirait plus que tout. Un désir avait entrainé une pulsion et une pulsion avait concrétisé leur nuit de retrouvaille sexuelle. Et cette nuit passée était aussi magnifique que dans les souvenirs de l'ancien cuisinier voire mieux encore.

Le cadet de la famille Matthews se réveilla en premier en ce 25 février 2011. Il attendait une révélation depuis hier soir. Et oui, Romain, le meilleur ami de son homme, avait gaffé. ll lui avait révélé les intentions de Maât envers leur relation plus que passionnelle et fusionnelle. Il étai donc impatient de l'entendre dire les mots qu'il voulait entendre. Mais en attendant, il se colla au dos de Maât et déposa quelques baisers sur cette partie de son corps pour le réveiller tout en douceur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED EmptyVen 19 Mar 2010 - 21:08



« Et si on mangeait quelque chose ? Je meurs de faim ! » En réalité, je n'avais pas mangé quelque chose depuis le déjeuner et j'étais de ces hommes qui ne loupent jamais un repas sous peine de subir des crampes d'estomac, leur organe digestif se plaignant violemment d'être privé de nourriture plus de cinq heures. Je devais l'avouer : j'aimais manger, j'aimais les bonnes choses. Et heureusement pour moi, je ne prenais pas trop de poids et arrivais à me maintenir à une corpulence et une santé alimentaire correcte.

Malheureusement pour moi, Scott avait déjà mangé. Je fus soulagé en l'entendant se souvenir que j'étais une terrible cordon bleu - quoi que, au fil des mois et depuis décembre 2009 j'avais commencé à prendre le temps de cuisiner, suivre des recettes et faire des expérimentations culinaires. Le résultat s'avérait plutôt convainquant.
« La cuisine et toi ça fait deux. Bon laisse-moi quelque minutes et je te fais un truc rapide. Après tout je sais ce que tu aimes. J'ai pas zappé tes goûts durant les quelques mois de notre séparation. Enfin pendant l'année.
- En fait... » commençais-je pendant que Scott se dirigeait vers la cuisine où je le suivais. « Je me débrouille plutôt bien depuis quelques temps... » J'haussais les épaules. « Enfin je fais des efforts pour m'y mettre vraiment, je commence à en avoir marre de claquer des milles et des cents dans des commandes pour un traiteur ou dans de la cuisine de plats individuels préparés prêts à être réchauffés au micro-onde. » Je m'approchais d'ailleurs lui pour me coller dans son dos, puis murmurer à son oreille : « Enfin rassure-toi, je suis bien loin d'arriver à ton niveau dans le domaine culinaire... » Je déposais plusieurs baisers dans son cou, et soupirais intérieurement : cela allait être dûr de me contenir et me retenir de lui sauter dessus.

25 Février 2011. 09H01. Maison de Scott Matthews.

Je n'eus pas besoin de me retenir longtemps. Depuis plusieurs jours, Scott et moi passions beaucoup de temps ensemble et nous ne nous séparions que pour que je puisse me rendre à mon boulot pendant qu'il vaquait à ses occupations dans la journée. J'aimais beaucoup ce rythme de travail, mais je devais avouer que je commençais à sentir la fatigue s'accumuler au fil des jours, voilà pourquoi je devenais de plus en plus une espèce de marmotte humaine, à dormir toujours plus longtemps dans le lit de Scott ou le mieux.

Mais plus particulièrement, j'adorais être réveillé presque tous les matins par Scott qui s'amusait à m'embrasser partout sur le visage pour me tirer de mon sommeil. J'ouvrais alors les yeux, en clignant doucement plusieurs fois des paupières sans comprendre dans un premier temps ce qu'il m'arrivait. Scott s'obstinait à dire que j'étais particulièrement craquant au réveil. Mais je continuais à penser que je devais avoir une tête vraiment laide au réveil.

« Bonjour toi... » dis-je doucement à mon amant, réalisant alors que j'étais nu dans son lit, ce qui me fit sourire. Je me rapprochais de lui pour coller mon corps au sien, tout en fermant une nouvelle fois les yeux, encore ensommeillé.
Je m'étirais, la tête dans les coussins puis commençais à lui embrasser le cou. « Au fait... J'ai quelque chose... à te demander... » Je me redressais tout en soulevant la couette pour me mettre à califourchon sur Scott tout en faisant attention à ne pas m'assoir de tout mon point sur son bas-ventre. « Alors euh... Je ne sais pas si ça va te faire plaisir. Et tu vais surement trouver ça rapide. Mais j'en ai envie. Donc... » Je marquais un temps de pause pour trouver mes mots : « Donc si tu trouves ça trop hatif, saches que tu peux refuser hein. Et je ne t'en voudrais pas. Je comprendrais totalement. Et ça serait bien quand même hein...
- Maât accouche... soupira Scott.
- Ouais. Ouais, "Maât arrête les discours". Scott... Estcequetuveuxemménageravecmoi ? » J'aurais dû le dire encore plus "hachi-parmentier", histoire d'être certain que Scott ne comprenne rien.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED EmptyDim 21 Mar 2010 - 15:08

N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED 2nr1zep
N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED 157d501
« Si Dieu a fait
un monde d'amour,
vous êtes faits pour
le retrouver. »

Patrice de La Tour du Pin

Depuis quelques jours déjà, Scotty s'amusait à le réveiller en douceur avec de long et doux baisers qu'il entreprenait sur la partie supérieur du corps de Maât. Passant de son dos et son torse à son visage, il prenait un malin plaisir de faire ces gestes. Aujourd'hui n'était donc pas une exception à cette petite régle Scotttytienne du matin. Finalement, après un nombre incalculable de baisers fournis, le jeune Blythe se réveilla en douceur.

- Bonjour toi... Dit-il nu dans le lit de Scott. Il le laissa s'éveiller convenablement, le regardant s'étirer et surtout se coller à lui. Au fait... J'ai quelque chose... à te demander... Alors que son homme venait de se mettre à califourchon sur lui, Scotty, dans un simple geste automatique, déposa ses mains sur les deux cuisses de Maât et les caressa en attendant la suite. Alors euh... Je ne sais pas si ça va te faire plaisir. Et tu vais surement trouver ça rapide. Mais j'en ai envie. Donc... Donc si tu trouves ça trop hatif, saches que tu peux refuser hein. Et je ne t'en voudrais pas. Je comprendrais totalement. Et ça serait bien quand même hein...
- Maât accouche... Le cuisinier soupira. Il savait ce que le présentateur voulait lui demander. Mais l'attente de l'entendre prononcer ces paroles était insupportable et Scotty ne pouvait dire "oui" avant qu'il lui est posé la question.
- Ouais. Ouais, "Maât arrête les discours". Scott... Estcequetuveuxemménageravecmoi ?
- OUI ! Répondit-il dès que l'homme qui partageait son lit eut finit. Réponse rapide. Cependant, Scott connaissait déjà l'interrogation du jeune Blythe avant qu'il en lui pose. Merci Romain !

Le jeune Matthews se redressa alors avec toujours Maât à califourchon sur lui. Il se mit à sa hauteur bien qu'il soit toujours un peu plus grand. Puis il l'embrassa passionnément, passant ses bras dans son dos pour le serrer encore plus contre lui. Plus jamais, ils ne se sépareraient à partir de maintenant. Leur amour était plus fort que tout et Scotty était l'homme le plus heureux en cette matinée de février. Il allait enfin vivre avec l'homme qu'il considérait comme celui de sa vie. Il ne pouvait rêver mieux pour son avenir.

- Je t'aime. Et je veux vivre avec toi.

Il l'embrassa à nouveau en le faisant basculer sur le côté. Scotty se retrouvait entre les jambes de son homme. Il était bien et une envie folle de lui s'aventura dans son esprit et se matérialisa au niveau de son entre-jambe. Maât ne prostesta pas, le cuisinier laissa donc libre court à son imagination pour la suite et embrassa, en premier, les douces lèvres de son petit ami avant de descendre vers son torse puis encore plus bas. Après le sexe de réconciliation, voici le sexe d'approbation !




TOPIC TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED Vide
Message(#) Sujet: Re: N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

N°1818 ► « My Love For You Almost Killed Me ... But It Is Eternal. » [Maât B-S.] ENDED

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-