AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Demon Slayer – Coffret (T19 + Roman N°02) en ...
Voir le deal
15.99 €
Le Deal du moment : -45%
Logitech MX Keys PLUS – Clavier ...
Voir le deal
59.99 €

Partagez | 
 

 ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » Vide
Message(#) Sujet: ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » EmptyMar 2 Fév 2010 - 19:00

« The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! »
    ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » 47342377 ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » 56204416

La nuit était déjà tombé depuis longtemps. L'inspecteur Matthews n'avait pas vraiment vu le temps passer. Il était passé vingt et une heure quand il prit conscience de l'heure qu'il était, grâce au coup de fil de Lyann, cette dernière l'avait fait sortir de toute la paperasse qu'il rangeait, sinon Conner n'aurait même pas prit conscience que la nuit était déjà tombée.

~ Ouais ?! très classe comme réponse, n'est-ce pas ? Conner était fatigué, sans compter le mal de chien qu'il avait à la tête. Ce qui le mettait de mauvaise humeur.
~ Ouais ?! Qu'est-ce que tu fous Conner ? Ca fait deux heures que je t'attends !
~ J'ai énormément de travail, je tente de le finir dès aujourd'hui pour être tranquille demain et revenir à l'heure normal. A-t-il ajouté sèchement.~ Tu reviens vers quelle heure ?
~ Je n'en sais trop rien, je n'ai même pas la moitié de fait. Ne m'attend pas. Sa voix était revenue à son ton normal, bien qu'elle restait encore grave.~ Bon... D'accord. Je t'aime.
~ Oui moi aussi.Il déposa son blackberry sur le bureau. Accouder sur le bureau, la tête mise entre les mains. C'est ainsi que Freddie McCluskey découvrit son ami, qui est aussi l'ancien patron de Conner.
___________________
~ Alors, on fait des heures supplémentaires ? Disait l'homme en s'avançant dans la salle. Conner reconnu la voix de son chef, un large sourire s'installa sur le visage de Conner qui releva sa tête. ~ Est-ce que j'ai le choix ?! Répondit-il en pointant la pile de dossiers à côté de lui. ~ Tu fais la paperasse des autres maintenant ? Ricana le chef des pompiers. ~ Fred' ! Tu crois que j'ai que ça à faire ? Le lèche-botte ? C'est MA paperasse, j'ai pris un sacré retard avec mon petit frère, je me suis montré présent pour lui. Il en avait besoin. Ajoutait l'inspecteur en se levant, pour aller faire la bise à son ami.
~ Tu lui dois bien ça, il a été présent lorsque tu en avais besoin.
~ Parlons d'autre chose. Zven, il se débrouille ? Demandait Conner qui avait cédé sa place à ce fameux Zven.
~ Tu n'avais pas tort sur son compte ! Il sait se faire respecter aussi ce gars ! Mais bon, il n'est pas meilleur que toi ! Quoi que... Rigola Freddie. Les deux hommes continuèrent à parler pendant environ une bonne heure. Lorsque Freddie quitta le bureau, Conner reprit ce qu'il faisait avant le coup de téléphone de sa petite amie. Il finit par terminer de ranger et classer les dossiers vers minuit et cinquante, seulement. Conner quitta son bureau pour aller retrouver sa belle, bien que cette dernière aurait fini par se coucher et dormirait déjà. Et comme à son habitude, Conner se glisserait auprès d'elle, ne pouvant s'empêcher de la regarder dormir.


00h03.
Conner était concentré sur la route. Sachant qu'à cette heure-ci, il avait plutôt intérêt à faire gaffe. Certains jeunes quittaient les boîtes de nuit relativement tôt pour des raisons différentes : Soit ils étaient déjà trop bourrés et ne savent plus bouger un membre sans vaciller, soit ils sont faucher et ne savent plus s'offrir de verres, ou alors ils se font complètement chier et repart chez eux. Des imbéciles il y en avait partout. La preuve Conner en avait un devant lui. La voiture accélérait, ralentissait, s'arrêtait, accélérait, partait à gauche, ralentissait, partait à droite, s'arrêtait encore. Conner perdit patience, et enclencha les sirènes de la voiture. L'automobiliste en face de lui mit du temps à se mettre sur le bas côté, mais y est parvint tout de même. L'inspecteur se gara à son tour et prit soin de fermer la porte à clef. Il s'avança vers le véhicule et donna deux coups à la fenêtre.

~ Papiers du véhicule s'il vous plaît... Lorsque Conner porta son regard vers la personne, il fut surpris de découvrir Jovan, une sorte « d'ami », au volant. Ce dernier empestait l'alcool, l'ancien alcoolique qu'était Conner n'avait pas besoin de lui faire passer tous les tests bidons, il n'avait pas besoin de ça pour s'en assurer. Les sourcils froncer Conner ouvrit la portière de la voiture : Sors ! Dégage de cette voiture ! Conner ne laissa pas vraiment le choix à Lennon. Il lui avait attrapé le bras pour l'aider, ou plutôt pour le tirer hors de la voiture. Tu n'es qu'un con de prendre le volant dans ton état. Conner l'insultait, mais s'était sa façon à lui de montrer qu'il s'inquiétait pour lui. Jovan s'était un peu comme un autre petit frère, Conner ne peut s'empêcher de vouloir le protéger. Il lui doit bien cela après tout.


Dernière édition par Conner D. Matthews le Dim 28 Mar 2010 - 14:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » Vide
Message(#) Sujet: Re: ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » EmptySam 6 Fév 2010 - 0:30

22h52, ce soir-là

Attablé à la table de la cuisine, Jovan tapotait son téléphone dans sa main droite -sa main gauche soutenant sa tête et toute sa loudeur. Les yeux dans le vague, fixant le réfrigérateur, l'esprit de Jovan marchait comme des warnings : ira? ira pas? ira? ira pas? Il ne savait pas ce qu'il allait faire ce soir. Mais il avait vraiment envie de faire quelque chose, parce que sinon il allait rester des heures à fixer le réfrigérateur en pensant à tout ce qui était arrivé ces derniers temps : la perte de Nobody, son histoire avec Jeylhan, et puis la fin de cette histoire. Si il n'y avait qu'une seule chose positive, c'était bien le fait qu'il avait trouvé du boulot, et qu'il n'était plus obligé de passer du temps à faire les petites annonces. Alors certes, ce n'était pas bien payé, mais c'était quand même bien mieux que rien.
D'un coup, le téléphone vibra, faisant sursauter Jovan et le sortant de ses pensées.
[ Je suis chez Tim. Rejoinds moi. Y a de l'ambiance. ]
Quelques mots d'un copain, et hop, Jovan ne pensait plus qu'à une chose "ira". Il se leva alors, remit correctement en place la chaise, sortit de la cuisine. Il attrapa rapidement les clefs de sa vieille voiture, prit au passage une veste, et ferma la porte d'entrée à clef. S'engouffrant dans sa voiture, Jovan mit en route la musique, et sourit. Il allait sans doute passer une soirée digne de ce nom!



23:57, ce soir-même

Le regard agare, le visage terne, les yeux rouges et gonflés. Voilà la dégaine qu'avait Jovan une heure après être arrivé à la fête, et il avait fallut pour ça boire quelques bières, et quelques vodka -oui, Jovan ne tenait pas l'alcool, et en plus de celà, il avait trouvé le moyen de bien boire-.
Emméché, Jovan sourit à une fille qui se tenait devant lui. Une bouteille dans la main droite, sa main gauche dans sa poche, il échangeait quelques mots à la fille. Et après lui avoir glissé deux mots à l'oreille, lui faisant renifler ainsi la bonne odeur de l'alcool, Jovan réussit à attraper ses clefs.
Hey mec! Tu vas pas repartir maintenant? T'as vu dans quel état t'es? t'es défoncé!

Et laisse moi tranquille! Tu t'es vu toi?

Sur ce, l'autre type pouffa de rire
ouais t'as raison. Fais gaffe quand même, les flics ils se feraient un plaisir de t'arrêter!
Pas un "fais gaffe, tu risques de tuer quelqu'un" ou un "fais gaffe, tu vas te tuer." Non, juste un "fais gaffe aux flics." Comme quoi l'alcool vous rend vraiment stupide.



0:03, quelques minutes plus tard


Les deux mains fixes sur le volant, Jovan regardait la route avec une très grande attention, du moins avec le peu d'attention qu'avait un type bourré. La route filait parfois à droite, parfois à gauche, et pourtant, il était sûr qu'elle était droite. C'était vraiment désagréable comme sensation. Et puis, il s'emmêlait les pinceaux. Il voulait freiner, mais accélérait. Il voulait accélérer, et freinait. A celà s'ajoutait une vision assez trouble des choses. Comme c'te poubelle sur le bas côté, il y en avait bien deux? Deux accolées. Comme chez tout les autres voisins. Et Jovan qui se disait "ils vivent à combien dans ces barraques pour avoir autant de poubelles? et c'est qui cet enfoiré qui met sa musique stridente à fond?". Il scruta la route. Il ne voyait rien. Si ce n'est cette lumière aveuglante dans le rétro. Il ouvrit la fenêtre, et se mit à hurler.
- Baisse ta musique put*in!!
Il referma alors la vitre, et remarqua quelque chose qu'il n'avait pas bien vu jusque là: cette lumière et cette musique venaient du même véhicule, et venaient précisément d'une voiture qui le suivait déjà depuis quelques rues. Les flics sans doute, Tim avait raison.
Il tourna le volant, et s'arrêta sur le bas côté. Il n'eut pas le temps de dire ouf qu'un flic vint taper contre sa vitre, demandant ses papiers. Jovan eut du mal à ouvrir la vitre, et quand enfin il trouva le bouton, il sentit la portière s'ouvrir à la volée, et se sentit extirpé de la bagnole.
- Oh oh! râle-t-il.
Il leva alors les yeux vers le flic présent, et le reconnut aussitôt: Conner Matthews. Amusé, le visage de Jovan s'illuma d'un grand sourire en le reconnaissant, et s'abaissa quand celui-ci l'insulta de con pour avoir conduit dans cet état. Jovan poussa son bras gauche afin de s'extirper de l'emprise de Conner, et dit alors avec un sourire.
- Relaxe inspecteur Conner! J'ai rien fait de mal! Juste fait un peu la fête.. Y a rien de mal à ça!.. Toi par contre, tu devrais plus souvent t'amuser, parce que tu dois vraiment t'ennuyer là!
Sur ce, il adressa une charmant sourire à Conner. Un sourire qui en disait long sur la dose ingurgitée d'alcool.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » Vide
Message(#) Sujet: Re: ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » EmptyDim 7 Fév 2010 - 20:39

« The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! »
    ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » 47342377 ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » 56204416


Il sentit la main de Jovan lui repousser son bras. Conner lâcha finalement Jovan et son regard vint croiser celui de Lennon. Des yeux gonflés avec un arrière fond rouge. Ce visage, Conner il l'avait détesté. Il avait haï son propre visage. Combien de glaces n'a-t-il pas brisées en voyant son image se refléter.

      ► Octobre 2009. 06h45. Maison de Conner Matthews, Miami, USA.
      Comme à son habitude Conner s'était réveillé dans son canapé, une bouteille de Jack Daniel bloquée dans une de ses mains. À peine fut-il réveiller, que le pompier portait la bouteille à ses lèvres pour en ingurgiter le reste. Il s'était ensuite levé pour monter les escaliers d'un pas lent. Ce n'était pas l'alcool qui le faisait « ralentir » mais la légère dépression dans laquelle il s'était mis. Il n'avait plus gout à rien sauf à l'alcool qui le faisait « tenir ».

      Arriver à l'étage Conner s'était dirigé vers la salle de bain. Ou à peine entrer, il avait retiré les vêtements qu'il portait. Il prit soin de faire couler de l'eau chaude pour prendre une bonne douche. L'eau à bonne température il se mit sous l'eau. Conner n'y resta pas des heures, ni un quart d'heure, mais suffisamment de temps pour en ressortir propre. Une serviette autour de la taille, il porta son regard vers la miroir. Ses cheveux tout ébouriffés, une barbe de trois jours, des yeux gonflés, des yeux rouges ses pupilles un peu dilater. Mais surtout ses traits qui le marquaient de jour en jour. Des traits forts prononcé au niveau des yeux, des pommettes et un peu vers la mâchoire. Plus il se regardait et plus il sentait une boule se former dans son estomac. Il ferma les yeux un instant et finit par attraper sa brosse à dent. Une fois l'haleine fraîche, bien que l'alcool se faisait toujours sentir il releva le menton vers la glace. Ce fut comme l'aspect de lui-même en trop. Son poing se serrait et partit éclater le miroir. Les morceaux de verres tombèrent dans l'éviter, d'autre au sol ou encore sur le plan de travail. Conner ferma les yeux, sentant les larmes lui venir aux bords des yeux. Il était énerver, mais tellement déprimé à la fois. Plus les jours passaient et plus il avait l'impression que son seul ami était sa bouteille. Alors que les autres avançaient, lui Conner avait l'impression de reculer. Conner tenta de se calmer, les yeux de nouveaux ouverts, mais river sur sa main qui laissait de grandes traînées rouges sur l'avant bras et des tâches sur le carrelage de la salle de bain. Après avoir fait le con en frappant du verre, il soigna sa main, cependant n'ayant aucun désinfectant il descendit dans le salon et prit la bouteille d'alcool. Il fit couler le liquide sur la plaie, les dents serrées dû à la douleur, Conner prit quelques gorgées hors de cette nouvelle bouteille et termina de soigner sa main.
      ► Retour au présent.


~ Relaxe inspecteur Conner! J'ai rien fait de mal! Juste fait un peu la fête.. Y a rien de mal à ça!..
~ Je le sais bien, que tu n'as rien fait de mal, du moins ce n'est que mon avis, cela aurait été un autre flic, il t'aurait déjà coffré ! Et t'aurait fait passer tous les tests qui ne servent à rien et il t'aurait collé une amende ! Alors, fête ou non, j'en ai rien à foutre Jovan. Non seulement tu mets ta vie en péril, mais tu mets celle de n'importe qui d'autre, ainsi que la mienne ! Ajoutait l'inspecteur, furieux. Comment discuter avec un jeune homme bourrer ? Ils croient bien faire alors que dans le fond ils ne font que de grosses conneries.
~Toi par contre, tu devrais plus souvent t'amuser, parce que tu dois vraiment t'ennuyer là!
~ Oh mais crois-moi Jovan, je sais m'amuser ! En général je me fais une joie d'arrêter les petits connards dans ton genre qui roulent en étant bourré, je leur mets la pression et les fait chier jusqu'au commissariat.

Un petit sourire se dessina sur le visage de l'inspecteur. Conner venait encore de l'insulter, mais que voulez-vous, il était comme ça, vulgaire dans ses paroles lorsqu'il est un peu énerver. L'ancien pompier en voulait à Jovan d'avoir reprit sa voiture dans un tel état, alors que lui, lorsqu'il était alcoolique, l'idée de prendre sa bagnole ne lui aurait même pas traversé l'esprit. L'aînée des Matthews avait bien sûr remarquer se sourire charmeur s'implanter sur le visage du jeune Lennon. Il ne prêta pas une plus grande attention. Conner passa devant Jovan afin de retirer les clefs de la voiture et il ferma cette dernière. Il gardait dans sa main droite le petit trousseau de clefs, qui au bout d'un petit moment de réflexion, il tendit à Jovan.

~ Je te laisse tes clefs, mais je te raccompagnerais chez toi, pas question que tu reprennes ta poubelle dans ton état. Dit-il en rigolant. Jovan possédait en réalité une assez jolie voiture qui dans même pas dix ans, vaudrait trois à quatre fois son prix de départ. ~ Tu empestes l'alcool à des kilomètres, tu as bu combien de verre ?! Demanda Conner. Le relent d'alcool lui rappelait tellement de mauvais moments qu'il était difficile pour l'ancien alcoolique de ne pas grimacer à l'odeur que dégageait l'haleine de Jovan. Il reprit parole avant même que Jovan ait pu le faire. ~ Enfin comment peux-tu savoir le nombre de verre que tu as bu, je suis sûr que tu ne te rappelles même pas du troisième. Ajouta Conner en plaisantant. Ce dernier savait pertinemment que Jovan ne tenait pas bien l'alcool. ~ Mais avant de te reconduire chez toi, te sens-tu apte à marcher avec moi ? Juste pour nous dégourdir un peu nos jambes. Suggéra l'inspecteur en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » Vide
Message(#) Sujet: Re: ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » EmptySam 13 Fév 2010 - 11:22

L'image de Jovan réflétait celle de Conner quelques temps auparavant. Et cette raison poussait le papy à s'énerver sur Jovan, et même à l'insulter. Ce n'était pas nouveau, et Jovan savait pertinemment pourquoi il s'entêtait, et lui criait dessus; comme s'il voulait le protéger. Mais ça ne changerait rien de toute façon. Jovan n'avait pas eu qu'envie de boire: la bouteille d'alcool l'avait appelé, sa couleur l'avait attiré, et son odeur l'avait fait carrément craquer. Il aurait pu résister, mais cette bouteille l'avait ennivré avant même qu'il ait pu stopper la mécanique. Ca c'était ce que Jo essayait de se persuader. La réalité était un peu comme ça, sauf que Jovan n'avait en aucun cas voulu résister: il avait voulu boire, il avait voulu se bourrer la gueule, il avait voulu se lâcher, il avait même voulu vomir. Et jusque là, il avait tout bien réussit.

Appuyé contre la portière arrière de son véhicule, Jovan hocha la tête en écoutant la remontrance de Conner. Oui, Oui, il avait mis en danger sa vie. Mais et alors? Quelques heures plus tard s'il se souvenait de tout cela, il aurait honte, honte d'avoir pu penser "et alors?": sa grand-mère, c'était bien l'unique, et la plus grande raison de ne pas faire de conneries. Elle avait déjà perdu un petit-enfant, elle ne voudrait sans doute pas en perdre un deuxième.
Il avait aussi mis en danger la vie des autres. et la vie de Conner. Vu comme ça, ça aurait pu l'ennuyer, et idem, il aurait pu en avoir honte. Mais à cette heure-ci, et sous la prise de l'alcool, sa notion de danger tendait vers zero.
Alors il écoutait Conner, mais tout ce qu'il disait rentrait et ressortait aussitôt. Toutes ces paroles étaient au final un peu floues.

Il l'insulta de nouveau. Connard. En temps normal, et avec quelqu'un d'autre, Jovan se serait énervé. Il se serait approché de cette personne, et aurait usé de ses poings tellement il n'aimait pas être insulté. Mais face à lui? Que pouvait-il faire? Il n'avait pas envie de se battre avec lui, pas avec celui qui lui avait un jour sauvé la vie. En fronçant les sourcils, Jovan répondit.
On n'a pas la même notion d'amusement alors.

L'un pensait plutôt à sortir, boire, draguer, et tutti quanti. L'autre pensait à arrêter les gens, et ça suffisait à son plaisir personnel.
Et puis, tu serais gentil d'arrêter de m'insulter. Ca m'énerve.

Et il ajouta avec un grand sourire, à tel point que l'on pouvait réellement se demander si ça l'énervait. Oui ça l'énervait. Oui il ne le montrait pas. Et oui, parce que c'était Conner.

Sur ce, Conner alla prendre les clefs de la voiture, et les retendit à Jovan. La main droite de Jovan se leva et il attrapa les clefs dans un tremblement. Il les mis alors dans sa poche de pantalon, et regarda Conner.
Je n'ai pas bu grand chose. Quelques verres.

Il s'arrêta là. Les yeux tournés vers le sol, Jovan essayait de compter. Il savait qu'il avait pris un verre en arrivant, il ne savait plus ce que c'était. Et après, il savait encore moins ce qu'il avait continué à boire, et combien.
Conner fais pas ta mauvaise langue, le troisième c'était de la vodka!

Menteur. Ou pas. Il ne savait pas, il avait dit une boisson au pif. Conner lui proposa alors de marcher un petit peu. Surprit, Jovan fronça légèrement des sourcils, et ses yeux s'implantèrent dans le regard de Conner. Quoi? Tu veux aller marcher à cette heure-ci? Jovan la regarda d'un drôle de regard, et tenta alors Tu ne veux pas plutôt qu'on aille de poser dans un bar? Il y en a pas loin là.

A ce moment précis, l'esprit de Jovan divagua. Il repensait à un jour, une soirée d'été, il y a de celà près de trois ans. Cette soirée d'été, Jovan avait bu. Comme tout ses copains. La soirée avait été gâchée par une bétise, et plus jamais les jeunes gens n'avaient fait une fête tous ensemble. L'alcool les avait séparé. L'alcool aurait tuer. L'alcool les avait fait tomber.
Il avait fallut un certain temps à Jovan pour oser reprendre une goutte d'alcool. Mais maintenant? Il buvait dès qu'il en avait envie, dès qu'il ne se sentait pas bien, et de nouveau à chaque fête. L'alcool était redevenu un ami. Il n'était pas alcoolique, quand même pas. Mais le lendemain matin, en se levant, Jovan se posera la question: n'y a-t-il pas qu'une mince frontière avec l'alcoolisme? Et si, dès qu'il rencontrerait un problème, il se mettrait à boire? Cette année avait été horrible. Il en faisait les frais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » Vide
Message(#) Sujet: Re: ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » EmptyMar 16 Fév 2010 - 17:46

« The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! »
    ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » 47342377 ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » 56204416


Conner s'énervait tout seul. Enfin, il n'était pas vraiment énerver. Du moins, c'est ce qu'il croyait. Depuis un bon moment déjà, Conner se prenait rapidement la tête pour tout comme pour rien. Par exemple, il renverse un verre d'eau, et bien sachez que pendant plus d'une demi-heure il va lâcher toute sorte d'injures, sera de mauvaise humeur et son entourage aura plutôt intérêt de lui foutre la paix, au risque que Conner s'en prenne à-eux. L'inspecteur était ainsi depuis le mois d'août deux mille neuf, le troisième mois que Conner buvait. Comme quoi l'alcool l'avait rendu méchant et encore plus impulsif qu'il n'était auparavant.

~ On n'a pas la même notion d'amusement alors.

~ Croit-moi, l'alcool n'a rien d'amusant ! J'espère simplement que tu le comprendras assez tôt !

L'alcool n'avait jamais été quelque chose d'amusant pour lui. Enfin, à part dans son adolescence. Conner étant jeune s'amusait à boire, mais il s'amusait plus à se faire de tas de filles. Et il n'en est pas gêné. Il a profité pleinement de son adolescence, ce qui avait bien sûr créer des tensions avec son père. Mais tout ceci s'était arrangé au fil des années, Conner ayant prit de l'âge. Conner ne fait pas seulement arrêter les fous des routes. Ils se moquent des gens et cela l'amuse. Il sait blaguer comme n'importe quel être. Il reste un homme après tout.

~ Et puis, tu serais gentil d'arrêter de m'insulter. Ca m'énerve.

Conner sourit bêtement. Vingt-trois ans. Ce jeune gars avait un calme légendaire. Enfin, l'alcool jouait son rôle, l'inspecteur connaissait Jovan, et savait pertinemment que ce dernier savait utiliser ses poings. Face à Conner, il ne disait rien, ne faisait rien.

Une idée traversa l'esprit de Conner pendant quelques secondes. Mesquine il faut dire. Mais elle ne fit que lui traverser l'esprit, Conner avait eu envie de provoquer le jeune Lennon. Mais face à un bourrer, ce n'était même pas marrant de se chercher. Sachant que dans tous les cas, le sobre aurait le dessus.

~ Je n'ai pas bu grand chose. Quelques verres. Avoua Jovan, malgré qu'il n'était pas être très certain.

~ Qu'appelles-tu quelques verres ? Deux ? Trois ? Je ne sais pas si c'est parce que je suis habitué de faire des interrogatoires, mais j'ai difficile te croire. Boire quelque verre pour Conner s'était boire plusieurs bouteilles.

~ Conner fais pas ta mauvaise langue, le troisième c'était de la vodka! Conner ne l'avait pas quitté du regard.

~ Menteur ! Vodka tu dis ? En es-tu sur ? Car l'odeur que je sens c'est du Jack Daniels ! Pas de la vodka !

Ayant bu pendant des mois cet alcool, il ne pouvait pas se tromper. Dans les bars, boîtes de nuit le Jack était hors de prix, mais il y a toujours quelqu'un d'un peu plus fortuné pour payer des verres. Jovan faisait peut-être parti des gars qui s'étaient fais payer un verre, sans l'avoir compris. Après tout, il était plutôt beau garçon, il avait certain avantage auprès des filles, comme auprès des homosexuels. La preuve, le propre frère de Conner, il y a un an de cela avait faillit embrasser le jeune Lennon.

Alors que Conner avait déjà un peu marché pour se poser contre une rambarde, il écoutait Jovan se plaindre. Marcher ? Il n'avait jamais marché en pleine nuit ? Conner était étonné. Déjà âgé de vingt-trois ans, comme Jovan, Conner sortait la nuit pour s'y balader.

~ Quoi? Tu veux aller marcher à cette heure-ci?

~ Tu ne vas pas me dire que tu n'as jamais marché au milieu de la nuit ?! Il n'y a rien de tel pour réfléchir, pour décompresser, pour prendre un bon bol d'air frais ! Je te conseille de le faire ! Dit-il affichant un petit sourire.

~ Tu ne veux pas plutôt qu'on aille de poser dans un bar? Il y en a pas loin là. Conner qui regardait Jovan dans les yeux finit par quitter le regard de ce dernier. Il se retourna, posant ses mains contre la rambarde, regardant l'horizon. De l'eau, des roches. Des arbres plus loin. Conner respira un bon coup et finit par se retourner vers Jovan.

~ Tu sais Jovan, c'est très difficile de ne pas insulter les gens, surtout quand ces derniers s'avèrent être de vrais crétins ! Conner avait gardé son calme. Bien qu'il était déjà irrité au fond de lui. Seul ses sourcils montraient qu'il était déjà énerver, car sa voix était restée des plus neutre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » Vide
Message(#) Sujet: Re: ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » EmptyVen 19 Fév 2010 - 19:14

L'alcool pour Jovan avait pris son apogée lorsqu'il était encore un adolescent tête brûlée. Il se souvenait même une fois avoir passé quelques heures à boire, et être rentré comme ça dans la maison de redressement où il avait été, ce qu'il n'avait pas osé reproduire après. Et puis les années ont passé, pendant un moment il avait arrêté, trouvant l'alcool trop ennuyeux, et n'ayant aussi pas forcément le temps, ni le moyen de toucher à une bouteille. Et puis il y eut cette année 2009. Il aimait boire avant, pour oublier ses soucis de boulot, son manque d'argent. Mais depuis que Nobody était redevenue une inconnue à ses yeux et depuis que son histoire avec Jey n'avait pas duré, il trouvait plus souvent le temps de boire quelques bouteilles, lors d'une fête. Jamais en solo: il se le refusait, ça ferait trop pochtron. Alors ce soir encore, il avait dépassé ses limites (qui étaient déjà assez basses).

- Arrête de faire ton rabat-joie!


Les vieux alors. Conner ressemblait à un papy parfois. Il voulait donner des leçons alors que lui-même avait été très largement attiré quelques temps avant par toutes les bouteilles qui contenaient de l'alcool. Comme quoi parfois avec l'âge, on prenait aussi de l'assurance, et comme quoi on pouvait devenir un peu lourd. Jovan lui demanda d'arrêter de l'insulter. Il était sûr que s'il continuait, il allait s'énerver, et cette fois que ce soit Conner ou pas devant lui, il ne ferait pas de différence et userait encore une fois de ses poings. Et il n'avait pas envie. D'un parce que c'était Conner, et qu'on ne remercie pas quelqu'un qui vous a sauvé un jour en le frappant. De deux, parce que certes, Jovan savait se battre, mais il ne donnait pas cher de sa peau face à un flic. Mais encore heureux, il semblait avoir comprit, puisque le policier -tiens, d'ailleurs Jovan vint de comprendre qu'il rentrait ou allait au boulot vu sa tenue- ne fit aucun commentaire.

Lorsque Jovan avoua qu'il n'avait bu que quelques verres, le voilà qui se moqua de nouveau de lui. Il disait qu'il avait du mal à le croire. Fronçant les sourcils, essayant de rester concentré sur la conversation qu'il devait tenir, les yeux de Jovan se tournèrent vers son ami, toujours appuyé contre la voiture.

- je t'assure, j'ai pris que deux-trois verres. Tu sais, je suis pas saoul, je sais ce que je dis.


Mais bien sûr Jovan. Il adressa cette parole avec un petit sourire, sûr de lui. Il était convaincu qu'il n'avait pas bu grand chose. Il était également convaincu qu'il n'était pas bourré. Et d'ailleurs, pour tout vous dire, il était convaincu de beaucoup de choses.
Celui-ci même lui indiqua qu'il n'avait pas bu que de la vodka. Vraiment? Du Jack Daniels? Il ne se souvenait vraiment pas. Suivant lentement mais sûrement l'inspecteur, Jovan s'apperçut que ses pas étaient lourds. Sans doute la fatigue. Il voyait pas bien. La fatigue aussi. Conner s'installa sur une barrière, et Jovan vint poser son dos contre un arbre. Il ne savait pas pourquoi (la fatigue sans doute) il n'arrivait pas vraiment à tenir debout. Il murmura alors.

-Pas de Jack Daniels. Je crois pas. Je me revois pas.


Et merde. Il était si bourré? Ce n'était pas possible. Tout les symptômes qu'il avait, c'était ceux de la fatigue. Rien d'autre.
Conner voulait marcher. Il était fou d'après Jovan. Il était tard -tôt ça dépendait dans quel sens on voyait la journée-. On ne marchait jamais la nuit. Ca ne se faisait pas. Du moins, il n'y avait rien à voir. Et puis, flûte, Jo était trop fatigué. Il s'enquit de répondre à son ami.

- Je suis trop fatigué pour marcher.


Il avait demandé s'il ne voulait pas plutôt aller dans un bar. S'installer dans un coin, discuter, prendre une bonne bière, et puis rentrer chez soi après. Ca tendait bien Jovan de faire ça, même vraiment bien. Il avait fait part de son idée auprès de Conner, et celui-ci ne tarda pas à lui répondre: à sa façon, en l'insultant encore. Cette fois, ce fut l goutte d'eau. Jovan commençait à s'énervait. Il fit quelques pas vers lui, et lui lança en le regardant droit dans les yeux.

- Tu fais chie* tu sais Conner? J'aime pas les insultes, tu le sais aussi bien que moi et pourtant tu continues. T'as de la chance, que j'ai bu un petit peu, et que je suis très fatigué. J'aurai bien usé de mes poings sinon.


Il fit alors demi-tour. Sa voiture n'était pas bien loin. 10 mètres au plus. Il fit quelques pas. Peut-être une vingtaine de mètres en fait. Il continua. Il avançait. La terre titubait. Les lampadaires étaient trop allumés. Pourquoi ils n'éteignaient pas les lampes la nuit franchement? Il était enfin arrivé. Ca l'avait calmé. Il ouvrit le coffre, il sentait la présence de Conner derrière lui. Il vit alors ce qu'il cherchait. Il en était tout heureux. Sa main glissa dans le coffre, et avec une main (c'est ça d'avoir été barman), Jovan retira deux bouteilles de vodka. Avec un grand sourire, il se retourna vers Conner, et lui mit les deux bouteilles dans ses bras.

- Allez on laisse tomber, et on boit ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » Vide
Message(#) Sujet: Re: ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » EmptyMar 23 Fév 2010 - 22:05

« The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! »
    ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » 47342377 ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » 56204416


Conner le regardait. Il était convaincu de n'avoir rien bu, de ne pas être bourré. Alors qu'il était rond comme une queue de pelle. Non d'un chien ! Que ça l'emmerde de discuter avec un bourrer. Le jeune professeur de tennis se faisait passer pour « monsieur je sais tout » et ça, l'inspecteur Matthews détestait plus que tout. Jovan marchait, ou du moins, tentait d'aligner un pied devant l'autre. Conner se serait bien amusé à le voir faire cela sur une ligne blanche marquée sur les routes. Quoi que rien qu'à voir sa tête, cela amusait déjà pas mal l'aîné des Matthews. Le jeune Lennon appuyer contre un arbre fut rapidement en face de Conner. Ce dernier s'était redressé, ne lâchant pas le regard du jeune homme.

~ Tu fais chie* tu sais Conner? J'aime pas les insultes, tu le sais aussi bien que moi et pourtant tu continues. T'as de la chance, que j'ai bu un petit peu, et que je suis très fatigué. J'aurai bien usé de mes poings sinon. Toujours face à Jovan, il ricanait aux paroles de son très cher ami. L'ancien pompier fit semblant de trembler et riposta :

~ Oh mon dieu ! Je tremble de peur ! Je crois que je vais pisser dans mon froc ! Conner se fichait évidemment de la tête de Jovan. Non, mais sérieusement, pensait-il vraiment qu'il pourrait avoir le dessus sur lui, même étant sobre ? C'était totalement absurde ! Il ne dit pas qu'il ne se ramasserait pas un poing ou deux, mais s'était complètement déplacé de croire que Jovan pourrait gagner une bagarre contre un homme qui est très bon ami avec un militaire - qui lui apprend des techniques militaires - et qui, dans sa jeunesse, a fait de la boxe. Alors, non, Conner ne se vantait pas. Mais il fallait voir la vérité en face, ce jeunot ne faisait pas le poids contre l'inspecteur Matthews.

Lennon fut le premier a baissé le regard. Il fit même demi-tour. Avait-il l'intention de rentrer chez lui avec sa voiture ? Conner le suivait du regard, mais ne bougea pas pour autant. Voyant que son ami s'approchait de la voiture, il partit le rejoindre. Pas question de reprendre le volant dans un tel état. Ensuite, le jeune professeur ouvrit le coffre de sa voiture. Conner était à même pas cinq mètres de celle-ci. Il arriva finalement derrière lui. Jovan se retourna, un grand sourire marquer sur ses lèvres.

~ Allez on laisse tomber, et on boit ça. Et voilà que Conner se retrouvait avec son pire ennemi dans les bras. L'alcool. Il fixa les bouteilles. Tenant une dans chaque main. Silencieux. Son visage baissé vers ses mains. Il ferma les yeux. Repensant à son séjour dans ce centre de désintoxication.

      ► Mi-Janvier 2010. 03h47. Centre de désintoxication, Miami, USA.
      Conner était dans ce centre depuis peu de temps. Même pas trois jours. Assit au sol, son dos appuyer contre le mur, il ne bougeait plus. Il avait une tête à faire peur. Une tête qu'à un homme qui est en manque d'alcool depuis plus d'un jour et demi. Des maux de têtes abominables. Son visage dégoulinait de sueur. Il restait dans son coin à réfléchir un plan. À tenter de savoir comment il pourrait s'enfuir de cet endroit. Les minutes passèrent, et il sentait son état empirer. Il ne pouvait plus rester.

      Subitement, il se leva. La porte de sa chambre n'était pas fermée, comme celle de tous les autres. Ils étaient d'une certaine manière « libre ». Libre de se balader dans les couloirs. Génial ! Il s'avança dans les couloirs, regardant autour de lui les personnes présentes. Trois hommes, trois lèvent tôt. Conner, un hypocrite, et connard. Conner était présent dans ce centre depuis trois jours et déjà il avait cerner les autres hommes. Il restait seul, à les regarder discutés, rire ensemble. Comme s'ils étaient tous potes. Ces hommes-là, ils aiment raconter leurs vies, leur tracas, tout le contraire de Conner, et ce dernier n'hésitait pas à leur faire comprendre de lui foutre la paix. Les infirmiers ni gardes semblaient être présents. Tant mieux. Il repartit dans sa chambre, ouvrant sa fenêtre. Merde, s'était drôlement haut. Conner s'accrocha à l'appui de fenêtre, postant son pied sur l'autre qui se trouvait plus bas. Il posa enfin ses pieds aux sol. Il se cacha derrière un arbuste ayant entendu des voix se rapprocher. Putain il n'y avait personne ! Cependant, les voix s'éloignaient. Les deux hommes semblaient être rentré dans le bâtiment. Conner poursuivit son but.

      ~ Hey ! Il y a Daniel qui se barre ! Cria un des hommes aux gardes.
      ~ Il n'y a pas de Daniel ici ! Riposta un des garde qui venaient de rentrer.
      ~ Si ! Enfin... Matthews ? Co... nner ?Conner ?! J'en sais rien, il n'a pas péter un mot depuis qu'il est ici ! Un grand brun, yeux verts, costaud ! La balance du groupe venait de dénoncer Conner.

      Putain, voilà qu'un merdeux allait faire tout foirer. Alors que Conner approchait le portail, il entendit deux hommes lui crier dessus, ainsi que des pas rapides. Il se mit a courir à son tour. Il vit sortir de la pénombre deux autres hommes, oh les fils de putes ! Conner prit alors une autre direction, le voilà avec quatre hommes à ses trousses. Un des plus rapide le rattrapa et le fit tomber au sol. La gueule écraser contre le gazon, il se releva un peu. Les trois autres arrivèrent. Conner colla son poing sur le plus proche de lui. Et deux autres l'on attrapé.

      ~ Lâchez-moi bande de fils de pute ! Il se débattait, avait faillit leur échapper, mais la troisième personne, ainsi que la quatrième, qui pinçait son nez, en sang, s'étaient mis derrière, au cas où.
      Vous n'avez pas le droit de me retenir ici ! Lâchez-moi !
      ~ Oh si ! Nous le pouvons !

      Conner gueulait, refusant de se faire ramener là-bas. Il était bien trop en manque et affaiblit pour parvenir à se retirer de l'emprise de ces hommes, qui ne faisaient que leur boulot. À peine fut-il rentrer dans le bâtiment qu'il entendu claquer les portes derrières. Il croisa le regard de l'homme qui l'avait dénoncé. Conner savait que s'était lui, monsieur balance. Conner le pointa du doigt lui hurlant :

      ~ Toi, la balance ! Tu me le payeras ! Conner fut emmené dans une salle, où on le garderait le temps de clôturer sa fenêtre. Conner frappait dans la porte, attendant qu'on vienne ouvrir. Au bout d'une dizaine de minute, il partit s'asseoir sur le canapé présent. Son regard plonger dans le vide, il attendait. Quoi au juste ? Que son manque passe ? Que son mal de tête s'en aille ? Qu'il soit guérit ? Ou qu'on lui mette une bouteille devant lui pour qu'il termine en même pas six secondes ? Ensuite, on lui fit regagner sa chambre, il ne cherchait pas à se battre, un autre jour peut-être, il était bien trop affaiblit pour tenter quoi que ce soit. Conner partit s'asseoir dans le coin de la chambre, repensant aux paroles des gardes : « Oh si ! Nous le pouvons ! »

      Que voulaient-ils dire par là ? En réalité, Conner était obligéde rester là-bas. Alors qu'à la base, il pouvait quitter ce centre s'il le souhaitait, mais apparemment, on avait tenu le personnel du centre à le garder là-bas, jusqu'à ce qu'il puisse se passer de l'alcool. Qui ? Conner ne savait pas vraiment. Freddie McClusky, son patron ? Scott Matthews, son frère ? Lyann Roosevelt, sa petite amie ? Tout le monde pouvait être coupable de cette demande. Et sachez que Conner, dans son état de manque DETESTAIT voir haïssait la ou les personnes responsables.
      ► Retour au présent.


Les yeux toujours fermer, Conner se mordit sa lèvre inférieure. Ses mains commencèrent à tremblés. Surpris par ses tremblements il fit tomber une des bouteilles au sol. Elle se brisa au contact de ce dernier, tandis que l'alcool, quant à elle, éclaboussait son uniforme, ainsi que le jeans de Jovan.

Conner porta sa main tremblante à sa bouche. Il la fit glisser à ses cheveux. Enervé il balança la deuxième bouteille plus loin. Cette dernière explosa contre un arbre. L'inspecteur posa son regard sur Jovan. Un regard noir, pleine de haine. Jovan l'avait fait repenser à trop de choses qu'il tentait d'oublier.

~ Tu es trop fatigué pour marcher ? Tu seras donc trop fatigué pour boire ! En revanche Conner, lui, avait besoin de se dégourdir les jambes. De se calmer, au risque d'éclater la tête de Jovan contre un arbre. A présent tu fais ce que tu veux Jovan ! Soit tu reprends ta voiture, et tu prends le risque d'aller de tuer dans un accident, soit tu me suis, mais tu fermes ta gueule une ou deux minutes ! Parce que toi tu ne marches pas, mais moi, j'aime marcher ! J'aime me balader la nuit, sa détend ! Ca le calme surtout. Mais bon, il en avait déjà assez dit.


Dernière édition par Conner D. Matthews le Sam 20 Mar 2010 - 21:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » Vide
Message(#) Sujet: Re: ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » EmptyDim 28 Fév 2010 - 19:35

L'inspecteur de police n'avait même pas sourcillé lorsque Jovan s'était retourné vers lui en criant. Il lui en aurait fallut beaucoup plus pour qu'il perde son calme, ça Jovan le savait. D'ailleurs que cherchait-il au juste? L'énerver? Certainement pas. Mais une chose était sûre, c'est que Jovan n'avait pas du tout la même sensation avec 0g d'alcool dans le sang, qu'une fois plein. En temps normal, qu'on lui parle sur ce ton, il n'aurait pas aimé. Son sang aurait bouillit. Il se serait alors approché de Conner, et à ses risques et périls lui aurait bien décroché la mâchoire. Et puis s'il avait eu la force de continuer encore, il lui aurait bien dessiné un train rouge sur le coin de son arcade. C'était ce qu'il pensait. En réalité, il n'aurait jamais osé se battre avec Conner, pas après ce qui s'était passé, et puis il y avait une deuxième raison : bien qu'il atteignait l'âge de la viellesse, il était encore assez fort et armé.
Alors Jovan se contenta d'un regard noir, d'un regard qui en disait long. Conner se foutait encore de lui, il riait, faisait style qu'il avait peur. Jovan ne s'en fichait pas, mais il était bien trop fatigué pour répondre, alors il fit croire qu'il s'en fichait, et il s'en alla.

La route jusqu'à la voiture fut assez dure, mais il y parvient quand même. En sortant les bouteilles, deux neurones de son cerveau s'étaient connectés, et il se dit que ça ne ferait sans doute pas plaisir à Conner. Il connaissait l'histoire qu'il avait été en désintox, et deux petits neurones lui avaient rappelés tout cela. Mais quatre autres neurones lui ont dit de continuer, puisqu'après tout, c'était du passé. Et voilà donc que Jovan montrait les bouteilles, et les flanqua dans les bras du jeune homme. Celui-ci se mit à fixer les bouteilles, et ferma un instant les yeux.
Jovan vit qu'il se pinçait les lèvres, ses mains se mirent à trembler, et d'un coup, une bouteille glissa et vint s'écraser sur le sol. Le jean de Jovan en fut arroser. Surprit Jovan reporta son regard sur Conner. Celui-ci continuait de trembler. Prise d'une convulsion soudaine, sa main se leva d'un coup, et il balança avec force et rage la bouteille contre un arbre.



    Portland, Maine, Septembre 2004
    Jeune et insouscient. A l'âge de 17 ans, Jovan était un adolescent plutôt désinvolte, désagréable par moment, et surtout un ado rebelle qui ne prenait en aucun cas l'autorité au sérieux. Assis sur le bord d'une fenêtre, celle de sa chambre, Jovan avait laissé bien en apparence une bouteille complète de vodka. La vodka, il aimait ça. Cet endroit, il détestait. Alors pour oublier l'ennui, et l'horreur de cet endroit, il préfèrait boire une boisson qui lui redonnerait un peu le moral. Il entendit des pas s'approcher. Il décala alors quelque peu la bouteille, et vint la cacher sur son côté droit, histoire que depuis la porte, personne ne voye. Son regard perdu sur la cour, Jovan regardait les autres types s'amuser. Du Base-ball, tu parles. La porte de sa chambre s'ouvrit, une voix familière retentissa.
    - Hé Lennon, tu viens avec nous? on se fait une partie de base-ball!

    Ils étaient un peu débiles ceux qui jouaient en bas. Taper dans une balle, et courir après. Ou courir autour du losange. Ce sport, il n'avait rien de spécial. Ce sport, ça n'avait pas de tactique, c'était juste de la frime. Ca n'avait rien à voir avec le tennis.
    - Nan pas aujourd'hui.
    Pas demain non plus. Ni après-demain. Jamais en fait. Le type se rapprochait de lui. Jovan jeta un regard vers celui-ci: il n'avait pas le profil type pour être ici. Cheveux courts, lunettes rondes, on aurait dit un intello. Pourtant pas si intello puisqu'il avait été envoyé dans cette école.
    - Tu bois? je te préviens, mais si ils te chopent, ça ne...

    - La ferme tu veux?
    Il voulait juste qu'on le laisse tranquille, qu'on l'oublie. A la limite pourquoi ne pas se barrer d'ici, c'était comme une prison. Et tout ça, parce qu'il avait fait quelques conneries. Intello haussa les épaules, murmura un "je t'aurais prévenu", et commença alors à faire demi-tour pour s'en aller.
    Les yeux de Jovan se posèrent de nouveau en bas, dans la cour, et il vit Johny taper la balle avec la batte. Wahoo quel exploit. Il souriait, mais Jovan le trouvait ridicule. C'était qu'une frappe. Il aurait cassé un carreau là au moins Jovan aurait souri, et aurait trouvé ça formidable.
    La porte s'ouvrit alors à la volée. Surprit, Jovan sursauta. Lucas. Et mer*e. Celui-ci demanda alors.
    - tu ne veux pas descendre?

    - nan, je n'ai pas envie.
    - comme tu voudras.
    Jovan replongea son regard dans la cour. Il n'était pas tranquille. Des bruits de pas se rapprochèrent de lui. Il ne tourna pas la tête. Il vit une main passé près de lui. Il eut le temps d'apercevoir sa bouteille filer. Il ferma un instant les yeux: d'ici quelques instants, les cris retentiront. Ca ne tarda pas. Cet enfoiré d'intello. Il était sûr que c'était lui.
    - TU TE FOUS [....]
    Jovan fixait la bouteille. Lucas, sans doute énervé, l'attrapé et le colla contre le mur. Pour le secouer sans doute. Il gueulait, criait, mais Jovan s'en fichait. Il voulait juste se tailler lui. Lucas leva le bras dans lequel il tenait la bouteille. La surprise, l'énervement, la rage. Il la balança fortement, et elle vint se fracasser contre le mur dans un bruit sourd. Se faire engueuler c'était une chose. Casser cette bouteille c'était autre chose. Là, Jovan venait de comprendre qu'ici il ne pourrait pas faire sa loi. Il ne lâcherait sûrement pas. Ce n'était qu'une bouteille, mais ça voulait dire beaucoup plus.


Ce souvenir remontait. Le fracassement de cette bouteille, c'était le même geste que Lucas des années auparavant. Jovan avait déteste cet endroit. Il avait voulu s'en tailler. Et au fil de l'année passé là-bas, Jovan s'était calmé, et s'était rendu compte qu'il était bien là-bas, c'était peut-être même le meilleur endroit possible. Sa famille. Et si aujourd'hui, il n'était pas fourré dans la drogue, les vols, et tout, c'était sans doute grace à ce Lucas, à Mrs Johnstone, et à tout le monde là-bas. Comme quoi parfois si des gens se montrent rabats-joie, c'est pour votre bien.

    - Vas-y, va marcher si ça te fait plaisir.


Jovan laissa filer Conner. Il avait des habitudes de vieux quand même.Tant pis. Il le rejoindrait plus tard. Il allait marcher, il allait le rejoindre, il le savait. Mais là, à ce moment précis, il n'avait envie que d'une chose pour oublier tout ça: boire. Et seul ces bouteilles de vodka pouvaient tout changer.
Il le regarda partir un instant. Puis voyant que sa vision devenait trouble, Jovan préfera regarder quelque chose de plus proche. Au fond du coffre. Une troisième bouteille. Parfait.

Jovan s'installa sur le rebord du coffre ouvert. Il s'assit là, et dévissa la bouteille. En sentant l'odeur, il fut presque dégouté. Cette odeur il aurait pu faire la même chose, et vida la canette sur le sol. Mais même son esprit de bourré lui disait de ne pas faire ça. Alors il porta la bouteille à sa bouche, et en but une gorgée. Conner voulait être tranquille deux minutes. Jovan voulait la même chose. Ils auraient mieux fait de se séparer avant. Jovan fouilla dans ses poches. Impossible de remettre la main sur ses clefs. Il se releva alors, main droite tenant toujours sa bouteille en main. Il s'approcha de la place du conducteur et regarda à l'intérieur: toujours pas de clef. Sa main vint alors poser la bouteille sur le rebord du siège -bouteille qui tomba, heureusement que malgré son esprit embué, Jovan avait eu la bonne idée de remettre le bouchon.

Sa tête tournait. La route était dure à suivre. Il n'aurait sans doute pas dû bouger. Mais tant pis, il avait envie. Ca lui rafraichirait les idées. Il vit Conner, au loin. Le flic ne semblait pas bouger. Mettre un pas devant l'autre relevait d'un commando. tête baissée, Jo voyait presque tout: du blanc des routes mal fait, jusqu'au petit vers de terre desséché dans un coin. C'était cool l'alcool: ça vous faisait voir des choses dont vous n'auriez pas prêté attention avant. A la seule différence, c'est que ces choses ne changeraient pas votre vie. Arrivé au niveau de Conner -plusieurs mètres en réalité-, Jovan balança.

    - je croyais que tu voulais marcher!


En s'approchant de lui, Jovan eut la folle envie de l'ennuyer. Après tout, il l'avait bien ennuyer tout à l'heure, alors autant lui rendre la pareil. S'apprrochant alors doucement de Conner, il lui fit ce petit sourire débile de bourrés, et s'avança même bien trop près de lui. A tel point qu'il entendait son souffle sur sa gorge. Il lui murmura à l'oreille.

    - Il faut que tu arrêtes de rester coincé Conner. Avec un petit sourire, il continua, s'approchant encore plus près, près à l'embrasser, je suis sûr que tu vas aimer ça.


A cet instant précis, Jovan avait perdu toute notion de conscience, toute notion de retenu. Il s'était approché de Conner, bien plus que d'habitude il ne l'aurait fait. Avec un grand sourire, ses lèvres vinrent se poser sur les siennes. Puis, il s'arrêta, et la regarda avec un sourire béat -béat de débilité surtout. Il venait de faire la chose pour laquelle lui-même, il utilisait ses poings. La preuve, quand Matthews benjamin l'avait embrassé, il avait réagit au quart de tour, et l'avait frappé. Et Jovan venait de faire la même chose que Scott. Comme quoi, l'alcool ne nous faisait pas toujours dire la vérité.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » Vide
Message(#) Sujet: Re: ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » EmptySam 20 Mar 2010 - 19:40

« The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! »
    ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » 47342377 ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » 56204416


~ Vas-y, va marcher si ça te fait plaisir.

S'écria le jeune Lennon, alors que Conner était déjà à quelques mètres. L'inspecteur n'avait même pas prit la peine de se retourner. Jovan ne méritait même pas qu'on se soucie de lui. Il ne méritait même pas qu'il l'aide lorsqu'il était dans la merde. Car voilà la façon dont Conner était remercié. L'ancien pompier marchait souvent la nuit. Lorsqu'il ne trouvait pas le sommeil, il enfilait un simple bermuda et bonsoir la nuit. Un peu comme aujourd'hui, bien que cette fois-ci, il ne l'avait pas prévu. Peut-être aurait-il du passé son chemin ? Et laisser la voiture se balader de gauche à droite sur la route, afin de renter sagement chez lui, sans faire de bruit pour ne pas réveiller Lyann.

Conner s'avança d'un pas rapide vers l'endroit où il était placé il y a quelques minutes. Il pouvait apercevoir les voitures, cependant il ne pouvait pas distinguer la silhouette de Jovan. Sans doute abaisser, ou assis. À dire vrai, l'inspecteur en avait rien à foutre. Lorsqu'il était énerver, il pensait ou agissait de manière différente. Comme tout le monde... Conner n'avait qu'une envie, rentrer dans sa voiture et laisser en plan Jovan. S'il se croyait si malin, qu'il rentre lui-même chez lui, sans bien sûr aller se tuer. L'ancien pompier porta son regard à sa montre, cette dernière affichait déjà minuit et demi. Et dire qu'il recommence un nouveau service à cinq heures et demie du matin. De quoi boire des litres de café ou des boissons énergisantes, bien que cela ne soit pas la meilleure des solutions.

Minuit quarante, Jovan daigna bouger son cul. Vacillant de gauche à droite, il se rapprochait. Conner souriait à cette vue. Le voir dans un tel état l'amusait. Cinq/six mètres les séparaient à présent, le jeune Lennon reprit la parole presque en criant.

~ Je croyais que tu voulais marcher!

~ Je croyais que je te faisais chier, alors pourquoi reviens-tu ? Riposta Matthews, posant ses yeux verts dans ceux de Jovan. Ce dernier s'avança en souriant bêtement, l'ancien pompier quant à lui adressait un léger sourire. Sans plus attendre il ajouta : Je sais que je suis une de ses beautés si rare, mais à ce que je sache t'es pas pédé ! Arrogant ? Non simplement moqueur. Conner se foutait pas mal de son apparence. Lorsque Jovan s'avança davantage, le relent d'alcool qu'il dégageait le fit grimacé. En un an, il ne s'était jamais trouvé exposer à tant d'odeurs d'alcool. Lui-même puait l'alcool à cause de la bouteille qu'il avait éclaté au sol. Jovan était tellement proche que Conner sentait la chaleur de son souffle dans cou.

~ Il faut que tu arrêtes de rester coincé Conner. En entendant de telles âneries, Conner faillit laisser échapper un rire. Non, mais s'il y a bien une personne qui n'est pas « coincé » s'est bien lui. Des conneries il en a fait pas mal. Des conquêtes il y en a un bon tas aussi, il est loin d'être un coincé l'aîné Matthews, très loin même ! C'était le premier à courir à poil - pour un pari - dans les couloirs du lycée.

Conner ne quittait pas le regard de son jeune ami. Comme pour tenter de voir s'il était capable d'aller plus loin. En était-il capable ? La réponse à sa question ne tarda pas à arriver. Les lèvres chaudes de Jovan se collèrent à celles de Conner. Merde, il en était capable le con ! L'ancien pompier n'eut pas besoin de le repousser, Lennon s'étant reculé lui-même. Bien que Jo' restait malgré tout à seulement quelques centimètres de son visage. Le trentenaire finit par le repousser un peu plus loin d'un geste assez rapide et violent. Jovan ne tenant pas vraiment sur ses jambes, faillit basculer. Il se retint cependant à la rambarde pour ne pas retrouver son visage collé au sol.

~ Tu as de la chance que je ne t'en mets pas une comme tu l'as fait lorsque mon petit frère t'a embrassé ! Tu es bourré et j'en tiens compte, mais ne retente même pas ce geste, ne serait-ce qu'une seule fois avec moi, au cours de ta misérable vie Lennon ! Dit-il sur un ton menaçant. Conner ne le lâchait pas du regard. Non, il n'était pas énerver, mais que Jovan n'essaie pas joué avec le feu. Il se fait tard... Fit-il remarquer. Je vais te ramener chez toi... Sur ces paroles, l'ancien pompier passa devant Lennon et se dirigea vers sa voiture.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » Vide
Message(#) Sujet: Re: ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » EmptySam 27 Mar 2010 - 16:12

En arrivant près de Conner, il se fit mal accueillir. Il allait d'ailleurs lui faire remarquer. Mais rien que prononcer le mot "acceuil" était dur pour sa langue. Il avait l'impression qu'il ne contrôlait plus vraiment ses paroles. Alors il se tut. En s'approchant de lui, Conner du avoir un présentiment. Il fut légèrement arogant en s'écriant qu'à ce qu'il savait, il n'était pas pédé. oui, t'as raison Conner. Mais quelle mouche avait piqué Jovan? Il n'en avait aucune idée. Il avait agit, comme ça, pour décoincer l'ainé des Matthews.

C'était idiot. Jovan venait exactement de faire ce pourquoi il avait lui-même frappé Scott Matthews, le petit frère de Conner. En temps normal, s'il n'avait bu ne serait-ce qu'un verre d'alcool, il n'aurait jamais fait ça. Il ne se serait pas approché de Conner, il n'aurait pas senti son souffle si près de lui, et il ne l'aurait pas embrassé. Mais là, avec son sang imbibé d'alcool, tout était différent. Il n'était pas homo, et de loin même. Alors pourquoi il avait fait ça? il n'en savait rien, mais en tout cas, ça le faisait rire.
Violemment projeté par Conner, Jovan dut se rattraper à la rembarde pour ne pas se retrouver au sol. Avec sa main droite sur la rembarde, il regarda Conner en rigolant.

    - Ahahah! (rire xD).. Allez Conner, ne reste pas si froid. T'as l'air d'aimer!!

    - Il se fait tard... Fit-il remarquer. Je vais te ramener chez toi...


Il devait le trouver drôlement lourd. Normal me diriez-vous. Jovan regarda Conner se déplacer vers la voiture. Il sourit bêtement, et se mit lui aussi en route. Il dut sans doute faire plus de mètres que lui, tellement il divaguait à gauche et à droite. En arrivant si près de Conner, Jovan ne put s'empêcher de s'amuser une toute dernière fois. Juste une dernière fois, parce que voir Conner dans cet état, quand on était bourré, c'était drôle. Avec un sourire con, et débile, il s'approcha par derrière de Conner, et vint lui poser délicatement sa main sur sa jambe.

    - Han, mais t'as l'air musclé, toi ! dit-il, tout en pinçant légèrement sa cuisse.


C'était idiot hein? Jovan Lennon, 23 ans, entraineur de tennis, impulsif, bagarreur, sympathique, et petit ange, et purement et complètement hétéro. Et là, bourré, et peut-être même un peu plus, il se transformait en homo. Que faisait-il? Se frayer un chemin dans son sombre cerveau révélait du pur défi. Il avait l'air totalement idiot dans sa complexité d'homme alcoolisé. Maintenant, il était tellement près de Conner qu'il sentait de nouveau son 'odeur', mélangé à celle de la bouteille de vodka explosé. Il poouvait presque sentir le souffle de celui-ci en marchant à ses côtés.

    - alors, t'aimes? bah voila, c'est mieux quand t'es décoincé non? Il sourit alors, tout en le regardant, le fixant du coin de ses yeux.


Les menaces proférés précédemment par le jeune homme ne changeait rien. Comme si Jovan risquait de s'en prendre une. C'était ridicule, Conner n'oserait pas le frapper. Et de toute façon, il n'avait même pas eut l'idée de s'inquièter. Conner le surprotégeait. Et ce, depuis qu'ils s'étaient retrouvés. Il jouait quasiment le rôle de grand frère pour Jovan, et parfois, c'en était devenu lourd pour Lennon: il était jeune, il n'avait pas besoin de quelqu'un qui l'étouffait. Il aimait se sentir libre. Et parfois, avec Conner dans les parages ce n'était pas possible. Jovan pouvait comprendre pourquoi il faisait ça, mais parce qu'entre eux, ils n'en avaient pas reparler, Jovan ne lui avait jamais rien dit.

L'air béat, les yeux de Jovan étaient scotchés sur le bout des yeux de Conner. Il était sûr qu'il allait se retourner pour lui dire quelque chose. Il avait peut-être été trop loin. Mais cette dernière phrase, ce n'était en aucun cas ce dont il pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » Vide
Message(#) Sujet: Re: ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » EmptyDim 28 Mar 2010 - 14:42

« The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! »
    ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » 47342377 ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » 56204416


A quelques mètres de la voiture, Conner sentit la main de Jovan se balader sur sa jambe. Conner se mordit la lèvre, il n'avait guère envie de s'en prendre à lui. Les poings serrer, il avança d'un pas plus rapide. Plus vite Jovan sera chez lui et plus vite Conner sera enfin débarrassé de ce petit con qui s'amuse. Devant sa voiture l'inspecteur retira de sa poche droite ses clefs. Installé dans cette dernière il attendit Jovan.

~ Prend ton temps surtout ! Dit-il. Lorsque Jovan fut enfin entré dans la voiture, Conner reprit la route.

~ Alors, t'aimes? bah voila, c'est mieux quand t'es décoincé non? Conner avait tourné sa tête vers Jovan. Lui lançant un regard noir. Son regard de nouveau poser sur la route, Conner serait le volant, pour finalement se retourner vers Jovan et lui dire :

~ Ce que j'aime c'est quand tu fermes ta grande gueule ! Suite à ses paroles, Conner n'avait pas hésité une seule seconde à coller son poing en plein milieu du visage de Jovan. L'inspecteur ne lui avait pas laissé le temps de répondre quoi que ce soi.

Jovan ne souffrait pas de douleur, du moins, il ne le faisait pas entendre étant donné qu'il était inconscient. Par sécurité, Conner porta ses doigts au cou du jeune entraîneur afin de voir s'il y avait toujours des pouls. Lorsqu'il fut assuré qu'il y en avaient, Conner accéléra reportant son regard sur la route qui défilait à toute vitesse. L'inspecteur arriva assez rapidement devant la maison de Lennon. Avant de le sortir de la voiture il prit les clefs toujours dans sa poche et partit ouvrir la porte. Il revint chercher Jovan qu'il déposa dans le canapé.

~ Oh! Réveil toi ! Fit-il en premier lieu. Il s'approcha de lui et lui donna quelques claques. Debout Lennon ! Voyant que Jovan prenait enfin ses esprits il se recula. Le jeune entraîneur porta immédiatement ses mains à son nez. J'espère que s'est assez douloureux pour te faire comprendre de ne plus retenter ne serait-ce qu'une approche de ce genre ! Au fait, ton nez, il est cassé, tu mets des glaçons dessus, car ne compte pas sur moi pour te conduire à l'hosto ! Tu t'y rendra tout seul comme un grand vu que monsieur aime jouer avec le feu. Sur ce, Conner s'en alla. Il n'avait pas d'explication à lui fournir. Jovan l'avait cherché, il l'avait trouvé, aussi simplement dit que fait.


TERMINER

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » Vide
Message(#) Sujet: Re: ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! » Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

ENDED | « The alcohol, the enjoyments of the life, my ass! »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Bayside Street & Ruelles-