AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -25%
Nike Waffle Trainer 2
Voir le deal
74.97 €

Partagez | 
 

 1407 Apple Road, Another one bites the dust [ft. Caleb]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




1407 Apple Road, Another one bites the dust [ft. Caleb] Vide
Message(#) Sujet: 1407 Apple Road, Another one bites the dust [ft. Caleb] 1407 Apple Road, Another one bites the dust [ft. Caleb] EmptyMer 27 Jan 2010 - 6:46

    1407 Apple Road, Another one bites the dust [ft. Caleb] 2m5h4wg
    ANOTHER ONE BITES THE DUST
    1407 Apple Road, Another one bites the dust [ft. Caleb] 2qa2pzk


    Novembre 2010, mois consécutif à ce qui semblait être une nouvelle aire dans la vie de Gabriel. Durant presque un an, la vie s'était écoulée dans un bonheur simple sans le moindre accroc. Puis les évènements s'étaient enchainés. Gabriel avait quitté Micaela, tandis qu'Esteban, son colocataire par la force des choses, avait quitté le 1407 Apple Road. Sans doute était-ce mieux ainsi, vu leur nouveaux "conjoints" respectifs. Une soirée couples confrontant Maât à Esteban d'un côté, et Hailey à Gabriel de l'autre, avait toutes les chances de transformer la maison du sénateur en champ de bataille.
    Le matin se levait doucement sur le quartier, réveillant le jeune homme accompagné de son ancienne favorite : la solitude. Compagne d'autrefois aux saveurs de liberté, dont le retour lui laissait à présent un arrière goût parfois morose. La présence quasiment quotidienne de Micaela et Esteban tranchait vivement -trop- avec leurs départs aux dates similaires.

    C'est donc seul et sans mot dire que le sénateur accomplissait chaque geste matinal habituel, comme avant. Il n'avait pas à se plaindre. Il appréciait le calme inhérent à ce moment de la journée. Surtout pour lui qui vivait à 100 à l'heure, à l'encontre permanente de l'avis des médecins. Après une première crise cardiaque, l'inquiétude de ses proches avait eu raison de sa virulence. S'il pouvait comprendre leur ardeur à freiner sa course , eux en revanche, semblaient incapables de concevoir la nécessitée absolue de son mode de vie. En fait, nul ne savait vraiment comment Gabriel appréhendait l'épée de Damoclès qui pesait au dessus de sa tête depuis de longues années. Appréhension ? Peur ? Doute ? Fuite ? Il n'en parlait pas, et si d'aventure on lui témoignait de la compassion, son visage se figeait en une moue confuse indéchiffrable qui pouvait aussi bien être de la pudeur que du désarroi face à une forme de pitié qu'il aurait trouvé mal placée.

    L'absence de petit déjeuner potable préparé par son colocataire option cuisinier, fut remplacée par une grande tasse de café noir. Gabriel ne savait pas faire des pancakes décents mais il maîtrisait la préparation d'un café serré à vous réveiller un mort. C'est naturellement qu'il sortit de chez lui, tasse en main, l'air frais d'une matinée d'hiver mordant légèrement sa peau, pour ramasser le journal devant sa porte. Dans le quartier, il n'était pas rare de croiser quelques joggeurs ou une mère qui emmenait ses enfants à l'école. Ce qui différait pourtant en cette matinée tragiquement banale, et qui attira immédiatement l'attention du brun qui se relevait journal en main, c'est l'homme qui se tenait dans son allée. Il se redressa abruptement, sur ses gardes, et pour cause. Lors de sa dernière rencontre avec Caleb Varnham, le sénateur s'était montré suffisamment venimeux pour que ce dernier lise entre les lignes d'un sarcasme lancé à la volée, que l'agression de Bonnie Whealer deux mois plus tôt, n'avait rien d'un malheureux concours de circonstances. Œil pour œil, dent pour dent. Caleb s'en était prit à Micaela, il était juste qu'il ressente exactement ce que Gabriel avait vécu alors.

    Toisant avec autant de défiance que de surprise celui qui se présentait à sa porte, le brun se contenta d'un « Bonjour » nonchalant, le sourcil haussé, qui sonnait à lui seul comme un « Tu crois pas que tu t'es trompé d'adresse ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




1407 Apple Road, Another one bites the dust [ft. Caleb] Vide
Message(#) Sujet: Re: 1407 Apple Road, Another one bites the dust [ft. Caleb] 1407 Apple Road, Another one bites the dust [ft. Caleb] EmptyJeu 4 Fév 2010 - 23:29


    flashback : novembre 2010.

Caleb a toujours été rancunier, déjà tout petit il ne se laissait pas faire et prenait toujours sa revanche. Cela n'en finissait jamais jusqu'à ce qu'il ait le mot de la fin. Malheureusement, maintenant qu'il était bel et bien adulte, il avait trouvé quelqu'un de sa taille pour lui résister et faire de même avec lui. Mais heureusement pour lui, il était têtu et surtout déterminé à ce que Gabriel McAllister paye ce qu'il avait fait à sa petite amie Bonnie. Caleb avait attendu un moment avant de mettre son plan à exécution et surtout il avait réfléchi longtemps à ce qui pourrait lui arriver par la suite et à toutes les issues possibles après avoir fait ce qu'il voulait faire. Tout se rapportait à un seul point : même s'il pouvait avoir des problèmes après avoir fait ça, rien ne pourrait l'arrêter... rien ni personne. Gabriel avait des relations, il était Sénateur de Floride et pouvait en jouer, mais cela importait peu à Caleb, il n'avait pas peur de ce qui pourrait lui arriver, surtout après ce qu'il avait vécu jusqu'ici. C'était jour de congé aujourd'hui et Caleb avait déjà décidé depuis une semaine que ce serait le jour J. Il se réveilla tôt, contrairement à d'habitude lors des jours de congé, d'ailleurs il s'était couché tôt la veille, même si l'excitation du plan qu'il avait mit sur pied lui retournait l'estomac. Alors que Bonnie s'était posé quelques questions et lui avait fait part de sa surprise, il l'informa qu'il avait décidé de faire un footing avec son ami Esteban. La jeune canadienne qui n'appréciant pas l'ami de Caleb, ne chercha pas plus loin d'autres explications ce qui arrangeait le garagiste. Le jeune homme s'habilla d'un jogging et de baskets, passa seulement quelques instants à s'occuper de son physique puis sortit soudainement de la maison. Il ne pouvait pas marcher tranquillement, l'adrénaline le rendait quelque peu hors de son état normal. Son pas était rapide et il connaissait par cœur le chemin pour aller chez le Sénateur, alors qu'il l'avait fait des dizaines de fois en allant voir Carson. Après avoir traversé Lemon Street et avoir pénétré dans Apple Road, il ralentit le pas arrivé à présent à quelques mètres de la maison qu'il rejoignait. Il avait tout prévu, tous les détails étaient enregistrés dans son cerveau et la première règle était de paraître tout à fait normal devant les voisins qui étaient déjà dans la rue. La démarche décontractée, il adressait quelques sourires qui paraissaient peu sincères à certaines personnes qu'il avait déjà croisé auparavant. Enfin, il arriva à destination. Il marqua une pause devant l'allée qui menait à la porte de la maison et décida enfin de la traverser. Il ne fit que deux pas que déjà il aperçut la porte s'ouvrir automatiquement. Caleb fut surprit mais garda un air tout à fait normal. Il observa l'homme qu'il avait en face de lui – qui d'ailleurs ne l'avait toujours pas remarqué – prendre son journal jusqu'à ce qu'il se relève et qu'il l'aperçoive enfin. Caleb resta froid et n'afficha aucune émotion, il était difficile de garder son calme devant l'homme que vous aviez le plus envie d'étriper en ce moment, mais peu importe pour que le plan marche il fallait qu'il résiste coûte que coûte. Il découvrit la surprise du Sénateur avec plaisir, c'était toujours meilleur de prendre son ennemi par surprise et ça lui procurait une certaine fierté au fond de lui, ce qui lui donnait la force de se contenir. Néanmoins, le regard de l'homme politique montrait à quel point le garagiste n'était pas le bienvenu chez lui. « Bonjour. » lui avait-il dit sur un ton qui en disait beaucoup. Par la suite, un léger sourire en coin s'afficha sur les lèvres de Caleb qui resta tout de même impassible. Il fit deux pas en avant, pour être à présent à deux pas de son interlocuteur puis décida de s'annoncer enfin. « Bonjour. » répondit-il simplement sur un ton simple mais sérieux. Il tendit sa main et se pencha en avant pour que l'homme puisse lui attraper : la poignée de main au diable pour mieux l'achever. Il sentit une légère attente, le bras toujours tendu vers Gabriel, mais enfin il sentit la main de celui-ci dans la sienne et une forte poignée se fit sentir – plus forte et longue qu'il ne l'aurait fallut. Il s'avança à nouveau d'un pas et les deux hommes se lâchèrent, le regard de l'un plongé dans celui-ci de l'autre, cette confrontation silencieuse prit fin quand Caleb brisa enfin le silence pour expliquer la raison – pas réellement la vraie – de sa présence ici. « Je suis ici pour prendre les quelques affaires d'Esteban qui restent... Si tu n'y vois pas d'inconvénients. » Caleb restait poli, comme si rien ne s'était passé, comme s'il n'avait pas compris les insinuations du Sénateur qui avouait qu'il était mêlé dans l'agression de Bonnie. Comme s'il n'y avait rien eu. Un moment passa sous silence et Caleb continua. « Il m'a demandé de venir les chercher... Apparemment il est occupé. Mais si je te dérange, je peux lui dire de venir les chercher après. » laissant une bonne excuse pour que le Sénateur le laisse en fin de compte rentrer, Caleb attendit la réponse de celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
 

1407 Apple Road, Another one bites the dust [ft. Caleb]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-