AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -30%
Baskets Nike Air Max Genome
Voir le deal
119 €

Partagez | 
 

 Sometimes the nightmares are real

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité




Sometimes the nightmares are real - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Sometimes the nightmares are real Sometimes the nightmares are real - Page 2 EmptySam 30 Jan 2010 - 9:25

Il était dingue de la jeune femme qui était face à lui et en la voyant ainsi adossé à son escalier, un regard tendre mais si triste et si belle, il regrettait tellement d'être partit il n'était qu'un con il aurait du rester il aurait du lui dire qu'il était incapable de lui répondre mais lui dire qu'il n'était pas indifférent, il aurait du rester avec elle, la prendre dans ses bras et pleurer, pleurer d'être un homme sans coeur, qui ne peut répondre à une jeune femme pour qui il a de fort sentiments et attachement, il aurait du lui demander de lui apprendre à se confier se liberer le coeur, dire des mots tendres et qui lui prouvaient que même si il n'avait point répondu cela ne voulait pas dire qu'il n'était point amoureux d'elle. Mais le soucis c'est que si on commence comme ça on change une vie, avec des SI, on refait le monde... En l'occurence pour Duncan rien ne pouvait être recommencé, comme avec n'importe qui de toute manière, ce qui était fais était fais, Duncan pouvait s'en vouloir mais ne pouvait alors pas se permettre de réinventer sa vie, en imaginant si il était resté et tout ça.

Tout ce qu'il savait c'est qu'à ses côtés il était fort à ses côtés il se sentait bien, terriblement bien et c'était si bon de la retrouver même si tout n'était pas comme avant son départ il était raide dingue de cette femme... Follement amoureux. Elle lui avait alors demandé de se déshabiller, il s'y était attelé sans trop se poser de questions, prenant tout son temps sachant éperdument que la jeune femme regarderait, il la connaissait quand même un minimum pour savoir que lorsqu'elle posait ses mains sur le visage cette belle jeune femme faisait l'enfant ouvrant alors ses doigts pour laisser appercevoir le corps de son chéri. Il jouait de cela alors, cherchant à attiser la curiosité le regard, l'envie peut être qu'elle avait avant, l'envie de le prendre dans ses bras, d'être à nouveau avec lui, lui en rêvait, et c'était peut être ridicule mais en temps normal si il avait plu, si Duncan était rentré trempé, il ne se serait sûrement pas mis nu devant elle comme ça, il avait beau avoir eu plusieurs filles quand il disait être pudique une part de vraie était présente, il était pudique de son corps surtout du bas en fait, non pas qu'elle soit petite ou quoi, mais voilà c'était son intimité et basta.


« C'est le moment fatidique, attention demoiselle je vous surveille. »

Il avait alors vu la jeune femme hoché la tête, lachant un rire enfantin dont il ne put que sourire en signe de réponse, elle était choue, une vraie gosse si attirante, que son coeur voulait la retrouver, son esprit et tout son corps même voulait la jeune femme dans ses bras.
Duncan était à présent nu devant elle, comme un vers, elle venait alors d'enlever sa main de son visage et un sourire venait de se figer sur ses lèvres. Duncan était légèrement mal à l'aise, primo la peur qu'un voisin le voix faire le vers comme ça dans l'entrée de la jeune femme, deuxio, que Panamee le laisse choir ici à attendre que ses vêtements sèches ou le jete completement dehors. C'est ainsi qu'il essaya de controler sa gêne et savant sans prendre les habits completement oublié de les prendre, il voulait la jeune demoiselle il la voyait se geler sur place, il avait froid également, mais tout de même moins une fois que ses vêtements étaient alors tombé sur le sol, oui il y avait une grosse flaque à même le sol d'entrée de la jeune femme mais il n'y avait pas mort d'homme, ils allaient réellement finir par attraper un rhume si ils n'allaient pas se prendre une douche, ou un bain, ça attendrait, et pis il pourrait toujours l'aider à nettoyer ça irait alors beaucoup plus vite.

Il s'était alors approché de la jeune femme, elle faisait sa taille, et ça le faisait sourire, elle était belle, si belle, il ne pouvait que de nouveau se plonger dans son regard même si par moment ce regard là l'effrayait peur de voir de la haine de la tristesse de la trahisson, bref peur de ce regard mais en même temps tellement beau, où s'y perdre n'est que pur bonheur. Duncan était face à elle, lui disant qu'elle allait attraper froid si elle ne se changeait pas il la voyait perdue, les bras croisés, se touchant les vêtements comme pour vérifier si son taux de chance d'être réellement malade était important ou non. Duncan avait alors posé une de ses mains près des hanches de la jeune femme, ne voulant pas la brusquer ne la forçant à rien mais pour son bien et aussi parce qu'il ne voulait pas être seul, il voulait qu'elle vienne avec lui. Il sentit alors une main le rejoindre et sourit en coin, un léger sourire de satisfaction, il était heureux qu'elle le touche ce contact tant rêvé et si oublié, tellement lointain qu'il ne se souvenait même plus de sa texture de sa peau sur la sienne, son contact sur lui était si bon. C'est ainsi qu'elle entrelaça ses doigts avec ceux de Duncan et le guida comme si il ne connaissait alors pas le chemin vers la salle de bain, il la suivait gentillement à son rythme. Voyant la rapidité de la grimpe des marches de Panamee il se disait que celle ci avait peut être froid et qu'elle était pressé de se retrouver avec lui.

Ils arrivèrent alors dans la salle de bain, la lumière si forte aux yeux de Duncan le fit alors fermé un instant les yeux, elle pouvait alors mieux voir son état de fatigue et lui de même. Elle était si fatiguée que ça lui déchirait à nouveau le coeur.


« - Je croyais que je devais nettoyer tes habits ? »

_Tu n'es pas ma bonne Panamee, laisse je m'en occuperais après...

Il ne voulait pas qu'elle soit sa bonne à tout faire, il ne voulait pas lui donner des ordres, il ne voulait pas qu'elle prenne cela comme une obligation, elle était une femme, une femme qu'il devait respecter et ne plus faire souffrir surtout, c'était sûrtout ce point là qu'il ne devait plus oublier, et ne plus reproduire, la souffrance qu'on fais à une femme est impardonnable.
Il la vit se mordre la lèvre supérieur, il adorait quand elle faisait ça c'est ainsi qu'un léger rire sortit de sa bouche, elle détournait le regard et lui souriait, elle était si belle...
Il était toujours nu face à elle, elle appuyé contre le lavabo, elle était un amour elle avait même déjà fais chauffé la douche... Il se tourna pour voir l'eau coulé, hum il savait que ça ferait du bien que ça les réchaufferait, il la regarda alors à nouveau et la vit rire puis se cacher les yeux.


« Promis je regarde plus. » ... « Je suis vraiment désolée. »

Il sourit et se rapprocha à nouveau d'elle posant ses mains autour de son corps sur le lavabo, il était à présent collé à elle, il prit une de ses mains et lui dégagea le visage, elle ne devait pas se cacher elle était si belle et si attirante. Il rapprocha son nez et lui déposa alors un baiser esquimau, il avait envie de l'embrasser mais il ne savait pas la réaction de la jeune femme, il ne voulait pas lui faire du mal il voulait y aller doucement aussi bien pour elle que pour lui.

_Tu n'as pas à l'être, il n'y a que moi qui te demande le pardon, il n'y a que moins qui suis desolé à en mourir. Regarde moi bien au contraire, je ne supporterais pas que tu ne me regardes pas, j'ai besoin de toi Panamee McCawley, de toi ton sourire tes paroles, tes rires, de ta présence, tes baisers, tes calins, de toi et ton fils, je m'en veux Panamee, crois moi, je ne voulais pas te faire souffrir tu ne le méritais pas et Oliver non plus, tu sais que je suis dingue de vous deux pas vrai ?

La douche commençait à dégager de la buée sur le miroir derrière la jeune femme, Duncan se perdait dans ses yeux et alors que la buée était tout de même peut être trop grande et que le moment de la douche devait être alors présent rapidement, il leva un bras derrière la jeune femme posant son doigt sur le miroir elle ne pouvait alors pas voir ce qu'il faisait, il se mit à faire un coeur, et gravé à l'intérieur trois initials... P+D+O
Il voulait que cela soit gravé à tout jamais, il voulait que Panamee lui laisse une chance, il voulait élevé Oliver avec elle, il la voulait dans sa vie et toutes ses nuits il les voulait passer avec elle, pour elle il avait quitté l'agence de escort boy, pour elle il allait reprendre des études et faire un job méritant dont elle pourrait être fière pour elle il décrocherait la lune les étoiles et même la galaxie si elle lui demandait, il ferait tout pour elle, quitte à se brûler les ailes pour elle. Il lui confirmait une nouvelle fois que oui il serait là pour elle et Oliver qu'il l'acceptait même si ce n'était pas le père de ce petit il l'acceptait totalement et même si elle avait déjà pû le voir auparavant il lui redisait, car il ne voulait pas qu'elle croit que peut être il était aussi partit par peur de ne pas gérer avec le petit. Il la regarda alors à nouveau, et lui prit la main l'attirant vers la douche avec lui. Il posa ses mains sur les hanches de la jeune femme et fit remonter la nuisette de cette dernière, si elle ne se décidait pas à se laver pour se réchauffer lui le ferait ainsi il était sûr qu'elle aurait peut être moins de chance de tomber malade. Il la regarda une fois la nuisette dans ses mains et son corps dévoilé, elle semblait avoir tout de même un peu maigri depuis son départ il devrait s'occuper de cela aussi. Il jeta la nuisette dans le lavabo pour ne pas mouillé et du coup lavé une autre pièce ce soir, il posa une main dans le dos de la jeune femme l'attirant alors à lui et quelques instants plus tard il fit descendre ses sous vêtements, ils étaient nus comme des vers, il reposa sa main dans le dos ne l'ayant pas quitté des yeux de tout ce moment, de sa main libre il lui prit la main et il les emmena alors sous la douche, la température était idéal, l'eau n'était pas trop chaude, il referma la porte de la douche et prit Panamee dans ses bras, instinctivement après ce doux moment il se mit à pleurer même si ils étaient sous le pommeau de douche, il pleurait et elle pouvait peut être le remarquer, il était triste cela se voyait donc... Il la prit dans ses bras et posa alors sa tête sur l'épaule de la jeune femme, pleurant de plus belle.


_Je suis si desolé Panamee, je suis desolé...

Il n'arrêtait pas de le dire, tout en pleurant de plus en plus à chaque fois qu'il le disait, il était raide dingue d'elle il mourait d'amour pour elle, il s'en voulait terriblement il ferait tout pour se racheter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Sometimes the nightmares are real - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Sometimes the nightmares are real Sometimes the nightmares are real - Page 2 EmptyDim 31 Jan 2010 - 0:05

Arrivée près de la salle de bains avec toujours leurs mains enlacées, elle s'était finalement dégagée du jeune garçon pour ouvrir la porte et s'occuper du plus pressant : la douche. Elle se mit à tourner tout autour de la pièce en allumant au passage le robinet d'eau chaude, puis après de longs tournis donné à Duncan, elle s'était tournée et lui avait dit qu'elle s'occuperait de son linge. Proche de son lavabo, avec un élan de fatigue où elle baîlla quelque peu, elle attendit sagement qu'il s'approche pour rentrer dans la douche, mais au lieu de ça, il lui annonça qu'il s'occuperait lui même de ses affaires.

    « - Tu n'es pas ma bonne Panamee, laisse je m'en occuperais après... » avouait il alors qu'il contemplait l'intérieur de sa salle de bain, ayant même un sourire en sentant la chaleur qui s'émanait de la douche.


Etonnée de ses paroles - non pas qu'elle pensait à une corvée, mais ses penchants maniaques la poussait à tout faire au plus vite, elle se contentait de hausser les épaules en hochant le visage. Et puis, elle fut éprise de ce fou rire magistral qu'elle tentait d'arrêter, à chaque fois qu'elle le regardait, elle ne pouvait s'empêcher de regarder son corps et d'en rire. Nombre d'hommes auraient pris la fuite, et pourtant, ce n'était pas à cause de la taille ou d'autre chose. Elle était simplement morte de fatigue et morte de rire, ses yeux s'étaient rivés sur le petit ouistiti de ses entrejambes, et elle éclatait en sanglots de ricanements, portant sa main sur sa bouche pour se taire. Panamee secouait les mains pour lui signaler qu'elle ne le faisait pas exprès ; cherchant même à se mordre la bouche pour s'arrêter, les yeux plissés, elle reprenait de plus belle quelques secondes plus tard. Alors, la seule chose qu'elle réussit à dire en crispant la mâchoire pour se calmer, fut qu'elle était désolée. Pas au goût de Duncan qui venait de se rapprocher, alors qu'elle reprenait ses émotions en regardant la buée traversant la douche. Soupirant profondément en s'apaisant, alors qu'elle avait posé ses mains contre son visage pour ne plus le voir, elle sentit bientôt les pas de l'homme et fut éprise d'un deuxième frisson dans la même soirée. La jeune mère serrait fortement ses doigts lorsqu'elle les sentit se volatiliser et qu'elle vit son petit ami, nez contre nez sous la forme d'un baiser esquimau, elle en avait presque les larmes aux yeux.

    « - Tu n'as pas à l'être, il n'y a que moi qui te demande le pardon, il n'y a que moins qui suis desolé à en mourir. Regarde moi bien au contraire, je ne supporterais pas que tu ne me regardes pas, j'ai besoin de toi Panamee McCawley, de toi ton sourire tes paroles, tes rires, de ta présence, tes baisers, tes calins, de toi et ton fils, je m'en veux Panamee, crois moi, je ne voulais pas te faire souffrir tu ne le méritais pas et Oliver non plus, tu sais que je suis dingue de vous deux pas vrai ? »


De déclaration en déclaration, elle avait des yeux illuminés par les paroles de Duncan ; peut être que même les mots qu'il venait de sortir était aussi beau qu'un je t'aime. Elle avait voulu sourire mais avait voulu pleurer, alors elle avait été dénué d'expression et le contemplait, ses prunelles brillées de mille feux alors qu'il levait un bras derrière elle. Panamee s'apprêtait à sentir son bras derrière elle, mais rien ne se fit sentir - marquant même de la précision dans son visage, elle se tourna un moment pour apercevoir ce coeur : P+D+O. Un véritable petit garçon, songeait elle alors qu'elle dessinait à ses côtés le visage simpliste d'une demoiselle, rajoutant des cercles au dessus de sa tête ; faisant croire alors qu'elle rêvait à cette union.

Ne voulant répondre maintenant, elle se laissa guider par les pas de son homme qui la menait vers la douche, toujours aussi nu - et plus tellement gêné par sa nudité finalement. Elle avait froid dans sa nuisette et commençait à grelotter, et comme par simple magie, elle vit les doigts de Duncan sur ses hanches : troisième frisson. Claquant doucement des dents, elle avant attendu de le voir remonter sa nuisette avant de redresser les bras vers le plafond ; l'aidant ainsi à lui enlever son étoffe. En un claquement de doigt, elle se retrouva en sous vêtement déparayé devant le jeune homme - quelque peu troublée de sa pudeur, elle se cacha un moment en croisant les bras mais finit par se retrouver enlacer par ce dernier. La jeune McCawley vit alors sa nuisette plonger dans le lavabo et eut un soupir de satisfaction, il acceptait même ses défauts ce soir, elle fermait ses yeux cernés sur l'épaule de Duncan et attendait. Quoi, elle ne savait pas, le déluge peut être. Finalement, en sentant les bras de son petit ami venir à la rencontre de ses vêtements, elle fut tout d'abord réticente, bougeant même par peur - mais c'était Duncan, et elle se laissa faire en rabattant son menton contre sa nuque. Dans un souffle chaud, elle se réchauffait. Panamee vit petit à petit ses habits au sol, et même cette main dans la sienne qui l'accompagnait sous la douche ; intimidée et toute aussi nue que lui, elle l'avait suivi et avait même refermé la porte après leur passage. L'eau coulant sur leur corps, elle se vit reprendre dans les bras par ce dernier : la demoiselle avait eu le temps de se dire que même sous la pluie, il restait magnifique. Et après ce court moment de songerie, elle entendit des pleurs - persuadée que c'était elle, la jeune mère fut étonnée de ne rien entendre de sa propre bouche, mais de celle de son petit copain qui pleurait sur son épaule en chouinant et marmonant de faibles mots.

    « - Je suis si desolé Panamee, je suis desolé... », elle était totalement désarçonnée par ses propos et restait dans ses bras - ne sachant pas quel geste utiliser ; elle leva la main pour la poser contre le dos du jeune homme, mais la lâcha au dernier moment en la laissant suspendue le long de son corps. Elle l'entendait entrain de pleurnicher sur son épaule, terriblement malheureux, et restait nue devant lui sans rien faire : elle préférait le laisser se vider, comme une loque. Puis, les sons de ses sanglots se faisaient de plus en plus fort, rien à faire, Panamee redressa son buste pour y déposer sa fine main derrière le dos du garçon et finit par se sentir mal à son tour. Les larmes qui gisaient parmi les gouttes de la douche, elles étaient pour la demoiselle. Alors faisant des allées et venues sur les omoplates de Duncan, elle tentait de l'apaiser comme elle le pouvait - mais ceci ne fit qu'aggraver l'état de ce dernier. Déboussolée, et perdant espoir de retrouver l'homme qu'elle avait connu ; elle tenta de le reprendre en main en se dégageant doucement de leur enlaçade.


Prenant entre ses doigts le visage de ce dernier avec délicatesse, ses mains de part et d'autre de ses joues, elle eut un petit sourire de compassion ; et de son pouce elle dégagea les larmes qu'elle ne pouvait apercevoir avec la pomme d'arrosoir. Sa douche avait beau être étroite, elle arrivait à tenir parfaitement avec Duncan contre les parois, et n'eut pas de mal à le faire reculer contre le mur en le fixant du regard. Tellement affaibli et fatigué, son petit ami se laissa faire sans problème. Et là, elle posa une main sur son torse qui n'avait pas maigri ; les bosses étaient toujours les mêmes dans ses souvenirs et un petit sourire apparut alors qu'elle les contemplait, les frôlant une à une. Arrivée à la dernière, ses prunelles se redressèrent immédiatement en direction du jeune homme ; les yeux imbibés d'eau alors qu'il se trouvait complètement au dessous de son pommeau de douche. Panamee venait de planter son regard noir dans le bleu azur de Duncan, sans rien dire, cherchant peut être les mots qui feraient arrêter la peine de son copain, elle n'avait surtout pas besoin de le voir pleurer maintenant. Ses deux mains toujours sur son torse, elle en dégagea une qui partit à l'aveuglette vers les gel douche - l'ouvrant de son index avant de s'en mettre sur les doigts, elle placarda une nouvelles fois ses bras sur l'homme.

Un petit sourire au creux des lèvres, presque niais, elle savonnait son mâle sans un mot alors qu'il la regardait ; elle n'avait pas besoin de lui dire d'arrêter de parler, elle l'écoutait. Ses pardons résonnaient dans la salle de bain, et disparaissait au fur et à mesure qu'elle le massait, alors cet écartement de la bouche n'y était pour rien : son stratagème de lavement marchait. Plus elle s'occupait de lui, plus il oublierait le mal qu'il lui causait, et elle aussi. Panamee agrippait ses doigts sur les pectoraux du jeune Thomas, abaissant la tête pour voir ce qu'elle faisait en ayant éteint l'eau qui coulait, elle entendait toujours les quelques reniflements qui se calmaient petit à petit. S'attaquant ensuite aux bras de Duncan, elle les chopa un par un en descendant l'immense mousse qu'elle avait crée - utilisant trop de gel douche, peut être - et descendit le long de son avant bras avant d'arriver à ses mains. Soufflant doucement sur la mousse qui s'éparpilla dans l'enceinte de la douche, elle gardait ce petit sourire franc entre les lèvres ; cherchant un moment le bouton de l'eau chaude pour l'actionner, elle avait reposé ses yeux vers le visage de son copain. La jeune mère fut rapidement aidée par le blond, portant sa main mousseuse sur le robinet, elle vit l'eau glisser le long des deux corps et attrapa au passage la main masculine qu'elle entrelaça encore une fois avec la sienne, sous le son d'un prout de savon. Sous l'océan, sous l'eau. Elle gobait l'eau à pleine bouchée en le contemplant de ses iris, et alors que la mousse se trouvait enfin à leur pied, elle qui avait une main dans celle de Duncan, fit de même avec l'autre, les montant en haut de sa tête. Et là, le silence pesant la faisant tourner à la dérision, et pour éviter de pleurer tout comme son compagnon, elle l'embrassa. Ancrant ses lèvres et prenant possession de celles de son petit ami, elle s'était plaquée contre le buste de ce dernier et l'avait étreint - ne cherchant même pas à intensifier le baiser ou à bouger la tête, elle avait juste déposé tendrement sa bouche contre l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Sometimes the nightmares are real - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Sometimes the nightmares are real Sometimes the nightmares are real - Page 2 EmptyDim 31 Jan 2010 - 13:28

Duncan était heureux de retrouver sa belle, et plus ça allait plus il se disait qu'il avait peut être fais l'erreur de sa vie en la quittant. Mais maintenant il était à ses côtés alors il essayait juste de se rattraper d'oublier ou du moins de mettre de côté ce qu'il s'était passé et de profiter de sa présence. Elle s'était posé près de son lavabo à grelotter et à le regarder, elle n'avait rien répondu au fait qu'il allait s'occuper de ses habits tout à l'heure, était elle étonnée ? Peut être un peu mais voilà il voulait qu'elle se repose tout comme lui si il était là avec elle il voulait en profiter et passer un max de temps à ses côtés. Elle riait, elle avait un fou rire nerveux et c'était si craquant, il ne pouvait rien lui dire, il la regardait et à force il sourit également avec elle, son rire était communicatif il était alors obligé de sourire, elle était si mignonnette et elle lui avait alors tant manqué. Il savait qu'elle ne riait pas de son corps, elle l'avait déjà vu bien plus d'une fois et son engin qui était loin d'être un petit ouistiti était loin d'être comique, elle riait peut être tout ismplement de la situation c'était tout. Elle était si mignonne qu'elle s'excusa même de son rire mais lui ne voulait pas qu'elle s'excuse il préférait la voir rire que pleurer c'était tellement plus agréable à l'écouter et à la voir, c'est ainsi qu'il prit la parole à nouveau, lui qui ne parlait que très peu avait dénié sa langue depuis son retour à ses côtés, il ne voulait pas qu'elle s'excuse, lui seul avait le pouvoir de dire ces paroles, il demandait le pardon et le demanderait sûrement pendant un long moment encore, il était si mal sans elle et penser qu'il lui avait fais tant souffrir était si dur pour lui.

Elle ne répondit alors rien à sa 'déclaration' mais il comprit à son regard qu'elle était touchée, il n'avait pas besoin de réponse il avait juste besoin d'être à ses côtés et elle également pour voir qu'elle était déjà mieux même si il ne l'avait pas vu pendant son absence il savait alors qu'elle ne devait pas être dans le même état qu'elle l'était à présent à sourire à nouveau. Tout comme lui d'ailleurs, il n'avait pas sourit pendant près de trois mois, et c'était bien long! Duncan sourit lorsque la jeune femme dessina une femme à côté de son coeur et qu'elle fit des bulles comme pour lui montrer qu'elle y pensait également, qu'elle peut être même rêvait de cela. Il dessina alors un homme aux côté de la femme main dans la main et fit rejoindre les bulles avec celle que Panamee avait créée, pour lui montrer que lui aussi était dans la même vision des choses même optique, il la voulait et voulait son fils avec eux deux. Et pourquoi pas dans un moment un autre bébé entre les deux ? Ils seraient alors bien à quatre.

C'est ainsi que par la suite des choses Duncan l'emmena avec lui sous la douche, même si elle avait eu un petit recul lorsqu'il la déshabilla completement il ne pouvait lui en vouloir il savait que ce n'était pas facile de se faire toucher à nouveau par l'homme qui venait de lui briser le coeur il y a quelques mois dont elle n'avait même pas eu une seule nouvelle. Ils furent dans la douche, collé l'un à l'autre, l'eau coulant alors sur leur deux corps gelée, cela faisait du bien terriblement du bien même.

C'est ainsi que Duncan ne put retenir à nouveau ses larmes, elles coulèrent alors instinctivement, il ne pouvait pas les contrôler il était si triste et si heureux de la voir mais il souffrait encore de ce départ qu'il lui avait fais endurer, il souffrait du fait de ne pas pouvoir lui crier qu'il l'aimait à tout bout de champs il n'y arrivait pas et cela le tuait, c'était un trop pleins d'émotions qui alors sortit de son corps, si d'ordinaire il frappait tout ce qui bougeait là il n'avait pas le gout à faire cela mais plutot de pleurer laisser parler ses sentiments d'une façon plus douce, même si cela devait faire bizarre et peut être pourquoi pas du mal au coeur à Panamee de le voir si fragile lui qui fait tellement le fier et le fort devant tout les autres.

Il ne voulait pas pleurer il voulait se retenir mais il ne put le faire, c'est ainsi que les larmes coulèrent le long de ses joues dans les bras de Panamee, il lui réclamait le pardon, même si cette dernière allait mettre le temps qu'il lui fallait pour le faire il espérait fortement qu'elle le ferait, il était alors contre elle et un petit moment après il sentit une main dans son dos à lui cajoler, essayant de le calmer, il pleura au départ encore plus et petit à petit ses larmes se stoppèrent doucement, la jeune femme le prenait en main pour ne pas le faire pleurer, elle le savonnait même, il la regardait un regard de cocker, de chien battu, il était si mal pour elle, si malheureux mais si amoureux pourtant comment l'amour qu'il avait pour elle, avait elle réussi à les détruire tout deux? Il se laissait alors faire et lorsqu'elle remit l'eau en marche il eut des frissons, et très vite il fut étonné des réactions de la jeune femme, elle se colla à lui et l'embrassa alors tendrement, un baiser tout simple, un collage de lèvres sur les siennes, et pourtant cela réchauffa le coeur et le corps de Duncan, il ferma les yeux et lacha un soupir de soulagement, elle était belle et bien là elle l'embrassait et cela lui avait tellement manqué. Il posa une main dans le dos de Panamee et l'autre dans sa nuque, il n'intensifia pas le baiser au départ mais quelques temps après, il le renda alors plus passionné, ça lui avait tellement manqué qu'il avait pensé ne plus jamais redécouvrir le gout de ses lèvres... Il était si bien avec elle...

Quelques temps après ils mirent alors fin au baiser et à la douche, il ferma l'eau et sortit de la douche attrapant la serviette de Panamee il l'enroula à l'intérieur, il prit une autre serviette et il se la mit autour de la taille, il aida la jeune femme à sortir de la cabine de douche, et l'enlaça alors de ses bras pour l'aider à sécher et ne pas avoir froid...


_Je suis si bien avec toi.

Il venait de lui murmurer cela, il était si bien et lui disait. Il la regarda et sourit alors déposant un léger baiser comme elle l'avait fais précédemment dans la douche et il posa son front contre le sien.

_Je vais devoir rester nu... enfin en serviette. *il sourit* Je vais t'aider à nettoyer mes bétises en bas. Ok ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Sometimes the nightmares are real - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Sometimes the nightmares are real Sometimes the nightmares are real - Page 2 EmptyDim 31 Jan 2010 - 19:30

Sous la douche à le savonner de ses fines mains, elle avait redressé le visage pour contempler son petit ami - toujours dans un sale état, et s'était mise à lui nettoyer ses pommettes grisonnantes, dans l'espoir de faire disparaître ses cernes. Elle souffla doucement sur le minois de Duncan en espérant voir un sourire ; mais il était beaucoup trop tôt pour que tout se reconstruise, et cherchant le bouton du robinet, elle sentit la main de ce dernier venir à son aide. Il pleurait moins. Mais il chialait toujours devant elle. Panamee reposa le gel douche sur l'étagère, et poussa l'eau chaude à fond, sursautant d'ailleurs et manquant de se brûler par le contact de la douche, elle se précipita de tourner l'autre bouton pour une température ambiante. Un petit rire désolé s'affichait sur la bouille de la belle brune, et gardant ses mains sur le torse de son compagnon ; elle les fit descendre jusqu'à ses bras et ses mains qu'elle entrelaça. Sous l'océan. La jeune mère qui le fixait de son regard noir ne put se retenir - une envie trop forte, elle remonta ses mains le long du corps de Duncan et prit possession de ses lèvres avec timidité. Restant bouche contre bouche, elle l'embrassait sans avoir pu se contenir ; ne cherchant même pas à brusquer son geste, elle l'avait étreint et restait son visage contre le sien. Les yeux clos, Panamee eut même un petit sourire en sentant le souffle court de son petit ami, et plissant alors des yeux elle détacha ses doigts de ceux du garçon. Profitant même de ce moment, l'eau qui gisait sous eux : la demoiselle poussait le désir jusqu'à avoir la main de l'homme contre son dos, qui la ramenait à elle. Se laissant tout d'un coup guidée par ce dernier, elle eut le plaisir de le voir intensifier l'embrassade - ne pensant même plus aux pleurs et au pardon, elle restait proche de lui avec leurs lèvres collées.

Savonnée et douchée, elle restait plongée dans le silence ; ne l'embrassant ou ne lui parlant guère, elle finit rapidement de se laver et sortit de la douche, marchant sur le tapis de salle de bains, pour ne rien mouiller. Elle n'eut pas le temps de choper sa serviette qu'il l'enroula galamment avec - elle écartait les bras pour laisser passer le linge autour de sa taille, et enfouit l'un des bouts à l'intérieur pour éviter de la faire glisser. Se retournant, elle le vit se munir d'une autre serviette, faisant de même autour de sa taille ; elle contemplait son torse bronzé avec un air niais, et se vit rejoindre par Duncan. Rapidement enlacée par ce dernier, elle passa immédiatement ses bras autour de la taille du garçon - sentant les mains masculines lui frottant le dos, alors qu'elle se plaquait contre ses pectoraux pour sécher de la manière forte le ventre de son homme.

    « - Je suis si bien avec toi. », hochant la tête en un faible sourire, se faufilant entre ses bras pour l'entourer de sa taille - elle le regardait tout comme lui. Se dégageant légérement de leur étreinte pour mieux le voir ; elle fut suprise du concis baiser qu'il venait de lui donner, se touchant même la lèvre comme pour savoir si elle avait rêvé - elle se vit coller son front contre celui de Duncan. Enroulée dans sa serviette comme un bonbon, elle gardait ses mains autour des reins de son homme ; le frolant de ses doigts comme pour le réchauffer, ses yeux illuminés qui pénétraient le bleu de ses iris. « - Je vais devoir rester nu... enfin en serviette. *il sourit* Je vais t'aider à nettoyer mes bétises en bas. Ok ? » lui murmurait le blond en se détachant, prêt au travail. Elle n'avait véritablement aucun habit d'homme - hormis ceux de son fils - et eut presque un petit rire enfantin : autant porter les habits de Duncan faisait sexy, autant qu'il porte les siens la dérangeait. Secouant la tête négativement, elle se remit dans sa serviette en la remontant le long de sa poitrine ; et d'une voix posée, elle commençait à partir en direction de son couloir en chuchotant.« Tu t'occupes de faire ta machine. », elle attrapait au passage sa petite tenue (sous vêtements) qu'elle lui tendit ; et se grattant la tête tout en éteignant la lumière de la pièce, elle reprit la parole. « Mets mes affaires avec, je vais nettoyer en attendant. », et sans un mot - ou plutôt sans lui laisser le temps de répondre, elle s'engageait avec la serpillère dans le bas des escaliers, toujours vêtue de sa serviette.


Marchant sur le parquet gelé de son rez de chaussée, elle passa à travers la flaque d'eau et récupéra ses chaussons détruits ; les menant jusqu'à sa cuisine, elle les fit glisser dans la poubelle. Revenant sur ses pas en jetant un oeil à son dogue endormi dans sa couchette, elle s'accroupit une fois à hauteur des dégâts et commença à ramasser la pluie en essorant dans un sceau à proximité - Panamee ouvrit alors son placard d'entrée remplit de produits toxiques, et en sortit l'un d'entre eux qu'elle appliqua sur son sol. Plus maniaque, tu meurs. Elle passa deux fois la serpillère dans toute l'entrée, vidant le sceau rempli d'eau noire, elle marchait sur les pointes en se hissant sur l'escalier qu'elle escalada. Passant à travers la rembarde, la jeune mère essoufflée venait de revenir au premier étage et entrouvrit un instant la chambre de son fils, où le petit blond avait poussé. La chevelure en boucle totalement ébouriffée, elle eut un petit sourire qui se lisait sur les lèvres, et se retourna en sursaut en remarquant la présence de Duncan qui venait de faire la machine. Le laissant alors passer, elle resta un instant devant l'ouverture de la pièce tandis que son homme contemplait Oliver ; et se dégagea alors de la porte pour partir vers sa propre chambre. Elle éclaira alors le variateur et cherchant dans ses affaires un pyjama - elle se munit d'un caraco short de couleur pale ; et s'enfouit immédiatement dans ses couvertures, ne l'attendant pas. Ayant trop froid dans sa serviette, elle l'imaginait déjà revenir en serviette, se demandant bien comment s'habiller autrement que tout nu. Alors, entendant le grincement de sa porte et se doutant bien de la personne, elle qui fermait les yeux se mit à meugler quelques bouts de phrases.

    « Je te propose de mettre une robe, un string ou un soutien gorge. » avouait la jeune demoiselle en se mordant la lèvre ; ouvrant finalement les yeux en sa direction pour s'adosser contre son lit, la couette remontée jusqu'à sa bouche. « Ou alors tu attends et tu me rejoins, en avouant que je préfére cette proposition. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Sometimes the nightmares are real - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Sometimes the nightmares are real Sometimes the nightmares are real - Page 2 EmptyDim 31 Jan 2010 - 20:04

[jusitify]Il parait qu'une larme c'est 1% d'eau et 99% de sentiments, c'était un signe d'amour, et Duncan l'aimait beaucoup apparemment, plus qu'il ne le pensait, il pleurait sous la douche dans ses bras il voulait se controler mais n'y arrivait pas jusqu'à ce qu'elle le touche délicatement pour le rassurer. L'effet fut parfait il se calmait elle l'apaisait, cette femme était son âme soeur.

Panamee était si attachante, prenant soin de lui, il se mit à rire lorsque celle ci se trompa et mit l'eau chaude à fond, l'avait il perturbé au point qu'elle les crame ? Le baiser de Panamee si timide et si doux un véritable régal, il avait tellement attendu ce baiser, c'était que du bonheur. Ils étaient si mignons ensemble comment avaient ils pu vivre l'un sans l'autre aussi longtemps ? Cela avait fais plaisirs à Duncan de passer un moment sous la douche intime ainsi avec elle elle n'avait que très peu parler mais il s'en contrefoutait, elle était là c'était le principal, il n'était plus seul et elle non plus il pouvait alors avoir un oeil sur elle et la protéger comme il lui avait promis, il serait toujours là pour elle lui avait il dit un jour, et il comptait bien ne plus rompre sa promesse.

Ils étaient alors dans les bras l'un de l'autre Duncan sourit en sentant Panamee vouloir lui secher le torse elle était si mignonne. Il comprit à son sourire lorsqu'il lui parla qu'il devait rester nu, qu'elle pensait à lui mettre des tenues à elle, il n'avait pas pensé aux habits d'Oliver mais voilà, c'était pas pratique de dormir chez une femme lorsqu'on n'avait pas d'habits propres, enfin si il en avait dans la voiture mais n'avait point pensé à les prendre et ne voulait pas, il ne voulait pas partir de chez elle ayant peut être peur que la porte soit fermé à son retour. Leur étreinte prit fin, elle secouait la tête négativement lorsqu'il lui parla de l'aider à nettoyer, elle ne voulait pas de son aide ? Il avait beau être fatigué à deux ç allait être plus rapide non ?


« Tu t'occupes de faire ta machine. » ... Mets mes affaires avec, je vais nettoyer en attendant. »

Il sourit, elle le guidait dans ses taches, adorable. Et là il ne put que sourire et lacher un rire coquin, elle lui tendait son slip, c'était mignon, elle lui offrait ? xD xD Il était mort de rire limite un large sourire au coin des lèvres. Il ne put que rien répondre elle partait déjà, alors il agit, il prépara la machine mettant les habits de la jeune femme, descendant rapidement en bas prendre les siens, et remontant aussi rapidement qu'il le pouvait comme presser de finir cela, il prit d'autre habits pour lui faire tourner une machine complete. Il eut fini un petit moment après, il devait comprendre comment sa machine fonctionnait pour ne pas faire rétrécir ses habits sinon il devrait alors vivre à l'intérieur de la maison et tout nu toute sa vie, Oliver n'allait peut être pas apprécié... Il sortit alors de la pièce et vit Panamee entrouvrir la porte de son fils, il n'avait pas vu le petit depuis son départ il se demandait si il avait loupé des choses, si il avait grandit et si il se souvenait encore de lui, il se plaça derrière Panamee et attendit un instant, elle sursauta d'ailleurs il sourit et pour la calmer il l'enlaça de derrière posant sa tête sur son épaule, regardant la pièce ou Oliver dormait toujours comme un ange comme toujours d'ailleurs un ange ce gosse. Panamee partit alors dans sa chambre, elle devait avoir froid, lui restait devant la porte hésitant, un instant il entendit Panamee ouvrir des placards et lui trop occupé par ses pensées s'avança dans la pièce, s'approchant du berceau, il posa une main dessus c'était bel et bien le berceau du jeune homme il sourit en coin, c'était touchant, il regarda Oliver il avait bien grandit il devrait lui faire un autre lit très vite; il le contempla, il était ému de le revoir, et oubliant le babyphone il lui parla alors que celui ci dormait, lui murmurant.

_Hey bonhomme, je suis desolé, désolé de t'avoir abandonné, toi et ta maman, mais tu sais je suis vraiment dingue d'elle et je suis qu'un con car je ne sais lui dire... T'as bien grandi bout d'chou, tu m'as manqué...

Il rapprocha sa tête du petit lui caressant le crane et déposant un baiser sur son front il le regarda encore un instant et se dépécha d'aller voir la mère, elle devait se demander ce que l'homme faisait, il oubliait totalement qu'elle avait peut être encore le babyphone sur l'oreiller à ses côtés comme chaque soir. Il la vit déjà sous la couette il sourit... Il se posa dans l'encadrement de la porte, les bras croisés et l'écouta.

« Je te propose de mettre une robe, un string ou un soutien gorge. » ... « Ou alors tu attends et tu me rejoins, en avouant que je préfére cette proposition. »

Elle le regardait se mordant la lèvre elle était si belle... Il sourit alors un string et un soutien gorge ? Elle avait pas autre chose à lui mettre ?

_Je ne savais pas tes penchants pour les travestis, ou les femmes peut être ? Merde. *il lacha un petit rire* Je pense prendre la deuxième proposition également, enfin si tu me laisses toujours une petite place sinon je vais dormir avec... Mowgli dans sa niche.

Il sourit il la taquinait, il s'approcha alors du lit, il enleva sa serviette et la posa sur la chaise pas loin de lui prenant soin de ne rien mouillé même si il avait séché entre temps... Il se glissa sous la couette et la regarda alors, lui n'avait pas si froid comme d'habitude il n'était couvert que en dessous de la ceinture... Il la regardait tendrement se perdant dans ses yeux.

_Oliver a bien grandi... Il sait déjà dire 'maman' ? Raconte moi comment il va le petit...

Il voulait des nouvelles de son bébé, leur bébé peut être, qui sait un jour... Ou pas. Mais il en parlait tristement, il savait avoir loupé pleins de choses il voulait rattraper le temps perdu même si c'était impossible qu'il les revive, il était dingue de ses deux êtres dont il ne pouvait vivre sans.[/justify]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Sometimes the nightmares are real - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Sometimes the nightmares are real Sometimes the nightmares are real - Page 2 EmptyLun 1 Fév 2010 - 2:04

Assise sur les talons au rez de chaussée, Panamee McCawley prenait soin de ramasser toute l'eau coulée - jetant au passage ses chaussons humides, où la semelle avait rendu son deuil, et repartit près des escaliers. Au passage, cette dernière se munit d'un sceau qu'elle chipa dans la cuisine, et accroupie sur le carrelage ; elle essorrait la serpillière à l'intérieur et s'était mise à nettoyer toute son entrée, sortant même l'un de ses multiples produits anti bactérien. Elle avait tout d'abord vidé le plus gros de la pluie, puis balai en main et en quatrième vitesse, elle avait passé son morceau de tissu sur l'ensemble du sol. Soufflant doucement une fois terminé se frottant le front avec un sourire de satisfaction, elle était partie à cloche pied pour rincer le sceau et les autres instruments utilisés, les rangeant chacun à leur place avant de faire demi tour vers ses escaliers. Là, elle se hissa sur sa rembarde pour ne pas trop salir le parquet encore humide et propre, et enjambant alors les barreaux elle se retrouva sur les marches qu'elle grimpait silencieusement. La jeune mère partit en direction de la chambre de son fils qu'elle entrouvrit, regardant au loin la bouille de Oliver dans son berceau - elle ne s'avançait pas à l'intérieur, entendant juste les ronflements réguliers du bambin qui dormait à poings fermés. Elle avait la tête contre la paroi de sa porte et tellement préoccupée par le bonheur de l'enfant ; elle fut surprise et apeurée en sentant le souffle de Duncan derrière son oreille. Cette dernière se retourna et le voyant, elle eut presque un petit rire et repartit à sa contemplation où elle sentit les bras de son homme venir l'encercler, tout doucement puis sa tête contre son épaule, qui regardait lui aussi l'image du berceau construit de ses mains.

Un petit moment plus tard, elle se dégagea de l'étreinte qu'ils formaient tous les deux ; et le laissant seul avec son fils, elle partit droit vers sa chambre qu'elle ouvrit, toujours vêtue de sa serviette autour de la taille. Panamee fit grincer son armoire en sortant un nouveau pyjama - tentant de ne pas faire le même bruit une fois l'avoir refermé, elle laissa glisser la serviette le long de ses jambes, et enfila rapidement ses habits de peur d'avoir trop froid. Au moment de mettre son haut, la demoiselle crut entendre un murmure et redressa immédiatement la tête ; cherchant d'où pouvait provenir le bruit, s'approchant petit à petit pour trouver le visiophone posé sur sa commode. Plantant son oreille dessus pour mieux entendre, elle tapa plusieurs fois dessus en réglant le son jusqu'à écouter les paroles de Duncan, un petit sourire - il parlait toujours tout seul songeait elle.

    « - Hey bonhomme, je suis desolé, désolé de t'avoir abandonné, toi et ta maman, mais tu sais je suis vraiment dingue d'elle et je suis qu'un con car je ne sais lui dire... T'as bien grandi bout d'chou, tu m'as manqué... » chuchotait il avant qu'elle ne puisse plus rien entendre.


Rentrant à l'intérieur de la couette comme une princesse, elle avait un petit sourire niais aux paroles qui venaient de sortir de la bouche de son homme ; et remontant la couette jusqu'au bout de son nez, elle se mit à fermer les yeux en lâchant un soupir : soupir mêlé à la fatigue et au désir. Finalement, Panamee entendit les pas du garçon et ne put que entrouvrir un oeil au grincement de sa porte, le voyant alors croiser les bras devant l'encadrement - un écartement de la mâchoire qu'elle contemplait tout en exposant sa théorie sur la nudité. Elle avait cherché quelques secondes dans ses habits, et au risque de le voir porter l'un de ses jeans ; elle n'accepterait pas de le regarder avec des habits de fille, cette idée lui était insuportable et il paraîtrait indésirable à ses prunelles.

    « - Je ne savais pas tes penchants pour les travestis, ou les femmes peut être ? Merde. *il lacha un petit rire* Je pense prendre la deuxième proposition également, enfin si tu me laisses toujours une petite place sinon je vais dormir avec... Mowgli dans sa niche. » Elle secouait la tête tout doucement - hallucinant dans un rire à ses paroles, en aucun cas elle avait ce genre de penchant et se moquant encore un peu plus ; elle remonta la couette jusqu'à se cacher avec dans un air désolé. Laissant juste l'espace de sortir son front et ses yeux, elle l'entendait rire et ne put qu'avoir un peu plus chaud au coeur alors qu'elle le voyait prendre place dans sa chambre. Elle l'écoutait parler sur les éventuelles propositions de la jeune Panamee, et fut contente de l'entendre choisir la même que la sienne ; faisant tout d'un coup une moue au sujet de son dogue baveur qui dormait à l'étage du dessous.
    « - Ah non ! A vous deux vous allez me mettre trop de poils partout. » disait elle ironiquement, cherchant l'humour dans le regard bleu de Duncan qui venait de retirer sa serviette. Le zieutant du regard alors qu'il posait le linge sur le dos d'une chaise - elle tapota la place libre à ses côtés pour l'inviter à s'asseoir, et attendit un petit moment avant de le voir se glisser à l'intérieur, se recouvrant uniquement qu'à moitié. La taquinait il sur le glaçon de Panamee qui était frigorifiée ? Elle le fixait de ses yeux noirs tandis qu'il faisait de même en la contemplant d'un regard tendre, presque amoureux.
    « - Oliver a bien grandi... Il sait déjà dire 'maman' ? Raconte moi comment il va le petit... », elle était contente d'entendre cette demande, et prit rapidement un bonheur fou à lui raconter ; malgré les yeux tristes du jeune garçon.
    « - Oliver sait très bien baver et grogner quand il ne veut pas manger. » annonçait la jeune mère en marquant un temps, cherchant dans son esprit tout ce qu'avait pu manquer Duncan durant son absence. « Et puis, il sait faire des "mamamamama", mais rien de bien concret pour le moment. » Et elle approcha son oreiller de celui du garçon, tapotant légérement dessus pour le reformer ; elle se rabattit sous la couette en la remontant encore un peu, frileuse. Elle eut un petit sourire en repensant à ce jour de découverte, et voulant alors faire partager ce moment à son petit ami - elle eut une petite illumination en entrouvrant la bouche une nouvelle fois. « Il sait marcher, enfin c'est pas de l'art mais souvent des crises de fous rires, mais il marche. Tu le tiens, et il peut se tenir par les rebords du meuble, il a commencé il y a dix jours. » avançait elle en baîllant, mettant sa main devant sa bouche. Se rendant alors compte qu'il s'attristait au fur et à mesure qu'il l'entendait, elle bafouillait légérement et sortant de quelques centimètres sa main de la couette, elle la posa sur le torse de Duncan et eut une petite moue triste. Elle cherchait le moyen de l'apaiser - mais incapable de lui trouver les bonnes paroles, la fatigue l'envahissant, elle eut un petit sourire au bord des lèvres et voyant encore les iris bleus abaissées en sa direction, elle reprit de plus belle. « Tu as peut être loupé pas mal de choses Duncan, mais si ça peut te soulager ; il n'a pas encore dit "papa". »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Sometimes the nightmares are real - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Sometimes the nightmares are real Sometimes the nightmares are real - Page 2 EmptyLun 1 Fév 2010 - 22:03

Panamee était vraiment une femme rapide et ordonnée, et Duncan était vraiment un homme lent à faire le ménage, surtout quand il ne connaissait pas la machine avec laquelle il devait travailler, il avait pris l'habitude de se débrouiller pour son linge chez lui mais il connaissait la machine par coeur et parfois il était vrai que certaines machines étaient légèrement plus compliqué que d'autres surtout lorsqu'il voulait faire l'homme parfait et laver une partie du linge de sa belle. Il n'avait pas alors eu le temps de faire sa machine et de descendre aider sa belle, qu'elle avait alors déjà fini, speedy gonzales du ménage !!!
Il la vit alors dans le couloir à regarder son petit dormir, il la trouvait si touchante et se sentait si bien dans ce cocoon familiale, il n'avait qu'une envie ne jamais partir de là... Il se demandait même si il n'allait pas vivre avec elle pour toujours, mais c'était pas encore gagné. Il le savait bien pour ce dernier point mais bon. Il avait alors vu la jeune femme partir peut être avait elle froid ! Il regardait lui Oliver dormir, le petit lui avait tant manqué, il s'était rapproché de lui et avait alors décidé de faire comme d'habitude comme avant, il lui parlait souvent pendant son sommeil disant des bétises, il avait déjà commencé le premier soir et continurait alors pendant longtemps, du moins aussi longtemps que Panamee le lui laissait faire. Et pis de toute façon elle n'était pas là pour le voir faire, ni même l'entendre, enfin si elle était présente de l'autre côté du baby phone mais lui trop étourdi trop fatigué n'avait alors pas vu le baby phone clignoter et même si il l'avait vu cela ne l'en aurait pas empêcher de parler, il était comme ça il tenait fortement à la femme et à son fils... Il les avait trouvé trop mignon lui qui fuyait les femmes avec un enfant, avait accroché directement à celle ci un coup de foudre, un tonnerre foudroyant en plein coeur, il était dingue d'elle.

Il était ensuite repartit rejoindre alors la jeune femme qui devait sûrement être dans son lit il la trouva alors bien là, présente à attendre son prince, son crapaud... C'est ainsi qu'elle parla de vêtements de femmes, il la taquina alors sur ses penchants sexuelle et elle fit quoi ? Répondit en le taquinant bien évidemment, elle avait très vite compris les penchants de Duncan sur la taquinerie!!!


« - Ah non ! A vous deux vous allez me mettre trop de poils partout. »

Duncan lacha un rire, elle le trouvait alors poilu ?? Elle était si mignonne il se regarda le torse et fronça les sourcils avant de lui répondre tout en la regardant tout triste, enfin non il faisait l'homme triste mais avait un sourire en coin.

_C'est bon je suis pas un ours non plus, bon c'est bon demain je m'épile et après comme ça je ressemblerais à un vers tu l'auras voulu ma belle.

Il sourit et c'est ainsi qu'il la rejoigna sous la couette, elle avait tapoté la couette pour qu'il vienne la rejoindre, il s'était mit à moitié sous la couette, la différence avec Panamee qui était limite completement sous la couette, il sourit, c'était totalement les opposés sur ce point; mais les opposés s'attirent comme l'on dit souvent.
Bien sur il rigolait il n'allait pas aller dormir avec Mowgli, dans ce cas il dormirait dans le canapé mais il aimait jouer le caliméro envers sa femme, enfin femme, non mais copine chérie, belle, bref une vraie princesse.

Une fois sous la couette avec elle ,il leva le bras pour l'attirer vers lui, elle avait déjà une main sur son torse comme à son habitude elle n'avait rien perdu comme habitude apparemment, il sourit et aimait son contact il sentit alors une chaleur sortir de cette main gelée, un frisson lui parcoura alors le corps, il était si bien avec elle dans ses bras... Il déposa un baiser sur son front et parla alors de Oliver, c'était un sujet sensible pour lui tout comme celui de la jeune femme, mais c'était comme ça il était attaché à ses deux êtres si chères à son coeur.


« - Oliver sait très bien baver et grogner quand il ne veut pas manger. »

Il sourit, il savait baver ? Non mais ça un bébé le savait à la naissance, c'était des vrais limaces ces trucs là, par contre grogner, il avait déjà appris et sans Duncan ?? Mince avait il déjà pris exemple sur lui ?

« Et puis, il sait faire des "mamamamama", mais rien de bien concret pour le moment. »

_Tu dois mal articuler devant lui pour lui faire dire maman, je suis sûr que si je lui apprend, Supercalifragilisticexpialidocious il saura le dire du premier coup.

Il se mit alors à rire et à la regarder, elle était si belle, et à ses côtés il retrouvait alors la joie et le sourire, il avait de nouveau envie de rire, partir d'elle était comme avoir laissé son corps entier avec elle il n'avait alors pris que la carapace la peau, la surface et lui avait tout laissé, son humour pourri, son sourire, son rire, bref il n'était que translucide loin d'elle, vide, et sans aucune forme.

« Il sait marcher, enfin c'est pas de l'art mais souvent des crises de fous rires, mais il marche. Tu le tiens, et il peut se tenir par les rebords du meuble, il a commencé il y a dix jours. »

Duncan l'écouta alors enfin sans rien dire la laissant finir son histoire, il avait loupé des choses, le petit avait appris à marcher seul, ou plus ou moins du moins, même si cela ne faisait que dix jours c'était dix jours de trop sans lui, sans elle, beaucoup trop de temps sans être près d'elle, un enfer! Il allait parler pour féliciter la mère mais elle se remit à parler... A le toucher, comme si elle sentait qu'au fond de lui c'était une véritable souffrance, comme si elle voyait à son comportement ou comme si elle lisait à livre ouvert dans le coeur de Duncan sa souffrance.

« Tu as peut être loupé pas mal de choses Duncan, mais si ça peut te soulager ; il n'a pas encore dit "papa". »

Il fut choqué des paroles de la jeune femme, enfin interrogé, voulait elle qu'il l'appelle PAPA??? Il se mordit la lèvre et eut un pincement au coeur, enfin à son sac de poussière, car celui ci était encore brissé, son coeur de pierre avait fais une chute de plusieurs metres. Il la regarda et avec un regard perdu avec les larmes qui montaient, il ne savait plus quoi dire plus où se mettre, et alors ne répondant rien de suite, il posa sa main sous le menton de la jeune femme et l'embrassa alors tendrement, il ne savait que dire, il posa ensuite son front contre elle les yeux fermés, la fatigue l'emportait mais il ne voulait pas dormir il voulait profiter de sa belle, il voulait apprendre à lui dire 'je t'aime' il voulait un tas de choses rattraper le temps perdu, rattraper le temps où il avait été qu'un idiot, la voir l'admirer même dormir, regarder Oliver dormir, le voir se réveiller, bref il avait tant de chose à faire qu'il ne pouvait alors dormir... Un long silence était passé, Duncan avait eu la bouche fermé, elle lui avait cloué le bec, il ne savait plus quoi dire, il posa sa main sur celle de Panamee et entralaça ses doigts dans les siens, sa tête toujours posé contre la sienne, à la regarder et fermer les yeux de temps à autres, il luttait à présent contre le sommeil, c'était un enfer mais il ne voulait vraiment pas dormir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Sometimes the nightmares are real - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Sometimes the nightmares are real Sometimes the nightmares are real - Page 2 EmptyMer 3 Fév 2010 - 17:54

Sous sa couette, elle voyait la silhouette de Duncan au seuil de la porte avec ses yeux bleus rivés sur le lit, les bras croisés à attendre, elle avait finalement dégagé un peu plus le drap en montrant son visage cerné. De lourdes coquilles au sud de ses paupières montraient sa fatigue - exténuée malgré la présence du jeune homme, elle ne pouvait s'empêcher de baîller à de nombreuses reprises avant de prendre la parole. Ce dernier n'était pas un poilu, mais c'était le moyen de le présever à ses côtés ; faire en sorte qu'il ne dégage pas dans la niche de son dogue. Contemplant à son tour la pilosité de son petit ami avec un petit sourire narquois, ce torse nu lui avait manqué, et le voyant rire en fronçant le sourcil lui fit un picotement dans la poitrine. Aucun poil en vue ; elle s'amusait à le taquiner et fière d'elle alors qu'elle se cachait légérement de la moue triste de son homme, elle marquait encore plus son sourire en le voyant jouer la comédie. Ce petit air d'acteur et de comédien raté lui allait à ravir, il en faisait certainement beaucoup avec son regard malheureux ; et à chaque fois elle s'y prenait dans son jeu. Et même trois mois plus tard, il arrivait à remettre cette même attitude dans le corps de Panamee : désolée et presque culpabilisée - avant de contempler l'écartement de la mâchoire de son homme, il souriait.

    « - C'est bon je suis pas un ours non plus, bon c'est bon demain je m'épile et après comme ça je ressemblerais à un vers tu l'auras voulu ma belle. » grognait il en s'avançant vers les draps de la chambre, à poil.


Elle riait aux éclats, plissant les yeux en l'imaginant avec la spatule à cire ; elle le voyait déjà entrain de pleurer et de crier sa maternelle, et l'imaginant alors en sanglots et entrain de hurler, la demoiselle eut une petite moue enfantine. Il ne le ferait pas. Et puis, elle ne voulait pas que Duncan s'épile avec quoique ce soit - un homme viril passait par les poils qui se battaient en duel, et même s'il n'en avait que très peu ; elle le trouvait très bien ainsi. Tapotant la couette pour venir le réconforter, elle lui indiquait la place libre et froide qui l'attendait, en s'enroulant un peu plus dans son linge elle le contemplait faire le contraire. Le bras redressé et levé en l'air pour laisser une place à Panamee, cette dernière profita de l'occasion pour se rapprocher de son copain ; se faufilant avec ses draps près de son torse, la main de Duncan redescendue contre son épaule. Et pendant tout ce temps, comme un mécanisme qu'elle n'avait pas utilisé depuis des années : elle posa ses doigts au niveau du nombril de l'homme - un contact un peu timide malgré ce geste ordinaire. Sa peau chaude contre ses phalanges tièdes la réchauffait immédiatement, augmentant de quelques degrès qui ne firent que s'accroître lorsqu'il lui donna un concis baiser sur son front. La question fatidique de Oliver : en quelques semaines son fils avait poussé de plusieurs centimètres, et ses cheveux qu'elle n'avait pas réellement voulu couper se mettait à friser au vent. Ainsi que le langage, à présent deux semaines après la fin de ce yoghourt et de cet appel grognon de la part du rejeton.


Flashback


    « - Vroum, vroum... VRRRROUUUM ! Attention piste d'atterrissage sur la piste de monsieur Oliver dans dix, neuf, ... trois, deux, un... », et la cuillère arrivait à l'embouchure de la bouche du petit ; un petit sourire sur le visage de Panamee qui venait de vider la moitié du pot sans pleurs. Elle tournait l'objet métallique qu'était son couvert, dans tous les sens possibles en provoquant des loopings - pour un seul but, faire manger son fils de dix mois. Un rire passa entre les deux êtres qui donnait encore plus le sourire à la mère, attrapant une autre bouchée dans le yaourt alors qu'il en recrachait la moitié sur son bavoir ; elle lui essuya le côté de la bouche et reprit son décollage dans l'espace. « Nous passons la planète neptune, demande d'autorisation d'atterrissage rapide dans la bouche de monsieur Oliver... dans trois, deux... », de nombreuses onomatopées sortaient des lèvres de la jeune mère, cherchant un moyen de divertir l'enfant qui s'ennuyait - elle s'approchait petit à petit de l'estomac du bambin. Au moment de froler la bouche du petit garçon, elle le vit pousser la cuillère et comprit alors qu'il en avait assez.
    « - Mamamamamamamama... », ses yeux se stoppèrent et elle en fit tomber sa cuillère au sol ; levant les pupilles en direction de Oliver qui se léchait le pourtour de la bouche en agitant les mains et la tête vers sa mère. Une humeur mélangée entre les rires et les pleurs - ses iris embuées de larmes, elle venait de coller son front contre l'enfant avec un large sourire.
    « - Qu'est ce que tu as dit ?! » s'extasiait la brune devant son fils, plantant son regard noir dans celui de l'enfant.
    « - Vroum... mamamamama.. » et elle venait de fondre en larmes, rattrapant une autre cuillère en finissant le yaourt à la compote ; sous la répétition de cette phrase toute la fin de journée.


Flashback Ended


Sortant de ses pensées, elle le voyait sourire et la contempler d'un air attendri - totalement émue de ce jour où elle avait presque entendu le son maman sortir de la bouche de son enfant. Elle venait de décaler sa main contre l'un des pectoraux de Duncan, sans la bouger plus, Panamee eut ce même écartement de la machoire ; levant les yeux en direction du jeune homme, lui annonçant alors qu'il avait presque réussi à l'appeler autrement que par des 'hey' - ou en lui tirant le tee shirt.

    « - Tu dois mal articuler devant lui pour lui faire dire maman, je suis sûr que si je lui apprend, Supercalifragilisticexpialidocious il saura le dire du premier coup. » et elle tappait le garçon de sa main pendue contre son corps. Panamee le vit rire de l'attitude de la demoiselle, elle fit une petite grimace enfantine à son sujet ; et abaissa le visage vers la couette, profitant de ce moment pour la remonter. Frileuse un peu trop, elle avait ses épaules recouvertes de son drap aux couleurs vives : jetant un oeil à son petit ami qui se moquait encore de la jeune femme, elle se racla la gorge en un grognement affectif, et se mit une nouvelle fois à baîller en prenant son inspiration dans la couette, se cachant.


Zapant quelques instants plus tard les moments les moins importants, elle fut presque ravie de lui annoncer les premiers pas de Oliver ; mettant même de la jouissance dans ses paroles, ce petit être de plusieurs mois qui marchait presque sans son aide. A quatre pattes, il grimpait les marches en mettant les deux pieds sur chaque escale - sous les yeux attendris de cette dernière qui se tenait derrière en cas de chute. Et, dans un soupir prolongé, elle lui avouait les escapades de son fils qui s'annonçait être un futur joggeur, à en juger l'allure rapide de sa démarche à quatre pieds. Persuadée de toucher en plein coeur le jeune Thomas, elle cherchait ses mots pour le réconforter - lui dire qu'il n'avait pas encore louper les premiers jours d'école ou les bêtises du petit, et la seule chose qui lui vint en tête était de dire papa. Après tout, la demoiselle aurait eu une fine bouille désapointée en entendant son propre fils dire papa et non maman en premier ; mais il fallait un début à tout, et elle était heureuse qu'il n'eut dit aucun des deux depuis l'absence de Duncan.

Elle s'apprêtait à reprendre la parole en continuant de parler de Oliver, mais n'entendant aucune réaction de la part de son petit ami ; elle se décida à redresser un peu la tête avant de sentir sa main venir sous son menton. Proche de ce dernier qui s'était glissé sous la couette en laissant son torse à découvert, elle n'eut pas le temps de rétorquer qu'il venait de prendre possession de ses lèvres avec envie et tendresse. Elle eut un petit sourire au creux de la bouche, se laissant étreindre sans reculer mais en continuant le rythme, elle le vit se dégager pour poser son front contre le sien ; ses yeux étincelants dans le noir de ses pupilles. Ils se regardèrent un instant, un long moment. Remontant sa main sur le torse jusqu'à l'une des joues de Duncan qu'elle caressait en le redécouvrant, elle avait des petits papillons dans le ventre et serrait sa bouche pour ne pas lui baîller en pleine figure. Puis, Panamee s'approcha une nouvelle fois de sa bouche pour la lui chiper avec un plus d'emprise et de passion, se redressant doucement en continuant d'attraper ses lèvres ; elle avait toujours cette main ballante le long de ses pommettes qui se balladait sur le minois de l'homme. Ne se dégageant pas tout de suite de l'embouchure de sa mâchoire, elle s'avouait avoir véritablement envie de le retrouver - et pas seulement que par la parole, juste l'avoir avec lui avant qu'il s'épile, avant qu'il ne disparaisse à nouveau de ses rêves. Chevauchant presque sur lui, elle prit court au baiser en éclatant soudainement en sanglots ; découragée et dégoûtée de couper aussi vite son envie, elle s'enroulait dans la couette en pleurant, le regardant de ses yeux fatigués.

    « - Duncan, je suis épuisée. » Pleurs.« J'ai froid et chaque os de mon corps... me brisent. » avouait elle en se détestant de leurs retrouvailles, elle se recroquevillait sur elle même en se séchant les larmes ; continuant à laisser couler les quelques trainées transparentes sur ses joues. « Je ne pense pas que je puisse le faire. Je ne peux pas... Enfin, je veux vraiment le faire. Mais j'ai passé quatre heures dans un bloc à tenir une tumeur avec mon pouce et mon index - je sens plus mes jambes et... je suis tellement fatiguée Duncan. » Il ne demandait rien, mais ses propres nerfs lachaient de fatigue et éclatés sous les pupilles embuées d'eau de la demoiselle qui s'en voulait. « Je suis si désolée... » avouait elle en s'endormant petit à petit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Sometimes the nightmares are real - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Sometimes the nightmares are real Sometimes the nightmares are real - Page 2 EmptyMer 3 Fév 2010 - 20:32

Cela faisait tellement de bien à Duncan de voir la jeune femme, de l'avoir près de lui un pur bonheur, un bonheur inespéré, un bonheur qu'il n'aurait pas du quitter. Il se sentait à nouveau bien comme si il venait de récuperer son corps entier comme si il n'était plus qu'une carapace mais un tout, il n'avait plus que la peau mais il était avec tout un tas d'organes, il était bien, comme il l'avait toujours été à ses côtés et comme il le voulait toujours. C'était elle et personne d'autres, il était si heureux. Il la rejoigna alors sous la couette, la prenant alors dans ses bras elle posait naturellement mais timidement à la fois sa main sur son ventre, il aimait ce contact cela lui avait manqué, c'était si bon, si bon de la ressentir à nouveau près de lui un vrai et pur bonheur qu'il ne pouvait espérer de ressentir à nouveau. Il avait même laché un soupir de plaisirs lorsqu'elle avait posé sa main, un frisson lui parcourait le corps lorsqu'elle le touchait comme à ses débuts il n'aurait pas pensé qu'au bout d'un moment avec elle il ressente encore cela, normalement après la première nuit même plus rien ne se passait, la chaîne s'était brisé mais elle était un cercle sans fin et il ne voulait pas voir la fin bien au contraire, il voulait avoir ce cercle à vie, qui les lient entre eux à tout jamais.

Il avait alors lancé le sujet sûrement préféré de Panamee Oliver, son bébé, son homme, son amour, l'amour de sa vie, il l'avait très vite compris avec la jeune femme et avait également très vite fais avec, il avait très vite cohabiter avec le jeune homme se sentant très proche de lui sans même avoir aucun lien de sang qui les reliaient, et c'était sûrement sa plus grande tristesse, il aurait aimé qu'Oliver soit son fils, soit sa moitié de lui et d'elle, un tout d'eux deux... Mais voilà c'était ainsi et il pense qu'il aimerait toujours Oliver comme si c'était son propre fils; enfin si Panamee lui laissait de l'espace dans la vie du petit, mais apparemment elle lui faisait de la place, elle lui avait même parlé que Oliver n'avait pas dis encore 'papa' un mot pour Duncan très important, il n'avait jamais appelé ses parents par ses doux mots... 'papa, maman' pour eux ce n'était que les prénoms des parents, il avait toujours fais ce blocage, le premier mot que Duncan avait dis était 'NON' et il le disait à perfection et tout le temps, il n'avait pas appris les autres, il était même resté un long moment sur celui là. Mais à aucun moment les mots 'papa, maman' n'étaient sortit de sa bouche.


FLASHBACK

Duncan n'avait que quelques mois et sa mère était face à lui à lui parler essayant de décrocher un sourire du petit, un mot, essayant tant bien que mal de le voir et l'entendre surtout parler, c'était son voeux le plus cher, mais rien n'a faire, Duncan n'avait pas envie de parler alors qu'elle n'arrêtait pas de parler et d'essayer de lui faire dire des mots il parla enfin![/i]

_Allez Duncan fais un effort, MA-MAN, allez MA-MAN, fais le pour moi Duncan, il faut que tu parles je ne pourrais pas te comprendre encore longtemps, tu vas être obligé Duncan, parle allez.
_NON!
_Non ? Tu as dis ton premier mot Duncan!
_NON!
_Je savais que tu savais parlé allez maintenant MAMAN! Dis le pour moi allez.

Ce fut la fin, il ne parla plus secouant la tête et hurlant alors à la mort, Duncan n'avait pas été un enfant facile et n'avait en aucun cas était un amour de fiston pour ses parents... C'était peut être pour ça qu'il ne leur donnait pas de nouvelles et que le courrier que les parents lui envoyaient il ne l'ouvrait jamais, un jour qui sait, quelqu'un tombera alors sur les courriers que malgré tout celui ci garde dans des cartons.

FLASHBACK ENDED

Duncan ne pouvait alors que se moquer gentillement de la jeune femme, il aimait la taquiner, et il savait qu'elle répondrait, le voilà enfin homme battu à nouveau par sa belle, elle venait de lui taper les pectoraux, mais il ne sentit qu'un petit touché de la part de la jeune femme, elle n'avait pas tapé fort et pis il était musclé il ne sentait de plus rien depuis qu'il avait l'habitude de prendre des coups beaucoup plus violents et de les encaisser sans rien dire ou du moins pas trop. Il stoppa de rire tout de même et se vit même bailler en même temps que Panamee il sourit et la serra alors plus contre lui déposant à nouveau un tendre baisé sur son front. Cela lui avait tant manqué, il posa sa tête contre celle de la jeune femme fermant les yeux un instant pour encore plus apprécier l'odeur de sa chevelure.

Duncan n'avait su que répondre à la phrase de Panamee sur le papa, alors il n'avait rien dis trop touché, oui il n'avait pas loupé grand chose mais il avait tout loupé quand même il avait le temps de voir le petit faire ses premiers pas dans la vraie vie, aller à l'école avoir une amoureuse, faire pipi debout car ça seul un homme pouvait lui expliquer, ou alors, se raser! Bref il avait du travail avec le petit et il voulait y contribuer!
Il l'avait alors embrasser en guise de sentiment trop ému et ne sachant que répondre, il la regarda alors et c'est ainsi qu'il se vit voler ses lèvres par la jeune femme, il sentit un boule dans le ventre, un bien immense l'envahir il se sentait si bien avec elle c'était impossible d'être à nouveau séparer c'était toute sa vie, à présent c'était elle uniquement elle qui comptait plus que n'importe qui.

Ils étaient tout deux fatigué, il n'en pouvait plus il avait envie tout comme elle de bailler et il se retenait tout comme elle sans même le savoir, ils étaient si beaux tout les deux ensembles. Il répondit au baiser de la jeune femme et se sentit si bien dans son lit avec elle dans ses bras ah lalala. Les mains de Duncan se baladèrent alors également sur le corps de la jeune femme pendant ce baiser où la passion naissait à nouveau elle savait lui rappeler qu'elle l'avait aimé et qu'elle avait été si bien avec lui, elle savait également par la même occassion lui rappeler qu'il n'avait été qu'un con. Le baiser devenait de plus en plus fort elle était presque sur lui, mais voilà qu'elle y stoppa, elle se mit alors à pleurer, il ne comprit pas de suite mais très vite cela fit comme une lumière dans sa petite tête et il comprit, il la prit alors encore plus dans les bras les larmes montèrent à ses yeux également, il avait détruit la jeune femme, il n'avait pas voulu...


« - Duncan, je suis épuisée. » Pleurs.« J'ai froid et chaque os de mon corps... me brisent. » ... « Je ne pense pas que je puisse le faire. Je ne peux pas... Enfin, je veux vraiment le faire. Mais j'ai passé quatre heures dans un bloc à tenir une tumeur avec mon pouce et mon index - je sens plus mes jambes et... je suis tellement fatiguée Duncan. » ... « Je ne pense pas que je puisse le faire. Je ne peux pas... Enfin, je veux vraiment le faire. Mais j'ai passé quatre heures dans un bloc à tenir une tumeur avec mon pouce et mon index - je sens plus mes jambes et... je suis tellement fatiguée Duncan. »

Il fronça les sourcils, de quoi parlait elle ? Que voulait elle et que ne pouvait elle pas faire ? Il n'avait rien demandé, il ne voulait rien il ne voulait qu'elle l'aimer et être toujours prêt d'elle. C'était tout il n'avait rien demandé de plus, alors il était dans le brouillard, il l'avait dans ses bras et la cajolait pour ne plus qu'elle pleure, mais la voir pleurer lui fendait encore plus le peu de coeur qu'il lui restait. Il essayant tant bien que mal de la calmer, mais l'entendre s'excuser, être si désolée comme elle le disait lui faisait tellement mal.

_Panamee arrête, dors, tu es morte de fatigue, dors ma belle, je suis là, je ne partirais plus je te le promet je suis là bébé, je suis là... Chuut. *dépose un baiser au coin de ses lèvres* Je ne te demande rien, seulement de dormir ok ? Je suis là je te surveillerais, je surveille Oliver et la maison dors ma belle tu en as besoin, dors... Je...

Il la regarda, triste, les larmes coulaient de fatigue, lui également tombait en ruine, elle était morte de fatigue tout comme lui et lui avait la gorge qui le grattait, des mots voulaient sortir mais aucun son ne sortait, il bailla par la même occassion et la serra encore plus contre lui se recouvrant alors pour ne pas qu'elle est froid. Il ne comprenait pas ce qu'elle avait voulu lui faire passer comme message, parlait d'elle de sexe dans tout ça, il ne voulait pas de sexe il voulait l'avoir à vie, le sexe pouvait attendre... Il déposait alors de temps à autres des baisers sur son visage, sa main dans la sienne, il s'endormait doucement, ne voulant pas l'abandonner une fois de plus.

_Je suis là, calme toi chérie.

Lui qui ne donnait jamais des noms doux aux filles, elle avait tout les avantages!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Sometimes the nightmares are real - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Sometimes the nightmares are real Sometimes the nightmares are real - Page 2 EmptyMer 3 Fév 2010 - 22:26

Panamee avait toujours sa main contre le torse du jeune garçon, sans la bouger d'un pouce - elle restait vautrée sur le pourtour de son nombril, tandis que l'un des bras de Duncan était passé autour de la silhouette de cette dernière. Et comme une bombe, en voulant le rassurer sur les absences, elle entrouvrit la bouche et parla d'une voix sincère ; annonçant qu'il n'avait toujours pas marqué le son ou le surnom du papa. Elle sentit comme un bourdonnement dans le ventre du jeune homme, et esquissa un sourire de sa bouche : touchée de ressentir encore le coeur de son petit ami dans sa paume, elle reposa sa tête contre l'oreille en un soupir de satisfaction. Cherchant une suite à cette réaction, elle voulut reprendre la parole une nouvelle fois ; mais fut prise de cours par les lèvres de son homme. Duncan venait de prendre possession de ses lèvres avec rapidité, tendrement, son sourire s'accentuait au fur et à mesure qu'elle lui répondait ; galamment et timidement - dégageant ses phalanges de son nombril pour faire remonter sa main. Son bras arrivant proche du visage de l'homme, elle lui caressait lentement la joue en mettant un peu plus d'implication dans l'embrassade ; se resserrant contre lui en un petit regard avant de poser son front contre le sien. Panamee le regardait, tout comme lui. Les yeux rivés l'un sur l'autre à se regarder dans le fond de l'oeil ; elle eut un petit sourire immense sur les lèvres - son visage collé au sien, et sa main dansant le long des pommettes de son mâle, le moment était parfait. Souflant doucement sur les pores de Duncan qui la fixait de son regard bleuâtre, elle eut l'envie soudaine de l'embrasser ; et de recommencer, encore et encore. La jeune mère qui se retenait depuis déjà quelques secondes, finit par se mordre la lèvre en un petit regard coquin, baîllant silencieusement ; et tout d'un coup, elle lui chipa sa bouche avec plus de passion. Elle avait placardé une nouvelle fois sa main contre sa joue, mangeant l'embouchure de sa mâchoire avec affection, cette dernière se mit à se redresser à l'aide de son autre bras. Cajôlant avec amour sa bouche sans la dévorer ; elle s'était finalement relevée de son lit pour se retenir avec la force de ses abdominaux - descendant sa main sur la joue en direction de son torse, intensifiant encore plus leur baiser en recollant son visage contre celui de Duncan. Les mains de ce dernier finissait par reprendre leur place sur la taille de la jeune mère ; attrapant chacune les côtés de ses reins alors qu'elle se relevait doucement pour avoir plus d'emprise sur ses lèvres.

Et, tout d'un coup ; sans qu'elle ne sut vraiment pourquoi : elle éclata en sanglots et s'arrêta dans sa passion et sa douceur. Arrêtant de l'embrasser à regret, Panamme se recula et finit par se laisser tomber sur son matelas - se mettant à pleurnicher comme une petite fille dans sa couette. Baîllant tout en s'exprimant, elle n'articulait pas avec les bons mots et cafouillait ses propos ; chouinant en tentant d'essuyer les quelques larmes qui apparaissaient, elle n'arrivait plus. Trop de fatigue, trop de nerfs à éclater. Et en plein ébat, elle s'était stoppée en pleine embrassade alors qu'elle en avait envie - reculant et casser par sa journée. Il était beaucoup trop tard, beaucoup trop tôt songeait elle. Alors elle qui tentait en même temps d'apaiser l'esprit viril du garçon en tapotant contre son torse, se laissait abattre par ses pleurs qui la submergeait elle et son corps. Marmonnant tout son désolement, elle remontait la couette contre elle ; évitant ainsi le froid qui l'envahissait, et pleurait encore plus fort de ses joues rougies. Sentant le jeune Thomas qui la serrait encore plus dans ses bras ; cherchant à la réconforter, elle ramenait la couverture vers elle en grognant et en pleurnichant - n'arrivant pas à se calmer et continuant de lui demander pardon à travers sa fatigue. Puis, au bout d'un bon nombre de soupir ; elle finit par se calmer sous les caresses de Duncan qui lui touchait les cheveux et qui l'apaisait, elle redressait la tête en la direction de ce dernier, une fine bouille exerçant une moue sur son visage.

    « - Panamee arrête, dors, tu es morte de fatigue, dors ma belle, je suis là, je ne partirais plus je te le promet je suis là bébé, je suis là... Chuut. » *dépose un baiser au coin de ses lèvres* « Je ne te demande rien, seulement de dormir ok ? Je suis là je te surveillerais, je surveille Oliver et la maison dors ma belle tu en as besoin, dors... Je... » Elle hochait débilement la tête à chacune de ses phrases pour se rassurer, épuisée et crevée ; elle commençait déjà à cligner des yeux à la fin de son discours, tentant de lutter alors qu'il la serrait encore plus contre ses bras. Elle se faufilait entre ses bras en se collant totalement à lui, s'essuyant le visage au passage ; puis se reserrant contre son torse en y posant sa dessus - fermant à présent les yeux. Aujourd'hui, ce soir, elle n'avait pas la force de se faire sauter ; et lui non plus d'ailleurs. L'entendant baîller à son tour, elle eut un petit sourire au creux des lèvres ; et soupirant doucement contre la poitrine de Duncan, elle s'endormait sous la pression de sa bouche contre son front. De furtifs baisers qui la bercaient, elle sentit bientôt la main du jeune homme venir prendre la sienne ; la touchant doucement de son pouce, elle qui n'avait pas passé de bonnes nuits depuis des jours déjà, tombait directement dans le sommeil. « Je suis là, calme toi chérie. », l'unique phrase qu'elle crut entendre avant de plonger totalement dans le sommeil.


(...)


Flashback


    « - Duncan... », dormant à poings fermés - ou pas, elle gesticulait dans tous les sens, son front transpirait à l'aide de lourdes gouttes qui gisaient et coulaient dans sa nuque. Dans son lit, la jeune mère qui tenait son oreiller entre les doigts ne semblait pas dans son assiette ; elle bougeait sans vraiment pouvoir se contrôler, se battant avec ses draps jusqu'à s'enrouler dedans. Elle tournait tellement qu'à un moment, cette dernière se retrouva bloquée dans sa couette et fut obligée de se réveiller en sursaut - tapotant les alentours en se frottant les paupières. Quelques instants plus tard, elle cherchait à ses côtés le jeune homme avec qui elle semblait avoir plus qu'un orgasme ; et soupirant profondément en se rallongeant, elle se récroquevillait en rabattant ses jambes contre son corps.


Flashback Ended


Tellement habituée à ses désirs et à son absence, quelques heures plus tard alors que le soleil n'avait toujours pas pointé le bout de son nez ; elle ouvrait un oeil hagard en direction de l'autre bout du lit : il était toujours là, mais à des kilomètres. Entre temps et durant la nuit, cette dernière s'était décalée jusqu'à l'autre bout du lit - sans vraiment comprendre le pourquoi, et roulant alors contre le matelas ; elle se fit stopper par la masse musculaire du jeune garçon qui dormait. Panamee avait les yeux rivés sur le jeune garçon, de petites pupilles rondes et observatrices ; se redressant doucement et fixant l'attitude inanimée du jeune garçon. Elle eut un petit sourire ravageur, réveillée mais encore fatiguée, et approchant sa bouche de son visage où elle frôlait ses lèvres ; elle attendait de voir les réactions de son homme qui devait sentir le soufle de la demoiselle. Rien ne se fit, grognant doucement alors qu'il semblait dormir comme un bébé ; elle se rallongea à ses côtés en se collant contre lui - de manière à ne plus atterrir sur l'autre partie de son matelas.

(...)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Sometimes the nightmares are real - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Sometimes the nightmares are real Sometimes the nightmares are real - Page 2 EmptyJeu 4 Fév 2010 - 6:56

Le sujet qu'ils d'aborder était certe beau mais certes douloureux pour Duncan et peut être même pour Panamee après tout, Oliver n'avait plus de père, et qui sait ça devait peut être la dérangé au fond d'elle même.

Parfois les mots ne servent à rien, seuls les gestes sont sincères et mieux qu'une parole, c'est pourquoi Duncan avait embrassé la jeune femme, ne pensant alors pas qu'elle allait repartir sur un nouveau baisé une fois le sien finit, mais il en fut ravie, de la voir prendre des initiatives envers lui l'embrasser lui grimper doucement et même timidement sur lui, elle avait tout pour plaire cette femme, elle lui plaisait plus que tout également. Le baiser de Panamee avait été plus chaud, plus sensuelle et spéciale que celui de Duncan peut être n'avait il pas osé tout simplement, mais ce n'était pas pour lui déplaire à vrai dire, il appréciait les lèvres de la jeune femme sur les siennes cela faisait une éternité qu'il ne l'avait pas emrbassé ni même touché, alors il se devait de rattraper le temps perdu.

Mais malheureusement pour eux, Panamee craqua, en pleurs littérallement, la voir en pleurs sur le jeune homme. Ce qui faisait rire intérieurement Duncan était que Panamee pleurait certes mais le pire elle essayait de le rassurer, en lui tapotant le torse, comme pour le rassuré, il la trouvait si mignonne mais ce n'était pas à elle de le rassurer lui s'en foutait, lui qui en temps normal aurait pété un cable ou quoi si une fille lui avait fais ça mais là il n'avait même pas vu ni même ressentit que leur embrassade allait se transformer en ébat amoureux. Ils étaient tout deux fatigués, épuisés, ils ne pouvaient alors désament pas faire cela ce soir. Mais ce n'était pas grave, ils allaient survivre, c'était sûr.

Duncan avait alors essayé de calmer la jeune femme tout le long, la cajolant de ses bras de ses baisers, de sa présences, de ses mots également, il était mal vis à vis d'elle tant de souffrance tout ça pour rien, tout ça parce qu'il n'était qu'un sale gosse puéril. Il la sentit alors se blottir contre lui, soupirer sur son corps, et il sentit petit à petit sa tête devenir de plus en plus lourd, elle s'endormait, et lui luttait encore un peu pour ne pas s'endormir en premier pour ne pas qu'elle se retrouve seule dans ses pensées, il était là il était le gardien de la maison, l'homme qui devait les protéger et non plus les faire souffrir.


Duncan et Panamee s'étaient alors endormi paisiblement, du moins mieux qu'à l'ordinaire, elle qui ne dormait plus depuis quelques temps et lui également avait enfin pu trouver plus facilement le sommeil, il dormait comme il n'avait pas dormi depuis longtemps, mais il était seul, de son côté du lit, recroquevillé en boule tout comme la femme le faisait avant lorsqu'elle pleurait, il avait fais ça tout le long de son absence envers elle, dormir en boule ou ne pas dormir! Il dormait alors paisiblement, où du moins ça allait, il ne sentit pas le souffle de Panamee sur sa peau, mais lorsqu'elle se fit tomber sur le matelas et se colla à lui il bougea légèrement grognant alors, il se tourna défit ses bras et renifla, il avait la flemme d'ouvrir les yeux il approcha alors son visage du sien, reconnaissant l'odeur parmis milles il sourit alors une tête d'ours mal léché au visage, mais souriant tout de même sa princesse était là.


_Hum t'es là ? Je rêve ? Pince moi ma belle, tu me manques je... Je suis fou de toi je...

Il somnolait, ça lui arrivait souvent loin seul dans son lit de se réveiller et de pleurer sa belle de la demander, et là il pensait rêver il pensait rêver de l'avoir à ses côtés, il n'avait en même temps pas ouvert les yeux, il parlait plus ou moins dans sa barbe il fallait alors avoir le mode decodeur de dormeur.
Il passa son bras sur la jeune femme pour la prendre dans ses bras et là il sentit réellement la jeuen femme, il ouvrit alors un oeil pour voir, ah elle était belle et bien là, il sourit alors déposant un baiser sur ses lèvres et ne voyant pas encore le soleil pointé le bout de son nez.


_Rendors toi ma belle tu es fatiguée, je suis là je te l'avais dis, dors. *soupir* Je veux passer ma journée avec toi... *se rendormant mort de fatigue* et toute ma vie...

Il s'était alors rendormie, qui sait le petit matin allait peut être le réveiller bientôt.



Quelques heures plus tard, il entendit le réveil sonner de Panamee, il soupira et la prit dans ses bras ce qui faisait qu'elle ne pouvait atteindre le réveil. Déposant des baisers sur son cou.


_Non non ne pars pas, Panamee s'il te plait, ne pars pas au travail, reste avec moi, tu en as besoin et moi aussi chérie, reste j'ai besoin de toi moi, je vais faire comment sans mes habits ?

Il sourit en coin, oui il avait mit ses habits dans la machine à laver mais pour le moment ils devaient encore être mouillé, il fallait les mettre dans le sèche linge pour qu'ils sèchent complètement... Il cherchait tant bien que mal une excuse, il devait en trouver une il savait que le seul jour réel de congé de la jeune femme était le 25 décembre mais aujourd'hui on n'était pas ce jour alors il fallait trouver un moyen de la garder près de lui.
Il l'avait toujours dans les bras le réveil sonnait alors encore, ça allait finir par réveiller Oliver, il tendit alors le bras vers le réveil et l'éteigna embrassant alors la jeune femme sur son visage sans arrêt pour essayer de la corrompre et de la garder près de lui, il entendit alors à travers le baby phone Oliver faire des 'mamamamamaa Il sourit.


_Ah, il sait toujours pas dire le N!

Il sourit de plus belle, regardant la jeune femme, il la lacha alors, se levant prenant vite sa serviette pour s'enrouler dedans et il sortit de la chambre. Il partit alors voir Oliver et lui parla.

_Hey petit homme t'as fais un gros dodo ? C'est le réveil pénible de Maman hein qui t'as réveillé, bah oui, allez viens avec moi on va essayer de garder maman avec nous deux ok ?

Il prit le petit de son lit et le cajola dans ses bras doucement, Oliver avait l'air perdu de le voir ici, mais comme à son habitude il ne pleurait pas, il avait alors délicatement posé sa tête sur le torse de Duncan il venait de se réveiller il n'était pas encore top réveillé le petit, il avait besoin d'un gros calin... Duncan repartit en direction de la chambre de la jeune femme, elle était heureusement pour elle toujours dans le lit, Oliver en voyant sa maman sourit et lui demanda les bras, c'était évident il ne connaissait que sa maman d'amour, Duncan se posa alors dans le lit gardant sa serviette autour de la taille, et se fofilant dans la couette, posant alors Oliver entre les deux... Il regarda Panamee qui cajolait son petit et lui dit.

_Oliver m'a dit mamamamamama pas boulot. *il se mit à rire il la taquinait, puis sérieusement il reprit* Tes hommes te le demandent...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Sometimes the nightmares are real - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Sometimes the nightmares are real Sometimes the nightmares are real - Page 2 EmptyJeu 4 Fév 2010 - 12:58

    « - Hum t'es là ? Je rêve ? Pince moi ma belle, tu me manques je... Je suis fou de toi je... »


Suspendue à son oreille en lui soufflant de l'air comprimé qui provenait de son coeur - approchant silencieusement des lèvres du jeune garçon qui somnolait ; elle fixait d'un regard malicieux la bouche de son homme, muette. Elle voulut y coller les siennes pour un prompt baiser, mais il dormait tellement bien qu'elle se résigna à se laisser tomber contre le matelas ; dans un profond soupir mêlé à la déception et à la satisfaction.Panamee se recolla à lui dans l'espoir de ne pas réapparaître à des kilomètres : cherchant une place dans le creux de son torse, elle sentit un geste de la part de son petit ami et redressa la tête dans sa direction. Un bougonnement sortit du corps de Duncan et elle affichait un autre sourire ; l'entendant grogner comme une voix grasse du matin - elle restait là à le fixer tandis qu'il approchait sa tête contre la sienne, les yeux toujours clos. Tout d'un coup, ce même écartement des lèvres se fit voir sur le visage du garçon, souriant et flamboyant, elle n'osait pas le toucher par peur de le rompre dans son sommeil. Ecoutant les murmures qui sortaient de sa bouche ; les oreilles pointées et grandes ouvertes, elle frétillait par de petits mouvements du bassin même si elle ne comprenait pas toutes ses paroles. Persuadée quelque part qu'elle soit la seule du nom de 'sa belle', elle fit monter l'une de ses mains vers le cou du jeune homme pour lui montrer sa présence, et le vit écarter les bras afin de la prendre contre lui. Les yeux rivés sur son petit copain, elle fut prise d'un petit rire en voyant un petit haussement de paupière ; voyant l'iris bleuté qui la zieutait du regard. Comme guise de bonjour, cette dernière reçut un léger baiser sur ses lèvres ; et se collant un peu plus contre lui, elle l'entendait marmonner d'une voix grassouillette et pas terriblement éveillée.

    « - Rendors toi ma belle tu es fatiguée, je suis là je te l'avais dis, dors. » *soupir* « Je veux passer ma journée avec toi... » *se rendormant mort de fatigue* « et toute ma vie... »


Il eut à peine le temps de finir sa phrase qu'il se rendormait à poings fermés - elle abattait sa main contre le torse de Duncan, lâchant à son tour un petit soupir sans grand intérêt ; et tentant de trouver le sommeil parmi les bras de l'homme. La jeune mère se pressait contre les muscles deu garçon, plissant les paupières au fur et à mesure qu'elle se berçait elle même ; comptant les moutons, et une fois le sixième passé, elle ne murmurait plus. Tombant à son tour dans son inconscient du rêve, elle avait la couette contre ses épaules et ses jambes dans celles de son copain - soupirant de lourdes inspirations à chaque battement de son coeur, elle s'était rendormie comme un gros enfant ayant une lourde envie de son lit.

(...)


En plein dans son rêve, ses yeux totalement clos et les poings fermés - un énorme ours rose se baladait aux alentours du corps de Panamee, vêtue d'une unique fleur tout comme Adam & Eve ; elle le suivait en clopinant et en sautillant dans l'herve avec un rire. A ses côtés et dans un flou total, se tenait Duncan qui la suivait avec un même ricanement enfantin ; dans ce songe étrange que faisait la jeune femme. Quelques minutes plus tard, elle s'apprêtait à se hisser sur un nuage en coton : mettant une jambe après l'autre sur cette compresse légère qui gesticulait par les chatouilles de la mère ; elle vit son homme faire de même. En haut de leur coton et bien agrippés, elle entrelaçait les doigts dans ceux du jeune homme - et s'avançant sur le 'tapis volant', elle regardait les animaux imaginaires qui l'encerclaient.

(...)


En plein dans son songe. Alors qu'elle continuait son rêve, cette dernière entendait un bruit sourd et ne put que grimacer ; dérangée par le son sonore de son réveil qui sonnait l'heure du lever. Une moue s'affichait petit à petit sur son visage alors qu'elle grommelait à voix basse - boudant doucement en se frottant les yeux, elle se détachait de son monde féerique avec difficulté. Ses mains s'apprêtaient à déconnecter son alarme, mais fut prise de court par les bras musclés de Duncan qui la rabattait sur son corps ; l'empêchant alors de sortir du lit. Un petit sourire au creux de sa bouche, elle pestait encore plus contre son réveil qui n'arrêtait pas de sonner - sentant les bras du jeune homme qui la bloquait, tandis qu'il l'embrassait sur la nuque. Elle eut malgré tout un petit soupir de satisfaction alors qu'elle se mordillait la lèvre, plissant de temps à autre les yeux en contemplant l'alarme qui se faisait de plus en plus fort. Contre les baisers qu'il lui donnait, elle bougonnait après son réveil-matin ; déposant l'une de ses mains sur le dos de Duncan qui la serrait de plus en plus vers sa silhouette.

    « - Laisse moi éteindre le réveil, on va réveiller tout le voisinage... » ronchonnait la voix de la jeune mère qui venait de se lever ; un son encore enroué par le matin. Finalemment, elle n'arrivait pas à atteindre son but : trop attendrie par les embrassades continuelles dans son cour ; elle cessa de vouloir l'éteindre et amena ses deux mains sur le dos du garçon. Poussant ses mains sur le bas de ses reins en les montant le long de ses épaules, elle se mit à pousser un petit cri de bonheur ; et le contemplait lui qui avait la tête enfouie dans sa nuque. Elle grognait toujours après l'alarme - d'une petite voix rude, jusqu'à le voir se redresser et se faire contempler par les yeux bleus du garçon.

    « - Non non ne pars pas, Panamee s'il te plait, ne pars pas au travail, reste avec moi, tu en as besoin et moi aussi chérie, reste j'ai besoin de toi moi, je vais faire comment sans mes habits ? », et elle le regardait de ses yeux noirs - un petit sourire au creux des lèvres alors qu'elle se sentait embrasser dans tous les côtés de son visage. Soudainement, elle se mit à rire en le voyant se redresser jusqu'à l'étreinte partout ; riant doucement en le tenant par le dos, elle le voyait lui et sa bouche sur son minois. Panamee qui ramenait ses mains sur le cou du garçon pour les approcher vers son menton, elle l'attira contre son nez jusqu'à l'embrasser et prendre possession de ses lèvres - sentant la main masculine qui tapotait le lit jusqu'à trouver le réveil qu'il éteignit. Elle secouait la tête négativement face aux réclamations du garçon, lui annonçant qu'elle ne pouvait ne pas travailler quand elle le souhaitait ; et le sentant encore plus avenant à chaque non de la tête, elle souriait de petits rires enfantins. Au moment où le réveil-matin fut éteint, elle entendit les pleurs de son fils et d'un chut qu'elle réclamait de la part de Duncan ; elle se redressait aux aguets alors que ce dernier lui souriait. « Ah, il sait toujours pas dire le N ! »


Sans qu'elle n'eut le temps de rien faire, elle le vit se lever de la couette en laissant la jeune femme sur sa faim - attrapant au passage la serviette blanche qu'il enroulait sur son postérieur avant de fuir de la chambre. Elle eut un petit sourire en coin et se lâchant contre son matelas en un profond soupir, elle contemplait son plafond avec des étincelles dans les yeux ; la couette remontée de son côté et toujours entrouverte vers Duncan pour le laisser se faufiler. Quelques secondes plus tard, les pleurs de son enfant avait déjà cessé et elle s'apaisait, fermant presque les paupières en souhaitant se rendormir pour les cinq minutes restantes ; elle entendit une voix dans le visiophone et l'approcha de son oreille avec un air amusé.

    « - Hey petit homme t'as fais un gros dodo ? C'est le réveil pénible de Maman hein qui t'as réveillé, bah oui, allez viens avec moi on va essayer de garder maman avec nous deux ok ? » ses yeux s'entrouvrirent à nouveau. Plus aucun son ne sortait du micro, et le posant à nouveau sur la table non loin d'elle ; Panamee fixait la porte avec ce même sourire coquin - s'apprêtant à voir son fils dans les bras de son homme. Lui aussi ne devait rien comprendre ; après tout après trois semaines, le petit serait prêt à le prendre pour un étranger. Elle vit finalement la porte s'ouvrir une nouvelle fois, et levant la tête vers l'encadrement - elle regardait son rejeton dans les bras nus du garçon qui regardait à son tour Oliver. La demoiselle regardait les deux jeunes mâles qui s'avançaient vers le lit, et fut toute heureuse en contemplant les bras tendus de son petit homme qui réclamait sa mère. Se redressant de la couette pour se mettre en position assise, elle ne disait plus rien, se contentant de fixer Duncan qui s'approchait avec sa serviette - puis se faufilant totalement à travers la couette, il y déposa le petit qui s'avançait à quatre pattes contre sa mère en grognant. Telle mère, tel fils. L'attrapant dans ses bras en le serrant contre lui ; la bouille ronde de son petit blondinet qui le regardait avec ses dents de lait, elle eut un petit sourire et redressa le visage vers son petit ami qui faisait de même en les contemplant. « Oliver m'a dit mamamamamama pas boulot. » *il se mit à rire il la taquinait, puis sérieusement il reprit* « Tes hommes te le demandent... » Nouveaux rires, elle zieutait tour à tour les deux garçons avec appréhenssion ; mais l'alarme de son réveil retentissait une seconde fois dans ses tympants. Appuyant immédiatement dessus pour éviter les pleurs de son fils, elle le déposa contre le torse dénudé de Duncan et appliquant l'une de ses mains contre la joue de son petit ami ; lui embrassa le bout du nez avant de sortir de la couette avec rechignement.
    « Je ne peux pas Dun, je dois vraiment y aller ; et en plus je suis déjà en retard. » disait elle à regret alors qu'elle attrapait ses sous vêtements. Elle tournait de temps en temps le regard en la direction du lit où le jeune homme n'avait changé de place - une petite bouille sur chacun des visages, elle se munissait du restant de ses habits ; et s'approchant de son matelas en se hissant sur son petit copain, elle caressait les cheveux de Oliver avec affection. « Mais je compte sur toi pour lui apprendre le 'N' avant que je rentre. » avouait la jeune femme en remarquant la mine déçue de Duncan, elle reprit alors la parole avec un sourire sur les lèvres - voyant qu'il jouait de sa belle figure pour la faire craquer. « Et cesse de me faire l'enfant triste, toi & toi aussi. », elle contemplait alors son bambin qui avait la même expression sur son minois d'enfant. Touchant la joue tendrement de son petit copain, elle était à califourchon par dessus les couettes ; ses habits en main et bien décidée à aller au travail - coûte que coûte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Sometimes the nightmares are real - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Sometimes the nightmares are real Sometimes the nightmares are real - Page 2 EmptyVen 5 Fév 2010 - 6:39

Duncan était si bien durant la nuit, contre la femme qu'il aimait, même si en plein milieu de la nuit la voilà qui s'était éclipser vers l'autre bout du lit, une habitude sûrement et il ne pouvait pas lui en vouloir c'était compréhensible tout à fait compréhensible. La sentant alors bouger durant la nuit et respirer près d'elle, il avait sentit son parfum si doux pour ses narines et lui avait alors demandé de se rendormir, il n'y avait qu'elle qui avait un surnom, il ne donnait jamais des surnoms aux filles, les prénoms suffisaient mais elle était l'exception. Duncan dormait à moitié lorsqu'il avait parlé, il ne s'en souviendrait même pas demain, et pourtant il avait quand même balancé vouloir passer sa vie à ses côtés, il parlait dans son sommeil depuis qu'il était partit d'Ocean Groove, il parlait de Panamee dans ses rêves ou plutôt cauchemard ça lui était arrivé plus d'une fois à l'hôtel de se réveiller en pleine nuit en sueur et avec un mal être intérieur impréssionant.


Duncan ne rêva pas d'un rêve de champignon hallucinogène, il rêva juste de Panamee qui le haissait comme à son habitude, il courrait derrière la jeune femme demandant et implorant le pardon ultime...


Ce fut très vite le matin en même temps lorsque Duncan était arrivé on était déjà le soir voir même très tôt dans la matinée, alors bon ils n'avaient pas beaucoup dormi tout les deux et semblaient encore fatigués, tellement de nuit sans sommeil quoi de plus normal ? Ce fut donc le réveil de Panamee qui sonnait et les réveillèrent, Duncan savait que ce maudit son allait le séparer de sa belle, il ne voulait pas il voulait la garder pour toujours à ses côtés, il devait pourtant faire des choses lui aussi, aller chez lui ranger ses affaires récupérer des habits propres et pourquoi pas prendre un sac d'habits pour rester quelques jours ici et au cas où il pleuve à nouveau et que ses habits soient dans la machine mais rien d'important, enfin si il devait trouver une formation, il devait se réorienter.


« - Laisse moi éteindre le réveil, on va réveiller tout le voisinage... »

_Et alors chérie ? Au moins ils verront toujours que je suis revenue et que je t'empêche de te lever...

Il sourit, légèrement, sachant éperduement que les voisins étaient de vrais comères, ça allait jazzer et pour lui aussi tout, même si il ne savait pas encore avec qui ça serait le pire, Panamee qui entendra alors tout le monde critiquer le fait de reprendre Duncan ou Duncan qui se fera critiquer sur le fait de s'être enfuit sans rien dire, laissant une femme en détresse et morte de fatigue à force de pleurer chaque nuit ? Le réveil n'empêchait pas de faire un réveil calin à sa belle, l'embrassant de partout la gardant près de lui, il n'avait aucune réelle envie de la laisser partir, il voulait vraiment passer leur journée de retrouvailles ensemble avec le petit.

Duncan éteignit le réveil lorsque Panamee l'embrassa, essayait elle de prendre l'avantage en l'embrassant et étant en position de dominante pour partir plus vite sans qu'il ne la retienne ? Mais une fois le petit en pleurs, Panamee se redressa immédiatement, lui demandant de se taire, elle ne voulait pas que Oliver le voit ? Manque de bol pour elle lui était déjà partit du lit, ne voulant pas que le petit s'explose la voix en pleurant pendant un moment et même ce n'était jamais très agréable de l'entendre pleurer normal bien sûr. Comme à son habitude il lui parla directement, et c'était peut être le fait qu'il lui parlait à chaque fois qu'il n'avait jamais eu peur de Duncan même dans le noir il ne pleurait pas, bon ce n'était pas encore l'amour fou hein mais voilà Duncan avait le droit de le prendre dans ses bras pour le ramener à sa maman, il lui calinait le dos et déposait des baisers sur la chevelure de lion blonde du petit tout en le rapportant à sa maman.

A trois dans le lit, d'un point de vue extérieur, qui aurait pu dire que ce n'était pas une vraie famille ? Qui aurait pu dire que Duncan n'était pas le père ? Il se comportait du mieux qu'il pouvait étant bien évidemment pas doué par moment, il ne savait pas encore élevé un enfant entièrement, il lui fallait de l'expérience tout simplement.


« Je ne peux pas Dun, je dois vraiment y aller ; et en plus je suis déjà en retard. »

Il fit une petite moue, voyant alors sa belle rassembler ses affaires, une à une, elle récupérait les vêtements qu'elle allait porter toute une journée sans lui, il ne pourrait même pas les lui enlever... Elle se rapprocha d'eux, Oliver dans les bras de Duncan, sa tête posé contre le torse du jeune homme à regarder sa mère bouger de partout, le pouce dans la bouche, Duncan et Oliver suivaient la jeune femme, ils étaient posés comme des loques dans le lit, ne la quittant pas des yeux, la regardant tristement, ils ne voulaient pas l'un comme l'autre qu'elle parte, son travail était trop pesant, elle travaillait trop.

« Mais je compte sur toi pour lui apprendre le 'N' avant que je rentre. » ... « Et cesse de me faire l'enfant triste, toi & toi aussi. »

_Tu louperas le meilleur tu le sais ça ?

Puis il reprit son visage d'enfant triste, tout comme Oliver, et tout comme il l'avait déjà depuis que le réveil sonnait.

_Je ne suis pas un enfant, mais un homme malheureux dès que ton travail te kidnappe à moi... *regarde Oliver puis Panamee en panique, du moins un peu* Euh... Chérie ? Panamee, dis voir, t'as pas un mode d'emploi pour ma journée ? Je sais pas changer une couche moi !!! T'as pas un DVD explicatif du petit copain pas doué avec les enfants ? Tu vois tu ne peux pas partir, et tu ne peux pas mettre non plus Oliver chez le baby sitteur car je ne veux pas rester seul.

Il essayait tant bien que mal de garder sa femme près de lui, et pis c'était par contre vrai il ne savait pas changé une couche, encore le nourrir ça allait il allait au Mc Do lui prenait un Happy Meal et voilà le tour était joué mais les couches ??? Il faisait quoi il n'y avait pas un magasin en Drive à qui à l'entrer on donnait son bébé et on le récupérait à la sortie propre comme un sous neuf ? Il regardait alors Panamee légèrement perdu, ayant peut être besoin d'être rassuré, même si il était vrai qu'il n'arriverait rien à Oliver il s'occuperait de lui comme une chose en porcelaine, sachant l'importance de ce petit être et même ce n'est qu'un petit être sans défense.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Sometimes the nightmares are real - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Sometimes the nightmares are real Sometimes the nightmares are real - Page 2 EmptyVen 5 Fév 2010 - 18:21

    « Et alors chérie ? Au moins ils verront toujours que je suis revenu et que je t'empêche de te lever... »


Embrassée sur tous les côtés par les lèvres de Duncan, la demoiselle riait dans le cou de son homme ; tentant de le repousser mais tellement attendrie par les baisers, elle se laissait faire sans rechigner. Crispant même les pieds sous le contact de sa bouche chaude dans sa nuque, elle grognait du réveil matinal qu'elle était entrain de subir : son alarme retentissait dans toute la pièce, et il était là à la cajoler - à l'empêcher de partir à l'hôpital, l'amadouant par tous les moyens. Et le pire, c'est qu'il y arrivait à la perfection. Abandonnant l'idée d'appuyer sur le bouton de son réveil, elle s'était laissée guider par ses sentiments ; passant ses bras sur les épaules du garçon, un petit sourire aux lèvres alors qu'elle voyait sa tête blonde dans le creux de son cou. Un petit soupir sortit de sa mâchoire en sentant les câlins de ce dernier ; et ayant un large sourire sur ses lèvres, elle fermait à présent les yeux en se mordant la lèvre, elle ne rêvait pas.

La bouille du jeune homme venait de faire surface, sortant son visage de la nuque de Panamee ; elle en profita pour placer son index au bout du menton du blond, attrapant au passage ses lèvres avec affection. Oubliant presque son réveil, elle vit cependant la main masculine s'affaisser sur l'alarme de la mère ; et le son sonore s'éteignit immédiatement après qu'il eut tapé dessus. Un ronchonnement sortit de la bouche de la demoiselle qui l'embrassait toujours tendrement, se faisant suivre par ses mains qui descendaient le long du dos de Duncan - redécouvrant le corps bronzé de l'américain. Au moment où elle se redressait pour intensifier leur embrassade, elle entendit les petits bruits de son fils à travers le visiophone et se stoppa ; la bouche encore contre celle de son petit ami, elle finit par se retirer de leurs caresses et porta un index sur les lèvres du garçon. Essayant d'entendre d'où provenait le bruit, elle vit sortir un hurlement dans le babyphone et comprit immédiatement que son enfant était réveillé ; s'apprêtant à se lever pour Oliver, elle vit Duncan sortir de la couette en premier. Immédiatement, elle se mit à froncer les sourcils, ne comprenant pas l'action du petit copain qui s'échappait en vitesses ; attrapant au passage une serviette qu'il enroulait autour de sa taille. Se rabattant contre son matelas dans un profond soupir, Panamee qui venait de fermer un oeil entendit le jeune Thomas se mettre à parler et finit par ouvrir les yeux. Il était dans la chambre de son fils. Elle eut un petit sourire alors qu'elle se mettait sur le côté, prête à accueillir son moussaillon en pleurs - et entendant Duncan qui papotait à l'autre bout du visiophone, elle eut presque envie de lui répondre tendrement ; mais se contenta de rester de marbre et d'attendre son retour, l'air surexcité. Regardant la porte sans interruption, elle vit bientôt la bouille de son enfant dans les bras de l'adulte ; tendant immédiatement les bras vers sa mère en les secouant dans tous les sens. Panamee réquisitionna le colis avec douceur, embrassant son bébé sur tout le visage en le voyant se débattre, elle redressa la tête vers Duncan et lui avouait d'une mine attristée qu'elle devait partir. Oliver irait comme tous les matins chez tonton Jovan - une habitude qui ne fallait pas changer pour ne pas le perturber, et elle le récupérerait en fin de soirée quand il dormirait déjà à poings fermés.

Menant son fils vers le jeune homme qui la contemplait d'une fine bouille triste, elle eut un petit sourire désolé au coin de la bouche et apporta le petit près de son torse, tandis qu'elle se redressait en direction de sa penderie, vêtue de sa nuisette légère. Un shorty en soir dans la main droite, elle tournait le dos aux deux mâles de la chambre - leur jetant de temps à autre des regards, où elle voyait tour à tour l'accentuation de leurs mines chagrinées. Le but, la faire céder. Panamee qui se munissait d'un jean et d'un pull dans ses placards, les jetait sur le bord du lit en réfléchissant à sa tenue ; cherchant quelque chose de souple et de confortable pour la journée qui l'attendait. Elle avait finalement tourné son buste en direction de Duncan et de Oliver, et s'approchant du lit qu'elle enjambait, elle se retrouva à califourchon sur le corps recouvert de son petit ami qui boudait. Une main sur sa joue alors qu'il râlait à voix basse sur les obligations de la jeune mère, elle avait ce petit sourire ravissant sur le bord des lèvres - cherchant à faire sourire l'homme en face qui grognait.

    « Tu louperas le meilleur tu le sais ça ?» avouait le jeune Thomas en guise de réponse au mot 'maman' qu'elle attendait depuis la naissance de Oliver. Il marquait un point - ses yeux tournèrent en direction de son fils qui les contemplait, tirant les couettes vers lui et s'enroulant dedans. Elle eut alors un petit rire et attrapant la couette pour la tirer vers Duncan, elle voyait le bambin empoigner de ses mains les draps ; les tirant de l'autre côté en cherchant à dévêtir le jeune homme en dessous. Elle abaissait la tête pour ne pas contempler les yeux doux que lui lançait son petit ami, cherchant une solution qui leur conviendrait, elle redressait son petit minois en une moue enfantine. Elle était obligée. Sa main caressant la joue du garçon, elle zieutait tour à tour les deux hommes dont l'un occupé à tirer la couette, et s'approchant alors du visage de l'homme ; elle se plia jusqu'à son oreille et lui souffla dans un murmure.
    « Je louperai pas le meilleur, il suffit que je me redresse - et tu devras expliquer à mon fils pourquoi tu n'as pas de culotte. » chuchotait Panamee dans un petit sourire coquin alors qu'elle se redressait, tirant encore sur le bout des draps qui lui restait avant que son homme se retrouve nu et sans serviette. Bientôt, alors qu'elle s'apprêtait à gagner la bataille, elle vit Duncan reprendre la parole à son tour - cherchant les bons arguments pour faire garder sa donzelle dans le lit.
    « Je ne suis pas un enfant, mais un homme malheureux dès que ton travail te kidnappe à moi... » *regarde Oliver puis Panamee en panique, du moins un peu* « Euh... Chérie ? Panamee, dis voir, t'as pas un mode d'emploi pour ma journée ? Je sais pas changer une couche moi !!! T'as pas un DVD explicatif du petit copain pas doué avec les enfants ? Tu vois tu ne peux pas partir, et tu ne peux pas mettre non plus Oliver chez le baby sitteur car je ne veux pas rester seul. »


Voyant la fine bouille apeurée de son homme, elle eut presque envie d'exploser de rire mais se contenant face à sa détresse ; elle se tapotait le bout du menton en signe de réflexion. Panamee avait beau tenté de vouloir rester dans son matelas avec son homme à ses côtés ; son travail était bien trop important pour une journée de congé, et elle n'en aurait pas avant des lustres, il fallait qu'il attende. Elle finit par caresser le torse dénudé du garçon, plantant ses ongles le long de ses pectoraux alors qu'il la regardait - lui dire qu'elle ne pouvait pas ne l'enchantait pas, mais c'était son devoir de mère d'aller travailler.

    « Je suis sûre que tu t'en occuperas très bien. », se redressant au moment où son fils venait d'enfourner son pouce dans sa bouche ; et voyant qu'il avait cessé de tirer sur ses draps, elle s'approcha du visage de Oliver en embrassant sa joue jouflue. Puis, tournant le regard vers son petit ami qui la contemplait - pas tellement rassuré, elle étreigna le haut de son front dans un sourire ; et posant sa tête contre la sienne, cherchait à l'apaiser. « Je rentre vers vingt heures, ce qui te reste environ onze heures à tenir avant mon retour. Tu n'auras qu'à lui changer sa couche toutes les deux heures et à lui donner les petits pots dans la cuisine ; en n'oubliant pas le rot. Et en cas de problèmes ou de peur, dépose le chez Jovan - je viendrai le chercher à mon retour. » Pas tellement rassurant ses propos mais elle ne pouvait pas faire autrement. Le visage de Duncan s'était décomposé au moment du prénom du baby sitter - il ne l'avait jamais réellement aimé, et encore aujourd'hui ; dans ses iris bleus, elle voyait qu'il l'haïssait. La demoiselle qui venait de se dégager de son homme, partit en direction de la salle de bain où elle fit couler l'eau chaude à grande vitesse ; se frottant rapidement avant de ressortir - les cheveux enroulés dans sa serviette. Elle s'habilla en vitesse en enfournant ses chaussures au passage, et repartit dans sa chambre où Oliver venait de se rendormir dans les bras de Duncan ; lui qui plissait des paupières pour éviter de tomber dans le sommeil. Dans l'encadrement de la porte, elle les contemplait avec un sourire. Prête à partir et à passer la porte, elle entendit un raclement de gorge et écarta un peu plus la bouche pour un immense sourire - il ne dormait pas lui. S'approchant du lit vêtue de son manteau, elle s'accroupit à la hauteur de son petit ami et le contemplait avec des yeux doux ; lui touchant le bout de ses cheveux en l'entendant grogner un peu plus. La demoiselle se pencha alors vers Oliver et embrassa le petit homme qui ne bougeait pas des bras de son copain, et s'assit sur le bord du matelas en se penchant vers Duncan ; prenant possession de ses lèvres. Un long et doux baiser qu'elle venait de lui donner, s'écartant alors de sa bouche pour lui toucher la joue ; elle finit par prendre la parole en contemplant son fils. « Tu vois, tu te débrouilles très bien. Je t'apporterai des fringues en rentrant, parce que je compte reprendre mon côta de sommeil perdu... A ce soir et je promet de ni pleurer, ni m'endormir avant d'avoir profiter de toi. » avouait la demoiselle en annonçant qu'elle voulait le voir dormir dans son lit plutôt que chez lui. Elle porta son nez contre le sien et l'embrassant une nouvelle fois, elle se dégagea du lit à regret - une petite bouille attristée alors qu'elle le retenait par la main, et d'un signe de salut amoureux ; un baiser dans l'air, elle partit de l'encadrement en claquant la porte d'entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Sometimes the nightmares are real - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Sometimes the nightmares are real Sometimes the nightmares are real - Page 2 EmptySam 6 Fév 2010 - 9:52

C'était si bon de la voir à ses côtés de l'empêcher d'aller au boulot, de l'embrasser à en perdre la raison, car oui Duncan voulait tout cela, il voulait se perdre pour elle et la voir à ses côtés ce matin, prouvait qu'il était revenu, qu'il n'avait pas rêvé avoir pleurer pour elle devant chez elle qu'il était de plus nu dans son lit, c'était un bonheur...
Il n'avait aucune envie de la voir partir loin de lui aucune envie de passer la journée seul ici, il venait de rentret et avait terriblement peur de faire des bétises même si il n'avait pas d'idée en tête précises mais voilà, il aurait pensé rester avec sa belle toute la nuit et la journée mais non cela n'avait pas changé il devait être seul car son travail la bouffait toujours autant et en un sens tant mieux sinon il l'aurait retrouvé en squelette à son retour si elle avait passé ses journées ici à le pleurer.

Ils étaient à présent plus deux mais trois dans la couette, la mère le fils et l'amant... Duncan se sentait si bien dans cet environnement, il ne voulait pas y bouger, il ne voulait pas s'en aller, ni même qu'elle parte bosser ah ça non. Duncan essayait de faire tout pour qu'elle reste même à lui faire les yeux doux, ou bien même lui dire qu'elle louperait le meilleur qu'il allait lui apprendre à tout faire et elle aurait alors tout loupé, à croire qu'il était doué plus doué qu'elle et plus à l'aise avec les bébés, c'était vraiment du n'importe quoi, lui qui ne savait même pas changer une couche d'un nouveau née, il savait le nourrir car c'était ce que lui savait faire, alors c'était pas compliqué, il savait qu'il devait le nourrir donc mettre la cuillère dans la bouche du gosse était vraiment facile pour lui.


« Je louperai pas le meilleur, il suffit que je me redresse - et tu devras expliquer à mon fils pourquoi tu n'as pas de culotte. »

Il fit une petite moue, il la voyait un shorty sexy dans la main, elle allait au boulot elle était sûre ? Elle monta sur lui à califourchon il avait toujours le petit dans les bras, le maintenant alors d'une main et essayant de maintenir le petit dans ses bras il posa sa main libre sur le dos de la jeune femme, près de son fessier, il se mordit la lèvre, il avait une folle envie d'elle, terriblement envie, elle lui donnait tellement envie c'était horrible, dire qu'il ne pouvait l'avoir car elle devait aller bosser... Il l'écouta alors et sourit, elle avait gagné il souriait, c'est vrai qu'il n'avait pas de culotte mais au pire il pourrait toujours faire autrement.

_Hum pas faux, au pire je lui dirais que t'avais trop envie que tu m'as arraché mon boxer et voilà! Et pis si j'ai froid je mettrais une culotte à dentelle à toi et voilà. Tu vois ce que tu vas me faire endurer, je vais devoir expliquer pourquoi sa mère s'équestre un homme dans son lit sans habits... Quel exemple de maman tu vas lui faire...

Il avait dis cela sur un ton de plaisanterie, il la taquinait, il savait qu'elle était une bonne mère, et il en était sûre! Il la regarda et remonta sa main vers sa nuque pour lui dérober ses lèvres, il avait toujours Oliver dans ses bras il ne voulait pas le choquer, mais il se sentait si bien avec elle, qu'il ne pouvait s'y retenir, et surtout qu'il voulait sa place dans sa vie, il voulait vivre avec elle et son fils.
Il était rien sans elle, et sans son cocoon qu'il se créait petit à petit dans ses bras, il s'y perdait, il voulait y rester, il voulait rester sa vie avec elle là dans leur lit, à faire des papouilles et voir Oliver grandir doucement mais sûrement.

Duncan était légèrement paniqué, il réalisait doucement qu'il allait se trouver seul avec le petit, il se mordit la lèvre en l'entendant dire.


« Je suis sûre que tu t'en occuperas très bien. »

Elle se moquait de lui il était nul avec les enfants, enfin il n'en savait rien il n'avait jamais eu la réel occassion de tester ses capacités mais bon il le sentait comme ça, il se sentait nul avec les petits, il voulait bien faire, il voulait qu'elle soit fière de lui et voulait se faire une place dans la vie de Oliver, il voulait qu'il le considère plus qu'un ami de sa mère, un amant, où quoi que ce soit. Il voulait être plus que cela. Mais pour le moment il allait sûrtout être l'homme qui allait lui changer les couches toute une journée.

« Je rentre vers vingt heures, ce qui te reste environ onze heures à tenir avant mon retour. Tu n'auras qu'à lui changer sa couche toutes les deux heures et à lui donner les petits pots dans la cuisine ; en n'oubliant pas le rot. Et en cas de problèmes ou de peur, dépose le chez Jovan - je viendrai le chercher à mon retour. »

Il fit une petite moue toute triste, il la regardait; gardant le petit dans ses bras à lui caliner la joue pour le réveiller doucement, il faisait ça normalement, sans se forcer il avait peut être l'instinct paternel... Duncan tira la gueule en entendant le mot baby sitter, pour lui c'était un job de FILLE, et donc JOVAN devait soit être un transexuel, soit il était tout simplement gay, il pouvait sûrement avoir d'autre possibilité mais voilà, il ne voulait pas les imaginer, il voulait juste que Panamee trouve une autre solution, une vraie baby sitter, moche mais aimant les gamins quoi, pas un beau gosse qui devait sûrement tout faire pour se taper la mère du rejeton!

_Oui mais j'ai pas peur pour lui, fin... Il sait se faire des pâtes non ? *voyant la tête de Panamee* Bon ok je me tais! Mais et moi dans tout ça ???

Il soupira alors et fit une petite moue encore plus craquante!

_Bon ok, allé file je veux plus te voir laisse moi avec le seul homme qui pourra comprendre ma detresse, lui aussi après tout ne voit pas la femme qui me plait pendant 11 heures!

Il sourit et vit sa belle partir, ça y est mêmep as un bisou pour dire au revoir ??? Il soupira et regarda Oliver qui se rendormait doucement... Il la vit revenir, et sourit alors, elle l'embrassa et il soupira de plaisirs, c'était si bon... C'était dingue la veille ou plutôt il y a quelques heures ils pleuraient tout deux comme des idiots et là tout semblait comme si rien ne s'était passé, elle lui laissait la surveillance de son petit, sa vie, la prunelle de ses yeux, elle lui faisait alors peut être confiance, il devait en prendre note et surtout ne rien faire d'idiot!

« Tu vois, tu te débrouilles très bien. Je t'apporterai des fringues en rentrant, parce que je compte reprendre mon côta de sommeil perdu... A ce soir et je promet de ni pleurer, ni m'endormir avant d'avoir profiter de toi. »

Il sourit, elle avait confiance éffectivement, et de plus, elle lui lançait une offre de sexe pour la nuit! Hum un délice que demander de plus ? Il n'eut rien le temps de répondre que la voilà partit... Il regarda l'heure, il était tôt encore, mais Oliver devait avoir faim... Ou non ? Il se leva doucement ayant toujours le petit dans ses bras, la serviette autour de lui, il partit en direction de la chambre de Oliver et le déposa un instant dans son lit, il partit dans la chambre de Panamee et prit alors le baby phone, il l'emmena avec lui dans la salle ou se trouvait la machine à laver et récupéra ses habits qu'il mit alors dans le sèche linge, il entendait Oliver dormir, il savait qu'il ne dormirait pas toute la journée mais voilà il devait d'abord faire ce qu'il avait à faire... Il mit la machine en route et partit alors récupérer Oliver, il le réveilla doucement, il devait manger, un gosse mangeait combien de fois par jour au fait ??? Il descendit le petit dans les bras et partit dans la cuisine, où il le posa dans une chaise enfant, Oliver tira la grimace et se mit alors à pleurer.

_Oups qu'est ce qu'il se passe bonhomme ? Dis tout à Dunck, allez.

Il se mit à pleurer de plus belle, Duncan posa sa main sur son plan de travail et posa sa tête sur sa main, Oliver braillait à ses côtés, il le regardait que faire ? Il allait devoir agir avant que les flics débarquent pour mal traitance! Il sentit alors une odeur bizarre! Il renifla alors et comprit très vite...

_Merde...

Oubliant que le petit était en train d'apprendre des mots il surveillait pas encore top son langage! Il le prit dans les bras et lui déposa un baiser sur le front.

_Allez j'ai compris je vais changer le derrière!

Il repartit le changea, lui fit couler une bière... enfin non un biberon de lait, et le mit alors sur sa chaise à le boire comme un glouton! Il en profita pour se faire couler un café et fumer une cigarette dehors à la fenêtre en le surveillant, c'était peut être sa seule pose de la journée...
Et c'est ainsi que sa journée se fit, il nourrit le petit, récupéra ses habits propres où il put alors enfin s'habiller, il partit promener le chien et le petit dans sa poussette, il s'arrêta même chez lui, il récupéra un sac de fringue qu'il cacha ensuite sous le lit de Panamee histoire de ne pas montrer qu'il avait pris des affaires, il alluma enfin son portable et écouta tout ses messages, il pleura alors mais heureusement pour lui Oliver était à sa sieste, Duncan perdit même le baby phone un moment de la journée mais le retrouva cinq minutes plus tard, il envoya un message à Panamee, lui disant que tout allait bien que le petit faisait la sieste et que lui voulait la faire dans ses bras totalement nue...

Et Oliver se réveilla à nouveau et Duncan passa alors sa première journée à être épuisée et essayer de se faire une place dans son univers de bonhomme.



THE END
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Sometimes the nightmares are real - Page 2 Vide
Message(#) Sujet: Re: Sometimes the nightmares are real Sometimes the nightmares are real - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Sometimes the nightmares are real

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Ocean Grove - Quartier Résidentiel :: Apple Road & Lemon Street-