AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-47%
Le deal à ne pas rater :
SanDisk Carte Mémoire microSDXC Ultra 128 Go + Adaptateur SD
14.72 € 27.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 THE RITZ-CARLTON ● let have fun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




THE RITZ-CARLTON ● let have fun Vide
Message(#) Sujet: THE RITZ-CARLTON ● let have fun THE RITZ-CARLTON ● let have fun EmptyJeu 14 Jan 2010 - 12:12



THE RITZ-CARLTON ● let have fun 6f76v5 THE RITZ-CARLTON ● let have fun 1625x7s
THE RITZ CARLTON ; MIAMI
Rhys Blythe & Alvira Devlin in a room.
13 FEBRUARY 2011



La vie est une loterie. Il arrive qu'on gagne. Mais le plus souvent on y perd. C'est comme ça. On doit s'y faire. On doit jouer le jeu en espérant que l'issue ne sera pas fatale. Elle le sera nécessairement un jour mais pourvu que ça arrive tard. Mourir prématurément n'est pas dans l'ordre des choses. Bien sur on ne peut pas prévoir ce genre de choses néanmoins le comportement animal des êtres humains est aisément prévisible. Depuis la nuit les temps les Hommes cherchent à se détruire, menant des guerres sans fins et sans raisons. Pourquoi ? Que croient-ils gagner à faire cela ? Ils ne font que répandre le mal et la douleur autour d'eux, sans s'en préoccuper. Il n'y a aucune gloire à faire la guerre. Périr sous le coup de l'arme d'un ennemi. Quelle gloire y-a-t-il à cela ? Aucune croyez moi. La vie est une loterie. Mais doit-on pour autant oublier de vivre et chercher à tout prix une fin ? Je ne crois pas. Dans ce terrible hasard nous avons encore la possibilité de choisir. Devant nous quatre route. A nous de décider quel tournant notre vie prendra. Il n'y a jamais de bonnes ou de mauvaises décisions. Tout peut changer en une fraction de secondes et le bon choix peut se transformer en un choix désastreux. On nous dit toujours de réfléchir avant de choisir, avant de décider. Que ce choix décidera de tout. C'est faux. On a beau y réfléchir on ne sait jamais quel choix sera le bon. Mieux vaux, parfois, choisir sur un coup de tête. La première impression est souvent la bonne et le premier choix celui qui nous tient réellement à cœur. Pourquoi réfléchir ? Cela n'entraîne que plus de problèmes.

Alvira n'avait pas réfléchi lorsqu'elle avait joué à ce jeu qu'elle jugeait pourtant idiot. Mais qui ne tente rien à rien. Elle n'avait pas eut à débourser le moindres centimes. Alors elle avait joué, se disant que de toute manière ce genre de choses n'arrivaient qu'aux autres. C'est ce que tout le monde pense. Mais il faut bien un gagnant. On a du mal à y croire lorsqu'un beau matin, en ouvrant sa boîte aux lettres, on tombe sur une grosse enveloppe doré portant le cachet d'une hôtel de luxe. Intriguée, on rentre chez soi en prenant soin de bien vérifier que personne ne nous a vu. Et, après avoir fermé sa porte, on prend place dans notre canapé pour ouvrir la fameuse enveloppe. Alvira s'attendait à tout sauf à cela. Elle avait gagné ? Elle, vraiment ? Une nuit complète, tout frais payé dans un grand hôtel de luxe au centre de Miami. Et pas dans n'importe quelle chambre qui plus est ! Non, on lui offrait tout simplement la suite nuptial. Pour elle toute seule. Elle serait chouchouté gratuitement. Elle pourrait passer du temps seule, loin du quartier et des tracas de la vie. Elle allait pouvoir oublier, l'espace d'une journée, tout ce qui faisait son quotidien. Et Dieu seul savait bien qu'elle en avait grand besoin. Un signe ? Elle n'y croyait pas vraiment. Mais tout arrive, la preuve. Elle s'était décidée à la seconde même où elle avait lu la dite lettre. Elle irait, c'était certain ! Hors de question de refuser une pareille offre. Inconcevable. Quel fou refuserait ?

Elle n'avait rien à faire. Le 13 février elle se présenterait à la réception de l'hôtel, leur donnerait l'invitation et ils prendraient tout en charge. C'était si simple...trop simple de toute évidence. Le jour venu elle se présenta devant la femme qui tenait la réception. Elle lui souhaita la bienvenue, la félicita d'avoir gagné et lui expliqua les modalités. Elle passerait l'après-midi au spa où elle serait dorloté comme une princesse. On la conduisit à sa chambre où elle déposa ses affaires pour ensuite suivre une nouvelle jeune femme qui l'amena dans un petit coin de paradis où l'attendait massages et huiles essentielles. Depuis quand n'avait-elle pas aussi bien pris soin d'elle-même ? Elle ne comptait plus les jours, ni les mois. Cette après-midi de plénitude et de relaxation lui fit le plus grand bien. Elle en oublia Ocean Grove, ses habitants dépourvus de sentiments. Elle en oublia même ses petits ennuis. Alvira se sentait bien. Elle avait l'impression de flotter sur un petit nuage. Tout allait bien dans le meilleur des mondes. Les heures défilaient sans qu'elle s'en aperçoive et ce ne fût que lorsqu'une femme lui prévint que le soleil descendait dans le ciel et que, par conséquent, sa journée était terminé. Elle retourna à sa chambre où l'attendait un repas chaud...et une énorme surprise. Malheureusement pas de ces surprises agréables qu'on est ravie de trouver. Il s'agissait d'une surprise amère, plus qu'inattendue et très dérangeante ! En entrant dans la pièce principal elle n'avait pas fait attention aux valises qui trônaient par terre. Les siennes avaient été soigneusement rangées dans les armoires de la chambre par un des employés. Elle était si bien et dans un état de plénitude si totale qu'elle entra dans la salle de bain sans vraiment remarquer que quelque chose clochait. Ce n'est que lorsqu'elle se retrouva face à face avec un torse nu et des yeux vert qu'elle hurla un coup sec. Surprise !


- Qu'est-ce que vous faites ici ??!!


S'était-il introduit par effraction ? Non, elle le reconnaissait, hélas. Rhys Blythe, le grand frère de son ex très bonne amie, Victoria Blythe. Ces deux là ne se connaissaient pas vraiment. Ils s'adressaient à peine la parole, un bonjour par ci, un autre par là. Ils ne se côtoyaient pas. En fait ils s'ignoraient même. Elle ne savait rien de lui et, évidemment, il ne savait rien d'elle. En réalité ils ne savaient que ce qui était de notoriété publique. Alvira en savait probablement plus long sur lui que lui sur elle. Quoiqu'il en soit, il n'avait rien à faire ici ! C'était un scandale, tout bonnement scandaleux ! Cependant le spectacle qu'il lui offrait n'était pas déplaisant. Trouver un garçon à moitié nu dans la salle de bain de sa chambre, nuptial qui plus est, n'était pas si mal que ça. Il était beau garçon., bien bâtit, il avait ce qu'il fallait là où il fallait. Après la surprise et les hurlements, elle laissa place à un vague sourire sur son visage. Même si il ne la laissait pas indifférent, elle n'en oubliait absolument pas le problème qui se posait toujours : pourquoi se trouvait-il dans la salle de bain de sa chambre d'hôtel, gagné à un jeu idiot ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




THE RITZ-CARLTON ● let have fun Vide
Message(#) Sujet: Re: THE RITZ-CARLTON ● let have fun THE RITZ-CARLTON ● let have fun EmptyVen 22 Jan 2010 - 1:28


Rhys Blythe n'est pas exactement le genre de personne que l'on puisse qualifier de chanceux. Né dans une famille où jeux de pouvoirs et coups de théâtre sont maîtres et réduit, à dix-sept ans seulement, à abandonner ses rêves de boxeur professionnel alors qu'il se trouvait en pleine ascension, le jeune homme avait de quoi être assez sceptique au sujet de sa bonne étoile. Bien sûr, il avait aussi connu de belles opportunités comme celle d'être né au cœur d'une riche famille aux valeurs fortes ou encore d'avoir pu rencontrer certaines personnes. Son existence avait en quelque sorte toujours été sur le fil du rasoir : entre coups du sort violents et petits dons du Ciel. En tant que croyant, ces deux points avaient donc une valeur toute particulière au regard de Rhys : il avait fini par se dire que tout ceci, les bons comme les mauvais instants, étaient des signes divins. Aussi, quand il reçut la fameuse lettre cachetée avec le logo du Ritz-Carlton, Rhys leva les yeux vers les cieux et remercia son Seigneur, un sourire excité sur les lèvres.
Après tout ce qu'il avait connu durant son périple à travers le monde, les difficultés, la fatigue, l'angoisse et les doutes, ce lot, qui pouvait paraître anodin pour quelqu'un venant de son milieu social, prenait une proportion énorme à ses yeux. Bien sûr, il avait les moyens de s'offrir un séjour dans cet hôtel quand cela lui prenait l'envie grâce à l'héritage que son frère, sa sœur et lui avaient reçu de leur grand-père mais recevoir cette invitation gratuite lui faisait chaud au cœur. Pour la première fois depuis son retour, il était attendu quelque part, désiré. Il n'avait rien eu à demander, aucune démarche hormis celle de s'inscrire au concours (sur un coup de tête) et voilà qu'il gagnait. Clémence divine. Il allait enfin pouvoir se retrouver dans un lieu où les gens ne le dévisageraient pas, ignoreraient ses récentes activités et surtout, ne le jugeraient pas. Choses qui, depuis son retour à Ocean Grove, n'avaient cessaient de se produire. Bien sûr, il n'avait pas eu la simplicité d'esprit de croire que tout se passerait formidablement dès qu'il reviendrait à Miami mais il ne pensait pas que les choses seraient aussi dures. Il avait blessé ses proches bien plus qu'il ne s'en était douté. Il essayait de recoller les morceaux de son mieux mais Rhys n'était pas un mage : cela allait prendre du temps et l'idée de pouvoir faire un break, ne serait-ce que d'un week-end, de l'atmosphère tendue d'Ocean Grove paraissait de l'ordre du miracle.
Réussissant à confier son fidèle chien Glutton à un voisin qui n'y vit aucun problème, le jeune homme se rendit donc à Miami pour rejoindre l'adresse inscrite à l'en-tête de la précieuse lettre qu'il avait reçu. Il arrêta sa Land Rover devant le bâtiment et se fit rapidement accosté par un voiturier qui lui demanda ses clefs afin de mettre son véhicule en sûreté à l'intérieur du garage de l'hôtel. Légèrement déstabilisé, Rhys accepta la proposition et se rendit à l'intérieur du Ritz, un sac de voyage sur l'épaule contenant ses affaires pour le week-end. En quelques minutes, il fut pris en charge et la journée passa sous ses yeux en un éclair : salle de sport personnalisée, jacuzzi, massages, restauration raffinée … Rhys se sentit réellement dans un autre monde. Après la visite de pays en voie de développement et où la simplicité de la vie était flagrante, tous ces privilèges et ce luxe le mettait assez mal à l'aise. Il restait de toute évidence trop marqué par son voyage pour réussir à profiter pleinement de ce qu'on lui offrait. Aussi, dès dix-sept heures trente, il demanda à joindre sa chambre personnelle, décidé à y rester jusqu'au lendemain matin afin de quitter les lieux dans la matinée, finalement assez déçu. Tout de même, il se dit qu'il pouvait bien passer une soirée et une nuit au calme avant de partir définitivement, non ? Une fois qu'il y mit les pieds, il retira ses chaussures et poussa un soupire d'allégresse. Cette journée n'avait pas été éreintante physiquement mais psychologique, elle avait été une torture. Entre les vieilles femmes riches qui lui faisaient du gringue, les hommes d'affaires piaillant à leurs portables et les fils à papa petite nature, Rhys avait bien cru craquer à plusieurs reprises. Sans attendre, il donna un coup de pied dans son sac pour l'écarter de sa route et retira sa chemise qu'il lança sur le lit mais qui tomba sur le sol, côté opposé à la porte. Il atteint la salle de bain et décida de prendre une douche. Il n'entendit donc pas la porte de sa chambre s'ouvrir et encore moins les pas d'un individu s'approcher de la salle de bain où il se trouvait. Alors, lorsque la porte de la pièce d'eau s'ouvrit juste après qu'il ai ajusté une serviette de l'hôtel autour de sa taille, sa surprise fut tout aussi grande que celle de la jeune femme. Il se retourna vivement, les yeux écarquillés sous la surprise avant de froncer les sourcils d'incompréhension. « Qu'est-ce que lui faisait ici ? » Encore trempé, il fit un pas vers elle avant de s'arrêter, devinant qu'il n'était sans doute pas prudent de s'approcher d'avantage. Une fois la surprise passée, il réalisa qu'il connaissait la jeune femme présente en face de lui. Alvira Devlin, amie de sa sœur et accessoirement l'une de ses propres connaissances. Il se souvenait surtout d'elle pour avoir été présente dans la chambre d'hôpital quand sa sœur eut son terrible accident l'année précédente.
« Devlin … Tu es dans ma chambre. Navré de te l'annoncer mais c'est toi qui envahit mon espace privé. »
Oui, il ne la vouvoyait pas. Les amies de Vicky étaient difficilement vouvoyable à son goût. Comme pour appuyer ses mots il montra d'un geste son corps sortant de la douche. Après tout, c'était bien elle qui venait de faire irruption dans sa salle de bain, pas l'inverse. Bien qu'il ne fut pas gêné de se trouver dans cette tenue face à elle, il finit par vouloir sortir de la pièce pour chercher des vêtements propres. Il dut frôler la jeune femme, la mouillant légèrement au passage afin de passer par l'entrebâillement de la pièce qu'elle bloquait. Il se dirigea ensuite vers son sac de voyage et lança par dessus son épaule à la jeune femme restée derrière lui, avec une certaine ironie dans la voix.
« Si tu voulais passer une nuit avec moi, t'aurais pu simplement me demander tu sais, je n'aurais pas dis non. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




THE RITZ-CARLTON ● let have fun Vide
Message(#) Sujet: Re: THE RITZ-CARLTON ● let have fun THE RITZ-CARLTON ● let have fun EmptyDim 24 Jan 2010 - 11:03


Quel toupet ! Elle reconnaissait bien les hommes machos à travers lui. Il avait l'air de la prendre de haut avec ce ton. Malgré tout ni l'un ni l'autre n'avait tord. Alvira possédait cette chambre pour le week-end, c'était certain ! Mais si Rhys y était...il devait également en avoir le droit. Elle imaginait mal le jeune homme entrait par effraction dans une chambre d'un hôtel de luxe. Ou alors il serait tombé bien bas. Qui sait. Peut-être n'avait-il plus d'autres choix. Elle ne savait pas où il avait disparu durant des mois. Elle n'avait eut aucun contact avec la famille Blythe depuis bien longtemps d'ailleurs. Son espace privé. Elle eut envie de rire mais n'en fit rien, se contentant de sourire discrètement. Il faut bien avouer qu'elle ne souriait pas seulement pour ce qu'il venait de dire mais elle aimait beaucoup la vue qu'il lui offrait. Elle avait l'air rêveuse, comme si une scène s'insinuait dans son esprit, peu à peu. Oh oui, elle avait tout à coup des visions étranges. Croisant les bras sur sa poitrine elle le regarda partir et leva les yeux au ciel. Il l'avait frôlé la mouillant à peine. Si il avait cru lui faire de l'effet ainsi c'était raté. Elle ne ressentait rien. Strictement rien. Elle ne prit même pas la peine de se tourner. Pas avant qu'il ne reprenne la parole et lui lance cette phrase avec une pointe d'ironie. Il ne se prenait vraiment pas pour n'importe qui. Cette fois elle laissa échapper un petit rire. Elle se moquait de lui, ouvertement. Depuis quand la petite Devlin fragile faisait ce genre de chose ? En un an tout avait changé. Elle se retourna et s'appuya contre le chambranle de la porte d'où elle le regarda avec un sourire évocateur sur le visage. Elle avait sorti les clés de sa chambre et les balançaient au bout d'un doigt comme pour lui dire « J'ai autant le droit d'être là que toi. ».


- Tu n'es pas aussi irrésistible que tu le crois mon cher. Elle était passé au tutoiement sans réfléchir. A vrai dire le vouvoyer avait été totalement stupide. Ils étaient de la même génération après tout. Et puis tu ne trouves pas ça plus excitant de te dire qu'une femme est entré dans ta chambre privée pour avoir une chance de te sauter dessus à la sortie de ta douche ? Tout en prononçant cette phrase, lentement, elle s'était avancé vers lui, le même sourire scotché sur le visage.


En temps normal elle aurait probablement cherché une explication auprès de la réception. Elle aurait peut-être tenté un scandale pour obtenir une nouvelle chambre luxueuse, loin de Rhys Blythe évidemment. Mais elle n'en fit rien. L'idée lui traversa l'esprit mais elle préféra ne rien dire. Si le destin en avait décidé ainsi alors soit. Ils partageraient cette chambre. Et peut-être plus. Il fallait avouer que depuis qu'elle l'avait vu de drôles d'idées lui traversaient l'esprit. Drôles mais incroyablement tentantes. Quel mal y avait-il dans cette histoire ? Ils étaient deux adultes consentant alors pourquoi pas...Néanmoins l'esprit de James flottait au-dessus d'elle, comme un rappel à l'ordre. Elle ne l'ignorait pas. Pourtant elle semblait n'en avoir rien à faire. Elle était lucide, parfaitement lucide. Elle n'avait pas bu une goutte d'alcool. Elle ne prenait pas de drogue non plus. Elle n'avait jamais essayé et n'essaierait probablement jamais. L'alcool et le sexe en revanche ne la dérangeait pas. Elle était consommatrice depuis quelques temps. Aucun mal à ça. Surtout pas à Ocean Grove où tout est possible. Et où tout reste secret. Ou presque. Elle en avait presque oublié le scandale dont elle était victime. Comment un hôtel comme le Ritz Carlton pouvait faire une telle erreur ? Donner la même chambre à deux personnes. Insensés. A moins que le jeu soit aussi responsable. Et si elle n'était pas la seule gagnante mais que Rhys en soit un aussi ? Dans ce cas ce stupide concours l'était réellement. Comment de telles erreurs étaient possibles ? Surtout de nos jours avec la technologie que le monde nous offre. Ou peut-être était-ce le problème. La technologie n'a pas que des avantages. Elle fait également de sacrés dégâts. A supposer que l'on puisse qualifier cette rencontre de dégât. Ou d'erreur. C'était plutôt une situation intéressante et amusante. Du mois avait elle changé d'opinion.


- Bon. Et maintenant ? On demande des comptes à la réception ou...on trouve nous-même un arrangement...


Elle avait ponctué sa phrase d'un discret, mais significatif, pincement de lèvres. Dans d'autres circonstances elle aurait hurlé au scandale, demandait un remboursement. Bref elle aurait tout fait pour qu'on change ce malentendu. Mais là elle n'en avait pas vraiment envie. Partager sa chambre avec Rhys Blythe...quel honneur ! Ou pas...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




THE RITZ-CARLTON ● let have fun Vide
Message(#) Sujet: Re: THE RITZ-CARLTON ● let have fun THE RITZ-CARLTON ● let have fun EmptyMar 2 Fév 2010 - 17:44


Accroupi face à son sac de voyage abandonné au sol, Rhys haussa un sourcil sans se retourner lorsqu'il entendit l'éclat de rire de la jeune femme derrière lui. Il avait réussi son petit effet de « macho-comique » et il s'en félicitait mais cela ne l'amusa pas autant que cela aurait pu l'être l'année précédente. Bien sûr, il restait fidèle à lui même : léger et bout-en-train mais il avait également mûrit, le rendant moins sujet aux gamineries. Enfin, tout est relatif …
Se redressant après avoir récupéré des vêtements propres, il se retourna en tenant sa serviette fermement nouée autour de sa taille. Ce fut alors à ce moment qu'Alvira lui assura qu'il n'exerçait aucun effet particulier sur elle. Étouffant un rire, Rhys la regarda fixement avec un fin sourire aux lèvres, l'expression agaçante de celui qui pense avoir compris le véritable sens caché sous ses mots. N'était-elle pas l'exemple parfait de celle qui feint l'indifférence alors qu'au fond d'elle, elle pense très exactement l'inverse ? Choisissant cependant d'entrer dans son jeu, il bomba le torse et hocha la tête, l'air grave, comme s'il abdiquait.
« Mais je ne crois absolument rien ... »
Ses paroles étaient entièrement fausses mais après tout, Alvira non plus ne semblait pas jouer la carte de la sincérité. Il soutint alors son regard tandis qu'il la vit se déplacer jusqu'à lui et déclarer une phrase assez énigmatique sur ses intentions. Il fut même forcé de baisser le menton pour garder le contact visuel avec elle tandis que la distance qui les séparait s'amenuisait. Il faisait facilement une tête et demie de plus qu'elle et pourtant, c'était bel et bien elle qui tenait les rênes de la situation. En effet, les paroles aguicheuses qu'elle lui confia troublèrent Rhys qui ne s'attendait pas à ce genre d'attitude venant d'elle … Après tout, n'était-elle pas l'amie de sa sœur, une jeune femme bien rangée et en couple ? Elle n'avait jamais porté d'attention particulière sur lui alors qu'il leur était souvent arrivé de se croiser à Ocean Grove. Le fait qu'elle ose se présenter à lui de la sorte l'intriguait, évidemment. Jouait-elle un jeu ou était-elle sincère ? Si elle se moquait de lui, bien entendu il se devait de faire très attention et de ne pas la laisser se délecter à ses dépends. Si au contraire elle était sérieuse, qu'est-ce que cela signifiait ? Est-ce que cela faisait d'elle une personne diamétralement opposée de l'image qu'elle présentait au quotidien, une sorte d'hypocrite ou bien est-ce que cela indiquait juste qu'elle était en fait qu'une totale inconnue pour Rhys ? Perplexe, il décida pourtant de se fier à elle et de la suivre dans ses avances, au moins pour commencer. Parce qu'il était à présent évident que la jeune femme lui faisait des avances : elle avait beau prétendre l'inverse, Rhys n'était pas aveugle.
Il fit un pas vers elle de sorte qu'ils se retrouvèrent très exactement l'un en face de l'autre et qu'il ne put voir rien d'autre que les grands yeux noisettes d'Alvira. Elle était une belle femme, même une très belle femme mais Rhys ne pensait pas que ce seul argument soit suffisant pour contrebalancer tous les autres qui lui hurlaient « STOP ». Et pourtant, ce fut bien son visage qui se rapprocha de celui de la demoiselle et ce fut bien sa joue qui frôla celle d'Alvira quand il parla doucement à son oreille.
« On ne va pas ruiner cette occasion en or … On trouvera un arrangement. »
Se mordant subrepticement la lèvre inférieure, il se recula aussi rapidement qu'il s'était approché et porta une main à la serviette blanche qui lui entourait toujours la taille. Il n'était pas pudique, loin de là mais l'idée de passer pour un gros pervers ne le branchait pas tant que ça. Brandissant les vêtements qu'il tenait toujours dans une de ses mains, il passa à côté de la jeune femme en déclarant :
« Mais pas avant d'avoir enfilé un pantalon. »
Un sourire fier, persuadé d'avoir mis à mal les plans d'Alvira, il atteignit la salle de bain dont il referma la porte derrière lui. Étrange ? Non, puisque Rhys se méfiait encore de la jeune femme. En effet, il y avait encore une parcelle en lui qui lui intimait l'ordre de faire attention et de ne pas céder trop rapidement : Alvira était une jeune femme intelligente et elle pourrait très facilement tirer profit d'une situation aussi délicate que celle-ci. Il ne l'imaginait pas non plus en cerveau machiavélique mais étant donné qu'elle n'était pas celle qu'il pensait connaître, il ne pouvait se montrer trop prudent. Deux minutes plus tard, il ressortit de la salle de bain vêtu d'un jeans et d'un large t-shirt gris. Ses cheveux encore humides, il chercha du regard la jeune femme avant de se diriger vers le grand lit qui trônait au milieu de la pièce et de se laisser tomber au travers. Croisant les bras en dessous de sa tête, il demanda alors, semblant ailleurs mais n'ayant visiblement pas perdu le cap.
« Côté droit ou côté gauche ? Pour moi, peu importe … Puisque de toute façon, il risque de changer au cours de la nuit. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




THE RITZ-CARLTON ● let have fun Vide
Message(#) Sujet: Re: THE RITZ-CARLTON ● let have fun THE RITZ-CARLTON ● let have fun EmptyMer 10 Fév 2010 - 15:04


L'attitude qu'il adoptait face à elle la mettait dans une rage folle. Et pourtant elle avait l'air calme et détendue. Elle maitrisait à la perfection ses émotions, ne laissant rien paraître à qui que ce soit. Elle avait l'air de ne pas réagir aux propos de Rhys, encore moins à son attitude machiste. Elle avait plus ou mois l'habitude de rester impassible comme maintenant. En réalité peu de gens sont capable de montrer le contraire de ce qu'ils ressentent. Ce n'est pas toujours la chose la plus facile au monde mais lorsqu'on a acquis cet art on peut tout maitriser. Et puis elle n'avait pas vraiment le choix. Sa vie lui avait imposé certaine chose et parmi elles le devoir de se protéger figurait. C'est pourquoi elle passait son temps à jouer avec les apparences. A montrer ce qu'elle n'était pas et à faire croire à des mirages. Néanmoins elle se risqua à rouler des yeux lorsqu'il bomba le torse en bon macho qu'il était. Ridicule, pensa t-elle. Dans un monde où la vérité et la sincérité se perd, Alvira aurait sans doute pu jouer la reine. Elle était si douée dans ce domaine. Et Ocean Grove aurait été son royaume, son petit nid. Là où le mensonge prenait sa source et où les secrets s'animaient un à un. Alvira n'était pas étrangère au mensonge et au secret, loin de là. Sa vie en était un. Et elle n'avait pas l'air de vouloir stopper sa chute vertigineuse. Car comme tout le monde le sait, les mensonges mènent rarement à une vie paisible et heureuse. Le danger rôde, nous guette, prêt à frapper le moment venu. Prêt à nous faire tomber et à faire en sorte que la remontée soit difficile, voire impossible. Mais Alvira Devlin ne semblait pas préoccupé par tout ceci. Sa réflexion ne l'avait pas encore menée à de telles extrémités. Elle se contentait de vivre le présent en essayant de ne pas penser à demain. C'était exactement ce qu'elle faisait en ce moment-même. Une erreur certes mais elle ne le savait pas vraiment encore. Elle ne pensait plus, hélas. Peu à peu ses hormones, ses envies et ses désirs prenaient le dessus et rendaient son cerveau et sa raison incapable d'agir. Bientôt il serait trop tard et le pire arriverait. Le lendemain serait difficile...

La machine était enclenchée. Elle vit à peine le mouvement de Rhys qui rapprocha leur visage si près qu'elle pu sentir son souffle chaud contre sa peau, la faisant imperceptiblement frissonner, comme si elle n'avait jamais connu ce genre de choses auparavant. Pourtant elle n'était pas à sa première nuit d'amour. Elle n'était pas à son premier homme. Elle avait éprouvé ce genre de choses auparavant...Mais elle se laissa aller à un sourire. Et lorsqu'il reprit sa place initiale, loin d'elle, elle pris quelques secondes avant de relever la tête et de le regarder à nouveau. Comme si elle avait été chamboulé de le sentir si près d'elle. Comme si il lui faisait plus d'effet qu'elle ne le laissait paraître. Aller savoir. Elle perdit néanmoins tout sourire lorsqu'il parla de se rhabiller. Ça n'avait aucun sens voyons ! Les intentions de la demoiselle semblait pourtant claire. Elle ne voulait pas de lui tout habiller. Encore que l'idée de devoir lui retirer ses vêtements elle-même ne la dérangeait pas tant que cela. L'espace d'une minute elle fût troublé par ce revirement de situation et ne bougea pas jusqu'à entendre le claquement de la porte de la salle de bain derrière elle. Elle passa une main dans sa longue chevelure blonde et soupira. Ils jouaient un drôle de jeu tous les deux. Un jeu qui les mèneraient à de nouveaux mensonges et de nouveaux secrets...

Lorsqu'il reparu elle n'avait toujours pas bougé et il s'étala de tout son long dans le lit confortable à en juger par son moelleux. La question la fit sourire et elle se dirigea vers lui. Debout face au lit, les jambes de Rhys se balançant dans le vide, elle se plaça pile devant celles-ci de façon à ce qu'en écartant les siennes elles puissent, en quelque sorte, coincer ce cher Rhys Blythe. Le sourire qu'elle arborait ne laissait nul place au malentendu. Ses intentions étaient plus que claires et si il ne voulait pas les voir alors tant pis pour lui. Elle était prête à se donner à lui maintenant. N'importe quel autres hommes n'hésiteraient pas une seconde de plus. Bien que le jeu auquel ils s'amusaient ne lui déplaisait pas, Alvira voulait qu'enfin il se décide. Mais mes hommes ont parfois besoin d'un peu d'aide, ils manquent souvent d'initiative. Encore une chose que les femmes sont capables de leur apporter au quotidien, voilà pourquoi ils ne peuvent se passer de nous ! Elle entreprit donc de s'asseoir à califourchon sur lui, plaçant ses jambes de chaque côté de ses hanches. Elle ne bougea pas ni ne parla durant quelques secondes jusqu'à ce qu'enfin elle le regarda droit dans les yeux avec un air déterminé et enjoué.


- Je préfère choisir une position plutôt qu'un côté.


Clair, explicite. Il n'y avait rien à ajouter. La balle était dans son camp cette fois. A lui de faire son choix. Il pouvait encore lui dire non c'était évident. Mais il risquait fort de le regretter. Et surtout il risquait d'avoir à faire à elle dans l'avenir. Elle n'allait surement pas laisser passer un refus. Qui plus est elle se sentirait humiliée et blessée dans son orgueil. Mais Rhys n'avait pas l'air de vouloir refuser, au contraire. L'un comme l'autre s'amusait de la situation. Il se contentait de faire durer le plaisir. Pourvu qu'il en soit ainsi une fois l'action commencée...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




THE RITZ-CARLTON ● let have fun Vide
Message(#) Sujet: Re: THE RITZ-CARLTON ● let have fun THE RITZ-CARLTON ● let have fun EmptyVen 26 Fév 2010 - 21:55


Rhys était toujours allongé sur le lit deux places, les yeux rivés sur le plafond aux détails fins et brillants qui prouvaient encore plus, s'il était nécessaire, de l'aspect luxueux de l'endroit. Évidemment, ce n'était pas la première fois que le second enfant des Blythe avait la chance de se trouver dans ce genre de décors mais il n'était pas non plus totalement immunisé au point de se laisser blaser par un tel endroit. Non à vrai dire, il gardait tout à fait la tête sur les épaules, ce qui lui permit sans trop de difficultés de souligner l'ironie de la situation : une erreur aussi grossière dans ce genre d'hôtel ? Et tomber sur une personne que l'on connait, qui plus est ? Combien de chances sur mille avaient-ils d'être victimes d'un tel concours de circonstances ? Sans doute un chiffre très faible et le plus étonnant, c'était que ni l'un ni l'autre n'étaient visiblement pas au bout de leurs surprises.
Le jeune homme savait pertinemment que le caractère explicite de ses dernières paroles n'échapperait pas à Alvira. Il n'avait aucun apriori sur elle, pourtant, il ne la prenait pas pour une perverse ou une nymphomane quelconque mais elle était bien assez en âge de comprendre le double sens de ses mots, même s'ils étaient bien évidemment teintés d'humour. Ainsi, commençant doucement mais sûrement à se détendre sur le moelleux du matelas, il ne s'était pas du tout attendu à une telle réaction de la part de la jeune femme. La sentant s'approcher de plus en plus de lui, il baissa son regard de sorte à l'avoir dans son champs de vision et fronça les sourcils d'interrogation en la voyant se caler contre lui et finir par s'installer à califourchon sur lui, toujours allongé. Immédiatement, ses sens se mirent en alerte et il n'arrivait plus à détacher son regard d'elle. Quelles étaient ses intentions ? Le message qu'il recevait était-il celui qu'elle avait voulu envoyer ? Perplexe, Rhys se redressa lentement sur ses coudes, n'effectuant pas le moindre geste pour la chasser de ses jambes. Alvira semblait sérieuse et même si le danger non négligeable qu'elle pouvait se jouer de lui pesait au dessus de leurs têtes, Rhys sembla diablement tenté de prendre ce risque. D'autant plus que ses paroles, aguicheuses et répondues d'un ton affirmé n'avaient pas le don de l'aider à retourner à sa détente, loin de là. Soutenant le regard de la jolie brune, il semblait la sonder en silence, essayant sans doute de la percer et de découvrir si elle le menait en bateau ou non. Finalement, au bout de quelques secondes sans autre réaction que celle de vriller son regard, Rhys se redressa d'avantage, juste assez rapidement pour placer une main derrière le dos d'Alvira afin d'éviter de la voir glisser loin de lui et occupa sa main libre en la plaçant avec détermination contre la joue de la jeune femme. Il approcha alors son visage du sien mais s'arrêta à quelques centimètres, laissant leurs souffles se mêler sans le moindre contact et leurs regards s'évaluer une dernière fois. Semblant finalement abdiquer, Rhys esquissa un sourire malicieux avant de murmurer d'une voix rauque après avoir levé les yeux au ciel, comme lui-même scandalisé d'avoir osé hésiter si longuement.
« Je suis impatient de découvrir tes préférences. »
Sans lui laisser le temps de répondre quoique ce soit, il déposa avec ardeur ses lèvres contre les siennes sans toutefois se montrer trop enflammé, préférant largement allier délicatesse à hardiesse. Le baiser s'avéra langoureux et étonnamment cohérent : ils se connaissaient à peine et pourtant, leurs gestes se répondaient parfaitement et leurs mouvements s'harmonisaient autour de cette même attirance physique partagée. Les mains de Rhys tenaient fermement le visage et le corps d'Alvira sans pour autant la brusquer. Ses doigts contre sa joue remontèrent, désirables, jusqu'à la racine de ses cheveux et glissaient entre ses mèches brunes, la décoiffant vaguement avant de retomber au niveau de sa nuque et d'y soumettre des caresses expertes. Sa seconde main s'avérait tout aussi savante et ce fut donc avec douceur qu'il se permit de l'aventurer en dessous du chemisier, caressant son bassin avec convoitise. Sa peau d'une douceur surprenante captiva son toucher et tandis qu'il remontait lentement mais sûrement le long de son dos, son autre main se fraya un chemin contre sa nuque et Rhys choisit ce moment pour mettre fin au baiser. Il sentait l'avidité grandir entre eux jusqu'à devenir presque palpable mais il tenait à faire les choses dans l'ordre : Alvira avait toujours été un sujet de mystères et semblait inabordable ; il se devait donc de la traiter avec tout le respect qu'il éprouvait à son égard – même s'ils n'allaient pas tarder à laisser bien vite toutes les barrières tomber, il en était à présent quasiment sûr. Tendrement, il se mit à déposer des baisers dans le creux de son cou jusqu'à les rendre de plus en plus vifs sans pour autant oser lui faire un suçon. Il la désirait pleinement mais il avait aussi tout à fait conscience que ce n'était l'affaire que d'une soirée, d'une nuit tout au plus. C'était sans doute quelque chose de blâmable mais malheureusement, absolument inévitable : ils étaient jeunes et semblaient tous les deux victimes d'une certaine solitude. Une chose entrainant l'autre, ils se retrouvèrent donc dans les bras l'un de l'autre – logique aussi imparable que deux et deux font quatre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




THE RITZ-CARLTON ● let have fun Vide
Message(#) Sujet: Re: THE RITZ-CARLTON ● let have fun THE RITZ-CARLTON ● let have fun EmptyMar 2 Mar 2010 - 16:14


La tension sexuelle qui régnait dans la pièce était plus que palpable. N'importe qui aurait pu comprendre que quelque chose de fort les unissaient, bien malgré eux. Leur regards dégageaient une envie de l'autre extrême et leur gestes trahissaient ce qu'ils désiraient. Ils se jouaient l'un de l'autre, s'amusant des réactions qu'ils pouvaient avoir, riant intérieurement de ce qu'ils percevaient. Tout ceci n'était qu'un jeu aux yeux d'Alvira. Un jeu dangereux certes, mais terriblement excitant. Elle ne rêvait que d'une chose : lui arrachait ses vêtements et avoir le plaisir de caresser sa peau jusqu'au petit matin. Elle était persuadée que Rhys était le genre d'homme à ne jamais s'arrêter. A en vouloir toujours plus et à n'être jamais vraiment satisfait. Elle espérait que ce soit le cas. Elle s'imaginait tout à fait dans ses bras, essoufflée, haletante, transpirante mais prête à continuer. Il devait forcément faire parti de ce genre. Sans quoi la nuit serait bien vite ennuyante et Alvira ne se gênerait pas, dans ce cas, à demander une nouvelle chambre auprès de l'administration. De plus elle était capable de lancer d'horribles rumeurs sur le compte du jeune homme. Oui la cruauté dont elle savait faire preuve en était réellement surprenante. Qui aurait pensé cela de la belle et fragile Alvira Devlin ? Surement pas Rhys qui était devenu en l'espace de quelques secondes sa proie. Il l'avait regardé approché et la scrutait comme si il cherchait à percer tout ses mystères. En vain. Elle restait une véritable énigme pour tout le monde. Tant mieux. Et tandis qu'il la regardait mêlant désir et incompréhension, son sourire s'accentuait. Avait-elle déjà ressentit autant de désir pour quelqu'un ? Impossible à dire en cet instant tant elle était emporté par ses émotions. Sa tête ne pensait plus. Elle ne voulait d'ailleurs plus penser. Elle tenter d'oublier dans les bras de cet homme. Et lui, qu'essayait-il de fuir en l'accueillant de la sorte ? Elle n'en avait aucune idée et ça n'avait pas d'importance puisqu'il la voulait, de toute évidence. Lorsque leur deux corps se retrouvèrent d'avantage proche et qu'elle sentit son souffle terriblement chaud contre sa peau, un frisson de bien-être la parcouru. Mais le meilleur restait à venir...

Enfin, leur lèvres se scellèrent et leur mouvements, se répondant avec une harmonie si parfaite qu'elle en était effrayante, s'accélérèrent. Alors qu'il lui semblait impossible d'arrêter de l'embrasser de la sorte, elle passa ses mains délicates sous le tee-shirt de son amant, impatiente de caresser cette peau qu'elle avait dévorait des yeux quelques instants plus tôt. Il était enfin tout à elle et plus rien ne l'empêchait d'accomplir ce qu'elle s'était imaginé. Si seulement elle l'avait pu, elle n'aurait jamais mis fin à ce baiser, tendre et dur à la fois. Mais Rhys le fit. Ils se regardèrent dans les yeux l'espace de quelques secondes avant qu'il ne reprenne de plus belle, déposant des baisers sur sa peau douce. Elle en frissonnait de plaisir et par pur réflexe, elle attrapa les cheveux tombant dans la nuque du jeune homme et les lui serra. Peut-être lui fit-elle mal. Peut-être pas. Aucune importante. Il lui donnait ce dont elle avait besoin, c'était ça l'important. Et elle était prête à lui rendre la pareille immédiatement. Tandis qu'il poursuivait son exploration la jeune fille se faisait violence pour retenir des soupirs de pur plaisir. Elle n'avait pas envie de lui montrer qu'il lui faisait un tel effet. Pas encore, ce n'était pas le moment. Elle le força à remonter et déposa un baiser presque innocent, voir ridicule, sur ses lèvres avant de reprendre les choses en main. Elle entreprit de retirer elle-même son chemisier, dévoilant ainsi sa peau blanche. Les mains de Rhys se posèrent sur ses hanches une fois qu'elle eut terminé de lui enlever son tee-shirt. A armes égales, ou presque, elle apprécia encore son corps. Bientôt elle en serait la seule maîtresse. Il restait si peu de barrière entre eux. La tension sexuelle était à son apogée et Alvira termina d'achever son bel amant en retirant son soutient gorge, dévoilant enfin sa fine poitrine. Elle n'avait jamais pu se vanter d'avoir de magnifique seins. Elle ne portait qu'un ridicule bonnet taille 80A, rien de bien attractif pour les hommes. Mais elle savait y faire. Elle ne pouvait peut-être pas se vanter d'avoir une énorme poitrine, mais elle savait ce que les hommes appréciaient. Et elle savait que les petites poitrines pouvaient faire leur preuves. Elle ne se trompait pas. Rhys semblait apprécier...

Tout en l'embrassant elle roula de façon à être enfin allongé de tout son long dans leur lit d'amour. Finalement ce jeu avait vraiment du bon. Elle avait eut la chance de tomber sur lui. Un morceau de choix dans cette ville. Elle ne s'était d'ailleurs pas trompé sur son compte. Il était doué, très douée. Il ne tarda pas à gagner des soupirs de plaisirs d'elle, puis quelques jouissements. Il savait comment s'y prendre. Ni trop doux, ni trop violent. Ni trop rapide, ni trop lent. Il était à la limite de la perfection. Elle n'espérait plus qu'une chose de lui : que cette première expérience ne soit pas la dernière de cette nuit là...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





THE RITZ-CARLTON ● let have fun Vide
Message(#) Sujet: Re: THE RITZ-CARLTON ● let have fun THE RITZ-CARLTON ● let have fun Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

THE RITZ-CARLTON ● let have fun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F I L T H Y S E C R E T :: Miami - Centre ville :: Lieux divers-